Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 12 mars 2018

Diviser pour mieux régner – Pourquoi les États-Unis haïssent-ils la paix?

feature-korea_900.jpg

Diviser pour mieux régner – Pourquoi les États-Unis haïssent-ils la paix?

par Ted Rall

Ex: http://www.zejournal.mobi

Donnez une chance à la paix, exhorte la chanson. 

Mais les États-Unis ne le veulent pas.

La diplomatie olympique semble fonctionner sur la péninsule coréenne. Après la visite de deux diplomates sud-coréens à Pyongyang, ils ont publié un communiqué prometteur. « La partie nord-coréenne a clairement exprimé sa volonté de dénucléariser », indique le communiqué. Considérant que la crise coréenne et un responsable de la gestion des situations d’urgence ont précipité des Hawaïens dans des trous il y a quelques mois, cette nouvelle vient comme un soulagement.

Seulement, il y a un petit problème. La déclaration de la Corée du Sud a poursuivi: « [La Corée du Nord] a clairement indiqué qu’elle n’aurait aucune raison de conserver des armes nucléaires si la menace militaire contre le Nord était éliminée et sa sécurité garantie [c’est moi qui le souligne]. »

En d’autres termes, la RPDC dit, de manière raisonnable : nous nous débarrasserons de nos armes nucléaires, mais seulement si vous promettez de ne pas nous envahir. Cette garantie devrait être émise par deux pays: la Corée du Sud et les États-Unis.

Cela irait directement à l’encontre de la politique étrangère américaine de longue date, qui stipule clairement et à plusieurs reprises que l’utilisation de la force militaire est toujours sur la table lorsque nous n’obtenons pas ce que nous voulons dans un conflit international.

Kim Jong-Un a de bonnes raisons d’avoir peur de nous. Dans un discours à l’ONU, le président Trump a menacé de  » détruire totalement  » la Corée du Nord. Le président George W. Bush les a déclarés membres de « l’Axe du Mal »; nous avons envahi et nous occupons actuellement l’Irak, l’un des deux autres supposés agent du mal. Après avoir déposé et autorisé l’exécution du président irakien. La semaine dernière, John Bolton, l’ambassadeur de Bush aux Nations Unies, a publié un argument juridique en faveur de l’atomisation de la Corée du Nord en dehors de toute provocation.

Croyez-le ou non, c’est le côté doux de la politique étrangère américaine.

Pendant des décennies, la Corée du Sud a tenté d’apaiser ses relations avec le Nord, exprimant souvent son désir de mettre fin aux hostilités formelles qui n’ont jamais pris fin après la guerre de Corée et d’atteindre l’objectif à long terme d’une Corée unifiée. Et pendant des décennies, les États-Unis s’y sont opposés, essayant maladroitement de paraître raisonnables, car ils s’opposent à la paix. « Nous ne cherchons pas à accélérer la réunification », a récemment déclaré un porte-parole du département d’Etat.

C’est le moins qu’on puisse dire.

« Les négociations Sud-Nord sont inextricablement liées aux relations entre la Corée du Nord et les Etats-Unis », a déclaré le président sud-coréen Kim Dae Jung en 2001, après que Bush eut annulé le dialogue avec le Nord. Le Sud, dépendant de plus de 20 000 soldats américains stationnés le long de sa frontière nord, a été contraint de suspendre les pourparlers de réunification.

L’administration Reagan a fait pression sur son allié sud-coréen pour rompre les pourparlers de réunification en 1985.

Nixon a fait la même chose en 1974. Après la démission de Nixon plus tard dans l’année, le président Gerald Ford s’est opposé à une résolution de l’ONU visant à démilitariser la frontière en retirant les troupes américaines.

00000§.jpg

Même M. Raisonnable, Barack Obama, a refusé d’écouter les Sud-Coréens qui veulent la paix (et rendre visite à des parents perdus depuis longtemps en Corée du Nord). Célébrant le 60ème anniversaire de l’armistice de la guerre de Corée, Obama a menacé de lâcher les chiens de guerre : «Les États-Unis d’Amérique maintiendront l’armée la plus puissante que le monde ait jamais connue. C’est ce que nous faisons. » Ce qu’Obama ne voudrait pas faire était de permettre à la Corée du Nord et du Sud de s’asseoir et de régler leurs différends. Avant les pourparlers, a déclaré Obama, la Corée du Nord devrait dénucléariser. Après quoi, bien sûr, il n’y aurait pas besoin de discussions parce que, hé, le changement de régime est plus amusant!

Une personne saine d’esprit pourrait alors se demander : pourquoi les décideurs américains voudraient-ils risquer la Troisième Guerre Mondiale sur deux pays qui disent à plusieurs reprises qu’ils veulent faire la paix et se remettre ensemble?

Une analyse de 2007 par le think tank géopolitique Stratfor se rapproche le plus d’une explication de ce qui se passe réellement à l’intérieur du Beltway : «La situation globale de base peut être décrite simplement. Les États-Unis ont un pouvoir écrasant. Ils utilisent ce pouvoir pour tenter d’empêcher l’émergence de pouvoirs concurrents. Ils sont donc constamment engagés dans des interventions sur le plan politique, économique et militaire. Le reste du monde cherche à limiter et à contrôler les États-Unis. Aucun pays ne peut le faire seul et, par conséquent, il y a une tentative constante de créer des coalitions pour contenir les États-Unis. Jusqu’ici, ces coalitions ont eu tendance à échouer, parce que les membres potentiels peuvent être exploités hors de la coalition par des menaces ou des incitations américaines. « 

Les États-Unis sont le grand perturbateur mondial. « À mesure que les pouvoirs émergent, les États-Unis suivent un programme en trois étapes. Premièrement, fournir de l’aide aux puissances les plus faibles pour contenir et miner les hégémonies émergentes. Deuxièmement, créer des arrangements plus formels avec ces pouvoirs. Enfin, si nécessaire, envoyer un nombre relativement restreint de troupes américaines en Eurasie pour bloquer les grandes puissances et déstabiliser les régions ». Par exemple, l’Iran est l’hégémonie émergente au Moyen-Orient. Les États-Unis sapent l’Iran avec des sanctions commerciales, soutiennent ses rivaux comme l’Arabie Saoudite avec de l’aide, et déploient des troupes américaines près de ses frontières en Afghanistan et en Irak.

De même, les Etats-Unis jouent contre la Chine en soutenant Taïwan et en établissant de nouvelles bases américaines dans la région. Nous jouons l’Inde contre le Pakistan, l’Europe contre la Russie.

Une Corée unie créerait un nouveau centre de pouvoir, potentiellement un nouveau rival économique des États-Unis dans les pays côtiers du Pacifique. Ainsi, les États-Unis utilisent des menaces («destruction totale») contre le Nord et courtisent le Sud (sécurité frontalière gratuite).

Ce serait presque drôle si ce n’était pas si répugnant. Voici le jour où les deux Corées verront à travers nous.

Traduction : Avic– Réseau International

Écrire un commentaire