Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 23 novembre 2020

Totalitarisme scolaire

wall7.jpg

Totalitarisme scolaire

par Georges FELTIN-TRACOL

Ex: http://www.europemaxima.com

Il faut reconnaître une cohérence certaine au gouvernement Macron – Castex. Pendant le confinement du printemps dernier, crèches, écoles maternelles et primaires, collèges et lycées furent fermés de nombreuses semaines. Au contraire, pour le reconfinement de cet automne, tous les établissements d’enseignement continuent d’accueillir plus de douze millions d’élèves et plus d’un million d’adultes. Certes, au bout d’une semaine de présence, sur la pression des adolescents, les cours à distance sont autorisés pour les lycéens.

À l’heure où le ministère de l’Intérieur prépare une énième loi contre un supposé « séparatisme » dans laquelle les écoles libres hors contrat seront encore plus bridées et l’instruction à domicile interdite, il aurait été paradoxal de la part des dirigeants français que les écoliers restassent chez eux. Le télétravail devient la norme avec une inquisition plus soutenue, à l’exception notable des élèves et de leurs professeurs.

Officiellement, il s’agit de ne pas répéter le fiasco du précédent confinement qui révéla un décrochage scolaire élevé principalement dû à l’absence dans bien des familles d’un matériel informatique approprié (ordinateur personnel et imprimante). Avez-vous dit « allocations scolaires » et bourses nationales ? La réalité est à la fois prosaïque et idéologique. En maintenant les élèves en classe, l’école confirme son état véritable de première garderie de l’Hexagone. Contraints de travailler chez eux, les parents ne sont plus obligés de partager leur ordinateur. Ils ne sont plus dérangés par les demandes incessantes de leur progéniture sur des exercices à faire en ligne ou des leçons à apprendre.

Salle informatique.jpg

Après avoir imposé la scolarité obligatoire dès l’âge de trois ans, le Régime renforce son emprise sur l’esprit malléable des petites têtes blondes et brunes. Son intention n’est pas de permettre la diffusion des connaissances et l’acquisition d’une honnête culture classique appartenant à notre héritage civilisationnel albo-européen. Le gouvernement veut mettre à profit les treize années de scolarité obligatoire pour endoctriner les nouvelles générations au prêchi-prêcha du droit-de-l’hommisme, du « vivre ensemble » assassin, du gendérisme et du multiculturalisme dément sans oublier les encouragements insistants à la dépendance informatique, ce qui signifie la fin programmée de l’écriture manuelle et de la lecture sur des imprimés. Peu habitués à lire revues, journaux et livres, les prochaines générations ne consulteront que des réseaux sociaux et des sites Internet placés sous la coupe de censures législatives liberticides style loi Avia et grands pourvoyeurs de désinformation.

À cette propagande scolaire incessante qui sacralise les caricatures obscènes publiées dans Charlie Hebdo, mais qui se scandalise d’une banale illustration de Danièle Obono dans Valeurs actuelles, s’ajouteront des cours d’éducation civique donnés dans le cadre du très foireux « Sévice » national universel : apologie de la République laïque et égalitaire, célébration du cosmopolitisme, reconnaissance de toutes les dyssexualités. L’avenir des enfants est bien sombre. Quant aux parents qui résisteront aux injonctions du Régime, ils seront considérés comme de dangereux terroristes. Pour preuve, le 5 novembre dernier à Albertville en Savoie, des forces de police interpellent quatre personnes suspectées d’apologie du terrorisme et perquisitionnent leurs domiciles. Les quatre gardés à vue sont des enfants âgés de… dix ans ! Pendant ce temps, les mineurs étrangers isolés terrorisent en toute impunité des quartiers entiers de Paris, des villes et même des villages de France et de Navarre.

artworks-000062022403-ry9lwv-t500x500.jpg

Le concept même d’école obligatoire est une véritable sottise. Le programme présidentiel de Jean-Marie Le Pen en 2002 proposait avec raison sa suppression. En effet, cette mesure aurait empêché la chape de plomb scolaire. La clairvoyance du président du Front national rejoignait le point de vue iconoclaste d’Ivan Illich pour qui l’école en tant que système organisé correspondît surtout à une « nouvelle aliénation ». En 1971, dans son célèbre essai, Une société sans école (Éditions du Seuil, coll. « Points »), qu’il aurait mieux fallu intituler « Déscolariser la société », Ivan Illich notait avant même l’apparition des GAFAM que « l’école ne représente pas seulement la nouvelle religion planétaire, c’est également le marché de l’emploi qui se développe le plus vite. La production des consommateurs est devenue un secteur florissant de l’économie. […] L’école ouvre des perspectives illimitées à un gaspillage considéré comme légitime, tant que l’on ne s’apercevra pas de ses effets nocifs, et alors même que le prix des remèdes palliatifs sera en hausse constante (pp. 82 – 83) ».

71Jm+SQwkxL.jpg

Renonçant à toute intervention effective en économie assumant ainsi de facto une vraie privatisation de la production et de la consommation, l’État hexagonal investit de plus en plus des pans entiers du quotidien des Français. Il intervient dans la santé et leur vie privée. Faible devant les nouvelles transnationales, l’État covidien sous Macron s’arroge le monopole de la transmission du savoir aux dépens des familles et s’apprête à taire par l’enfermement psychiatrique tous les opposants. Or, « il n’y a de liberté politique que dans un système qui respecte la distinction du public et du privé, prévient Julien Freund dans L’Essence du politique (Dalloz, 2004). En effet, toute doctrine qui la nie ou tend à la supprimer (étant entendu qu’on la rejette aussi lorsqu’on prend exclusivement parti soit pour le public soit pour le privé), nie du même coup une catégorie de l’existence humaine (p. 299) ». Les empiétements incessants du Régime « macronoviral » dans les foyers vérifient l’avènement d’un nouveau totalitarisme, le totalitarisme globalitaire du XXIe siècle.

Georges Feltin-Tracol.

• « Chronique hebdomadaire du Village planétaire », n° 191, mise en ligne sur TVLibertés, le 17 novembre 2020.

18:55 Publié dans Ecole/Education | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : école, enseignement | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire