Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 23 août 2021

Christophe Guilluy ou le retour des petites gens

image_1449569_20210323_ob_b74290_christophe-guilluy.jpg

Christophe Guilluy ou le retour des petites gens

par Georges FELTIN-TRACOL

Le temps des gens ordinaires est le septième ouvrage du géographe Christophe Guilluy. Affranchi de la routine universitaire encrassée et insensible au « wokisme » désastreux, il continue à observer cette « France périphérique » dont il retrouve l’équivalent dans deux autres pays frappés naguère une « Révolution Atlantique » commune: les États-Unis d’Amérique et l’Angleterre.

Il a rédigé cet essai entre la crise des Gilets jaunes et le premier confinement covidien du printemps 2020. Il sort, pas de chance !, lors du deuxième confinement partiel de l’automne. À la différence des précédents titres, le ton y est plus politique. L’auteur ne cache plus sa sensibilité nationale-républicaine (chevènementiste pour faire court).

Le temps des gens ordinaires se lit comme un traité sur la mise à l’écart économique, culturelle et géographique, ainsi que politique, des catégories populaires du monde occidental dans le premier tiers du XXIe siècle. Christophe Guilluy remarque qu’à partir des années 1970 – 1980, le néo-libéralisme élaboré par les courants néo-classiques et les tenants d’une « révolution libérale » faussement conservatrice (Margaret Thatcher et Ronald Reagan) conjugué aux premiers ravages géo-économiques d’une mondialisation balbutiante engendrent des marges socio-culturelles massives. « Le modèle néolibéral a plongé durablement la société populaire dans une forme de précarité sociale structurelle (p. 160). » En reprenant les thèses de La révolte des élites de Christopher Lasch (1994), l’auteur note qu’au gré des événements, « héros ou salauds, mythifiés ou ostracisés, les gens ordinaires restent cantonnés à un monde à part, utilitariste et marginal (pp. 39 – 40) ». Il signale que « le déclassement social et culturel est l’aboutissement du processus de régression sociale (p. 53) ».

Une émancipation en toute discrétion

Outre les références à Jean-Claude Michéa, on perçoit l’influence diffuse d’Emmanuel Todd. Mais « l’erreur serait cependant de réactiver la lutte des classes des XIXe et XXe siècles pour expliquer le conflit de classe d’aujourd’hui. C’est impossible. Pour une raison simple qui est que les classes populaires actuelles sont passées par la case “classe moyenne” voire “petite bourgeoise” et parfois par la case “progressisme”. Elles subissent un descenseur social et culturel. Leur objectif est moins d’obtenir davantage que de freiner la descente (p. 54) ». Par conséquent, « sans conscience de classe, ces catégories sont entrées dans une forme de désobéissance civile pour refuser un modèle qui conduit inexorablement à la disparition des classes populaires (p. 25) ». Il en résulte, d’après lui, que « la sécession des élites a débouché sur l’autonomisation du monde d’en bas. Une autonomie qui n’est ni politique, ni sociale, ni géographique mais culturelles (p. 42) ». Vraiment ? Le constat est osé. Il n’avance aucune preuve pertinente.

reGJsize.jpg

L’américanisation touche tous les milieux. La césure entre le monde rural et le monde urbain n’existe plus. Les « ruraux » vivent, consomment et pensent comme les citadins.

Cette « autonomisation culturelle s’inscrit […] dans une guerre culturelle de temps long qui participe à l’autodestruction du monde d’en haut et de ses représentations (p. 50) ». Cela implique une prise de conscience explicite de soi en tant que groupe. « Les gens ordinaires, quelles que soient leurs origines, ont compris que la promotion de la diversité et de la mixité par ceux qui ne la pratiquent jamais est une arnaque qui ne bénéficie, sauf exception, ni aux immigrés ni aux autochtones (pp. 102 – 103). » L’un des effets les plus marquants de ce réveil demeure le surgissement inouï des Gilets jaunes qui ont incarné « une France périphérique et populaire (p. 73) » par-delà les affirmations politiques habituelles, les statuts socio-professionnels (public, privé, indépendants, salariés) et les niveaux de revenus.

À son insu, Christophe Guilluy partage le point de vue d’Alexandre Douguine qui interprète la géographie électorale des États-Unis selon le prisme géopolitiste Terre – Mer (opposition des Fly over countries républicains aux Côtes Est et Ouest démocrates). « Les libéraux, les mondialistes ou les sociaux-démocrates se trompent en considérant que l’Amérique périphérique ou la France périphérique sont condamnées. Qu’on le veuille ou non, ces territoires représentent le “heartland” populaire des démocraties occidentales. Nous ne sommes pas entrés dans le temps du grand remplacement mais de celui des majorités relatives (p. 84). » En appliquant une lecture multiscalaire, l’auteur va d’ailleurs à l’encontre des aberrations énoncées par Terra Nova. Il confirme que les « gens ordinaires » forment dorénavant une « majorité relative ». Certes, des rues et des quartiers ont maintenant des majorités allogènes, mais les villes gardent encore un cachet certain d’« européanité ». Pour combien de temps ? Pour Christophe Guilluy, c’est l’idéologie progressiste qui refuse « d’intégrer la diversité à son projet. Nous ne parlons pas de la diversité de façade, celle des minorités, mais de la diversité réelle, celle qui intègre les gens ordinaires (p. 113) ».

flatten;crop_down;jpeg_quality=70.jpg

f414b8f549e08b103dd77578ce598fc8.jpg

Le rôle du Complexe médiatique d’occupation mentale

Auxiliaires zélés du Régime, les experts, les journalistes et les universitaires promeuvent à la fois « la déconstruction (p. 75) » et « la société liquide [qui] offre un habillage conceptuel aux politiques libérales. Dans une société où l’individu est roi, le bien commun n’est plus une priorité (p. 81) ». L’auteur s’agace du green-washing, du diversity-washing et de leurs contradictions inhérentes. Il s’emporte contre « le charity business et la bienveillance affichée [qui] ne marchent plus (p. 109) » d’autant qu’il s’attaque à la « mascarade progressiste du cinéma (p. 108) ». « Après le monde politique et les médias, c’est donc le monde du cinéma et de la culture qui est frappé d’illégitimité (p. 109). » Pourquoi? « Si les gens célèbres incarnaient hier une forme de méritocratie, ils sont aujourd’hui perçus comme une partie de la caste (p. 109). »

Netflix-bientot-une-saison-2-pour-la-serie-Hollywood.jpg

fa.jpg

los-angeles-universal-studios-hollywood-peak-general-admisssion-5993-168a9e49a0b.jpg

L’auteur désigne Hollywood comme le « cœur du soft power américain, l’industrie de l’entertainment joue toujours un rôle central dans la diffusion de l’idéologie de la globalisation (p. 106) ». « Le cynisme d’une profession qui n’a de cesse d’instrumentaliser le féminisme ou la diversité est devenu insupportable (p. 108). » Fort heureusement, « pilier de la lessiveuse progressiste, Hollywood ne répond plus. Cette machine à fabriquer du consensus et de la posture morale n’agit plus (p. 108) ». Validerait-il implicitement l’essai de Jean-Michel Valantin, Hollywood, le Pentagone et Washington. Les trois acteurs d'une stratégie globale (2003), sur la prépondérance du complexe militaro-médiatique ? On peut le penser. Mais pourquoi alors écarte-t-il la médiasphère hexagonale tout aussi pourrie  que son homologue californien ?

9782746703797_1_75.jpg

Christophe Guilluy décoche d’autres flèches contre « l’écologisme, l’antiracisme, l’antifascisme de façade [...] devenus des armes de classes auxquelles on ne peut s’opposer (pp. 85 – 86) ». Or, « l’antiracisme, l’écologisme ou le féminisme ne sont en réalité que des codes culturels (p. 110) » mis en pratique par la bourgeoisie progressiste pour se reconnaître et se distinguer des milieux populaires. Il y a néanmoins de l’espoir. En effet, « la radicalisation de l’écologisme, de l’antiracisme, de l’intersectionnalisme, du décolonialisme (particulièrement perceptible à l’université), est le symptôme de son épuisement (p. 111) ». L’idéologie progressiste « apparaît sous son vrai visage : une idéologie au service du marché (et donc des classes dominantes) (p. 70) ». Cependant, l’auteur pense que cette « idéologie dominante dite “ progressiste ” […] est en train de s’autodétruire (p. 70) ». Il n’hésite donc pas à fustiger « une jeunesse occidentale qui marche pour le climat mais dont les habitudes de consommation sont loin d’être très écolos. En effet, les millennials et la génération Z sont aujourd’hui les premiers contributeurs d’une pollution numérique qui participerait à l’émission de 4 % des gaz tenus pour responsables du dérèglement climatique (pp. 93 – 94) ». Le tout numérique n’est pas la panacée éco-durable escomptée…

CVT_Lart-de-la-fausse-generosite--Le-cas-decole-de-_1639.jpgCitant Lionel Astruc, il s’exaspère par ailleurs que la Fondation Gates, soit « très liée aux multinationales les plus novices pour l’environnement, la santé et la justice sociale (p. 88) ». Il pointe enfin « toutes les envolées lyriques sur le “ monde d’après ” [qui] ont un point commun, elles ne prennent jamais en compte le mouvement réel de la société. Néolibérale pour les uns, écologique pour les autres, la société du futur ne laisse qu’une place marginale aux gens ordinaires (p. 132) ». À la suite de Guillaume Pitron avec La Guerre des métaux rares. La face cachée de la transition énergétique et numérique (2018) et d’autres essayistes courageux, il conteste la fameuse « transition énergétique ». « L’intermittence des énergies renouvelables, la superficie nécessaire pour installer les infrastructures avec des rendements limités, la durée de vie réduite des éoliennes et des panneaux solaires, leur impact sur l’extraction des métaux indispensables à leur fabrication (lithium, cobalt, nickel, cuivre, argent…) ainsi que les effets délétères de l’utilisation de la biomasse forestière et des biocarburants révèlent les contradictions de cette “ révolution verte ” (p. 90). »

Il ne plaide pourtant pas pour une croissance économique insoutenable. « La société liquide a atteint ses limites (p. 81). » Or, les gens ordinaires défendent les limites, le bien commun, le cadre national, l’État-providence et « une forme de “ common decency ” (p. 149) ». Ils « sont restés attachés à la préservation du bien commun et à une forme d’enracinement (p. 82) ». Paraphrasant Jack London, l’auteur écrit que « si les gens ordinaires n’aspirent plus à accéder au salon, c’est que ne s’y bousculent plus aujourd’hui que des Précieuses Ridicules, des médiocres représentants de la technostructure et des individus qui ont abandonné tout bien commun ou toute idée de  transcendance (p. 177) ». Cette aspiration se manifeste sur le plan politique par le populisme envisagé comme « l’écume d’une renaissance qui dépasse le champ politique (p. 22) ».

L’« impopulisme » des gens ordinaires

Ce sont les catégories sociales « périphériques » « qui instrumentalisent des marionnettes populistes pour se rendre visibles (p. 23) » et quand les formations « populistes » se banalisent et s’affadissent, elles ne se déplacent plus dans les bureaux de vote, d’où l’abstention record vue aux dernières élections locales en France en 2020 - 2021. L’auteur prend bien soin d’écrire que « les milieux populaires ne sont pas a priori contre les “ élites ” ni contre la culture des élites si celle-ci les nourrit. Si les classes populaires rejettent aujourd’hui la culture du monde d’en haut, c’est d’abord parce que ce monde les a rejetées mais aussi parce que cette culture “ d’élite ” s’est effondrée (pp. 45 – 46) ».

unnaTHDUmed.jpg

À l’instar de la grande popularité du président tunisien Kaïs Saïed qui s’exprime pour le plus grand plaisir de ses compatriotes en arabe classique ou, plus anciennement, des Argentines qui adulaient une Evita Peron vêtue de ses plus belles toilettes et parures, « contrairement à ce qu’on imagine, les classes populaires sont très sensibles au niveau culturel des élites, elles sont attirées par les politiques qui manient la langue, pas par les publicistes qui manient la novlangue. C’est en parlant un langage travaillé, châtié que Maurice Thorez, Jacques Duclos, Georges Marchais ou Jean-Marie Le Pen captaient l’attention des ouvriers. Les politologues se trompent quand ils expliquent le niveau de défiance, en milieu populaire, par le fameux “ tous pourris ”. Cette analyse réduit les gens ordinaires à une masse d’abrutis, et permet de détourner le regard de la médiocratie du monde d’en haut. Elle empêche de voir la corrélation entre l’effondrement intellectuel des élites et la répulsion qu’elles inspirent (p. 173) ». Il va de soi que « les gens ordinaires ne sont pas en marche pour “ faire la révolution ” mais pour affirmer leur existence et signifier qu’ils ne s’excuseront plus d’être ce qu’ils sont, la société elle-même. Une “ rébellion ” contre “ l’extinction ”, donc ! (p. 24) ».

Christophe Guilluy reste toutefois souvent au bord du Rubicon. Pour lui, le                      « Grand Remplacement » « désigne le risque de substitution des populations européennes par des populations non européennes (note 2 p. 16) ». Comme dans ses précédents ouvrages, il s’attaque au phénomène métropolitain. « Citadelles de l’ordre néolibéral (p. 117) », les métropoles favorisent, profitent et symbolisent la colonisation intérieure des périphéries territoriales, des banlieues de l’immigration aux espaces ruraux profonds en passant par les aires sub-urbaines résidentielles et péri-urbaines. Polarisant et concentrant flux, activités et populations, les métropoles matérialisent la globalisation chère à l’hyper-classe cosmopolite.

france_pauvreté-1.png

Tout en oubliant le visionnaire Jean-Marie Le Pen afin de mieux valoriser Chevènement, l’auteur juge pourtant que « c’est en cassant le rythme d’une immigration perpétuelle que les pouvoirs publics pourraient agir sur le contexte social (la réduction des arrivées de ménages précaires stopperait la spirale de la paupérisation) mais aussi sécuritaire (la stabilisation puis la baisse du nombre de jeunes assécherait le vivier dans lequel recrutent les milieux délinquants (p. 193) ». C’est un fait que les métropoles « donnent naissance à un nouveau monde, libéré des gens ordinaires, sans ploucs (p. 11) ». Cela n’empêche pas que « la figure triomphante du nomade de la fin du XXe siècle laisse la place en ce début de XXIe siècle à celle du sédentaire (p. 153) ». « À l’opposé de la représentation d’une société hypermobile où les individus ne cesseraient de bouger, il apparaît […] que la majorité de la population vit encore aujourd’hui très massivement là où elle est née (p. 151). » L’auteur note qu’« aujourd’hui, ce sont les communes peu denses de la France périphérique qui attirent en proportion le plus d’habitants (p. 122) ». Ainsi assène-t-il : « Échec social, échec écologique, les métropoles sont aussi un échec démocratique (p. 127). » Il annonce dès lors la constitution en périphérie des aires métropolitaines d’un « bloc sédentaire n’est pas la trace d’un monde ancien mais celui du monde qui vient (p. 153) ».

imaparisges.jpg

Récupérations (presque) totales !

Face à ce nouveau venu dérangeant, les « installés », quel que soit leur bord politique, recourent à divers stratagèmes. « De gauche à droite, c’est bien l’ensemble de la classe politique qui a peu à peu participé à la grande relégation des catégories modestes (p. 10). » Parmi leurs ruses, on assiste à « la promotion de la transparence doublée d’un contrôle toujours plus étroit des technologies de l’information [qui] aboutit à un recul de la démocratie (p. 136) » ou bien « comme tous les mouvements antiracistes sous contrôle [l’auteur écrit en seconde note de bas de page « Par exemple SOS Racisme »], [le mouvement Black Lives Matter] conduit à l’impasse de la guerre raciale pour finir dans l’impuissance (p. 13) ». Au contraire du RAC (Rock anti-communiste), de la musique skin Oï ! ou N-S Black Metal, le hip hop, le rap et les sous-cultures segmentées diffusés en permanence par la télévision et les réseaux sociaux « ont très vite été récupérés par l’industrie musicale et par Hollywood pour devenir des objets culturels mainstream parfaitement compatibles avec le marché (p. 13) ».

D’autres moyens plus répressifs entrent en action. D’abord, « se justifier, c’est s’accuser, toujours (p. 48) ». Comment sort-on de cette culpabilisation orchestrée par les médiats ? L’auteur n’apporte aucune solution pratique. Il reconnaît volontiers en revanche qu’« en démocratie, on n’interdit pas la parole, on la délégitime  (p. 47) ». Quelle naïveté ! Christophe Guilluy méconnaîtrait-il les abjectes lois liberticides ? N’existe-t-il pas des exilés et des embastillés en Occident ultra-moderniste américanomorphe pour cause de paroles vraies ? Les gouvernements incitent par ailleurs les rédactions à se donner des unités de lutter contre le « complotisme ». Or « la dénonciation des fake news par des journaux qui ne sont pas lus et des journaux télévisés qui ne sont plus regardés est sans effets sur une population qui, à l’exception des plus âgés, s’informe désormais sur les réseaux (p. 44) ». Pis pour le Système, « la multiplication des lieux de la fabrique de l’opinion rend son contrôle de plus en plus aléatoire (p. 44) ». On comprend mieux pourquoi plusieurs gouvernements occidentaux se servent de la crise du « couillonavirus » pour imposer un « Ausweis sanitaire » précurseur du flicage généralisé des masses de plus en plus rétives. Force est de constater que le bourrage de crâne 2.0 atteint des sommets dans le viol psychique des populations.

trump_debatte_12.1..jpg

Christophe Guilluy demeure nationiste. Selon lui, « l’erreur serait de conclure à la primauté de la question identitaire sur la question sociale (p. 57) ». Les gens ordinaires sont des « petits Blancs » capables de trouver un terrain d’entente provisoire avec leurs voisins appartenant à des groupes ethniques minoritaires immigrés. Cela n’empêche pas la « droitisation » de l’électorat perceptible aux États-Unis avec le vote des cols bleus en faveur de Donald Trump tant en 2016 qu’en 2020 malgré les fraudes massives légalisées.

E9EzSE0VUAE0JgZ.jpg

En Grande-Bretagne, aux législatives de décembre 2019, des fiefs historiques travaillistes tombent dans le giron conservateur. Ardent Brexiter, le libéral-conservateur progressiste cosmopolite Boris Johnson a su attirer vers lui les classes laborieuses séduites par ses propositions dignes du red torysm, ce conservatisme anti-bourgeois théorisé par Benjamin Disraeli dans son roman Sybil. Ou les deux nations (1845) et réactualisé par la Radical Orthodoxy. « Il est évidemment plus facile pour la droite de se déplacer vers la gauche sur les questions d’économie que pour la gauche de se déplacer vers la droite sur les questions d’ordre culturel (p. 64). » Excellent géographe et bon sociologue, on constate chagriné que Christophe Guilluy méconnaît la riche histoire des droites françaises (et européennes, voire nord-américaines), en particulier des droites sociales qui, des légitimistes aux nationalistes sociaux, se préoccupèrent toujours de justice sociale.

Le temps des gens ordinaires n’est pas un programme politique. L’auteur ne fait que décrire une situation complexe qui tend vers le chaos. Parce qu’« à l’inverse de l’économie, la démographie ne ment pas et nous impose de penser le temps long  (p. 183) », il conclut au vieillissement inexorable du monde et la « séniorisation » de toutes les sociétés. L’affrontement entre les « nomades » et les « sédentaires » et la rude lutte entre les « campagnes » et les « villes » ne peuvent éternellement occulter l’âpre clivage à venir des nombreux vieux contre les derniers jeunes.

Georges Feltin-Tracol

  • Christophe Guilluy, Le temps des gens ordinaires, Flammarion, 2020, 200 p., 19 €.

 

Écrire un commentaire