Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 14 janvier 2022

Comment la décarbonisation sans stratégie pourrait marquer le destin énergétique de l'UE

La-décarbonisation-une-nouvelle-contrainte.jpg

Comment la décarbonisation sans stratégie pourrait marquer le destin énergétique de l'UE

Andrea Muratore

Source: https://it.insideover.com/energia/cosi-la-decarbonizzazione-senza-strategia-puo-segnare-il-destino-energetico-dellue.html

Le risque d'un utopisme excessif dans la planification des futures stratégies énergétiques et environnementales européennes conditionne-t-il l'ordre du jour des pays de l'UE ? La définition d'un plan (Fit for 55) ancré dans un principe de réalité et le tsunami des prix fin 2021 qui menace de submerger toute perspective de reprise sur le Vieux Continent semblent avoir sécurisé la transition énergétique contre l'assaut des utopistes écologistes, mais cela ne signifie pas qu'il faille baisser la garde.

Sur Inside Over, nous avons souligné à plusieurs reprises qu'une autre question à surveiller attentivement sera celle liée aux répercussions géopolitiques de la transition. Pour un continent à forte intensité énergétique et aussi pauvre en sources primaires naturelles que l'Europe, ces répercussions peuvent évoluer dans le sillage du passage de la dépendance aux sources primaires (telles que le gaz naturel et le pétrole), qui voit aujourd'hui le Vieux Continent soumis à la Russie, à la dépendance aux matières premières stratégiques et aux technologies fondamentales pour permettre le saut en termes d'innovation et d'infrastructures qu'imposera l'ère des énergies renouvelables. Dans ce cas, le pays bénéficiant de cette dynamique pourrait être la Chine, premier producteur mondial de technologies de transition.

220px-Massimiliano_Salini_2.JPGPrenez le cas emblématique de l'ère de la transition verte, celui de la voiture électrique. Les changements en termes de chaîne de valeur risquent de rendre l'Europe, où se trouvent certains des constructeurs automobiles les plus avancés au monde et leurs chaînes de sous-traitance (opérant principalement en Allemagne, en France, en Italie, en Espagne et en Suède, avec des chaînes s'étendant à l'Est dans les pays post-communistes), dépendante des fournitures de composants en provenance de la République populaire. "Une stratégie européenne de l'industrie et des transports est nécessaire pour ne pas passer d'une dépendance partielle de l'UE au gaz russe à une dépendance presque totale aux batteries chinoises", a noté l'eurodéputé de Forza Italia Massimiliano Salini (photo) dans un communiqué. "L'interdiction des moteurs à combustion interne à partir de 2035 revient à tout miser sur les voitures électriques, condamnant de fait l'industrie automobile européenne à la dépendance vis-à-vis de la Chine, qui produit 80 % des batteries mondiales", a ajouté M. Salini, reprenant les propos qu'il a tenus lors d'un débat à la Commission Tran sur le projet Fit-for-55 en présence du vice-président de la Commission Frans Timmermans, délégué d'Ursula von der Leyen pour la transition énergétique.

Malgré l'engagement de l'Occident, une tendance similaire est attendue dans les années à venir : un analyste expert en la matière, Daniel Clarke, a déclaré à Forbes qu'en 2026, Pékin gardera une part élevée sur ce chapitre, estimée entre 60 et 65%, "malgré tous les efforts des États-Unis et de l'Union européenne". Salini a souligné dans son discours que "même en soutenant au maximum les projets des nouvelles gigafactories européennes, selon les estimations de la Commission, en 2035, nous arriverions à couvrir seuls seulement 7 % des besoins de l'UE en batteries."

4349_W750.jpg

Et ce ne sont pas seulement les batteries qui sont au centre de la domination chinoise d'un contexte industriel dans lequel Pékin est en mesure d'exploiter les investissements importants et massifs et les avantages d'échelle industrielle liés à ses politiques. Au sujet de la transition industrielle liée à la relance de la décarbonisation des transports, de la consommation, de l'industrie et des services, il faut rappeler que l'hybridation particulière des nouvelles technologies et des nouveaux modes d'approvisionnement énergétique peut créer une synergie unique. Favorisant ceux qui planifient l'avenir depuis des années sur la base de besoins plus importants en matière de progrès numérique et environnemental, ce n'est pas un hasard si le leadership de la Chine en matière de transition énergétique va de pair avec la course de Pékin pour devenir la première puissance technologique mondiale.

Au cours des siècles passés, le charbon a été à l'origine de la révolution industrielle et de l'essor de la puissance impériale britannique, le pétrole a sanctionné l'hégémonie des États-Unis au XXe siècle et, à l'ère des énergies renouvelables, la Chine est un leader du secteur et s'apprête, grâce à ses ramifications géopolitiques sur les marchés de production des cruciales terres rares et des matières premières stratégiques, à consolider son poids à l'échelle internationale. Pour donner un autre exemple concret, rappelons que le marché des panneaux photovoltaïques à bas coût dépend du polysilicium produit au Xinjiang, que six des sept plus grandes entreprises mondiales de panneaux sont chinoises, et que du lithium au cobalt en passant par le nickel, toutes les chaînes de valeur des principales matières premières liées aux technologies de transition sont entre les mains de la République populaire.

Cela a des implications géopolitiques considérables et peut, à long terme, affaiblir la course à la transition européenne et l'efficacité de mesures telles que le Carbon Border Adjustment Mechanism (Cbam), les tarifs verts proposés par l'Union européenne pour frapper les productions polluantes hors du Vieux Continent. Pour Salini, une des solutions pourrait être de redéfinir les paramètres du Vieux Continent en matière de mix énergétique afin d'adapter les sacro-saints objectifs de transition et de protection de l'environnement au réalisme à court et moyen terme. Une nouvelle évolution de ce qui a déjà été fait en incluant le gaz naturel et l'énergie nucléaire, avec les distinctions qui s'imposent, parmi les sources considérées comme utiles pour la transition dans la plus récente taxonomie de l'UE.

Salini propose une nouvelle révision des objectifs liés à l'objectif de 2035 pour la fin de la circulation et de la vente des véhicules à moteur à combustion interne: "Nous demandons l'adoption d'une approche "cycle de vie", qui prend en compte les émissions de CO2 de l'ensemble du cycle de vie du véhicule, la réalisation d'une étude d'impact intermédiaire en 2028 afin de décider du mix énergétique le plus adapté et de revoir le calendrier et les modalités de l'arrêt éventuel des moteurs à combustion interne". Un tournant qui, comme les précédents, permettra d'examiner de plus près les dynamiques de production, d'industrie et de développement. Il ne peut y avoir de durabilité dans un contexte où la transition économique et énergétique affaiblit la sécurité d'un continent entier. Le développement économique ne serait pas non plus possible dans ce cas en abdiquant le rôle principal dans les nouvelles chaînes de valeur au profit de la Chine. La transition ne sera pas, moins que jamais après les derniers développements, un dîner de gala : et l'Europe doit le comprendre.

Écrire un commentaire