Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 24 novembre 2021

Savoir, c'est pouvoir : l'intelligence dans la géopolitique contemporaine

Globus_Notebook.jpg

Savoir, c'est pouvoir: l'intelligence dans la géopolitique contemporaine

Par Mirko Mussetti
Ex: http://osservatorioglobalizzazione.it/osservatorio/sapere-e-potere-lintelligence-nella-geopolitica-contemporanea/

L'intelligence est aujourd'hui le cœur profond de la puissance, l'élaboration centrale des grandes stratégies des nations, un facteur conditionnant de la géopolitique des acteurs dominant la scène mondiale. Nous avons le plaisir de vous présenter un extrait du dernier essai de Mirko Mussetti, analyste estimé de la revue Limes que nous avons eu le plaisir d'accueillir dans nos colonnes à plusieurs reprises, La rosa geopolitica (La rose géopolitique), publié par Paesi Edizioni dans la série "Machiavelli" avec une préface de Lucio Caracciolo, consacré précisément au poids stratégique du renseignement aujourd'hui.

rosa_geopolitica_book.jpg

Mirko-Mussetti-Festival-politica-internazionale-ilCosmopolitico-2021.jpg

Le terme anglo-saxon moderne intelligence est généralement employé pour décrire le complexe d'activités consistant en la collecte et l'analyse de données finalisées à l'élaboration d'informations utiles au processus de décision politico-militaire. Les opérations de renseignement sont donc intrinsèquement liées à la sécurité nationale et nécessaires à la prévention de toute action économique, stratégique ou culturelle ayant des effets déstabilisants sur le système du pays.

Plus généralement, ce terme désigne le système capillaire dans lequel s'articulent les activités d'espionnage et de contre-espionnage. D'autre part, le mot intelligence trouve son origine dans la locution latine intŭs legere, c'est-à-dire "lire à l'intérieur". Mais tout aussi probablement, il dérive de inter legere, c'est-à-dire "lire entre les lignes" ou "choisir entre". La capacité de comprendre et de distinguer, et de comprendre facilement, ce qui se cache dans les choses et les circonstances est donc fondamentale pour toute action politique sensée.

La capacité de lire et de conditionner les événements constitue le cœur de la "rose géopolitique". Le succès des activités de renseignement ne dépend pas tant de l'efficacité avec laquelle les informations sont recueillies que de l'efficacité avec laquelle elles sont mises en relation. Ce n'est pas tant la quantité de connaissances recueillies qui compte, mais la façon dont elles sont alignées ou, mieux encore, la façon dont elles sont traitées pour déclencher le changement. Le philosophe grec Plutarque (1er siècle après J.-C.) disait que "l'esprit n'est pas un récipient à remplir, mais un feu à allumer".

51g4Gpou3DL.jpg

Avec une expression pleine d'esprit, l'écrivain français du 19ème siècle Victor Hugo a organisé les expériences cognitives de manière hiérarchique, en affirmant que "l'intelligence est la femme, l'imagination est la maîtresse, la mémoire est la servante".

Mais si l'une de ces trois figures fait défaut, la vie sociale devient insipide et la famille (l'État) risque de sombrer dans le chaos, le ressentiment et le regret. De même, en l'absence d'une gestion économique rationnelle, d'une stratégie visionnaire et "globale", et d'une culture ordonnée, diligente et soumise, l'orientation géopolitique d'une nation est vouée à une fatigue prolongée.

41IKUUsU6NL.jpg

Savoir lire, en même temps, entre les trois ambiances opérationnelles de la géopolitique - géo-économie, géo-stratégie, géo-culture - est crucial pour imprimer une politique étrangère nationale aussi saine et holistique que possible. La connaissance est le pouvoir. L'intelligence constitue le noyau de la puissance dynamique d'une nation, disposant des instruments appropriés pour accroître son efficacité, gonfler son hard power et revigorer son esprit. En apparence, la géopolitique concerne les liens entre la géographie et les nations. Mais au fond, elle est liée aux besoins (im)prévisibles et intimes des États. Contrairement à l'action d'une masse d'atomes, qui est statistiquement prévisible, en physique, l'action d'un seul atome ne peut être prédite. Le comportement des nations est assez similaire: les gouvernements, ou plutôt les "États profonds", dissimulent des intentions et des projets d'irradiation géopolitique. La connaissance est un pouvoir en soi. Elle peut être utilisée par les services de renseignement de manière directe - par le biais de la communication - afin de façonner la réalité et d'accroître les avantages concurrentiels de la nation. Les dispositifs employés dans les relations internationales peuvent être économico-financiers (ôikos), militaro-diplomatiques (stratòs) ou, précisément, communicatifs-propagandistes (cultŭs).

À propos de l'auteur / Mirko Mussetti

Mirko Mussetti est un analyste en géopolitique et en géostratégie. Avant La Rosa geopolitica, il a publié Áxeinos ! Geopolitica del Mar Nero (2018) et Némein. L'arte della guerra economica (2019), tous deux publiés par GoWare.

Écrire un commentaire