Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 27 septembre 2021

Gifle anglo-saxonne à Macron et solitude géopolitique de la France

morland-js680931622-web.jpg

Gifle anglo-saxonne à Macron et solitude géopolitique de la France

Ex: http://www.elespiadigital.com/

La France subit les conséquences de sa plus grande défaite en politique étrangère depuis un quart de siècle, une défaite qui pourrait affecter la campagne électorale de Macron. Nous parlons du refus de l'Australie d'honorer le plus gros contrat avec la France ("le contrat du siècle", comme l'ont appelé les médias français) pour la construction de 12 nouveaux sous-marins de classe "Attack", qui a été finalement signé, après de longues et difficiles négociations, mais s'est retrouvé annulé en 48 heures au bénéfice des États-Unis et du Royaume-Uni. L'Australie a brusquement changé d'avis et a préféré les États-Unis à la France.

Dès le processus de négociation, la France, représentée par la société Naval Group, a assumé des coûts importants dans le projet, répondant ainsi aux souhaits des Australiens, mais la société américaine Lockheed Martin, qui a finalement obtenu le contrat, n'a reçu aucune demande de l'Australie. Le contrat perdu par la France s'élevait à 90 milliards de dollars, mais le montant du contrat avec la Grande-Bretagne et/ou les États-Unis est inconnu. Apparemment, il ne s'agit pas d'argent, mais de géopolitique.

Aujourd'hui, les Français commentent ce qui s'est passé en termes de "faux amis", de "coups de poignard dans le dos", de "coup de Trafalgar", en référence à la défaite de la France lors de la bataille de Trafalgar face à la Grande-Bretagne en 1805. Macron a même rappelé les ambassadeurs français en Australie et aux États-Unis pour des consultations afin de montrer son extrême ressentiment.

Le président français Macron a reçu une gifle de la part de l'alliance américano-britannique, déjà la deuxième ces dernières années, si l'on se souvient que lors d'une réunion dans la rue, un jeune homme a soudainement donné un coup de poing à Macron. L'incident a ensuite été étouffé, mais aujourd'hui, Macron se retrouve dans une position des plus humiliantes. Pour la culture politique française, compte tenu de son ambition, c'est prohibitif et douloureux.

maxresdechcobnfault.jpg

Le fait est que Macron a beaucoup investi dans ces négociations avec l'Australie : argent, temps, émotions, énergie. Il mettait tout à son actif et espérait passer triomphalement les élections. Depuis 2019, la commune de Cherbourg-en-Cotentin, où se trouve la base navale, accueille une partie du projet. Une école bilingue y a déjà été construite pour les enfants des Australiens venus s'entraîner sur la base, et deux artistes australiens ont été chargés de peindre le mur du poste de police avec des motifs aborigènes australiens.

Aujourd'hui, non seulement tous ces efforts ont été vains, mais les habitants de la commune sont privés du revenu attendu. Pour eux, cette situation, selon les médias français, est un séisme socio-économique. Macron est désormais perçu comme un homme politique faible, incapable de tenir ses promesses et de protéger ses citoyens et les intérêts nationaux de la France. Il a été humilié devant le monde entier, de surcroît d'une manière assez rude.

Les États-Unis sont convaincus que cela renforcera les arguments des adversaires de Macron et lui créera des problèmes, même si cela n'affectera pas le résultat de l'élection. Il est vrai que les Français vont désormais voter non pas pour les triomphalistes, mais pour les défaitistes. Maintenant, personne ne se souviendra que l'accord avec l'Australie a été élaboré par le prédécesseur de Macron, Hollande.

Le contrat a connu des difficultés, mais M. Macron a rencontré personnellement le Premier ministre australien Scott Morrison après le sommet du G7 à Londres, et les médias français ont ensuite écrit que "le contrat du siècle avait été sauvé". Macron aurait dû avoir un triomphe et aura en fin de compte une défaite.

On peut dire que la France a renoué avec le boomerang des Mistral. C'est elle qui a annulé le contrat avec la Russie pour les porte-hélicoptères déjà payés et construits. Cela a également été fait à la demande des États-Unis, mais il est incompréhensible que l'histoire n'ait rien appris aux Français. Quelle raison avaient-ils de croire que la Grande-Bretagne permettrait de telles actions au bénéfice de la France dans son fief ? Surtout si l'on considère qu'après le Brexit, les relations déjà difficiles entre la France et la Grande-Bretagne se sont encore détériorées.

Cette situation est particulièrement offensante pour Macron parce qu'il avait initialement soutenu les États-Unis contre le gazoduc germano-russe Nord Stream 2, ce qui a été fait de manière plus douce, sans pression polonaise, mais de manière diplomatique et sans équivoque. Macron a soutenu la Grande-Bretagne dans l'affaire des Skripals, dans le scandale du dopage, dans l'histoire de l'empoisonnement de Navalny, dans le problème de l'Ukraine. La France a été à l'avant-garde des alliés anglo-saxons sur des questions politiques de grande importance pour les États-Unis en Europe de l'Est.

Pour Macron, qui a servilement joué les utilités, la double souffrance n'est pas seulement le refus de l'Australie en soi, mais la façon dont il a été roulé dans la farine. En deux jours seulement, les fruits à long terme des efforts français ont complètement disparu. Dans le même temps, certains médias et partis politiques australiens vantent les mérites de la France.

La France aurait dû comprendre qu'elle ne pouvait pas prévenir et neutraliser les risques politiques dans ce contrat. Il ne s'agit pas d'argent, ou plutôt, il ne s'agit pas seulement d'argent. Nous parlons de géopolitique majeure, plus précisément de l'influence factuelle de la France dans la région Indo-Pacifique, qui est inacceptable pour la Grande-Bretagne et les États-Unis.

strategie_indopacifique_visuel_rs_03_fr-2-49bf1.png

En effet, selon la stratégie française dans les océans Indien et Pacifique, c'est là que se trouve 93% de la zone économique exclusive de la France. Cette zone abrite 1,5 million de citoyens français et 8 000 soldats français. La France revendique le statut de puissance non seulement européenne mais aussi africaine. Selon les experts, individuellement, tous les territoires de la présence française en Afrique n'ont pas de poids, mais tous ensemble, ils en ont.

Le problème est que l'Australie participe à une coalition américano-britannique contre la Chine, tout en maintenant des liens avec la France. L'échec de l'accord sur les sous-marins n'affectera pas ces liens. Les deux pays n'ont aucun intérêt à ce que les relations se détériorent. Mais la position de la France devient maintenant très difficile.

La France a toujours revendiqué une politique indépendante, tout en reconnaissant que c'était une illusion, étant donné son inclusion dans la sphère d'influence américaine. Washington prend en charge ces ambitions françaises et permet même parfois de les satisfaire dans une certaine mesure. Mais la France ne s'est jamais trop laissée aller et a bien compris sa place et son rôle dans le monde. Aujourd'hui, la France se retrouve non pas isolée, mais seule.

Son scepticisme (ndlr: germanophobe et beneluxophobe, hostilité rabique et haineuse à l'égard des "Boches de l'Est et du Nord", ainsi qu'aux "rats hollandais" selon Edith Cresson) à l'égard de Nord Stream 2 n'a pas renforcé sa position vis-à-vis de l'Allemagne. Avec la Russie aussi, il n'y a pas la liberté de manœuvre qui serait souhaitable pour Paris: Moscou n'oubliera pas tous les coups de poignard français. La Chine tient également compte (et rancune) de la volonté française de s'imposer en participant à des alliances anti-chinoises. Les relations avec la Grande-Bretagne sont compliquées; sans les États-Unis, elles ne sont pas réglementées. Aujourd'hui, les États-Unis ont fait preuve de mépris envers la France, sans se soucier de "sauver la face" du président français (qui se retrouve gros-Jean comme devant).

Dans sa hâte ambitieuse, la France s'est soudainement retrouvée seule. En même temps, elle a un conflit avec la Turquie, qu'elle ne peut pas résoudre sans les États-Unis et la Grande-Bretagne. Quel était l'intérêt de s'engager dans une relation sur une question majeure d'importance militaire et géopolitique dans une sphère complètement contrôlée par les Anglo-Saxons ?

Sur quoi étaient fondés les espoirs de succès et de vigilance passive des États-Unis et de la Grande-Bretagne - sur le fait qu'en échange d'une rhétorique contre la Russie et la Chine, ils permettraient à la France de renforcer son budget naval et de continuer à accumuler du pouvoir géopolitique ? La France avait toujours fait preuve jadis de la plus grande rationalité et du plus grand pragmatisme dans les négociations. Qu'est-il arrivé à la diplomatie française sous la misérable houlette du banquier Macron ?

D'une manière ou d'une autre, la France a subi une défaite écrasante en matière de politique étrangère, et il n'y a aucun pays qui n'en profitera pas d'une manière ou d'une autre. Cela se traduira par de nombreuses petites décisions et étapes, mais toutes seront très sensibles pour la France. Quelque part, les intérêts de la France seront ignorés plus ouvertement qu'auparavant, quelque part, des conditions plus strictes lui seront proposées.

La France doit sortir de sa solitude en prenant des mesures décisives à l'égard des adversaires des États-Unis et de la Grande-Bretagne, mais elle n'est pas libre pour de telles actions. Les États-Unis comprennent que Macron s'énerve, souffle et puis se calmera. La France est trop dépendante des États-Unis pour se permettre une opposition même minime.

Mais dans l'UE, la France devra redorer son blason. La question est de savoir si l'Allemagne laissera à la France l'espace nécessaire après tout ce qui s'est passé. Quoi qu'il en soit, les relations entre la France et les États-Unis ont tourné au vinaigre et, connaissant la rancœur des Français, il ne fait aucun doute que Macron ne l'oubliera pas et ne pardonnera pas. Il n'osera pas se venger des États-Unis, mais avec Londres, Paris sera désormais encore plus à couteaux tirés.

La Russie et la Chine regarderont avec intérêt Macron soigner une autre blessure, mais il aura encore une chance de se rétablir. La France cherchera un motif de vengeance. Les boomerangs d'Australie reviendront sur Londres.

00fl-966032.jpg

Analyse : Une nouvelle Triple Alliance est-elle en gestation ?

Vladimir Terekhov*

L'inauguration de l'AUKUS, une nouvelle configuration géopolitique comprenant l'Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis (l'acronyme vient des lettres initiales des pays participants), a été l'un des développements les plus remarquables de la politique mondiale de ces dernières semaines.

Pour l'instant, il est difficile d'évaluer la nature d'une telle démarche. Il ne s'agit vraisemblablement pas d'un nouveau bloc militaire et politique, car les trois nations sont déjà liées par des engagements de défense mutuelle de longue date, un fait que la Maison Blanche n'a pas hésité à mentionner dans sa déclaration à ce sujet. La dernière phrase de ce document sur ces engagements indiquait notamment : "Nous nous engageons à nouveau dans cette vision".

À l'exception du paragraphe citant les plans visant à fournir huit sous-marins à l'Australie, le document est extrêmement médiocre et rappelle les discours de Mikhaïl Gorbatchev, toujours prêt à "intensifier et approfondir" ce qu'il juge nécessaire. Selon la déclaration, l'AUKUS est créé pour "renforcer le partenariat de sécurité trilatéral".

Toutefois, si l'objectif principal de ce pacte est de faire de l'Australie la première puissance régionale capable de contenir la Chine, cette démarche ne fait qu'ajouter à la confusion entourant la position politique du gouvernement australien vis-à-vis de la Chine, qui a presque toujours semblé être un désastre auto-infligé. Si cette hypothèse est vraie, ce cours commence à avoir l'air carrément suicidaire. La Chine a déjà prévenu que l'acquisition par l'Australie d'une flotte de sous-marins nucléaires pourrait faire de ce pays une cible pour une attaque nucléaire chinoise.

Toutefois, dans son ensemble, le projet AUKUS annoncé donne l'impression d'être improvisé et mal conçu, ce qui reflète son développement hâtif et, apparemment, les efforts déployés pour le dissimuler (aux concurrents ?). En outre, certains pensent qu'AUKUS pourrait avoir un impact négatif sur l'initiative QUAD, un autre projet que ses participants ont désespérément tenté de sauver de 15 ans d'oubli au Japon, qui ne savait apparemment rien du développement d'AUKUS. Plus important encore, l'Inde ne l'a pas fait non plus, ce qui signifie que la moitié des membres de QUAD ont été laissés dans l'ignorance.

quad-plus-1280x720.jpg

Jusqu'à présent, il semble que la principale raison derrière AUKUS était l'argent: ou, pour être précis, une somme forfaitaire exorbitante de 56 milliards d'euros, que l'Australie, un pays anglo-saxon, a "pour une raison ou une autre" décidé de donner en 2017 à des concurrents du monde anglo-saxon, les Français. À l'époque, la France a remporté un appel d'offres (les principaux concurrents étaient les Japonais) pour la construction de 12 sous-marins modernes à moteur diesel. Cette somme couvre non seulement les coûts de construction des sous-marins eux-mêmes, mais aussi le développement des infrastructures et la formation des équipages.

Il semble que l'Australie ait "reçu un ordre d'en haut", un entrepreneur de la défense d'un autre pays anglo-saxon, à savoir les États-Unis. "Vous en aurez plus pour votre argent. Vous aurez nos sous-marins à propulsion nucléaire". Mais qu'en est-il des appels d'offres "fondés sur des règles" ? La réponse est très simple: les "règles" sont un concept que les autres doivent respecter, pas nous.

Il n'est pas étonnant que le ministre français des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, ait été furieux après avoir appris la formation de l'AUKUS et son objectif (il a été tenu secret pour les principaux alliés). Il y a une explication tout à fait naturelle (et pas seulement sous-marine) à tout cela. La première réunion des ministres des affaires étrangères et de la défense français et australiens (le "format 2 + 2") vient d'avoir lieu (le 30 août de cette année). Il s'est conclu par la déclaration d'un "partenariat stratégique renforcé".

Barracuda-from-Brendan-e1564385207944.jpg

En d'autres termes, les relations bilatérales se déroulent sans encombre selon les grandes lignes tracées lors de la visite du président français Emmanuel Macron en Australie en mai 2018. Jean-Yves Le Drian lui-même a été directement impliqué dans le succès de l'appel d'offres susmentionné. Et voilà "le coup de poignard dans le dos". Il semble que le gouvernement de Scott Morrison était de connivence avec ses "partenaires stratégiques" au moment même où ils négociaient.

Quelle trahison, l'enfer de la politique étrangère !

La réponse française a été sévère, Paris rappelant ses ambassadeurs aux États-Unis (un geste sans précédent dans les relations diplomatiques entre alliés de l'OTAN) et en Australie. Pendant ce temps, le Royaume-Uni a échappé à la colère de la France, cette dernière estimant que Londres n'avait fait que "suivre aveuglément" les autres participants à l'AUKUS ("que peut-on attendre d'autre de ces simplets, vous savez?").

Compte tenu de la manière dont le parlement britannique a débattu de la question de la participation de la Grande-Bretagne à ce projet, Londres semble avoir adhéré au pacte plus ou moins dans ce sens. Apparemment, le processus de décision au Royaume-Uni est aussi chaotique qu'à Washington.

À quoi ressemble la politique chinoise de Londres? D'une part, plusieurs navires de la Royal Navy, menés par le porte-avions HMS Queen Elizabeth, viennent d'arriver au Japon pour participer à des exercices multilatéraux (avec un agenda anti-chinois évident) dans la région d'Okinawa. Pendant ce temps, Londres pointe du doigt Pékin.

np_file_108252.jpeg

À cet égard, il convient de noter qu'Elizabeth "Liz" Truss, qui supervisait auparavant le commerce international, a été nommée ministre britannique des affaires étrangères. Elle a notamment mis en œuvre le volet commercial et économique de la politique globale du Royaume-Uni consistant à "s'incliner" vers la région indo-pacifique. Au demeurant, il est entendu que dans sa précédente publication, Elizabeth Truss préconisait le développement des relations avec Moscou.

Mais, dans l'ensemble, il semble que le projet AUKUS ait été développé dans la précipitation, sans tenir compte des conséquences possibles d'un projet aussi mal conçu. Les autorités responsables ont-elles vraiment été prises par surprise et n'ont-elles pas saisi les ramifications évidentes que le projet impliquait ? Car de tels projets ont tendance à se développer selon leur logique interne, ce qui surprend leurs auteurs.

En même temps, définir AUKUS comme une nouvelle "Triple Alliance" ravive quelques souvenirs désagréables en termes d'histoire. C'est la signature secrète de la "Triple Alliance" de 1882 entre l'Allemagne, l'Autriche-Hongrie et l'Italie qui s'est avérée être un jalon historique, une date qui a marqué le début du somnambulisme de dirigeants européens qui les ont conduit inexorablement vers la Première Guerre mondiale, qui a entraîné de très graves conséquences pour l'humanité dans son ensemble, tant pour les vainqueurs que pour les vaincus.

Quant à la Russie, s'il ne faut pas exagérer l'importance d'AUKUS, le projet doit être analysé, car les déclarations écrites et orales ne suffisent pas à apporter beaucoup de clarté. Nous avons besoin d'au moins quelques détails qui n'apparaissent nulle part.

Du point de vue le plus élémentaire, ces événements reflètent l'urgence croissante de renforcer l'alliance sino-russe qui (ce point doit être souligné) ne doit être dirigée contre personne. En d'autres termes, il doit être entièrement défensif.

Entre-temps, il est nécessaire de chercher à établir des contacts avec les factions américaines qui favorisent la résolution des problèmes intérieurs (la question clé ici est probablement de contrôler la situation à l'intérieur du pays), de diminuer l'implication de Washington dans les conflits de politique étrangère dans le monde, et de forger des liens avec la Russie et la Chine. Ces pays ne sont pas intéressés par l'effondrement de cette puissance mondiale encore prédominante. La question de l'arsenal nucléaire américain et du contrôle des armements constitue à elle seule un énorme problème.

Il est nécessaire de rivaliser pour l'influence en Allemagne (avec la France comme concurrent), en Inde et même au Japon. La Russie et la Chine ont leurs propres pierres d'achoppement dans leurs relations avec chacune de ces puissances. Mais il existe des ouvertures qui ne semblent pas totalement déraisonnables. Cela dit, Moscou et Pékin devront faire preuve de souplesse et de patience dans leurs relations avec ces États.

* Expert ès-questions de l'aire Asie-Pacifique.

Écrire un commentaire