Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 08 janvier 2022

Le spectre de la révolution colorée au Kazakhstan

dad9f5c90a9ce743831cdbb20aa73731-1641450840.jpg

Le spectre de la révolution colorée au Kazakhstan

Pietro Emanueli

Source: https://it.insideover.com/politica/lo-spettro-della-rivoluzione-colorata-sul-kazakistan.html 

Le Kazakhstan, État clé de l'Asie centrale et colonne vertébrale des projets continentaux hégémoniques de la Russie et de la Chine, est en état d'urgence depuis le 5 janvier et en état de sédition depuis les 2 et 3. Le casus belli de la crise a été le doublement soudain et fulgurant du prix du GPL, le carburant préféré des automobilistes kazakhs, que les franges les plus violentes de la contestation ont utilisé comme prétexte pour lancer un coup d'État armé et voilé de grande ampleur.

Toutes les tentatives de compromis avec les manifestants - depuis le rétablissement du prix antérieur du GPL jusqu'au nettoyage des salles de contrôle - s'étant révélées vaines, et des preuves étant apparues pour étayer la thèse d'une opération de déstabilisation dirigée de l'extérieur, la présidence Tokayev, le 5, a demandé et obtenu l'intervention de l'Organisation du traité de sécurité collective. Depuis ce jour, grâce aussi à l'inauguration d'une ligne basée sur la tolérance zéro envers les plus virulents fauteurs de troubles, la crise s'est lentement résorbée. Mais entre Moscou, Nursultan et Pékin, ce sera la dissonance, et pour (longtemps).

_122624057_hi072972985-1.jpg

Les derniers développements

Le 7 janvier, dans le contexte de l'arrivée des forces de maintien de la paix de l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) sur le sol kazakh, le président Kassym-Jomart Tokayev a fait le point sur l'état de l'insurrection devant les membres du gouvernement et ses collègues du Conseil de sécurité, dont il avait pris la tête deux jours auparavant.

Selon M. Tokayev, d'un point de vue réel, l'état de la crise, au 7 janvier, serait le suivant :

    - L'opération de répression des émeutes a pris les connotations d'une opération antiterroriste, étendue à l'ensemble du territoire national, et voit l'implication de la police, de la garde nationale et de l'armée.
    - Dans les épicentres de la sédition, à savoir Aktobe et Almaty, la situation s'est stabilisée.
    - A Almaty, où s'est concentré l'essentiel des violences, le rétablissement progressif de l'ordre a permis de faire un premier bilan des dégâts : plusieurs bâtiments administratifs ont été vandalisés et des biens privés attaqués.
    - Cependant, les affrontements continuent de se propager entre les agents de sécurité et les bandes armées d'émeutiers.
    - La présidence est convaincue que les émeutes ont été et sont infiltrées par des combattants formés à l'étranger, notamment "des spécialistes formés au sabotage idéologique, qui utilisent habilement la désinformation ou la déformation des faits et sont capables de manipuler l'état d'esprit des gens".
    - Le Conseil de sécurité et le bureau du procureur général ont lancé une enquête sur le présumé "poste de commandement impliqué dans la formation" des candidats au coup d'État.

Une direction externe ?

Dans le même communiqué, il est également expliqué qu'"un rôle d'assistance et, en fait, d'instigation [...] a été [joué] par les médias dits libres et des personnalités étrangères". Entités et personnalités dont le président en exercice n'a pas fourni les coordonnées, mais dont l'identité n'est pas difficile à retracer. Aussi parce que, de manière éloquente, ils ne se sont pas cachés.

L'ancien banquier et fugitif Mukhtar Ablyazov (photo, ci-dessous), par exemple, s'exprimant depuis Paris, s'est autoproclamé leader des protestations, a déclaré qu'il se coordonnait quotidiennement avec les émeutiers et a invité l'Occident à intervenir afin d'éviter que la crise ne rapproche encore plus le Kazakhstan et la Russie. Pour enrichir le tableau brossé par la prise de responsabilité d'Ablyazov, qui dissipe tout doute sur l'implication d'acteurs extérieurs dans les troubles, il y a aussi les déclarations de Konstantin Kosachev, président de la commission des affaires étrangères du Conseil fédéral de la Fédération de Russie, selon lesquelles des "miliciens de groupes armés" du Proche et Moyen-Orient et d'Afghanistan combattent dans les rues du Kazakhstan.

Mukhtar-Ablyazov-in-Paris-800x600.jpg

L'existence et la preuve d'une direction extérieure, plus que toute autre chose à la lumière des déclarations d'Ablyazov, semblent irréfutables. Et la rapidité avec laquelle les troubles se sont propagés des périphéries vers le centre, sans parler de la qualité de l'organisation et de l'armement, constitue un autre indice en faveur de la piste étrangère. Cela n'enlève rien au fait qu'une société cohésive, développée et juste est une société à l'épreuve du feu, c'est-à-dire résistante à la révolution colorée et autres types similaires de désordres. Et ce qui s'est passé ces derniers jours a montré à la présidence Tokayev que le Kazakhstan, bien qu'ayant les indices de bien-être les plus élevés d'Asie centrale, n'a pas encore atteint la maturité, et encore moins l'unité et la prospérité nécessaires pour rendre le système imperméable aux ambitions intrusives et aux opérations perturbatrices des autres.

Aujourd'hui, c'est Nur-Sultan qui explose au-dessus de la caravane, mais hier c'était Santiago du Chili, et demain ce pourrait être Moscou et Pékin. Il est donc plus que certain que les événements de ce mois-ci seront soigneusement analysés par les deux gardiens de l'Asie centrale, qui ont trouvé dans les modèles d'autocratie éclairée et de dictature bienveillante une alternative à la démocratie libérale occidentale et qui, aujourd'hui, se voient toutefois obligés d'en reconnaître les limites.

Écrire un commentaire