Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 23 août 2021

Le commentaire de Massimo Fini:  Les vérités cachées sur l'Afghanistan

B9728011352Z.1_20210816185615_000+GSFIOFQQO.2-0.jpg

Le commentaire de Massimo Fini:  "Les vérités cachées sur l'Afghanistan"

On lira ici la sévère réprimande du grand intellectuel non-conformiste italien : "Dans les "derniers jours de Saigon" à la sauce afghane, il y a des implications grotesques. Dans un discours à la nation, Joe Biden a accusé les soldats de l'armée gouvernementale de ne pas être capables de se défendre. N'est-ce pas les Américains eux-mêmes, ainsi que certains de leurs alliés, dont l'Italie, qui se sont chargés de "former" l'armée loyaliste ?"

par Massimo Fini

Massimo Fini est un intellectuel libre qui a toujours été en dialogue avec le monde des non-alignés, critique du globalisme. Culture de la figure du Mollah Omar, il écrit dans Il Fatto quotidiano sur la question afghane, qui met en évidence les contradictions profondes de l'Occident par rapport aux dynamiques du grand jeu. Nous proposons à nos lecteurs le dernier article de l'intellectuel lombard sur la chute de Kaboul.

***

Dans les "derniers jours de Saigon" à la sauce afghane, il y a des implications grotesques. Dans un discours à la nation, Joe Biden a accusé les soldats de l'armée gouvernementale de ne pas être capables de se défendre. Mais comment se fait-il que ce soient les Américains eux-mêmes, ainsi que certains de leurs alliés, dont l'Italie, qui se soient chargés de "former" l'armée loyaliste ? L'Italie n'a peut-être pas été d'un grand secours puisqu'un de nos soldats, en essayant d'expliquer aux Afghans comment utiliser les armes, s'est tiré une balle dans la jambe. Peut-être qu'avant de se voir attribuer la fonction de "formateur", il aurait dû être formé. Cette histoire n'est pas sans rappeler celle du joueur portugais Figo, appelé à enseigner dans une école de football. Pour montrer comment tirer un penalty à la place du ballon, il a heurté le sol et s'est fracturé la cheville.

massimo-fini-1151486-330-540.jpg

Biden et tous ses partisans occidentaux ne pensent-ils pas, plutôt, que les soldats du gouvernement n'ont opposé aucune résistance, peut-être parce que la majorité de la population afghane préfère être gouvernée par les Talibans, qui sont toujours des Afghans, plutôt que par des étrangers ou leurs partisans?

Dans la confusion générale, il est nécessaire, pour la énième fois, de revenir à quelques points fixes.

L'agression occidentale de 2001 contre l'Afghanistan, qui a été couverte par l'ONU, a été motivée par la tragédie des tours jumelles dont les talibans auraient été complices. Le New York Times et le Washington Post, journaux dans ce cas au-dessus de tout soupçon, ont documenté que l'attaque contre l'Afghanistan avait été planifiée six mois avant le 11 septembre. De même, quelques années plus tard, il a été établi que les dirigeants talibans de l'époque n'étaient absolument pas au courant de l'attaque contre les tours jumelles. De toute façon, comme l'a rappelé Travaglio et comme nous l'avons écrit au moins cent fois, il y avait des Saoudiens, des Tunisiens, des Égyptiens, des Yéménites et des Arabes de toutes sortes dans ces commandos, tout sauf des Afghans, et même pas des Talibans. Et il n'y avait pas d'Afghans, encore moins de Talibans, dans les cellules réelles ou présumées d'Al-Qaïda découvertes plus tard.

De plus, à l'hiver 1998, après les attentats contre les ambassades américaines de Nairobi et de Dar es Salaam, Bill Clinton a proposé au mollah Omar d'éliminer Ben Laden, considéré comme l'inspirateur de ces attentats. Omar s'est dit prêt à le faire, à condition que les Américains cessent de bombarder les hauteurs de Khost, où ils pensaient que se cachait le calife saoudien, faisant des centaines de victimes civiles. Mais au dernier moment, Clinton a fait marche arrière. Et ce sont des documents du Département d'État de 2005 qui nous le rappellent. De plus, les Talibans ont trouvé Ben Laden chez lui. Massud l'avait fait venir du Soudan pour l'aider à combattre un autre "seigneur de guerre", son adversaire historique, Heckmatyar. Bien que les Afghans, qui ne sont pas arabes, détestaient Ben Laden, en Afghanistan toutefois, il jouissait d'une certaine popularité parce que, avec ses ressources personnelles, il avait construit des hôpitaux, des routes, des infrastructures, c'est-à-dire ce que nous aurions dû faire et ce que nous n'avons pas fait en vingt ans d'occupation, sauf dans une mesure ridicule.

Un autre mensonge monumental, qui continue à circuler, est celui qui nous affirme que les Talibans étaient soutenus par les services secrets pakistanais. Si c'était le cas, ils auraient au moins eu des missiles sol-air Stinger. Ce sont précisément les Stingers, fournis par les Américains aux trop célèbres "seigneurs de la guerre", qui ont convaincu les Soviétiques d'abandonner le terrain (face aux occupants occidentaux, les Talibans n'avaient ni force aérienne ni anti-aérienne). Et l'une des offensives les plus dévastatrices contre les Talibans a été lancée par l'armée pakistanaise, sous la direction du général américain David Petreus, dans la vallée de Swat: "Après la première semaine de bombardements, les morts ne se comptaient plus. Au contraire, les réfugiés pouvaient, eux, être comptés. Ils étaient au moins un million." (Le Mollah Omar, p. 159). Le Corriere della Sera titrait: "Un million de personnes fuient les talibans", mais elles fuyaient en réalité les bombardements de l'armée pakistanaise.

images0.pMOLLOMersgroep.net.jpg

Ceux qui ont à craindre aujourd'hui en Afghanistan ne sont pas les civils, hormis les principaux "collaborationnistes" qui pourraient légitimement prendre les armes, comme cela s'est toujours fait depuis la nuit des temps, mais le membre de l'ISIS. Les Talibans combattent l'ISIS depuis son entrée en Afghanistan en 2015. Le 16 juin 2015, le mollah Omar écrit une lettre ouverte à Al Baghdadi dans laquelle il avertit le calife de ne pas tenter de pénétrer en Afghanistan "car nous menons une guerre d'indépendance qui n'a rien à voir avec vos délires géopolitiques". Il ajoute: "Vous divisez dangereusement le monde islamique. La lettre n'est pas signée directement par Omar mais par son numéro deux, Mansour. Peut-être est-ce parce qu'Omar était mourant ou peut-être, comme le prétendent les versions occidentales, parce qu'il était déjà mort en 2013 (bien qu'il me semble très improbable que la mort d'un leader aussi prestigieux puisse être cachée aux Afghans pendant deux ans). En tout cas, la lettre exprime la pensée du Mollah Omar.

Maintenant que les Talibans n'ont plus à se battre en même temps contre les occupants occidentaux et contre l'ISIS, vont balayer celui-ci hors du pays. Ce ne sera pas facile car les combattants d'ISIS sont aussi de redoutables guerriers, et ils ne se soucient pas de mourir, alors que les Talibans n'ont pas cette vocation au martyre. Cependant, ils ont une connaissance bien supérieure du terrain, ce qui est l'un des facteurs qui leur ont permis de vaincre les armées occidentales, bien plus puissantes.

Les journalistes de Tolo TV, qui était la télévision d'État pendant toute l'occupation occidentale, ne sont pas très tranquilles. Certaines ONG peuvent ne pas être très discrètes, sauf si elles sont appelées Emergency ou des structures établies de manière similaire. Beaucoup de ces ONG, du moins au début, étaient remplies de filles qui se rendaient en Afghanistan pour faire l'expérience d'une sorte de "tourisme extrême". Ils ont donné la fessée en short, heurtant ainsi la sensibilité des Afghans. Après tout, même dans notre pays, une femme ne pourrait pas se promener les seins nus sur la Piazza Duomo, alors qu'en Afrique noire, c'est la coutume. Ce sont des sensibilités différentes qui doivent être respectées. Rien ne sera fait à ces filles, si elles sont encore là, elles seront simplement renvoyées. Comme elles le méritent.

Mais c'est une question que je pose à nos ministres de la défense et des affaires étrangères, Di Maio. Qu'avons-nous fait en Afghanistan, nous les Italiens, à part "former" militairement les Afghans? C'est déjà risible en soi car si nos enfants naissent avec des sucettes dans la bouche, les leurs naissent avec des kalachnikovs entre les mains, c'est-à-dire qu'ils savent utiliser des armes dès leur plus jeune âge. Dès que nous sommes arrivés là-bas, la première chose que nous avons faite a été de construire une église, ce qui n'était pas exactement un besoin primaire là-bas. Bien sûr, nous aurons fait d'autres choses par la suite, mais nous aimerions que les ministres en question et le gouvernement fassent un rapport détaillé au Parlement sur ce qu'a été réellement notre contribution civile en Afghanistan au cours des 20 dernières années.

Il Fatto Quotidiano, 21 août 2021
Source: https://www.barbadillo.it/100393-il-commento-di-m-fini-le-verita-nascoste-sullafghanistan/

Écrire un commentaire