Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 07 août 2022

Hypothèses sur le regard asiatique

china_news.jpg

Hypothèses sur le regard asiatique

par Pierluigi Fagan

Source : Pierluigi Fagan & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/ipotesi-sullo-sguardo-asiatico

Si nous devions assumer l'objectif stratégique américain vis-à-vis de la Chine, c'est-à-dire, si ce n'est l'isoler, la mettre en grande difficulté, mettre des frictions sur le cours de sa croissance économique, donc de sa puissance et de sa stabilité interne, comment devrions-nous évaluer le voyage de Pelosi ?

Le premier problème avec les articles et les commentaires que je lis à ce sujet est qu'ils sont écrits avec une mentalité occidentale et qu'ils s'adressent à un public occidental. Mais le jeu est en réalité purement oriental. Non seulement la Chine est orientale, mais le système dans lequel elle s'inscrit est oriental. C'est ce système, le système asiatique, qui alimente la croissance chinoise et qui en est tout aussi dépendant. 

Le deuxième problème est le type d'image du monde qu'a l'analyste. Les géopolitologues sont désormais très en vogue après une longue domination des économistes. Mais malheureusement, tout comme les économistes font des analyses monofocales qui ignorent la grammaire géopolitique, les géopoliticiens souffrent tout autant d'un biais monofocal envers les faits économiques. C'est un gros problème, car là, dans la réalité des choses, ainsi que dans les mentalités politiques des acteurs sur le terrain (chefs des différents gouvernements de la zone), il n'y a pas une telle division, la réalité à laquelle nous devons faire face est une.

8c6b7a1d-ab86-4095-b3e8-0c6bf855f357.jpg

Le troisième problème auquel nous devons faire face est l'enrôlement des observateurs occidentaux dans les systèmes de jugement impliqués dans le sujet. Ils peuvent être atlantistes et ainsi réciter une suite de concepts et de jugements complètement déséquilibrés comme je l'ai lu par hasard ce matin dans un article de Marta Dassù, ou à l'autre bout du spectre citer des éditoriaux enflammés du Global Times. Ainsi, par exemple, ceux qui, au mépris de la mentalité séculaire du conflit asymétrique chinois, ont imaginé des chasseurs chinois abattant l'avion de Pelosi dans le pur style Top Gun, c'est-à-dire Hollywood.

Maintenant, je ne veux pas me vendre pour ce que je ne suis pas, je ne suis pas un expert de l'Asie, je ne suis un expert de rien, je suis un généraliste qui s'occupe de la complexité, donc de beaucoup de choses. Cependant, je vais essayer de faire une analyse basée sur le peu que je sais, en essayant d'éviter les trois biais mentionnés ci-dessus.

  1. 1) La Chine réalise près de 50% de ses importations en provenance d'Asie et un peu moins, 46%, de ses exportations. On peut dire que la force économique et commerciale de la Chine est essentiellement asiatique et qu'à l'Asie, elle donne (c'est-à-dire importe) plus qu'elle ne prend (exporte). La Chine est le premier pays dans les deux domaines pour chacun des un peu plus de 50 états asiatiques et quand elle n'est pas la première, elle est la deuxième ou dans de rares cas la troisième. On peut dire de manière systémique que pour le système asiatique, pour le bien commun asiatique, c'est-à-dire l'intérêt commun de tous les États asiatiques, la Chine agit comme la locomotive, le cœur systémique, la pompe centrale de la circulation des richesses. Ce qui implique que tout problème d'élan dans la locomotive chinoise serait payé par l'ensemble du train asiatique. Il faut également se souvenir des multiples forums (fora) et accords liant les pays asiatiques à la Chine, RCEP, AIIB, SCO etc.
  2. 2) À l'inverse, la Chine est un géant démographique et un géant en matière de puissance dans le monde asiatique. Avec peu d'inclinaison pour l'impérialisme dans son voisinage au cours de son histoire, du moins au cours des derniers siècles, si vous êtes un État asiatique, en particulier un État adjacent, vous pouvez évidemment avoir quelques inquiétudes. Les diverses questions relatives aux frontières maritimes, aux détroits, à la diaspora chinoise, au grand renforcement techno-militaire chinois récent, bien qu'elles ne soient pas toujours directement menaçantes, ne sont certainement pas rassurantes. Il convient toutefois de rappeler que la Chine n'a pas de tradition de manipulation des gouvernements d'autrui ; elle n'a pas à son actif le financement politique, celui des groupes de réflexion, du lobbying, de l'influence de la presse et de bien d'autres choses encore qui caractérisent l'empire hybride américain.
  3. 3) Nous avons donc deux dynamiques, l'une poussant à l'établissement de relations étroites avec la Chine, l'autre conseillant une certaine contre-assurance, ce que l'on peut appeler, en relations internationales, le classique "numéro d'équilibriste". Le candidat naturel à l'équilibrage est les États-Unis, l'ennemi de mon ami/ennemi. L'acteur qui illustre le mieux cette posture équilibrée est l'Inde. Dans l'OCS, dans l'AIIB et surtout dans les BRICS, elle est avec la Chine, mais, simultanément, elle flirte militairement et technologiquement avec l'Amérique (et en vérité aussi avec la Russie en termes d'énergie et d'armes).
  4. 4) Dans les nombreux mérites et capacités des Américains, il manque certaines qualités typiquement asiatiques: la patience, la stratégie à long terme, la diplomatie, l'art du conflit-coopération, les formes d'interaction indirectes, obliques et diagonales. Pour rappel, le Global Times (GT) cite un certain nombre de diplomates de l'ASEAN et d'autres qui ont été déconcertés par la décision américaine sur le voyage de Pelosi. GT ne cite pas de noms et surtout fait - habituellement - de la propagande ; cependant, pour autant que je puisse connaître la mentalité asiatique, l'information semble très crédible. Aussi parce qu'elle est confirmée par le fait que le président coréen a fait semblant d'être en vacances (à son domicile de Séoul, semble-t-il) pour ne pas avoir à rencontrer l'Américaine même étant donné qu'une rencontre entre Sud-Coréens et Américains n'aurait pas été du tout scandaleuse aux yeux de Pékin. En outre, ces derniers jours, certaines sources asiatiques ont affirmé que Taipei elle-même avait supplié Pelosi de reporter son voyage, mais en vain. Rien ou presque n'est plus opposé que la mentalité asiatique et celle du Far West, je me contente de prendre une photo, quel que soit le jugement que l'on puisse en porter.
  5. 5) Taipei dépend à 28% de Pékin pour ses exportations et à 24% pour ses importations, la RPC étant de loin son premier partenaire, bien sûr. Il convient de noter que la réaction chinoise, au-delà de la tradition de la guerre des feux d'artifice dans la région, a montré avec quelle facilité Taipei pouvait être soumise à un blocus naval. Un blocus naval poserait un gros problème aux États-Unis. Taïwan n'est pas un État reconnu par l'ONU et par la communauté internationale. Si la Chine devait procéder demain à un blocus naval sérieux, et si les Américains allaient le forcer, ils se rendraient formellement coupables d'agression. Un blocus naval plus un blocus économique étoufferaient Taïwan dans un délai raisonnable. Mais dès les blocages d'exportation effectués par les Chinois (par exemple le sable que les journalistes de notre grande presse désignent comme indispensable à la construction sans savoir qu'il est aussi du silicium, même s'il n'est pas très pur) en guise de punition pour la rencontre criminelle, on voit comment l'objectif chinois est d'opposer le pouvoir économique taïwanais (qui est celui qui domine l'île) au pouvoir politique qui est tout sauf monolithique. Je dois également souligner que toute la paranoïa excitée, crachée par les médias occidentaux sponsorisés par les Américains dès le deuxième jour de la guerre en Ukraine, selon laquelle la Chine est sur le point d'envahir Taïwan, est insignifiante. Taiwan doit rejoindre la RPC dans les vingt-sept ans (2049) et il n'y a aucune raison de précipiter les choses. Notamment parce que la Chine continentale voudra probablement convaincre les insulaires ou une bonne partie d'entre eux du caractère inévitable du fait avant de faire des gestes plus décisifs. À la fois parce que régner sur un territoire hostile est un problème, et parce que cela montrerait un visage trop agressif envers ses voisins-partenaires asiatiques.

23heng-superJumbo.jpg

Cela dit, l'opération est loin d'être facile, les Chinois ne se reconnaissent pas dans les champions du soft power, les Taïwanais préféreraient rester autonomes, les Américains, les Britanniques et toute la cohorte occidentale feront tout pour mettre des bâtons dans les roues. Cependant, la géographie, l'anthropologie et l'économie, ainsi que la bonne utilisation du temps, sont en faveur des Asiatiques.

De nos jours, il est essentiel de comprendre et de se rendre compte qu'il y a vraiment beaucoup à étudier. Étudions plus et jugeons moins, l'anxiété est l'ennemi d'une bonne adaptation à l'ère complexe. Vous aurez fait l'expérience décourageante de voir dans un film étranger comment ils traitent notre italianité avec des clichés, projetant sur nous leurs pauvres et stupides schémas mentaux. Ne faites pas de même avec les Asiatiques, ce n'est pas une bonne façon de s'orienter dans le futur vers les 60% de la population mondiale. Si vous ne savez pas certaines choses, vous pouvez toujours vous taire, n'est-ce pas ?

51IwLUC02rL.jpg

[Le livre ci-dessus est fantastique, je le recommande vivement, il est écrit par le plus grand expert de la mentalité chinoise que nous ayons ici en Europe, un Maître, une figure rare en ces temps de précipitation et de superficialité].

Écrire un commentaire