Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 30 août 2022

Même The Economist, hebdo atlantiste, a compris que les sanctions contre la Russie ruinent l'Europe. Les atlantistes italiens, eux, non

20220827_DE_US.jpg

Même The Economist, hebdo atlantiste, a compris que les sanctions contre la Russie ruinent l'Europe. Les atlantistes italiens, eux, non

Augusto Grandi

Source: https://electomagazine.it/persino-latlantista-economist-ha-capito-che-le-sanzioni-alla-russia-rovinano-leuropa-gli-atlantisti-italiani-no/

Curieusement, les médias du régime n'ont pas remarqué la dernière prise de position de The Economist. Pourtant, le journal est l'un de leurs préférés. Libéral, hyperatlantiste, une sorte de bible pour les désinformateurs italiens. Pas cette fois. Car, comme le souligne l'ambassadeur Carlo Marsili, The Economist a constaté que les sanctions contre la Russie imposées par les Américains et appliquées par les majordomes européens font surtout du tort aux Européens. Si The Economist savait qui ils sont.

Mais les médias italiens ne sont pas de cet avis. Ils sont plus atlantistes que les atlantistes. Héroïquement, ils se battront jusqu'au dernier vieil Italien mourant de froid et de faim. Ils n'en ont rien à faire du vieux de toute façon. Le Corriere rapporte donc que nous avons déjà forcé Poutine à brûler le gaz qu'il ne veut pas nous vendre. Oui, cela augmente la pollution, mais pour la gloire de Biden et Zelensky, on peut bien oublier l'ennuyeuse Greta et les écologistes agaçants. Et peu importe, selon le Corriere, si les sociétés étrangères qui nous vendent du gaz à un prix très élevé comprennent des actionnaires russes. Ce que Poutine ne perçoit pas d'un côté, il le reçoit de l'autre.

thumbs_b_c_83912405e6841e4b88e51630b6f29aad.jpg

Carlo Marsili

Le problème, cependant, n'est pas la Russie. Il s'agit de l'Italie. C'est le manque de gaz pour chauffer les maisons, pour faire fonctionner les entreprises, pour fournir une électricité qui ne soit pas seulement hydroélectrique. Pour faire tourner les magasins, pour empêcher la spéculation de justifier des hausses de prix absurdes dans tous les domaines.

Le Corriere ne s'intéresse pas aux Italiens. L'ambassadeur Marsili, lui, oui. Et il exige donc que l'Europe s'assoie à la table avec la Russie pour de véritables négociations. Il ne s'agit pas de se livrer à la farce suivante : "Vous revenez en arrière, vous donnez aux Ukrainiens les terres russes et russophiles, vous donnez également la Crimée (qui était russe jusqu'en 1954) et nous, en échange, nous vous payons moins pour le gaz". Une aubaine !

Évidemment, sur cette base, rien ne peut être réalisé. Parce que la réalité factuelle ne peut être ignorée. Et on ne peut ignorer que la guerre de facto, déclarée par Rome à Moscou en envoyant des armes à Zelensky, a conduit à la première phase d'un désastre économique destiné à s'aggraver. En Italie, et avant cela en Russie. Maintenant, le Corriere insiste sur le fait que les Italiens affrontent avec joie tout rationnement de l'énergie et toutes les augmentations de prix qui précipiteront des millions de personnes dans la pauvreté. Car, ensuite, Poutine sera obligé de céder. Comme s'il n'y avait pas de pays comptant plus de la moitié de la population mondiale qui n'ont pas adopté de sanctions et continuent de commercer avec la Russie. Marsili le sait, le Corriere ne le sait pas.

 

Écrire un commentaire