Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 08 septembre 2021

Etats-Unis-Talibans : une histoire de guerres, de pétrole et de lithium

imageskhz.jpg

Etats-Unis-Talibans : une histoire de guerres, de pétrole et de lithium

par Germana Leoni

Ex: https://piccolenote.ilgiornale.it/52831/usa-talebani-storia-di-guerre-di-petrolio-e-di-litio

Kaboul, 16 août 2021 : rien d'autre que l'épilogue prévisible d'une page d'histoire écrite en février 1989, lorsque le général de l'Armée rouge Boris Gromov a symboliquement traversé l'Amu Darya à pied : le dernier soldat soviétique à quitter l'Afghanistan !

Le pays est alors plongé dans une guerre civile sanglante entre diverses factions et groupes ethniques, un conflit qui, en 1994, voit pour la première fois une nouvelle génération de combattants islamistes faire parler d'elle : les Talibans.

Ils étaient les fils du djihad, des émanations de ces mêmes moudjahidines qui avaient combattu les Soviétiques pour le compte des Américains dans les années 1980. Ils étaient le "lumpenproletariat" afghan.

Après avoir conquis Kaboul en 1996, ils imposeront au pays un régime de terreur sans précédent, mais une terreur avec laquelle Washington est bien disposé à s'entendre. L'enjeu était un territoire stratégique pour le contrôle des ressources énergétiques de l'Eurasie.

Et Washington a commencé secrètement à courtiser les talibans pour soutenir la politique d'Unocal, la compagnie pétrolière qui, en octobre 1995, avait signé un contrat avec le président turkmène Saparmurat Niyazov pour la construction du Trans Afghanistan Pipeline (Tap) : une cérémonie supervisée par Henry Kissinger, un consultant exceptionnel d'Unocal (1).

unnamedtapp.jpg

Il s'agit de la construction d'un premier gazoduc de 1400 km depuis le Turkménistan pour acheminer le gaz des républiques d'Asie centrale vers la ville pakistanaise de Multan, puis vers l'Inde. Prévu pour passer par Herat et Kandahar, le corridor devait désormais obtenir le consentement des talibans qui, devenus les arbitres de la guerre des pipelines, se sont retrouvés catapultés dans le grand jeu géopolitique des superpuissances.

En 1997, deux de leurs représentants se sont envolés pour le Texas afin de rencontrer Zalmay Khalilzad (photo, ci-dessous), un autre consultant d'Unocal qui avait servi au département d'État de l'ère Reagan : un lobbyiste infatigable pour les Talibans. Et l'année suivante, un autre émissaire du mollah Omar était l'invité d'honneur d'une réception officielle à l'ambassade des États-Unis à Islamabad (2). 

15dc-khalilzad-superJumbo-1024x683.jpg

L'oléoduc avait apparemment une valeur suffisante pour légitimer un régime responsable des crimes les plus odieux ; un régime brutal qui était désormais le foyer permanent d'Oussama ben Laden, le terroriste le plus dangereux de l'histoire pour Washington.

Mais en 1998, les négociations ont été rompues à la suite des attentats contre les ambassades américaines de Nairobi et de Dar es Salaam, attribués au prince de la terreur. C'était la raison officielle. Mais, en coulisses, il semble que les anciens étudiants coraniques aient exigé des droits exorbitants pour permettre le passage du Tap en territoire afghan.

Les contacts ont été secrètement repris lorsque George W. Bush a pris ses fonctions à la Maison Blanche. Et en mars 2001, Sayed Rahmatullah Hashemi, ambassadeur itinérant du Mollah Omar, a été reçu avec tous les honneurs aux Etats-Unis. À l'époque, les talibans avaient déjà fait sauter les statues millénaires des bouddhas de Bamiyan, et deux mois plus tard, ils ordonnaient aux hindous de porter un badge jaune comme signe de distinction : un déjà-vu macabre. Pourtant....

Pourtant, les négociations secrètes se sont poursuivies jusqu'à l'été 2001 : une dernière réunion à Berlin et les négociations ont échoué (3). Ce n'est qu'alors que les talibans sont devenus une force dans l'axe du mal.

En septembre, les tours jumelles ont également explosé et en octobre, le bombardement du pays a commencé : vingt ans de guerre, des milliers de milliards de dollars et une contribution incalculable en vies humaines juste pour revenir à la case départ ? Et Washington a battu en retraite et a laissé le champ libre aux Chinois et aux Russes ? Vraiment ?

Les prémisses de la débâcle américaine résident dans un accord signé le 29 février 2020 à Doha entre une délégation américaine et une délégation talibane : une négociation sur le retrait des troupes, qui a en fait légitimé le régime taliban et délégitimé le gouvernement de Kaboul, qui n'était pas présent à la table des négociations.

L'architecte des négociations était à nouveau Zalmay Khalilzad, ancien ambassadeur en Afghanistan et en Irak et, en 2018, envoyé spécial pour la paix en Afghanistan : le même diplomate qui, plus de 20 ans auparavant, avait traité avec les talibans en tant que consultant d'Unocal.

S0-Le-Japon-et-la-Coree-du-Sud-concurrents-dans-la-course-au-lithium-72204.jpg

A l'époque, il a échangé un pipeline contre une reconnaissance officielle des Talibans. Et aujourd'hui, il l'échangeait pour rien dans l'Eldorado du futur, paradis des terres rares et des métaux précieux, dont le lithium, indispensable aux transactions énergétiques mondiales ?

En 2010, un rapport interne du Pentagone a qualifié l'Afghanistan d'"Arabie saoudite du lithium". Et c'est précisément cette année-là que, après une longue période d'absence, des responsables américains ont rencontré à nouveau un émissaire taliban à Munich. Un hasard ?

De partenaire à paria, puis à nouveau partenaire ? D'arbitres de la guerre des pipelines à la guerre des métaux rares ? Quelle autre tragédie pour le peuple afghan ?

Notes: 

1) Ahmed Rashid, Talebani, Feltrinelli, 2001.

2) Richard Labévière, Dollars for Terror, Algora Publishing, New York, 2000.

3) Jean Charles Brisard et Guillaume Dasquié, Ben Laden : La Vérité Interdite, Editions Denoel, Paris, 2021.

Jusqu'à présent, la note de Germania Leoni, que nous hébergeons volontiers sur notre site, comme elle nous a été envoyée, compte tenu des éclairages qu'elle apporte sur le complexe conflit afghan. Pour confirmer cela, nous aimerions nous référer à un article du New York Times intitulé : "US identifies vast mineral wealth in Afghanistan", qui identifie l'Afghanistan comme "l'Arabie Saoudite du lithium", un minéral essentiel pour l'avenir vert.

Voici le début de l'article : "Les États-Unis ont découvert près de 1 000 milliards de dollars de gisements minéraux inexploités en Afghanistan, bien au-delà des réserves connues jusqu'alors et suffisamment pour modifier radicalement l'économie afghane et peut-être la guerre en Afghanistan elle-même, selon de hauts responsables du gouvernement américain.

 

vendredi, 07 mai 2021

Le lithium prendra-t-il la place du pétrole?

lithium2.jpg

Le lithium prendra-t-il la place du pétrole?

Electromobilité: un changement radical de la relation homme/voiture est en cours. Le lithium sera-t-il le "carburant" du futur et supplantera-t-il le pétrole?

Entre-temps, la course géopolitique à l'accaparement des précieux éléments naturels a déjà commencé.

par Salvatore Recupero

Ex : https://www.centrostudipolaris.eu/

Nombreux sont ceux qui pensent que les voitures électriques garantiront une mobilité durable dans un avenir proche. Même si les choses ne se passent pas exactement comme ça, il est désormais clair que la politique et les grands constructeurs automobiles ont choisi de miser sur les voitures électriques. Voyons pourquoi.

La voiture électrique et le carburant durable

Le numéro 23 de la revue Polaris (1) a analysé cette question, en soulignant le "projet d'un changement radical de vie dans la relation entre l'homme et la voiture". Un projet radical imposé par l'augmentation des utilisateurs, par la limitation des sources de pétrole".

Le changement ne sera pas si simple. Actuellement, les problèmes sont nombreux, mais nous nous limiterons à en citer au moins deux. Le premier concerne les méthodes de recharge des batteries électriques: "Il est nécessaire de construire une infrastructure de colonnes de recharge qui réduise les temps de charge en les rendant similaires à ceux du plein d'essence". Le deuxième point est lié au lithium. Cet élément est essentiel à la production des batteries électriques qui alimenteront la mobilité du futur. Tous les véhicules écologiquement durables (scooters, vélos et voitures électriques) dépendront du précieux métal alcalin.

db2019au01601.jpg

Comment les constructeurs automobiles évoluent

Les constructeurs automobiles s'activent pour se mettre au diapason. Par exemple, dès 2018, Matthias Müller (PDG de Volkswagen) a expliqué aux actionnaires que: "Un nouveau jeu a commencé, avec de nouvelles tendances, de nouvelles technologies, de nouvelles alliances". M. Müller faisait référence à un "processus de transition énergétique" qui modifiera la géographie des matières premières. Toujours en Allemagne, BMW (2) est passé de la parole aux actes. La société munichoise a signé (le 31 mars dernier) un accord de plus de 300 millions de dollars avec la société américaine Livent, engagée dans l'extraction de lithium dans le système lacustre andin de la province argentine de Catamarca. "Le lithium - explique Andreas Wendt, membre du conseil d'administration de BMW - est l'une des matières premières essentielles de l'électromobilité. En obtenant cet élément auprès d'un second fournisseur, nous répondons aux exigences de la production de notre cinquième génération actuelle de cellules de batterie".

Malgré les mesures prises par Volkswagen et BMW, l'Europe (pour l'instant) est faible dans ce secteur par rapport à d'autres concurrents. Par exemple Tesla: l'entreprise américaine, dirigée par l'excentrique Elon Musk, est spécialisée dans la production de voitures électriques, de panneaux photovoltaïques et de systèmes de stockage d'énergie.

Bmw_i8_Roadster_004.jpg

L'Extrême-Orient se déplace donc à l’allure d’un train à grande vitesse. Le japonais Toyota, par exemple, entend "se transformer d'une entreprise de fabrication de voitures en une entreprise de mobilité, car il devra fournir toutes sortes de services de transport, de la production de voitures à la connectivité, au partage de voitures et à la production de batteries". Et puis il y a la Chine, qui ne craint pas la concurrence dans ce secteur (comme dans d'autres).

La Chine et la "bataille des batteries

En parlant de Pékin, il est utile de rappeler que la State Grid Corporation of China est le deuxième groupe mondial par son chiffre d'affaires (350 milliards de dollars). Aujourd'hui, elle est en mesure de construire la quasi-totalité des composants pour les réseaux UHV - pour la transmission d'énergie à très haute tension - en courant alternatif et continu, ainsi que tous les composants (transformateurs, interrupteurs, etc.) du marché mondial. Son réseau s'est déjà implanté en Europe et prévoit de construire 21 centrales électriques dans le corridor sino-pakistanais. En Afrique, elle prévoit d'agir sans concurrence.

La Chine, d'ailleurs, (comme on peut le lire sur Start Mag) est "entrée dans la bataille des batteries de voitures avec l'ambition de dominer le monde" (3). La véritable pomme de discorde est le contrôle et la fourniture du lithium (ainsi que d'autres éléments rares).

La géopolitique du lithium et des terres rares

Dans l'article de Start Mag ci-dessus, il est également mentionné que: "Selon l'U.S. Geological Survey, la Chine domine ce marché des matériaux et métaux rares, les principaux composants pour la production de batteries rechargeables, un marché lucratif. Elle contrôle la quasi-totalité de ce marché. Sur les 170.000 tonnes produites l'année dernière, 71% (120.000 tonnes) l'ont été par ces derniers. Les autres producteurs, l'Australie (20.000 tonnes) et les Etats-Unis (15.000 tonnes), sont loin derrière".

bc1c79f73c_101500_reserves-mondiales-terres-rares.jpg

Les États-Unis pour contrer ce " monopole ", sous la présidence Trump, avaient délégué la question au Pentagone, via le Defense Production Act. Le plan de la Maison Blanche était simple: aider les pays alliés (Australie et Brésil) à maximiser leur capacité d'extraction afin de dépendre le moins possible de Pékin. Nous allons maintenant voir ce qui se passe avec Biden.

Une inconnue demeure: que fait (et fera) l'UE? Pour l'instant, hormis les initiatives de quelques grandes entreprises allemandes, il n'y a que des projets pour un avenir pas trop lointain. Le 12 mars dernier, en effet, des membres de la Commission européenne faisant autorité (4) l'ont promis: "D'ici 2025, les entreprises européennes auront la capacité de fournir toutes les batteries lithium-ion nécessaires aux constructeurs automobiles du continent, assurant ainsi l'autosuffisance dans un secteur clé pour l'avenir de la mobilité et au-delà". Elle devrait créer dans les prochaines années "l'Airbus des batteries impliquant des dizaines d'entreprises dont des constructeurs automobiles et des groupes énergétiques".

Maros Sefcovic (vice-président de la Commission européenne) a également annoncé qu'il "travaillera avec la Banque européenne d'investissement pour mobiliser des fonds privés supplémentaires et obtenir 50 milliards d'euros de plus pour atteindre les objectifs ambitieux de 2025". "En avril", a déclaré M. Sefcovic, "la Commission et les entreprises privées signeront un accord pour financer la recherche de pointe à hauteur d'environ 900 millions d'euros.

La route empruntée pourrait être la bonne. Au-delà de ce que l'on peut penser des voitures électriques, c'est un match que l'on ne peut pas se contenter de regarder depuis les tribunes.

Notes :

  1. (1) Mettez le Greta dans le moteur - Les écotaxes ne réduiront pas la pollution mais elles financeront les restructurations Magazine Polaris, Numéro 23 automne hiver 2019 https://www.centrostudipolaris.eu/2020/01/01/metti-greta-...
  2. (2) Voitures : Argentine, Bmw passe un accord avec Livent pour des batteries au lithium, Ansa Motori, 31 mars 2021 https://www.ansa.it/canale_motori/notizie/industria/2021/...
  3. (3) La guerre entre la Chine, les États-Unis et l'UE pour les batteries des voitures électriques Startmag, par Giuseppe Gagliano 04 avril 2021 https://www.startmag.it/energia/la-guerra-tra-cina-usa-e-...
  4. (4) En 2025, l'Europe sera autosuffisante dans la production de batteries pour les voitures électriques, Agi, 12 mars 2021 https://www.agi.it/economia/news/2021-03-12/entro-2025-eu...

 

lundi, 07 mars 2011

Kampf um das "Weisse Gold"

Kampf um das »Weiße Gold«

Michael Grandt

Rohstoffe werden immer begehrter und sowohl wirtschaftlich als auch strategisch immer wichtiger. Ausgerechnet Bolivien, das ärmste Land Südamerikas, sitzt auf einem riesigen Lithium-Schatz und könnte durch den Abbau zu ungeahntem Reichtum kommen. Doch die Regierung will sich von internationalen Multis nicht übers Ohr hauen lassen.

Mehr: http://info.kopp-v http://info.kopp-verlag.de/hintergruende/geostrategie/mic...

Von der Weltöffentlichkeit beinahe unbemerkt vollzieht sich in Südamerika, genauer gesagt in Bolivien, ein Kampf um das »Weiße Gold«. Gemeint ist das seltene Alkalimetall namens Lithium. Dieses wird vor allem für den Bau von Lithium-Ionen-Akkumulatoren für viele elektronische und elektrische Geräte verwendet. Auch wegen seiner Energiedichte und hohen Zellspannung ist Lithium ein wertvoller Rohstoff für die Automobilproduktion.

Mehr: