Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 08 avril 2021

Brexit et griefs loyalistes, la tension monte en Irlande du Nord

I150202_173616_2073785oTextTRMRMMGLPICT000004866800o.jpg

Brexit et griefs loyalistes, la tension monte en Irlande du Nord

Les effets des négociations européennes sur la situation en Ulster: incidents et affrontements avec les "orangistes" opposés au déplacement des douanes

par Lorenzo Proietti

Ex : https://www.barbadillo.it/

Un spectre plane sur les six comtés britanniques de la région historique de l'Ulster: ces derniers mois, en effet, le niveau des affrontements semble s'être à nouveau dangereusement élevé.

En effet, le protocole signé par le Premier ministre britannique Boris Johnson en accord avec l'UE, pour protéger les accords de paix de 1998 (la nouvelle administration américaine, qui a fortement soutenu le protocole, a déclaré qu'elle défendrait les accords à tout prix) a sanctionné le déplacement de la frontière douanière sur la mer, au large de Belfast, afin d'éviter le retour d'une frontière "dure" entre l'Irlande du Nord et l'Eire.

Pour les extrémistes unionistes, cependant, tout ceci représente un moment de discontinuité avec la "mère patrie", une capitulation devant l'idée que l'Irlande du Nord doit être abandonnée à elle-même, séparée du reste du Royaume, soit un premier pas vers la future réunification de l'île: et c'est ainsi que, dans la communauté loyaliste en effervescence, les habituelles parades paramilitaires et les menaces envers les membres de l'autre communauté, en particulier envers les officiers de contrôle portuaire, ont repris.

Love-Ulster-Dublin-Riot-2006-5.jpg

Le 3 mars, le Loyalist Communities Council, fondé en 2015 pour représenter les formations paramilitaires "pro-britanniques" telles que l'Uvf (Ulster Volunteer Force), l'Uda (Ulster Defence Association) et le Red Hand Commando, avait envoyé une lettre à Boris Johnson pour l'informer qu'il retirait son soutien à l'accord du Vendredi saint, déclarant que la décision du gouvernement britannique sapait le choix d'éliminer l'usage de la violence comme instrument de lutte politique, "remettant en cause les fondements du cessez-le-feu décidé en 1994 par le Commandement militaire combiné des loyalistes".

Ainsi, à la veille du cent cinquième anniversaire du soulèvement de Pâques 1916, événement fondateur de l'Irlande moderne, et vingt-trois ans après l'accord de paix du 10 avril 1998, les nuits précédentes, entre vendredi et dimanche, ont été marquées par plusieurs émeutes dans les rues ; des émeutes qui ont commencé à Belfast, dans le quartier loyaliste de Sandy Row, où de nombreux manifestants ont cassé des bouches d'égout et jeté des briques.

Au même moment, quelques émeutes avaient également éclaté à Derry, avec un total de 27 officiers de police blessés (15 à Belfast et 12 à Derry). Le samedi, cependant, l'émeute s'était déplacée vers les banlieues, à Newtonabbey (dans la banlieue de Belfast) et à Carrickfergus (dans le comté d'Antrim), où elle s'est poursuivie le dimanche, bien qu'avec moins d'intensité, le même jour où, toujours à Derry, dans le quartier unioniste de Waterside, d'autres incidents ont eu lieu, cette fois sans faire de blessés.

La principale préoccupation des autorités reste cependant le fait qu'un très grand nombre de jeunes, âgés de 12 à 18 ans, ont participé aux émeutes de Derry. Les jeunes, en grande partie incités par les représentants et les blogueurs du monde paramilitaire loyaliste, se sentent, comme le reste de la communauté nationale, légitimés à réagir à l'insécurité du moment, recevant également le soutien de la rhétorique du DUP (Democratic Unionist Party, qui dispose de la majorité relative des sièges à l'Assemblée de Stormont) qui, pour récupérer le consensus, se lance dans la polémique contre ce protocole, qu'il avait contribué à négocier, à rédiger et à signer, en demandant sa révision et en le marquant comme une menace pour les droits et l'identité.

Ed-HSHTn_400x400.jpg

Parmi les tenants de la galaxie unioniste, les voix appelant au calme se sont également multipliées, y compris celle de la Première ministre Arlene Foster (DUP), qui a même lancé un vibrant appel aux parents, les invitant à faire leur part du travail et à protéger leurs enfants. Une intention louable, toutefois, qui risque d'être entachée d'hypocrisie, étant donné qu'il y a environ un mois, après que le Conseil a envoyé sa lettre à Londres, Mme Foster, son adjoint Nigel Dodds et un membre de Westminster, Gavin Robinson, ont rencontré et longuement discuté avec d'importants représentants du SVF, de l'UDA et du Red Hand Commando.

Dans tout cela, cependant, la communauté catholique-républicaine ne se sent pas du tout protégée et de nombreux milieux ont critiqué les "doubles standards" de la police: le fait marquant de ces derniers mois a été l'arrestation de Mark Sykes, qui avait déposé quelques gerbes de fleurs, avec quelques autres parents de victimes, en mémoire d’une attaque loyaliste, devant le négoce de Sean Graham, le 5 février 1992, au cours de laquelle cinq personnes avaient perdu la vie; la police est immédiatement intervenue, dispersant les manifestants, puis a arrêté Sykes, mais les vives critiques suscitées par cette opération ont presque poussé le chef de la police, Symon Byrne, à démissionner.

Il semble clair, en somme, que dans le Nord de l'île d'Irlande, ces derniers temps, il ne fait pas bon respirer: la désorientation, les différences historiques jamais apaisées multiplient certains signaux inquiétants, qui semblent ramener les aiguilles de l'horloge en arrière de plusieurs décennies. Seule une solution politique, encore une, pourra empêcher une dérive dangereuse: il faut intervenir rapidement, et de manière ciblée et équilibrée, car sinon le front nord-irlandais pourrait redevenir le plus chaud d'Europe. Et ce n'est pas le meilleur moment.

Lorenzo Proietti.

Écrire un commentaire