Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 08 septembre 2020

La paradoxale conséquence du BLM

Black-Lives-Matter-les-habitants-du-monde-entier-s-unissent-contre-le-racisme.jpg

La paradoxale conséquence du BLM

par Rémi TREMBLAY

Fais attention à ce que tu souhaites, car cela risque de t’arriver.

Le mouvement Black Lives Matter (BLM), propulsé à l’avant-scène médiatique depuis le décès de George Floyd, a l’oreille attentive des puissants de ce monde, pour qui la parole de l’« opprimé » est devenue parole d’Évangile. L’un des slogans employés en Amérique par ce mouvement racialiste est « defund police », soit « cessez de financer la police ».

Cette doléance, plusieurs maires américains l’ont entendue, et, question d’être dans l’air du temps, l’ont appliquée en partie.

Mais, voilà, plutôt que de sauver des vies noires, une police réduite semble avoir eu l’impact inverse, ce qui désole La Presse.

Il faut savoir que cette demande se basait sur un postulat fantasmé, soit que les policiers sont des racistes en puissance en quête de vies noires à faucher. L’affaire Floyd, qui à la base n’avait rien de raciale, fut généralisée, malgré les faits et les statistiques prouvant que cet acte de violence policière n’avait rien de racial en soi. Et en même temps, on faisait fi de la donnée suivante : le plus grand prédateur de l’homme noir en Amérique, est l’homme noir.

Ainsi, dans la plupart des grandes villes américaines, comme à chaque été, on assiste à recrudescence des fusillades dans les rues et les principales cibles sont de jeunes hommes noirs.

Cette année, bien qu’il soit difficile d’établir des données exactes pour la saison chaude, celle-ci n’étant pas terminée, plusieurs médias mentionnent que ces fusillades et les morts liées pourraient atteindre des sommets inégalés, justement à cause des coupures dans les services policiers. Ainsi, selon La Presse, « la métropole américaine (New York) déplorait une augmentation de 53 % du nombre de fusillades par rapport à la même période l’an dernier ».

Le média bien-pensant CNN parle quant à lui d’une situation alarmante.

9853001.jpg

Pourtant, les idéologues derrière le slogan « Defund police », par un retournement de la logique difficile à comprendre, expliquent qu’en fait cette montée de violence prouve l’inutilité de la police.

Malgré ce que laissent sous-entendre certains médias et politiciens en évitant de parler des responsables de ces fusillades, les responsables ne sont pas de klanistes ou des racistes visant à éradiquer les Noirs, mais des gangs de rue, des groupes criminalisés, qui cherchent à étendre leur territoire de vente de drogue ou qui exercent des règlements de compte entre gangs rivaux.

Il faut faire attention à ce qu’on demande, car nos souhaits peuvent être exaucés.

Ainsi, le mouvement Black Lives Matter, en faisant de la police une ennemie à abattre a engrangé une conséquence paradoxale : plus d’hommes noirs meurent, et ce à cause de leur revendications anti-policières.

Et le pire dans cette affaire, c’est que certains idéologues de gauche blâment les policiers pour ne pas être en mesure d’enrayer cette violence.

Les Américains ont une phrase pour illustrer le dilemme des policiers : « Damned if you do, damned if you don’t. »

S’ils agissent, ils sont racistes. S’ils n’agissent pas, ils sont racistes.

Rémi Tremblay

• D’abord mis en ligne sur EuroLibertés, le 10 août 2020.

Écrire un commentaire