Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 23 août 2021

La chute de Kaboul : le retour des Talibans et ses implications géopolitiques

Afghanistan-pourquoi-les-talibans-ont-repris-si-rapidement-le-pouvoir.jpg

La chute de Kaboul : le retour des Talibans et ses implications géopolitiques

Ex: https://katehon.com/ru/article/padenie-kabula-vozvrashchenie-talibov-i-geopoliticheskie-posledstviya

En quelques jours, l'Afghanistan a vu s'effondrer le pouvoir établi par les Américains après l'intervention de 2001. En l'espace d'une semaine, les talibans (une organisation interdite dans la Fédération de Russie) ont occupé 24 des 36 provinces et pris le contrôle des frontières. En quelques heures, les principales villes du pays sont tombées, le président Ashraf Ghani a démissionné et s'est enfui, et les talibans sont entrés triomphalement dans Kaboul. Les changements en Afghanistan pourraient affecter toute la géopolitique de l'Eurasie. De nombreux experts comparent l'effondrement des structures étatiques et militaires du régime pro-américain en Afghanistan à l'effondrement du Sud-Vietnam après la signature de l'"accord de paix de Paris" en 1973.

Toutefois, à cette époque, le retrait des troupes américaines a marqué leur défaite et la victoire de leur principal adversaire géopolitique, l'URSS. Maintenant, malgré toutes les critiques à l'encontre des Américains, on ne peut pas dire que leur retrait signifie une victoire automatique pour l'un de leurs principaux adversaires géopolitiques, la Russie ou la Chine.

Contexte

Contrairement à la thèse selon laquelle l'Afghanistan est le "cimetière des empires", l'espace des vallées montagneuses inaccessibles a été conquis et incorporé aux formations impériales continentales à de nombreuses reprises dans l'histoire. Depuis l'ère achéménide (6ème siècle avant J.-C.), le futur Afghanistan a été conquis par les Perses, les Grecs et les Macédoniens, les Parthes, les Tokhariens, les Hephtalites, les Turcs, les Arabes et les Mongols. L'Afghanistan faisait partie de l'empire de Tamerlan et de ses successeurs, puis fit partie de l'empire moghol. Ce n'est qu'au XVIIIe siècle qu'une seule puissance, l'"Empire Durrani", s'est formée sur le territoire de ce que nous appelons aujourd'hui l'Afghanistan.

Greco-BactrianKingdomMap.jpg

Au XIXe siècle, le territoire est devenu un espace de rivalité entre les empires russe et britannique, ce que l'on a appelé le "Grand Jeu". La Russie se déplace vers le sud, en Asie centrale et vers l'Iran. L'impératif général de la géopolitique russe était d'atteindre les "mers chaudes". La Grande-Bretagne craint une menace militaire russe pour l'Inde et cherche à bloquer les mouvements russes vers le sud. En général, cette stratégie a été mise en œuvre: l'émirat d'Afghanistan est devenu un protectorat britannique et la plupart des territoires de l'ethnie pachtoune - le principal groupe ethnique d'Afghanistan - ont fait partie de l'Inde britannique (qui est passée au Pakistan après la décolonisation).

Afghanistan-carte-1893.png

artoff8213-0c1eb.jpg

Au vingtième siècle, l'Afghanistan est redevenu une arène de confrontation russo-britannique. En 1919, après avoir déclaré sa pleine indépendance vis-à-vis de la Grande-Bretagne, le royaume d'Afghanistan est devenu le premier État à reconnaître la Russie soviétique. L'Afghanistan (ainsi que l'Iran) intéressait l'Allemagne nationale-socialiste. Pendant la guerre froide, l'URSS a réussi à maintenir l'Afghanistan dans sa sphère d'influence. Cependant, l'accent mis sur l'introduction de l'idéologie marxiste et de la modernisation dans un pays traditionaliste après le renversement de la monarchie en 1973, et surtout la révolution d'avril 1978, a conduit à la déstabilisation du pays.

histo-russes-sovietiques-armee-afghanistan-invasion.jpg

afgha4.jpg

L'invasion soviétique en 1979 a fait de l'Afghanistan un front clé de la guerre froide, où les États-Unis (soutenus par l'Arabie saoudite et le Pakistan) ont apporté une aide maximale à l'opposition islamiste.

Le fondamentalisme islamique pendant la guerre froide et le moment unipolaire

Le fondamentalisme sunnite (tant le wahhabisme que d'autres formes parallèles d'islam radical interdites en Russie), contrairement au fondamentalisme chiite, plus complexe et géopolitiquement ambigu, a servi à l'Occident à contrer les régimes laïques "gauchistes", socialistes ou nationalistes et le plus souvent pro-soviétiques. En tant que phénomène géopolitique, le fondamentalisme islamique faisait partie de la stratégie atlantiste, œuvrant pour la puissance maritime contre l'URSS en tant qu'avant-poste de la puissance terrestre.

L'Afghanistan était un maillon de cette stratégie géopolitique. La branche afghane du radicalisme islamique a été mise en lumière après l'invasion soviétique de l'Afghanistan en 1979. À cette époque, une guerre civile avait déjà éclaté en Afghanistan, où l'Occident et ses alliés inconditionnels de l'époque, le Pakistan et l'Arabie saoudite, soutenaient les radicaux islamiques contre les forces laïques modérées désireuses de s'allier avec Moscou. Il n'y avait pas de vrais libéraux ou communistes, mais il y avait une confrontation entre l'Ouest et l'Est. Ce sont les fondamentalistes islamiques qui ont parlé au nom de l'Occident.

Lorsque les troupes soviétiques sont entrées en Afghanistan, l'Occident a soutenu encore plus activement les radicaux islamiques contre les "occupants athées". La CIA a envoyé en Afghanistan Oussama ben Laden, qui a ensuite créé Al-Qaïda (une organisation interdite dans la Fédération de Russie), et a été ouvertement incitée à faire la guerre aux communistes par Zbigniew Brzezinski.

En plaçant cette période des années 80 sur une ligne de temps géopolitique : l'Afghanistan des années 80 était un champ de confrontation entre deux pôles. Les dirigeants laïques se sont appuyés sur Moscou et les moudjahidin sur Washington.

Le retrait soviétique en 1989 est l'un des symptômes de la défaite géopolitique de l'URSS dans la guerre froide. Pour l'Afghanistan lui-même, elle a marqué la poursuite de la guerre civile qui a abouti en 1996 au transfert du pouvoir sur la majeure partie du pays au mouvement fondamentaliste des Talibans, originaire du Pakistan. 

5c5be7e515e9f948f6608b1d.jpg

La deuxième décennie géopolitique de notre chronologie se situe dans les années 1990. C'est à ce moment-là que l'ordre mondial unipolaire ou "moment unipolaire" (par Charles Krauthammer) est établi. L'URSS s'effondre, et les forces islamistes cherchent activement à opérer dans les anciennes républiques soviétiques, surtout au Tadjikistan et en Ouzbékistan. La Fédération de Russie est également en train de devenir une zone de guerre pour les radicaux islamiques pro-américains. Cela concerne principalement la Tchétchénie et le Caucase du Nord, mais aussi la région de la Volga. L'Occident continue d'utiliser ses alliés pour attaquer le pôle eurasiatique. Dans un monde unipolaire, l'Occident - désormais le seul pôle - utilise les anciens moyens pour achever (car cela semblait alors irréversible) un adversaire vaincu.

En Afghanistan même, dans les années 1990, la montée des talibans commence. Il ne s'agit pas seulement d'une tendance au fondamentalisme, mais d'une force qui unit le plus grand groupe ethnique d'Afghanistan - les tribus nomades pachtounes, descendants des nomades indo-européens d'Eurasie. Leur idéologie est une excroissance du salafisme, apparentée au wahhabisme et à Al-Qaïda (interdit dans la Fédération de Russie). "Les Talibans sont opposés à d'autres forces, principalement sunnites, mais ethniquement distinctes - les Tadjiks indo-européens et les Turcs ouzbeks, ainsi que les Hazaras iranophones mixtes(photos de jeunes filles,ci-dessous), qui professent l'islam chiite. Les talibans sont à l'offensive ; leurs adversaires - principalement l'Alliance du Nord - sont en retraite. Les Américains soutiennent les deux, mais l'Alliance du Nord cherche le soutien pragmatique des ennemis d'hier : les Russes.

Les-Hazaras-dAfghanistan-saisis-par-le-chagrin-et-la-peur.JPG

Au cours des années 90, la Russie, ancien pôle opposé dans un monde bipolaire, s'est progressivement affaiblie et, dans un monde de plus en plus unipolaire, l'islamisme radical entretenu par l'Occident est devenu un fardeau désagréable pour les États-Unis, de moins en moins pertinent dans ce nouvel environnement. Cependant, l'inertie du fondamentalisme islamique est si grande qu'il n'est pas prêt de disparaître au premier ordre de Washington. En outre, son succès oblige les dirigeants islamiques à prendre la voie d'une politique indépendante. En l'absence de l'URSS, les fondamentalistes islamiques commencent à se penser en tant que force indépendante et, en l'absence de l'ancien ennemi (les régimes "de gauche" pro-soviétiques), ils tournent leur agression contre le maître d'hier.

En 2001, les États-Unis ont imputé à l'organisation d'Oussama ben Laden, un Saoudien qui avait auparavant collaboré avec les États-Unis pour aider les moudjahidines afghans, les attentats contre les tours jumelles du World Trade Centre à New York et contre le Pentagone. La direction d'Al-Qaïda (interdite dans la Fédération de Russie) étant basée en Afghanistan, les États-Unis ont lancé une invasion du pays sous le prétexte d'une "guerre contre le terrorisme". Le 20e anniversaire de l'occupation américaine commence et, parallèlement, les États-Unis envahissent l'Irak en 2003.

irak-statue.jpg

La fin de l'"Empire" - ou un repli tactique ?

Le pourquoi et la raison du retrait des Américains sont des questions essentielles. Le retrait a été planifié et promis par Donald Trump, et la plupart du contingent a été retiré sous Obama, et il ne restait plus beaucoup d'Américains ces dernières années. Pour Trump, il s'agissait d'une décision compréhensible de réduire la présence mondiale, de se recentrer sur le Pacifique au lieu du Moyen-Orient, et davantage sur l'Amérique elle-même.

Joe Biden est un mondialiste, mais les mondialistes les plus radicaux, les néoconservateurs, étaient contre le retrait d'Afghanistan. Des acteurs comme l'intellectuel mondialiste - indicateur de la volonté du "gouvernement mondial" conventionnel, j'ai nommé Bernard Henri Levy - l'étaient aussi. Peut-être était-ce l'affaiblissement de l'empire américain lorsqu'une présence en Afghanistan a été jugée inutile et pesante.

Nous assistons donc peut-être à l'effondrement des États-Unis, qui ne peuvent plus se permettre de répartir leurs ressources autant qu'ils le faisaient auparavant.

Toutefois, il est préférable de partir du principe que les Américains ont une sorte de plan précis concernant le retrait des troupes. Même si ce plan n'existe pas aujourd'hui, cela ne signifie pas qu'il n'émergera pas en situation. Toutefois, ce plan sera déjà sans ambiguïté réaliste, c'est-à-dire orienté non pas vers la diffusion de la démocratie et des valeurs libérales, mais vers la création de conditions favorables pour les États-Unis en termes d'équilibre des forces. En général, la présence américaine en Afghanistan était déjà un plan bien défini - derrière la façade de la lutte contre le terrorisme et le projet de création d'un État national, Washington a créé un gouvernement fantoche et une armée fantôme, qui n'avait pas de réelle puissance de combat: sans chars, sans artillerie et sans avions, elle n'agissait que comme une force de soutien pour les envahisseurs américains et l'OTAN. Après le refus des États-Unis de soutenir directement les troupes officielles en Afghanistan, elle s'est tout simplement évaporée, bien qu'elle ait tenté d'opposer une résistance dans certaines villes.

Les intérêts des acteurs extérieurs, principalement les États-Unis et le Royaume-Uni, sont de déstabiliser l'Afghanistan après leur départ. Il est logique d'attendre d'eux qu'ils travaillent à la fois avec les dirigeants talibans et les militants sur le terrain.

L'Afghanistan est géographiquement situé de telle sorte qu'il constitue une base idéale pour déstabiliser également l'Asie centrale, donc la Russie, la Chine (à proximité du Xinjiang), l'Iran et le Pakistan. C'est-à-dire qu'elle est l'épicentre des pressions exercées sur les pôles actuels et potentiels d'un monde multipolaire.

En savoir plus sur les Talibans

Le mouvement taliban qui arrive au pouvoir est très diversifié. Ils ne sont ni wahhabites ni salafistes (représentants d'un "islam pur" qui nie les traditions tribales). Il existe des tendances rigoristes et soufies au sein du mouvement, bien que l'école d'islam Deobandi, relativement puritaine, prédomine. Les Talibans se décrivent comme des défenseurs du madhhab Hanafi de l'Islam sunnite dans sa version traditionnelle afghane. Dans l'ensemble, il s'agit de fondamentalisme avec une forte connotation nationaliste pachtoune.

000_9EY6AX.jpg

Il y a aussi les Talibans pakistanais Tehreek-e-Taliban Pakistan (PTT), qui sont répandus parmi les Pachtounes au Pakistan. Il a été formé en 2007 et est le groupe d'opposition armé le plus important et le plus actif du Pakistan. Il a été formé par plusieurs petits groupes opérant dans les zones tribales du Pakistan et, dans une moindre mesure, dans la province de la Frontière du Nord-Ouest (aujourd'hui le Khyber Pakhtunkhwa), et a toujours été presque entièrement composée de Pachtounes. L'armée pakistanaise a mené des opérations de ratissage contre eux et le TTP a répondu par des attaques terroristes, y compris contre des civils qui n'étaient associés que de loin à l'État pakistanais.

En 2020, le TTP a montré des signes de résurgence, ses membres ayant perpétré plus de 120 attaques, et ces dernières semaines, le groupe a intensifié ses activités au Waziristan. Rien qu'en juillet 2021, le TTP a mené 26 attaques.

Il est intéressant de noter que le TTP a récemment déplacé la plupart de ses membres de l'est de l'Afghanistan, où il était basé depuis plusieurs années, et qu'il bénéficie désormais du patronage du réseau Haqqani dans le sud-est. Le réseau Haqqani, longtemps considéré par les États-Unis comme une organisation insurrectionnelle distincte, est une composante des talibans afghans mais jouit d'un haut degré d'autonomie. Le réseau Haqqani a également été identifié par certains experts comme la composante des talibans la plus proche des services de sécurité pakistanais. Il est révélateur que le réseau ait accepté de rompre ses liens avec le TTP il y a quelques années sous la pression des autorités pakistanaises.

Maintenant, tous ceux qui se battent sous la bannière des talibans sont unis par un adversaire commun. Cependant, une fois qu'il aura disparu, les dirigeants du mouvement seront confrontés à la question de la formation d'un champ étatique unifié dans une situation où les chefs de guerre sur le terrain commencent à se partager le pouvoir. La question sérieuse est de savoir si les talibans seront en mesure de construire un État viable garantissant la sécurité de ses voisins dans un environnement pacifique. Une situation pourrait théoriquement se produire où des seigneurs de la guerre individuels dans certaines régions commenceraient à fournir une base pour des organisations extrémistes plus radicales visant la Russie, l'Iran, la Chine et les pays d'Asie centrale.

Un cri de désespoir occidental

Les évaluations de la situation en Afghanistan par les analystes occidentaux ne sont pas sans intérêt. Par exemple, il existe une opinion selon laquelle la chute de Kaboul est bénéfique pour Moscou. Selon le Royal United Services Institute (Grande-Bretagne), "les troubles en Afghanistan ont donné à la Russie l'occasion d'accroître son influence en Asie centrale. Les talibans contrôlent la majeure partie de la frontière entre l'Afghanistan et le Tadjikistan, le pays le plus pauvre de la région, qui a déjà accueilli de nombreux réfugiés afghans et s'est tourné vers Moscou pour obtenir de l'aide. Le Tadjikistan abrite l'une des rares bases étrangères de la Russie, avec plus de 6000 soldats russes, et est membre de l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) dirigée par la Russie, une alliance plus petite et plus faible que le Pacte de Varsovie pendant la guerre froide.

MinOboron TJ.jpg

La Russie a déployé des troupes à la frontière entre l'Afghanistan et le Tadjikistan et a déclaré que l'OTSC était "prête à déployer tout son potentiel militaire pour aider le Tadjikistan" si la situation en Afghanistan se détériorait. Au cours des prochains mois, la Russie et les pays d'Asie centrale effectueront une série d'exercices à la frontière afghane afin de maintenir leurs forces armées en état de repousser toute incursion extrémiste en provenance d'Afghanistan.

Entre-temps, les pays d'Asie centrale - peut-être à la demande de Moscou - ont rejeté les demandes de Washington d'autoriser le stationnement sur leur territoire de certaines troupes américaines quittant l'Afghanistan. Quoi qu'il en soit, compte tenu de leur besoin d'assistance militaire, ils sont probablement d'accord avec la Russie pour dire que si 100.000 soldats de l'OTAN dirigés par les États-Unis ne parviennent pas à stabiliser l'Afghanistan, ils n'y parviendront pas avec une présence militaire plus réduite en dehors du pays.

Sur un autre plan, les impératifs politiques ont modifié l'attitude de la Russie à l'égard du Pakistan, qui a soutenu les talibans. Pendant la guerre froide, Moscou considérait le Pakistan comme un foyer d'extrémisme déstabilisateur en Asie centrale et du Sud. Mais avec le retrait américain visible à l'horizon politique depuis 2014, la Russie a tout cherché, des armes et vaccins contre le COVID-19 aux investissements dans un gazoduc allant de Karachi à Lahore, auprès du Pakistan, dans l'espoir qu'Islamabad utilise son influence auprès des talibans pour promouvoir un accord de paix en Afghanistan."

Dans l'ensemble, la diplomatie et la crédibilité internationale de la Russie seront soumises à un nouveau test dans l'arène politique intérieure de l'Afghanistan. Si un accord de paix global peut être conclu, il pourra être porté à l'actif de Moscou. En cas d'escalade de la violence, les autres scénarios dépendront des situations spécifiques. D'une manière ou d'une autre, la Russie donne la priorité à la sécurité régionale.

Luke Hunt, spécialiste de l'Afghanistan, note ironiquement qu'"en 2009, CNN a rapporté que certains experts pensaient que l'armée américaine payait des miliciens pour qu'ils quittent les talibans dans le cadre d'un soi-disant "programme de loyauté temporaire". Les seigneurs de la guerre sont payés pour se battre, et parfois ils sont payés pour ne pas se battre, et dans les semaines qui ont précédé la chute de Kaboul, les militaires se sont évaporés, et les seigneurs de la guerre ont simplement ouvert les portes et laissé les talibans entrer dans leurs convois de SUV japonais. La question est de savoir qui les a payés. Pour trouver des indices, nous devrions regarder qui a le plus à gagner du retour au pouvoir des talibans. En clair, une offensive de cette ampleur n'aurait pas été possible à l'insu du Pakistan ou de ses services de renseignement, qui sont passés maîtres dans l'art de chuchoter depuis les coulisses."

Si cette observation est vraie, les États-Unis tenteront de venger sur le Pakistan pour leur honte et leur perte de crédibilité. Cela éloignera Islamabad de Washington et, surtout, fera le jeu de la Chine, qui est le principal sponsor et partenaire stratégique du Pakistan.

Il y a aussi l'opinion que la fuite de Kaboul était pire que celle de Saigon. Et Biden a été l'auteur de facto de la pire catatrophe de la politique étrangère américaine.

Et un éditorial du Wall Street Journal accuse l'administration de la Maison Blanche de ce qui s'est passé :

"La déclaration faite samedi par le président Biden, qui s'est lavé les mains de l'Afghanistan, mérite d'être considérée comme l'une des plus honteuses de l'histoire, faite par le commandant en chef à un tel moment de recul des Américains. Alors que les talibans s'approchaient de Kaboul, Biden a envoyé une réaffirmation du rejet des États-Unis qui le dédouanait de toute responsabilité, rejetait la faute sur son prédécesseur et, plus ou moins, poussait les talibans à prendre le pouvoir dans le pays. Avec cette déclaration de reddition, la dernière résistance de l'armée afghane s'est effondrée... Les djihadistes que les États-Unis ont renversés il y a 20 ans pour avoir hébergé Oussama ben Laden vont maintenant faire flotter leur drapeau au-dessus du bâtiment de l'ambassade américaine à l'occasion du 20e anniversaire du 11 septembre."

Aujourd'hui, pour la grande majorité des analystes politiques et des stratèges américains, le retrait d'Afghanistan est considéré comme une défaite cuisante.

1 gDcBoD8Mui8d-UtHWLa2bA.jpeg

Prévisions

Que réserve l'Afghanistan et ses voisins ? Il existe certaines tendances à court terme.

Les talibans eux-mêmes, qui sont déjà assez centralisés, tenteront d'achever la réorganisation administrative et de soumettre finalement toutes les factions militantes. Parallèlement, les talibans tenteront d'acquérir une légitimité internationale en mettant en avant leur vision d'un État - l'émirat d'Afghanistan.

771596-afghanistan-depuis-longtemps-plaque-tournante.jpg

Et comme la principale source de revenus des Talibans est le trafic de drogue, cela restera un problème pour ses voisins. En outre, un grand nombre de réfugiés sont attendus. Certains ont déjà franchi la frontière du Tadjikistan. Parmi les pays d'Asie centrale, le maillon faible est le Turkménistan, qui n'est membre d'aucun bloc militaire ou traité de sécurité régionale. La seule chose qui les garde en sécurité est le tampon du désert. D'une manière ou d'une autre, il s'ensuivra un afflux de réfugiés dans différentes directions depuis l'Afghanistan - certains fuiront effectivement par crainte des talibans, tandis que d'autres chercheront simplement une vie meilleure à l'étranger en se déguisant. Il est également important de souligner la possibilité que des extrémistes s'infiltrent dans d'autres pays en se faisant passer pour des réfugiés. Étant donné que des émissaires de l'ISIS (interdit dans la Fédération de Russie) opèrent dans le nord de l'Afghanistan et que les talibans les considèrent comme leurs ennemis, ces terroristes chercheraient également à fuir le pays.

Il faut également garder à l'esprit que l'exemple des Talibans peut servir d'inspiration à divers islamistes en Asie centrale.

Si l'on évalue l'équilibre entre les défis et les opportunités, des défis en matière de sécurité attendent tous les voisins de l'Afghanistan et la Russie. Beaucoup dépend maintenant des pays de la région qui négocient et communiquent avec les talibans eux-mêmes. L'implication du Pakistan est également importante. Il faut garder à l'esprit le conflit entre New Delhi et Islamabad, où l'Afghanistan était également un facteur important. Auparavant, les autorités pakistanaises ont accusé l'Inde d'utiliser l'Afghanistan comme une plate-forme par procuration contre le Pakistan, où sont déployés un réseau d'espions indiens et des cellules de séparatistes baloutches.

À long terme, il est intéressant de voir si ces développements auront une incidence sur la poursuite de l'effondrement de la Pax Americana. Dans une configuration unipolaire, les États-Unis n'ont pas conservé le contrôle de ce territoire géopolitique clé. Il s'agit maintenant de savoir si une réaction en chaîne d'effondrement se produira pour les États-Unis et l'OTAN, similaire à l'effondrement du camp socialiste, ou si les États-Unis conservent la puissance critique pour rester le numéro un mondial, même si ce n'est pas le seul acteur.

Si l'Occident s'effondre, nous vivrons dans un monde différent, dont les paramètres sont encore difficiles à imaginer, et encore moins à prévoir. Plus probablement, il ne s'effondrera pas encore. Il est au moins plus pragmatique de supposer que, pour l'instant, les États-Unis et l'OTAN restent les instances clés, mais dans le nouvel environnement - essentiellement multipolaire.

1552247.jpg

qOL36uk0X6Hx.jpg

Dans ce cas, il ne leur reste qu'une seule stratégie en Afghanistan. Celle qui est décrite de manière assez réaliste dans la dernière (8e) saison de la série d'espionnage américaine "Homeland". Là-bas, le scénario prévoit que les talibans avancent vers Kaboul et que le gouvernement fantoche pro-américain s'enfuit. S'élevant contre les impérialistes néocons paranoïaques et arrogants de Washington, le représentant du réalisme dans les relations internationales (le sosie d'Henry Kissinger au cinéma) Saul Berenson insiste sur la nécessité de négocier avec les talibans et d'essayer de les réorienter à nouveau contre la Russie. Autrement dit, la seule chose qui reste à faire pour Washington est de revenir à sa vieille stratégie de la guerre froide. Si le fondamentalisme islamique ne peut être vaincu, il doit être dirigé contre ses adversaires - nouveaux et en même temps anciens. Et surtout contre la Russie et l'espace eurasien.

C'est ce dont Joe Biden discute aujourd'hui dans le bureau ovale: comment s'assurer que l'Afghanistan des talibans dirige son agression vers le nord.

Un défi afghan pour la Russie

Que doit faire la Russie ? Du point de vue géopolitique, la conclusion est sans ambiguïté: l'essentiel est de ne pas laisser se concrétiser le plan américain (raisonnable et logique pour eux), qui vise à maintenir son hégémonie. Pour ce faire, il est nécessaire d'établir des relations avec le type d'Afghanistan qui est maintenant établi. Les premières étapes des négociations avec les talibans ont déjà été franchies par le ministère russe des Affaires étrangères. Et c'est un geste très judicieux.

En outre, la politique en Asie centrale devrait être revigorée avec l'aide d'autres centres de pouvoir qui cherchent à accroître leur souveraineté.

Il s'agit avant tout de la Chine, qui s'intéresse à la multipolarité et notamment à l'espace afghan, qui fait partie du territoire du projet One Belt, One Road.

Ensuite, il est très important de se rapprocher du Pakistan, qui devient de jour en jour plus anti-américain.

L'Iran, de par sa proximité et son influence sur les Hazaras (et pas seulement), peut également jouer un rôle important dans le règlement de la question afghane. Certains accords entre Téhéran et les Talibans ont probablement déjà été conclus, comme en témoignent les processions du Muharram qui se déroulent actuellement dans les centres de population chiites en Afghanistan.

La Russie doit certainement protéger et intégrer davantage ses alliés - le Tadjikistan, l'Ouzbékistan et le Kirghizstan, ainsi que le Turkménistan, léthargique sur le plan géopolitique - dans ses plans militaro-stratégiques.

Si les talibans n'expulsent pas les Turcs en raison de leur participation à l'OTAN (comme l'a déclaré précédemment le porte-parole des talibans), des consultations devraient alors être établies avec Ankara également.

Le plus important est peut-être de persuader les pays du Golfe, surtout l'Arabie saoudite et l'Égypte, de ne pas jouer une fois de plus le rôle d'un outil obéissant entre les mains d'un empire américain qui s'incline vers son déclin.

Moscou dispose désormais de nombreux outils sur tous ces fronts. Il est également important d'étouffer le bruit sémantique des agents étrangers ouverts et secrets en Russie même, qui sont maintenant occupés à travailler à partir de l'ordre américain de diverses manières. L'essentiel est d'empêcher Moscou de poursuivre une stratégie géopolitique efficace en Afghanistan et de perturber (ou du moins de reporter indéfiniment) l'établissement d'un monde multipolaire.

 

 

Écrire un commentaire