Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 25 septembre 2021

Le Pacte AUKUS et la guerre contre l'Eurasie

aukusdrap.jpg

Le Pacte AUKUS et la guerre contre l'Eurasie

Daniele Perra

Ex: https://www.geopolitica.ru/it/article/il-patto-aukus-e-la-guerra-alleurasia

La géopolitique thalassocratique classique définit le "monde insulaire", la World Island, comme l'ensemble des masses continentales eurasiennes et africaines. Cette "sphère majeure" est entourée d'un certain nombre de "sphères mineures" qui agissent comme ses satellites et qui, d'une manière ou d'une autre, ont historiquement cherché à exercer une pression constante sur elle et à contenir tout effort de coopération possible en son sein. Ce rôle de "satellite" a été historiquement attribué au Japon à l'Est, d'abord à la Grande-Bretagne ("une île européenne mais pas en Europe") puis aux États-Unis à l'Ouest, et aujourd'hui à l'Océanie au Sud de l'Eurasie.

Si l'on exclut l'archipel japonais, dont les ambitions de puissance ont été anéanties par deux bombes nucléaires à la fin de la Seconde Guerre mondiale et dont les ambitions technologiques ont été freinées par la concurrence déloyale des États-Unis eux-mêmes dans les années 1980, le schéma géopolitique qui se dessine est celui d'un encerclement par l'"anglosphère" de l'Eurasie.

Déjà le stratège Nicholas Spykman, après avoir reconnu l'impossibilité pour une puissance thalassocratique d'accéder au coeur de la masse terrestre de l'Asie centrale, soutenait l'idée que l'affrontement (qui refait toujours surface) entre les puissances maritimes et les puissances terrestres (qui utilisent des expressions telluriques même lorsqu'elles se réfèrent à la mer) ne pouvait avoir lieu que dans le rimland: c'est-à-dire dans la zone des marges du continent eurasien. Cet affrontement, selon Spykman, est principalement dû à une forme de bipolarité permanente: celle entre le "Nouveau Monde" (l'"Occident" dirigé par l'Amérique du Nord) et l'"Ancien Monde" (l'Eurasie). Et le même géopoliticien nord-américain a reconnu la supériorité potentielle de l'"Ancien Monde" sur le "Nouveau Monde". En effet, les États-Unis ne pourraient jamais faire face à une coalition anti-hégémonique de deux ou plusieurs puissances eurasiennes (l'Eurasie a deux fois et demie la superficie et dix fois la population de l'hémisphère occidental). C'est pourquoi leur objectif ne peut être autre que de semer le chaos dans l'espace eurasiatique susmentionné, de contenir toute tentative d'expansion maritime de ses puissances et d'empêcher toute coalition de ses centres de pouvoir: il s'agit donc d'empêcher l'interconnexion entre les ressources naturelles du centre et la force industrielle de la périphérie.

Le récent pacte AUKUS, signé entre les Etats-Unis, le Royaume-Uni et l'Australie, doit être interprété avant tout à la lumière de ces considérations stratégiques et idéologiques. Et surtout, à la lumière du fait que les États-Unis, malgré les preuves répétées de soumission, continuent de percevoir l'Europe (au moins dans certaines de ses composantes) comme un rival plutôt que comme un allié/partenaire.

En fait, le pacte AUKUS représente simplement une évolution des accords militaires et stratégiques qui remontent à la fin de la Seconde Guerre mondiale. La surprise qu'elle a suscitée est plutôt déplacée. Déjà en 1946, un accord entre les États-Unis et le Royaume-Uni, connu sous le nom d'UKUSA, visait la coopération en matière de renseignement. C'est à cette époque qu'ont été élaborés les premiers plans anglo-américains d'attaque nucléaire contre l'Union soviétique (plans qui, en 1967, ont conduit à l'identification de 72 sites d'attaque atomique dans la seule région de Moscou).

AP841448704183.jpg

Winston Churchill, 5 mars 1946.

L'accord entre le Royaume-Uni et les États-Unis a été signé le 5 mars 1946, exactement le jour où Winston Churchill a utilisé l'expression "rideau de fer" dans son célèbre discours de Fulton. Le pacte a été élargi en 1948 au Canada et en 1956 à l'Australie et à la Nouvelle-Zélande, devenant ainsi l'infrastructure mondiale de surveillance et d'espionnage complète et semi-puissante connue aujourd'hui sous le nom de "Five Eyes", un système qui n'a été reconnu par les gouvernements respectifs qu'au cours de la première décennie du XXIe siècle. Le secret de cette alliance était (et est) tel que le bureau du Premier ministre australien n'en a eu connaissance qu'en 1973 [1].

Five+Eyes.png

L'accord secret prévoyait que chaque membre de l'alliance était responsable d'une zone géographique spécifique. Le Royaume-Uni était responsable de l'Europe, du Moyen-Orient, de la Russie occidentale et de Hong Kong (il convient de rappeler que les émeutes pro-chinoises de Hong Kong en 1967, contrairement aux manifestations séparatistes hétérodoxes d'aujourd'hui, ont été réprimées dans le sang par les forces de sécurité coloniales) [2]; les États-Unis étaient responsables du Moyen-Orient, de la Chine, de l'Afrique, de l'Amérique latine et de l'Union soviétique; l'Australie de l'Asie du Sud-Est; la Nouvelle-Zélande du Pacifique Sud; et le Canada de la Chine et de la Russie de l'intérieur.

Cette alliance secrète était d'ailleurs fondée sur des valeurs communes de démocratie libérale-capitaliste. Ce n'est pas un hasard si le père de la pensée géopolitique thalassocratique, l'amiral américain Alfred T. Mahan, a défini la "culture anglo-américaine" comme "une oasis de civilisation dans le désert de la barbarie". On retrouve des déclarations similaires à l'origine du mouvement sioniste, lorsque Theodor Herzl a présenté son projet de colonisation de la Palestine comme un avant-poste de la civilisation au milieu de la barbarie.

À vrai dire, le sionisme et l'anglosphère n'ont apporté que mort et destruction dans les espaces qu'ils ont occupés et dans lesquels ils ont tenté d'imposer leur influence. La Grande-Bretagne, par exemple, est également à l'origine de l'invention des camps d'internement pour la population civile, une pratique largement utilisée pendant les guerres anglo-boers au tournant des XIXe et XXe siècles. Les États-Unis, en revanche, outre le génocide des indigènes (également réalisé au moyen d'armes bactériologiques ante litteram, comme la propagation consciente de la variole), ont le mérite d'avoir perfectionné la "diplomatie alimentaire": la capacité de faire encore plus de victimes que la confrontation militaire par l'imposition de sanctions économiques, d'embargos et de blocus navals (l'actuel Ceasar Act étudié contre la Syrie est, en ce sens, l'un des exemples les plus récents et les plus criants).

Aujourd'hui, le rôle attribué aux "Five Eyes" est d'assurer la domination aérospatiale et maritime de l'Anglosphère vis-à-vis de l'Eurasie (dans ses deux composantes orientale et occidentale) afin de protéger les "valeurs partagées" susmentionnées. Ce point, à la lumière des événements récents, doit être analysé à plusieurs niveaux.

Tout d'abord, le pacte AUKUS utilise une fois de plus la rhétorique dépassée qui consiste à présenter des opérations ouvertement agressives comme soutenant la paix et la stabilité. En réalité, ce que l'on cherche à soutenir, c'est uniquement la stabilité de l'ordre mondial américano-centré par le partage de technologies militaires avancées (intelligence artificielle et propulsion nucléaire sous-marine) avec un allié central dans l'espace indo-pacifique (un terme à nouveau propre à la géopolitique thalassocratique).

Pour protéger cet ordre, l'US Navy déploiera des sous-marins nucléaires d'attaque de classe Virginia sur la base navale australienne de Perth ; de son côté, le Royaume-Uni fournira à l'Australie la technologie de propulsion nucléaire pour les sous-marins d'attaque de classe Astute afin de créer 8 sous-marins dans le chantier naval d'Adélaïde [3].

2782_3-auto_downl.jpg

Avant de se concentrer sur le malaise français, deux faits ressortent: l'exclusion du Canada et de la Nouvelle-Zélande (les deux autres membres des Five Eyes) de l'accord; l'exclusion d'autres " alliés " régionaux comme le Japon, la Corée du Sud et l'Inde du projet de partage de la technologie militaire.

Il est un fait que le Canada et la Nouvelle-Zélande sont en quelque sorte considérés comme le "ventre mou" de l'alliance, même si le Canada a fait preuve d'une loyauté absolue avec l'arrestation de Meng Wangzou, cadre de Huawei. Le discours concernant les alliés régionaux est plus complexe. L'Inde et le Japon font déjà partie du système quadrilatéral avec les États-Unis et l'Australie. En outre, Washington a signé un accord avec New Delhi pour le partage de données satellitaires sensibles le long des frontières indiennes avec la Chine et le Pakistan. Mais le rôle de l'Inde, bien que central dans la région indo-pacifique, ne peut être directement projeté dans la zone de la mer de Chine méridionale: l'une des zones méditerranéennes de l'Eurasie où, avec l'Afghanistan, se jouera le jeu le plus important de la nouvelle guerre froide. Et l'Inde, comme le Japon et la Corée du Sud, ne fait pas partie de l'anglosphère, malgré son passé colonial. Le Japon et la Corée du Sud, pour leur part, sont également trop proches des menaces directes de la Chine et de la Corée du Nord. Il est donc peu pratique de déployer des armes et des technologies facilement accessibles à l'"ennemi"[4].

En conclusion, on ne peut faire l'impasse sur l'analyse de la réponse française qui, malgré quelques vagues références à une armée européenne (absolument dépourvue de sens lorsqu'elle est associée à l'OTAN), peut être attribuée à ce nationalisme mesquin que Jean Thiriart n'a cessé de définir comme "imbécile".

Paradoxalement, la création de l'AUKUS, pour l'instant, bien qu'elle ouvre la course aux sous-marins nucléaires d'attaque et la militarisation de l'Indo-Pacifique, a mis la France en colère plus que la Chine. En effet, d'une part, l'AUKUS met fin aux ambitions de l'Union européenne de pouvoir compter (à travers son premier pays militaire) sur un théâtre stratégique fondamental au niveau mondial. De l'autre, elle fait perdre à Paris une commande de plus de 56 milliards d'euros pour la construction de 12 sous-marins conventionnels (de type Barracuda) signée avec Canberra en 2016. Et elle liquide l'ambition française de devenir une puissance thalassocratique à part entière.

Historiquement, une telle ambition s'est heurtée au caractère géographique d'un Etat, la France, qui est certes baignée sur plusieurs côtés par la mer, mais qui a dû partager une partie de ses frontières avec l'Allemagne, qui tient le centre de la "péninsule européenne", tout en la reliant à la vaste extension continentale de l'Eurasie.

Pour être juste, il faut dire que l'accord franco-australien, entre hausses de coûts et retards, ne progressait pas dans le meilleur des mondes. Toutefois, on pourrait en dire autant de l'accord anglo-australien sur la fourniture de quelques frégates à la Royal Australian Navy. Un accord qui, à son tour, a été signé au détriment de Fincantieri, lorsque le gouvernement australien, n'écoutant pas l'avis contraire de la marine elle-même, a opté "politiquement" pour les frégates britanniques au lieu des Fremm, déjà valables et testées. À cette occasion, malgré la perte d'une commande de 23 milliards de lires, le gouvernement italien, à la différence du gouvernement français, ne s'est même pas permis un petit sursaut d'orgueil.

Nave_Bergamini_3.JPG

S'il en était encore besoin, l'AUKUS démontre le caractère inégalitaire des alliances occidentales. L'anglosphère devient, à toutes fins utiles, le moteur stratégique de l'"Occident", tandis que l'Europe n'est qu'un simple troupeau d'alliés secondaires, utile uniquement pour constituer un débouché pour le complexe militaro-industriel d'outre-mer. Il suffit de dire que la tentation de se ranger immédiatement du côté du nouveau pacte à trois est largement perçue dans de nombreux pays européens: non seulement en Europe orientale, mais aussi en Italie, ce qui est induit par le fait que la France s'est rarement comportée comme un allié (pensez au cas libyen). D'autre part, l'une des principales stratégies de la géopolitique anglo-américaine a toujours été de maintenir l'Europe dans une condition de division interne et d'insipidité au niveau international, afin de garantir son hégémonie sur l'extrémité occidentale de l'Eurasie.

NOTES:

[1] Les Cinq Yeux. L'alliance de l'intelligence de l'anglosphère, www.ukdefencejournal.org.uk.

[2] Voir J. Cooper, Colony in conflict : the Hong Kong disturbances May 1967- January 1968, Swindon Book Company, Hong Kong 1970.

[3] Voir AUKUS, Submarines for Australia and the Lesson for Europe, www.analisidifesa.it.

[4] Pourquoi fournir des sous-marins nucléaires à l'Australie, mais pas à la Corée du Sud ou au Japon?, www.thediplomat.com.

Écrire un commentaire