Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 06 octobre 2020

Gaz : la Turquie veut sa part des richesses de la Méditerranée

Oruc-Reis.jpg

Gaz : la Turquie veut sa part des richesses de la Méditerranée

Par Jean-Marc Four (revue de presse : France Culture – 3/10/20)*

Ex: http://www.france-irak-actualite.com

Les Turcs, et pas seulement leur président, ont un vrai sentiment d'injustice sur la répartition des richesses en Méditerranée. Cela explique en très grande partie la montée des tensions militaires ces derniers mois avec la Grèce et aussi la France. Ankara s'estime légitime à réclamer son dû.

L'Union européenne imposera des sanctions à la Turquie si "les provocations et les pressions" continuent en Méditerranée orientale, a encore averti vendredi la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. Le ministère turc des Affaires étrangères de répliquer dans un communiqué : "L'usage continu d'un discours de sanctions n'est pas constructif. L'UE doit comprendre qu'elle ne peut rien obtenir de cette manière". Nouvel épisode dans les tensions qui agitent cette région depuis quelques mois.

Voici en cinq points de grandes clés d'explication du point de vue turc.

  • La géographie  

La Turquie compte 7 200 km de côtes. Autant que la France. Et la moitié de ce total côtier se trouve sur la Méditerranée. La Grèce, bien sûr, mais aussi Chypre, la Syrie, le Liban, Israël, l’Egypte et la Libye sont des voisins par voie maritime. Par exemple, la Libye, où la Turquie intervient militairement, n’est qu’à 600 kms à vol d’oiseau des côtes turques, à peu près la distance Paris Bordeaux.

117718537_742413396597983_5827615655224041663_n-17680.png

view.jpg

La Turquie est donc le plus grand pays de Méditerranée orientale en termes d’accès à la mer.

Sauf que ces eaux territoriales ne dépassent pas quelques kilomètres. La façade maritime turque, surtout sur la mer Egée, est très étroite, limitée par l’énorme chapelet d’iles grecques, une sorte de mur à ses portes. Exemple type : Kastellorizo, caillou de 9 km2, à 550 kms d’Athènes et à 2 kilomètres de la Turquie. Mais du coup, les eaux sont grecques.

Pas étonnant que la Turquie regarde cette situation comme une aberration au regard de la géographie.

L’histoire 

La présence turque dans le bassin méditerranéen est ancienne. Au XVIe et au XVIIe siècle, c’est l’empire Ottoman. Sous le règne de Soliman le magnifique, le règne de Constantinople (Istanbul) s’étend alors non seulement sur l’Europe centrale, mais surtout sur tout l’Est et tout le Sud du bassin méditerranéen, par exemple sur la côte libyenne. Il y a donc un précédent.

La question des îles grecques est historiquement plus compliquée. Ces îles sont effectivement peuplées de Grecs depuis l’Antiquité. Et même lorsque le pouvoir turc, au début du XXe siècle, a chassé les Grecs de la Turquie continentale d’Asie Mineure, il n’est pas allé plus loin, vers les îles.

Plus récemment cela dit, depuis cinquante ans, on a frôlé à plusieurs reprises des accrochages violents entre militaires grecs et turcs pour le contrôle d’ilots inhabités.

Il y a donc historiquement une vraie présence turque en Méditerranée, mais une présence quasi exclusivement grecque dans les îles.

  • Psychologie et sociologie

Et d’abord la psychologie du président turc Recep Teyip Erdogan. Elle est indissociable de l’Histoire. Erdogan se voit comme l’héritier de la grandeur ottomane, le restaurateur de l’empire Ottoman. Et aussi comme une sorte de grand frère du monde musulman, rival de l’Arabie Saoudite dans cette position. Tout cela le pousse donc à s’affirmer en Méditerranée. Il avance ses pions, en Syrie, et en Libye, et maintenant sur la question du gaz.

Et, ne nous y trompons pas, il est soutenu dans cette démarche par une grande partie de la population turque.

L’opposition, le patronat, beaucoup ont des positions similaires à la sienne quant aux revendications sur la Méditerranée : la rivalité avec le voisin grec est très partagée au sein de la population turque. Le nationalisme est bien présent.

La Turquie se voit pour ce qu’elle est : une puissance régionale avec ses 83 millions d’habitants et son PIB de 700 milliards d’euros.

  • L'économie

C’est dans ce contexte que s’est produit le fait nouveau : la découverte d’énormes réserves de champs de gaz dans le sous-sol marin en Méditerranée orientale, une première fois il y a dix ans, puis à nouveau il y a cinq ans.

Les réserves sont colossales : estimées à près de 6 000 milliards de m3, on n’est pas si loin des grands producteurs que sont l’Iran ou le Qatar. Du coup, tout le monde se précipite. Les Israéliens ont dégainé les premiers. Puis l’Egypte, avec l’appui de l’entreprise italienne ENI, les Chypriotes, les Grecs. Tout le monde passe des accords.

5172eae_574530147-WEB-TURQUIE-630.png

L’enjeu est tellement énorme financièrement que, fatalement, la Turquie se réveille pour avoir sa part du gâteau gazier. Et à son tour, elle a passé il y a quelques mois un accord direct avec la Libye pour revendiquer les mêmes zones.

Erdogan le fait d’autant plus qu’il cherche l’indépendance énergétique : la Turquie dépend beaucoup du gaz russe : 45 milliards de mètres cubes de gaz importés, c’est très lourd budgétairement.

La Turquie avait aussi un autre projet : devenir l’interface sur la distribution du gaz entre la Russie, le Caucase et l’Europe, via le gazoduc Turk Stream. Il y avait beaucoup à gagner. La découverte de ces gisements en Méditerranée modifie complètement la donne et fait craindre à la Turquie d’avoir misé sur le mauvais cheval et d’être marginalisée avec son gazoduc.

  • Le droit

C’est la dimension la plus compliquée du dossier. Parce qu’il y a contestation.

Premier point, il s’agit de délimiter ce que l’on appelle le plateau continental et les zones économiques exclusives, en particulier celles de la Grèce et de la Turquie. En l’état, plusieurs traités donnent raison à la Grèce et lui donnent la possession de ces eaux qui touchent quasiment la côte turque : traité de Lausanne en 1923, puis de Paris en 1947, puis carte dite de Séville il y a vingt ans.

Sauf que la Turquie conteste ces accords de longue date, et c’est pour cette raison qu’elle n’adhère pas à la convention de l’ONU sur le droit de la mer.

Il y a ensuite le statut de Chypre, cette île située au sud de la Turquie, et tout près des fameuses réserves gazières. Là encore, contestation. L’île est de fait coupée en deux depuis 1974, mais la partie nord, contrôlée par les Turcs, n’est reconnue que par la Turquie. Donc la République de Chypre, au Sud, ne veut pas en entendre parler et passe des accords gaziers avec la Grèce et l’Egypte sans se soucier d’Ankara. Insupportable pour la Turquie évidemment, qui se voit comme le dindon de la farce. Il est inévitable que les Turcs regardent ce partage actuel de la Méditerranée comme injuste.

*Source : France Culture

Écrire un commentaire