Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 14 mai 2017

Le raid allemand contre Fort Lamy

blaich.jpg

Erich Körner-Lakatos

Le raid allemand contre Fort Lamy

Un appareil allemand de type He 111 détruit la plus grande réserve de carburant en Afrique centrale

Le matin du 21 janvier 1942, une terrible tempête de sable sévit en Cyrénaïque. Les officiers de l’Afrika Korps lisent à leurs camarades de combat l’ordre du jour lancé par Rommel aux forces armées du Reich et de l’Italie positionnées dans le désert libyen :

Soldats allemands et italiens !

Vous avez derrière vous de rudes combats contre un ennemi supérieur en nombre et en matériel. Votre esprit combattif est demeuré intact. Pour le moment, nous sommes supérieurs à l’adversaire en nombre sur le front. C’est pour détruire cet ennemi que notre armée passe aujourd’hui à l’attaque… J’attends que chaque soldat, en ces jours décisifs, donne jusqu’à ses dernières forces. Que vive l’Italie ! Que vive le Reich grand-allemand ! Que vive le Führer !

L’assaut de l’Afrika Korps s’élance en direction du nord-est. Huit jours plus tard, Benghazi tombe, puis Tobrouk et Marsa Matrouk. Rommel est en première ligne. Les contre-attaques des chars anglais échouent face aux canons de 88.

Mais, en cette journée du 21 janvier 1942, il n’y a pas eu que cette attaque en Libye. Un vol particulièrement audacieux commence aussi ce jour-là. Nous allons le narrer en détails. Depuis le petit aérodrome d’El-Agheila sur la rive méridionale de la Mer Méditerranée, un bombardier allemand prend son vol en direction du sud-ouest. C’est un appareil de type Heinkel 111, en abrégé un He 111. A son bord, cinq aviateurs dont le commandant Theo Blaich qui a mérité ses premiers galons tout jeune, pendant la première guerre mondiale. Après 1918, il gagne sa croûte comme planteur de bananes au Cameroun et en Amérique centrale, se distingue comme aviateur sportif et survit à pas mal d’aventures. Blaich fut le seul officier de la Luftwaffe à combattre à bord de son appareil personnel. Mais pourquoi, en ce 21 janvier 1942, a-t-il reçu la mission confiée à cet He 111 ?

Le Lieutenant-Général Fröhlich, l’homme de Göring auprès de l’Afrika Korps, a été impressionné par les propositions de Blaich, dont le plan était le suivant : un bombardier devrait s’élancer loin vers le sud pour mettre le feu aux gigantesques réserves de carburant des Anglais, stockées sur le Lac Tchad dans le centre de l’Afrique, plus exactement à Fort Lamy. Aujourd’hui, Fort Lamy s’appelle N’Djamena et est la capitale de la République Tchadienne au beau milieu du Sahel. Elle compte près d’un million d’habitants. En 1942, ce n’était qu’une triste bourgade de quelques milliers d’âmes. Fort Lamy est alors une vaste plaque tournante pour amener du carburant pour avions. En effet, les Anglo-Américains pompent et drainent énormément de matières premières au départ de leurs sources ou gisements en Afrique orientale et centrale. Elles sont destinées aux Anglais qui luttent en Egypte. Cinq mille avions y sont également parqués.

Le problème majeur dans le plan de Fröhlich réside dans le rayon d’action du He 111. Blaich doit d’abord voler vers l’oasis de Houn puis vers le minuscule aérodrome de Campo Uno dans le sud de la Libye, où l’on remplit encore une fois les réservoirs de l’appareil. A Campo Uno, un Commandant italien monte à bord, le Comte de Vimercati-Sanseverino, qui ne veut à aucun prix rater l’aventure aux côtés du lansquenet Blaich. La distance entre Campo Uno et Fort Lamy est exactement de 1490 km. Le plan de Fröhlich avait prévu une charge de 800 kg de bombes, pour que l’objectif puisse être réalisé dans de plus ou moins bonnes conditions.

Durant le vol en direction de Fort Lamy, l’harmattan, le vent alizé d’Afrique équatoriale, exige son tribut sous la forme d’un supplément d’essence. Vers deux heures de l’après-midi, Fort Lamy est en vue. Non la bourgade endormie mais les stocks immenses où les Alliés stockent leur essence pour leurs avions et leur charroi. Theo Blaich ordonne que les bombes soient lancées en chapelet. Les seize bombes de chacune cinquante kilos plongent dans les dépôts. Une mer de flammes se répand, avalant plus d’un tiers de tous les stocks et une douzaine d’appareils.

FL42-psqtimg08.jpg

FL42-2.jpg

L’alarme est déclenchée à Fort Lamy. Les servants des pièces de la défense anti-aérienne prennent position à tâtons, tant la fumée envahit tout, sur leurs canons Bofors de 40 mm. Ils ouvrent le feu. Mais ces canons suédois de toute première qualité sont sans effet car Theo Blaich monte à 3500 m, bien au-dessus de la portée maximale des pièces de ses ennemis.

L’équipage ne jouit du spectacle dantesque de son opération réussie que pendant quelques brefs instants car il s’agit de filer à nouveau vers le nord. Le gibli (de l’air mêlé à la poussière du désert) exige une consommation accrue de carburant. Lentement le soleil se couche. Depuis l’enfer déclenché sur les rives du Lac Tchad, quatre heures se sont écoulées. Chacun tente de repérer Campo Uno mais en vain. Blaich garde la tête froide et ordonne d’atterrir dans les sables du désert. Il se pose presque exactement sur la ligne du tropique du Cancer, à une demie heure de vol au sud de Campo Uno.

Pendant deux jours, le matin et en début de soirée, chaque fois pendant une heure, le radio Wichmann martèle son appareil. Il obtient enfin un contact avec le récepteur à haute fréquence du camion radio du chef des forces aériennes. Le Lieutenant-Général Fröhlich ordonne que des recherches soient immédiatement lancées pour retrouver l’équipage du He 111 en perdition. Mais la tempête sévit pendant de longs jours. Les hommes de Blaich se recroquevillent dans leur appareil. La ration d’eau par jour et par homme se réduit à un demi-litre. Six jours après la réussite du raid contre Fort Lamy, les secours arrivent sous la forme d’un avion italien de reconnaissance rapprochée qui se pose près des hommes de Blaich, à moitié morts. Il apporte de l’eau fraîche et transmets la position exacte du He 111. Quelques heures plus tard, un Ju 52 (une « Tante Ju ») des unités médicales du désert apporte trois barrils de carburant pour le Heinkel. Les deux appareils prennent l’air ensemble. Blaich, une fois de plus, a eu de la chance. A Fort Lamy, c’est la consternation : pendant plusieurs semaines toute activité sur le site est stoppée.

Erich Körner-Lakatos.

(article paru dans « zur Zeit », Vienne, n°11/2016, http://www.zurzeit.at ).

He-111H6-Skt.jpg

Écrire un commentaire