Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 15 août 2022

Le télé-contrôle: la tyrannie de la "Boîte à Bêtises"

tv-1639240_1920.jpg

Le télé-contrôle: la tyrannie de la "Boîte à Bêtises"

Par Pablo Javier DAVOLI (*)

I) QUATRE CARACTÉRISTIQUES SYSTÉMIQUES :

 Afin d'approcher une compréhension adéquate de l'impact profond et décisif que la télévision exerce sur les sociétés de masse contemporaines, il est nécessaire de garder à l'esprit que ce système communicationnel présente les caractéristiques suivantes :

 a.- L'unipolarité dans la conception et l'élaboration des messages télévisés.

Cette unipolarité est absolue. Le télédiffuseur contrôle totalement la production des messages (bien sûr, dans le cadre établi par les règles légales positives, dans les cas où de telles règles existent et, de plus, sont respectées).

 b.- L'unidirectionnalité dans la transmission des messages télévisés.

Cette unidirectionnalité est relative. Le public de la télévision joue un rôle éminemment passif : en principe et en règle générale, le public se limite à recevoir les messages télévisés. Sauf dans des cas exceptionnels et dans une mesure négligeable, les téléspectateurs ne quittent pas la position de récepteurs.

Dans le même sens, on peut dire que la rétroaction entre les deux +extrêmes+ pôles de la relation communicationnelle est minime comparée au flux de messages que les diffuseurs télévisés déversent quotidiennement sur le public. Ainsi, l'échange de rôles entre l'émetteur et les récepteurs est très exceptionnel et peu pertinent.

c.- La concentration oligopolistique des sources télévisuelles (c'est-à-dire au niveau de l'émetteur de la relation de communication).

À cet égard, il convient de donner un exemple très éloquent et illustratif : l'univers médiatique américain, qui est peut-être le plus important au monde, est contrôlé par seulement six grands groupes d'entreprises privées ([1]).

Bien entendu, il ne s'agit pas d'une caractéristique nécessaire et immuable du système de communication étudié ici. Il s'agit toutefois d'une caractéristique répandue et fortement consolidée. Et, par conséquent, très difficile à changer. Mais elle n'est en aucun cas immuable.

d.- Massivité et atomisation du public.

L'accessibilité que la télévision a atteint est vraiment extraordinaire. Il s'agit, sans aucun doute, d'un système de communication super-massif. Cette massivité, bien sûr, a été produite du côté des récepteurs (rappelons que, du côté de l'émetteur, loin de toute massivité, on trouve une concentration rigoureuse).

Il convient d'ajouter que la massivité des audiences télévisées présente une autre caractéristique très particulière et importante : les membres potentiels de cette audience - en parlant en termes généraux - ne se connaissent pas, et n'ont pas de contacts réciproques directs entre eux. Ils sont isolés.

Les liens des récepteurs entre eux dépendent de l'émetteur. En d'autres termes, ce que chaque récepteur sait des autres (par exemple, ce qu'il pense de tel ou tel sujet, quelles sont ses positions sur telle ou telle question, s'il aime telle ou telle expression artistique, etc.) dépend directement et presque exclusivement des informations que les chaînes de télévision elles-mêmes fournissent sur le sujet.

En d'autres termes, le public de la télévision est un collectif inorganique, anonyme, fragmenté et même atomisé. Son rôle, en tant que groupe, ne peut être que passif (nous insistons : nous parlons en termes généraux). Et, par conséquent, ce sont les chaînes de télévision qui déterminent la perception que chaque téléspectateur a du public auquel il appartient. Il s'agit certainement d'un pouvoir énorme...

(II) LES MOTIFS ET LES TECHNIQUES APPLIQUÉS :

 Grâce à ces caractéristiques particulières, la télévision permet de déployer une action psychologique globale des plus efficaces, capable de provoquer une révolution culturelle, ainsi que de réorganiser la structure et le fonctionnement de la société. Parmi les lignes directrices et les techniques fondamentales de cette action, les suivantes se distinguent :

1 - Le déplacement spectaculaire d'autres activités traditionnelles qui sont de la plus haute importance pour le développement personnel, le tissage de liens sociaux, le maintien sain des liens sociaux et la vigueur du tissu communautaire.

En effet, la diffusion de la télévision et son installation comme habitude populaire a impliqué une sérieuse réduction de : la réflexion intime ; la vie de prière ; les exercices spirituels ; la lecture de livres, de journaux et de magazines ; le dialogue familial ; les rassemblements ; les activités sportives ; les promenades en plein air, et le contact avec l'environnement naturel ; etc.

Bien entendu, le déclin des activités susmentionnées est variable selon les activités. Toutefois, l'adoption de la télévision a - en général - entraîné une certaine réduction de l'attention et du temps consacrés à chacune d'elles.

Dans cette perspective, on observe clairement le caractère fortement invasif et expansionniste de la télévision. Pour diverses raisons, elle peut facilement s'installer dans nos vies, générant une habitude envahissante, avec une force expansive très puissante. Ces raisons comprennent :

L'extraordinaire attrait des produits audiovisuels que nous offre la télévision ;

Sa grande capacité à capter notre attention et à nous distraire des problèmes qui nous affligent, en nous donnant la sensation (souvent fausse) que nous y avons échappé (au moins momentanément) ;

Ses effets relaxants, qui nous procurent rapidement une bonne dose de détente, très difficile à acquérir par d'autres moyens dans le contexte stressant des sociétés de masse contemporaines ; etc.

2 - La manipulation de l'information, en altérant la perception de la réalité par le public, tant intellectuellement qu'émotionnellement.

Davolitele1.jpg

La télévision nous offre souvent une image déformée de la réalité. Dans l'image, l'inversion fictive des rôles de la victime et de l'agresseur ([2]).

À cet égard, il convient de rappeler que, selon Hal BECKER, membre du Futures Group, en contrôlant les programmes d'informations télévisées, il est possible de façonner l'opinion publique, en manipulant la façon dont les gens pensent et agissent ([3]).

Il s'agit du rêve pervers que Walter LIPPMANN a fait très tôt, dans les années 1920 : la "démocratie des moutons". C'est-à-dire la "fabrication du consensus" ; la fabrication d'une opinion publique artificielle ; dans le but de couvrir un régime politique profondément oligarchique et ploutocratique sous l'apparence d'une démocratie.

3 - L'augmentation écrasante du contenu télévisuel puéril et amusant, composé de distractions et de divertissements d'une grande variété.

Cette évolution inquiétante ne peut être pleinement appréciée que si elle est mise en contraste avec l'augmentation parallèle de la quantité et de la complexité des problèmes des sociétés contemporaines.

Paradoxalement, le processus de sophistication de la vie sociale n'a pas été étayé par une télévision à dominante instructive, formatrice et conscientisante. Au contraire, cette dynamique s'est accompagnée d'une tendance à la frivolité bêtifiante, dont la tendance dominante a été :

- la multiplication de contenus socialement non pertinents et culturellement pauvres (quand ils ne sont pas, purement et simplement, sous-culturels ou contre-culturels, tels les programmes de "télé-poubelle" (trash TV).

Nous faisons ici référence à l'extraordinaire prolifération que connaissent : les jeux télévisés improductifs (c'est-à-dire des activités purement récréatives, qui ne contribuent en rien au développement physique et/ou psychologique de leurs participants et/ou téléspectateurs) ; les émissions de rumeurs et potins sur la vie des stars et autres personnalités publiques ; les émissions à scandale (souvent simulés ou, du moins, provoqués par la production télévisuelle elle-même) ; etc.

- L'espace télévisuel consacré aux sujets sérieux a été radicalement limité.

- La logique du spectacle s'est imposée au détriment de l'exposition, du traitement et de l'analyse des problèmes.

Un exemple clair de ce dernier point est l'adoption par les programmes consacrés à des questions manifestement sérieuses, de formats, de modalités et de styles typiques des programmes de divertissement et d'amusement. Ainsi, par exemple, au cours de l'année 2014, Jorge LANATA a ouvert son émission Journalisme pour Tous (Periodismo para Todos) par un monologue comique (stand-up comedy) sur des questions importantes de notre politique nationale. Dans ces monologues, les opinions critiques étaient systématiquement entrecoupées de blagues en commentaire. Et, comme si cela ne suffisait pas, à plusieurs reprises, la présentation a été assaisonnée de courts sketches.

Davolitele2.jpg

Jorge LANATA avec le mannequin Alexandra LARSSON dans l'un des sketchs qu'il avait l'habitude d'insérer dans ses monologues comiques ([4])

Des observations similaires peuvent être faites en ce qui concerne l'utilisation de programmes superflus et/ou futiles sur certains sujets sérieux. Ce phénomène est de plus en plus fréquent, du moins à la télévision argentine. Ainsi, par exemple, cette tendance peut être observée dans divers programmes de potins et rumeurs. Le même phénomène peut également être observé dans les panels des différentes éditions de certaines émissions de télé-réalité (par exemple, Gran Hermano (Big Brother).

Davolitele3.jpg

L'équipe de "Intrusos", animée par Jorge RIAL ([5]).

Dans ces cas-là, les questions sérieuses sont généralement mêlées à une discussion thématique grotesque, où elles sont manipulées sans scrupules par des faiseurs d'opinion irresponsables qui déploient leur triste métier au milieu d'un chaos discursif. Dans de nombreux cas, le résultat final de ces mauvais procédés est le contournement de la question qui était censée être clarifiée. Dans d'autres cas, elle finit par se diluer dans un tsunami de bêtises et d'inepties.

Davolitele4.jpg

La députée nationale Elisa CARRIÓ avec une poupée qu'elle appelle « Republiquita ». La photo a été publiée par la députée sur son compte Twitter suite à un "sketch" qui avait été réalisé dans l'émission Journalisme pour Tous (Periodismo para Todos) de Jorge LANATA. ([6])

4.- La surexcitation instinctive et émotionnelle des téléspectateurs.

Certes, depuis plusieurs années, la télévision surstimule quotidiennement les instincts et les émotions de son public. Cette exploitation délibérée des pulsions et impulsions inférieures est produite principalement par les contenus.

L'excitation extraordinaire en question, lorsqu'elle opère au niveau instinctif, se focalise principalement (mais pas toujours) sur les instincts sexuels. Elle est peut-être à l'origine de l'atmosphère socio-culturelle hyper-érotisée si caractéristique de nos sociétés.

À cet égard, il convient de rappeler que la télévision est aujourd'hui extrêmement prolifique en messages à contenu érotique ([7]). Ainsi, par exemple, les occasions et les prétextes sont pratiquement innombrables pour exhiber les attributs +corporels+ les plus voluptueux, à peine vêtus, de belles jeunes femmes dans des poses suggestives et avec des oeillades dûment étudiées et répétées. Autre exemple : les scènes explicitement érotiques deviennent plus fréquentes et plus osées (dans de nombreux cas, des pratiques déviantes sont explicitement étalées, sans un mot sur leurs conséquences négatives). Dans le même temps, les règles de protection des enfants, autrefois strictement observées, ne le sont plus guère.

Davolitele5.jpg

Le producteur et animateur de télévision Gerardo SOFOVICH, aujourd'hui décédé avec l'une de ses "secrétaires". ([8])

Un bombardement aussi puissant réduit notre perception des femmes à un simple objet de désir sexuel (un réductionnisme qui devient particulièrement grave lorsque ce sont les femmes elles-mêmes qui l'assument). Mais, en outre, le bombardement en question implique chez l'homme une suractivation de son appétit sexuel sensible, au point de le placer – finalement - dans un état de frénésie érotique contre nature. Une telle tendance peut causer de grands dommages aux relations réciproques entre hommes et femmes, y compris, bien sûr, à leur vie sexuelle.

DAvolitele6.jpg

Episode du concours de pole dance de l'émission Showmatch, par Marcelo TINELLI ([9]).

Quant à la surexcitation émotionnelle, elle est la principale cause du sentimentalisme qui s'est répandu parmi nous. La télévision a inondé notre atmosphère socioculturelle de contenus lacrymogènes, qui exacerbent nos émotions, leur donnent plus d'importance et nous rendent hypersensibles.

Inutile de dire que cette hyper-sensibilité nous rend trop flexibles. Elle nous rend inconstants et cyclothymiques. Elle enlève toute cohérence à notre personnalité. Elle affaiblit la vigueur qui est constamment requise pour soutenir une action déterminée et cohérente dans le temps et au milieu des vicissitudes de la vie. Et, par conséquent, elle nous rend manipulables, avec un facteur aggravant supplémentaire : la stigmatisation facile des dissidents potentiels comme étant inhumains, sans cœur ou sans âme.

Bien entendu, tous ces phénomènes se produisent au détriment des "passions nobles" – ainsi nommées par Platon - (comme, par exemple, la soif de gloire, le goût de l'aventure, l'enthousiasme face aux défis, la joie de l'honneur, etc.) Bien entendu, la volonté et la raison sont également affectées, ainsi que la domination de cette dernière sur l'ensemble du système psychique et, en définitive, sur le comportement humain.

5.- La sur-stimulation du cerveau reptilien.

Il a été récemment découvert que lorsque nous regardons la télévision, l'activité de notre cerveau subit un déplacement notable vers le +soi-disant+ cerveau reptilien. C'est le siège de nos instincts les plus primaires, visant à assurer notre survie. Ces instincts peuvent se résumer aux pulsions d'attaque et de fuite.

En raison de sa constitution (primitive) et aussi de la fonction (primaire) qu'il remplit, le cerveau reptilien est stéréotypé et compulsif. Par conséquent, son activation et sa prééminence +circonstancielle+ tend à imprimer de telles caractéristiques sur notre personnalité et notre comportement.

Bien entendu, la surexcitation du cerveau reptilien nuit à l'activité et au fonctionnement des aires cérébrales les plus évoluées et complexes. En particulier, celles qui sont liées au discernement intellectuel et au sens moral.

Lorsqu'une telle sur-stimulation devient quotidienne, elle génère une accoutumance. Dans ce cas, l'affichage fréquent de contenus morbides peut affaiblir, voire annuler, la répulsion qu'ils suscitent normalement chez les personnes.

En effet, toute personne mentalement saine éprouve une répugnance naturelle à l'égard des scènes de violence, a fortiori lorsqu'elles se manifestent de manière extrême, à la limite du sadisme. La même réaction peut être observée face à un comportement clairement pervers et aberrant. C'est un rejet naturel, instinctif, qui contribue au renforcement de nos freins inhibiteurs, qui constituent une sorte de code moral du fonctionnement automatique.

Cependant, la surexcitation récurrente de notre cerveau reptilien et son exposition concomitante à des épisodes de cruauté explicite et de violence intense, même s'ils sont fictifs, peuvent sérieusement éroder cette répulsion spontanée, par la force de la familiarisation. Ainsi, le fonctionnement de nos freins inhibiteurs est sérieusement affecté, faisant céder la principale retenue morale contrôlant nos comportements.

Ce n'est qu'à la lumière de telles considérations que l'on peut pleinement apprécier la gravité des résultats d'une récente étude menée aux États-Unis, selon laquelle :

"L'utilisation d'armes à feu et de scènes violentes impliquant des armes à feu a triplé depuis 1985 dans les films pouvant être vus par des enfants de 13 ans. Cette année-là, la classification "PG-13" a été introduite aux États-Unis et, selon une étude américaine, les films de cette catégorie sortis en 2011 et 2012 contenaient également beaucoup plus de scènes de ce type que ceux destinés aux adultes. Les auteurs préviennent que des recherches ont montré que les images violentes augmentent l'agressivité des spectateurs.

"Il est surprenant de voir cette explosion de la violence armée dans des films qui, pour la plupart, visent un public adolescent', estime Brad Bushman, professeur de communication et de psychologie à l'Université de l'Ohio et co-auteur principal de l'étude publiée en ligne dans la revue américaine Pediatrics." ([10]).

Davolitele7.jpg

Plan du film Inglourious Basterds, écrit et réalisé par Quentin TARANTINO. ([11]). Le film a été accusé de célébrer ouvertement le sadisme et la torture.

Le phénomène dangereux décrit ici est l'une des principales causes de la prolifération alarmante des agressions que nous pouvons observer aujourd'hui dans presque tous les domaines dans lesquels nous interagissons. En effet, nos sociétés sont devenues étonnamment violentes. Cette tendance malsaine se manifeste d'innombrables façons : du harcèlement dans les écoles et les collèges à la légèreté choquante avec laquelle certains criminels torturent et tuent leurs victimes, en passant par la violence domestique, l'agressivité dans la circulation urbaine et la violence dans le football. Nous pouvons même y inclure les blagues lourdes,  si lourdes qu'elles ne sont plus des blagues.

En ce qui concerne ces dernières, il convient de préciser qu'elles ne se sont pas seulement répandu entre soit-disant amis. Elles ont également été adoptées, exposées et donc diffusées à la télévision. Cela principalement dans les programmes de caméras cachées.

En Argentine, les épisodes de caméra cachée sophistiqués mis en place par Videomatch - une émission animée par Marcelo TINELLI - ont réalisé des farces si lourdes qu'elles auraient pu avoir des conséquences dramatiques sur la santé de leurs victimes. Il suffit de se rappeler que l'une de ces farces consistait à défoncer la voiture de la victime, après l'avoir soumise à plusieurs situations stressantes. Nous nous demandons encore si ces caméras cachées n'auraient pas pu contribuer à la survenue d'un infarctus cardiovasculaire (ou autre accident similaire), sinon lors du déroulement de la blague, ou à la fin ou après (que ce soit à court, moyen ou long terme)...

6.- La fragmentation de la capacité de concentration ; la léthargie des facultés cognitives ; et l'infantilisation du public.

Il y a plusieurs années, au milieu des années 1970, Eric TRIST (l'un des fondateurs de l'influent Institut Tavistock) et Frederick EMERY (un spécialiste des sciences sociales et collaborateur du premier) ont diagnostiqué que, suite à vingt ans de télévision, la société américaine avait subi une sorte de "lavage de cerveau". Ce phénomène - selon les auteurs précités - s'était produit avec une telle intensité qu'il avait même entraîné la désactivation des "capacités mentales et cognitives" chez des millions d'Américains, les rendant stupides, influençables et, bien sûr, manipulables. Ce triste état de fait s'est accompagné d'un mécanisme de défense psychologique qui a conduit les victimes à nier farouchement qu'elles aient eu le moindre problème.

Selon les mêmes auteurs, la télévision a un effet dissociatif sur la capacité mentale, de sorte que les gens sont moins capables de raisonner. Les téléspectateurs qui s'habituent à regarder six heures ou plus de télévision par jour abandonnent leur capacité de réflexion sur les images et sons émanant de la télévision.

EMERY et TRIST ont également déclaré que "plus une personne regarde la télévision, moins elle comprend, moins elle accepte, plus elle se dissocie de ses propres processus mentaux... La télévision est bien plus magique que tout autre produit de consommation parce qu'elle rend les choses normales, elle présente et homogénéise des aspects fragmentaires de la réalité. Elle construit une réalité acceptable (le mythe) à partir d'ingrédients largement inacceptables. Affronter le mythe signifierait admettre que l'on est incompétent, incapable, que l'on est isolé... Ainsi (les images télévisées) deviennent et sont la vérité". ([12]).

Selon Lonnie WOLF, "la télévision entraîne la suppression de la capacité de jugement critique car la combinaison de sons et d'images place l'individu dans un état proche du sommeil, ce qui limite les capacités cognitives" (cité par : ESTULIN, Daniel, Le Club des immortels, page 108).

Les grands médias américains ont joué un rôle décisif dans l'application de ces idées. Ce n'est pas pour rien que Noam CHOMSKY a récemment déclaré:

"L'Amérique d'aujourd'hui est un bon exemple de ce que l'on pourrait appeler 'un État défaillant', car elle possède un système démocratique formel ; en fait, une société assez libre. Mais cela ne fonctionne tout simplement pas. C'est le résultat d'une énorme concentration de pouvoir dans une société qui est gérée à un degré inhabituel par une communauté d'affaires hautement consciente de sa classe.

"Aux États-Unis, la culture démocratique a été tellement érodée, une élection offre des choix si étroits que c'en est presque caricatural. Le fondement d'une démocratie est une société civile qui fonctionne, et non une société civile qui n'apparaît que tous les quatre ans, mais cela n'existe pratiquement pas aux États-Unis.

"Dans ce contexte, les médias jouent un rôle clé, car ce que font les médias et le système éducatif, c'est émousser l'intelligence et réduire la confiance en soi des gens à tel point qu'il est impossible de penser, car les qualités requises pour penser sont ce que les médias et le système éducatif enlèvent de la tête des gens ; à la fois la capacité de penser et la conviction que l'on a le droit de le faire". ([13])

Le contenu de la publicité et de la propagande, qu'il soit explicite ou voilé, est constitué de messages compréhensibles par un enfant de cinq ans, même s'ils s'adressent à des adultes. Dans le même sens, on peut observer des publicités proposant des produits dont l'acquisition et/ou la manipulation requiert une attention et une responsabilité particulières, en les banalisant.

Davolitele8.jpg

Prenez cette récente publicité pour un prêt du Banco Francés à la télévision argentine ([14]).

Cela explique également le remplacement du débat sérieux par les "slogans", les "jingles" et les "shows", en matière politique (aujourd'hui, les candidats préfèrent participer à l'émission Bailando por un sueño [Danser pour un rêve] plutôt qu'à un programme spécifiquement politique ; c'est ce que l'on appelle en Argentine la "tinellisation" de la politique).

DAvolitele9.jpg

Le chef du gouvernement de la C.A.B.A., Mauricio MACRI, dans l'émission Showmatch, avec Marcelo TINELLI et un imitateur ([15]).

7.- L'établissement de stéréotypes préfabriqués, à forte charge émotionnelle.

Normalement, ces stéréotypes, conçus pour répondre à un intérêt spécifique et/ou à un préjugé idéologique, sont présentés par paires, formant une relation antithétique. En général, cette tactique discursive offre une vision excessivement schématique et profondément manichéenne de certains thèmes, problèmes et/ou enjeux.

En effet, l'objectif de ces paires est de limiter le sujet à deux positions opposées, incarnées par les stéréotypes utilisés. Ainsi, les paires de stéréotypes présentent un extrême bon et un extrême mauvais ; ou un extrême beau et un extrême laid ; ou un extrême sain et un extrême malade; et ainsi de suite.

En général, ces messages méritent le reproche que l'on doit aux simplifications excessives. Le manichéisme absolu qu'ils traduisent, du moins lorsqu'il s'agit de problèmes humains, est également discutable. C'est essentiellement parce que, dans ce monde, il n'existe pas d'homme entièrement bon (aussi bon soit-il) ni d'homme entièrement mauvais (aussi mauvais soit-il).

Mais l'aspect le plus grave de la question provient de la manipulation délibérée des stéréotypes à la télévision. Surtout lorsqu'il s'agit de stéréotypes artificiels, générés et promus intentionnellement par l'émetteur du système de communication télévisuelle. Lequel, dans nos sociétés, est fortement concentré et présente un caractère oligarchique marqué, comme nous l'avons déjà vu.

À ce stade de notre exposé, il va de soi que nous ne faisons pas référence ici aux stéréotypes que les gens forment naturellement sur la base de leur propre expérience communautaire. Ces stéréotypes authentiquement populaires peuvent, selon les cas, être plus ou moins corrects, plus ou moins justes et/ou plus ou moins utiles..... Nous ne parlons pas ici de ces stéréotypes, mais de ceux qui sont délibérément préfabriqués par la télévision.

Malheureusement, aujourd'hui, cette distinction n'est pas facile à faire. En effet, dans de nombreux cas, les stéréotypes artificiels diffusés par les chaînes de télévision sont faussement présentés comme des créations populaires spontanées. Le succès de cette manœuvre est très facile à obtenir lorsque la télévision a réussi à s'installer dans le public comme un miroir supposé du public et, plus largement, de la société dont elle fait partie.

L'énorme capacité de la télévision à imposer des stéréotypes artificiels se manifeste très clairement dans le domaine esthétique. Peu de gens sont pleinement conscients de la profondeur de l'influence des stéréotypes télévisés de la beauté sur nos vies ; de la force avec laquelle les modèles esthétiques impliqués conditionnent notre perception, notre appréciation et le plaisir de notre propre beauté et de celle des autres.

Pour aggraver les choses, en ce qui concerne le corps féminin, la télévision (ainsi que la publicité, le cinéma et d'autres médias) a promu des stéréotypes de beauté non naturelle, à la limite, dans certains cas, du malsain. Cela a contribué à intoxiquer l'atmosphère culturelle, en en faisant un milieu favorable au développement et à l'expansion de pathologies mentales complexes, comme, par exemple, la boulimie et l'anorexie (nous n'ignorons pas la nature complexe et multicausale que présentent les maladies de ce type ; nous signalons simplement que le modèle de beauté cadavérique et plastique, fortement promu par la télévision, contribue - plus ou moins efficacement, selon les cas - à l'aggravation et/ou à la propagation de ces pathologies).

III) POUR CONCLURE :

En conclusion, nous estimons qu'il convient d'évoquer trois citations très claires et pertinentes, en rapport avec la tyrannie que nous avons dénoncée par notre titre. A savoir :

En 1956, Theodor ADORNO a publié Television and the Patterns of Mass Culture [Télévision et modèles de culture de masse]. Il y souligne que : "La télévision est un moyen de conditionnement et de contrôle psychologique tel qu'on n'en a jamais rêvé". ([16])

Selon Harley SCHLANGER, pour ADORNO et ses collaborateurs, "La télévision (loin d'être un instrument éventuellement utile au développement social) est un média idéal pour créer une culture homogène, une culture de masse, grâce à laquelle l'opinion publique pouvait être contrôlée et façonnée de sorte que tout le monde dans le pays finisse par penser la même chose". ([17])

Dès 1972, EMERY faisait état de l'impact de la télévision sur les Américains :

"La télévision suscite une tendance intrinsèque à la dépendance. Elle doit provoquer (cette dépendance) parce qu'il s'agit fondamentalement d'une activité émotionnelle et irrationnelle... la télévision est le chef qui nourrit et protège sans cesse".  ([18]).

Pablo Javier Davoli

(*) Pablo Javier DAVOLI est né dans la ville de Rosario (Province de Santa Fe, Argentine) en 1975. Il a obtenu son diplôme d'avocat à la Faculté de droit et des sciences sociales de Rosario (Pontificia Universidad Católica Argentina) en 2000. Il est titulaire d'une maîtrise en intelligence stratégique nationale de l'Université nationale de La Plata et d'un doctorat en droit de la faculté susmentionnée. Il a enseigné les sciences politiques, la formation de la pensée juridico-politique, le droit politique, le droit constitutionnel, les institutions de droit public et les relations syndicales à la faculté susmentionnée et dans d'autres universités. Il est l'auteur de plusieurs livres (Cuestiones Demológicas ; Los Grandes Paradigmas Históricos y el Estudio de los Fenómenos Sociales ; Meditaciones Sociológicas ; Confessions d'un Argentin inquiet, etc.) et de nombreux articles sur divers sujets de philosophie politique, de géopolitique, de politique internationale, de droit politique et de droit constitutionnel. Il a également donné de nombreuses conférences sur ces sujets à la Faculté de droit et de sciences sociales de Rosario (P.U.C.A.), à la Faculté de sciences économiques de Rosario (P.U.C.A.), au Barreau de Rosario, au Cercle des législateurs de la nation, etc.

En août 2011, il a participé à la rencontre de Sa Sainteté Benoît XVI avec de jeunes professeurs d'université, à El Escorial (Royaume d'Espagne).

Notes:

[1] Conf. : CARMONA, Ernesto, Seis grandes grupos económicos controlan la gran prensa en EE.UU., dans Rebelión.org, 19/05/03, http://www.rebelion.org/hemeroteca/medios/030519eeuu.htm, +compulsa daté du+ 15/05/15.

[2] Image extraite de : http://www.taringa.net/posts/apuntes-y-monografias/15779844/Monopolios-mediaticos-libertad-de-expresion.html (+compulsa daté du+ 15/05/15, sans auteur ni réserve de droits).

[3] Conf. : ESTULÍN, Daniel, El club de los inmortales, Ediciones B S.A., Argentine, 2013, page 108.

[4] Image extraite de : http://hd.clarin.com/post/82688508588/el-periodista-jorge-lanata-volvio-a-la-television (+compulsa daté du+ 18/05/15 ; aucun auteur n'est mentionné).

[5] Image extraite de : http://exitoina.perfil.com/2014-07-14-262427-intrusos-se-renovo-nuevo-panel-y-nueva-escenografia/ (+compulsa daté du+ 18/05/15 ; aucun auteur n'est mentionné).

[6] Image récupérée sur : http://www.infonews.com/nota/147293/a-la-cama-con-lilita-otra-insolita-foto-de-carrio (scannée le 18/05/15 ; aucun auteur enregistré).

[7] Nous laissons ici de côté toute explication de la technique astucieuse des messages subliminaux, qui a été utilisée à plus d'une occasion pour diffuser subrepticement des contenus érotiques.

Pour ceux qui souhaitent s'initier au sujet, nous recommandons la lecture de notre article intitulé Violer la psyché humaine : la communication subliminale et la manipulation du comportement et de la personnalité, rédigé en octobre 2013 et disponible sur notre site (http://www.pablodavoli.com.ar/articulos/Violando%20la%20psiquis%20humana.pdf).

[8] Image récupérée sur : http://personajes.lanacion.com.ar/1733343-la-vida-de-gerardo-sofovich-en-imagenes (vérifié le 17/05/15 ; aucun auteur enregistré).

[9] Image extraite de : http://www.elcomercioonline.com.ar/articulos/50016831-Tinelli-busca-derrotar-a-Gran-Hermano-5-con-el-baile-del-cano-.html (+compulsa daté du+ 17/05/15 ; aucun auteur n'est mentionné).

[10] Article Se triplican las escenas de violencia en el cine, journal uruguayen El País, 12/11/13, disponible sur : http://www.elpais.com.uy/divertite/cine/se-triplican-escenas-violencia-cine.html, extrait daté du 18/05/15).

[11] Image extraite de : http://www.fotolog.com/barredamusical/47777573/ (+compulsa daté du+ 18/05/15 ; aucun auteur n'est mentionné).

[12] ESTULIN, Daniel, ouvrage cité : El club de los inmortales, page 111.

[13] Reproduit par : HERREROS, Francisco, Concentración mediática, ideología única y Democracia de baja intensidad, 10/02/07, Rebelión.org, http://www.rebelion.org/noticia.php?id=46214, +compulsa daté du+ 15/05/15).

[14] Image extraite de : https://www.youtube.com/watch?v=TiNevN2Wvpkv (+compulsa daté du+ 18/05/15 ; aucun auteur n'est mentionné).

[15] Image extraite de : http://www.urgente24.com/224937-pensando-en-boedo-tinelli-firma-con-macri (version datée du 18/05/15 ; aucun auteur enregistré).

[16] Reproduit par : ESTULIN, Daniel, Les secrets du club Bilderberg, édition virtuelle, page 8 ; disponible à l'adresse : http://videotecaalternativa.net/wpcontent/uploads/LOS-SECRETOS-EL-CLUB-BILDERBERG-Daniel-Estulin.pdf, attesté le 05/12/12.

[17] Reproduit par : ESTULIN, Daniel, ouvrage cité : El Club de los Inmortales, page 8.

[18] Reproduit par : ESTULIN, Daniel, ouvrage cité : El club de los inmortales, page 111.

Commentaires

Tout ce qui purine le peuple est bon pour super-riche, une assurance-vie. Division et abaissement moral où intellectuel. Mais notre "ED" ne le dit pas, peur de la diabolisation. Elle manque aussi de cause finale ds son discours, de cohérence idéologique, et n'inclut pas ainsi le peuple dans son discours politique, seulement économique ("protéger les boobalandais", "pouvoir d'achat" MLP, juste constat pour Z)
.
«L'IMMIGRATION fait baisser ainsi les salaires, et dégrade la condition morale et matérielle de la classe ouvrière [...] une classe ouvrière divisée en deux camps hostiles, les prolétaires anglais et les prolétaires irlandais [imaginez avec musulmans/chrétiens] Le SECRET de l’impuissance de la classe ouvrière anglaise [souchienne], en dépit de son organisation [...] grâce auquel la classe CAPITALISTE maintient son pouvoir. Et cette classe [Soros] en est parfaitement consciente »
.
MARX, lettre à Meyer et Vogt, 1870

Écrit par : le sith rouge | mardi, 16 août 2022

« Dans le rapport de l’homme à la femme [...] Dans ce rapport générique naturel [...] s’exprime l’infinie dégradation dans laquelle l’homme existe pour lui-même [...] En partant de ce rapport on peut donc juger tout le niveau de culture de l’homme [musulman où pornographie]. » Marx, Manuscrit de 1844
.
"Le dérèglement de la vie sexuelle est bourgeois, c’est une manifestation de la décadence." Lénine
.
.
Le village global Internet de la technique indifférenciant.
.
"La communion ne passe plus par un support symbolique [potlatch primitif, cérémonie religieuse, sociale etc ...] mais par un support technique." Baudrillard
.
« L’écran interactif, explique, transforme le processus de communication, de relation de l’un à l’autre, en un processus de commutation, c’est-à-dire de réversibilité du même au même. Le secret de l’Interface, c’est que l’Autre y est virtuellement le Même [...] On est passé de l’enfer des autres à l’extase du même, du purgatoire de l’altérité aux paradis artificiels de l’identité » Baudrillard

Écrit par : le sith rouge | mardi, 16 août 2022

Écrire un commentaire