Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 09 septembre 2021

Cent ans d'histoire de Mongolie, de Sükhbaatar à la démocratie sociale

A4BFCA43-462B-4548-99D1-69D61CF2F3FD-2048x1367.jpeg

Cent ans d'histoire de Mongolie, de Sükhbaatar à la démocratie sociale

Luca Bagatin

Ex: https://electomagazine.it/cento-anni-di-mongolia-da-sukhbaatar-alla-socialdemocrazia/

Il y a cent ans mourait le baron Roman von Ungern-Sternberg (1886 - 1921), seigneur de guerre russe d'origine allemande qui, à la tête de l'Armée blanche tsariste, s'était proclamé dictateur de la Mongolie, peu avant d'être déposé par l'Armée rouge bolchevique en septembre 1921.

Les milices communistes mongoles dirigées par Damdiny Sükhbaatar (1893-1923), le "Lénine mongol", ont contribué à la chute du "baron fou" (c'est le nom sous lequel il est entré dans l'histoire).

E16B0AB3-A968-433F-8999-85C76E7FC588.jpeg

Sükhbaatar, avec la révolution bolchevique mongole de 1921, a mis fin au long Moyen Âge mongol et à l'autorité ecclésiastique des lamas dans le pays, et l'année suivant sa mort, en 1924, la République populaire mongole a été proclamée. Damdiny Sükhbaatar, fils d'un pauvre fermier, a été un travailleur infatigable toute sa vie avant de rejoindre l'armée en 1912.

C'est son amitié avec des formateurs militaires russes qui le met en contact avec les idéaux léninistes de la révolution soviétique et il devient rapidement le chef d'un cercle d'inspiration nationaliste et bolchevique.

Il entre en contact avec le Komintern et avec Lénine et fonde en 1920 le Parti du peuple mongol, d'idéologie marxiste-léniniste, dans le but est de défendre la nation mongole, de libérer le pays de ses ennemis, de renforcer l'État dans une direction socialiste et de libérer les travailleurs, en particulier les paysans, de l'exploitation de l'homme par l'homme.

Après avoir vaincu le baron Ungern-Sternberg, Sükhbaatar, devenu un héros national, établit des relations étroites avec le Kremlin, rencontrant Vladimir Lénine à Moscou en 1921.

66A12AEE-9CB5-4326-AF69-FACABAB356B1-391x600.jpeg

Le nouveau gouvernement mongol, adoptant une voie dite "non capitaliste", libère les masses paysannes du servage et abolit tous les privilèges des anciens seigneurs féodaux et du clergé lamaïste, imposant à tous une fiscalité équitable.

Le gouvernement socialiste mongol n'a cependant pas aboli la foi bouddhiste, mais l'a plutôt renforcée, la ramenant à son état le plus pur. En réduisant le pouvoir temporel et économique des lamas, le gouvernement entendait ramener le pays aux enseignements originaux du Bouddha, à savoir le sacrifice, la compassion et le dépassement des privilèges matériels.

Si Sükhbaatar, toujours considéré comme un héros national en Mongolie (au point que la capitale Urga portera son nom, à savoir Oulan-Bator), restera dans l'histoire comme le "Lénine mongol", son successeur, Khorloogiin Choibalsan (1895-1952), restera dans l'histoire comme le "Staline d'Oulan-Bator".

B01C7483-B173-44B9-A72F-ED33BEB3B48D-414x600.jpeg

Le Parti du peuple mongol change de nom pour devenir le Parti révolutionnaire du peuple mongol et Choibalsan, son nouveau dirigeant et président du pays à partir de 1929, entame une véritable modernisation de l'État et procède à une sérieuse et lourde confiscation des biens des nobles féodaux et du clergé.

Les paysans sont organisés en coopératives et la collectivisation de l'économie est initiée de manière similaire à celle mise en œuvre par Staline en URSS, commençant également à développer progressivement le secteur industriel, jusqu'alors totalement inexistant en Mongolie.

Tout cela a favorisé un progrès social et culturel progressif du Pays, grâce aussi à des relations socio-économiques toujours plus grandes avec l'URSS, un aspect qui, cependant, rendra souvent difficiles les relations avec la Chine maoïste toute proche, qui, avec l'URSS, surtout après Staline, aura des relations tout sauf idylliques.

Yumjaagiin-tsedenbal.jpg

A Choibalsan succède Yumjaagiin Tsedenbal (1916 - 1991), le président d'une Mongolie plus moderne, désormais sur la voie du socialisme avancé.

Un socialisme malheureusement destiné à imploser à cause du réformisme du "Gorbatchev mongol", Jambyn Batmönkh (1926 - 1997), qui, en s'ouvrant aux réformes bourgeoises, a fini par entraîner le pays vers l'abîme capitaliste et, lui-même et sa famille, se sont retrouvés longtemps au chômage et, par la suite, producteurs de pain et vendeurs de vêtements traditionnels mongols.

Jambyn_Batmönkh.jpg

Le Parti révolutionnaire du peuple mongol a repris le nom de Parti du peuple mongol et a depuis longtemps abandonné son idéologie marxiste-léniniste pour devenir un parti social-démocrate, tout en conservant sa propre idéologie ancrée dans le nationalisme de gauche.

Les anciennes batailles de Sükhbaatar et de ses dignes successeurs étant toujours vivantes dans la mémoire mongole, le Parti du peuple mongol dirige toujours le pays.

Mongolia_election_20.jpg

Depuis juin dernier, avec à sa tête Ukhnaagiin Khürelsükh (1968), il a été élu avec 67,76%, ayant battu le candidat libéral du Parti démocratique, qui se situait à 20,33%.
Le socialisme mongol, sur lequel on a très peu écrit en Europe, est également abordé dans l'intéressant essai de Marco Bagozzi, Il socialismo nelle steppe (="Socialisme dans les steppes"), publié par Anteo.

51ZGVimdhFL._SX355_BO1,204,203,200_.jpg

Écrire un commentaire