Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 08 avril 2021

Brexit et griefs loyalistes, la tension monte en Irlande du Nord

I150202_173616_2073785oTextTRMRMMGLPICT000004866800o.jpg

Brexit et griefs loyalistes, la tension monte en Irlande du Nord

Les effets des négociations européennes sur la situation en Ulster: incidents et affrontements avec les "orangistes" opposés au déplacement des douanes

par Lorenzo Proietti

Ex : https://www.barbadillo.it/

Un spectre plane sur les six comtés britanniques de la région historique de l'Ulster: ces derniers mois, en effet, le niveau des affrontements semble s'être à nouveau dangereusement élevé.

En effet, le protocole signé par le Premier ministre britannique Boris Johnson en accord avec l'UE, pour protéger les accords de paix de 1998 (la nouvelle administration américaine, qui a fortement soutenu le protocole, a déclaré qu'elle défendrait les accords à tout prix) a sanctionné le déplacement de la frontière douanière sur la mer, au large de Belfast, afin d'éviter le retour d'une frontière "dure" entre l'Irlande du Nord et l'Eire.

Pour les extrémistes unionistes, cependant, tout ceci représente un moment de discontinuité avec la "mère patrie", une capitulation devant l'idée que l'Irlande du Nord doit être abandonnée à elle-même, séparée du reste du Royaume, soit un premier pas vers la future réunification de l'île: et c'est ainsi que, dans la communauté loyaliste en effervescence, les habituelles parades paramilitaires et les menaces envers les membres de l'autre communauté, en particulier envers les officiers de contrôle portuaire, ont repris.

Love-Ulster-Dublin-Riot-2006-5.jpg

Le 3 mars, le Loyalist Communities Council, fondé en 2015 pour représenter les formations paramilitaires "pro-britanniques" telles que l'Uvf (Ulster Volunteer Force), l'Uda (Ulster Defence Association) et le Red Hand Commando, avait envoyé une lettre à Boris Johnson pour l'informer qu'il retirait son soutien à l'accord du Vendredi saint, déclarant que la décision du gouvernement britannique sapait le choix d'éliminer l'usage de la violence comme instrument de lutte politique, "remettant en cause les fondements du cessez-le-feu décidé en 1994 par le Commandement militaire combiné des loyalistes".

Ainsi, à la veille du cent cinquième anniversaire du soulèvement de Pâques 1916, événement fondateur de l'Irlande moderne, et vingt-trois ans après l'accord de paix du 10 avril 1998, les nuits précédentes, entre vendredi et dimanche, ont été marquées par plusieurs émeutes dans les rues ; des émeutes qui ont commencé à Belfast, dans le quartier loyaliste de Sandy Row, où de nombreux manifestants ont cassé des bouches d'égout et jeté des briques.

Au même moment, quelques émeutes avaient également éclaté à Derry, avec un total de 27 officiers de police blessés (15 à Belfast et 12 à Derry). Le samedi, cependant, l'émeute s'était déplacée vers les banlieues, à Newtonabbey (dans la banlieue de Belfast) et à Carrickfergus (dans le comté d'Antrim), où elle s'est poursuivie le dimanche, bien qu'avec moins d'intensité, le même jour où, toujours à Derry, dans le quartier unioniste de Waterside, d'autres incidents ont eu lieu, cette fois sans faire de blessés.

La principale préoccupation des autorités reste cependant le fait qu'un très grand nombre de jeunes, âgés de 12 à 18 ans, ont participé aux émeutes de Derry. Les jeunes, en grande partie incités par les représentants et les blogueurs du monde paramilitaire loyaliste, se sentent, comme le reste de la communauté nationale, légitimés à réagir à l'insécurité du moment, recevant également le soutien de la rhétorique du DUP (Democratic Unionist Party, qui dispose de la majorité relative des sièges à l'Assemblée de Stormont) qui, pour récupérer le consensus, se lance dans la polémique contre ce protocole, qu'il avait contribué à négocier, à rédiger et à signer, en demandant sa révision et en le marquant comme une menace pour les droits et l'identité.

Ed-HSHTn_400x400.jpg

Parmi les tenants de la galaxie unioniste, les voix appelant au calme se sont également multipliées, y compris celle de la Première ministre Arlene Foster (DUP), qui a même lancé un vibrant appel aux parents, les invitant à faire leur part du travail et à protéger leurs enfants. Une intention louable, toutefois, qui risque d'être entachée d'hypocrisie, étant donné qu'il y a environ un mois, après que le Conseil a envoyé sa lettre à Londres, Mme Foster, son adjoint Nigel Dodds et un membre de Westminster, Gavin Robinson, ont rencontré et longuement discuté avec d'importants représentants du SVF, de l'UDA et du Red Hand Commando.

Dans tout cela, cependant, la communauté catholique-républicaine ne se sent pas du tout protégée et de nombreux milieux ont critiqué les "doubles standards" de la police: le fait marquant de ces derniers mois a été l'arrestation de Mark Sykes, qui avait déposé quelques gerbes de fleurs, avec quelques autres parents de victimes, en mémoire d’une attaque loyaliste, devant le négoce de Sean Graham, le 5 février 1992, au cours de laquelle cinq personnes avaient perdu la vie; la police est immédiatement intervenue, dispersant les manifestants, puis a arrêté Sykes, mais les vives critiques suscitées par cette opération ont presque poussé le chef de la police, Symon Byrne, à démissionner.

Il semble clair, en somme, que dans le Nord de l'île d'Irlande, ces derniers temps, il ne fait pas bon respirer: la désorientation, les différences historiques jamais apaisées multiplient certains signaux inquiétants, qui semblent ramener les aiguilles de l'horloge en arrière de plusieurs décennies. Seule une solution politique, encore une, pourra empêcher une dérive dangereuse: il faut intervenir rapidement, et de manière ciblée et équilibrée, car sinon le front nord-irlandais pourrait redevenir le plus chaud d'Europe. Et ce n'est pas le meilleur moment.

Lorenzo Proietti.

vendredi, 18 juin 2010

38 ans après, la vérité sur "Bloody Sunday"

afficheBS.jpg38 ans après, la vérité sur "Bloody Sunday"

Source Le Point

via Yann Redekker

 

AFP. L'enquête publique sur "Bloody Sunday", qui désigne la mort de 14 catholiques tués le dimanche 30 janvier 1972 par l'armée britannique à Londonderry, rend mardi ses conclusions, forcément sujettes à controverse dans une Irlande du Nord encore traumatisée par son passé. 

 

Le Premier ministre britannique David Cameron présentera à 16h 30 (heure de Paris) devant le Parlement les principaux enseignements de la commission Saville sur l'un des événements les plus marquants des trente années de conflit inter-communautaire dans la province. Le secret absolu a été gardé sur le rapport qui risque de déchaîner les passions en Irlande du Nord, où les violences entre protestants unionistes et catholiques indépendantistes ont pris fin en 1998 avec l'accord de paix dit du Vendredi Saint, et où un gouvernement biconfessionnel est au pouvoir.

 

Cette enquête, confiée en 1998 au juge Mark Saville par le Premier ministre de l'époque Tony Blair, est présentée par la presse comme la plus importante de l'histoire judiciaire britannique. Son coût (230 millions d'euros) a défrayé la chronique. Lord Saville et ses assesseurs, le Canadien William Hoyt et l'Australien John Toohey, rendront un rapport épais de 5.000 pages, après avoir étudié plus de 2.500 témoignages, dont 922 exprimés oralement devant eux. Ils ont entendu l'ex-Premier ministre britannique Edward Heath, l'ancien chef d'état-major britannique Mike Jackson, ou l'actuel vice-Premier ministre nord-irlandais Martin McGuinness. Lequel a confirmé lors de son audition qu'il appartenait en 1972 à l'Armée républicaine irlandaise (IRA).

 

Le dernier témoignage a été produit en 2005, année où le rapport devait être publié. Mais le délai s'est allongé, sans qu'aucune raison ne soit vraiment donnée. Il n'est pas exclu que cet avis débouche sur des poursuites judiciaires à l'encontre de cadres de l'armée. Personne, toutefois, ne pourra être incriminé par son propre témoignage devant les juges.

 

Pas de complot politique large selon un historien      

 

Le jour du "Bloody Sunday" ("dimanche sanglant"), quatorze hommes sans armes manifestant pour la défense des droits civiques des catholiques tombent sous les balles de parachutistes britanniques. Une enquête menée sitôt les faits par un juge britannique, Lord Widgery, exonère l'armée et accrédite sa thèse selon laquelle les soldats n'ont fait que riposter à des tirs de manifestants, même si aucune arme n'a été retrouvée et aucun militaire blessé. Entré dans la culture populaire avec la chanson du groupe irlandais U2 puis le film du cinéaste britannique Paul Greengrass, le "Bloody Sunday" symbolise aux yeux des nationalistes irlandais l'arbitraire de l'ennemi britannique.

 

Quelles qu'elles soient, les conclusions de Lord Saville promettent d'être polémiques, dans une société encore divisée malgré les progrès accomplis. Elles fourniront aussi un test de la stabilité du gouvernement d'union entre protestants et catholiques. Selon l'historien Paul Bew, qui a été consultant pour l'enquête, le rapport devrait affirmer l'innocence des victimes, reconnue en 1992 par le Premier ministre britannique d'alors John Major, et établir que l'armée est en tort mais n'avait rien prémédité. "L'innocence d'une très grande majorité des tués, sinon de tous, fera partie des conclusions", prévoit-il.

 

"Il y aura aussi acceptation par l'armée britannique de son échec à maintenir la discipline ce jour-là. Au-delà de ça, (il n'apparaîtra) pas de complot politique plus large. Plus personne n'y croit." Quant aux répercussions, Paul Bew les escompte plutôt modérées. "Tout le monde continuera de croire au sujet de ces événements ce qu'il avait l'habitude de croire", considère-t-il. "Ca n'aura pas d'impact politique majeur."