Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 27 mai 2023

Alexandre Douguine: les échecs et la guerre

6006d9ac6dacf2494e0cfc8c35f977ab.jpg

Les échecs et la guerre

Alexandre Douguine

Source: https://www.geopolitika.ru/en/article/chess-war?fbclid=IwAR2c4dK0IXqIdWCxJT110qVAujss0Rm0Uiqt8BFLjAkzj3dR8E5Orii1t7U

Examinons les principaux acteurs de la guerre qui se déroule en Ukraine. Nous pouvons ici nous référer à la métaphore de "l'échiquier géopolitique" introduite par Zbigniew Brzezinski. Il est évident que le territoire de l'Ukraine, et dans une certaine mesure de la Russie, est un "échiquier" sur lequel se déroule la confrontation géopolitique mondiale. En même temps, Kiev elle-même, comme chacun l'a compris depuis longtemps, n'a pas d'indépendance et ne constitue pas un "sujet politique": l'Ukraine n'est qu'un outil que les principaux acteurs, en premier lieu ceux qui jouent contre la Russie, déplacent à leur guise. Comme toute métaphore, le schéma du "jeu d'échecs géopolitique" que nous proposons a certes des faiblesses et des limites, mais s'il permet d'éclairer ce qui se passe, il justifie à lui seul son existence.

662b9ceda0d7e818aa75ac29dd68e73b.jpg

Les échecs de l'apocalypse

Tout schéma simplifie à l'extrême la réalité, mais il tente de mettre en évidence les tendances de fond et les centres de pouvoir réellement décisifs. Il est évident que la Russie est aujourd'hui en guerre contre l'Occident collectif et ce sont ces deux instances géopolitiques que l'on peut considérer comme les deux camps opposés. Sur notre échiquier métaphorique, la Russie est représentée par les Blancs et l'Occident collectif par les Noirs.

Chez les Noirs, les contours de plusieurs pôles puissants et influents se dessinent. Puisque nous parlons d'un jeu d'échecs géopolitique, nous pouvons imaginer chaque pôle comme une sorte de pièce, qui a son propre plan, sa propre logique, sa propre stratégie, ses propres objectifs de guerre. En même temps, chaque pièce géopolitique est limitée dans ses actions par les autres pièces, blanches et noires, les siennes et celles de l'adversaire.

Trois figures principales sont proposées pour chaque camp, le noir et le blanc. Mais ces figures principales généralisent un très grand nombre de centres de décision secondaires, de groupes d'analyse et d'experts, de réseaux d'influence, etc. Ce sont les macro-figures du jeu d'échecs géopolitique de la guerre d'Ukraine, qui pourrait d'ailleurs facilement et rapidement dégénérer en Troisième Guerre mondiale. Le conflit actuel serait donc identifié comme son précurseur ou sa première phase. S'il ne dégénère pas en Troisième Guerre mondiale, l'implication d'acteurs mondiaux et l'échelle mondiale rendent chaque macro-figure responsable du sort de l'humanité. Chaque mouvement de l'une ou l'autre de ces macro-figures, dans les circonstances actuelles, est porteur d'Armageddon. La probabilité d'une confrontation nucléaire directe entre la Russie et le bloc de l'OTAN avec l'utilisation d'armes nucléaires stratégiques (SNW/Strategic Nuclear Weapons) est la toile de fond sur laquelle se joue la partie d'échecs sur l'échiquier qu'est aujourd'hui l'Ukraine (ou la Russie occidentale). Nous sommes donc face aux "échecs de l'Apocalypse".

Les pièces des Noirs

Chez les Noirs, nous pouvons distinguer trois macro-figures principales, qui ne sont pas symétriques les unes par rapport aux autres, mais qui ont chacune un degré de souveraineté suffisant pour influencer activement le cours de toute la confrontation. Nous les avons nommées comme suit :

Le parti de la victoire complète et immédiate sur la Russie.

Le parti de la victoire retardée sur la Russie.

Le parti de l'indifférence à l'égard de la Russie.

Les deux premières macro-figures représentent les factions des mondialistes qui contrôlent aujourd'hui presque entièrement les élites atlantistes des États-Unis et de l'UE, qui sont toutes deux en route vers un gouvernement mondial et n'ont pas de contradictions à cet égard. Ils ne diffèrent que par la rapidité et la radicalité des mesures nécessaires pour atteindre leur objectif commun. Le Parti de la victoire immédiate sur la Russie et le Parti de la victoire différée sont tous deux fermement attachés à un monde unipolaire, à l'idéologie libérale mondialiste et au maintien à tout prix de l'hégémonie occidentale à l'échelle mondiale. En substance, ils constituent une seule et même force, mais leurs deux pôles - le parti de la victoire noire immédiate et le parti de la victoire noire différée - diffèrent considérablement dans leur évaluation de la situation, par les méthodes qu'ils appliquent et par les moyens qu'ils préconisent pour atteindre l'objectif.

Le parti de la victoire totale et immédiate sur la Russie

La partie la plus radicale des mondialistes insiste pour profiter de la situation et de ce qu'ils considèrent comme la faiblesse significative de la Russie démontrée dans la guerre ukrainienne (beaucoup pensent sincèrement que "la Russie a déjà perdu"), pour mettre fin à la situation, infliger une défaite totale et écrasante à la Russie, la forcer à une reddition inconditionnelle, puis pour la plonger dans un chaos sanglant et assurer l'effondrement de la Fédération de Russie le long de toutes les lignes de fracture possibles - sociales, ethniques et confessionnelles, territoriales.

2021059734001.jpg

Cette macro-figure est représentée en premier lieu par les services secrets britanniques, qui agissent en étroite relation avec certains centres néo-conservateurs américains (Kagan, Nuland, Kristol) et avec les cercles du Pentagone et de la CIA qui leur sont proches.

Du point de vue de ces institutions, la Russie est extrêmement faible et sa survie politique ne tient qu'à un fil à tous égards. L'impasse sur les fronts, l'indécision ou le report permanent des réformes de mobilisation, la grande tolérance de l'opposition politique et anti-belliciste au sein des élites, la confusion au sein du commandement militaire, la confusion de la société, les effets des sanctions et la nécessité de rechercher une substitution immédiate pour les importations, l'absence d'une idéologie cohérente, l'absence d'une volonté stratégique claire de gagner, sont pour ce parti autant de signes que la Russie est au bord du gouffre et que, si elle est poussée à bout, elle s'écroulera. C'est pourquoi la première macro-figure des Noirs - le parti de la victoire complète et immédiate sur la Russie - planifie et exécute les étapes les plus drastiques de cette guerre: c'est là que sont planifiées et exécutées les attaques terroristes sur les territoires russes, les assassinats, les bombardements, les attaques de drones, les attaques sur l'ancien et le nouveau territoire russe, y compris les attaques contre des cibles civiles sur les territoires frontaliers de la Russie, l'opération visant à faire sauter les approvisionnements en eau du nord et à faire sauter le pont de Crimée. Il s'agit du pôle noir qui vise à saturer au maximum le régime fantoche de Kiev avec toutes sortes d'armes, à fournir des obus à uranium appauvri, à mener de nouvelles attaques terroristes à grande échelle dans les capitales et les villes russes, à radicaliser l'opposition russe interne et à recruter son personnel pour le soulèvement armé, la formation de DRG, etc.

Aucune négociation avec la Russie, aucun cessez-le-feu n'est envisagé par ce pôle. La Russie est prise dans un piège stratégique soigneusement placé et l'ours blessé doit être épuisé maintenant et immédiatement, par tous les moyens nécessaires.

Ce pôle préconise une escalade parabolique des hostilités, en utilisant toute la gamme des moyens et cela, de manière accélérée.

Le principal argument de cette macro-figure est l'hypothèse selon laquelle Poutine n'utilisera en aucun cas des armes nucléaires (NSNW), ni d'ailleurs des armes nucléaires stratégiques (TNW), et la probabilité d'utiliser des armes nucléaires tactiques (TNW) n'est pas fatale du point de vue de ce groupe. Toute suggestion selon laquelle Moscou est prête à répondre par des armes nucléaires dans le cas extrême est considérée par ce groupe des pièces noires de notre échiquier comme un bluff, car, selon lui, le régime existant, en l'absence d'une idéologie brillante, n'est tout simplement pas organiquement capable de franchir cette étape.

Ce même pôle utilise activement des stratégies de réseau, supervise l'IPSO et modère les stratégies d'ingénierie sociale pour la société russe, exploitant habilement toute faille dans la politique russe en matière d'information et d'Internet. On peut dire qu'il orchestre des vagues de terreur mentale à l'aide de diverses méthodes, y compris de nombreuses chaînes d'information censées être "neutres" et "objectives" par nature.

Ce pôle jouera un rôle important dans la contre-attaque planifiée par Kiev et revendique la direction complète de l'opération.

L'objectif - la destruction de la Russie - sera atteint rapidement et durement, dans les plus brefs délais. Des attaques terroristes de masse faisant un grand nombre de victimes civiles et même des attaques de missiles sur Moscou seront autorisées.

Le parti de la victoire retardée sur la Russie

La deuxième macro-figure chez les pièces noires est le parti de la victoire retardée sur la Russie. Ici, l'évaluation de la situation est légèrement différente de celle de la première macro-figure. Ce groupe estime, comme le premier, que la Russie a "déjà perdu" dans cette guerre: les attaques contre le centre de l'Ukraine, et même contre Kharkov et Odessa, ont échoué, le front s'est enlisé même dans le Donbass, les sanctions ont isolé économiquement la Russie de l'Occident, l'indécision ne permettant pas les réformes patriotiques nécessaires a encore affaibli Moscou. Dans cette situation, le programme minimum, selon ce pôle noir, a été atteint. Les pays occidentaux se sont à nouveau unis autour de l'OTAN sous l'égide des États-Unis, le mondialisme a une nouvelle fois renforcé sa position. Le moment est donc venu de faire entrer le conflit dans une phase à long terme. Plus le "statu quo" durera, plus la Russie sera affaiblie. Et alors, voyez-vous, les processus destructeurs s'enclencheront d'eux-mêmes: les effets des sanctions et les difficultés à organiser les importations parallèles et la substitution des importations se feront sentir; les victimes de plus en plus nombreuses de la guerre mineront la confiance dans le gouvernement; et, si nous ne nous dépêchons pas et n'allons pas trop loin, la Russie elle-même, comme un fruit mûr, tombera dans le panier des mondialistes. En réalité, la guerre a déjà été "gagnée" par l'Occident, et l'Ukraine n'était et ne reste qu'un matériau consommable dans ce jeu d'échecs géopolitique - un pion a été sacrifié (et même pas jusqu'au bout), et la situation générale s'est nettement améliorée.

russia-ukraine-war-milley-26264.jpg

Le général Mark Milley, président de l'état-major interarmées des forces armées américaines, est un excellent exemple de cette position.

La deuxième macro-figure dans les pièces noires est également orientée vers la défaite finale de la Russie, mais cette victoire ne surviendra que graduellement, sera retardée. L'ouverture de négociations de paix, de préférence à des conditions désavantageuses pour la Russie - c'est une honte - et la prolongation de la guerre pendant une longue période, voire une certaine connivence avec les Russes dans des zones locales, sont autorisées ici.

Et surtout : la deuxième macro-figure n'est pas sûre que dans une situation critique - par exemple, en cas d'attaque décisive et précipitée des troupes de Kiev sur les territoires russes - Poutine n'utilisera pas d'armes nucléaires, y compris des armes nucléaires non conventionnelles. L'hypothèse est qu'il s'agit peut-être d'un bluff, mais si ce n'est pas le cas, il pourrait s'avérer qu'il est trop tard. Alors pourquoi risquer tout, la destruction de la planète, juste pour obtenir ce que vous voulez un peu plus vite que vous ne l'obtiendrez de toute façon ?

C'est la position de Biden lui-même et de la plupart des membres de son administration (à l'exception des néoconservateurs extrémistes). Et c'est pourquoi certaines publications de la presse américaine contrôlée par la Maison Blanche rejettent la responsabilité des attaques terroristes en Russie, de l'explosion du gazoduc Nord Stream et de l'escalade en général. Le fait que la responsabilité soit reportée sur Kiev doit être considéré comme un euphémisme, une figure de style. Bien sûr, le sens est autre : les modérés désignent - à travers Kiev - la première macro-figure des noirs, c'est-à-dire le parti de la victoire totale et immédiate sur la Russie

Quelle est la relation entre ces macro-figures ? Il n'est pas facile de l'établir avec certitude. À certains égards, elles sont solidaires - dans leur désir de vaincre la Russie, de perturber le processus conduisant à la multipolarité et de préserver l'hégémonie de l'Occident mondialiste. À d'autres égards, ils diffèrent. Mais dans tous les cas, il s'agit de deux pièces-personnages différent(e)s. Ils ont deux visions et deux programmes différents. Il n'y a pas de hiérarchie claire entre eux: chacun suit sa propre voie, selon ses propres évaluations, méthodes et possibilités. Il peut sembler que l'équilibre entre la première et la deuxième pièce se déplace périodiquement dans un sens ou dans l'autre.

Là encore, l'image du jeu d'échecs nous aide. Chacune des pièces se déplace selon son propre algorithme. L'une est orientée vers l'escalade, l'accélération du temps et le mépris des règles. L'autre agit plus prudemment, essayant de maîtriser l'escalade et prête à prolonger le processus, sûre des résultats déjà obtenus et de la probabilité d'obtenir ce qu'elle veut (l'effondrement de la Russie en tant que puissance souveraine) dans le cours naturel des événements, ce que, bien sûr, l'Occident devrait activement faciliter.

Le parti de l'indifférence

Il existe également une troisième macro-figure parmi les Noirs. Elle est beaucoup moins influente que les deux premières et n'a pas grand-chose à voir avec le fait d'influencer directement le cours des événements. Mais elle est là, et on ne peut l'ignorer. Il s'agit de la position des forces politiques américaines qui n'identifient pas les intérêts américains au mondialisme, qui ne s'appuient pas sur les règles de la géopolitique atlantiste (où l'objectif principal de la civilisation anglo-saxonne de la mer est une victoire écrasante sur la civilisation eurasienne de la terre, c'est-à-dire la Russie souveraine), et qui sont donc indifférentes à la Russie qui, selon une analyse sobrement pragmatique, ne menace pas les intérêts nationaux américains - ni dans le domaine militaire, ni dans le domaine économique - en général. Si nous abandonnons l'équation "États-Unis = globalisme, hégémonie mondiale et libéralisme", que les deux premiers macro-figures noires partagent et que le troisième groupe rejette, l'attitude à l'égard de la guerre en Ukraine change immédiatement. Le résumé de cette attitude est le suivant: les États-Unis ne sont pas du tout intéressés par cette guerre, et l'obsession de la russophobie est liée aux intérêts privés des élites mondialistes qui utilisent les États-Unis et les pays européens de l'OTAN pour leurs propres intérêts économiques.

_114676275_rep_manifesto_trump_index_promo976.jpg

C'est exactement la position exprimée par l'ancien président américain Donald Trump. Ses affirmations selon lesquelles, s'il redevient président des États-Unis, le conflit en Ukraine cessera immédiatement ne sont pas de la vantardise, mais du pur réalisme. Une fois que l'Occident collectif abandonne la féroce partie d'échecs contre la Russie, tout ce drame devient insignifiant et les États-Unis passent à d'autres problèmes - plus aigus - tels que la rivalité économique avec la Chine, la crise financière et la crise de l'émigration aux États-Unis mêmes, etc.

Parmi les figures noires, c'est aujourd'hui la position la plus faible. Son influence est très limitée. Mais à l'approche des élections présidentielles américaines de 2024, son influence pourrait s'accroître. Toujours pour des raisons pragmatiques, il est probable que les Républicains, dans leur opposition à la politique ukrainienne de Biden, se rabattent sur ce type de logique réaliste. Il n'y a pas la moindre sympathie pour la Russie derrière une telle position, mais objectivement, cela réduirait considérablement les tensions et conduirait à une désescalade.

Parmi les Républicains eux-mêmes, la logique de Trump n'est pas la seule, et certains néoconservateurs soutiendront le scénario atlantiste. Mais d'ores et déjà, pour les intérêts intra-corporatistes de la politique américaine, la carte ukrainienne est si fermement associée aux démocrates et à Biden qu'elle n'a aucune chance d'être reprise par les républicains dans les débats pré-électoraux.

On peut donc prédire avec prudence que d'ici l'automne 2023, et surtout si la Russie réussit l'offensive à venir, le rôle de la troisième macro-figure noire augmentera progressivement.

Il est évident qu'une telle orientation de la politique étrangère américaine, basée sur le réalisme et l'intérêt national des États-Unis en tant que puissance, changera complètement la stratégie du jeu d'échecs du côté noir, même si l'influence des autres macro-figures demeurera. Ce sera déjà un jeu complètement différent, et ce n'est pas une coïncidence si le régime de Kiev déteste tout ce qui est lié à Trump. La force du troisième parti - le parti de l'indifférence à l'égard de la Russie - signifiera la fin de l'Ukraine actuelle.

Les grandes figures des Blancs : le parti de la défaite immédiate

Passons maintenant aux Blancs et à leurs macro-figures. Ici aussi, trois "partis" symétriques peuvent être distingués. Ils correspondent en partie aux macro-figures des Noirs, mais s'en distinguent à certains égards. On peut les nommer conventionnellement comme suit :

Le parti de la défaite immédiate de la Russie.

Le parti de la défaite différée de la Russie.

Le parti de la victoire.

Le parti de la défaite immédiate comprend l'opposition libérale radicale - les structures animées par Navalny qui se sont transformées en terreur pure et simple (avec Darya Trepova, photo ci-dessous), les anciens émigrés politiques (Khodorkovsky, Kasparov, etc.), les représentants des nouveaux émigrés politiques (Chubais), etc., des représentants des nouveaux émigrés politiques (Chubais), économiques (Fridman, Aven), artistiques (Pugacheva, Galkin), victimes de l'ingénierie sociale de l'ennemi, hypnotisés par le slogan "non à la guerre", et, enfin, des agents directs de l'Occident dans diverses structures gouvernementales et sociales, de plus en plus actifs dans le sabotage direct, l'organisation de DRG, la fourniture à l'ennemi d'informations précieuses, etc.

FsvFVUQXoAUF2Zi.jpg

Cette macro-figure est politiquement désignée comme quelque chose d'inacceptable, mais son enracinement profond dans la société et l'État au cours des 30 dernières années où notre pays s'est directement orienté vers l'Occident est si important que l'opposition à cette macro-figure ne concerne jusqu'à présent que la partie émergée de l'iceberg. Les réseaux libéraux d'agents d'influence sont omniprésents en Russie et les Noirs comptent sur cette figure blanche dans leur jeu géopolitique comme l'un des principaux facteurs de leur stratégie. Cette figure n'est "blanche" que formellement, en ce sens qu'il s'agit de Russes, de demi-Russes ou d'anciens Russes. En réalité, en termes d'orientation géopolitique, les libéraux et les Occidentaux, ceux qui sont déjà partis et ceux qui ne sont pas encore partis, servent les intérêts des Noirs. C'est ainsi que les jockeys corrompus perdent délibérément des courses et que les boxeurs corrompus perdent des combats. La première macro-figure des Blancs, le Parti de la Défaite Immédiate, fait essentiellement le jeu des Noirs dans tous les domaines. Et pas seulement des Noirs en général, mais plus particulièrement du parti de la victoire immédiate chez les Noirs, la première macro-figure des Noirs. En fait, cette figure "blanche" est contrôlée par une pièce noire.

Le géopoliticien atlantiste Brzezinski, aujourd'hui décédé, y a fait explicitement allusion lorsqu'à ma question sur les échecs géopolitiques, il a répondu que "les échecs sont un jeu pour un, pas pour deux". Brzezinski avait l'habitude de jouer pour les noirs et de déplacer les pièces blanches. C'est exactement la situation de l'élite russe avant l'OMS (Opération militaire spéciale). Elle était dirigée par l'Occident. Mais après l'OMS, ce modèle est devenu plus inacceptable et les élites libérales qui semblaient "blanches" sont finalement apparues comme des figures dirigées par les Noirs.

126d6cdd9fa461e68d8626cc3815bd7b.jpg

D'où l'apparition de représentants directs du MI6, comme Hristo Groziev et ses subordonnés (Navalny et son entourage), à la veille de l'OMS. Les libéraux ont tombé le masque et se sont révélés être des agents directs de l'ennemi dans un conflit meurtrier.

On peut toutefois se demander si les représentants du parti de la défaite immédiate de la Russie sont pleinement connus, identifiés et étiquetés en conséquence. De toute évidence, ils ne le sont pas tous. Mais c'est une question qui devrait être posée aux structures compétentes. Et pour la traiter en profondeur, il serait nécessaire de reconstituer le SMERSH ou quelque chose de similaire.

Il est important de noter que l'élite dirigeante des années 1990 était principalement composée de libéraux radicaux occidentalistes et que, même si certains d'entre eux ont sincèrement changé d'avis pendant la période de souveraineté de Poutine, l'expérience n'a pas été vaine.

Le parti de la défaite différée chez les Blancs

La deuxième macro-figure chez les Blancs est le parti de la défaite différée. Il s'agit de la partie de l'élite russe qui professe une double allégeance: d'une part, ce groupe est loyal envers Poutine et reconnaît la légitimité de son orientation vers la souveraineté et le multipolarisme, ce qui signifie qu'il soutient l'opération militaire spéciale et vise formellement la victoire. Mais d'autre part, l'orientation principale de ce groupe reste l'Occident libéral moderne, sa culture, ses codes, ses technologies, ses pratiques et ses tendances. Par conséquent, cette macro-figure considère la rupture avec l'Occident comme une catastrophe et prévoit la fin du conflit dès que possible et le lancement de processus visant à rétablir les liens rompus. Cette deuxième macro-figure parmi les pièces blanches n'est pas prête pour le sabotage direct, l'espionnage et les activités terroristes contre les autorités. En outre, elle comprend que la souveraineté est une valeur et que sa perte totale signifierait également sa propre disparition en tant qu'élite loyaliste. Mais le parti de la défaite différée ne considère pas la Russie comme une civilisation, n'est pas prêt à tout sacrifier pour le front et ne voit pas d'avenir pour le pays en dehors de l'Occident.

L'OMS a été perçus comme un désastre pour cette macro-figure, mais contrairement au parti blanc de la défaite immédiate, ses représentants sont obligés de rester loyaux envers Poutine et le pays.

Il s'agit d'un groupe très sérieux et influent au sein du gouvernement russe. Il est en partie symétrique au parti de la victoire différée des Noirs. Ses représentants accepteraient les propositions les plus désagréables de l'Occident au nom de la paix. Mais comme le parti de la victoire immédiate des Noirs ne leur laisse aucune chance, ils sont contraints de travailler pour la guerre et de soutenir l'opération. Les conversations privées récemment publiées de certains membres de l'élite décrivent clairement l'état d'esprit de ce groupe: ils ne croient pas à la victoire, ils maudissent l'OMS, ils regrettent amèrement les jours d'avant-guerre et ils sont prêts à accepter presque n'importe quelle condition pour mettre fin au conflit. Dans le même temps, ils sont contraints d'adopter une position officiellement "patriotique", qui est devenue la norme du politiquement correct en Russie même.

Le parti de la victoire retardée aux États-Unis et en Occident en général s'appuie fortement sur le parti de la défaite retardée en Russie, car il bloque activement la mobilisation publique totale et les réformes patriotiques décisives qui n'ont que trop tardé, y compris la proclamation d'une idéologie cohérente et cohésive. Toutefois, cette macro-figure, contrairement à la première, qui n'est en fait pas blanche du tout, reste du côté de la Russie et, dans une confrontation directe et dure, et surtout face à une autre macro-figure de l'ennemi (le parti de la victoire noire immédiate), elle sera elle aussi contrainte d'agir conformément à la logique de la guerre qui lui est livrée.

Le parti de la victoire

La troisième macro-figure des Blancs est le Parti de la Victoire. Il est assez largement présent dans la société russe; en revanche, il a été très minoritaire au sein de l'élite dirigeante jusqu'à une date très récente. Il s'agit de patriotes convaincus et de partisans de la Russie en tant que civilisation originale, porteurs de valeurs traditionnelles favorables à la mission et à l'identité historique de la Russie - sa religion, son peuple, sa souveraineté.

L'OMS a mis en avant le Parti de la Victoire et ce sont ses évaluations, ses perceptions et ses décryptages du conflit radical avec l'Occident collectif qui sont devenus, en fait, la version officielle de ce qui se passe. Les représentants de la deuxième macro-figure blanche sont contraints de répéter cette version, parfois avec force.

Le Parti de la Victoire se concentre sur l'opposition frontale à l'Occident, pour aller jusqu'au bout de la logique de l'OMS et cimenter les conditions stratégiques d'un monde multipolaire où l'hégémonie occidentale n'a pas sa place. C'est cette macro-figure qui considère le conflit militaire avec l'Occident comme un moment décisif dans la bataille pour le prochain ordre mondial et comme l'accomplissement de la mission historique de la Russie. Le parti de la Victoire considère le conflit non pas comme une confrontation conjoncturelle ou un différend régional, mais comme une guerre des civilisations. Pour le parti de la Victoire, la Russie, l'État et la société, doivent donc prendre toutes les mesures nécessaires et payer n'importe quel prix. Le déclenchement de l'OMS, quelles qu'en aient été les raisons, a été la dernière bataille pour la souveraineté et l'existence historique de la Russie. C'est pourquoi des réformes patriotiques immédiates et une mobilisation totale du gouvernement et de la société sont nécessaires. Du point de vue de ce parti, l'utilisation d'armes nucléaires, compte tenu de la gravité de la menace qui pèse sur la Russie, et en particulier dans l'éventualité d'un scénario d'hostilités négatives, est métaphysiquement justifiée et ne constitue en aucun cas un bluff.

Le Pôle Blanc de la Victoire n'est pas encore actuellement le pôle dominant de l'élite, et le Parti de la Défaite Différée le dépasse sur plusieurs plans administratifs. Cela dit, le poids du Parti de la Victoire ne cesse de croître et, au niveau du discours officiel en Russie, c'est son programme, sa stratégie et son appréciation de la situation qui sont considérés comme normatifs.

En tout état de cause, cette macro-figure de l'échiquier géopolitique est présente, contrastée et distinguable.

Consolidation

Réduisons maintenant notre proposition de classification des acteurs à un schéma général.

Chaque macro-figure a devant elle une image assez claire de ce qui se passe, avec laquelle toutes les autres figures sont en principe d'accord. C'est-à-dire qu'ils agissent tous selon certains algorithmes, qui sont inscrits dans la structure objective de la confrontation, sur laquelle ils ne se font pas d'illusions. Tout le monde comprend qui se bat avec qui et pour quels objectifs.

L'Ukraine n'est qu'un territoire, un échiquier - avec ses propres caractéristiques, sa topographie et sa topologie, mais c'est un pur arrière-plan. Elle n'est ni un personnage ni un sujet. Tout se décide en dehors d'elle et indépendamment d'elle.

Les processus militaires, politiques, économiques, sociaux, diplomatiques, informationnels et technologiques sont étroitement liés et forment un système plutôt ordonné, malgré la spontanéité de la guerre. Les six macro-figures peuvent être utilisées pour comprendre comment ces systèmes sont configurés et comment leurs différentes parties sont interconnectées.

Mais cet accord général avec le cadre géopolitique objectif ne va pas plus loin. Chaque sujet du processus décisionnel évolue selon sa propre logique et le fait même de cette évolution est susceptible de modifier l'ensemble du tableau dans certaines circonstances. Par exemple, la décision de mobilisation partielle en Russie, son calendrier et même ses détails, affectent l'ensemble du système. Il est évident que le parti d'une défaite retardée en Russie a trouvé le meilleur écho auprès de l'Occident collectif, mais une fois qu'elle s'est produite, les événements ont commencé à se dérouler à un rythme différent. Il en va de même pour les autres décisions majeures de cette guerre : offensives, retraites, défenses, attaques, attentats, bombardements de cibles militaires et civiles sur le territoire de l'ennemi, etc. L'irrégularité de la situation est que le territoire du véritable ennemi dans cette guerre - l'Occident collectif - reste pour l'instant parfaitement sûr, alors que sur le territoire de la Russie, l'ennemi frappe, jusqu'à la récente attaque de drones contre le Kremlin.

Dans ce diagramme, nous pouvons analyser plus en détail la relation entre les trois pôles noirs, ce qui nous donnera une image plus claire du vecteur global, en tenant compte du moment politique aux États-Unis et des processus plus secondaires dans les pays de l'OTAN - l'Europe et la Turquie. Nous pouvons également examiner la relation et l'équilibre des trois macro-figures blanches. Là encore, il existe une dynamique certaine liée au même moment politique, mais déjà au sein de la Russie. Enfin, il est possible d'analyser comment les attitudes, les décisions et les actions initiées par chaque pôle d'un camp (le camp noir) sont liées aux attitudes, décisions et actions similaires de l'autre (le camp blanc). Mais cela nécessite une autre analyse, plus détaillée. Pour l'instant, il suffit de mettre en évidence et de décrire brièvement les principales macro-figures de cette guerre comparable à une partie d'échecs, qui pourrait devenir la dernière guerre de l'humanité. Tout dépend de ces figures, de leur interaction, de leur corrélation, de leur remplissage de sujets et d'objets, de leur volonté, de leur détermination, de leurs ressources et de leur conviction intérieure de leur justesse.

Commentaires

Dit brièvement, Douguine lève un voile qui cachait encore pour moi certaines réalités. Le parti de la défaite différé ça fait longtemps que je le "sens" par mes contacts et visites en Russie. La société de consommation, plus précisément le leurre, qui ne passe hélas qu'avec le temps, que constitue le désir d'améliorer toujours son confort de vie, a pris racine en Russie en l'espace d'une génération car les autorités russes n'en ont peut-être pas mesuré le danger (ou au contraire en étaient satisfaites). Sur certaines chaines de télé il y a autant de publicité abrutissantes qu'en Turquie par exemple, une pub destinée au bas peuple (avant on disait prolos). Les recrues pour les films porno sont semble-t-il assez nombreuses pour devenir célèbres hors de Russie. Quant enfin aux intellos je trouve plutôt timorés (ceux nés dans les années soixantes qui ont pourtant un "bagage soviétique" ; (Ne parlons pas de ceux nés vers 90). Pour le reste, les associations humanistes bidon et autres handicapés de la pensée qui croient encore à l'american way of life, il y en a pas mal. Enfin, l'OMS en Ukraine a été un peu timorée au départ, mais bon je ne suis pas militaire... je sais seulement que les Kinzal coûtent plus que les Geran mais ils font plus mal et font plus peur.

Écrit par : Képler | samedi, 03 juin 2023

Écrire un commentaire