Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 16 août 2022

Alexandre Douguine: Opération militaire spéciale, la bataille pour "la fin de l'histoire"!

96f61dde8c98567a840370b30e2fa1f6.jpg

Opération militaire spéciale: la bataille pour "la fin de l'histoire"!

Alexander Douguine

Source: https://www.geopolitika.ru/article/svo-bitva-za-konec-istorii

Sur la signification philosophique de l'Opération militaire spéciale (OMS)

L'OMS est inextricablement liée à un concept tel que celui de "la fin de l'histoire" et ce n'est pas seulement parce que Francis Fukuyama, qui a écrit le célèbre ouvrage intitulé "La fin de l'histoire", a, dès le premier jour de l'OMS, activement participé à la lutte idéologique contre la Russie du côté des nazistes ukrainiens et a même personnellement rejoint l'organisation terroriste Bellingcat, qui a tenté de détourner un avion militaire en Russie. Bien que ce fait en lui-même soit assez expressif, il est par ailleurs évident que la Russie s'oppose directement au mondialisme, ce "totalitarisme libéral", que le président Poutine a ouvertement déclaré tel, et il s'agit bien d'une idéologie, et "la fin de l'histoire" joue un rôle fondamental dans sa structure.

Le fait est que le mondialisme, qui est le mieux représenté dans des organisations internationales telles que le Forum de Davos de Klaus Schwab avec son "Great Reboot", la Commission trilatérale, le Conseil américain des relations étrangères (CFR) ou la Fondation Open Society de George Soros insiste sur l'unification complète de l'humanité sous un gouvernement mondial, sous l'idéologie libérale et dans un système de règles et de normes basé sur celle-ci - y compris la politique de genre, les LGBT+, l'individualisme extrême et le transhumanisme. Les avatars de cette idéologie se répandant partout. Et c'est cela la "fin de l'histoire", qui est clairement prématurée, mais tout de même assez logique et qui a été décrite au début des années 1990 par Francis Fukuyama. La fin de l'histoire est la victoire du libéralisme et de l'Occident à l'échelle mondiale, ce qui implique l'abolition de toute alternative idéologique, géopolitique, économique et socioculturelle. Fukuyama écrivait à une époque où l'URSS s'était effondrée et où la Russie semblait ne jamais vouloir se relever, la Chine suivant docilement les stratégies des puissances économiques occidentales à ce stade de l'accélération de la mondialisation. Plus tard, Fukuyama a reconnu, notamment lors d'une conversation avec moi, qu'il avait été hâtif dans ses jugements, mais, selon lui, la fin de l'histoire, quoi qu'il arrivera, reste et restera l'objectif des mondialistes.

51yy-wnjc6L.jpg

La Russie sous Poutine est devenue l'obstacle évident à ce projet de fin de l'histoire, et depuis le début de l'OMS, elle constitue un défi direct à ce voeu mondialiste. D'où la rage de Fukuyama : devant lui, le projet de fin de l'histoire n'a pas seulement été reporté, mais s'est effondré pour de bon. Cela explique également la frénésie et l'extrême intensité de la russophobie forcenée des élites occidentales. Poutine et le Donbass ont porté un coup au plan de construire une civilisation mondiale - d'assurer la domination planétaire de l'Occident libéral.

Cependant, le concept de la fin de l'histoire n'est pas le domaine des libéraux. De plus, ils l'ont adopté assez tard.

alexander-Kojeve.png

9782246398714-T.jpg

Le philosophe Alexandre Kojève a été le premier à formuler la victoire mondiale à venir de l'Occident libéral, Fukuyama n'a fait que l'emprunter. De son côté, Kojève l'emprunte à Marx, remplaçant le triomphe du communisme mondial (la version marxienne de la fin de l'histoire) par le capitalisme mondial, une société civile planétaire et l'idéologie des "droits de l'homme". En fait, l'ensemble du mouvement communiste, y compris l'URSS, s'est battu pour faire triompher la vision marxiste de la fin de l'histoire au 20ème siècle. Pendant la guerre froide, un conflit a éclaté sur l'interprétation de la fin de l'histoire - quant à savoir si elle serait communiste ou capitaliste. Ce n'est pas une coïncidence si Fukuyama a écrit son texte de programme lorsque l'URSS s'est effondrée. Il semblait à l'époque que la question était réglée et que le libéralisme avait définitivement gagné. 

Cependant, Marx lui-même a également emprunté ce concept dans une idéologie politique complètement différente - au penseur monarchiste et impérial profondément conservateur Georg Wilhelm Friedrich Hegel. Si nous creusons encore plus profondément, nous arriverons à l'eschatologie chrétienne et même pré-chrétienne (d'abord iranienne), à la doctrine de la fin des temps. Mais cela nous mènera trop loin. A l'ère moderne, c'est Hegel qui a proposé et étayé la thèse de la fin de l'histoire, et dans le système de sa philosophie, elle joue un rôle clé.

hegel.jpg

Selon Hegel, l'histoire est un processus de déploiement de l'Esprit, qui passe par la nature, le changement des religions et des civilisations, jusqu'à ce qu'il atteigne son apogée - la fin rencontre le début, l'alpha rencontre l'oméga. À travers de nombreuses épreuves et rebondissements dialectiques, l'Esprit qui anime l'humanité s'incarnera finalement dans une monarchie absolue, un empire mondial qui sera un empire de l'Esprit. Son pouvoir sera transféré à un autocrate suprême, un monarque-philosophe éclairé. Le capitalisme et la société civile ne seront qu'une étape dans le déroulement de ce processus, et le matérialisme scientifique passera à la science angélique purement spirituelle. Hegel croyait que cela se produirait en Allemagne (l'Empire allemand n'existait pas encore à l'époque) et que ce serait le triomphe de la culture spirituelle et de la philosophie allemandes. Hegel, au sens philosophique du terme, a également servi de base aux oeuvres politiques de Bismarck, qui a créé le Deuxième Reich.

Ainsi, le créateur de l'interprétation authentique du concept de "fin de l'histoire" est le triomphe de la Monarchie spirituelle mondiale. Et les hégéliens de droite - slavophiles russes ou disciples de Giovanni Gentile en Italie - croyaient exactement la même chose. Les Allemands eux-mêmes croyaient en la mission de leur Reich. Les slavophiles l'ont interprété comme une prédiction du destin de l'Empire russe, lorsqu'il deviendra spirituel et populaire. Les Italiens ont lié la fin de l'histoire à la renaissance de la tradition romaine et à la grandeur de l'Italie.

Marx, qui a transformé la dialectique spirituelle de Hegel en son matérialisme historique (en pervertissant considérablement l'original), a accepté que le capitalisme libéral ne soit qu'une étape intermédiaire, mais a mis le communisme et une vision matérialiste du monde à la place de l'Empire de l'Esprit. L'eschatologie est restée - tout ce que les communistes ont fait était précisément dirigé vers l'avenir, c'est-à-dire vers la fin de l'histoire.

La victoire soviétique sur le Troisième Reich lors de la Grande Guerre patriotique a retiré de l'ordre du jour l'interprétation allemande de la fin de l'histoire. L'hégélianisme de gauche a triomphé de l'hégélianisme de droite. Et sur un autre plan - l'Empire russe a (bien qu'implicitement) vaincu l'Empire allemand.

C'est alors que Kojève est apparu avec son interprétation libérale de la fin de l'histoire. Cette théorie attendait dans les coulisses, et après l'effondrement de l'URSS, Fukuyama l'a rappelée à l'Occident, et les centres mondialistes l'ont reprise et ont commencé à la mettre en pratique. L'ordre mondial unipolaire était fondé sur une version libérale de l'eschatologie hégélienne.

putin-czar-1.jpg

Et puis il y a eu Poutine. Poutine est un phénomène philosophique, un tournant dans l'histoire de la pensée, dans la bataille complexe des idées et des visions du monde. Dès son premier instant au pouvoir, il a commencé à restaurer la souveraineté de la Russie. Mais cela signifiait repousser la fin de l'histoire, s'opposer au totalitarisme libéral, au mondialisme et au Gouvernement Mondial. Poutine a poursuivi cette ligne avec prudence, en dissimulant souvent ses intentions et ses plans - en tant que tchékiste et en tant que réaliste acharné. Parfois, il semblait prêt à répondre aux exigences des mondialistes, mais l'instant d'après, on découvrait qu'il s'agissait d'une manœuvre de plus. D'où la question perplexe : "Qui êtes-vous, M. Poutine?"

Ce n'est que le 24 février 2022 que le début de l'OMS en Ukraine a remis les choses en perspective en toute clarté. Une nouvelle ère de la philosophie a commencé. Une nouvelle phase de l'histoire du monde. Poutine a remis en question l'interprétation libérale de la fin de l'histoire - c'est-à-dire le principal projet mondialiste, le Gouvernement Mondial. Mais c'est ici que commence le plus important : réfuter la lecture libérale de la fin de l'histoire ne signifie pas rejeter Hegel. Après tout, tout le monde sait que Poutine aime citer Ivan Ilyin (peinture, ci-dessous), qui n'était qu'un hégélien de droite, un partisan de la monarchie russe et du grand Empire.

Eurozine-cropped-headline-image-Snyder.jpg

Les théories des slavophiles sont clairement proches de celles de Poutine. Une idée philosophique ne peut être niée sur la base de certains facteurs purement pratiques et terre à terre - par exemple, des facteurs purement économiques. Ce n'est pas grave. Une idée ne peut être vaincue que par une idée. Et cela signifie....

Cela signifie que l'OMS, en tant que phénomène philosophique, marque le retour de l'Empire. Le retour de la Russie dans l'Empire, la restauration complète de notre destinée messianique futuriste. L'Allemagne, dans son état actuel, n'est plus un concurrent. La version allemande du Reich mondial n'est irrémédiablement plus à l'ordre du jour. Le projet communiste de la fin de l'histoire a également été abandonné, et dans ses meilleurs aspects, il pourrait facilement être incorporé dans une nouvelle synthèse impériale (comme le "stalinisme de droite"). Seuls Kojève et Fukuyama, qui s'appuient sur les mêmes sources, beaucoup plus proches de nous, s'y opposent. Nous sommes les porteurs orthodoxes de l'Empire eurasien de la fin, ils sont les usurpateurs. Et si vous pensez à la Troisième Rome et au rôle des tsars russes en tant que porteurs de la mission du Katéchon, le souverain qui retient, tout devient encore plus fondamental que le contexte très orthodoxe et lu dans le contexte russe (slavophile, monarchique) de l'hégélianisme.

C'est précisément la façon dont le Soljénitsyne philosophait.

L'OMS est une bataille pour le sens de la fin de l'histoire. Une grande bataille philosophique. Il est temps de fermer la page sur les interprétations purement matérialistes, énergétiques et économiques - ce n'est pas seulement vulgaire, c'est malavisé. L'histoire est l'histoire des idées.

On peut se demander ce que l'Ukraine vient faire là-dedans. Cela n'a rien à voir avec l'Ukraine. Elle n'existe pas. Mais elle fera partie de notre nouvel empire. Ce n'est que là, dans le royaume philosophique d'un esprit qui se déploie, dans l'empire des significations, qu'elle renaîtra et s'épanouira. Mais pour l'instant, que voulons-nous d'un régime terroriste dirigé par un comique... C'est un malentendu. Mais l'Ukraine elle-même est destinée à devenir le théâtre d'une lutte métaphysique fondamentale. Je pense que c'est une question de géographie. Nous nous battons pour le retour de notre berceau historique à Kiev - tapi, impuissant jusqu'ici, sous le pouvoir des mondialistes et qui attend le pouvoir de l'Empire de l'Esprit. Kiev est le début de notre histoire. Et donc aussi la fin de celle-ci. 

Commentaires

L’avènement d’un « État universel et homogène » (Kojève) idyllique, privant l’idée du katechon de sa raison d’être se combat par se convaincre de pouvoir l’incarner à nouveau.
.
Carl Schmitt l'appelle "une théologie politique" et Derrida l'a bien vu comme étant le fondement des "souverainetés".
.
Le mythe.
.
La connerie de l'ED, incapable de l'inventer (au contraire des libéraux avec le trans-humanisme, mais sur le Marché...)
.
"C'est des profondeurs d'instincts vitaux authentiques, non d'un raisonnement ni d'une autre évaluation de l'opportunité que surgissent le grand enthousiasme, la grande décision morale et le grand mythe. C'est par une intuition immédiate qu'une foule enthousiaste crée l'image mythique que draine son énergie et qui lui donne autant la force pour le martyre que le courage pour employer la violence. C'est ainsi seulement qu'un peuple ou une classe deviennent les moteurs de l'histoire universelle." Carl Schmitt
.
Le plus primordial : la Mort, aliénation originelle de tte idéologie, lignée, Cité, nation, paradis, avenirs qui chante.
L'Unique, bobo narcissique à vomir, l'oublie ds le jouir sans entrave, et Capital de la séduction.
.
Réveiller l'Être-là-pour-la-mort-de-la-Mort
.
“L’État total, est celui qui assigne l’orientation de toutes les forces individuelles vers la finalité de l’espèce” Fichte
.
Et bobo l'Unique a sa contradiction dialectique: s'en remettre qu'à lui-même, c'est ne pas avoir d'oeuvre à perpétrer si on est mortel, mais c'est un Absolu Léviathan le jour où on veut être Immortel.
.
La mort de La Mort c'est aussi celle de Caddie, de la branlette bobo, et du Capital. l'Etat total fasciste.
.
La mort de La Mort ne se vend pas, et elle exige l'Etat total. Crétin d'ED ne le comprend pas, il ne comprend pas la révolution conservatrice, la seconde négation de TINA, celle qui réinvente le Passé par l'Avenir et non juste négation réactionnaire.

Écrit par : le sith rouge | mercredi, 17 août 2022

Écrire un commentaire