Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 22 septembre 2022

Charles III, roi de la "Grande Réinitialisation"

d1f2ddc420c338580a657c226ca5c7fe.jpg

Charles III, roi de la "Grande Réinitialisation"

Le nouveau monarque britannique est un partisan du "Nouvel ordre mondial

Bernhard Tomaschitz

Source: https://zurzeit.at/index.php/charles-iii-koenig-des-great-reset/

Après la mort de la reine Elizabeth II, son fils aîné Charles est devenu le nouveau chef d'État. Contrairement à sa mère, qui ne s'est jamais exprimée politiquement au cours de sa longue vie, le nouveau roi, qui portera le nom de Charles III, a pris clairement position à plusieurs reprises. Il est surtout l'une des figures de proue du "Great Reset", c'est-à-dire de la transformation fondamentale de l'économie et de la société ordonnée d'en haut.

Lors d'une conférence virtuelle du "Forum économique mondial", le 3 juin 2020, l'héritier du trône à l'époque a déclaré que "nous avons une occasion en or de tirer quelque chose de bon de cette crise - rendre ses ondes de choc sans précédent plus réceptives aux grandes visions du changement". Par crise, il faut entendre la crise provoquée par le coronavirus. Et de poursuivre : "En passant du sauvetage à la reprise, nous avons donc une occasion unique, mais qui disparaît rapidement, de tirer des leçons et de nous engager sur une voie plus durable. Nous n'avons jamais eu cette opportunité et ne l'aurons peut-être plus jamais. Nous devons utiliser tous les leviers à notre disposition, car nous savons que chacun d'entre nous a un rôle important à jouer".

De plus, l'ex-Prince de Galles a fait savoir sur son site internet : "Le Great Reset, lancé aujourd'hui dans le cadre d'une table ronde virtuelle, vise à reconstruire, redessiner, revitaliser et rééquilibrer notre monde. Il a été conçu pour garantir que les entreprises et les communautés 'reconstruisent mieux' en plaçant les pratiques commerciales durables au cœur de leurs activités".

Le terme clé est "durable" et semble à première vue raisonnable et discret. Mais en réalité, le terme "durable" est le prétexte pour augmenter ou créer de nouvelles taxes, changer les habitudes de vie des gens, manipuler les masses ou restreindre les droits fondamentaux au nom de la religion civile du changement climatique prétendument causé par l'homme uniquement. Et tout cela, bien sûr, sans que les citoyens aient leur mot à dire démocratiquement.

Écrire un commentaire