Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 24 janvier 2021

Comment Nord Stream 2 pourrait "libérer" l'Europe

9752026_182118020-choix.jpg

Salman Rafi Sheikh

Comment Nord Stream 2 pourrait "libérer" l'Europe

Ex : https://journal-neo.org

Plus que toute autre chose, les émeutes à Washington D.C. ont montré que la politique américaine, tout en passant apparemment le pouvoir des Républicains "fous" aux Démocrates "sages", risque de rester sous l'emprise d'une intense lutte de pouvoir interne entre des groupes "pro" et "anti" Trump. L'administration Biden restera très probablement, au moins pendant un certain temps, concentrée sur la diffusion des tensions internes et la consolidation du pouvoir. Alors que les États-Unis semblent avoir incroyablement perdu leurs lettres de noblesse démocratiques, ailleurs en Europe, ils perdent également leur primauté en tant que gestionnaires hégémoniques de la politique étrangère, une position qu'ils avaient acquise à la suite des dévastations militaires et économiques subies par l'Europe pendant la Seconde Guerre mondiale. La décision récente de l'Allemagne d'aller de l'avant en achevant le gazoduc Nord Stream 2 indique la direction nouvelle dans laquelle souffle le vent, éloignant ipso facto l'Europe des États-Unis

1440x810_cmsv2_bb0cdc4e-5da3-55c9-a924-70e2d35bfbfe-5004000.jpg

Si l'éventuel achèvement de Nord Stream 2 n'indique pas et ne voudrait pas indiquer l'émergence d’une alliance stratégique de l'Europe avec la Russie, il montre cependant l'affirmation croissante de l’autonomie européenne vis-à-vis des États-Unis. En l'état actuel des choses, l'Allemagne et l'Europe poursuivent le parachèvement de Nord Stream 2, la construction de la dernière portion du gazoduc devant commencer à partir du 15 janvier au Danemark.

Les États-Unis y voient naturellement un revers stratégique et ils "avertissent" déjà les entreprises européennes qu’ils leur infligeront des sanctions. L'annonce du parachèvement de Nord Stream 2 a été faite quelques jours après la signature de l'accord UE-Chine sur les investissements : cela illustre bien la manière dont l'Europe snobe de plus en plus les États-Unis dans ses relations avec les pays que les États-Unis considèrent comme "voyous" et/ou "révisionnistes".

Le département d'État américain a récemment "informé" les entreprises européennes impliquées dans le projet du gazoduc qu'elles risquaient de faire l'objet de sanctions. "Nous essayons d'informer les entreprises du risque et de les inciter à se retirer avant qu'il ne soit trop tard", a déclaré un responsable américain.

Alors que l'administration Trump poursuivait depuis un certain temps les entreprises européennes impliquées dans le projet, l'administration Biden devrait maintenir ce cap. Joe Biden, lorsqu'il était vice-président, s'était déjà opposé au projet.

Dans le même temps, l'Europe n'a pas envie que la nouvelle administration américaine vienne sanctionner les entreprises commerciales européennes. Le message aux États-Unis était clair lorsque le ministre allemand des affaires étrangères, Heiko Maas, a récemment déclaré à l'agence de presse Deutsche Presse-Agentur DPA que Berlin ne céderait pas aux pressions de Washington. Pour le citer : « l'Allemagne n'a pas besoin de parler de souveraineté européenne si l'on entend par là que nous (l'Allemagne) ferons tout à l'avenir comme le veut Washington ». Il a ajouté que si l'Allemagne voit une opportunité de resserrer ses liens avec les Etats-Unis sous l'administration Biden, sa position sur Nord Stream 2 restera inchangée.

6704C-tubes-gaz.jpg

Il est évident que l'Allemagne, comme le reste de l'Europe, en a absolument assez de l'ingérence et des diktats répétés des États-Unis. Par conséquent, alors que Nord Stream 2 satisfera économiquement les besoins commerciaux allemands, géopolitiquement, il aidera l'Allemagne et les autres pays européens à exercer à nouveau leur autonomie stratégique vis-à-vis des États-Unis, autonomie qu'ils avaient avant que le système dominé par les États-Unis ne soit imposé après la Seconde Guerre mondiale. Le Nord Stream 2 est donc déjà devenu un symbole de la rédemption européenne, indiquant fortement qu'il n'y a pas de retour à la pleine normalisation.

C'est d'ailleurs exactement ce que le ministre français des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a déclaré en novembre dernier dans une interview à la radio Europe1. Pour lui, il n'y aura pas de retour à la situation précédente, au bon vieux temps des relations transatlantiques, ajoutant également que "nous devrons construire une nouvelle relation transatlantique" à la lumière des changements que le monde a connus au cours de ces quatre dernières années. L'un des changements les plus significatifs, selon le ministre, est la manière dont "l'Europe a affirmé sa souveraineté au cours des quatre dernières années, dans les domaines de la sécurité, de la défense et de l'autonomie stratégique", ajoutant également que "l'Europe a renoncé à sa naïveté au cours des quatre dernières années et a commencé à s'affirmer en tant que puissance".

La décision de l'Allemagne et d'autres pays bénéficiaires européens d'achever le programme Nord Stream 2 montre que la marche inébranlable de l'Europe vers la reconquête de son autonomie stratégique se poursuit et permet de vaincre les États-Unis et leur menace de sanctions.

C'est ce qui ressort de la manière dont l'Allemagne prend déjà des mesures pour créer un fonds destiné à parer aux sanctions américaines et à permettre aux entreprises d'acquérir un bouclier contre les mesures coeercitives que les États-Unis ont l'intention de prendre pour punir l'Europe de son autonomie et de sa décision de ne pas acheter tout le gaz dont elle a besoin aux seuls États-Unis. De toute évidence, la décision de l'Allemagne de soutenir envers et contre tout Nord Stream 2 s'est faite au détriment de programmes américains tels que le ‘’troisième paquet énergétique’’ et l'initiative dite des ‘’trois mers’’ financée et soutenue par les États-Unis.

Nord Stream 2 est donc déjà devenu un test décisif pour les ministres européens qui affirment que le continent a subi des "changements" au cours de ces quatre dernières années. Son achèvement marquera les lettres de créance de l'Europe en tant qu'acteur indépendant dans un monde de plus en plus multipolaire. La distance croissante de l'Europe par rapport aux États-Unis affaiblira également la capacité des États-Unis à manipuler et à dicter unilatéralement les questions politiques et économiques mondiales, notamment le changement climatique, l'Iran, la Russie ("Etat-voyou") et la Chine "révisionniste". Dans l'état actuel des choses, l'Europe a déjà tracé la voie à suivre.

Salman Rafi Sheikh.

Salman Rafi Sheikh, chercheur et analyste des relations internationales et des affaires étrangères et intérieures du Pakistan, en exclusivité pour le magazine en ligne "New Eastern Outlook".

Écrire un commentaire