Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 28 août 2021

La répudiation de la douleur : le leurre insidieux du "progressisme"

depositphotos_10640236-stock-photo-beauty-girl-cry.jpg

La répudiation de la douleur: le leurre insidieux du "progressisme"

par Michele Iannelli

Source : Michele Iannelli & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/il-ripudio-del-dolore-un-insidiosissimo-adescamento-del-progressismo

Depuis le deuxième après-guerre et avec une accélération impressionnante au cours des dernières décennies, une grande partie de l'humanité a été soumise au bombardement inopportun d'un "progressisme" faux et pernicieux: les concepts et les pratiques traditionnels ont été diabolisés en les qualifiant de rétrogrades et d'obsolètes; grâce également à l'omniprésence perturbatrice de la télévision et de toutes les autres formes de communication, des suggestions "publicitaires" ont été proposées et imposées, offrant des promesses aussi captivantes qu'illusoires et qui, avec une exagération obstinée, ont été habillées de "progressisme". 

farp,small,wall_texture,product,750x1000.u1.jpg

Or, le véritable progrès doit nécessairement correspondre à une amélioration concrète de la qualité de vie (entendue non seulement comme la disponibilité des biens) ; si, depuis que les "mythes du progrès" dominent, on observe un déclin des indices qui qualifient le bien-être, il est raisonnable de penser que quelque chose ne tourne pas rond dans les comptes.

Les effets toxiques de la répudiation de la douleur

L'une des sirènes de cette tendance "progressiste" vise à faire comprendre aux gens que tout ce qui sent le labeur profitable, la rudesse inévitable et la douleur utile peut et doit être supprimé ou évité par des raccourcis néfastes. Les diplômes deviennent alors courts et superficiels; l'enrichissement ne peut être obtenu par un travail honnête, mais par le jeu, le vol et la corruption; la conscription est abolie.

1401aff74e750ea1f7753a1cb64d0406--nerd-geek-the-geek.jpg

L'érudit est étiqueté comme un "geek" antipathique et démodé; la personne honnête est considérée comme une sotte idéaliste; la personne travailleuse est antisyndicale, flagorneuse et ambitieuse; dans le sport, la tentation du dopage prend le dessus avec une fréquence inquiétante; la Terre Mère, source primaire et laborieuse de la vie, est soit abandonnée, soit continuellement empoisonnée par une forme perverse d'agriculture qui vise à obtenir toujours plus, plus vite et avec moins d'efforts, des aliments inévitablement toxiques.   

La passion qu'apporte le feu de la vie est atténuée par la peur de la souffrance qu'elle peut engendrer; l'attente qui donne saveur à l'existence se transforme en une exigence qui n'admet pas de frustration et peut donc devenir meurtrière.

Le mariage et la parentalité sont en net recul car ils sont considérés par beaucoup comme trop "exigeants".

La diversité d'opinion et la dissidence sont également soumises à de puissants silencieux: d'une part, l'illusion d'un monde au bord de la perfection, et d'autre part, le confort analgésique du "politiquement correct" et d'une normopathie qui, à long terme, s'avère grise et étouffante.         

La médecine du bon sens comme antidote à la "médecine de la répudiation de la douleur".

Les signes, les symptômes douloureux, les points et zones de douleur, les mimiques, les postures, les anomalies structurelles (aujourd'hui clairement visibles par l'imagerie diagnostique), etc. sont la grammaire et la syntaxe d'un langage corporel qu'il faut détecter, accepter, comprendre, interpréter et auquel il faut donner une place et un sens afin d'offrir à la personne une thérapie bio-logique, naturelle, personnalisée et donc de bon sens.

la_922ccc0aa1b81bf81e16c676ddb977c58811600070215.jpg

Au contraire, la soi-disant "médecine officielle" (qui se sert et alimente en même temps la répudiation de la douleur), grâce à l'utilisation inconsidérée de médicaments de synthèse, supprime les précieux signaux du système humain et l'endommage en l'intoxiquant et en produisant des pathologies iatrogènes, c'est-à-dire qu'elle se comporte comme un conducteur qui, lorsque le voyant d'essence clignote, au lieu de se rendre dans une station-service, pense résoudre le problème en martelant le tableau de bord jusqu'à ce que l'ampoule jaune s'éteigne.

Évidemment, dans ce cas également, le "médicament de la répudiation de la douleur" est produit et diffusé par un appareil composite et féroce: tout d'abord, les multinationales pharmaceutiques qui réalisent des profits fabuleux pour elles-mêmes; les médias subventionnés par la publicité de la pharmacologie synthétique; la corruption de secteurs de l'administration publique et du monde médical.

Tous ensemble, ils essaient de faire croire aux gens que la thérapie suppressive nocive est le fruit délicieux du "progrès scientifique" et que seule elle peut bénéficier d'un statut officiel. En réalité, ce statut officiel est le résultat d'une autoconsécration et de recherches dont la base scientifique est douteuse (voire inexistante).         

14:28 Publié dans Actualité, Sociologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : douleur, actualité, problèmes contemporains | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire