Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 23 août 2021

Le retour de la rhétorique de la guerre froide aux États-Unis

488bb668cb5abc47595d32316587ce11.jpg

Markku Siira

Le retour de la rhétorique de la guerre froide aux États-Unis

Depuis des années, le mouvement conservateur américain est engagé dans un "débat sur les valeurs", un moyen rhétorique de faire accepter ses propres motifs de prédilection, qui ont souvent peu à voir avec le conservatisme ou la moralité traditionnelle. Selon le professeur Ian Dowbiggin, ce type de discours sur les valeurs a souvent été utilisé comme un moyen d'impliquer Washington dans des enchevêtrements étrangers.

viewiandox.jpg

9781551990354-fr.jpg

Le récent article de Leon Aron, Welcome to the New Cold War, publié dans The Dispatch, en est un bon exemple, selon Dowbiggin. Aron écrit que le "décalage des valeurs" entre l'administration Biden et l'administration du président russe Vladimir Poutine a fait de la Russie une plus grande menace pour la sécurité des États-Unis que ne l'a jamais été l'ancienne Union soviétique.

indexleonaron.jpg

M. Aron (photo, ci-dessus), chercheur principal au groupe de réflexion de centre-droit American Enterprise Institute, ne mâche pas ses mots. "L'idéologie du régime de Poutine, sous-titre son article, est à peine moins toxique et peut-être plus incendiaire que le totalitarisme communiste."

De tels coups de sabre littéraires auraient pu être appropriés dans les moments de tension de la guerre froide d'antan. En 2021, l'analyse des relations américano-russes par Aron ne représente rien d'autre qu'une tentative maladroite d'un conservateur de l'establishment de jeter des ponts avec l'administration Biden et l'extrême gauche mondialiste.

L'article d'Aron plaira certainement aux amateurs de politique de sécurité anti-russe. Lorsque les conservateurs de la guerre froide parlaient du fossé des missiles entre l'Union soviétique et les États-Unis, Aron évoque "le fossé normatif entre les démocraties libérales et le régime assidu de Poutine".

Aron affirme également que l'on ne peut jamais faire confiance à Poutine. Le talent inquiétant du dirigeant russe réside dans sa "capacité à plier des millions de ses compatriotes à sa volonté", suggère le chercheur principal, comme dans le scénario d'un thriller politique hollywoodien.

Selon Aron, le plus important des crimes de Poutine est d'avoir réussi à convaincre les Russes que l'identité nationale du pays est fondée sur ses victoires militaires, notamment lors de la Seconde Guerre mondiale. En d'autres termes, le "patriotisme militarisé en temps de paix" de Poutine contraste fortement avec les valeurs "démocratiques" américaines.

VPRA.jpg

Si Aron est tout à fait exact au sujet des valeurs supposées de Poutine, son flou sur les valeurs démocratiques américaines est pour le moins curieux, conclut Dowbiggin, et il convient de se demander: les valeurs américaines contemporaines ne comprennent-elles que la politique identitaire des minorités sexuelles et le mouvement extrémiste Black Lives Matter?

L'ambiguïté entourant la définition des "valeurs" américaines par Aron suggère une astuce conservatrice familière : cacher des objectifs de politique étrangère belliqueux derrière une rhétorique soulignant le "devoir" des Américains de défendre ce qu'Aron appelle "l'Occident démocratique".

Les événements récents donnent une indication des intentions d'Aron et de ses semblables. Depuis 2016, les médias grand public, les services de renseignement, le monde du spectacle et les élites universitaires américains ne cessent de jacasser sur la prétendue ingérence russe dans l'élection présidentielle américaine, la répression de la dissidence occidentale et la "politique étrangère agressive" de la Russie dans des pays comme l'Ukraine et la Syrie.

Hillary-Clinton%u2019s-nuke-dream-graphic.jpg

En 2019, Hillary Clinton a affirmé que Poutine "préparait" sa camarade démocrate Tulsi Gabbard pour l'investiture présidentielle. En mars dernier, Joe Biden a qualifié Poutine de "tueur", ce qui n'est que légèrement pire que la description faite par Aron de Poutine comme "un petit hooligan issu des bidonvilles du Leningrad d'après-guerre".

Il n'y a pas que les démocrates de Biden qui affrontent Poutine. Le ministère russe des Affaires étrangères a annoncé en avril 2021 qu'il allait "faire cesser" les activités des fondations et des ONG financées par les États-Unis en Russie.

Un mois plus tard, la Russie a déclaré que le Bard College, basé à New York, était une organisation "indésirable" qui "menace l'ordre constitutionnel et la sécurité de la Russie". La décision russe signifie que Bard doit cesser toutes ses activités en Russie, en particulier ses relations avec l'université d'État de Saint-Pétersbourg.

image-aLBsset.jpeg

Le président du Bard College, Leon Botstein (photo ci-dessus), a déclaré qu'il avait le "cœur brisé" par ce qu'il a appelé la "liste noire". Mais les événements récents suggèrent que M. Botstein, qui siège avec l'altermondialiste George Soros au comité consultatif mondial de l'Open Society Foundation, n'a guère été surpris par la décision de la Russie.

Soros, le milliardaire, membre de l'élite transnationale et fondateur de l'Open Society Foundation - qui a été interdite en Russie en 2015 en tant qu'ONG "indésirable" - a été un généreux donateur pour Bard. Peu avant que la Russie n'interdise Bard, l'université a annoncé qu'elle avait reçu une promesse de don de 500 millions de dollars de la part de Soros.

À l'horizon 2021, la thèse d'Aron selon laquelle l'Amérique et la Russie se livrent une nouvelle guerre froide opposant la démocratie à la Russie militariste de Poutine trouvera certainement des oreilles attentives non seulement à la Maison Blanche de Biden, mais aussi parmi les forces financées par Soros qui considèrent le président russe comme une menace sérieuse pour la définition de la gouvernance démocratique et des droits de l'homme de la gauche occidentale.

Enfin et surtout, l'affirmation d'Aron selon laquelle le poutinisme est "peut-être plus incendiaire que le totalitarisme communiste" est mise en avant. Dowbiggin trouve ce commentaire étrange "de la part de quelqu'un qui prétend être un expert de la russité" (Aron a émigré de l'Union soviétique aux États-Unis en tant que réfugié en 1978).

Si, du point de vue biaisé des observateurs occidentaux, le régime de Poutine poursuit des objectifs géopolitiques dans le monde entier, qu'y a-t-il de nouveau sur la scène de la Realpolitik centrée sur l'État ?

Il est difficile de prendre Aron au sérieux lorsqu'il affirme que la propagande de Poutine est plus toxique que la propagande soviétique, qui soulignait l'inévitabilité de la victoire communiste. Aron semble avoir oublié que ses innombrables compagnons d'armes ont autrefois propagé les doctrines soviétiques sur le sol américain pendant la guerre froide.

La rhétorique d'Aron sur une "nouvelle guerre froide" avec la Russie peut inspirer certains membres du mouvement conservateur américain, mais Dowbiggin avertit que les patriotes américains ne doivent pas tomber dans ce piège belliqueux.

En effet, Aron a probablement un autre public cible en tête, notamment les néoconservateurs juifs américains, le Conseil national de sécurité de Joe Biden, des politiciens chevronnés comme Nancy Pelosi et des ONG alliées à la CIA qui brûlent d'envie d'opérer sur le sol russe au nom des "droits de l'homme", dans le style des années 1990. En effet, Leon Aron a écrit une biographie sympathique de Boris Eltsine.

Écrire un commentaire