Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 16 janvier 2022

Hu Xijin : la Chine et la Russie ne permettront pas aux États-Unis et à l'Occident de pousser le Kazakhstan dans l'abîme des troubles à long terme

190816170901-global-times-hu-xijin-exlarge-169.jpg

Hu Xijin : la Chine et la Russie ne permettront pas aux États-Unis et à l'Occident de pousser le Kazakhstan dans l'abîme des troubles à long terme

Un point de vue chinois sur l'affaire du Kazakhstan

par Hu Xijin

Source : Hu Xijin & https://news.ifeng.com/c/8CZINfEL3y7?fbclid=IwAR3KY83bpLL-TpnK79vMEP-jft2P7PsVVy1DkhW0Mfyoo40-4rvf81Csd9M

Le Kazakhstan a connu les pires émeutes de ses 30 années d'indépendance, déclenchées par une hausse du prix du gaz de pétrole liquéfié, mais rapidement suivies de revendications politiques visant à "punir la corruption" et à cibler le père du pays, Nazarbayev. Le président Tokaev a accepté la démission du premier ministre, l'état d'urgence a été imposé dans la capitale, Nursultan, et dans la première ville, Almaty, le prix du GPL a été ramené à des niveaux plus abordables, et Tokaev a annoncé le 5 janvier qu'il deviendrait président du Conseil national de sécurité (un poste précédemment occupé par Nazarbayev). Mais la suite de l'évolution de la situation est encore incertaine. Une vidéo montre des personnes dans une ville en train de renverser une statue de Nazarbayev. Par ailleurs, huit officiers de police sont morts.

La Russie a déjà déclaré qu'elle souhaitait que le Kazakhstan normalise la situation dès que possible par la voie du dialogue. La Russie a également affirmé que le gouvernement kazakh résoudrait ses propres problèmes internes et qu'une intervention extérieure était inacceptable. M. Laohu estime que la Chine soutiendra également avec force les efforts du Kazakhstan pour stabiliser la situation par ses propres moyens.

Lu-Astana-image-2.jpg

Le Kazakhstan, ancienne république soviétique, est le plus grand et le plus riche pays d'Asie centrale, riche en pétrole et en gaz. Nazarbayev a été le premier secrétaire du parti communiste de la république avant l'indépendance du pays, puis a été président jusqu'en 2019. Il a contribué à l'indépendance et au développement du Kazakhstan. Sa fin n'était pas non plus un cas isolé. M. Akaïev, ancien président du Kirghizstan, voisin de notre province du Xinjiang, a été renversé par une révolution de couleur en 2005 et s'est exilé en Russie, où il a ensuite travaillé comme professeur à l'université d'État de Moscou. Nazarbayev et Akaïev ont toujours entre eux des liens familiaux. Certaines sources non officielles affirment que Nazarbayev s'est rendu en Russie.

Le Kazakhstan est un voisin de la Russie et de la Chine, et sa stabilité est d'un intérêt majeur pour la Chine et la Russie. Les États-Unis se sont efforcés d'infiltrer le Kazakhstan, et certaines ONG sont devenues des avant-postes de cette infiltration. Nazarbayev a eu une attitude positive à l'égard du développement des relations avec les États-Unis, dans l'intention de contrebalancer la double influence russe et chinoise. Mais en même temps, il a toujours gardé un œil sur les États-Unis. En conséquence, une révolution de couleur est finalement née au Kazakhstan.

Le Kazakhstan a le revenu par habitant le plus élevé d'Asie centrale, mais ces deux dernières années, la stabilité politique du pays a été gravement ébranlée par une épidémie qui fait rage et par la récession économique. M. Nazarbayev est au pouvoir depuis longtemps et le pays a accumulé, comme on pouvait s'y attendre, des classes d'intérêt bien établies et un mécontentement public croissant, mais c'est le retournement de l'économie et des moyens de subsistance de la population qui a été le déclencheur de la rupture. C'est le prétexte que les puissances occidentales exploitent au Kazakhstan. Il est évident qu'ils veulent mettre la pagaille dans le pays, et leur objectif est de déstabiliser la stratégie de bon voisinage de la Chine et de la Russie en créant un fossé au Kazakhstan.

Kazakhstan.jpg

Pourtant, ni la Russie ni la Chine ne permettront aux États-Unis et à l'Occident de pousser le Kazakhstan dans un abîme de turbulences à long terme. Les Russes représentent à ce jour environ 20 % de la population du Kazakhstan, la Chine est le principal acheteur d'énergie du pays et l'Organisation de coopération de Shanghai apporte son soutien à la stabilité de ses États membres. Il suffit de dire qu'il existe encore de nombreuses conditions internes et externes pour que le Kazakhstan retrouve sa stabilité passée après une telle période de chaos.

[Editeur responsable : Ye Zhiqiu PN302]

samedi, 15 janvier 2022

Alexandre Douguine: entretien avec Caliber.az (Azerbaïdjan)

723f2087cb12ea1387bcba79b6374f78.jpeg

Caliber.az : entretien-choc avec Alexandre Douguine

Entretien de Caliber.az (Azerbaïdjan) avec le leader du Mouvement international eurasien, le politologue et philosophe russe Alexandre Douguine

Propos recueillis par Matanat Nasibova

Source: https://www.geopolitica.ru/article/ostryy-razgovor-caliberaz-s-aleksandrom-duginym

- Alexandre G., dans une récente interview pour la chaîne de télévision Tsargrad, vous avez fait une déclaration extrêmement forte sur les récents événements au Kazakhstan, affirmant que "l'intégrité territoriale de tous les États post-soviétiques dépend de la Russie" et que, par conséquent, tous devraient se tourner vers elle pour obtenir de l'aide afin de ne pas être attaqués. Suggérez-vous que les pays de l'ancienne Union soviétique devraient renoncer à leur souveraineté ? Est-ce là votre idée ?

- On ne peut pas renoncer à la souveraineté, mais il faudrait alors renoncer à l'intégrité territoriale. Je crois que la question de la souveraineté a une nouvelle signification à notre époque. Dans notre monde moderne, les États qui disposent d'énormes stocks d'armes nucléaires, d'énormes ressources démographiques et naturelles et de vastes territoires sont souverains. Et la souveraineté des autres acteurs, plus petits, dépend de leurs relations avec les pôles qui ont une souveraineté pleine, fondamentale, réelle et qui peut être prouvée. Il n'y a que trois pôles souverains dans le monde d'aujourd'hui. Il y a les États-Unis et les pays de l'OTAN, le bloc occidental commun, il y a la Chine par sa puissance financière et la Russie par sa puissance militaire. L'Iran, le Pakistan, l'Inde et un certain nombre d'autres pays aspirent à la souveraineté, mais aucun de ces pays ne constitue encore un pôle à part entière. C'est pourquoi la question de l'espace post-soviétique se pose aujourd'hui de manière très aiguë. C'est maintenant ou jamais car nous avons désormais un "moment de vérité" fondamental pour toutes les républiques post-soviétiques. La plupart d'entre elles sont des États en faillite. Parlons franchement - ce sont les États qui ont émergé sur les restes et l'effondrement de l'Union soviétique, ils ont été soutenus par l'Occident justement en dépit de la Russie, qui reste le principal rival géopolitique de la civilisation occidentale. Par conséquent, ces États post-soviétiques sont construits sur une politique à double vecteur. C'est-à-dire qu'ils se tournent en partie vers la Russie et en partie vers l'Occident.

- De quels États particuliers parlez-vous ?

- Je veux juste être plus précis, ne m'interrompez pas. Certains de ces États, par exemple, dans le bloc GUAM, avaient une orientation plus pro-occidentale. Il s'agissait de la Géorgie, de l'Ukraine, de la Moldavie et, à un moment donné, de l'Ouzbékistan, toujours lors de la création du GUAM. Mais la situation a commencé à changer, le GUAM a commencé à s'affaiblir et les pays de la CEEA ont commencé à graviter davantage vers la Russie, tout en maintenant des liens avec l'Occident, ce qui a créé une situation dite à vecteurs multiples qui était finalement une impasse. Et il s'agit maintenant de savoir avec qui, ou plutôt avec lequel de ces trois pôles l'espace post-soviétique va se trouver. La Chine n'est pas une alternative à la Russie. Avec la Chine, la Russie entretient un excellent partenariat stratégique visant à affaiblir l'hégémonie de l'Occident. En d'autres termes, la Russie et la Chine représentent deux pôles anti-occidentaux, et il faut donc choisir entre la Russie et la Chine et l'Occident. Chaque État est confronté à cette situation. Il est suggéré aux États qui prendront le parti du monde multipolaire, c'est-à-dire la Russie et la Chine, de s'unir plus étroitement et de cesser de chercher un équilibre introuvable entre ces trois grandes puissances. C'est-à-dire qu'il faut choisir les pôles sur lesquels un État s'aligne, et ainsi préserver sa souveraineté.

Maintenant, pour répondre à votre question. La Géorgie et l'Ukraine, qui tentent de préserver leur souveraineté en se tournant vers l'Ouest, ont subi d'énormes pertes territoriales.

- Pourquoi la Russie n'a-t-elle pas soutenu l'Azerbaïdjan pendant 30 ans ? Pendant toutes ces années, les territoires azerbaïdjanais ont été occupés par l'Arménie, et l'intégrité territoriale de notre pays a été violée au mépris des lois du droit international.

 - Je n'aime pas vraiment l'agressivité de cette question, mais je vais quand même y répondre. Lorsque l'Arménie a voulu se rapprocher de l'Occident, elle a perdu le contrôle du Karabakh parce que la Russie a, si l'on peut dire, soutenu d'une certaine manière la restauration de l'intégrité territoriale de l'Azerbaïdjan.

3a6653cf30ec2c62b94ec00751fb803c.jpeg

Regardez. Nous sommes amis avec Bakou, nous avons aidé et soutenu la restauration de l'intégrité territoriale de l'Azerbaïdjan, beaucoup de choses ont changé au fil des ans. Dans les années 90, la clique d'Eltsine dirigeait la Russie, c'était un gouvernement d'occupation. Et lorsque Poutine est devenu progressivement fort, il a commencé à mener le type de politiques qui sont dans l'intérêt de la Russie, en soutenant ses amis et en punissant ses opposants. Et, en fait, le soutien des amis s'est exprimé en faveur de la restauration de l'intégrité territoriale de l'Azerbaïdjan. La punition pour ceux qui hésitaient, notamment en la personne de Pashinian, était la même. La punition pour la Géorgie a eu lieu en 2008, la punition pour l'Ukraine a eu lieu en 2014. Et maintenant, le soutien aux amis du Kazakhstan s'incarne par l'envoi de troupes de secours de l'OTSC pour maintenir l'ordre et la légitimité politique.

Maintenant que les choses ont dégénéré, c'est ce qui est vraiment important. Il est important de changer le ton, il est important de comprendre que Poutine est maintenant dans un état où il ne tolérera plus de demi-mesures. Il l'a dit à Lukashenko et à Tokayev, en déclarant que "si vous êtes amis, allons ensemble de ce côté, si vous êtes indécis, alors déclarez-le. Vous aurez alors un statut différent si vous n'avez pas décidé jusqu'à la fin avec qui vous êtes". Je parle des pays post-soviétiques. Si vous êtes pour l'OTAN, si vous voulez vous intégrer à l'Occident, si vous laissez entrer des acteurs occidentaux dans votre économie, si vous flirtez avec les Britanniques, les Anglo-Saxons, vous le paierez. C'est donc à peu près là où nous en sommes.

Cela dit, je tiens à dire d'emblée que l'Azerbaïdjan est un allié stratégique très important pour nous, et c'est grâce au fait que les bonnes relations entre Aliyev et Poutine se sont développées de plus en plus, c'est pourquoi les choses sont en fait très bonnes. La seule chose est que le moment est venu pour l'Azerbaïdjan de s'associer plus étroitement aux processus d'intégration dans l'espace post-soviétique. Et il me semble que Bakou a déjà fait son choix. C'est mon opinion personnelle.

- Disons-le sans ambages. La Russie s'obstine à inviter l'Azerbaïdjan à l'UEE et à l'OTSC?

- Oui. On en parle depuis longtemps. Le problème du Karabakh y faisait obstacle, comme cela a été dit à maintes reprises lors des sommets russo-azerbaïdjanais. Ce problème est maintenant résolu, et nos dirigeants doivent déterminer eux-mêmes quand et sous quelle forme, dans quel délai et dans quelles conditions le processus de rapprochement ultérieur aura lieu. Beaucoup avaient peur, nous avions peur, et probablement que l'Azerbaïdjan avait aussi peur que l'Arménie fasse obstacle. Mais maintenant, les Arméniens, à mon avis, ont tout compris après l'histoire instructive du Karabakh. Ils ont compris que la Russie n'est pas seulement un pays auquel on peut obéir ou non. Ne pas écouter la Russie vous coûtera de l'argent. Pashinyan en a tiré une conclusion et agira donc de manière rationnelle, d'autant plus que personne n'a rien contre l'Arménie - ni la Russie, ni l'Azerbaïdjan, ni la Turquie. Si l'Arménie se comporte correctement, ce n'est que dans notre et votre intérêt.

 - Votre dernière formulation me rappelle le slogan soviétique "Tous pour la paix dans le monde".

 - Non, absolument pas. Nous ne sommes pas pour la paix dans le monde. Ce slogan est trop abstrait, il peut être appliqué à n'importe quoi. Nous sommes spécifiquement pour la paix dans l'espace post-soviétique et la Russie est responsable de cette paix.

c572e8fa228b31d216cff142f86f8920.jpeg

- Dans ce cas, précisez un point. Vous ne cessez de critiquer la politique américaine, l'hégémonie des États-Unis, etc. Mais en même temps, dans le contexte du Kazakhstan, vous dites : "Si les dirigeants kazakhs ne peuvent pas garantir leur allégeance à la ligne eurasienne, la situation s'aggravera et le sort de l'intégrité territoriale du Kazakhstan sera remis en question. N'est-ce pas une tentative de menace ? Ou pensez-vous qu'il s'agit d'un "avertissement amical" ?

 - Cela ne concerne pas seulement l'espace post-soviétique. Je pense que l'intégrité territoriale de la Russie est un pôle d'intérêt. La Russie peut punir ceux qui la défient, mais peut aussi, dans le cas contraire, leur apporter un soutien amical. C'est ainsi que fonctionne toute ceinture territoriale/impériale. Pendant toutes ces années, nous avons vécu dans un monde unipolaire, dans lequel tout dépendait des États-Unis. Aujourd'hui, nous vivons dans un monde multipolaire, et l'influence et l'hégémonie des États-Unis ont considérablement diminué. Quelque part, ils sont toujours la force déterminante. En Syrie, par exemple, au Moyen-Orient, les Américains ont dit "non" à l'intégrité territoriale, tandis que la Russie a dit "oui" et a arrêté les processus destructeurs. En d'autres termes, lorsque nous devons le faire, nous sauvons le pays de l'effondrement, mais lorsque nous n'y sommes pas obligés, nous ne controns pas son effondrement. Et il y a suffisamment de tendances chaotiques et désintégratrices dans toute société.

- Comme dans le cas de l'Arménie ?

- Parmi d'autres. C'est-à-dire que nous devons adopter une "stratégie froide", comme je l'ai dit, compte tenu des trois pôles. La Chine s'adapte constamment, se rapprochant de plus en plus de la Russie, ce qui est absolument logique et rationnel. Il est donc préférable de parler du double pôle Russie-Chine qui s'oppose au monde unipolaire et grâce au fait qu'il s'est formé, ce monde unipolaire n'existe plus.

- Pensez-vous que la Russie et la Chine peuvent défier les États-Unis et les pays de l'OTAN ?

- C'est déjà vrai, factuel. Lorsque les Turcs ont abattu notre avion en Syrie, la situation était presque au bord du conflit militaire. En outre, la question de l'intégrité territoriale de la Turquie et la mobilisation de la population kurde étaient également à l'ordre du jour. Il a également été utilisé par les Américains lorsqu'ils ont organisé une tentative de coup d'État contre Erdogan. La Russie a alors soutenu Erdogan, ce qui a été suivi par la mobilisation des mouvements séparatistes kurdes dans le nord de l'Irak, en Syrie et en Turquie même. La moitié des territoires de la Turquie est peuplée de Kurdes, un facteur qui menace l'intégrité territoriale de la Turquie. Tant qu'Ankara est ami avec Moscou, rien ne menace les Turcs. D'une manière ou d'une autre, les projets américains de soutien au séparatisme en Turquie peuvent être contrés conjointement. Mais dès qu'Ankara défiera la Russie, la situation pourrait changer. Et il en va de même pour tous les États plus ou moins limitrophes du territoire russe.

 - Ce n'est pas un secret que la Russie aimerait beaucoup voir la Turquie dans l'UEE. Mais la question est de savoir dans quelle mesure la Turquie elle-même s'y intéresse.

- Bien sûr qu'elle l'est. Je suis en contact étroit avec les dirigeants turcs, ils envisagent ces options. Erdogan, à mon avis, a déjà brûlé ses ponts avec l'Occident. Il est bien conscient que l'Occident est un danger mortel, un pôle toxique qui agonise et est entrain de perdre son hégémonie. C'est pourquoi, me semble-t-il, tout s'annonce pour le monde turc de la manière la plus favorable qui soit.

- Revenons au Kazakhstan. Vous avez déclaré que "si les dirigeants kazakhs ne sont pas en mesure de garantir la poursuite du processus d'intégration et d'allégeance à la ligne eurasienne, la situation s'aggravera", c'est-à-dire que le sort de l'intégrité territoriale du Kazakhstan sera remis en question. Est-ce un avertissement ou un ultimatum ?

- Cela dépend. Eh bien, si vous voulez, c'est un avertissement. Par exemple, je connais personnellement très bien Nursultan Abishevitch Nazarbayev, j'ai même écrit un livre sur lui. Il a suivi le modèle eurasien pendant longtemps, il a parfaitement compris que l'orientation vers la Russie et la Chine est une condition pour maintenir la souveraineté du Kazakhstan. Mais malheureusement, au cours des dix dernières années, Nazarbayev et surtout son clan se sont éloignés de ce modèle et se sont de plus en plus impliqués dans des projets anglo-saxons, britanniques, ont remplacé le russe par l'anglais, ont commencé à saboter l'intégration économique, ce que mon ami Sergey Glazyev a dit à plusieurs reprises. En fait, c'est le recul de Nazarbayev par rapport à l'orientation eurasienne, à la Russie, à la création d'un bloc slavo-turc uni, qui a conduit à la crise que nous connaissons aujourd'hui. Et pour éviter cela à l'avenir, toute présence britannique sur place devrait être réduite au minimum, les projets d'intégration devraient cesser d'être sabotés par les autorités.

700393a947f7c29b8de3fc3a3ca32816.jpeg

- Le président Tokayev du Kazakhstan est-il prêt pour tout cela ?

 - Tokayev devrait être prêt pour cela, car il a compris que c'est le seul choix possible pour le Kazakhstan; il a fait le choix que fit Nazarbayev dès le début. Et l'élite pro-occidentale corrompue, soutenue par l'Occident, a opté pour un scénario extrême: la déstabilisation. Pour le moment, il n'y a donc pas de place pour une politique multivectorielle au Kazakhstan. Et c'est bien un ultimatum, mais pas le mien, ni celui de la Russie, mais celui de la logique politique elle-même.

Je suis étonné que Nazarbayev ait compris, mieux que les autres dirigeants de l'espace post-soviétique, et même mieux que Poutine, les lois du grand jeu, de la géopolitique, de la multipolarité, très clairement dans ses articles, ses conversations et ses discours. Ce qui s'est passé ces dix dernières années, je ne le sais pas. Je peux supposer que d'une manière ou d'une autre, peut-être par le biais d'un entourage corrompu, d'une agence d'influence américaine, britannique ou européenne au Kazakhstan ou aux dépens de certains clans compromettants, cette ligne d'intégration eurasienne de l'ancienne Union soviétique a été ralentie et reportée. Aujourd'hui, le Kazakhstan récolte les fruits de tout cela.

- En d'autres termes, il n'y a pas de variantes ? Pour s'assurer le soutien de la Russie, il faut expulser tous les partenaires occidentaux du Kazakhstan, refuser les projets étrangers ?

- Le fait est que l'Occident ne doit pas exercer une influence décisive sur la stratégie du Kazakhstan. L'éviction de la langue russe de tous les projets éducatifs par des programmes en langue anglaise est un défi pour la Russie. Cela doit cesser. Il est nécessaire de restituer les ressources et les actifs les plus importants, qui sont aux mains des Britanniques, au gouvernement national kazakh. Il s'agit de ne pas s'asseoir entre deux chaises. Les événements en Ukraine, à travers l'exemple de Porochenko, l'ont démontré, et cela s'applique à tous les dirigeants des pays post-soviétiques. Vous devez choisir une chaise. Si vous choisissez le russe, alors rapprochez-vous de nous, jouez selon nos règles, soyez de bons amis, et nous vous répondrons de la même manière. Si nous avions organisé cette agitation au Kazakhstan, la situation aurait été différente. Mais tout a commencé là-bas sans nous. Nous y sommes allés en tant qu'amis, mais vous devez comprendre qui était derrière ces événements.

82229402ff80930bf1b4305aa25bad68.jpeg

- Le savez-vous ?

- Sans aucun doute, les réseaux occidentaux, que Nazarbayev a laissé entrer, étaient au centre de tout cela. Il convient de rappeler que ce sont les entreprises britanniques qui ont augmenté les prix du gaz liquéfié jusqu'à cent pour cent, ce qui a provoqué les émeutes spéctaculaires à Aktau. C'était une provocation de premier ordre. Autrement dit, ce n'est pas le gouvernement qui a augmenté les prix, mais les propriétaires britanniques des entreprises vendues par Nazarbayev. Mais l'agitation du peuple s'est rapidement transformée en une rébellion militaire, des mercenaires sont apparus, etc. L'un d'entre eux était Ablyazov - un oligarque fugitif comme notre Khodorkovsky ou notre Berezovsky - un voleur qui y a dérobé plusieurs milliards de dollars. En même temps, il y avait les réseaux gulénistes, les opposants à Erdogan, qui se sont enracinés au Kazakhstan et qui n'ont pas été neutralisés par Nazarbayev. Il y avait des fondamentalistes islamiques et toutes sortes de mercenaires, comme l'a dit le président Tokayev. Et rien de tout cela ne serait arrivé si certaines élites corrompues ne se trouvaient pas derrière les rebelles, celles-là mêmes qui souhaitaient jadis, plus que tous les autres, l'intégration eurasienne. Par exemple Massimov: nous savons qu'il était une liaison avec Hunter et Joe Biden. Maintenant il est arrêté pour trahison. Tous ces éléments nous permettent de remonter la piste vers les États-Unis, vers la CIA, vers un certain nombre de structures pro-occidentales directement ou indirectement mandatées et vers des clans corrompus proches de Nazarbayev. Le rapprochement de Tokayev avec la Russie a semé la panique dans leurs rangs. Et, en principe, il s'agissait d'une véritable tentative de coup d'État, ce que, d'ailleurs, le président du Kazakhstan a dit.

- Ne pensez-vous pas que Nazarbayev a été écarté de la grande politique après avoir cessé d'être acceptable pour les intérêts de la Russie ?

- Au cours des dix dernières années, il s'est lui-même éloigné du modèle eurasien de développement. Il s'agit d'un changement stratégique de priorités, il a décidé de faire du Kazakhstan une sorte de Singapour, sur la base d'un jeu impliquant les trois puissances. Soit la Chine, à laquelle est progressivement passée la partie significative de la sphère financière, l'Occident représenté par la Grande-Bretagne, à qui a été confiée la supervision idéologique de ce projet, et la Russie, qui est apparue comme un élément de puissancesecondaire, qui ne serait pas nécessaire au Kazakhstan. C'est tout simplement un mauvais calcul géopolitique.

Ce qui est étrange, c'est que Nazarbayev a compris que ce n'est pas possible. Il a compris que la multipolarité est un destin, qu'il ne pouvait pas flirter avec une hégémonie unipolaire. Néanmoins, il a fait ce qui n'aurait pas dû être fait. C'était une erreur stratégique colossale de l'ancien président.

Vous savez ce qu'il m'a promis ? Il a dit : "Je démissionnerai de mon poste de président, je deviendrai le chef du mouvement international eurasien, car c'est le destin de l'Eurasie. C'est un fait historique". En attendant, il aurait pu entrer dans l'histoire. Mais non. Parier sur l'Occident est ruineux, même pour un grand homme comme Nazarbayev.

- Que savez-vous du sort de Nazarbayev ? 

- Il y a beaucoup de rumeurs qui circulent en ce moment. Il est connu pour être en mauvais état depuis longtemps, il est donc difficile de dire s'il est vivant ou non et s'il se déplace par ses propres moyens. Il y a beaucoup de désinformation à ce sujet en ce moment. Ce n'est pas une question de principe pour le moment. Le véritable leader subjectif est le président Tokayev, qui a complètement remanié le bloc au pouvoir. C'est pourquoi nous parlons à Tokayev maintenant. Si Nazarbayev a encore ses esprits, il aura l'occasion de repenser à ses erreurs et de les confesser honnêtement devant le peuple du Kazakhstan.

fbbd1a47a06fbe5f533d197065708b79.jpeg

Je pense que la position de Tokayev est sauvée, mais le peuple du Kazakhstan décidera lui-même qui sera le leader. Tokayev a pratiquement empêché le Kazakhstan de glisser vers un scénario syrien, une guerre civile, et ce n'est que maintenant qu'il a passé un véritable test de pouvoir, de sa subordination. Ses positions seront donc renforcées, et s'il parvient à tirer les conclusions qui s'imposent et à réparer les erreurs de son prédécesseur, c'est-à-dire s'il parvient à neutraliser l'élite pro-occidentale corrompue présente dans les différents clans du Kazakhstan, il a une chance de devenir une nouvelle étoile de la politique post-soviétique, et donc de mener le Kazakhstan sur la voie du renforcement de sa souveraineté grâce à l'amitié avec la Russie et la Chine dans le cadre du paradigme multipolaire euro-asiatique.

- Que vouliez-vous dire lorsque vous avez suggéré de supprimer le mot "économique" de l'acronyme EAEU ?

 - Je vais le dire comme suit. Dans les années 90, Nazarbayev a avancé l'idée d'une Union eurasienne sans le mot "économique". Nous lui en avons même parlé plusieurs fois par la suite. Il était favorable à l'unification de l'espace post-soviétique en une unité confédérative dotée d'une structure militaro-stratégique unique, dont le rôle devait être joué par l'OTSC, et d'un vecteur unique de vision du monde, dont le rôle devait être joué par l'eurasisme avec le rôle central de la Russie. Mais en même temps, M. Nazarbayev a déclaré que sans le facteur turc et sans le monde islamique, une telle alliance ne serait pas complète. Et il voyait ce rôle comme celui de représentant des peuples islamiques et turcs au sein de l'Union pour le Kazakhstan. Mais ensuite, lorsque Poutine a donné son feu vert, les mêmes Kazakhs ont refusé, disant que ce n'était pas le moment de créer une Union eurasienne: ils ne voulaient parler que d'économie. Et ce sont eux qui ont imposé ce mot "économique", faisant de l'UEE une sorte de structure boiteuse. En fait, nous devons créer l'Union eurasienne selon les préceptes de Nazarbayev, car c'est une excellente idée.

- Pour s'opposer à l'Union européenne ?

- Parce que de cette façon, c'est beaucoup plus compréhensible et prévisible.

- À la fin de notre conversation, j'ai eu l'impression que vous défendiez l'idée de faire revivre l'URSS 2.0.

 - L'URSS est une construction idéologique basée sur l'idéologie communiste. Par conséquent, il est impossible de restaurer l'URSS sans l'idéologie communiste. Je ne suis pas un partisan de cette idée, en fait, je ne suis pas sûr qu'elle soit encore possible. Et ces territoires, où se trouvait l'URSS, n'ont pas été unis par les communistes, ni par les bolcheviks en 1917 ou 1922. Ce sont les territoires de l'Empire russe, qui les a rassemblés sous ses bannières avec son élite, qui est devenu impérial en même temps que les peuples, qui sont devenus non pas des esclaves soumis, non pas des colonies, mais des provinces habitées par d'autres peuples.

L'Empire russe n'a jamais été une entité ethnique, et je pense que la restauration de l'URSS n'est pas pertinente dans nos circonstances. Il est nécessaire de créer un État du futur, un grand espace, l'Union eurasienne, fondé sur notre histoire commune, mais orienté vers la réalisation de nouveaux horizons, de nouvelles formes, de nouvelles perspectives mondiales, politiques. Il faut conserver quelque chose de l'ancien, mais nous devons aller de l'avant. Et toutes les organisations qui ont souvent été dominées par les Turcs sont grandes et peuvent nous servir de source d'inspiration.

Interview réalisée par Matanat Nasibova.

Source: https://caliber.az/ru/post/51336/

vendredi, 14 janvier 2022

Le Maidan kazakh: pour encercler la Chine ?

phpVLFa1Z.jpg

Le Maidan kazakh: pour encercler la Chine ?

Konrad Rękas

Ex: https://www.geopolitica.ru/en/article/kazakh-maidan-encircling-china

Les Kazakhs ont été les leaders de l'eurasisme. Mais il est difficile de faire de l'eurasisme sans la Russie, et Moscou, comme d'habitude, s'est laissé entraîner dans l'intégration du Continent en voulant pimenter cette opération de quelques conneries à l'européenne. Astana (Nur-Sultan) a commencé à jouer avec la multi-vectorialité, et cela finit toujours mal pour les pays de l'Est. Et Ianukovitch, et même Lukashenko pourraient en dire beaucoup à ce sujet.

Russie - Il est temps de revenir en Eurasie

Bien sûr, ceux qui descendent dans la rue n'ont pas besoin d'être anti-russes sur tous les plans. Comme lors de l'Euromaidan - ils veulent seulement que les machines à laver soient moins chères (le gaz coûte déjà moins cher) et que les dirigeants volent moins. Mais, pour le reste, tout peut se dérouler comme d'habitude. Mukhtar Ablyazov, l'oligarque kazakh connu pour son implication professionnelle dans les Maidans qui ont suivi - essaie déjà de s'en assurer. C'est pourquoi si les Russes n'aident pas, même ceux qui ne veulent pas et ne demandent pas - ils n'auront pas une autre Bolotnaya, mais aussi la Place Rouge. Pleine de gens. Ou, pire - Dvortsovaya Ploshchad. Vous savez - cette place en face du Palais d'Hiver ...

Et pour que les choses soient claires: c'est tout le Kazakhstan qu'il faut sauver. L'envoi de forces antiterroristes est bien sûr un pas dans la bonne direction - mais c'est encore insuffisant. Il sera probablement possible de ramener l'ordre au Kazakhstan. ET QUOI ? Les garçons de Zhas Otan pourront recommencer à brutaliser les gens parce qu'ils parlent russe et dungan ? Tokayev sera toujours en deux chaises, entre l'Est et l'Ouest ? L'opération limitée de contre-terrorisme n'est qu'une méthode. La Russie ne peut pas simplement agir ici et là dans l'intérêt de l'oligarchie locale. Il est impossible de sauver le Kazakhstan sans instaurer une profonde intégration eurasienne. Sans cela, de telles crises dans toute l'Asie centrale ne seront que plus fréquentes et plus difficiles à gérer.

Ce serait également une grave erreur de limiter l'opération aux seules zones habitées par la minorité russe. Lugansk-bis ne fera rien sur le plan géopolitique. La leçon arménienne est ici probablement encore plus instructive que la leçon ukrainienne (bien que celle-ci soit la plus explicite). Apparemment, l'Arménie n'est pas passée complètement de l'autre côté - mais combien de problèmes cela pourrait causer ! Tout le problème est que la Fédération de Russie, même dans sa forme actuelle, va s'avérer être comme Navalny. Elle se limite elle-même. Elle ne veut pas comprendre ce qu'est la véritable MAISON des Russes. Elle ne veut pas penser en termes de l'ensemble, de l'ancien Soyouz. "Nous ne pouvons plus décider pour les autres". "Nous avons nos propres problèmes à résoudre". Oui. Vous en avez. Parce que vous vous êtes un jour retirés du bloc de l'Est. Parce que vous avez fait s'effondrer votre propre, grand, puissant État. Vous avez aussi vos propres problèmes, bien sûr. Mais maintenant le question est la suivante : voulez-vous qu'ils soient MOINS ou PLUS nombreux à l'avenir ? C'est à vous de choisir. Et une partie de ce choix - se trouve aussi au Kazakhstan.

Ou remontez plus loin. Jusqu'à ce que la patinoire près de GUM veuille se démocratiser et se séparer. Tout le problème de la Russie se résume au fait qu'elle n'est pas l'Union soviétique, qu'elle n'est pas impériale ou expansionniste, et qu'elle n'essaie même pas d'atteindre l'étranger, même proche. Aujourd'hui encore, les représentants de l'élite kazakhe actuelle, notamment ceux de la famille Nazarbayev, qui se trouvent déjà à Moscou, sont traités avec une certaine réticence. Et pas (seulement) parce qu'ils ont fait preuve de condescendance et d'arrogance à l'égard de la Russie. Que c'est le gouvernement actuel qui s'est attaché à faire passer l'occidentalisation bizarre de l'alphabet et de la culture kazakhs. Non, les Russes jouent les inaccessibles non pas par mépris des pleurnichards - mais par la paresse innée des Slaves.

2022-01-06T155217Z_1_LYNXMPEI050MK_RTROPTP_3_KAZAKHSTAN-PROTESTS.JPG

Dernier espoir en Chine ?

Les atermoiements des Russes leur ont toujours coûté cher. Et à tous les voisins - encore plus. Mais soyons honnêtes - ne dramatisons pas trop. Malgré son aspect impressionnant sur la carte, ce n'est pas le Kazakhstan qui est la clé et le plus important en Asie centrale, mais l'Ouzbékistan. Celui-ci est tombé tout de suite dans les mains de l'Occident, il y a trois décennies. Et maintenant, lentement, très lentement et de manière incohérente - mais en essayant de s'en sortir, en suivant la trace d'Erdogan et de Aliyev. Conclusion ? Le multi-vectorialisme est payant quand on va de l'Ouest vers l'Est, jamais l'inverse.

Car une variante actuellement très discutée dans les médias russes est également possible. Qu'il s'agit d'un jeu interne. Une montée délibérée des humeurs - difficile à deviner seulement, par les jeunes caniches du président Kassym Jomart-Tokayev ? Ou peut-être par les Alabais de Nazarbayev, toujours affamés ? Le problème, c'est que nous l'avons déjà vu. Je me suis rendu à Kiev plusieurs fois pendant le Maïdan, puis à nouveau juste avant sa fin. Et jusqu'à la fin, les proches de Ianoukovitch étaient non seulement sûrs d'avoir tout en main. Ils n'avaient aucun doute sur le fait qu'il s'agissait d'une excellente occasion de resserrer les rangs, de changer la garde au sein du camp, de vérifier la loyauté et de couper les branches pourries. Et le président lui-même était sûr que grâce à ce capharnaüm sur la place, il pourrait jouer avec l'Occident et avec la Russie. Et cela a tourné comme cela a tourné. Et j'espère seulement que la Chine dispose d'un meilleur réseau au Kazakhstan que celui de la Russie... Sur lequel, dans de telles situations, on ne peut généralement pas compter - à moins que les Russes eux-mêmes ne prennent les armes et qu'un oligarque plus conscient ne verse de l'argent, puis pousse là où c'est nécessaire.

Mais là-bas, il y a aussi Pékin. Qui comprend probablement parfaitement que la prochaine révolution colorée en Asie centrale ne vise pas seulement à encercler la Russie, mais surtout la Chine. Et le nouveau régime pourrait être non pas intentionnellement anti-russe, mais bien, si cela arrive... il sera certainement anti-chinois, à la frontière même du Xinjiang. Donc même si la Russie panique à nouveau, il y aura de l'espoir chez les Chinois. Pour toute l'Eurasie.

mercredi, 12 janvier 2022

Alexandre Douguine: textes sur les événements du Kazakhstan

alexandre douguine,actualité,géopolitique,politique internationale,kazakhstan,asie centrale,eurasie,eurasisme,russie,asie,affaires asiatiques

Alexandre Douguine: textes sur les événements du Kazakhstan

Tout ce qui se passe au Kazakhstan est le prix à payer pour s'être éloigné de Moscou

Alexandre Douguine

Source: https://www.geopolitica.ru/article/aleksandr-dugin-vsyo-proishodyashchee-v-kazahstane-cena-za-otdalenie-ot-moskvy

Les autorités kazakhes sont en partie responsables de la crise et de la tentative de coup d'État du début de l'année 2022. La Russie doit fournir à la république toute l'aide possible mais non pas gratuitement et seulement sous certaines conditions, déclare le politologue, leader du Mouvement international eurasien et philosophe Alexandre Douguine. Dans une interview accordée à Tsargrad, Douguine ne se contente pas de nommer la voie de sortie de la crise et les raisons de celle-ci mais répond également à la question de savoir ce que la Russie doit faire dans cette situation.

Une tentative de s'asseoir sur trois chaises

Tsargrad : Alexandre G. Douguine, quelles sont, selon vous, les principales raisons des troubles, des tentatives de prise de pouvoir et des actes de terrorisme au Kazakhstan ?

Alexandre Douguine: Il est nécessaire de comprendre que la politique internationale du Kazakhstan ces dernières années était basée sur une relation trilatérale - avec la Chine, avec la Russie et avec l'Occident. Et tant Nazarbayev, qui est l'architecte de cette politique, que Tokayev, qui est le successeur de Nazarbayev, ont estimé que cette "triple orientation" ne laisserait aucune de ces puissances mondiales devenir hégémonique et prédéterminer complètement la politique du Kazakhstan de l'extérieur.

Si les Américains exercent trop de pression, le Kazakhstan a recours à Moscou et, sur le plan économique, à la Chine. Quand la Russie a trop avancé ses pions - au contraire, l'anglais a été enseigné dans les écoles et l'économie chinoise a pénétré le pays de plus en plus profondément. Lorsque la Chine a commencé à parler de ses prétentions à prendre le contrôle de cette puissance plutôt faible économiquement, les facteurs américains sont revenus sur le tapis.

Il s'agissait d'une politique multisectorielle. C'était assez efficace à l'époque. Mais elle était différente de l'initiative eurasienne, que Nursultan Nazarbayev avait lui-même formulée dans les années 1990. En fait, l'équilibre entre multipolarité et unipolarité, entre l'Occident, la Chine et la Russie, s'est avéré très fragile du point de vue politique.

Couleur ou noir et blanc ?

- On entend beaucoup dire maintenant que la tentative de coup d'État a été largement inspirée de l'extérieur, que nous sommes confrontés à une nouvelle "révolution orange", que c'est simplement le tour du Kazakhstan. Pensez-vous que c'est vrai ?

- La politique tripartite du Kazakhstan a eu des résultats négatifs. Mais le plus important est que cette politique est allée à l'encontre de la déclaration d'unification de l'espace eurasien - principalement avec la Russie et avec les autres pays de l'EurAsEC et de l'OTSC. Nazarbayev et son successeur Tokayev ont ralenti de nombreux processus d'intégration. Bien que l'eurasisme ait été formellement déclaré comme l'objectif à poursuivre.

La rupture de l'intégration a rendu les relations avec Moscou problématiques. Environ le même modèle a été utilisé par Minsk. Et tout comme Lukashenko a obtenu ainsi sa révolution de couleur, maintenant le Kazakhstan, Tokayev et Nazarbayev ont obtenu leur propre révolution de couleur! Cela a été rendu possible parce que l'Occident a été autorisé à pénétrer trop profondément au Kazakhstan. Et bien sûr, il a fait son travail habituel.

61938cfd-fdb5-4373-bc77-bc58fbbef0c1-istock-1002496248.jpg

Il est certain que ce à quoi nous avons affaire au Kazakhstan est une révolution de couleur. Du point de vue géopolitique, il s'agit d'une extension du front occidental contre la Russie. L'Occident, comme il le dit lui-même, a peur de l'invasion de l'Ukraine par la Russie et de la renaissance de la Novorossia, le "printemps russe". Pour déjouer l'attention et disperser la volonté de la Russie, des attaques sont lancées le long du périmètre - non seulement en Ukraine, mais aussi au Belarus et en Géorgie.

Et maintenant, un autre front de l'Atlantisme s'ouvre contre l'Eurasisme, au Kazakhstan. Bien sûr, cette opération est dirigée contre la Russie. Les manifestants ont déjà avancé les thèses évooquant la nécessité pour le Kazakhstan de quitter l'Union économique eurasienne. C'est une révolution de couleur typique, parrainée par l'Occident à des fins géopolitiques, comme toutes les autres.

Tsargrad est prévenu ! Petit rappel: Alexei Toporov, en 2018, disait que "Nazarbayev finirait comme Ianoukovitch et Chevardnadze".

Les problèmes internes du Kazakhstan

- Au Kazakhstan, les gens considèrent que la crise est due à des problèmes internes de la république. Nous comprenons qu'ils sont là, mais lesquels, à votre avis, ont eu un impact significatif ?

- Les problèmes intérieurs sont le troisième facteur après la politique étrangère et l'ingérence occidentale. Ensuite, il y a certainement un conflit qui se forme au Kazakhstan entre Tokayev et Nazarbayev. Nazarbayev veut - il serait plus correct de dire qu'il voulait - contrôler toute la politique, tandis que Tokayev se sent progressivement plus indépendant. Il n'est donc pas exclu que le président kazakh lui-même soit derrière ces protestations.

Les premiers jours, nous avons assisté à une étrange réaction : le renvoi du gouvernement, l'ouverture de négociations avec les manifestants. Seul un dirigeant qui a un certain intérêt à ce que l'effondrement et la crise se poursuivent peut le faire. Peut-être que sur cette vague, Tokayev lui-même cherche à se débarrasser de Nazarbayev, celui qui l'a porté au pouvoir.

kazakhstan-fotolia-95651432.jpg

Le quatrième facteur est la situation sociale et économique problématique du Kazakhstan. L'absence de politique sociale, le caractère fermé des élites, l'absence d'une idée nationale et la transformation de l'eurasisme déclaré en un simulacre d'idéologie - tout cela a conduit à une société plutôt corrompue au Kazakhstan, où l'élite est intégrée à l'Occident et garde son argent dans des sociétés offshore.

La situation au Kazakhstan est typique

- Dans une certaine mesure, ces problèmes ont touché toutes les républiques post-soviétiques ? 

- Bien sûr, ces régimes post-soviétiques ont cependant épuisé leur potentiel. Tôt ou tard, ils devront être remplacés par quelque chose. L'Occident veut qu'ils soient remplacés par un processus de désintégration et de démocratie libérale contrôlé par lui.

Tous les États de l'espace post-soviétique ont enfait moins d'une semaine d'existence. Ils ont vécu au sein d'un système unique au cours des derniers siècles - l'Empire russe, puis l'Union soviétique. Et maintenant, ils sont subitement devenus de nouvelles formations politiques.

Pratiquement aucun de ces États n'a jamais existé dans ses frontières actuelles. Ce sont des frontières conditionnelles, des frontières administratives. Par conséquent, pour s'établir en tant qu'État, il doit d'abord établir une relation avec Moscou, le principal facteur de stabilité et de prospérité.

En fait, au Kazakhstan ou dans toute autre république post-soviétique, il est tout à fait possible de créer un système efficace, orienté vers le peuple, avec une idée nationale et une idéologie multipolaire. D'autant plus que l'eurasisme est très populaire au Kazakhstan. Ils ont très bien commencé, de manière très convaincante. Et il n'y a pas eu de gros problèmes avec la population russe, et les relations avec Moscou sont restées bonnes. À un moment donné, il semblait que le Kazakhstan était l'antithèse de l'espace post-soviétique : si l'un des Etats post-soviétiques avait du succès, c'était le Kazakhstan. Mais il s'est avéré que la simple incohérence d'un eurasisme de pure déclaration émis par Nazarbayev a joué un tour cruel au Kazakhstan.

Plus loin de Moscou, plus près des problèmes

- Pour quelle raison la situation au Kazakhstan a-t-elle radicalement changé ?

- À un moment donné, les autorités kazakhes ont considéré Moscou comme un partenaire secondaire, même si elles ont continué à utiliser certains modèles économiques. Au lieu de promouvoir l'intégration, ils l'ont parfois sabotée. Si, dans un premier temps, Nazarbayev a été le créateur de ce modèle eurasien, construit sur les principes de l'Union européenne, et a été à l'avant-garde des processus d'intégration, il s'est progressivement retiré de ce rôle.

Ainsi, au lieu d'une intégration eurasienne efficace et d'un rapprochement avec Moscou, on a assisté à des processus de corruption de plus en plus nationaux et paroissiaux.

kazakh-national-dress1.jpg

Je connais Nazarbayev personnellement. J'ai écrit un livre sur lui, j'ai une très bonne relation avec lui. Et jusqu'à un certain point, Nazarbayev avait une compréhension brillante de l'eurasisme. Il a construit sa politique exactement sur ce principe : si nous sommes d'accord avec Moscou, nous vivrons heureux pour toujours, tout ira bien. Si nous suivons l'intégration eurasienne, tout ira bien. Nazarbayev a écrit un article merveilleux et brillant sur la multipolarité monétaire. Nous défendons les grands espaces, nous défendons l'identité grande-eurasienne, une civilisation indépendante: dans ce cas, le Kazakhstan prospérera.

Mais dès qu'ils s'en éloignent, dès que les petites élites commencent à se battre entre elles pour certains aspects de l'économie, dès que l'argent est retiré du pays pour disparaître dans des zones offshore, alors les fonds occidentaux et les valeurs occidentales commencent à pénétrer dans le pays, et la langue anglaise commence à remplacer le russe. Une telle orientation ne relève pas du tout de l'eurasisme. Et vous en récolterez les fruits dans ce cas.

La Russie doit aider, mais pas sans raison

- Il s'avère que le Kazakhstan, à un moment donné, s'est apparemment détourné de la Russie. Que doit donc faire Moscou maintenant pour rétablir la stabilité et ne pas permettre une répétition de la situation actuelle ?

- Je pense que la Russie devrait aider le Kazakhstan à maintenir l'ordre. Nous devons contribuer à préserver l'intégrité territoriale du Kazakhstan, nous devons soutenir les dirigeants actuels, mais pas pour rien. Nous devons poser une condition très stricte : si nous vous aidons, alors vous devez en finir avec l'orientation à trois vecteurs, vous suivez strictement votre idée eurasienne - et nous nous intégrerons pour de bon. Alors nous vous aiderons.

Nous ne devons pas oublier que la Russie est le garant de l'intégrité territoriale de tous les États post-soviétiques. Cela a été prouvé à de nombreuses reprises. Si la Russie ne remplit pas cette fonction, si elle n'est pas appelée à préserver son intégrité territoriale, alors cette intégrité territoriale est attaquée. Nous le voyons en Moldavie, en Géorgie, en Ukraine, en Azerbaïdjan.

Ceux qui ignorent la Russie en tant que principal gardien de l'intégrité territoriale du pays, gardien qui a le plus de principes, en paient le prix.

- La Russie doit donc agir, mais sans les bonnes politiques du Kazakhstan, ce ne sera pas possible ?

- Oui. Si les dirigeants kazakhs ne peuvent garantir la poursuite du processus d'intégration et d'allégeance à la ligne eurasienne, la situation s'aggravera. Le sort de l'intégrité territoriale du Kazakhstan sera remis en question.

Bien sûr, la Russie n'est pas derrière tout cela. La Russie est précisément la victime de cette agression. Mais je pense que la Russie a déjà épuisé la limite historique pour tolérer toutes ces hésitations à la Ianoukovitch. La politique de Loukachenko a fini par hésiter elle aussi, mais la Russie ne le tolère tout simplement plus.

69d0c315cd65db1e07879538124b8124.jpg

Si vous êtes nos amis, vous n'êtes pas seulement nos amis, mais aussi les ennemis de nos ennemis. C'est ce qu'on appelle une alliance eurasienne. Et si c'est le cas, ayez la courtoisie d'agir en conséquence dans le cadre des traités et dans la sphère internationale.

Si vous êtes membres de l'OTSC, alors les Américains devraient sortir du Kazakhstan. Pas un seul Américain, pas un seul représentant de l'OTAN, de l'UE. Si c'est le cas, nous vous aiderons dans toute situation difficile - non seulement sur le plan militaire, mais aussi sur le plan économique, politique et social. Mais si vous cherchez un endroit où vous serez mieux payé ou où vous ferez de meilleures affaires, je suis désolé. Cela ne s'appelle ni un partenaire, ni un ami, ni un frère - cela porte un autre nom.

Il est temps d'abandonner le mot "économique" de l'Union économique eurasienne. D'ailleurs, les mêmes Kazakhs ont déjà insisté sur ce point antérieurement. Nous devrions simplement parler de l'Union eurasienne comme d'un nouvel État confédéral. L'intégration eurasienne elle-même est mise à l'épreuve dans la situation du Kazakhstan. Oui, nous devons certainement soutenir le Kazakhstan. Mais pas pour rien.

https://tsargrad.tv/articles/aleksandr-dugin-vsjo-proishodjashhee-v-kazahstane-cena-za-otdalenie-ot-moskvy_474087

OCS-shanghai-carte.png

Reconquista eurasienne

Alexandre Douguine

Ex: https://www.geopolitica.ru/article/evraziyskaya-rekonkista

Les troubles au Kazakhstan ont mis en exergue le problème de l'espace post-soviétique à l'attention de tous. Il est clair qu'il doit être traité de manière globale. L'escalade des relations avec l'Occident au sujet de l'Ukraine et de la prétendue "invasion russe", ainsi que les "lignes rouges" définies par Poutine, font partie de ce contexte géopolitique. 

Que voulait dire Poutine par ces "lignes rouges"? Il ne s'agit pas simplement d'un avertissement selon lequel toute tentative d'étendre la zone d'influence de l'OTAN vers l'est, c'est-à-dire sur le territoire post-soviétique (ou post-impérial, ce qui revient au même), entraînera une réponse militaire de Moscou. Il s'agit d'un refus de reconnaître le statu quo stratégique établi après l'effondrement de l'URSS, ainsi que d'une remise en question de la légitimité de l'adhésion des États baltes à l'OTAN et, par conséquent, de l'ensemble de la politique américaine dans cette zone. M. Poutine est clair : "Lorsque nous étions faibles, vous en avez profité et vous nous avez pris ce qui, historiquement, nous appartenait logiquement et à nous seuls ; maintenant, nous nous sommes remis de la folie libérale et des tendances atlantistes traîtresses des années 1980 et 1990 au sein même de la Russie et nous sommes prêts à entamer un dialogue à part entière en position de force. Il ne s'agit pas d'une simple revendication. La thèse est confirmée par des étapes réelles - Géorgie 2008, Crimée et Donbass 2014, la campagne de Syrie. Nous avons rétabli notre position dans certains endroits, et l'Occident ne nous a rien fait - nous avons fait face aux sanctions. Ni les menaces de provoquer une révolte des oligarques contre Poutine ni celles de déclencher une révolution de couleur au nom des libéraux de la rue (la 5ème colonne) n'ont fonctionné. Nous avons consolidé nos succès de manière sûre et inébranlable.

La Russie est maintenant prête à poursuivre la Reconquista eurasienne, c'est-à-dire à éliminer définitivement les réseaux pro-américains de toute notre zone d'influence. 

Dans l'ensemble de la géopolitique, l'aspect juridique de la question est secondaire. Les accords et les normes juridiques ne font que légitimer le statu quo qui émerge au niveau du pouvoir. Les perdants n'ont pas leur mot à dire, "malheur à eux". Les gagnants, par contre, ont ce droit. Et ils l'utilisent toujours activement. Que le pouvoir qui s'impose aujourd'hui, sera le pouvoir juste demain. C'est ça le réalisme.

0e0a477194ff789c3eb00253865e302c.jpg

Sous la direction de M. Poutine, la Russie est passée d'un statut de looser en politique internationale à celui d'un des trois pôles complets du monde multipolaire. Et Poutine a décidé que le moment était venu de consolider cette position. Être un pôle signifie contrôler une vaste zone qui se situe parfois bien au-delà de ses propres frontières nationales. C'est pourquoi les bases militaires américaines sont dispersées dans le monde entier. Et Washington et Bruxelles sont prêts à défendre et à renforcer cette présence. Non pas parce qu'ils en ont le "droit", mais parce qu'ils le veulent et le peuvent. Et puis la Russie de Poutine apparaît sur leur chemin et leur dit : stop, il n'y a pas d'autre chemin ; de plus, vous êtes priés de réduire votre activité dans notre zone d'intérêt dès que possible. Toute puissance faible, pour avoir fait de telles déclarations, aurait été détruite. Poutine a donc attendu avec eux pendant 21 ans jusqu'à ce que la Russie retrouve sa puissance géopolitique. Nous ne sommes plus faibles. Vous ne le croyez pas ? Essayez de vérifier.

Tout ceci explique la situation autour du Belarus, de l'Ukraine, de la Géorgie, de la Moldavie et maintenant du Kazakhstan. En fait, le moment est venu pour Moscou de déclarer le changement de nom de la CEI en Union eurasienne (non seulement économique, mais réelle, géopolitique), comprenant toutes les unités politiques de l'espace post-soviétique. Les russophobes les plus obstinés peuvent être laissés dans un statut neutre - mais toute la zone post-soviétique devrait être nettoyée de la présence américaine. Elle devrait être éliminée non seulement sous la forme de bases militaires, mais aussi dans le cadre d'éventuelles opérations de changement de régime, dont la version la plus courante sont les "révolutions de couleur" - comme le Maïdan de 2013-2014 en Ukraine, les manifestations de 2020 en Biélorussie et les derniers développements au Kazakhstan au tout début de 2022.

L'Occident s'insurge contre notre soutien à Loukachenko, contre la prétendue "invasion" de l'Ukraine et, maintenant, contre l'envoi de troupes de l'OTSC au Kazakhstan pour réprimer les insurrections terroristes, islamistes, nationalistes et gulénistes, que, comme on pouvait s'y attendre, l'Occident soutient - comme il soutient ses autres mandataires - de Zelensky et Maia Sandu à Saakashvili, Tikhanovskaya et Ablyazov. En d'autres termes, les États-Unis et l'OTAN se soucient de ce qui se passe dans l'espace post-soviétique, et ils fournissent toutes sortes de soutien à leurs clients. Et Moscou, pour une raison quelconque, selon leur logique, ne devrait pas s'en soucier. C'est vrai, si Moscou n'était qu'un objet de la géopolitique et gouverné de l'extérieur, comme c'était le cas dans les années 90 sous la domination pure et simple de la 5ème colonne atlantiste dans le pays, plutôt qu'un sujet comme aujourd'hui, alors ce serait le cas. Mais le moment décisif est venu de consolider ce statut de sujet. C'est maintenant ou jamais.

Qu'est-ce que cela signifie ?

Cela signifie que Moscou met fin à l'interminable processus d'intégration eurasienne par un accord d'action plus décisif. Si Washington n'accepte pas de garantir le statut de neutralité de l'Ukraine, alors - pour citer Poutine - elle devra répondre militairement et techniquement. Si vous ne voulez pas une bonne réponse, ce n'est pas comme ça que ça marche. D'autres scénarios vont de la libération complète de l'Ukraine de l'occupation américaine et du régime libéral-nazi corrompu et illégitime, à la création de deux entités politiques à sa place - à l'Est (Novorossia) et à l'Ouest (sans la Podkarpattya ruthène). Mais en aucun cas moins. Et aucune reconnaissance de la DPR et de la LPR, bien sûr, ne sera suffisante. La "finlandisation" de l'Ukraine, dont notre sixième colonne a souvent parlé ces derniers temps, ne sera pas non plus achevée tant qu'il n'y aura pas un argument vraiment fort - c'est-à-dire une nouvelle entité non indépendante - sur ce territoire, toute la rive gauche, ainsi qu'Odessa et les provinces adjacentes. 

kz-kazakhstan.jpg

Oui, la décision est impopulaire, mais historiquement inévitable. Lorsque la Russie est dans une spirale ascendante (et c'est là qu'elle se trouve actuellement), les régions occidentales sont inévitablement - tôt ou tard - libérées de la présence atlantiste - polonaise, suédoise, autrichienne ou américaine. C'est une loi géopolitique.

Un tel exemple serait une grande leçon pour la Géorgie et la Moldavie : soit vous neutralisez, soit nous venons à vous. Et c'est tout. L'exemple des pays voisins permet de voir comment nous y parvenons. Et il vaut mieux ne pas tenter le sort - la Géorgie est passée par là sous Saakashvili. La tentative d'Erevan de flirter avec l'Occident s'est soldée par le feu vert donné par Moscou à Bakou pour restaurer son intégrité territoriale. Et puis nous avons la Transnistrie. Les signes sont partout. Et c'est seulement à Moscou de déterminer dans quel état ils se trouvent. Aujourd'hui, Poutine perd patience face aux provocations continues de l'Occident. Il est possible de décongeler un produit congelé. Et ce ne sera pas un petit prix à payer.

Maintenant le Kazakhstan. Nazarbayev a bien commencé - mieux que les autres, et même mieux que la Russie elle-même, qui était aux mains de l'agence atlantiste dans les années 90. C'est lui qui a avancé l'idée de l'Union eurasienne, de l'ordre mondial multipolaire, de l'intégration eurasienne, et qui a même rédigé la Constitution de l'Union eurasienne. Hélas, ces dernières années, il s'est éloigné de sa propre idée. Nazarbayev m'a un jour promis personnellement lors d'une conversation qu'après sa retraite, il dirigerait le Mouvement eurasien, car c'était son destin. Mais au cours des dernières années de son gouvernement, pour une raison quelconque, il s'est tourné vers l'Occident et a soutenu la nationalisation des élites kazakhes. Les agents de l'Atlantisme n'ont pas manqué d'en profiter et, par l'intermédiaire de leurs mandataires - islamistes, gulénistes et nationalistes kazakhs, ainsi qu'en utilisant l'élite libérale kazakhe cosmopolite - ont commencé à préparer un "plan B" pour renverser Nazarbayev lui-même et son successeur Kassym-Jomart Tokayev. Le plan a été lancé début 2022, juste avant les entretiens fatidiques de Poutine avec Biden, dont dépendra le sort de la guerre et de la paix. 

Dans une telle situation, Moscou devrait apporter à Tokayev son soutien militaire total. Mais les demi-mesures du Kazakhstan en matière de politique d'intégration - Glazyev montre en détail et objectivement comment elle est sabotée au niveau des mesures concrètes par nos partenaires de l'UEE - ne sont plus acceptables. Tout comme l'hésitation de Lukashenko. Les Russes (OTSC) font, volens nolens, partie du Kazakhstan et y resteront. Jusqu'à ce que les terroristes soient éliminés, et en même temps, jusqu'à ce que tous les obstacles à une intégration complète et véritable soient levés. Et que l'Ouest fasse autant de bruit qu'il le veut ! Ce n'est pas son affaire : nos alliés nous ont invités à sauver le pays. Mais toutes les fondations et structures occidentales, ainsi que les cellules des organisations terroristes (tant libérales qu'islamistes et gulénistes) au Kazakhstan doivent être abolies et écrasées.

kazakhworld.jpg

Lorsque la guerre nous est déclarée et qu'il n'y a aucun moyen de l'éviter, nous n'avons plus qu'à la gagner. Par conséquent, l'UEE ou, pour être plus précis, une Union eurasienne à part entière doit devenir une réalité. Minsk et la capitale du Kazakhstan, quel que soit son nom, ainsi qu'Erevan et Bichkek, doivent prendre conscience qu'elles font désormais partie d'un seul et même "grand espace". Il s'agit des amis et des problèmes qu'ils rencontrent sous l'influence de l'atlantisme, qui tente par tous les moyens possibles de saboter et de démolir les régimes existants - bien que relativement pro-russes. Ces problèmes prendront fin au moment où l'intégration deviendra réelle. 

Dans ce cas, c'est le côté militaire qui s'avère être le plus efficace en la matière. Les Russes ne sont pas forts en négociations, mais ils se montrent meilleurs dans une guerre de libération juste - défensive, en fait, qui leur est imposée. 

Ensuite, nous en arrivons logiquement aux États baltes. Leur présence au sein de l'OTAN, compte tenu du nouveau statut de la Russie en tant que pôle du monde tripolaire, est une anomalie. Il faut également leur proposer un choix : neutralisation ou... Laissez-les découvrir par eux-mêmes ce qui se passera s'ils ne choisissent pas volontairement la neutralisation.

Enfin, l'Europe de l'Est. La participation de ses pays à l'OTAN est également un gros problème pour la Grande Russie. Nombre de ces pays sont profondément liés à nous : certains par le slavisme, d'autres par l'orthodoxie, d'autres encore par leurs origines eurasiennes. En un mot, ce sont nos peuples frères. Et voici l'OTAN... Ce n'est pas une bonne chose. Il serait préférable qu'ils soient un pont amical entre nous et l'Europe occidentale. Et il n'y aurait pas besoin de Nord Stream 2. Notre peuple sera toujours d'accord avec son propre peuple. Mais non. Aujourd'hui, ils jouent le rôle d'un "cordon sanitaire" - un outil classique de la géopolitique anglo-saxonne, conçu pour séparer l'Europe centrale et l'Eurasie russe. De temps en temps, les vrais pôles déchirent ce cordon. Aujourd'hui, elle est temporairement revenue aux Anglo-Saxons. Mais si la montée en puissance de la Russie, comme sujet géopolitique, se poursuit, ce ne sera pas pour longtemps. 

Cependant, les pays baltes et l'Europe de l'Est sont l'agenda géopolitique de demain. Aujourd'hui, le destin de l'espace post-soviétique - post-impérial - est en jeu. Notre maison commune eurasienne. La première tâche consiste à y mettre de l'ordre. 

dimanche, 09 janvier 2022

Kazakhstan : trahison et arrestation du chef des services de renseignement

Astana.jpg

Kazakhstan : trahison et arrestation du chef des services de renseignement

Source: https://piccolenote.ilgiornale.it/54139/kazakistan-il-tradimento-e-larresto-del-capo-dellintelligence

Alors que les médias occidentaux ne cessent de fulminer contre le gouvernement kazakh qui aurait réprimé dans le sang une manifestation pacifique contre un régime corrompu, un événement vient bouleverser ce récit.

Le 8 janvier, les autorités ont annoncé que le chef des services de sécurité, Karim Masimov, qui avait été démis de ses fonctions sans explication, immédiatement après le début du soulèvement, avait été arrêté pour trahison (Eurasianet).

Cette tournure des événements confirme pleinement l'analyse que nous avons publiée précédemment, qui situait les événements kazakhs dans le cadre d'une banale, mais sanglante, opération de changement de régime menée grâce au soutien de forces internes (qui plus est, les plus obscures, puisque Masimov (photo, ci-dessous) est à la tête de la structure répressive du pays depuis des années).

_122627146_mediaitem122627145.jpg

Pour sa part, le président Kassym-Jomart Tokayev a déclaré que "l'analyse de la situation a montré que le Kazakhstan est confronté à un acte d'agression armée bien préparé, coordonné par des groupes terroristes entraînés en dehors du pays" (Itar Tass).

Enfin, l'analyse produite par la Strategic Culture Foundation semble intéressante, dans une note relancée par le site de l'Institut Ron Paul, qui cadre également les événements kazakhs dans le cadre d'un changement de régime dans le but de plonger dans le chaos un pays plus que stratégique pour la Chine et la Russie, mais surtout de poser de nouveaux enjeux critiques pour les négociations entre l'OTAN et la Russie qui se tiendront le 10 janvier (à condition qu'elles ne soient pas annulées à cause de la crise kazakhe).

La note rapporte notamment que certains "observateurs ont découvert que les suspects habituels - l'ambassade américaine - avaient "averti" de la possibilité de manifestations de masse depuis le 16 décembre 2021".

Le 16 décembre était l'anniversaire de la séparation du Kazakhstan de Moscou. Sur le compte twitter de l'ambassade américaine, un message du département d'État a également rappelé l'événement avec satisfaction, a salué l'engagement du Kazakhstan en faveur de la promotion des droits de l'homme (sic), engagement qui lui a permis d'être accepté au sein du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies, et a conclu : "Les États-Unis sont fiers d'appeler le Kazakhstan un ami et restent engagés à protéger sa souveraineté, son indépendance et son intégrité territoriale. Nous continuerons à renforcer notre partenariat stratégique dans l'intérêt des citoyens des deux pays".

samedi, 08 janvier 2022

Le spectre de la révolution colorée au Kazakhstan

dad9f5c90a9ce743831cdbb20aa73731-1641450840.jpg

Le spectre de la révolution colorée au Kazakhstan

Pietro Emanueli

Source: https://it.insideover.com/politica/lo-spettro-della-rivoluzione-colorata-sul-kazakistan.html 

Le Kazakhstan, État clé de l'Asie centrale et colonne vertébrale des projets continentaux hégémoniques de la Russie et de la Chine, est en état d'urgence depuis le 5 janvier et en état de sédition depuis les 2 et 3. Le casus belli de la crise a été le doublement soudain et fulgurant du prix du GPL, le carburant préféré des automobilistes kazakhs, que les franges les plus violentes de la contestation ont utilisé comme prétexte pour lancer un coup d'État armé et voilé de grande ampleur.

Toutes les tentatives de compromis avec les manifestants - depuis le rétablissement du prix antérieur du GPL jusqu'au nettoyage des salles de contrôle - s'étant révélées vaines, et des preuves étant apparues pour étayer la thèse d'une opération de déstabilisation dirigée de l'extérieur, la présidence Tokayev, le 5, a demandé et obtenu l'intervention de l'Organisation du traité de sécurité collective. Depuis ce jour, grâce aussi à l'inauguration d'une ligne basée sur la tolérance zéro envers les plus virulents fauteurs de troubles, la crise s'est lentement résorbée. Mais entre Moscou, Nursultan et Pékin, ce sera la dissonance, et pour (longtemps).

_122624057_hi072972985-1.jpg

Les derniers développements

Le 7 janvier, dans le contexte de l'arrivée des forces de maintien de la paix de l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) sur le sol kazakh, le président Kassym-Jomart Tokayev a fait le point sur l'état de l'insurrection devant les membres du gouvernement et ses collègues du Conseil de sécurité, dont il avait pris la tête deux jours auparavant.

Selon M. Tokayev, d'un point de vue réel, l'état de la crise, au 7 janvier, serait le suivant :

    - L'opération de répression des émeutes a pris les connotations d'une opération antiterroriste, étendue à l'ensemble du territoire national, et voit l'implication de la police, de la garde nationale et de l'armée.
    - Dans les épicentres de la sédition, à savoir Aktobe et Almaty, la situation s'est stabilisée.
    - A Almaty, où s'est concentré l'essentiel des violences, le rétablissement progressif de l'ordre a permis de faire un premier bilan des dégâts : plusieurs bâtiments administratifs ont été vandalisés et des biens privés attaqués.
    - Cependant, les affrontements continuent de se propager entre les agents de sécurité et les bandes armées d'émeutiers.
    - La présidence est convaincue que les émeutes ont été et sont infiltrées par des combattants formés à l'étranger, notamment "des spécialistes formés au sabotage idéologique, qui utilisent habilement la désinformation ou la déformation des faits et sont capables de manipuler l'état d'esprit des gens".
    - Le Conseil de sécurité et le bureau du procureur général ont lancé une enquête sur le présumé "poste de commandement impliqué dans la formation" des candidats au coup d'État.

Une direction externe ?

Dans le même communiqué, il est également expliqué qu'"un rôle d'assistance et, en fait, d'instigation [...] a été [joué] par les médias dits libres et des personnalités étrangères". Entités et personnalités dont le président en exercice n'a pas fourni les coordonnées, mais dont l'identité n'est pas difficile à retracer. Aussi parce que, de manière éloquente, ils ne se sont pas cachés.

L'ancien banquier et fugitif Mukhtar Ablyazov (photo, ci-dessous), par exemple, s'exprimant depuis Paris, s'est autoproclamé leader des protestations, a déclaré qu'il se coordonnait quotidiennement avec les émeutiers et a invité l'Occident à intervenir afin d'éviter que la crise ne rapproche encore plus le Kazakhstan et la Russie. Pour enrichir le tableau brossé par la prise de responsabilité d'Ablyazov, qui dissipe tout doute sur l'implication d'acteurs extérieurs dans les troubles, il y a aussi les déclarations de Konstantin Kosachev, président de la commission des affaires étrangères du Conseil fédéral de la Fédération de Russie, selon lesquelles des "miliciens de groupes armés" du Proche et Moyen-Orient et d'Afghanistan combattent dans les rues du Kazakhstan.

Mukhtar-Ablyazov-in-Paris-800x600.jpg

L'existence et la preuve d'une direction extérieure, plus que toute autre chose à la lumière des déclarations d'Ablyazov, semblent irréfutables. Et la rapidité avec laquelle les troubles se sont propagés des périphéries vers le centre, sans parler de la qualité de l'organisation et de l'armement, constitue un autre indice en faveur de la piste étrangère. Cela n'enlève rien au fait qu'une société cohésive, développée et juste est une société à l'épreuve du feu, c'est-à-dire résistante à la révolution colorée et autres types similaires de désordres. Et ce qui s'est passé ces derniers jours a montré à la présidence Tokayev que le Kazakhstan, bien qu'ayant les indices de bien-être les plus élevés d'Asie centrale, n'a pas encore atteint la maturité, et encore moins l'unité et la prospérité nécessaires pour rendre le système imperméable aux ambitions intrusives et aux opérations perturbatrices des autres.

Aujourd'hui, c'est Nur-Sultan qui explose au-dessus de la caravane, mais hier c'était Santiago du Chili, et demain ce pourrait être Moscou et Pékin. Il est donc plus que certain que les événements de ce mois-ci seront soigneusement analysés par les deux gardiens de l'Asie centrale, qui ont trouvé dans les modèles d'autocratie éclairée et de dictature bienveillante une alternative à la démocratie libérale occidentale et qui, aujourd'hui, se voient toutefois obligés d'en reconnaître les limites.

Les dix conflits à surveiller en 2022

922491_616616101717452_2104724245_o.jpg

Les dix conflits à surveiller en 2022

Mauro Indelicato

Source: https://it.insideover.com/guerra/i-dieci-conflitti-da-monitorare-nel-2022.html

La nouvelle année fait ressurgir de vieux conflits. Avec la nouvelle année qui commence, la politique internationale doit s'accommoder des modèles politiques et militaires hérités de 2021. Au cours des 12 prochains mois, il y aura au moins dix situations très chaudes à surveiller. Pas seulement des guerres au sens strict du terme, mais aussi des confrontations plus ou moins directes concernant la domination d'une certaine zone ou des questions de sécurité nationale. Voici les principaux conflits que le monde de 2022 devra observer.

1. Tensions entre les États-Unis et la Chine

Le principal bras de fer de l'année qui vient de commencer pourrait une fois de plus opposer Washington et Pékin. Il existe de nombreux nœuds dans les relations entre les deux puissances. Le principal défi, pour l'instant plus politique que militaire, se situe dans le Pacifique. 2021 est l'année de l'accord Aukus entre les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Australie. Un pacte dont l'intention évidente est de créer une alliance capable de dissuader les visées chinoises dans la région. L'année 2022 pourrait amener le point culminant de l'affrontement directement à Taïwan, où la présence de troupes américaines a déjà été signalée ces derniers mois et où, de leur côté, les Chinois ont effectué de nombreuses manœuvres de survol de l'espace aérien. Taïwan, l'île revendiquée par Pékin, est également un carrefour économique important. Elle produit la plus grande part des puces sur le marché international, et à une époque comme la nôtre, marquée par une pénurie de puces et de semi-conducteurs, l'influence de l'île est utile à toutes les grandes puissances du secteur.

2. L'Ukraine et la guerre du Donbass

Pour les mois à venir, il est très important de surveiller ce qui se passera dans le Donbass, la région pro-russe de l'est de l'Ukraine qui est en guerre avec le gouvernement de Kiev depuis 2014. L'année qui vient de s'achever a été marquée par une nette escalade. L'armée ukrainienne a capturé un certain nombre d'emplacements dans les zones tampons établies dans le cadre des accords de Minsk de 2014. De son côté, Moscou a donné le feu vert au déploiement de centaines de troupes le long de la frontière. En décembre, après un appel téléphonique entre le président russe Vladimir Poutine et le président américain Joe Biden, une phase de détente a débuté. Cependant, la possibilité d'un conflit direct entre Moscou et Kiev reste très forte. Les intérêts en jeu sont multiples. L'éventuelle entrée de l'Ukraine dans l'OTAN, et donc la possibilité d'une expansion malvenue de l'Alliance atlantique vers l'est, est le premier spectre qui plane sur le conflit. L'impression, indépendamment de la recrudescence des combats, est que le bras de fer entre les parties est destiné à durer encore longtemps.

20110969lpw-20111028-article-talibans-afghanistan-jpg_6947294_1250x625.jpg

3. L'Afghanistan et le retour du terrorisme

En 2021, mis à part Covid, l'événement le plus marquant a été l'entrée des talibans à Kaboul et le retrait américain d'Afghanistan. En août, après exactement 20 ans, les étudiants coraniques ont repris le pouvoir. De cette façon, le groupe fondamentaliste a effectivement gagné une guerre qui a commencé immédiatement après le 11 septembre 2001. Cependant, le conflit afghan n'est pas terminé. Bien que les Talibans soient de nouveau au pouvoir, ils sont confrontés à un certain nombre de problèmes qui pourraient déstabiliser le pays dans les mois à venir. À commencer par une crise économique générée par le gel des réserves de change de l'ancien gouvernement afghan, une circonstance qui empêche le mouvement de relancer le commerce et de payer les salaires. Ensuite, il y a la question de la présence d'Isis. La cellule afghane du groupe a déjà organisé plusieurs attaques depuis le mois d'août et toute détérioration de la sécurité est susceptible d'affaiblir davantage les talibans. Le blocus économique et l'alerte terroriste sont deux éléments susceptibles d'accélérer une éventuelle déstabilisation de l'Afghanistan.

4. Kazakhstan et Asie centrale

La crise kazakhe représente peut-être le seul véritable front ouvert en cette nouvelle année. En réalité, les causes des émeutes qui ont débuté le 4 janvier dans ce pays d'Asie centrale remontent aux années précédentes. La violence des protestations et le ton général d'émeute observé à Almaty, la plus grande ville et ancienne capitale, ont pris les autorités par surprise. La réponse du gouvernement pourrait d'une part ramener la situation à la normale, mais d'autre part, elle pourrait conduire à un affrontement encore plus violent entre les autorités elles-mêmes et les groupes rebelles. Ces derniers, grâce aussi au pillage des casernes et des postes de police, disposent d'armes et de munitions. Toute instabilité au Kazakhstan aurait des répercussions importantes pour plusieurs raisons. Premièrement, il s'agirait d'une nouvelle épine dans le pied de la Russie dans l'ancien espace soviétique. Deuxièmement, elle pourrait également attirer une déstabilisation supplémentaire dans les pays voisins. La zone de l'Asie centrale, il est bon de le rappeler, est stratégique et délicate, également du point de vue géographique, dans la perspective de la confrontation entre les États-Unis d'un côté et la Russie et la Chine de l'autre.

5. Instabilité en Libye

2021 était censé être une année électorale en Libye. Cependant, les consultations n'ont pas eu lieu et l'échec du processus électoral pourrait être le prologue à une nouvelle phase d'instabilité. Malgré les ambitions de l'ONU d'organiser des élections présidentielles, le pays d'Afrique du Nord reste très fragmenté, tant sur le plan politique que militaire. Depuis mars dernier, il existe un gouvernement d'unité nationale, mais dans le même temps, la configuration institutionnelle actuelle n'est pas claire et le contrôle réel du territoire est confié à des milices de toutes sortes. En outre, les mercenaires étrangers sont encore très présents en Libye, notamment ceux liés à la Turquie à l'ouest et à la Russie à l'est. Plus de dix ans après la mort de Mouammar Kadhafi, le pays n'a pas retrouvé sa stabilité et la possibilité d'une reprise de la guerre à grande échelle n'est pas si éloignée. Compte tenu de l'importance stratégique de la Libye, le conflit au sein de ce pays est l'un des plus importants à surveiller en 2022.

des-soldats-ethiopiens-a-l-entrainement-au-sud-du-tigre-le-14-septembre-2021_6327880.jpg

6. La guerre au Tigré, en Éthiopie

Parmi les fronts les plus chauds, c'est peut-être celui que la communauté internationale a le moins abordé. Pourtant, il y a une guerre, qui entre fin 2020 et 2021 a fait des milliers de morts et fait trembler Addis-Abeba. Le conflit en Éthiopie, qui oppose les forces gouvernementales à celles liées aux Tigréens du TPLF dans la région septentrionale du Tigré, a généré de l'instabilité dans la plus grande économie de la Corne de l'Afrique et provoqué un changement politique dans le pays le plus important de la région. En particulier, depuis que la guerre est entrée dans sa phase la plus délicate, le gouvernement éthiopien s'est appuyé sur la Chine et la Turquie et a ainsi diversifié ses alliances après des années de proximité avec les États-Unis. Depuis la fin du mois de décembre dernier, il n'y a plus de tirs, non pas en raison d'un cessez-le-feu mais en raison d'un équilibre atteint qui satisfait les deux forces sur le terrain. Le gouvernement a récupéré tous les territoires perdus au cours des mois précédents, les Tigréens ont conservé le contrôle de la capitale Makallè. En 2022, cependant, l'impasse pourrait être brisée et la guerre pourrait alors entrer à nouveau dans une phase aiguë avec des résultats imprévisibles pour la stabilité de la région.

7. Le conflit sans fin en Syrie

La Syrie est peu évoquée dans les circuits médiatiques, mais la guerre est toujours bien présente et capable à tout moment de créer quelques maux de tête internationaux. Le gouvernement de Bashar Al Assad, soutenu par la Russie, a depuis longtemps repris le contrôle de toutes les villes principales. Cependant, la province d'Idlib, aux mains des forces extrémistes et pro-turques, est toujours  en dehors du contrôle du gouvernement. Pour cette raison, le conflit impliquera toujours un dialogue intense entre Moscou et Ankara et l'équilibre futur dépendra de la confrontation entre Poutine et Erdogan. La question kurde est également en jeu. Les milices kurdes contrôlent l'est de la Syrie et sont dans le collimateur d'une Turquie toujours prête à entrer en territoire syrien pour débusquer ceux qu'elle considère comme ses ennemis. Une recrudescence du conflit entre Idlib et les zones aux mains des Kurdes impliquerait donc la Russie et la Turquie, mais aussi les États-Unis qui sont toujours présents dans les zones pétrolières le long de l'Euphrate. La Syrie est en fait une partie d'échecs permanente entre les différentes puissances ayant des intérêts dans la région.

8. Iran - États-Unis et négociations nucléaires

Des pourparlers sont en cours à Vienne pour parvenir à un éventuel nouvel accord sur la question du nucléaire iranien. Cinq ans après le premier accord et quatre ans après la décision de Donald Trump de rompre cet accord, Téhéran et Washington tentent à nouveau la voie du dialogue. Mais le bras de fer entre les deux parties devrait rester l'un des sujets les plus chauds de 2022. Les projets de raid américain sur le territoire iranien n'ont jamais été complètement abandonnés. En Irak, en revanche, deux ans après le bombardement américain qui a tué le général Qasem Soleimani, les forces américaines auraient déjoué au moins six attaques contre leurs propres cibles commandées par des milices chiites liées à Téhéran. Derrière l'affrontement entre les Iraniens et les Américains, l'ombre israélienne est bien présente. L'État juif s'inquiète des programmes d'enrichissement d'uranium de la République islamique et a frappé à plusieurs reprises des cibles iraniennes en Syrie fin 2021.

phpYlTogA.jpg

9. La guerre oubliée au Yémen

L'Iran est également impliqué dans un bras de fer avec ses rivaux régionaux, l'Arabie saoudite. L'un des principaux théâtres de cette confrontation est le Yémen. La guerre au Yémen dure depuis 2015, lorsque Riyad a donné l'ordre d'attaquer les milices Houthi, liées à l'Iran qui furent capables de conquérir la capitale yéménite Sanaa l'année précédente. Depuis lors, le conflit n'a jamais cessé et a provoqué de graves répercussions humanitaires. Pour les Saoudiens, la guerre s'est avérée désastreuse. La coalition dirigée par les Saoudiens s'est en partie effondrée et n'a pas réussi à atteindre ses objectifs politiques et militaires. Le conflit s'est accéléré dans les dernières semaines de 2021 avec les avancées de Houti à Marib et dans la ville portuaire de Hodeida. Une nouvelle augmentation de l'intensité des combats est à prévoir en 2022. La guerre au Yémen est importante pour comprendre l'équilibre des forces dans la région du Moyen-Orient.

10. Israël-Palestine et les tensions non résolues

En 2022 également, la situation en Cisjordanie et à Gaza méritera l'attention. L'année dernière, la troisième intifada failli se déclencher et la bande de Gaza a connu des scènes de guerre suite à l'affrontement entre Israël et le Hamas. Tout a commencé par des protestations palestiniennes contre les expropriations ordonnées par le gouvernement israélien entre avril et mai dans la vieille ville de Jérusalem. Une fusée capable de déclencher la réaction aussi bien des Arabes israéliens, avec des scènes de guérilla également entre les villes où une minorité arabe bien visible est présente, que du Hamas. Le mouvement fondamentaliste a lancé de nombreuses roquettes, provoquant des incursions israéliennes dans la bande de Gaza. Des scénarios qui ne seront malheureusement pas si éloignés de la réalité en 2022. La tension dans la région est toujours très élevée.

La révolte au Kazakhstan nous apporte de grandes leçons 

60347486_101.jpg

La révolte au Kazakhstan nous apporte de grandes leçons 

Par Fabio Sobral

Source: https://dossiersul.com.br/a-revolta-no-cazaquistao-nos-traz-grandes-licoes-fabio-sobral/

Le Kazakhstan subit une révolte interne de grande ampleur. Cette révolte a commencé contre la hausse des prix du carburant.

La révolte s'est transformée en affrontements sanglants dans les rues des grandes villes. Le président a révoqué les augmentations et a demandé la démission du premier ministre. Malgré cela, les manifestants ont multiplié les attaques contre les bâtiments publics et les forces de police, presque comme une répétition de la méthode utilisée pour renverser le gouvernement Ianoukovitch en Ukraine, dans ce qui est devenu le soulèvement de la place Maidan.

Le gouvernement kazakh a demandé un soutien militaire aux autres pays de l'Organisation du traité de sécurité collective (Russie, Arménie, Belarus, Tadjikistan, Kirghizstan). Des forces militaires ont été envoyées pour combattre les manifestants, qui ont été qualifiés de terroristes par le gouvernement du pays.

Un fait qui attire l'attention est qu'il y avait une intention claire de renverser le gouvernement, sans que la satisfaction des demandes initiales n'arrête la fureur de la révolte.

Il y a beaucoup à réfléchir dans cet épisode.

La première réflexion porte sur la géopolitique. Le Kazakhstan est essentiel à la route de la soie et, par conséquent, à l'expansion du plus grand marché du monde. Il est essentiel pour la Chine. Cela suscite évidemment la fureur des entreprises associées à la puissance américaine. En outre, faire du Kazakhstan un ennemi de la Russie apporterait un énorme avantage militaire à l'OTAN. En d'autres termes, la conquête de ce pays obéit à la doctrine militaire américaine d'encerclement de la Russie et de la Chine.

La deuxième réflexion porte sur un vieux motif de guerre au XXe et au XXIe siècle : la domination des sources de combustibles fossiles et de minéraux. Le Kazakhstan possède d'énormes réserves de pétrole et de gaz, ainsi que d'autres ressources minérales stratégiques comme l'uranium et le potassium. Même si les sociétés occidentales participent à l'exploration, cela n'a jamais été une garantie de satisfaction pour les sociétés pétrolières et autres sociétés de matières premières. On peut toujours en gagner plus. Et pour cela, les gouvernements soumis sont les mieux adaptés.

C0wjl3oXUAEqqMf.jpg

6YNfuJWyDFmULRZ21k3hHjwF0W0.jpg

La troisième réflexion est que plusieurs révolutions ont été organisées par des groupes qualifiables d'extrême droite dirigés par des agences de renseignement américaines et financés par des sociétés internationales. Révolutions de l'arriération, de la xénophobie et de la lutte contre les conquêtes sociales et du travail. Entièrement dédié à la régression humaine, sociale, économique et politique.

La question centrale est la suivante : comment cela a-t-il été possible ?

Le 20e siècle a vu une immense corruption de la pensée, qui a été rendue possible par le financement des agences de renseignement pendant la période de la guerre froide. Le financement des "penseurs" adaptés à un système particulier s'est développé à cette époque. Les programmes de certains cours dans les universités ont été transformés en une diffusion idéologique répétée sur un mode constant et grossier. Il suffit de regarder les programmes de la plupart des cours d'économie dans le monde. Une dévotion à des principes irréels et des analyses déconnectées de la réalité. Le résultat est que nous avons eu, depuis la fin de la seconde guerre mondiale, une corruption de la pensée, une soumission de l'analyse aux intérêts des gouvernements et des entreprises. Des "intellectuels" payés pour maintenir les populations soumises.

Nous avons donc une répétition de l'analyse dans un cercle vicieux. Une profonde incapacité à comprendre les phénomènes et à voir des solutions aux problèmes urgents qui nous touchent.

L'un de ces problèmes est l'incapacité à percevoir qu'il existe une base réelle pour les soulèvements populaires, et que le problème économique de l'appropriation des surplus reste au centre des préoccupations du peuple.

La chute des régimes en Europe de l'Est et en Union soviétique semblait avoir éliminé le débat sur l'exploitation et l'appropriation des richesses. Les gouvernements occidentaux, de gauche comme de droite, ont agi de la même manière en démantelant la sécurité sociale, les législations sur le travail et les droits sociaux. Les politiques d'immigration des pays les plus riches ont été favorisées, réduisant du même coup les droits des travailleurs afin d'obtenir une main-d'œuvre craintive et donc extrêmement bon marché.

Dans les pays de l'ancien bloc soviétique, ces politiques ont été intégrées avec zèle. Les inégalités se sont creusées, la misère et la surexploitation sont devenues monnaie courante.

Cependant, la géopolitique est à nouveau intervenue ; il fallait créer des ennemis, après tout, les ventes d'armes, les systèmes de renseignement, les systèmes de sécurité et le contrôle des sources de matières premières étaient nécessaires pour développer et maintenir des taux élevés d'accumulation du capital.

La Russie a été prise par surprise. Vladimir Poutine se plaint encore aujourd'hui de l'agression occidentale et de la géopolitique de l'encerclement promu par l'OTAN autour du territoire russe et de ses alliés, apparemment sans comprendre que l'adhésion au capital n'est pas une garantie de sécurité.

Les parties occidentale et orientale se sont unies dans des politiques qui concentrent les revenus. La gauche a adhéré à la gestion néolibérale du capital, perdant sa capacité à être le représentant politique et intellectuel des couches exploitées. Mais l'inégalité est là et toujours avec un immense potentiel de révolte.

En Occident, la révolte a été dirigée par l'extrême droite mais vers des aspects qui ne détruisent pas in fine la normalité de l'accumulation du capital. Le capital coexiste désormais tant avec le visages du progrès social qu'avec celui de la barbarie. Bien que la barbarie soit dorénavant plus rentable. Mais elle peut encore maintenir des pays socialement organisés et apparemment démocratiques. Il est très important de conserver ces pays comme tels. Ce sont des images pour la propagande de la normalité capitaliste. Quelque chose comme des objectifs à atteindre par les pays "arriérés" ou insuffisamment capitalistes.

Cependant, l'avancée de la nécessité d'augmenter les taux de profit des entreprises a démantelé la normalité même dans les pays capitalistes centraux. Et c'est là qu'apparaît la possibilité d'une révolte. Ainsi, pour éviter qu'il s'agisse d'une révolte contre le capital, il est nécessaire d'orienter la révolte vers un ressac social tel que préconisé par l'extrême droite.

Une gauche pacifiée et soumise ne peut plus contrer la radicalisation de la droite. Elle ne peut que "résister" et réagir à la perte du processus civilisateur capitaliste en se laissant prendre au piège de la défense du capital humanisé et progressiste lui-même. C'est l'un des dilemmes des luttes sociales en Occident.

A l'Est aussi, les mécanismes économiques s'imposent. Les dures conditions d'appropriation de l'excédent productif par le capital concentrent également la richesse dans quelques mains. Cependant, à l'Est, le droit n'est pas seulement utilisé pour établir la barbarie, mais pour approfondir la soumission des gouvernements aux intérêts des entreprises. Les populations sont manœuvrées à l'Ouest et à l'Est pour maintenir le contrôle du capital. Mais à l'Est, les intérêts sont plus larges et plus destructeurs.

La Russie et son président connaissent les intérêts géopolitiques, mais ils ne comprennent pas que la lutte se poursuit selon les lignes séculaires de la lutte entre le capital et les êtres humains. Il n'y aura pas de paix dans les pays de l'Est tant qu'il n'y aura pas de proposition pour surmonter la domination du capital à travers ses entreprises, ses secteurs militaires et ses services de sécurité et de renseignement.

En d'autres termes, les révolutions de droite ne seront pas arrêtées par les armes et les renseignements. L'épée est suspendue au-dessus des gouvernements qui maintiennent l'inégalité capitaliste et l'appropriation des richesses par les secteurs les plus riches.

En fin de compte, l'alarme d'urgence concerne toujours le capitalisme et ses conséquences néfastes et la nécessité d'une proposition théorique et pratique pour son dépassement.

***

Fábio Sobral est membre du comité de rédaction de A Comuna et professeur d'économie écologique (UFC).

vendredi, 07 janvier 2022

La crise au Kazakhstan expliquée

838_kazakhstan.jpg

La crise au Kazakhstan expliquée

Pietro Emanueli

Source: https://it.insideover.com/politica/la-crisi-in-kazakistan-spiegata.html

Le Kazakhstan est en crise depuis le 3 janvier, lorsque les automobilistes de la petite ville isolée de Jañaözen sont descendus dans la rue pour protester contre l'augmentation soudaine et brutale du prix du gaz de pétrole liquéfié (GPL). Ce qui apparaissait initialement comme une manifestation de faible ampleur, compréhensible mais pouvant être contenue, a pris la forme d'une émeute de grande ampleur en un temps record et a conduit à la démission du premier ministre.

Il peut s'agir d'une crise fabriquée - d'une insurrection dirigée par les États-Unis en représailles aux manœuvres sino-russes en Amérique latine à une action sous faux drapeau (d'où l'expulsion de Nursultan Nazarbaev du Conseil de sécurité ?) -, comme d'une véritable agitation civile - animée par la caravane et le mécontentement des périphéries exploitées et sous-développées dont les ressources contribuent à la richesse nationale -, ou les deux. Et tandis que nous attendons de voir ce qui va se passer, ce qui se cache derrière la crise, il est urgent de revenir au début et d'observer la réaction de la présidence.

Ce qui se passe

Comme indiqué plus haut, la crise la plus grave de l'histoire du Kazakhstan indépendant a éclaté à Jañaözen, une petite ville septentrionale isolée et entourée de désert, lorsque, le 3 janvier, les automobilistes sont descendus dans la rue pour protester contre l'augmentation soudaine et brutale du prix du GPL, le principal carburant utilisé dans le pays, qui est passé de 0,12 à 0,27 dollar par litre. L'augmentation s'est produite du jour au lendemain, après l'abandon du système de plafonnement la veille du Nouvel An, et a d'abord enflammé la banlieue, puis le centre.

Les commentateurs verront une direction extérieure derrière la crise - et peut-être qu'une tentative d'ingérence a eu lieu ou aura lieu -, mais il suffit d'observer attentivement les événements pour comprendre que nous sommes face à un soulèvement des périphéries, et des centres périphériques - comme Almaty, l'ancienne capitale qui est devenue l'épicentre des affrontements et des actions à la plus haute valeur symbolique, comme l'assaut du bâtiment administratif - contre le centre opulent et ceux qui sont considérés comme responsables du statu quo actuel : la présidence de Toqaev et Nazarbaev.

Qu'il s'agisse d'une crise hétérodirigée visant à détourner les regards de la Russie de l'Europe de l'Est - lire le Donbass -, ou de la République populaire de Chine de l'Indo-Pacifique, ou qu'il s'agisse de purges déguisées - d'où la démission du premier ministre et l'expulsion de Nazarbayev du Conseil de sécurité -, une chose est sûre : Les événements de ces derniers jours montrent que le mécontentement couvait au Kazakhstan, notamment parmi les habitants des villes et des régions de seconde zone, et que parfois, sans avoir besoin d'une influence extérieure, la marmite déborde d'une goutte de trop. Un GPL hors de prix, dans ce cas.

La réaction de la présidence

Le président Toqaev a réagi à la crise en adoptant une double approche fondée sur le dialogue et la fermeté. Dialogue avec des politiciens tournés vers l'avenir et des manifestants pacifiques, au nom de la doctrine dite de "l'état d'écoute". La fermeté avec des politiciens intransigeants et des manifestants violents, qui ont été les protagonistes de batailles de rue, d'arrachage de statues et de prise d'assaut de bâtiments institutionnels.

Dans la pratique, c'est-à-dire dans la sphère de la réalité, la ligne de conduite du président Toqaev a conduit en l'espace de quelques jours, du début de la crise à aujourd'hui, au rétablissement du prix contrôlé du GPL, à la démission du Premier ministre, à l'entrée au Conseil de sécurité - où il a remplacé Nazarbaev - et à la proclamation de l'état d'urgence jusqu'au 19 janvier. Cet état d'urgence visait, entre autres, à permettre et à accélérer le retour à la normale par le biais d'un couvre-feu, de restrictions de mouvement et d'une interdiction des rassemblements.

Enfin, le matin du 6 janvier, le ministère des Affaires étrangères a publié une note résumant la crise, expliquant la décision de demander l'intervention de l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC), dénonçant la crise comme une "agression armée par des groupes terroristes entraînés à l'extérieur du pays" et fournissant des informations sur les détenus et l'état d'urgence.

La raison pour laquelle Toqaev n'a pas cédé - et pourquoi l'OTSC l'a sauvé - est assez claire : de la stabilité du Kazakhstan dépendent la sécurité de l'Asie centrale, l'avenir de l'Union économique eurasienne et de l'initiative "Belt and Road", ainsi que la stabilité des prix d'un large éventail de biens stratégiques, dont la nation est productrice d'exportations, notamment le pétrole, l'uranium, l'aluminium, le zinc et le cuivre. Le Kazakhstan était et reste une ligne rouge pour les deux gardiens de l'Asie centrale - la Russie et la Chine - et l'intervention rapide l'a prouvé.

jeudi, 06 janvier 2022

Le Kazakhstan: la nouvelle cible

16979883639_37ea9a43d8_z.jpg

Le Kazakhstan: la nouvelle cible

Daniele Perra

Ex: https://www.geopolitica.ru/it/article/obiettivo-kazakistan

Avant-propos
Avant de tirer des conclusions hâtives sur la nature des manifestations actuelles au Kazakhstan, il est nécessaire de développer une vision globale permettant de situer le pays dans un paysage géopolitique international de plus en plus complexe.

À cet égard, plusieurs facteurs méritent une attention particulière. En premier lieu, on ne peut éviter de souligner que la Russie et la Chine, surtout au cours des dix dernières années, ont développé des stratégies capables de contrebalancer (et, à certains égards, d'empêcher) la force propulsive des tentatives occidentales de réaliser les soi-disant "changements de régime". Les cas les plus évidents à cet égard sont l'endiguement des manifestations à Hong Kong (en ce qui concerne la Chine), la réponse russe au coup d'État atlantiste en Ukraine et la récente crise entre la Pologne et le Bélarus. Les deux derniers exemples en particulier ont fait " jurisprudence ". En ce qui concerne l'Ukraine, en 2014, la Russie est même allée jusqu'à utiliser le concept de "responsabilité de protéger" (la fameuse R2P largement exploitée par l'Occident en Serbie et en Libye) pour justifier l'annexion de la Crimée: en d'autres termes, elle a utilisé un instrument "occidental" pour mener à bien une action qui, en réalité, est en totale contradiction avec le positivisme normatif qui règne dans le droit international américano-centré. Il en va de même pour la récente crise migratoire à la frontière entre la Pologne et le Belarus (qui a également été au centre d'une tentative ratée de révolution colorée). Nous avons encore une fois assisté à l'utilisation d'une arme typiquement occidentale (le flux migratoire visant à déstabiliser la politique interne du pays qui le subit) contre un pays occidental (plus ou moins la même chose que ce qui est arrivé à l'Italie, mais perpétrée par des alliés supposés) qui a contribué à créer ces vagues migratoires grâce à sa participation active aux guerres d'agression des États-Unis et de l'OTAN (la Pologne faisait partie de la fameuse "coalition des volontaires" qui a attaqué l'Irak en 2003 avec la Grande-Bretagne, l'Australie et les États-Unis).

file7j5qu3vj6oo6bnar8pz.jpg

Sur la même longueur d'onde, on peut interpréter l'attitude russe envers l'Arménie de l'ancien Premier ministre pro-occidental Nikol Pashynian. Ce dernier, arrivé au pouvoir à la suite d'un exemple typique de "révolution colorée", après n'avoir rien fait pour éviter un nouveau conflit avec l'Azerbaïdjan, a naturellement dû se heurter à la réalité d'un Occident peu intéressé par la santé du peuple arménien et beaucoup plus intéressé par la création du chaos aux frontières de la Russie. Une prise de conscience qui l'a inévitablement conduit à chercher une solution du côté russe pour assurer sa propre survie et celle de l'Arménie elle-même.

Deuxièmement, il est nécessaire de garder à l'esprit que la pénétration occidentale (en particulier nord-américaine) en Asie centrale est ancienne. Sans s'embarrasser de la doctrine de "l'arc de crise" de Brzezinski et de ses associés, avec ses suites terroristes, il suffit dans ce cas de rappeler la formule C5+1 (les anciennes républiques soviétiques plus les États-Unis) inaugurée sous l'administration Obama et renforcée sous la présidence Trump. L'objectif de cette formule était (et est toujours) de favoriser la pénétration américaine dans la région, notamment en termes de "soft power" et de services de renseignement, afin de contrer le projet chinois de la nouvelle route de la soie. À cet égard, il ne faut pas négliger le fait que Washington n'a jamais cessé de rêver à la rupture de l'axe stratégique Moscou-Pékin. Et il n'est pas si improbable que ce soit précisément le Kazakhstan (un pays dans lequel la pénétration nord-américaine est plus forte qu'ailleurs) qui ait été chargé de cette tâche (ce que l'on ne pourra commencer à évaluer que dans les prochains jours). On ne peut pas non plus exclure que la Russie et la Chine en soient parfaitement conscientes.

Pénétration nord-américaine du Kazakhstan

Le Kazakhstan entretient de solides relations diplomatiques et commerciales avec les États-Unis depuis son indépendance. Washington a été le premier à ouvrir un bureau de représentation diplomatique dans l'ancienne République soviétique après son indépendance et Nursultan Nazarbayev a été le premier président d'un État d'Asie centrale à se rendre aux États-Unis. En fait, le Kazakhstan a cherché à mettre en œuvre une stratégie d'équilibre substantiel entre les puissances eurasiennes voisines (Russie et Chine) et la puissance mondiale hégémonique (les États-Unis). Si cette tentative d'équilibrage géopolitique (d'équilibre multi-vecteurs entre les puissances) a porté ses fruits dans les deux premières décennies de la vie de la République, il n'en va pas de même à partir du moment où la compétition entre l'Occident et l'Eurasie (malgré les efforts de la Chine pour échapper au "piège de Thucydide") s'est davantage aggravée. En effet, une telle stratégie (dont nous sommes peut-être en train d'observer les résultats), dans un contexte international où la crise permanente est devenue une normalité (due également à l'anxiété stratégique de la puissance hégémonique qui sent sa primauté remise en cause), devient particulièrement problématique. Et avec cela, le risque d'être englouti dans les mécanismes d'une nouvelle guerre froide devient de plus en plus élevé.

3_-ua_10.jpg

Il est bon de souligner que le pays reste l'un des principaux alliés de la Russie et de la Chine. Il est fermement ancré dans l'Union économique eurasienne et l'Organisation du traité de sécurité collective (ces deux institutions, pourrait-on dire, n'auraient aucun sens sans le Kazakhstan). En même temps, elle fait partie intégrante de l'Organisation de coopération de Shanghai et joue un rôle central dans le projet chinois d'interconnexion eurasienne de la nouvelle route de la soie.

Cela n'a pas empêché le pays de développer davantage ses liens étroits avec Washington. À une époque où de nombreux pays d'Asie centrale se sont désintéressés des États-Unis (considérés comme n'étant plus indispensables pour contrebalancer l'influence russe et chinoise), leur préférant la Turquie pour des raisons d'affinités culturelles, le Kazakhstan est resté accroché aux États-Unis. Sa relation avec Washington, contrairement à ses voisins immédiats, n'était en aucun cas associée à la présence américaine en Afghanistan. Les entreprises américaines gèrent toujours une grande partie de la production pétrolière du Kazakhstan, qui représente 44 % des recettes de l'État. Plus précisément, 30 % du pétrole du Kazakhstan est extrait par des sociétés nord-américaines, contre 17 % par les sociétés chinoises CNPC, Sinopec et CITIC et 3 % par la société russe Lukoil.

En 2020, les échanges commerciaux entre les États-Unis et le Kazakhstan se sont élevés à environ 2 milliards de dollars. Il s'agit d'un chiffre plutôt faible si on le compare aux 21,4 milliards de dollars d'échanges avec la Chine (qui a ouvert son énorme marché intérieur aux produits agricoles kazakhs) et aux 19 milliards de la Russie (où l'industrie de l'armement joue un rôle majeur). Toutefois, les 2 milliards d'échanges avec les États-Unis sont presque trois fois plus élevés que les 600 millions d'échanges totaux avec les autres pays d'Asie centrale [1].

NazTrump.jpg

En outre, depuis 2003, le Kazakhstan organise chaque année des exercices militaires conjoints avec l'OTAN. En outre, de 2004 à 2019, les États-Unis ont vendu au Kazakhstan des armes pour une valeur totale de 43 millions de dollars (un chiffre qui n'est pas particulièrement élevé, mais qui indique bien que le Kazakhstan a toujours essayé de créer des canaux alternatifs aux fournitures russes).

Il n'est donc pas surprenant que la rhétorique officielle de la République et de ses principaux médias soit totalement dépourvue des invectives anti-occidentales qui caractérisent les autres pays de la région. L'actuel président Kassym-Jomart Tokayev (un sinologue diplômé de l'Institut d'État des relations internationales de Moscou), par exemple, n'a jamais pris parti pour Moscou sur les questions internationales, essayant toujours de maintenir une vague neutralité. Et tant Moscou que Pékin n'ont pas manqué de critiquer le Kazakhstan lorsque le pays a permis aux États-Unis de rouvrir et de poursuivre le développement de certains laboratoires biologiques de l'ère soviétique. En particulier, de nombreux doutes ont été émis quant aux réelles activités nord-américaines dans les laboratoires d'Almaty et d'Otar (près des frontières avec la Russie et la Chine). L'accusation (même pas trop voilée) est que des armes biologiques sont développées dans ces sites. Cette accusation ne semble pas si infondée si l'on considère que les États-Unis disposent de laboratoires similaires dans 25 pays. Ces laboratoires sont financés par la Defence Threat Reduction Agency (DTRA), dont les gestionnaires des programmes militaires sont des entreprises privées qui ne sont pas directement responsables devant le Congrès américain. Et c'est précisément dans ces laboratoires que les expériences sur les coronavirus ont eu lieu (et ont encore lieu) [2].

Les protestations

Qu'est-ce qui a motivé les protestations de ces derniers jours ? Tout d'abord, il est nécessaire de garder à l'esprit que ce n'est pas la première fois que de telles manifestations ont lieu au Kazakhstan. En 2011, par exemple, 14 travailleurs de l'industrie pétrolière ont été tués à Zhanaozen lors d'une manifestation contre les conditions de travail difficiles et les bas salaires.

Il n'est pas surprenant que les manifestations de ces derniers jours aient commencé plus ou moins dans la même région, non seulement en raison de l'augmentation exponentielle du prix du carburant, mais aussi des licenciements massifs mis en œuvre par la gestion "occidentale" de l'industrie pétrolière et de la politique économique fondée sur des modèles néolibéraux. Les travailleurs protestataires sont principalement issus de la société Tenghizchevroil (50% Chevron, 25% ExxonMobil et 20% KazMunayGas). L'une des raisons de cette protestation est le fait que 70 % de la production pétrolière kazakhe est destinée à l'Occident.

Cela devrait, du moins en théorie, démontrer le caractère essentiellement spontané des premières manifestations. A première vue, il ne semble pas possible de parler d'une réponse occidentale (au cœur de l'Eurasie) aux avancées diplomatiques chinoises en Amérique latine. Cela n'exclut toutefois pas que les manifestations puissent être utilisées pour créer le chaos et déstabiliser le pays (une possibilité non négligeable si l'on considère le réseau dense d'organisations occidentales présentes, le rôle néfaste de la "cinquième colonne" d'oligarques pro-occidentaux et l'intérêt croissant de certaines agences de presse pour ce qui se passe en ces heures), peut-être même en exploitant les tensions potentielles entre les différentes communautés ethniques qui composent la population kazakhe.

0f05cef_17954-6jti3k.JPG

En conclusion, ce que les dirigeants politiques de nombreux pays de l'ex-Union soviétique (et de l'ancien bloc socialiste) n'ont pas encore compris, c'est que tenter de devenir amis avec l'Occident n'est pas en soi une garantie de survie politique. L'Ukraine, par exemple, est un État en déliquescence que l'OTAN cherche à exploiter comme champ de bataille (fourrage à abattre en cas d'agression contre la Russie). La Pologne doit sa "bonne fortune" à sa situation géographique entre la Russie et l'Allemagne, etc. Sans parler des innombrables cas dans lesquels les États-Unis se sont acharnés sur leurs anciens alliés et leurs outils géopolitiques extemporanés : de Noriega à Saddam, en passant par Ben Laden et Al-Qaïda.

Dans ce contexte, le rôle de la Russie et de la Chine sera à nouveau d'empêcher le chaos: d'empêcher la déstabilisation du Kazakhstan et d'éviter que cela n'affecte le processus d'interconnexion de l'Eurasie.

Source première: https://www.eurasia-rivista.com/obiettivo-kazakistan/

NOTES
[1] T. Umarov, Can Russia and China edge the United States out of Kazakhstan, www.carnagiemoscow.org.

[2] Voir The Pentagon Bio-weapons, www.dylana.bg.

vendredi, 16 avril 2021

Kazakhstan : les États-Unis sont-ils derrière les provocations anti-chinoises ?

depositphotos_234855512-stock-illustration-qazaqstan-emblem-kazakhstan-flag-symbol.jpg

Kazakhstan: les États-Unis sont-ils derrière les provocations anti-chinoises?

Sebastian Gross

Ex : https://xportal.pl/

Les manifestations organisées au Kazakhstan fin mars 2021 contre l'expansion économique chinoise (vous pouvez en savoir plus ici : https://xportal.pl/?p=38905 ) ont donné lieu à de nombreuses spéculations quant à l'identité du bénéficiaire final de ces protestations motivées par la sinophobie. En analysant le volume des investissements étrangers dans la plus grande république d'Asie centrale, on peut arriver à une conclusion inattendue: ce sont les États-Unis qui s'intéressent à la divergence sociopolitique entre le Kazakhstan et la Chine. Comme le disait le gangster américain Al-Capone: « Rien de personnel, c'est juste du business ».

Commençons par les chiffres. Selon le ministère de l'économie du Kazakhstan, les principaux investisseurs dans l'économie de cette ancienne république soviétique au cours des seize dernières années sont trois pays occidentaux: les Pays-Bas, les États-Unis et la Suisse. La Chine occupe la quatrième place en termes d'investissements (la Russie n'est qu'en cinquième position). Quant aux Pays-Bas et à la Suisse, il est clair qu'il s'agit de projets communs de sociétés multinationales qui ne sont "enregistrées" que dans les pays européens mentionnés. À titre de comparaison: les Pays-Bas ont investi 218,6 milliards de dollars au Kazakhstan, tandis que la Chine n'a investi que 19,5 milliards de dollars. Toutefois, examinons les investissements des États-Unis.

kazakhstan-astana.jpg

Astana, capitale du Kazkhstan.

La plus grande entreprise à capitaux étrangers au Kazakhstan est la compagnie pétrolière Tengizchevroil, fondée par Chevron (USA), qui détient 50 % des parts, et ExxonMobil (USA), qui détient à son tour 25 % des parts. Il y a un mois, le magazine américain Forbes (1) expliquait que Chevron avait l'intention d'investir 22 milliards de dollars dans le projet Tengiz au Kazakhstan. L'empreinte américaine est également visible dans Karachaganak Petroleum Operating B.V. sous la forme d'une participation de 18 % de Chevron.

La production de cigarettes est la deuxième industrie la plus rentable au Kazakhstan après l'industrie pétrolière. Cette industrie est également dominée par les compagnies de tabac américaines, qui ont organisé des co-entreprises au Kazakhstan: Japan Tobacco International Kazakhstan, Philip Morris Kazakhstan et British American Tobacco Kazakhstan Trading.

Il est clair que la Chine est loin d'être à la hauteur de ce filon pétrolier du Kazakhstan. Pékin s'est contenté de petits investissements dans le développement et l'infrastructure de l'industrie minière et de transformation, dans l'ingénierie mécanique et les entreprises chimiques. En fait, toutes ces industries sont actuellement un terrain trop difficile pour les États-Unis. Le calcul des Américains est simple: semer les ferments de la sinophobie dans la société kazakhe, puis s'inquiéter de "l'occupation chinoise", exprimer des sentiments chaleureux à l'égard du "peuple kazakh épris de liberté" et enfin proposer de mettre le Kazakhstan sous protection. Et ce que signifie l'étreinte chaude et sulfureuse des "partenaires américains" est une chose connue de première main chez nous en Pologne, par exemple.

Cependant, l'initiateur des rassemblements anti-chinois, Zhanbolat Mamay, du Parti démocratique du Kazakhstan (opposition), ne compte pas baisser les bras. Après l'action de protestation, il a écrit un appel révolutionnaire sur Facebook (2): "La lutte continue! Nous ne permettrons pas la substitution de notre patrie!". L'opposant a noté que "les autorités ont tellement peur" qu'elles ont même coupé l'Internet à Almaty.

"Cela signifie que l'esprit du pays ne s'est pas éteint, nous sommes prêts à nous battre!" - il a continué à faire un appel émotionnel aux personnes qui pensent comme lui. "Nous ne restons pas assis à la maison quand le pays est en danger! Nous devons continuer à lutter contre l'expansion chinoise. Bien sûr, le problème ne peut être résolu par une seule protestation. Ce n'est qu'un des premiers pas vers une grande bataille. Il faut sauver notre pays, notre gouvernement doit revenir à la raison car il est endetté auprès de la Chine et met en péril notre indépendance !"

Tout cela signifie seulement que la lutte américano-chinoise pour les ressources dans ce pays le plus riche en minéraux d'Asie centrale sera permanente. La question intéressante, bien sûr, est de savoir s'il y a une place pour la souveraineté du Kazakhstan dans cette bataille.

***

« Solidarité kazakh » : la résistance à l'expansion chinoise s'accroît en Asie centrale

Au Kazakhstan, la plus grande république d'Asie centrale, un rassemblement contre l'expansion chinoise a eu lieu. L'action de protestation s’est déroulée le 27 mars 2021 à Almaty. Elle a été initiée par un politicien de l'opposition, Zhanbolat Mamay, du Parti démocratique du Kazakhstan. Sur sa page sur Facebook [1], l'opposant prévient :

"Les autorités ne diffusent pas trop d'informations sur les 56 usines chinoises au Kazakhstan. À l'avenir, cela deviendra une menace majeure pour l'indépendance de notre pays. La Chine ne donnera pas des milliards de dollars gratuitement. Ce n'est que le début de l'expansion économique et démographique. Les usines chinoises ne sont pas construites pour les travailleurs du Kazakhstan".

596549.1504853178.b.jpg

Zhanbolat Mamay.

À titre d'exemple, Zhanbolat Mamay a cité les pays africains, où une expansion chinoise similaire s'est déjà révélée être un poison pour la souveraineté des républiques du continent noir. "La Chine a investi des centaines de milliards de dollars dans ces pays. En conséquence, les gouvernements africains sont totalement dépendants de Pékin. Ils y ont même ouvert leurs bases militaires ".

Expliquer que depuis 2017 seulement, dans la République est-africaine de Djibouti, a été rendue opérationnelle la première base étrangère de la marine chinoise. Toutefois, selon des sources ouvertes, l'intérêt de la Chine est également lié aux infrastructures d'autres ports militaires dans des pays africains tels que l'Angola (port de Lobitu), le Kenya (Lamu et Mombasa), le Mozambique (Beira et Maputo), la Tanzanie (Bagamoyo) et l'Érythrée (Massawa). La plupart de ces ports sont déjà utilisés par les navires d'approvisionnement chinois.

Il est difficile de contester la logique qui sous-tend les déclarations de l'homme politique d'opposition kazakh. Tout en appelant à un rassemblement anti-chinois, il pose également de bonnes questions: "Croyez-vous que le Kazakhstan, qui enverrait ses cadres dans la lointaine Afrique, en dépensant des dizaines de milliards de dollars, ne s'ingérerait pas dans l'économie, la politique et les affaires intérieures de son peuple ?".

un-partisan-de-l-opposition-arrete-par-les-forces-de-police_4621079.jpg

Toutefois, les sinophobes kazakhs ont aussi leurs adversaires, qui font valoir que, premièrement, l'Afrique est très éloignée et que, deuxièmement, les relations économiques entre le Kazakhstan et la Chine sont mutuellement bénéfiques, ce qui est lié au chiffre d'affaires commercial en constante augmentation. Cependant, les partisans du Parti démocrate ont un contre-argument fort, arguant d'une sorte d'"agression cachée" de la part de Pékin. Ils font référence aux "camps de concentration du Xinjiang", dont le nom officiel en Chine est "camps de rééducation", par lesquels sont passés des dizaines de milliers de Kazakhs vivant dans la région autonome ouïgoure du Xinjiang en RPC.

"La population du Xinjiang n'est pas inférieure à celle du Kazakhstan. Cela signifie que Pékin transforme l'ensemble de l'État en un camp de concentration. Comment peut-on rester assis et regarder ça ? Lorsqu'il s'agit d'intérêts nationaux, nous devons tous être unis et solidaires. Nous avons besoin d'un parti de résistance pour arrêter l'expansion chinoise. Si nous ne prononçons même pas un mot pour l'instant, quand allons-nous enfin élever la voix? Combien de temps allons-nous rester sous la couette sans nous inquiéter pour chacun d'entre nous?" Force est de constater que les propos tenus par l'opposant kazakh sont similaires à ceux de l'époque de ‘’Solidarité’’ en Pologne, si l'on remplace "Chinois" par "Soviétiques".

kazakhstan-map-lng.gif

Outre les appels lancés sur les réseaux sociaux, les opposants à l'influence chinoise organisent des manifestations dans les rues des grandes villes kazakhes. Certes, la police n'a pas encore supprimé la propagande d'agitation, mais il faut se souvenir que Zhanbolat Mamay a été arrêté pendant trois jours en février 2021. Pour des appels similaires à un rassemblement illégal. On peut s'attendre à ce que, cette fois, les autorités kazakhes neutralisent l'opposant, ce qui, bien entendu, ne résoudra pas le problème global de la domination économique de la Chine sur le Kazakhstan voisin.

Sebastian Gross pour Xportal.pl

[1] https://www.facebook.com/zhanbolat.mamay/posts/3963018753740950

lundi, 19 octobre 2020

Le film kazakh Tomyris: Yellowwashing made in Kazakhstan ?

Le film kazakh Tomyris: Yellowwashing made in Kazakhstan ?
 
J’ai visionné hier un film kazakh, «Tomyris » ( de Akan Satayev, initialement sorti en 2019.
 
Ce film qui avait tout pour m’intéresser, évoque la vie d’un personnage semi -légendaire, qui a inspiré de nombreux artistes européens, Tomyris, reine des Massagètes, tribus de cavaliers nomades iranophones rattachée à l’ensemble « scythique » d’Asie.
 
C’est un bon film, épique, avec des scènes d’action et une reconstitution dans l’ensemble convaincantes, bien que les costumes des protagonistes soient traités inégalement (traitement décevant pour les Sarmates ou les Perses).
 

IMG_8265.JPG.1ee88ec4fca51b0ce6b4705f79ac547f.JPG

Là où la bât pourrait blesser, c’est que le réalisateur a présenté les Massagètes, mais aussi d’autres peuples indo-européens comme les Dahais ou les Sarmates , comme des populations turciques tant au niveau des langues parlées que de l’interprétation assurée par des acteurs kazakhs.
 
Or, un grand spécialiste des peuples des steppes ou du Caucase comme Iaroslav Lebedynsky, que j’ai maintes fois reçu sur Radio Courtoisie, précise dans plusieurs ouvrages que ces peuples iranophones nomades ( Scythes, Saces, Sarmates et Alains) étaient europoïdes , souvent de complexion claire.
 

121785187_1490159537846450_35923909349799971_n.jpg

La critique iranienne n’a évidemment pas apprécié ce qu’il est convenu de qualifier « d’appropriation culturelle », d’autant plus que le « roi des rois » Cyrus le Grand est incarné dans le film par un acteur syrien, celui qui jouait le rôle de Saladin dans le film de Ridley Scott, «Kingdom of Heaven ».
 
Cette démarche des autorités kazakhes, impliquées dans la production du film, rappelle dans une certaine mesure, ce qu’avait pu faire Mustapha Kemal Atatürk, lorsqu’il avait revendiqué l’héritage des Hittites indo-Européens, dans la généalogie historique et identitaire de la Nouvelle Turquie.
 
De nombreux critiques soulignent que cette évocation d’une souveraine forte et guerrière, intégrée dans le roman national kazakh, aurait pour objectif de rendre plus acceptable dans la population, une prochaine accession au pouvoir de Dariga Narzabayeva, fille du père de la nation Noursultan Nazarbayev.
 

Dariga-1.jpg

Malgré toutes ces réserves, le film vaut largement le coup d’œil et renvoie aux récits contestés d’Hérodote selon lesquels cette reine Tomyris aurait vaincu et tué le Perse Cyrus le Grand.

mardi, 28 août 2018

Entre la Caspienne et la Mer Noire : bientôt le Canal Eurasien !

kanal2.jpg

Entre la Caspienne et la Mer Noire : bientôt le Canal Eurasien !

Supplantera-t-il le Canal de Suez ?

Par Thomas W. WYRWOLL

Après des tractations préliminaires couronnées de succès, le président du Kazakhstan, Noursoultan Nazarbaïev a une nouvelle fois suggéré la mise en œuvre d’un projet, formulé déjà du temps des Tsars, lors du sommet du Haut Conseil de la Communauté Economique Eurasienne, c’est-à-dire la construction d’un canal entre la Caspienne et la Mer Noire.

Pour être précis, il existe déjà un canal qui fait le lien entre ces deux mers, le Canal Don-Volga (CDV). Cependant, ce canal, qui date de l’ère stalinienne et s’étend sur une distance de 101 km, constitue aujourd’hui un goulot d’étranglement entre les deux fleuves et est régulièrement embouteillé. Ses dimensions sont désormais inappropriées, même pour les péniches fluviales de la Volga, dont le gabarit est pourtant assez petit. Après l’ébauche des premiers projets, formulés dans les années 1930, de réaliser un canal menant directement de la Caspienne à la Mer Noire, les autorités soviétiques ont mis ceux-ci au frigo, suite à la guerre. Après la fin des hostilités, le projet ne fut pas remis à l’ordre du jour car, finalement, les Soviétiques se sont rendu compte que le Canal Don-Volga suffisait amplement pour les tâches limitées de l’époque.

Mais vu l’ampleur de l’exploitation pétrolière dans la zone caspienne et le développement des projets de « routes de la soie », l’idée d’un tel canal est plus actuelle que jamais. En 2007 déjà, le président russe Vladimir Poutine envisageait soit de creuser un canal parallèle au CDV soit de tracer un nouveau canal qui serait une liaison directe entre les deux mers. La même année, son collègue kazakh a estimé que c’était là une excellente suggestion et il s’est fait l’avocat d’un canal direct, auquel il a donné le nom de « Canal Eurasien ». En allemand, on parle donc désormais de « Canal Eurasien » (Eurasien-Kanal). Le président kazakh proposait alors un tracé partant de la courbe du fleuve Manytch en direction de la Caspienne. Ce tracé serait de 700 km.

Deux ans plus tard, la Banque Eurasienne de Développement sort une étude pour la construction d’un tel canal et pour d’éventuelles alternatives. Cette étude reste alors secrète et n’a pas été publiée. Il est évident qu’un nouveau CDV serait plus long d’environ 300 km qu’un canal direct et, pendant l’hiver, ne serait que partiellement utilisable pendant trois à cinq mois, un handicap sérieux que n’aurait pas un tracé situé plus au sud, où l’hiver ne sévirait que deux mois. On a appris que le coût des deux projets ne serait pas très différent et, en tout cas, constituerait l’initiative la plus onéreuse de l’histoire russe récente, plus chère encore que la construction du pont de Crimée. Malgré le caractère secret du projet, le monde entier était au courant de celui-ci, suite aux multiples conférences russo-sino-kazakhs. A plusieurs reprises, le président Nazarbaïev, en particulier, a tenté de le promouvoir.

Pour le Kazakhstan, les avantages d’un tel canal sont évidents : le pétrole tiré des énormes gisements  de la Mer Caspienne (10% des réserves mondiale, selon les dernières estimations)  est transporté dans un premier temps par navires pétroliers depuis les côtes kazakhs et, de là, est acheminé plus loin grâce à un système d’oléoducs, pour lequel le Kazakhstan doit payer des sommes considérables. Un canal vers la Mer Noire constituerait un mode de transport direct et donc nettement plus avantageux par mer jusqu’au pays européens clients. La Communauté Economique Eurasienne ne parlait naguère que d’améliorer les infrastructures régionales, de créer des emplois nécessaires et de promouvoir la construction de bateaux.

Pour la Chine, le canal constituerait un bon compromis entre les avantages offerts par le rail et par la navigation fluviale, permettant de raccourcir encore la distance entre la Chine et l’Europe, surtout depuis que Beijing s’active à déplacer à grande échelle ses centres de production industrielle de l’Est vers l’Ouest. Les financements proviendraient de la Banque Asiatique d’Investissements et d’Infrastructures, créée par la Chine ; pour l’exécution des travaux, on prévoit l’intervention du géant Sinohydro, relevant de l’Etat chinois. Sinohydro est l’une des plus grandes entreprises de construction au monde qui a notamment réalisé la fameux barrage des Trois Gorges. Les Chinois, toujours très actifs, prévoient un temps de construction de trois ans, plus six mois de planification. Les experts russes, en revanche, estiment que le temps de construction sera deux ou trois fois plus long.

kalmoukie.jpg

Un aspect intéressant dans la construction de ce canal est qu’il passera par la République de Kalmoukie. A l’origine, le peuple kalmouk vient du Nord-Ouest de la Chine, de Dzoungarie. Il s’est installé sur le cours de la Volga au 17ème siècle. Sous Staline, il a subi un véritable génocide, poussant de nombreux Kalmouks à combattre dans les rangs allemands pendant la seconde guerre mondiale. Sous Khrouchtchev, les survivants ont pu revenir dans leur patrie et sont de nouveau, à l’embouchure de la Volga, le peuple le plus nombreux, après les Russes. Un deuxième grand groupe de Kalmouks vit encore dans l’Ouest de la Chine, où leurs ancêtres, après la dissolution du Khanat de Kalmoukie par Catherine la Grande en 1771, y étaient revenus à l’invitation des empereurs mandchous. Aujourd’hui, il y a presque autant de Kalmouks en Chine qu’en Russie.

Le gouvernement de la République kalmouk a signé récemment avec la Chine un accord, accepté par les Russes, invitant à un nouveau retour des Kalmouks de Chine dans la région russe de la Volga. Si ces Kalmouks de Chine revenaient effectivement, le peuple titulaire de la République kalmouk actuelle serait dominant sur son territoire « ethnique » et pourrait s’étendre aussi à des régions contigües que Staline avait annexées à la Russie. Les Kalmouks de Chine sont cependant très loyaux à l’égard de la Chine, fait intéressant à plus d’un titre sur le plan géostratégique. Jusqu’ici, la Chine s’est montré très réticente pour installer des fragments de ses propres populations sur le territoire russe, car les autorités chinoises savent que les Russes sont très méfiants et très sensibles à ce genre de transferts de populations ; cependant, l’installation de Kalmouks originaires de Chine dans le cadre de la construction du Canal Eurasien pourrait s’avérer plus aisé.

antilopes-saigas_.jpg

Potentiellement, les problèmes écologiques que poserait la construction de ce canal sont importants. Non seulement, les biotopes aquatiques s’entremêleraient mais les routes de migrations d’une grande partie des populations d’antilopes saïga à l’Ouest de la grande steppe, ce qui aurait d’énormes répercussions sur celles-ci et sur la part de l'écosystème de cette steppe dépendant de ces animaux. On a songé à installer des ponts pour faire passer cette faune sauvage mais ces antilopes sont craintives et risqueraient de ne pas les emprunter. De plus, leur nombre serait insuffisant : ils devraient être complétés par des ouvrages plus larges sous formes de corrals devant être entretenus par l’homme. Pour la faune ornithologique, plusieurs zones humides seraient mises en danger, notamment par la salinisation des sols. On pourrait y remédier par un réglage compliqué des adductions d’eau pour le canal. La Mer d’Azov serait elle aussi menacée, alors que son état est déjà déplorable. Minimiser les dégâts écologiques potentiels est l’un des principaux défis à relever pour les constructeurs du Canal.

Ces défis pourront toutefois être surmontés. Réaliser ce projet, vieux de plus d’un siècle, apporterait de grands changements géostratégiques, comparables au creusement du Canal de Suez, dont le rôle serait alors considérablement minimisé.

Thomas W. Wyrwoll.

(article tiré de « zur Zeit », Vienne, n°34/2018, http://www.zurzeit.at ).

mardi, 11 octobre 2016

Escenarios de la gran Eurasia: China

china-army-2012ssssssss.jpg

Escenarios de la gran Eurasia: China

Ex: http://www.katehon.com

El Círculo de seguridad chino

La seguridad de China simplemente se puede resumir en la conservación de la estabilidad a lo largo de las zonas fronterizas internas y externas, comprendiendo que la desestabilización periférica suele preceder a los disturbios internos. La etnia han es ahora la súper mayoría abrumadora del país, pero ellos y el Partido Comunista de China todavía tienen que lidiar con un puñado de grupos minoritarios potencialmente problemáticos extendidos a lo largo de un gran espacio geográfico, algunos de cuyos miembros son altamente susceptibles a las influencias abusivas desde el exterior. Además, también existe la amenaza a largo plazo de que la memoria histórica de algunas regiones y pueblos pudiera ser manipulada para volver al primer plano de su concienzuda toma de decisiones, lo que en términos prácticos significa que incluso la etnia han o las minorías locales de las zonas anteriormente no afectadas por el sentimiento separatista, podrían verse envueltas en estos problemas. El Círculo de seguridad chino se extiende en un círculo a lo largo de la densamente poblada costa este, que sirve como núcleo del país y de su civilización histórica.

Manchuria:

Comenzando en el noreste, la primera área de preocupación para el futuro es "Manchuria", cuyos habitantes tienen una historia muy conocida por haber gobernado China durante la dinastía Qing. Los manchúes ya no constituyen un porcentaje importante de la población, pero la memoria histórica de la región podría manipularse amenazadoramente en contra de las autoridades para la promoción de una agenda hostil anti-centro (Pekín). Es un escenario lejano y que probablemente nunca tome ninguna forma sustancial pero, no obstante, merece ser mencionado como una vulnerabilidad de la seguridad de China inalterable (aunque poco probable), sobre todo porque los japoneses explotaron esta eventualidad aparentemente imposible en la década de 1930, mediante el establecimiento a la fuerza en la región de su estado títere de "Manchukuo". A pesar de que los tiempos geopolíticos han cambiado de hecho desde entonces, el concepto de una identidad "manchú" diferenciada que podría ser manipulada contra Pekín siempre seguirá siendo un problema, no obstante lo poco probable que pueda ser el retorno de su manifestación física.

Las Coreas:

Millones de coreanos viven en la frontera de Manchuria, cerca de Corea del Norte, y en el caso de que Pyongyang se derrumbe o de que se produzca algo igualmente perturbador, entonces incluso más coreanos se arremolinarán a través de la frontera si no pueden ser detenidos antes de tiempo. Si el Norte y el Sur de Corea alguna vez se reúnen, a continuación, las dos Coreas podrían un día convertirse en lo suficientemente fuertes como para presentarse como un leve competidor de China, siendo entre ellos y Japón más que capaces de manejar sus asuntos entre ambos en su propio beneficio.

Lo más preocupante para Pekín, sin embargo, sería si el personal militar estadounidense permaneciera en el país, lo cual es muy probable, y si el país recién reunido tratara de manipular a la comunidad coreana de la Manchuria China para algún propósito estratégico todavía por definir. En la actualidad, sin embargo, Corea del Sur se está convirtiendo en un problema preocupante para China, debido a la isntalación allí del THAAD, la "defensa antimisiles" de EE.UU., socavando la capacidad de contragolpe nuclear de Pekín.

Mar Oriental de China:

La disputa de las islas con Japón es importante para China, no sólo por razones histórico-normativas, sino porque estos territorios son su puerta de entrada al Pacífico occidental. Desde el punto de vista japonés, por lo tanto, pueden ser utilizados para "contener" a la armada china en una zona "segura" y "manejable” de A2/AD [Anti-access/Area denial: anti-acceso/denegación de zona], lo que explica la urgencia de China en su deseo por salir de este 'cordón sanitario'.

Mar del Sur de China:

La línea de los nueve puntos podría parecer demasiado ambiciosa e históricamente cuestionable, pero partiendo de un sentido estratégico, está sin duda justificada. China no quiere "impedir" el comercio en el Mar del Sur de China como le acusan los órganos de información afiliados a los Estados Unidos, sino salvaguardarlo, porque la mayor parte de las importaciones de energía del país y todo su comercio con Europa, África y Oriente Medio proviene generalmente de esa dirección.

Podría ser controvertido que China esté "construyendo islas" en los territorios que reclama como propios, pero siendo realistas, de no haber tomado China estos movimientos, a continuación, los EE.UU. y/o sus aliados regionales habrían golpeado a Pekín para eso con el fin de que el mundo unipolar hiciera precisamente lo que acusa a China de estar supuestamente haciendo, tratar de "controlar" y "obstaculizar" el comercio.

Debido a las complicaciones que los EE.UU. han creado en el Mar del Sur de China, y a la falta de fiabilidad de esta vía fluvial en caso de guerra o algún otro evento desafortunado, China está trabajando firmemente para construir una serie de rutas de la seda por tierra para garantizar su acceso seguro a alta mar y lejos del cuello de botella fácilmente obstruible del estrecho de Malaca.

Yunnan e Indochina:

El más austral territorio continental de China es una mezcla ecléctica de diferentes tribus y grupos étnicos muy estrechamente relacionados con los pueblos de Indochina. La montañosa Yunnan está geográficamente bien defendida de los ataques convencionales, pero es vulnerable a los asimétricos, tales como la penetración de las bandas de tráfico de drogas, las "armas de migración masiva", o infiltrados insurgentes. Vietnam podría suponer comprensiblemente una amenaza real en el caso de que estallaran con él las hostilidades en el Mar del Sur de China, y se pusiera en marcha un ataque terrestre furtivo o de represalia para coger a China con la guardia baja, pero es más probable que Myanmar, y tal vez incluso un día insurgentes de Laos y los refugiados, pudieran desbordarse en la frontera del sur de China y desestabilizar el armonioso equilibrio de identidades en la región más diversa del país.

tibet-header.jpg

El "Gran Tíbet":

La región histórico-cultural del Tíbet es mucho más grande que la provincia del mismo nombre, que a su vez representa sólo uno de sus tres regiones, U-Tsang. La parte oriental de esta entidad administrativa y la parte occidental de Sichuan comprenden lo que antes se conocía como Khan, mientras Qinghai corresponde principalmente a Amdo. Aunque poco poblados, estos tres espacios ocupan una vasta región de tierra repleta de valor estratégico insustituible, ya que la Región Autónoma del Tíbet tiene el control sobre siete de las principales vías fluviales de Asia, que suministran colectivamente casi a la mitad de la población mundial aguas abajo. Esta es la verdadera razón por la que los EE.UU. y la India quieren un Tíbet "independiente", lo que consiste en aprovechar los recursos mediante representación y utilizarlos para controlar el resto de China, por no decir nada del sur y sudeste de Asia.

Xinjiang:

Algunas personas en esta región de China habitada por musulmanes túrquicos, han estado luchando por la "autonomía" o la "independencia" de China, respaldados de forma encubierta por Occidente y sus aliados del CCEAG, con el fin de astillar la parte del país lejos de Pekín rica en recursos naturales, y crear un estado salafista acérrimo en la región pivote entre Asia central, Siberia, la China de mayoría han y el Tíbet. Xinjiang también es importante porque es donde China lleva a cabo una gran cantidad de sus vuelos espaciales, por lo que la región ha añadido importancia estratégica además de la geopolítica.

El Estado chino mantiene un estricto control sobre la región a pesar de que las informaciones sobre la "supresión" de la cultura local y de la religión son totalmente exageradas, pero el asunto es que los terroristas no tienen ninguna posibilidad por el momento de recrear las circunstancias al estilo del Daesh, como para forjar su propio califato en el desierto.

En cambio, la mayor parte de su actividad probablemente se mantendrá contenida en las ciudades, a pesar de que eso no la hace de ninguna forma menos eficaz. En una nota relacionada, el escenario del Califato Kush que fue descrito al hablar de Asia Central es muy pertinente aquí, y es por esta razón por la que China avanzó recientemente el Mecanismo de Cooperación y Coordinación cuadrilateral entre Tayikistán, Afganistán, Pakistán y ella misma, con el fin de prever la emergencia de un campo de entrenamiento para terroristas en las inmediaciones de Xinjiang.

mongolie.jpg

Mongolia interior:

No muchas personas viven en el amplio territorio de Mongolia Interior, pero la región sigue siendo muy apreciada por Pekín por dos razones. En primer lugar, es extraordinariamente rica en minerales de tierras raras y carbón, pero en segundo lugar, es una puerta de enlace etno-histórica para movilizar más influencia adecuada hacia Mongolia. China no tiene reivindicaciones territoriales contra su vecino del norte, pero el punto es que la Mongolia Interior puede servir como un cultivador de influencia de poder blando, sobre todo porque hay más mongoles viviendo aquí que en el país del mismo nombre.

La amenaza, sin embargo, sería si estos mongoles (que son alrededor de 1/7 de una población de 24 millones de personas en total), alguna vez llegaran a ser "conscientes" de su nacionalidad a través de una ONG u otra manipulación externa, que a su vez podría poner a toda la China mongola estratégicamentre contra ella. No hay forma práctica de que la Mongolia Interior se “reúna” nunca con Mongolia o de que plantee una seria amenaza para China, pero podría convertirse en una irritante primera plana de menor importancia que, combinada con otras perturbaciones fronterizas simultáneamente en curso, podría contribuir a empujar la situación más allá del punto de inflexión.

Amenazas de desbordamiento

Hay tres países fronterizos cuyas rupturas internas podrían conducir a un derrame de amenazas asimétricas en la propia China. Sin contar el refugio y los campos de entrenamiento terroristas en Afganistán, estos son:

Kirguistán:

El estado de Asia Central propenso a la desestabilización podría contraerse en su totalidad si se somete a una tercera "revolución", haciendo así posible la formación de un “Califato del Kush” transnacional en la región montañosa entre Tayikistán, Afganistán, Pakistán y él mismo. Incluso si esto no sucede en la forma en que se proyecta, el extremismo islámico del valle de Fergana podría encontrar una manera de deslizarse a través de la frontera en Xinjiang, o por el contrario, convertirse en un campo de entrenamiento mucho más cercano, y por lo tanto peligroso, de lo que nunca podría serlo Afganistán (por supuesto siempre que la situación no sea estabilizada por medios domésticos o potencialmente exteriores [la OTSC, posiblemente en operación conjunta con china]).

nepal-fcv_cle87b4cb.jpg

Nepal:

El antiguo reino hindú se tambalea ahora cerca de otra guerra civil, ya que los de las tierras altas del norte compiten con los de las tierras bajas del sur sobre la delimitación federal del país. La violencia aquí podría producir no sólo miles de refugiados fluyendo hacia China, sino también un peligroso vacío de desestabilización que podría servir para oscurecer el entrenamiento de terroristas “budistas” destinados al Tíbet, o incluso convertirse en un imán para que algunos viajen al vecino Tíbet. Además, insurgentes tibetanos entrenados en la India podrían utilizar el país como un trampolín para la infiltración en China explotando la falta de ley y orden de Nepal en este momento, con el fin de inyectar un flujo en la República Popular bajo la cobertura de ser “refugiados”.

Myanmar:

A pesar de que los combates en los estados de Shan y Kachin en gran medida han disminuido en comparación con lo que fueron en tiempos anteriores, como se explica en las descripciones de los escenarios de la ASEAN, la lucha podría renovarse en el futuro si las conversaciones de federalización (Panglong 2.0) se descomponen y los insurgentes vuelven al campo. Además, incluso si tienen éxito, podrían dar lugar a una disminución notable de la presencia militar del gobierno central a lo largo de la periferia del país, sobre todo si se incluyen cláusulas que permitan a las entidades federales amplia autonomía en sus asuntos de seguridad. Recordando cómo se ha predicho que el estado de Shan podría ser transferido para formar una inviable “federación dentro de una federación”, es muy posible que suceda otro estallido de conflicto con el tiempo inevitablemente, aunque esta vez complicado por el hecho de que ahora se habrá creado un tablero de ajedrez de pequeños estados sobre el que compiten las grandes potencias. Drogas, insurgentes y "refugiados"/inmigrantes son las mayores amenazas en este escenario.

Una Federación de Megaciudades

El estratega Parag Khanna sostiene en su nuevo libro Connectography cómo China se está convirtiendo rápidamente en una "federación de megaciudades”, procurando un mapa conceptual que ilustra de manera convincente este punto. Siempre que el país siga avanzando en esta dirección, quedará por ver cómo esto va a cambiar práctica y legalmente su estructura de gobierno, así como cuáles son los efectos de la división geográfica del país en una "federación" de megaciudades centro-orientales y cuáles serán los asentamientos periféricos.

Un posible escenario es que el movimiento separatista en Hong Kong (en sí misma un miembro clave de la "federación de megaciudades"), podría servir de pretexto para una futura reacción en cadena de secesionismo entre sus contrapartes costeras del continente, si son capaces de establecer una sólida identidad independiente suficiente, aunque esto, por supuesto, requiere una inversión a largo plazo en apoyo cualificado y coordinado de las ONG en el preacondicionamiento de las masas sobre este punto.

Sobre una tangente relacionada de separación en "megaciudades", la división socio-lingüística existente entre el "norte" y el "sur" de China en dos mitades, mandarín y cantonesa, tendrá que ser monitoreada para detectar signos de regionalismo a lo largo de las líneas de uno de los escenarios que fue previamente predicho para la India.

Las Nuevas rutas de la seda

Oficialmente denominada One Belt One Road [Un cinturón, una ruta], pero coloquialmente conocida en la prensa internacional como las Nuevas rutas de la seda, la estrategia global de China es unirse junto con todos sus socios en un sistema complejo de interdependencia económica mutua que pueda proporcionar una salida sostenible para su exceso de capacidad de producción nacional. También hay más elementos estratégicos en esto, como evitar el estrecho de Malaca y el Mar del Sur de China. En cuanto a las principales rutas peninsulares que China ha explorado, ya sea que sólo hayan estado flotando alrededor, fueran antiguas visiones que no pueden ser satisfechas, o estén siendo actualmente avanzadas en alguna u otra forma tangible, son los siguientes:

La ruta de la seda de la ASEAN:

Laos - Tailandia - Malasia - Singapur.

Ruta de la Seda de Myanmar:

Myanmar.

Corredor BCIM:

Myanmar - India - Bangladesh.

Corredor Económico entre China y Pakistán:

Pakistán.

Ruta de la Seda Asia central-persa:

(No definida, pero es probable que incluya a los siguientes países):

Kazajistán - Uzbekistán - Turkmenistán - Irán

Puente de tierra euroasiático:

Kazajistán - Rusia - Bielorrusia

Ruta de la Seda balcánica:

Grecia - República de Macedonia - Serbia - Hungría (posiblemente a través de Eslovaquia - Polonia - Lituania - Letonia - Estonia - Rusia [San Petersburgo]).

mardi, 27 janvier 2015

La puissante organisation dont personne ne parle: l'OSC

 

 

 

La puissante organisation dont personne ne parle: l'OSC

Auteur : The Wealth Watchman
Ex: http://zejournal.mobi

Le réel pouvoir fondateur derrière les BRICS.

Les BRICS, comme nous l’avons déjà traité par ailleurs, ont été formés en réponse à la fraude financière et aux malversations occidentales. Son plus grand objectif est de donner à l’Orient une véritable impulsion dans des domaines comme le commerce, les mesures de sécurité et la coopération économique, le tout au sein d’un cercle qu’eux seuls, et non Washington, peuvent contrôler.

Ils ont parcouru un long chemin en un court laps de temps, c’est vrai, mais ils sont encore « les petits nouveaux du quartier ». En fait, ils ne se sont même pas conceptualisés en tant qu’idée sérieuse avant Septembre 2006 ! Leur première rencontre officielle, sans l’Afrique du Sud, n’a été tenue qu’en 2009.

Cependant, il y a une autre organisation qui est apparue avant les BRICS et qui est encore plus influente qu’eux en quelque sorte! Une organisation dont les fondateurs ont fait naître en premier l’idée ouvertement pro-marchés émergents, tout comme les BRICS.

Cette organisation dont presque personne ne parle, est appelée l’ « Organisation de Coopération de Shanghai » (OCS).

Je vous avais dit que presque personne n’en parle! Laissez-moi vous présenter l’organisation la plus puissante aujourd’hui dont presque personne n’a entendu parler. Mais c’est pour bientôt!

L’histoire derrière sa fondation

Tout d’abord, l’OCS s’ést établi avant les BRICS, en fait, leurs fondations ont été posées une décennie plus tôt, en 1996. Le but de l’OCS est un peu différent de celui des BRICS, toutefois ils ont de nombreux objectifs parallèles. Tout d’abord, la création de l’OCS est l’idée d’une alliance partielle entre deux pays, la Russie et la Chine.

Pourquoi alors ont-ils été créés ?

C’est la vraie question. Afin de bien mettre nos têtes au clair sur ce sujet, faisons un rapide récapitulatif de l’histoire.

Au tout début des années 1990, lorsque l’Union Soviétique avait pratiquement perdu la guerre froide, de nombreuses garanties et traités ont été acceptés et signés, entre Gorbatchev et les États-Unis. L’un des principes directeurs était que la Russie accepte, afin de faire disparaitre pacifiquement l’Union Soviétique, que la nouvelle Allemagne Ouest et Est réunis, adhère à l’OTAN. Cependant, tout aussi important, en retour, la garantie avait été donnée au Ministre des Affaires Étrangères soviétique, Edouard Chevardnadze, que l’OTAN (une force militaire de dissuasion créée comme un contrepoids pour surveiller les forces soviétiques en Europe), n’utilise, en aucun cas, l’Allemagne pour faire un « saute mouton » et étendre sa composition plus à l’Est.

C’était un accord des plus raisonnable, et il constituait la base d’une grande paix … une paix qui aurait pu durer indéfiniment sans l’orgueil et l’arrogance de l’Ouest et des « banksters » mondialistes qui se sont hissés à sa tête. En fait, tout bêtement, le Dragon de la Banque a immédiatement commencé à revenir sur cette promesse fondamentale faite à la Russie, et a commencé à bâtir des plans pour étendre son alliance militaire de l’OTAN vers l’Est, vers le territoire russe.

La toute première admission publique faite par les mondialistes, montrant qu’ils visaient à rompre leurs promesses sur l’expansion de l’OTAN vers la Russie, fût faite par le président Clinton, en faisant un demi-tour complet en 1996. Par ailleurs, si vous vous souvenez, 1996 fût exactement l’année durant laquelle le groupe, qui deviendra l’OCS, a été formé (ce n’est pas une coïncidence).

map-sco.gif

« Wile E. Brzezinski », Kissinger, et tous les magouilleurs de l’OTAN, ont immédiatement commencé à mettre leurs promesses dans la corbeille à papier! Dans tous les sens, et aussi vers l’Est, ils ont distribué des cartes d’adhérents à l’OTAN, à tout le monde et même à leurs animaux de compagnie!

La Hongrie, la République tchèque, la Pologne et même d’anciens satellites soviétiques, comme les pays baltes, ont été admis. Plutôt que de tenir leur promesse de ne pas étendre l’OTAN, ils ont carrément doublé le nombre d’adhérents, passant de 12 à 24 États! A l’heure actuelle, ils sont 28 membres. Ils sont même allés jusqu’à mettre quelques bases navales en Asie centrale.

Le principe élémentaire des ces traités a été violé, et Washington DC s’est mit en mouvement pour encercler militairement la Russie, pour mettre des « systèmes de défense antimissile » en place autour de leurs frontières. Tout cela a été accompli au cours d’une planification de pivot vers l’Asie, et même d’un déplacement vers les républiques d’Asie centrale. Le pouvoir vacant que l’Empire Soviétique en ruine avait laissé, allait bientôt être comblé par Brzezinski et les mondialistes occidentaux.

Quelque chose devait être fait pour contenir les agressions des États-Unis et de l’OTAN, et rapidement.

L’Orient Répond

La Russie et la Chine savaient ce que signifiait l’annonce du président Clinton sur les nouvelles adhésions à l’OTAN, et se sont immédiatement mis au travail. Dans la même année, ils ont mit en place une organisation, dans la ville de Shanghai, connue sous le nom de « Shanghai Five », car il avait cinq États membres à ses débuts. Plus tard, en 2001, avec l’admission de l’Ouzbékistan, il a été rebaptisé l’Organisation de Coopération de Shanghai.

Jetons un coup d’œil à la brève description que Wikipédia lui donne dans leur introduction: L’OCS est une organisation politique, économique et militaire eurasienne qui a été fondée à Shanghai par les dirigeants de la Chine, du Kazakhstan, du Kirghizistan, de la Russie et du Tadjikistan.

Arrêtons nous là un moment. Rappelez-vous les pays que nous avons examinés et que « Wile E. Brzezinski » avait désigné dans « Le Grand Échiquier » comme clés pour contrôler l’Eurasie? Oui, il s’agissait de l’Ouzbékistan, du Tadjikistan et du Turkménistan, etc. Il semble que la Russie et la Chine avaient un accord avec M. Brzezinski, sur la question de leur importance stratégique, parce que, dès l’instant où ils ont su que les promesses de l’OTAN étaient nulles et non avenues, ils ont commencé à bouger pour fermer l’Ouest par ce couloir particulier de façon définitive.

Ses six États membres couvrent 60% de la masse continentale de l’Eurasie, sans oublier de mentionner qu’ils représentent l’énorme quart de la population mondiale!

Cependant, si vous incluez les États «observateurs», qui sont en lice pour une adhésion officielle, alors tous ceux qui sont affiliés à cette organisation comprendraient pas moins de 50% de la population mondiale!

Eh bien, bénissez-moi, si tout ceci n’avait pas été préparé de longue date! Les seules parties ignorées sont l’Asie du Sud, le Caucase, le monde arabe et l’Europe! Presque tout le monde en Asie centrale et méridionale est soit un membre, soit un «observateur» en l’état actuel des choses!

Parlons des «observateurs» …

L’adhésion à l’OCS

Une nation ne peut pas simplement décider de rejoindre l’OCS. Ce n’est pas comme cela que ça fonctionne. L’OCS soumet un candidat à un processus de «filtrage» avant de l’accepter comme nouveau membre.

La première étape pour devenir un membre, traditionnellement, est de demander le « statut d’observateur ». Ensuite les membres tiennent une série de réunions de dialogue avec le demandeur, afin de déterminer si l’application de la nation serait un ajout positif au groupe. Le test décisif pour l’adhésion semble consister à savoir si l’application de la nation répondrait à quelque chose appelé « L’esprit de Shanghai ».

Dans leurs propres mots, pour satisfaire à « L’esprit de Shanghai », une nation candidate doit remplir ces caractéristiques : la confiance mutuelle, les avantages réciproques, l’égalité, la consultation, le respect de la diversité culturelle et la poursuite du développement commun.

Si un candidat ne peut pas répondre à la plupart ou la totalité de ces choses, il ne fait pas l’affaire. Afin d’être approuvé au « statut d’observateur », chacun des six pays membres doit vous donner le feu vert. Si le Tadjikistan pense que vous seriez un préjudice pour le groupe, alors ce que pensent la Chine et la Russie n’a pas d’importance: vous ne faites pas l’affaire! Il doit y avoir un accord unanime pour qu’un nouveau membre rejoigne les rangs.

La stratégie la plus évidente pour les États-Unis et l’OTAN ne serait-elle pas tout simplement de détruire cette nouvelle organisation de l’intérieur? Pourquoi ne rejoignent-ils pas tout simplement l’OCS, afin de contrecarrer toutes ses voix?

Les États-Unis ont déjà demandé le « statut d’observateur » à l’OCS! En fait, ils ont demandé il y a près d’une décennie, en 2006, et on leur a répondu « merci, mais non merci ».

Cela devrait cimenter, dans l’esprit de chacun, à quel point ils sont retranchés contre Washington et les élites occidentales.

Une organisation militaire

Toutefois, au cas où vous seriez tentés de penser que l’OCS est juste un groupe de gars « sympathiques », qui chantent « Kumbaya », et applique de la cire sur des propos de solidarité, de coopération et de commerce, détrompez-vous! Ne l’oublions pas, l’OCS n’est pas un « tigre de papier ». D’ailleurs, l’OCS a toujours été prévu pour des questions militaires depuis le début. Après tout, il a été construit pour offrir la sécurité aux frontières de ses États membres, à la fois contre le terrorisme et contre toute tentative de placer des systèmes de missiles autour de leur périphérie. C’était une réponse directe à l’empiètement de l’OTAN vers les frontières de la Russie.

csto-2008.gif

En fait, durant leur dernière réunion en Septembre, ils ont réaffirmé leur position catégorique à propos de tels comportements : « le renforcement unilatéral et illimité du système de défense antimissile par un quelconque État ou groupe d’états nuirait à la sécurité internationale et à la stabilité stratégique ».

Ils disent clairement à la fois à Washington et à l’OTAN, que de tenter de rajouter des systèmes de défense antimissile, serait considéré comme une menace directe à leur stabilité et à leur sécurité.

Mais, ils ne se sont pas contentés de simplement dire aux banquiers occidentaux de faire marche arrière, ils ont commencé à organiser certains exercices de guerre assez impressionnants. En fait, l’an dernier, ils ont tenu conjointement un exercice anti-terroriste qui a impliqué plus de 7000 soldats.

Comme vous pouvez le voir, ils ont clairement évolués du stade de « renforcement de la confiance » des premiers jours, vers une alliance militaire assurée et hautement synchronisée. Laquelle est capable de répondre rapidement aux menaces internes ou externes.

Le dernier recours des « banksters »

Cela a eu pour effet de terrifier les banksters. Après tout, leur truc habituel, depuis des siècles, a toujours été de «diviser pour régner». Ils ont été maîtres en la matière pour retourner les peuples et les nations les uns contre les autres, de sorte qu’ils puissent les manipuler et les contrôler, mais cette tactique « d’empêcher les barbares de se rassembler », à l’évidence ne fonctionne plus.

Puisque le pouvoir militaro/bancaire anglo-américain ne va sûrement pas s’en aller gentiment, ils se trouvent concrètement face à une seule option: essayer d’attirer l’un d’eux dans une guerre, avant que les concurrents arrivistes (OCS, BRICS, Eurasian Economic Alliance) ne puissent complètement se fondre ensemble. Si vous regardez tout autour, c’est exactement ce que vous verrez.

En essayant de lancer inutilement une guerre contre l’Iran (qui a le «statut d’observateur» à l’OCS), de renverser le gouvernement de l’Ukraine, et de tenter d’attirer la Russie dans une guerre dans la région du Dombass séparatiste, les États-Unis et Londres ont tenté d’entraver tout nouveau progrès de cette alliance résolument anti-dollar, anti-OTAN et anti-FMI.

Par ailleurs, en 2014, l’OCS a décidé de ne pas ajouter de nouveaux membres pour l’instant, bien qu’elle devait le faire. La raison est que l’OCS pensait que le fait que les banksters tentent d’attirer la Russie dans la guerre en Ukraine était si grave, que la majeure partie de la réunion de Septembre 2014 a porté sur l’élaboration d’un accord de paix sur cette situation.

En vérité, si vous voulez connaître les forces réelles derrière l’accord de Minsk, ne cherchez pas plus loin qu’un effort conjoint du Kremlin et l’OCS.

La tentative de mettre l’Ukraine toute entière hors des sentiers du commerce eurasien, n’a été que partiellement réussie. Après tout, l’Occident a perdu la Crimée, et à ce jour, a perdu le Dombass également. Cet échec à prendre la base navale russe de la mer noire, et à attirer la Russie dans un engagement, a fait grincer les dents de Wile E. Brzezinski et de ses marionnettistes mondialistes. Si vous ne me croyez pas, il suffit d’écouter cette interview avec le « coyote » lui-même (https://www.youtube.com/watch?v=IrRPZ6CBvPw). Il est plus bouleversé que je ne l’ai jamais vu, et il a pourtant donné beaucoup d’interviews au cours des 6 derniers mois.

sh62514_0.jpg

Conclusion

« Wile E. Brzezinski » et les puissants « banksters » occidentaux sont désespérés et paniqués , en regardant, impuissants, leur plus grande crainte se dérouler devant eux. Une alliance eurasienne viable est en train de devenir réalité.

Dans cette nouvelle réalité, leurs anciens mécanismes de contrôle (le prêt à intérêt et l’esclavage par la dette du FMI et de la Banque Mondiale, ainsi que les incursions de « sécurité » des États-Unis et de l’OTAN) seront à la fois importuns et sans pertinence.

Le monde ne veut plus de leurs « services » voyous. Après tout, ils peuvent subvenir à leur propre sécurité!

Le monde n’a jamais eu besoin de cette drogue dette/monnaie des banksters, et grâce à la Banque des BRICS et d’autres mécanismes, ils vont bientôt avoir tout le capital dont ils ont besoin pour s’attaquer à leurs défis, libéré du contrôle de la Banque Dragon.

Les BRICS ont un énorme pouvoir, mais ils ont toujours été l’extension économique d’une précédente alliance militaro/sécuritaire, l’OCS. Jusqu’à ce point, l’OCS a préféré que les BRICS soient le visage public de l’alternative à la domination occidentale, mais l’OCS cherche à commencer à monter sur le devant de la scène, aux côtés des BRICS.

Tout cela conduit à des conjectures concernant une information récente qui a fait l’effet d’une bombe.

Est-ce que quelqu’un d’autre se souvient de l’annulation du South Stream, le gazoduc qui devait s’écouler à travers la Bulgarie et en Europe?

Qui est désormais le principal bénéficiaire de ce pipeline de gaz naturel à la place de l’Europe ?

La Turquie, un «observateur» de l’OCS, et (dans mon esprit) le joueur asiatique clé, pas encore totalement admis à bord. L’Eurasie ne peut pas bien fonctionner sans ce pays « passerelle » qu’est la Turquie.

L’abandon du South Stream à travers l’Europe est une énorme affaire, et cela m’amène à me demander: est-ce le prix à payer pour convaincre la Turquie (également membre-clé asiatique de l’OTAN) de changer de camp d’Ouest en Est? Seront-ils bientôt l’État surprise, qui passera de pays «observateur» de l’OCS, à membre à part entière au vote en 2015?

En outre, s’il devait rejoindre pleinement l’OCS, deviendrait-il le premier grand membre de l’OTAN … à quitter l’OTAN?

Cependant, qu’il soit inclus parmi les membres en 2015 ou non, une chose est certaine, ces nouvelles organisations de l’Eurasie sont en train de changer l’histoire si vite, que cela dépasse l’entendement. Le 21ème siècle ne ressemblera en rien à ses prédécesseurs. L’Asie (et progressivement l’Europe) semble être désireux de créer un monde nouveau, libéré des banksters « US/UK » et de leur contrôle militaire.

A quoi ressemblera la terre, une fois que tout le monde se sera rendu compte que la «nation indispensable» a toujours été complètement dispensable?

Enfin, qu’arrivera-t-il au dollar américain, et à ceux dont la richesse repose sur lui, une fois que cette nouvelle puissance mondiale sera prête à l’abandonner entièrement (comme ils le feront très certainement)?

Depuis plus d’un siècle, les banques occidentales ont volé la richesse et le destin des plus anciens, des dynasties de l’Est, et maintenant les peuples et les pouvoirs qui y sont situés, ont formé un partenariat aux dents solides pour une coopération sur leurs intérêts communs.

Désolé « Wile E. Brzezinski » et les amis mondialistes mais votre rêve de garder l’Eurasie divisée et sous votre pouce est bouleversé !


- Source : The Wealth Watchman

jeudi, 15 janvier 2015

Eurasian Economic Union Came into Force

presidents-nazarbayev-and-lukashenko-11-12-13.jpg

Alexander MEZYAEV
Strategic-Culture.org

Eurasian Economic Union Came into Force

As the new year started, the Eurasian Economic Union (the EEU) signed on May 29, 2014 came into force to include Russia, Belarus, Kazakhstan, Armenia and Kirgizia. The EEU boasts the population of 183 million (the seventh largest in the world) and covers over 20 million square kilometers (15% of the earth’s land). The organization is the largest world gas (22% of global output) and oil (14, 6% of global output) producer, the second largest producer of mineral fertilizers (14% of world output), the third largest energy (9% of global output) producer and the fourth largest producer of steel (6% of global production) and coal (6% of global output)…(1) But what really matters is that the Eurasian Union is «a model of a powerful, supranational association capable of becoming one of the poles of the modern world …to play an effective bridge role between Europe and the dynamic Asia-Pacific region». (2) The EEU is an international organization based on regional economic integration or an international entity. It means that the decisions of its organs (the Eurasian Economic Council, the Economic Commission, and the Economic Court) become norms of international law. It’s very important. For a long time Russia has adhered to the legal norms created by others. It has become unacceptable as the current system of international law is being destroyed to be replaced by repressive legal system. The adoption of common foreign trade and customs policy is a matter of special importance. The foreign commerce will be based on the principles of free trade and the regime of most favored nations. The EEU members will coordinate the activities in agriculture, industry, energy and stick to common sanitary and technical standards. A common market of pharmaceuticals is to be in place by 2016. A common energy market is to be formed by 2019 and a common oil, gas and oil products market is to become a reality by 2025. It is emphasized that the Union is an economic organization. The history has the examples of international economic organizations gradually turning into political or even military unions. The Economic Community of West African States (ECOWAS) is a good example. Not much time passed since its inception as it shifted the focus from purely commercial projects to military operations on the territories of member-states. There have been attempts made to create an association of post-Soviet countries going beyond the limits of economic cooperation. They all have failed. Some time ago the President of Kazakhstan opposed the accession of Kyrgyzstan, Tajikistan and Armenia to the Customs Union. At the same time he supported the idea of Turkey’s membership only to prevent the Union from becoming a supranational political entity like the European Union. The provisions on common citizenship, common foreign policy and common protection of borders were excluded from the text of the treaty. 

The EEU is coming into force against the background of Russia’s visible intensification of policy aimed at achieving agreements with the neighboring states, especially with the ones tied to Russia by the Union. On December 22, the presidents of Russia and Kazakhstan exchanged ratification documents on the Russia-Kazakhstan Treaty on Good-Neighborly and Allied Relations in the 21st Century. The treaty does not cancel the basic Treaty of Friendship, Cooperation and Mutual Assistance signed between Russia and Kazakhstan in 1992. To the contrary the both treaties complement each other to be implemented in parallel. On December 23, a treaty on the relations between Russia and Abkhazia was submitted to the State Duma for ratification. It was signed on November 24 to bring the relationship to a new level. As far back as 2008 (right after Abkhazia became an independent state) Russia and Abkhazia concluded a friendship, cooperation and assistance treaty. The new document is called the Russian-Abkhazian Treaty on Allied Relations and Strategic Partnership. The treaty will make Russia invoke Article 15 (clause 4) of the Constitution which proclaims the priority of international law over Russian domestic law. The new document streamlines the procedures required to grant Russian citizenship to the citizens of Abkhazia. It is mainly focused on common foreign and military policy, as well as social and political issues. The common foreign policy presupposes closely coordinated activities aimed at strengthening peace and enhancing stability and security. In particular, Article 4 of the treaty envisions that the Russian Federation «will in all possible ways contribute to strengthening the international ties of the Republic of Abkhazia, including expansion of the range of states that officially recognized it, and creation of conditions for the admission of the Republic of Abkhazia to international organizations and associations, including those established on the initiative and/or with assistance from the Russian Federation». Article 6 is also important. It says that should one of the sides come under aggression (armed attack) from any state or a group of states, «this will be considered as aggression [armed attack] also against the other State party». In this case, the sides will grant each other «the necessary assistance, including military, and render support by available means to exercise the right to collective defense». The provision corresponds to international law, especially to Article 51 of the UN Charter. The treaty states that the defensive measures are to be reported without delay to the Security Council of United Nations and their implementation is to be carried out in accordance with the United Nations Charter. The treaty stipulates the establishment of a Joint Group of Forces of the Russian Federation’s Armed Forces and Abkhazia’s Armed Forces to repel aggression. It will have joint command structures and defense infrastructure. The respective Russian organ is to assign a commander in the period of immediate threat or combat action. (3) A more detailed agreement will make precise the procedures. (4) The document envisions the creation of common defense, security, social, economic, cultural and humanitarian space. A new treaty with South Ossetia is being prepared (5). It will to large measure amend the 2008 treaty concluded immediately after the recognition of South Ossetia by Russia as an independent state. Anatoly Bibilov, the speaker of South Ossetian parliament, said the treaty will meet the basic interests of the republic striving for maximum integration with Russia and the development of cooperation in different spheres. 

Going back to the Eurasian Union treaty it should be noted that the organization is open to any state which shares its goals and principles on the conditions agreed with all member-states. In the second half of 2014 two states became the Union’s members. Armenia signed the treaty on October 10, 2014 to be joined by Kyrgyzstan on December 23. Armenia also joined the Customs Union and the Single Economic Space. President Putin visited Uzbekistan. The both parties agreed to hold consultations on possible conclusion of free trade zone treaty between Uzbekistan and the Eurasian Economic Treaty. The Speaker of the Federation Council of the Federal Assembly of the Russian Federation reported that the consultations are held on possible accession of Tajikistan to the Eurasian Economic Union… 

The creation of the Eurasian Economic Union is a result of long preparatory work within the framework of the Eurasian Economic Community and the Customs Union. Summing it up President Putin said «Our integration project is already producing practical results. Trade within the Customs Union has increased by 50 percent since July 1, 2011, and now comes to more than 64 billion dollars. We have improved our trade structure. Processed goods have gradually started replacing raw materials. Their share has risen considerably, while the share of raw materials has fallen from 40 percent to 28.9 percent».

The West fiercely opposes the Eurasian Economic Union and the plans for its development. It should be realized that the construction of «a model of a powerful, supranational association capable of becoming one of the poles of the modern world» will require great efforts. The process will not be limited by economic issues only. It will be opposed in all spheres. 

Footnotes:
1) The official website of the Eurasian Economic Union:
http://www.eurasiancommission.org/ru/Pages/ses.aspx
2) That’s how President Putin described the process Russia, Belarus and Kazakhstan unification in one of his articles which became part of his pre-election program in 2012. 
3) The joint force will include the units of Abkhazian and Russian armed forces. The military and the Ministry of Defense of Abkhazia continue to function as before under the national command.
4) Such an agreement may be concluded in three months after the treaty comes into force. 
5) On December 22, 2014, Vladislav Surkov, a presidential advisor, said that Work on a new treaty on alliance and integration between Russia and South Ossetia will be over by late January 2015.
 

dimanche, 24 février 2013

Eurasian Doctrine of Kazakh President Nursultan Nazarbayev

KazakhstanGF.png

Eurasian Doctrine of Kazakh President Nursultan Nazarbayev: "Thinking space"

 

Kazakhstan becomes a nodal point of the post-Soviet space today. In this context it should be considered not as an ordinary state, balancing between global "centers of power", but as a key element of the great intercivilizational zone stretching through the whole of Eurasia. Whether the zone stays what it was for centuries - the "inner corridor" of Eurasia, separating or linking its civilizations, depends on the Kazakhstan’s fate. That fact brings us inevitably to the geopolitical problems.

It should be noted that for many years Central Asia has been the object of interest for geopoliticians. From the point of view of traditional geopolitics Eurasia is not just a "gap" between "Great Europe" and "Great Asia" - but it is a special cultural and civilizational world, a self-organizing "great space."
 
It should be observed that the debate about the nature and purpose of space in modern geopolitical thought is far from being over. Positivist science of political geography focuses on the phenomena of "objective" external character: the balance of weapons, geographical location of transit infrastructures, etc.
 
Traditional geography and geopolitics are based on the idea of ontological heterogeneity of terrestrial space, on the prevalence of anthropological, civilizational, religious and spiritual factors in determination of the fate and vocation of many nations.
 
For example, modern French researchers do not like to call themselves "geopoliticians", but consider themselves most likely as geographers working at the intersections of geography and history. These sciences, in particular, express their deep surprise that in Germany they still speak about the “Space” (“Raum”) or the "Big space» (“Grossraum”) in the geopolitical discourse. 
 
The concept of “space” is considered “empty” or “abstract” by French researchers, who consequently prefer speaking about the “territory” which  they link to the interests of a certain community and a “collective identity formation”. As a result, according to the French approach the geopolitics itself is defined as the “analysis of contradictions among different types of power institutes of the territory” [1], which narrows the object to geopolitical study, replacing it actually with political geography. 
 
At the same time, within the Eurasian geopolitical research school the desired synthesis has been carried out, and as a result the category of "space" has acquired human, historical, cultural and civilizational contents. That synthesis was embodied in the concept of "local development" which denotes the inseparable connection of space with history and destiny of individuals, societies and nations, with the unique cultural characteristics of the civilization.
 
 As an example of such a "local development" (a model of political, social and economic development which character is defined by country or region location) can be considered as Eurasia in general, so Kazakhstan with its great strategic power as the integral part of “Eurasian space”. What does "to think space" mean, for the founders of states and prominent public figures in this context? 
 
From the author’s point of view it means, first of all, the possibility to correlate spatial, cultural, civilizational and socio-economic characteristics of the states they head with the logic of their history and contemporary political process, and the possibility to draw up the domestic and foreign policy course according to the long-term national, regional and global political trends.
 
One of the founding fathers of classical geopolitics theory K. Haushofer has the same point of view on the “Big space” concept. Speaking on formation of continental alliance connecting European and Asian continents he supposes that “every considerable formations and structures don’t appear ready from the head of some great statesman like the famous Greek goddess of war in her stately spiritual image. A competent person knows that the creation of such formations is a long-term process. I am pleased to admit young colleagues-geographers that I must produce evidence on the formation of a new Euro-Asian continental policy perhaps, more than any other senior representative of the geographical science ". [2]
 
The fullest realization of “thinking space” tendency has been  found in eurasianism  - the movement of Russian intellectuals emigrant groups connected on the first place with the attempt of understanding the origins and consequences of the October Revolution. The movement itself appeared in 1921 in Prague and Sofia, and was founded by four young emigrants from Belorussia - P. Savitsky, geographer, P. Suvchinsky, musicologist, N.Trubetskoy, philologist and Slavicist, Father G. Florovsky, religious philosopher and publicist. Among them there were such prominent Eurasians as religious thinker L.P. Karsavin, famous historian G.V. Vernadsky, lawyer and political scientist Nikolai Alekseev, orientalist V. Nikitin, writer V. N. Ivanov.
 
Much has been said on strong and weak sides of Eurasianism in the historiographical literature. It is admitted that Eurasianism is one of the most significant political theories of the twentieth century bringing up the question on determination of Eurasia’s place in the world. The fact that Eurasians find grounds for necessity of harmonious coexistence of Slavic and Turkish people, Orthodox Christianity, Islam and Buddhism, as a guarantee of integrity and stability of the post-Soviet space are also very important.
 
In parallel the negative sides of the Eurasian doctrine are accentuated. It's pretty clear that when taken to the extreme Eurasianism can act as an ideology justifying totalitarian and autarchic model, causing isolation from the West.
 
How do the subsequent interpretation of this doctrine reproduce and (or) overcome the disadvantages of the "classical Eurasianism"? Perhaps the biggest scientific interpreter of the Eurasianism ideology is Lev Gumilev (1912 - 1992) – a famous Russian historian, anthropologist and philosopher, author of the original teaching about the nature and life of ethnic groups - ethnology. His decade stay at the camp with one of the founders of Eurasianism Peter Sawicki influenced much on his views formation.
 
Actually there were three main ideas of Gumilev’s "Eurasian conception": the first two were adopted, the third was original. The first of them considers the Russian Empire and the USSR historical forms of Eurasian statehood, coming from the empire of Genghis Khan. The second defines the Turkic and Muslim Eurasian peoples as Russian natural allies in their fight against West expansion, as it is equally fatal to any of the "Eurasian power" to unite with it. [3]
 
However, despite the original and profound Gumilev’s interpretation of Russian history, Eurasianism remained for him mainly a geopolitical metaphor. The prominent Russian historian and ethnologist has not formulated yet his specific proposals to arrange the political and socio-economic life of Eurasian countries and peoples. It took time to perceive deeply and completely his ideas.
 
And the time has come. 1990s was the time of large-scale policy changes related to political self-determination and self-assertion in the post-emerging new nation-states, with special and important place occupied by Kazakhstan. At the same time, the 1990s was the period of an increasing interest to the Eurasianism and the conception of underestimated outstanding scientist L. Gumilev.
 
  To bring the key imperatives of Eurasianism to life its entirely new interpretation has been required, as well as the escape from the "mythopoetic" shade, specification of its cultural and civilizational imperatives. This kind of a "modernization" of the Eurasian studies could be used for searching for the most appropriate model of economic and political organization of the post-Soviet space.
 
Thereupon it is no mere chance that the most active and consistent supporter of the Eurasian concept concerning modern political realities is the president of the Republic of Kazakhstan Nursultan Nazarbayev. The leader of a young and dynamic state saw its realization in his project of the Eurasian Union, subsequently implemented in practice in the model of the Eurasian Economic Community (EAEC), and the Customs Union of Russia, Kazakhstan and Belarus founded in 2010.
 
The Eurasian Union project declared in the mid 1990s yet, was supposed to unite new independent CIS states (conserving their political sovereignty) into a common economic space. A little later, N. Nazarbayev repeated his offer with a new meaning - he proposed the creation of the Eurasian Economic Union. This project, as experience has shown, had the fundamental political, historical and cultural base as a result of the Kazakhstan’s specificity as a Eurasian power. The ideology of Eurasianism was officially recognized in Kazakhstan, and one of Kazakhstan's leading universities - the Eurasian National University in Astana - was named after a prominent ideologist of Eurasianism Lev Gumilev.
 
In general we can distinguish following basic features of the "Eurasian concept" by President Nursultan Nazarbayev. In the author’s opinion, they consist in a firm compliance with the following principles:
1) A realistic character, absence of "the ideology primacy";
2) The tendency to connect firmly the idea of "Eurasian integration" in the post-Soviet space with the purposes and objectives of modernization;
3) Focus on the priority of interests of the Republic of Kazakhstan as a sovereign independent State;
4) Realistic reflection of the current state of "the post-Soviet space" and main trends of its development.
5) Review of the prospects of "Eurasian integration" in the context of a multidirectional strategy adopted by the Kazakh government.
6) The tendency to close coordination of the economic and political integration.
7) consulting not only Kazakh and Russian interests within the "Integration Project," but the interests of Central Asian states as well. [4]
 
What factors ensure the success of the geopolitical position of Kazakhstan? Firstly, as Kazakh experts noted, Kazakhstan, represented by the leader Nursultan Nazarbayev, has a strong political will. Secondly, after years of independence Kazakhstan has practically implemented its will in the unique economic, social, political and humanitarian projects of modernization. Thirdly, the Republic of Kazakhstan is the heir of the centuries-old nomadic culture, which passionarity has strongly affected the global world formation since ancient times. Today this passionarity has been realized in proposing a number of initiatives answering the meaning and the essence interpreted in the frames of the contemporary Eurasian doctrine.
 
It is president Nazarbayev who has consistently been reinforcing the status of Kazakhstan as the leader country of the Central Asian region, who seeks to carry out in practice Eurasian principles interpreted in a modern key without confirming to politics or economics. Nursultan Nazarbayev is also an author of cultural and civilizational initiatives (World and traditional religions forum) in the contemporary crisis of the world and is trying to strengthen the dialogue between countries, civilizations and continents. Kazakhstan, a member of the main important institutions of post-Soviet space (CSTO, EurAsEC, Customs Union) and international organizations (the Organization “the Islamic Conference”), expanding its cooperation with the European countries within the OSCE, can play a very important role in establishment and realization of the multilateral partnership.
 
All these achievements and efforts could not stay unnoticed by western and eastern leaders. In this context it is not surprising that for the past several years, many states, representing those cultural civilizational "worlds", seek the partnership with Kazakhstan as a promising economic partner and a key political actor in the complex and little predictable Central Asian region.
 
Due to the realization of complex strategies by the leader of the nation modern Kazakhstan successively transforms into the Eurasian hub, one of the most dynamic and stable states in the territory of the CIS. At the same time, it serves a good example of inter-ethnic and religious tolerance, moderate Muslim country that has become a sort of a "bridge between East and West."
 
Domestic policy strategy of Kazakhstan answers the Eurasian imperatives, particularly in the field of nation-building politics. Over the centuries destinies of many people with different cultures, religions and traditions crossed on the historical Kazakh land. So the unique situation was created in when representatives of 140 ethnic groups and 40 confessions live peacefully together with the Kazakhs. Meanwhile a long-term cohabitation of different ethnic groups has formed a strong tradition of tolerance in the society.
 
Thus, today there are all necessary foundations for leaders, elites and peoples of Russia, Kazakhstan and Belarus to make a new decisive and qualitative step to the “Eurasian integration” - the orientation founded in the early 1990s by the national leader, president of Kazakhstan, Nursultan Nazarbayev, who has updated and is filled in the ideology of Eurasianism with a modern and concrete meaning.
 
Cited literature:
1. Lacoste Y. Fuer eine neue und umfassende Konzeption der Geopolitik // Welttrends. – 1994. - № 4. – P. 24.
2. Хаусхофер К. Континентальный блок // Элементы. – 1997. - №7. – P. 32.
3. Гумилев Л. Н. Заметки последнего евразийца. // Наше наследие. – 1991. - № 3. - P. 24 - 26.
4. Назарбаев Н. А. Евразийский союз: идеи, практика, перспективы, 1994-1997. – М.: Фонд содействия развитию соц. и полит. наук, 1997.  – 497 p.
 
English translation by Natalia Biryukova

jeudi, 20 mai 2010

Les trois épicentres de la révolution eurasienne

kirghizistan-map-lng.gif

Pietro FIOCCHI:

 

Les trois épicentres de la révolution eurasienne

 

L’ambassadeur russe auprès de l’OTAN, Dmitri Rogozine, possède une sorte de sixième sens pour toutes les questions atlantiques: “Selon moi”, a-t-il dit le 4 mai 2010, “la Géorgie n’a pas encore de réelle prospective en vue pour son adhésion à l’Alliance parce que les problèmes qu’elle affronte en Abkhazie et en Ossétie du Sud demeurent irrésolus” et, par conséquent, “un pays qui n’a pas de frontières définies et est continuellement secoué de guerres civiles ne peut devenir membre de l’OTAN”.

 

La Géorgie dans le Caucase

 

L’ambassadeur fait référence au cas des deux républiques qui, il y a vingt ans, se sont déclarées indépendantes du gouvernement géorgien et qui, depuis 2008 jusque aujourd’hui, ont été reconnues par la Russie, le Nicaragua, le Vénézuela et Nauru. L’Abkhazie et l’Ossétie du Sud sont toutefois considérées comme des “territoires occupés” par les Géorgiens et aussi par l’eurocratie bruxelloise et par Washington qui, en bonne diligence, ont promis à leur allié Saakashvili de l’aider à remettre les “choses en place”. On veut donc que les deux républiques, ou “territoires occupés”, reviennent sous le contrôle de la Géorgie. En pratique, tout pas en cette direction augmente les possibilités d’un affrontement avec la Russie: le Kremlin, en effet, a promis de protéger la souveraineté territoriale des deux républiques caucasiennes, en vertu d’accords conclus et par la présence de bases militaires aujourd’hui en construction.

 

Si la Géorgie entrait effectivement au sein de l’Alliance atlantique, les tensions augmenteraient et présenteraient un réel danger. Pour éviter la guerre, il faut avoir conscience des positions antagonistes et percevoir qu’elles recèlent de fait le danger de mondialiser le conflit.

 

Dans cette optique, Rogozine a mis en exergue les dynamiques possibles dans la région: “les Géorgiens seront exploités au maximum afin qu’ils envoient des troupes en Afghanistan; ils seront traités comme des animaux auxquels on fait miroiter une carotte en la balançant sous leur museau. Tbilissi ne peut adhérer à l’OTAN parce que la Géorgie ne peut en devenir membre; l’Alliance atlantique devra ou reconnaître l’indépendance de l’Abkhazie et de l’Ossétie du Sud ou accepter les anciennes frontières de la Géorgie, tracées par Staline. C’est là une éventualité impensable, donc Tbilissi restera partenaire de l’OTAN mais son adhésion ne se fera pas dans un futur proche”.

 

Incertitudes au Kirghizistan

 

Passons maintenant du Caucase à l’Asie centrale: nous débouchons dans un espace où la Russie et les intérêts atlantistes s’opposent.

 

Cas atypique et, depuis le récent coup d’Etat, objet de toutes les attentions: le Kirghizistan. Dans cette ex-république soviétique cohabitent très proches les unes des autres des troupes russes et américaines, respectivement stationnées dans les bases de Kant et de Manas. Nous avons là un paradoxe qui pourrait bien ne plus durer très longtemps. Une fois les élections politiques et présidentielles, prévues pour le prochain automne, Bichkek prendra une décision définitive.

 

Aujourd’hui déjà, le gouvernement des Etats-Unis doit débloquer 15 millions de dollars qui serviront à payer partiellement le loyer de la base aérienne concédée aux Américains. Pour terminer, Washingbton devra débourser un total de 60 millions de dollars (c’est-à-dire trois fois autant que la somme déboursée jusqu’à l’an passé). Cette somme devra être payée chaque année sinon les locataires seront expulsés. Au Kirghizistan, la situation est donc précaire aussi.

 

Coopération russo-kazakh

 

En revanche, la coopération russo-kazakh, elle, semble de bonne augure. Les rapports entre les deux pays se sont consolidés. Moscou et Astana, depuis l’été, ont scellé un nouvel accord sur l’enrichissement de l’uranium à usage civil. C’est une nouveauté: les pays qui voudront développer leur industrie nucléaire pourront accéder aux technologies d’enrichissement disponibles. C’est tout à la fois une invitation à Téhéran et une garantie pour l’Iran à aller de l’avant dans son programme atomique.

 

Pietro FIOCCHI / p.fiocchi@rinascita.eu .

(article paru dans “Rinascita”, Rome, 5 mai 2010; trad. franç.: Robert Steuckers ; cf.: http://www.rinascita.eu  ).