Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 19 août 2021

Mythes et réalités de la géopolitique turque

erdogan-2215259_1280.jpg

Mythes et réalités de la géopolitique turque

Alexandre Douguine

Ex: https://katehon.com/ru/article/mify-i-realii-tureckoy-geopolitiki

Après que l'Azerbaïdjan a repris le contrôle du territoire du Nagorny-Karabakh, les analystes ont commencé à remarquer une augmentation des activités turques dans la région du Caucase et, plus largement, en Asie centrale. Erdoğan a une nouvelle fois consolidé sa présence dans les États turcophones, a commencé à promouvoir ses intérêts en Géorgie et a jeté son dévolu sur l'Afghanistan, qui compte également une importante population turque (les Ouzbeks afghans).

Dans le même temps, il convient de noter que ces tendances géopolitiques actuelles ne correspondent pas au néo-ottomanisme. La plupart des territoires en question n'ont jamais fait partie de l'Empire ottoman. À l'époque de la guerre froide, le pan-turquisme et le pan-touranisme ont été artificiellement promus en Turquie, pays de l'OTAN, par les États-Unis. Au cours de la dernière décennie, cependant, alors qu'Erdogan a commencé à mener une politique de plus en plus souveraine et indépendante, le pan-turquisme s'est considérablement affaibli. Une fois de plus, il y a aujourd'hui des signes clairs de sa résurgence. Mais cela se passe maintenant dans un contexte bien différent. Il ne s'agit plus d'une pression de l'Occident utilisant la Turquie dans un grand jeu contre la Russie continentale, mais d'une initiative personnelle d'Erdogan.

Cela a été particulièrement évident après les événements du Haut-Karabakh, et au niveau de l'image, tant en Turquie qu'en Azerbaïdjan même, la victoire a été entièrement attribuée à l'alliance Bakou-Ankara. En réalité, le facteur décisif, ainsi que la bonne préparation d'Aliyev à la guerre, a été l'accord de Poutine donné sotto voce pour restaurer l'intégrité territoriale de l'Azerbaïdjan par la force. Les grandes décisions ont été prises précisément à Moscou. Et c'était à Poutine de décider à qui appartenait le Karabakh.

Poutine avait précédemment convenu avec le précédent président arménien, M. Serzh Sargsyan, de débloquer partiellement le problème du Karabakh en cédant cinq districts. Mais Pashinyan, soutenu par Soros et les mondialistes, qui a organisé une révolution colorée à Erevan, a annulé tous les accords. Et on ne fait pas un coup pareil à Poutine. C'est en raison des politiques de Pashinyan et en réponse aux actions du lobby pro-américain et pro-occidental en Arménie que Poutine a pris une décision concernant le Karabakh. Quelle était cette décision, nous pouvons le voir maintenant. Cela aurait pu être très différent. Et là, l'alliance turco-azerbaïdjanaise, je le crains, n'aurait rien pu faire.
Il en va de même pour la position turque au Moyen-Orient, qui était en fait autrefois un territoire sous contrôle ottoman après les Byzantins. Et ici, Erdogan poursuit sa politique plus ou moins réussie uniquement parce que la Russie n'interfère pas avec elle. Avec le front actuel d'Erdogan contre l'Occident, alors qu'en juillet 2016, l'Occident et la CIA ont tenté de le mettre carrément dehors, c'est le soutien discret de Moscou qui permet à Ankara de consolider sa souveraineté.

Mais cette politique de Moscou qui ferme les yeux en Syrie, en Libye, en Irak et maintenant en Azerbaïdjan n'est pas une conséquence de notre faiblesse, mais le résultat d'un calcul géopolitique de grande envergure. La Russie construit un monde multipolaire, cherchant à limiter autant que possible le territoire de l'hégémonie américaine. Et l'ambitieux Erdogan facilite cela dans la pratique. Mais tout cela fonctionnera jusqu'à une certaine limite.

267679.jpg

Cette limite à ne pas franchir, c'est le partenariat militaire d'Ankara avec les russophobes de Kiev, la vantardise excessive de l'alliance Turquie-Azerbaïdjan (en oubliant Moscou, où tout s'est réellement décidé) et l'intensification du pan-turquisme en Asie centrale. À l'exception du volet ukrainien, qu'Ankara aurait dû abandonner complètement (et le plus tôt serait le mieux), les vecteurs les plus solides de la politique turque pourraient être poursuivis - mais pas au nom de l'OTAN et en coordonnant soigneusement les lignes rouges avec la Russie.

L'entrée de la Turquie en Asie centrale ne relève plus de l'ottomanisme, mais d'une certaine version de l'eurasisme turc. Moscou n'a théoriquement rien contre cette vision, mais l'eurasisme turc doit être coordonné avec l'eurasisme russe, car le Kazakhstan, le Kirghizstan et l'Ouzbékistan ne sont pas simplement des alliés de la Russie, mais des membres de diverses structures économiques et militaires. La Turquie pourrait très bien les rejoindre et agir de concert avec la Russie.

C'est la seule façon de résoudre le problème arménien, après tout, la Russie est responsable d'Erevan. Et la reconstruction de la région après la guerre devrait prendre en compte les intérêts de toutes les parties. Y compris l'Iran, d'ailleurs, qui a été en quelque sorte oublié dans la guerre du Karabakh. Et en vain.

L'eurasisme est une idéologie extrêmement importante, précisément parce qu'elle n'a pas de dogmes. Son ambiguïté et son ouverture certaines sont un avantage et non un inconvénient.  La Russie - en tant que foyer, centre, pôle de l'Eurasie et pivot géographique de l'histoire - est le facteur principal de toute construction géopolitique efficace.

Si Ankara opte pour un monde multipolaire, alors bienvenue au club et discutons en toute franchise des souhaits de toutes les parties. S'il s'agit de l'expansion impérialiste voulue par un seul homme ou d'un nouveau cycle pour servir les intérêts de l'OTAN, ce n'est pas seulement un projet non constructif mais un projet suicidaire.

Il est grand temps que la Russie, à son tour, accorde une attention particulière au potentiel de la doctrine eurasienne, tant sur le plan idéologique que géopolitique.  Sans idéologie et en s'appuyant sur un pur pragmatisme, nous ne pouvons tout simplement pas mener à bien des projets d'intégration à long terme.

Écrire un commentaire