Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 29 octobre 2022

Ecologie et spiritualité: Jules César et la destruction de la forêt gauloise

6037ca0892301_maxnewsfrfour631920-5209844.jpg

Ecologie et spiritualité: Jules César et la destruction de la forêt gauloise

par Nicolas Bonnal

La destruction du monde ne date pas d’hier. La destruction des bois et des forêts a été maintes fois commentée dans l’Antiquité, notamment par Ovide.

« Les pins abattus sur les montagnes n’étaient pas encore descendus sur l’océan pour visiter des plages inconnues. Les mortels ne connaissaient d’autres rivages que ceux qui les avaient vus naître. Les cités n’étaient défendues ni par des fossés profonds ni par des remparts. »

Car l’âge d’or, c’est quand on ne touche pas aux forêts. La dimension sacrée, si présente dans la Norma de Bellini, est aussi soulignée par Tacite dans sa Germanie. J’évoquerai les splendeurs d’Ovide une autre fois (c’est le poète qu’on nous fit le plus rater à l’école...).

Grâce à une page de l’historien des celtes Venceslas Kruta, j’ai enfin découvert la Pharsale de Lucain, rival et martyr de Néron. Comme chez Tolkien, on y trouve un bois sacré que va détruire César. Il est situé près de Massilia, ville alors phocéenne et prestigieuse pour sa résistance à César.

Je laisse la parole à Lucain (Pharsale, chant III, vers 400-430 environ) : « Non loin de la ville était un bois sacré, dès longtemps inviolé, dont les branches entrelacées écartant les rayons du jour, enfermaient sous leur épaisse voûte un air ténébreux et de froides ombres. Ce lieu n’était point habité par les Pans rustiques ni par les Sylvains et les nymphes des bois. Mais il cachait un culte barbare et d’affreux sacrifices. Les autels, les arbres y dégouttaient de sang humain ; et, s’il faut ajouter foi à la superstitieuse antiquité, les oiseaux n’osaient s’arrêter sur ces branches ni les bêtes féroces y chercher un repaire ; la foudre qui jaillit des nuages évitait d’y tomber, les vents craignaient de l’effleurer. Aucun souffle n’agite leurs feuilles ; les arbres frémissent d’eux-mêmes. »

La forêt est fascinante et périlleuse. Mais vivante.

Lucain poursuit : « Des sources sombres versent une onde impure ; les mornes statues des dieux, ébauches grossières, sont faites de troncs informes ; la pâleur d’un bois vermoulu inspire l’épouvante. L’homme ne tremble pas ainsi devant les dieux qui lui sont familiers. Plus l’objet de son culte lui est inconnu, plus il est formidable. »

Chez Dante aussi il y a des arbres qui saignent en enfer. Je cite mon livre sur Tolkien : 

« Comme on aura compris, Dante arrive donc avec Virgile dans une forêt très obscure (nous sommes au chant XIII de l’Enfer). Dans un univers encore plus terrifiant, il dialogue avec des arbres, et il comprend le drame sanglant de ces troncs qui sont des âmes de suicidés punis : « Ainsi que le bois vert pétille au milieu des flammes, et verse avec effort sa sève qui sort en gémissant, de même le tronc souffrant versait par sa blessure son sang et ses plaintes. Immobile, et saisi d’une froide terreur, je laisse échapper le rameau sanglant… Quand une âme furieuse a rejeté sa dépouille sanglante, le juge des Enfers la précipite au septième gouffre : elle tombe dans la forêt, au hasard ; et telle qu’une semence que la terre a reçue, elle germe et croît sous une forme étrangère. Arbuste naissant, elle se couvre de rameaux et de feuilles que les harpies lui arrachent sans cesse, ouvrant ainsi à la douleur et aux cris des voies toujours nouvelles… Chacune traînera sa dépouille dans cette forêt lugubre, où les corps seront tous suspendus : chaque tronc aura son cadavre (chant XIII de l’Enfer)… »

On repart sur Lucain (toujours cet étonnant chant III de la Pharsale) : « Les antres de la forêt rendaient, disait-on, de longs mugissements ; les arbres déracinés et couchés par terre se relevaient d’eux-mêmes ; la forêt offrait, sans se consumer, l’image d’un vaste incendie ; et des dragons de leurs longs replis embrassaient les chênes. Les peuples n’en approchaient jamais. Ils ont fui devant les dieux. Quand Phébus est au milieu de sa course, ou que la nuit sombre enveloppe le ciel, le prêtre lui-même redoute ces approches et craint de surprendre le maître du lieu. »

On a ainsi les dragons et l’Apollon hyperboréen.

Mais survient César (lisez la Vie de Suétone pour rire un peu de lui). Il va agir comme le Saroumane de Tolkien, comme un agent du Mordor : « Ce fut cette forêt que César ordonna d’abattre, elle était voisine de son camp, et comme la guerre l’avait épargnée, elle restait seule, épaisse et touffue, au milieu des monts dépouillés. »

Les hommes de César hésitent car on respecte alors encore un peu la forêt.

« À cet ordre, les plus courageux tremblent. La majesté du lieu les avait remplis d’un saint respect, et dès qu’ils frapperaient ces arbres sacrés, il leur semblait déjà voir les haches vengeresses retourner sur eux-mêmes. »

César prend même le risque de défier les divinités et de se maudire pour détruire le bois sacré : « César voyant frémir les cohortes dont la terreur enchaînait les mains, ose le premier se saisir de la hache, la brandit, frappe, et l’enfonce dans un chêne qui touchait aux cieux. Alors leur montrant le fer plongé dans ce bois profané : “Si quelqu’un de vous, dit-il, regarde comme un crime d’abattre la forêt, m’en voilà chargé, c’est sur moi qu’il retombe”. Tous obéissent à l’instant, non que l’exemple les rassure, mais la crainte de César l’emporte sur celle des dieux. »

Lucain oublie les sacrifices humains et redevient lyrique : « Aussitôt les ormes, les chênes noueux, l’arbre de Dodone, l’aune, ami des eaux, les cyprès, arbres réservés aux funérailles des patriciens, virent pour la première fois tomber leur longue chevelure, et entre leurs cimes il se fit un passage à la clarté du jour. Toute la forêt tombe sur elle-même, mais en tombant elle se soutient et son épaisseur résiste à sa chute. À cette vue tous les peuples de la Gaule gémirent… le laboureur consterné vit dételer ses taureaux, et, obligé d’abandonner son champ, il pleura la perte de l’année. »

Mais le destin malheureux de la forêt sacrée est de toute manière fait de destruction : « Les bois sacrés tombent, dit Lucain, et les forêts sont dépouillées de leur force… » (Procumbunt nemora et spoliantur robore silvae)

Notre Ronsard s’en souviendra à sa gentille manière scolaire (Écoute bûcheron…).

On citera le magicien Tacite pour terminer : « Emprisonner les dieux dans des murailles, ou les représenter sous une forme humaine, semble aux Germains trop peu digne de la grandeur céleste. Ils consacrent des bois touffus, de sombres forêts ; et, sous les noms de divinités, leur respect adore dans ces mystérieuses solitudes ce que leurs yeux ne voient pas » (« lucos ac nemora consecrant, deorumque nominibus appellant secretum illud, quod sola reverentia vident… »).

Il y a la destruction de la forêt gauloise, et aussi de la littérature romaine à l'école…

Bibliographie

Bonnal – Le salut par Tolkien, Avatar, p. 96.

Dante – Enfer, chant XIII.

Kruta – Les Celtes, histoire et dictionnaire, « Bouquins » Robert Laffont.

Lucain – La Pharsale, III (sur Remacle.org).

Ovide – Les métamorphoses, I (ebooksgratuits.com).

Suétone – Vie de César (sur Wikisource).

Tacite – Germanie, IX.

 

19:29 Publié dans Ecologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : écologie, histoire, forêts, forêts gauloises | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

dimanche, 25 septembre 2022

L'activisme écologiste et utopique comme adversaire de la civilisation européenne

cover-r4x3w1000-5c88ece098ae3-080-hl-bmengelle-719056.jpg

L'activisme écologiste et utopique comme adversaire de la civilisation européenne

L'environnementalisme agit comme un adversaire révolutionnaire de la civilisation européenne

Source: https://www.tradicionviva.es/2022/09/03/el-activismo-ecologista-utopico-como-adversario-de-la-civilizacion-europea/

Dans Die Welt, la philosophe Bérénice Levet accuse le militantisme environnemental, qui repose sur des idéologies utopiques, d'agir comme un adversaire révolutionnaire de la civilisation européenne. Cet activisme doit être opposé à l'idée traditionnelle de la protection de l'environnement, qui recherche "la stabilité, la durée et la continuité". Une "écologie cohérente et consistante" préserve la nature "sans sacrifier les hommes" et, surtout, préserve leur culture.

1640658623_9791032923696_v100_1_863dc75b78.jpg

Les militants écologistes utopiques ont agi dans le contexte d'un mouvement plus large, celui de la gauche radicale, partageant sa position révolutionnaire et son désir ardent de "déconstruction". Pour eux, la protection de l'environnement n'est qu'un "alibi" et, en fait, ils veulent détruire la culture européenne. Ils se caractérisent par un "dégoût pour le mode de vie français" et rejettent également la civilisation européenne "dans laquelle ils ne voient que domination et surexploitation" et une "immense entreprise de production de victimes". De plus, ils "se moquent de la loyauté et de la solidarité des peuples avec leurs coutumes, leurs traditions et leurs paysages".

Le "nihilisme absolu" s'exprime dans des cas récents, où l'on a vu des activistes endommageant des œuvres d'art. On ne peut pas "prétendre se soucier de la nature et en même temps piétiner l'héritage des siècles". Par ce comportement, les militants soulignent leur refus de la "responsabilité de la civilisation historiquement constituée".

Ces militants partageaient également la vision de la gauche radicale, celle d'incarner les "bâtisseurs d'une nouvelle humanité" qui pouvait être créée par les "mesures de coercition les plus fortes". Pour elle, les gens ne sont "que du matériel" qui "doit être moulé" au sens de l'idéologie. La personne à laquelle ils aspirent "n'est liée à aucune communauté historiquement constituée". Cela devrait passer, par exemple, par une refonte du système éducatif, qui devrait se passer de "l'enseignement du savoir, du passé et des grandes œuvres de l'esprit" et former à la place d'autres militants qui s'opposent à la civilisation européenne en raison de "l'oppression des femmes, des minorités sexuelles et ethniques". Pour les militants écologistes utopistes, l'homme "n'a pas d'âme", mais seulement une identité de victime. Leur vision du monde est donc "juste une branche du wokisme".

Ils voulaient effacer les positions opposées par la "culture de l'annulation" (cancel culture). Ils ont de plus en plus de succès. En France, il existe désormais "une peur énorme d'être étiqueté comme un champion de l'identité française", et les élites politiques du pays, confrontées aux intimidations des militants, refusent également de "reconnaître la légitimité de ce que la philosophe Simone Weil appelle le besoin fondamental de l'âme humaine: l'attachement à un mode de vie familier". Avec leurs "exigences idéologiques et moralisatrices", ils ont également "détourné les hommes politiques des décisions rationnelles, par exemple sur la question de l'utilisation de l'énergie nucléaire".

M02246811775-large.jpgLe philosophe Bertrand de Jouvenel a parlé d'un "pacte millénaire" que "l'homme occidental a conclu avec la terre". Cela doit être renouvelé. La condition préalable à cela est que les citoyens européens développent une "conscience claire de la fragilité, de la vulnérabilité et de la beauté de ce qui nous est confié" (1).

Levet a approfondi sa critique de l'activisme environnemental utopique dans son ouvrage L'écologie ou l'ivresse de la table rase. Nous traiterons, dans la brève suite de cet article, des tendances de la gauche radicale dans le mouvement environnemental en Allemagne.

Nous présentons ici en détail les impulsions conservatrices traditionnelles en matière d'écologie et de questions environnementales.

Les questions d'écologie et de durabilité sont d'une importance fondamentale pour l'existence à long terme d'une communauté. En utilisant l'exemple d'un certain nombre de cultures disparues, le géographe Jared Diamond a montré que la surexploitation des ressources ou un changement rapide des conditions environnementales dépassant la capacité d'adaptation de ces cultures était un facteur décisif de leur effondrement. Ces questions jouent un rôle de plus en plus important dans le débat public des sociétés occidentales. Cette situation est sous-tendue par une prise de conscience croissante du fait que ces sociétés vivent de plus en plus de leur substance, consommant des matériaux et d'autres ressources qu'elles ne peuvent plus entretenir et renouveler dans une mesure suffisante.

La vision traditionnelle du monde européen perçoit les gens comme porteurs d'un héritage à transmettre intact aux générations futures et est orientée vers la durabilité. Elle considère également les gens comme les gardiens et les conservateurs des fondements naturels et culturels de la vie communautaire. Cette vision du monde repose donc sur une compréhension holistique de l'écologie, qui vise la protection globale de tous les fondements de la vie des individus et des communautés, y compris les fondements spirituels et culturels de la vie. Cette vision du monde peut contribuer de manière décisive à surmonter les défis existentiels auxquels ne sont pas seulement confrontées les sociétés occidentales.

Du point de vue de l'enseignement social chrétien, Joseph Ratzinger (Benoît XVI) a accueilli en principe le débat sur l'écologie parce que toute recherche quant à la durabilité ou la résilience d'une communauté et la gestion attentive des biens matériels, intellectuels et culturels sur lesquels elle repose sont une partie fondamentale de la recherche du bien commun, que l'enseignement social chrétien considère comme la tâche centrale de l'action politique (2).

Hersche_Profilbild.jpgSelon Peter Hersche (photo), il y a depuis longtemps un manque d'acteurs politico-idéologiques en Allemagne qui se rattachent à la tradition chrétienne-conservatrice de la pensée écologique. Ce mode de pensée est issu de cette tradition, depuis longtemps reléguée au second plan, qui a reconnu, il y a environ 200 ans, les défis écologiques qui deviennent particulièrement évidents aujourd'hui (3).

Dans ce contexte, Roger Scruton a trouvé choquant que les partis conservateurs en particulier "n'aient pas reconnu la cause de la protection de l'environnement [...] comme étant la leur. Empoisonné par la montée de la pensée économique chez les politiciens modernes, car ils considèrent que "former des alliances avec des personnes qui pensent que les efforts pour préserver les choses sont futiles et dépassés" (4).

Cet article a été initialement publié en allemand sur https://renovatio.org/.

Notes:

    (1) Ute Cohen : "'C'est du nihilisme'", Die Welt , 26 août 2022, p. 14.

    (2) Joseph Ratzinger (Benoît XVI) : Le sel de la terre. Le christianisme et l'Église catholique au XXIe siècle, Munich 1996, p. 40.

    (3) Peter Hersche : " Le long chemin vers 'Laudato si' ", Herder-Korrespondenz , n° 2/2016, p. 35-38, ici : p. 38.

    (4) Roger Scruton : L'idée d'être conservateur. Un guide pour le présent et l'avenir, Munich 2019, p. 153.

 

mardi, 06 septembre 2022

Environnementalisme systémique contre environnementalisme instrumental

Environmentalism.jpeg

Environnementalisme systémique contre environnementalisme instrumental

par Andrea Zhok

Source: https://www.ideeazione.com/pillole-programmatiche-4-ambientalismo-sistemico-versus-ambientalismo-strumentale/

La protection de l'environnement est l'une des questions les plus cruciales et les plus facilement instrumentalisées du monde contemporain. Pour comprendre la nature structurelle du problème, il faut commencer par une compréhension de base des mécanismes sous-jacents de la dynamique du capital, caractérisée par le besoin intrinsèque de croissance pérenne et de concurrence entre les agents économiques. Le système de production capitaliste ne tolère pas de rester longtemps sans croissance (en un état stable) et fonctionne selon un système de "rétroaction positive", selon lequel, à chaque cycle, le produit (sortie) doit augmenter l'investissement (entrée). L'état stable pour la société et l'économie décréterait l'effondrement du modèle capitaliste.

Ce fait a une implication immédiate : le modèle de développement capitaliste est incompatible avec l'existence dans le temps sur une planète finie aux ressources finies. Cette incompatibilité, il faut le noter, n'est pas seulement due au conflit structurel entre ressources finies et croissance infinie, mais aussi à la tendance inhérente du développement capitaliste à se développer sous des formes asymétriques, érodant sélectivement certains lieux, certains éléments, certains facteurs, et créant ainsi des déséquilibres toujours nouveaux.

7.11.18-Event-Image-800x450.jpg

Ce qu'il faut fixer fermement, c'est que notre forme de vie, façonnée par le système de production capitaliste et la raison libérale, est constitutivement incompatible avec ce qui est la condition essentielle de la santé organique et environnementale, à savoir l'équilibre. La croissance effrénée (le capital), l'affranchissement de toute limite (la raison libérale) et l'exigence permanente de dépasser le donné (le progressisme) sont autant de formes de conflit frontal avec l'équilibre organique et environnemental.

On pourrait penser que le libéralisme capitaliste et l'environnementalisme doivent être des ennemis jurés, mais ce n'est pas vrai : c'est avec l'environnement, et non l'environnementalisme, que le conflit se situe. L'environnementalisme peut facilement devenir un déguisement instrumental pour les besoins du capital. Le capitalisme est cette chose qui peut vous vendre des T-shirts avec Che Guevara et Fidel Castro dessus - fabriqués par le travail des enfants thaïlandais et avec une majoration de mille pour cent - sans sourciller et sans percevoir en cela un quelconque problème de cohérence. Au contraire, elle présentera cette indifférence totale aux moyens de vendre comme une "libéralité". 

La même chose se produit avec toutes les questions environnementales, qui, une fois entrées dans le hachoir à viande libéral-capitaliste, deviennent facilement des opportunités de profit. La seule chose que l'approche libérale ne supporte pas, c'est la vision globale et systémique.

Tant qu'elle peut focaliser sélectivement toute l'attention du public sur un seul problème, sur un slogan magique, sur une solution technique miraculeuse, elle est parfaitement capable de le transformer - quel qu'il soit - en une opportunité de profit. Ainsi, tout en montrant qu'un seul problème est résolu, des dommages sont causés sur d'innombrables autres fronts, qui devront ensuite être corrigés individuellement, créant à leur tour de nouveaux dommages. Et ainsi, d'une solution brillante à une autre, une dégradation systémique illimitée peut en résulter.

Ce mécanisme est à l'œuvre aussi bien dans le cas de l'environnement que dans celui de la santé humaine. Dans le cas de la santé, cela signifiera que les problèmes sont traités comme des clous saillants individuels sur lesquels on peut faire tomber le marteau, en accordant peu ou pas d'attention à l'équilibre de l'organisme sur lequel on travaille. Une idée correcte de la santé suppose qu'il s'agit d'un équilibre organique que des interventions externes (thérapies) peuvent aider à rétablir : l'accent est mis ici sur l'équilibre de l'organisme. En revanche, dans la conception libérale-capitaliste, l'accent est mis sur le moyen (qui est un produit commercial) que l'on imagine atteindre unilatéralement la santé de l'organisme.

On retrouve la même approche avec l'environnement, qui est traité strictement comme une source d'alarmes ou d'urgences sélectives, à manipuler pour favoriser telle ou telle direction de consommation. Le cas de l'alarme climatique actuelle est un exemple manifeste de cette tendance, non pas parce que l'alarme est nécessairement infondée (elle pourrait très bien être fondée, et nous pourrions toujours adopter un principe de précaution), mais parce qu'elle est traitée de manière opportuniste et instrumentale.

huber-feature.png

Taxer le carburant des citoyens qui n'ont pas d'autre alternative que le transport privé pour se déplacer (comme l'a fait Macron en France) n'est pas un "sacrifice commun pour le climat", mais une attaque classiste déguisée en noble intention, car elle frappe une partie, la plus faible, de la population, tout en refusant de voir les milliers d'autres cas, touchant des intérêts plus organisés, dans lesquels le même problème devrait être abordé (si l'on veut vraiment l'aborder).

De même, déclarer que l'énergie nucléaire - dans la mesure où elle ne contribue pas aux gaz à effet de serre - est soudainement une "énergie verte" (et peut bénéficier d'innombrables concessions pour cela), est un autre exemple de cet unilatéralisme dans le traitement des questions environnementales. Elle fait disparaître tous les problèmes environnementaux qui n'ont pas été résolus jusqu'à présent dans l'utilisation de l'énergie nucléaire pour ne mettre l'accent que sur l'aspect fonctionnel de ce que les médias de service déclarent être la "question du jour".

Dans cette approche, la disposition sous-jacente est animée par un aveuglement volontaire : on ne veut pas, même de loin, prendre au sérieux la seule chose qui devrait être prise mortellement au sérieux, à savoir l'incompatibilité de ce modèle socio-économique avec les équilibres environnementaux (voire avec toute la naturalité). Une fois cette option systémique exclue, on ne se concentre toujours que sur des pseudo-solutions partielles et instrumentales qui permettent de poursuivre les affaires courantes.

Le libéral suppose par définition que pour tout problème, une solution de marché existe en principe, et que la trouver n'est qu'une question d'incitations. Cette vision le rend aveugle à tout problème systémique, car le système lui-même n'est pas discutable : il n'y a pas d'oxygène en dehors de la bulle d'air libérale-capitaliste. (J'anticipe les objections habituelles en disant que les systèmes de production non capitalistes peuvent EN PRINCIPE éviter le piège de la croissance obligatoire, mais ils ne sont pas obligés de le faire : le progressisme soviétique n'était pas plus gentil avec l'environnement que le progressisme américain).

La vérité simple sur la question environnementale est qu'elle s'harmonise bien avec une attitude "conservatrice" et très mal avec une attitude "progressiste", mais paradoxalement, cette dernière a réussi à se l'approprier en la transformant en un instrument de manipulation sociale et économique.

14b63d33b3a01d2e11e9c17d322a0261.jpg

La fausse conscience du "progressisme" environnemental contemporain est évidente dans le classisme qui le domine. Se racontant l'histoire abstraite selon laquelle les problèmes environnementaux touchent tout le monde de la même manière, pauvres et riches, le libéral-progressisme s'approprie les revendications écologistes en se croyant porteur d'un bien supérieur, qui lui donne donc aussi le droit d'utiliser des moyens coercitifs sur les récalcitrants.

La combinaison de la prédominance des intérêts commerciaux (qui dirigent le "marché des solutions environnementales") et de l'arrogance habituelle des détenteurs du "bien supérieur" (qui caractérise le progressisme) fait de l'appropriation libérale-progressiste de la question environnementale une démonstration effrontée de classisme.

On fait semblant de ne pas voir l'évidence, à savoir que si l'on veut vraiment s'attaquer de front à la question environnementale, la première chose à faire est de s'attaquer au problème systémique de la croissance obligatoire et de la concurrence entre des positions économiques asymétriques. S'attaquer à ce problème impliquerait en effet un changement qui implique une période de sacrifice, car les attentes antérieures ne peuvent être satisfaites (elles ne le sont d'ailleurs déjà plus pour la plupart des gens).

Mais si l'on entre dans la perspective de changements de formes de vie qui impliquent des sacrifices, il est évident que ces sacrifices DOIVENT commencer par le sommet de la pyramide sociale. Il est impensable qu'alors que les capitalisations d'une petite élite financière mondiale sont les plus élevées de l'histoire, on demande aux gens qui ont du mal à payer leurs factures de se serrer la ceinture. Et de même, il est impensable de demander des sacrifices égaux aux nations dont les taux de consommation et de bien-être sont faibles et aux nations dont les taux de bien-être et de consommation hyperbolique sont élevés (États-Unis en tête).

La question environnementale est une question d'époque et très importante, mais seule la mauvaise foi la plus flagrante peut prétendre ne pas voir comment elle est nécessairement imbriquée avec la question des rapports de force économiques.

Il n'y a pas d'appel au "sacrifice commun" tant que vous êtes appelé à payer une taxe écologique sur la Ferrari et lui sur l'essence pour emmener ses enfants à l'école. Il n'y a pas d'appel à "être tous dans le même bateau", tant que le vôtre est un yacht et le sien un canot de sauvetage.

Tant que l'environnementalisme ne se débarrassera pas sans équivoque de son classisme implicite, il restera un jeu rhétorique destiné à la plèbe, pour permettre à ceux qui sont au sommet de préserver les différences de pouvoir.

Et l'environnementalisme à la sauce libérale-progressiste est structurellement empêché de franchir ce pas.

dimanche, 07 août 2022

Le régime contre nos agriculteurs - L'élimination de la classe paysanne aux Pays-Bas

images0.persgroep.jpg

Le régime contre nos agriculteurs

L'élimination de la classe paysanne aux Pays-Bas

Sjors Remmerswaal

Source: https://remmerswaal.substack.com/p/het-regime-tegen-onze-boeren

En octobre 2019, il est apparu clairement à un large public que les agriculteurs néerlandais étaient très mécontents des choix politiques du régime libéral. À cette époque, des milliers d'agriculteurs ont conduit leurs tracteurs vers La Haye et sont parvenu à provoquer d'énormes embouteillages sur le réseau routier de tout le pays, ce qui signifiait que tout le monde avait intérêt à écouter les critiques des agriculteurs. Ils ne vont pas se laisser chasser de leurs terres comme ça, même s'ils ont été déçus par les partis traditionnels et par leurs propres défenseurs attitrés.

Ces dernières semaines, les protestations ont à nouveau éclaté lorsque la ministre Christianne van der Wal a présenté les nouveaux plans relatifs à l'azote, qui réduiraient les émissions d'azote de 70 % dans 131 zones, à proximité de ce que l'on appelle la nature vulnérable, avec des conséquences majeures pour les agriculteurs et leurs exploitations. Il s'agit de réduire les dépôts d'azote, c'est-à-dire la précipitation d'azote sur le sol et dans l'eau des composés azotés réactifs de l'air. Il s'agit des oxydes d'azote provenant du trafic et de l'industrie et de l'ammoniac provenant de l'agriculture.

Notre nature serait sérieusement affectée par les activités quotidiennes des agriculteurs. C'est pourquoi le ministère a accéléré les plans visant à réduire l'azote et à améliorer la qualité de la nature et de l'eau. Les responsables poursuivent énergiquement ces plans en désignant des zones spécifiques et des charges d'azote spécifiques qui y sont autorisées, en achetant des fermes, en accordant des subventions et des récompenses aux agriculteurs qui s'y plient.

Il existe une position fondamentale en ce domaine: à savoir que la nature doit être améliorée et qu'un gouvernement tente d'y parvenir en réduisant les émissions d'azote. Le rachat des terres des agriculteurs ne servira à rien et, dans quelques années, d'autres industries seront également victimes de ces politiques écolo-climatiques. Juste le temps qu'il faut pour que les Pays-Bas soient complètement détruits. Certains spécialistes affirment que même si toutes les personnes et entreprises contestées quittent les Pays-Bas, les émissions d'azote seront toujours trop élevées en raison de ce qui est amené de l'étranger par les vents et les cours d'eau.

Merci de lire la Newsletter de Sjors Remmerswaal ! Abonnez-vous gratuitement pour recevoir les nouveaux articles et soutenir mon travail: https://remmerswaal.substack.com/ .

vendredi, 08 juillet 2022

Géopolitique de la mer Baltique

1200px-Mer_Baltique.png

Géopolitique de la mer Baltique

Source: https://www.geopolitika.ru/en/article/geopolitics-baltic-sea?fbclid=IwAR19IaHuEhZ1yoxfwXeLVLeYtmA5iCn2VhZcQDyfqP-UnoD0RGEsC3kMm24

Les développements dans le domaine de la sécurité dans la région de la mer Baltique montrent une forte tendance à la régionalisation de la sécurité européenne.

En décembre 2007, le Conseil européen a publié les conclusions de sa présidence, invitant la Commission européenne à présenter une stratégie européenne pour la région de la mer Baltique au plus tard en juin 2009. Jusqu'alors, le Parlement européen n'avait demandé qu'une stratégie visant à résoudre les problèmes environnementaux urgents de la mer Baltique. La Commission a présenté sa communication sur la stratégie de l'UE pour la région de la mer Baltique (EUSBSR) le 10 juin 2009, accompagnée d'un plan d'action détaillé. Ils ont été approuvés par le Conseil européen en octobre 2009 et la stratégie de l'UE pour la région de la mer Baltique est ainsi devenue la première stratégie macro-régionale de l'UE.

En 2012, la Commission a défini trois grands objectifs pour la stratégie: "Sauver la mer", "Connecter la région" et "Accroître la prospérité". En outre, la Commission a suggéré de définir des indicateurs et des objectifs mesurables pour chaque objectif. Pour refléter ces changements, le plan d'action a été mis à jour en 2013 en fonction des objectifs de la stratégie Europe 2020.

Après une vaste consultation des États membres, le plan d'action a été mis à jour en 2015. Grâce à cette mise à jour, la stratégie est devenue plus rationnelle et s'est concentrée sur trois objectifs principaux. En 2017, le plan d'action a été révisé avec quelques mises à jour et corrections techniques, un chapitre actualisé sur le transport en politique, un nouveau point sur l'éducation en politique et une section dans le chapitre sur la gestion décrivant la procédure de changement des coordinateurs thématiques.

La version actuelle du Plan d'action est entrée en vigueur en 2021. Le plan d'action révisé est plus ciblé et tient compte des nouveaux défis mondiaux, du nouveau cadre stratégique de l'UE et du cadre financier pluriannuel 2021-2027, ainsi que des défis de la stratégie. Le plan d'action révisé contient également des références pour "intégrer" la Stratégie dans les politiques et les programmes de financement de l'UE.

La zone couverte par la Stratégie est principalement le bassin de la mer Baltique, y compris les zones intérieures. Elle compte environ 85 millions d'habitants, dont 8 États membres de l'UE (Danemark, Estonie, Finlande, Allemagne, Lettonie, Lituanie, Pologne, Suède) ainsi que la Russie.

Huit des neuf pays bordant la mer Baltique sont membres de l'Union européenne, et les nouvelles possibilités de meilleure coordination ont assuré un niveau de vie plus élevé aux citoyens de ces États membres. Cependant, même avec une bonne communication et une bonne coopération internationale et interrégionale, les nouveaux avantages de l'adhésion à l'UE n'ont pas été pleinement réalisés, et les problèmes de la région n'ont pas encore été résolus. La région de la mer Baltique (RMB) est très diverse en termes d'économie, de nature et de culture.

Les États membres partagent de nombreuses ressources communes et sont interdépendants. Cela signifie que les mesures prises dans un domaine peuvent rapidement entraîner des résultats dans d'autres domaines ou affecter la région dans son ensemble.

La politique "Énergie" de l'UE dans la région de la mer Baltique, coordonnée par le BEMIP, la Lituanie et la Lettonie, vise à garantir une énergie compétitive, fiable et durable dans la région de la mer Baltique.

La coopération régionale dans le secteur de l'énergie repose sur le plan d'interconnexion des marchés énergétiques de la Baltique (BEMIP), qui couvre les infrastructures énergétiques, les marchés du gaz et de l'électricité, la production d'énergie, la sécurité de l'approvisionnement énergétique, l'efficacité énergétique et les sources d'énergie renouvelables. Dans le domaine des marchés de l'électricité et du gaz, l'accent est mis sur la création d'un marché régional de l'énergie ouvert, concurrentiel et pleinement intégré dans la région de la mer Baltique.

Dans le secteur de l'énergie, la Lituanie est chargée de développer l'efficacité énergétique et les sources d'énergie renouvelables afin d'atteindre les objectifs stratégiques de l'UE dans ce domaine (en coordination avec la Lettonie).

Une initiative est actuellement en cours pour créer une plateforme sur l'efficacité énergétique afin de promouvoir la coopération transfrontalière entre les États de la mer Baltique pour atteindre les objectifs de l'UE en matière d'efficacité énergétique.

Lors de l'évaluation de la mise en œuvre de la stratégie, il convient de prêter attention à trois "points".

Premièrement, le fait que le champ d'application de la Stratégie ait été établi par le Conseil européen a influencé la manière dont la discussion a été menée dans cette région. Le texte du document se concentre sur la résolution des problèmes environnementaux, notamment ceux liés à la navigation. La conclusion du Conseil appelle à une séparation effective des sphères internes et externes de la politique. Cette disposition contredit l'expérience déjà acquise dans la résolution des problèmes les plus urgents de la mer Baltique, y compris les problèmes environnementaux, ainsi que les questions de navigation de nature transnationale et transfrontalière, incluant ainsi par définition les États non membres de l'UE.

Deuxièmement, les différences qui concernent la gestion semblent être importantes. La Commission européenne a proposé une stratégie qui devrait coordonner les éléments existants, ainsi que surveiller et examiner attentivement les réalisations, les besoins et les défis, visant à maintenir la dynamique du plan d'action en conséquence. Dans la résolution, le Parlement a appelé à une solution très différente : en partie par sa proposition d'organiser des sommets annuels des États de la mer Baltique avant la réunion d'été du Conseil européen et de développer les organisations régionales au sein et en dehors du système de l'UE.

6101v2.png

La dernière conclusion importante concernait le processus de travail visant à améliorer la stratégie. Le processus de consultations publiques, qui s'est déroulé d'août 2008 à février 2009, a été conçu non seulement pour améliorer la Stratégie, mais aussi pour faciliter le processus de son approbation. Les consultations ont impliqué des États, des régions, un certain nombre d'organisations gouvernementales non gouvernementales et internationales, ainsi que des citoyens individuels. Au cours des différentes réunions, la Stratégie a pu mettre en évidence les positions fondamentales partagées par une grande majorité des participants :

    - La nécessité absolue d'une stratégie pour la région de la mer Baltique,
    - La nécessité d'une approche intégrée pour obtenir des résultats,
    - Le rôle important de la Commission européenne dans le développement de la Stratégie,
    - La concentration sur des projets spécifiques pour obtenir des résultats réels,
    - L'absence du besoin de créer de nouvelles institutions, étant donné la présence d'un nombre important d'organisations existantes,
    - Le désir d'aller au-delà des déclarations vides et de travailler avec les pays leaders avec des objectifs spécifiques et des délais clairement définis.

Il convient de noter le rôle de l'étude de l'expérience de l'OTAN dans la région de la mer Baltique. C'est qu'avec la fin de la bipolarité de la Guerre froide, le système de sécurité européen est de plus en plus fragmenté selon des lignes régionales, reflétant souvent des fractures historiques et des modèles traditionnels de coopération et de conflit. Pendant la guerre froide, les membres de l'OTAN tels que la Norvège et la Turquie partageaient une préoccupation commune en matière de sécurité nationale - la menace soviétique perçue. Quelles que soient les différences de situation géostratégique, cela leur posait un problème commun, qui a servi de base à la coopération dans le domaine de la sécurité au sein de l'Alliance. Avec la fin de la guerre froide et la disparition de l'Union soviétique, les intérêts de sécurité nationale de la Norvège et de la Turquie se sont concentrés sur leurs problèmes régionaux spécifiques, qui sont d'ailleurs très différents. Dans toute l'Europe, la régionalisation de l'agenda de la sécurité est évidente.

En Europe du Sud-Est, la rivalité traditionnelle des "Balkans" a refait surface, ainsi que de nouveaux problèmes de construction d'États et de nations. C'est ce qui donne aux relations internationales dans cette région troublée un caractère particulier - et très sanglant.

Les développements dans le domaine de la sécurité dans la région de la mer Baltique montrent la même tendance : le désir de régionalisation de la sécurité européenne. Les États de la région de la mer Baltique partagent des préoccupations communes en matière de sécurité régionale, qui découlent de différents modèles de coopération dans la région. En ce sens, ils font partie du "complexe de sécurité" régional.

Les principales menaces pour la biodiversité de la mer Baltique sont les suivantes.

L'eutrophisation. Elle a entraîné une augmentation du nombre d'algues planctoniques, une augmentation de la fréquence des proliférations d'algues toxiques et une diminution des niveaux d'oxygène dans les eaux profondes de la mer Baltique.

Pêche. La pêche d'espèces de poissons clés telles que le cabillaud, le hareng, le saumon et l'anguille n'est actuellement pas viable en raison de la surexploitation et de la détérioration des conditions de reproduction. Les prises accessoires de mammifères marins, d'oiseaux de mer et d'espèces de poissons non ciblées sont trop élevées.

Pollution par des substances nocives et des hydrocarbures. Les polluants organiques causent des problèmes de santé et de reproduction pour les mammifères et les oiseaux marins.

Introduction d'espèces non indigènes. Des changements dans la structure et les composants de l'écosystème sont causés par les espèces introduites. L'introduction intentionnelle, l'encrassement et les eaux de ballast sont trois voies importantes par lesquelles les organismes pénètrent dans la mer Baltique. Les connexions fluviales avec les eaux saumâtres de la mer Noire et de la mer Caspienne augmentent le risque d'introduction à partir de ces zones.

img-6.jpg

C'est ainsi que le programme de surveillance de la Baltique (BPM) a été mis en place. Les objectifs de la surveillance coopérative de l'environnement marin de la mer Baltique (COMBINE) sont d'identifier et de quantifier les effets des rejets/activités anthropiques dans la mer Baltique dans le contexte des changements naturels du système, et d'identifier et de quantifier les changements de l'environnement par des actions réglementaires. Le programme comprend des mesures hydrographiques, l'impact des apports anthropiques de nutriments sur le biote marin, les niveaux de polluants dans les organismes individuels et l'impact des polluants sur la structure des communautés.

Le programme de surveillance de la Baltique, qui fait partie de COMBINE, est mis en œuvre par la Commission d'Helsinki. Le programme de surveillance constitue une bonne base pour se faire une idée générale des conditions environnementales de la mer Baltique et des moyens de les améliorer. En outre, des accords bilatéraux ont été signés concernant la surveillance environnementale de certaines parties de la mer Baltique, comme le golfe de Botnie entre la Finlande et la Suède et le Sound entre le Danemark et la Suède. Le Danemark, la Norvège et la Suède coopèrent dans le Kattegat et le Skagerrak. Ces programmes offrent une certaine compensation temporaire à l'absence de programmes de surveillance dans les zones marines protégées (ZMP) elles-mêmes.

Bien entendu, la région de Kaliningrad et la Russie dans son ensemble constituent désormais à la fois un défi et une menace lointaine pour les pays de l'UE ayant accès à la Baltique. Les actions inadéquates de la Lituanie ont déjà conduit à un nouveau foyer de tension. D'autres provocations sont également possibles. En réponse, la Russie pourrait prendre des mesures susceptibles de saper la stratégie baltique de l'UE, ce qui pourrait rendre les pays baltes et Bruxelles plus prudents.

mardi, 14 juin 2022

L'UE et son secteur énergétique après l'Ukraine

more_renewables.jpg

L'UE et son secteur énergétique après l'Ukraine

Par Ivelina Dimitrova

Source: https://www.eurasia-rivista.com/leu-ed-il-suo-settore-energetico-dopo-lucraina/

Le conflit militaire en Ukraine a considérablement affecté non seulement les parties directement impliquées, mais aussi l'ensemble de l'Europe et, dans un sens, le monde entier, car il entraîne des changements généraux dans la structure économique, financière et géopolitique en place à l'échelle mondiale.

On s'attend généralement à ce que le conflit militaire et les sanctions que l'Occident et la Fédération de Russie s'imposent continuellement l'un à l'autre approfondissent la division et conduisent à la création d'un monde multipolaire, où quelques superpuissances diviseront le monde en régions, chacune d'entre elles dominant ses propres territoires géographiques d'influence. Cette théorie est particulièrement populaire parmi les groupes de réflexion analytiques russes, où elle a commencé à être discutée il y a plus de deux décennies (après le 11 septembre 2001, qui a été un tournant symbolique précédant la fin du monde contrôlé uniquement par les États-Unis).

Les analystes européens ont commencé à discuter de ce scénario plus tard et il n'a été présenté officiellement aux médias et au grand public qu'après le début du conflit en Ukraine. Le ministre russe des affaires étrangères lui-même, Sergueï Lavrov, lors de son premier voyage à l'étranger après le début du conflit, qui s'est déroulé, non par hasard, à Pékin, a annoncé que "la Russie et la Chine veulent un ordre mondial multipolaire, équitable et démocratique".

W020211027444112508931.jpg

On ne sait pas encore si ce scénario pour le développement du monde se réalisera ou non, mais certains points importants sont devenus clairs depuis lors et méritent d'être mentionnés. Tout d'abord, le conflit militaire entre la Russie et l'Ukraine, qui est par essence un conflit à un niveau bien plus profond que l'aspect militaire et qui oppose en fait la Russie et l'Occident, a conduit à un point de non-retour entre les parties impliquées. La situation actuelle est différente de celle qui prévalait lors de l'annexion de la Crimée quand, bien que tendues, les relations entre Moscou et l'Occident collectif ont réussi à se normaliser, notamment sous la présidence de Donald Trump. Aujourd'hui, la Russie a joué "va banque", c'est-à-dire a parié sur le "tout ou rien", et il est clair qu'il lui est impossible de revenir à la situation antérieure, notamment parce que Moscou ne le souhaite pas, comme le montrent ses actions. Une autre chose, qui est déjà claire, c'est que l'Occident collectif (le monde anglo-saxon et l'Union européenne) ne peut plus unir le reste du monde autour de ses positions. Ce qui est bon pour le monde occidental n'est pas nécessairement bon pour le reste du monde. Des régions telles que l'Amérique latine, l'Asie et l'Afrique n'étaient pas intéressées par l'imposition de sanctions à l'encontre de la Russie (car cela va à l'encontre de leurs intérêts économiques), pas plus qu'elles n'étaient intéressées ou impliquées dans le conflit militaire en Ukraine en général. Ce fait montre que le monde n'est déjà plus monopolistique et que le reste des régions du globe ose désormais exprimer des positions politiques différentes de celles de l'Occident. À l'avenir, cette tendance sera de plus en plus patente. Le troisième fait que ce conflit a montré est que le système financier tel qu'il existe actuellement va changer radicalement. La demande de Moscou de payer le gaz en roubles, la monnaie russe, montre que de nouvelles monnaies (y compris électroniques) vont gagner en popularité et que l'hégémonie absolue du pétrodollar touche à sa fin. Avec elle aussi la domination économique et politique de Washington.

gas-rusia-rublos.jpg

Et si le scénario d'un monde multipolaire divisé en régions se réalise, la seule question ouverte est la suivante : qui seront les nouvelles superpuissances et quelles seront leurs régions d'influence ? Pour l'instant, trois des superpuissances apparaissent assez clairement sur l'échiquier - les États-Unis, la Fédération de Russie et la Chine. Il est également très probable que l'Inde devienne une nouvelle superpuissance avec sa propre sphère d'influence.

La situation de la Grande-Bretagne est tout à fait incertaine. Le Brexit a montré que Londres avait de grandes aspirations à maintenir ses positions et sa ligne politique indépendante de Bruxelles pour lui permettre de faire partie des nouvelles grandes puissances. Cependant, la question est de savoir si elle y parviendra ou non: c'est encore bien incertain. Londres continue à avoir et à jouer un rôle important dans la région de l'Asie centrale, au Pakistan et en Turquie (le Grand Turan), mais il se trouve qu'elle n'a plus les mêmes positions en Inde.

Le sort de l'UE et la manière dont son projet se développera à l'avenir ne sont pas clairs non plus. D'une certaine manière, le premier signe que le monde change, et qui a dû être analysé en profondeur à Bruxelles, a été le Brexit.  La sortie de Londres a remis en question l'existence même de l'UE, l'essence de son avenir, le concept même du projet européen et a créé un précédent très dangereux. La fin de l'ère Merkel, qui était considérée comme une figure centrale de la politique européenne, a montré que, pour l'instant, l'UE n'a pas de leadership fort capable de donner des orientations politiques à tous les États membres.  Par conséquent, l'avenir de l'Europe après le conflit en Ukraine est plus incertain et plus vulnérable car on ne sait toujours pas si l'UE maintiendra sa relation étroite (et dans une certaine mesure sa dépendance) avec Washington, si elle deviendra plus indépendante et si elle conservera sa forme politique actuelle.

Cependant, quel que soit le monde après l'Ukraine, une chose est sûre pour l'instant : une fois de plus, après le printemps arabe au Moyen-Orient, le Vieux Continent est la région qui sera la plus touchée en raison de sa proximité avec la zone de conflit et de ses liens économiques étroits avec l'Ukraine et la Russie. Surtout, l'UE sera affectée économiquement en raison des sanctions imposées à et par la Russie. Il n'est pas exclu que, dans le pire des scénarios possibles de famine et de pénurie alimentaire (l'Ukraine et la Russie sont les principaux fournisseurs de céréales pour la région du Moyen-Orient et l'Afrique), l'Europe soit à nouveau frappée par des vagues de migration en provenance de ces régions. Mais même sans que ce sombre scénario ne se réalise, il existe un risque réel que dans le nouvel ordre mondial et le nouvel équilibre des pouvoirs, l'Europe soit potentiellement la grande perdante - tant sur le plan géopolitique qu'économique. Elle a également le plus à perdre étant donné que, jusqu'à présent, la qualité de vie sur le Vieux Continent est la plus élevée au monde.

Il ne fait aucun doute que l'un des plus grands défis et l'une des plus grandes préoccupations de l'UE après le conflit en Ukraine seront les approvisionnements en énergie eux-mêmes et la hausse des prix des ressources énergétiques entraînant une très forte inflation au niveau mondial et, de là, une crise économique structurelle. Certains des défis pour le secteur de l'énergie sont directement liés à la crise en Ukraine, alors que d'autres ne le sont pas. Et même si Bruxelles essaie de parler d'une seule voix en termes de politique énergétique contre la Russie, les intérêts des membres de l'UE dans le secteur de l'énergie sont très différents. Cela est dû au fait que l'impact économique des sanctions diffère d'un pays à l'autre. Par exemple, un pays comme l'Espagne sera beaucoup moins touché que la Bulgarie, car le premier est moins dépendant des approvisionnements énergétiques russes, alors que le second en est encore presque totalement dépendant. Pour cette raison, un regard plus détaillé sur la carte énergétique de l'Europe sera proposé afin d'esquisser des scénarios possibles de ce à quoi nous pouvons nous attendre.

Le tableau 1 montre la production d'électricité par habitant en Europe par type de combustible. Les données datent de 2013 et bien qu'il y ait quelques variations et changements une décennie plus tard, il est important de prendre ce tableau en considération alors que le resserrement des conditions économiques et les sanctions contre la Russie, principal fournisseur de ressources énergétiques de l'Europe, mettent en danger le Green Deal et la transition de l'Europe vers une économie à zéro émission. Au cours de la dernière décennie, l'UE a fait d'énormes progrès vers une économie verte et a considérablement augmenté la part des énergies renouvelables dans son mix énergétique. Mais en période d'aggravation de la crise économique dans le monde, de montée en flèche des prix des ressources énergétiques et, de surcroît, de restrictions sévères imposées à son principal fournisseur d'énergie - l'Europe risque de revenir aux sources de production d'énergie d'avant la transition verte. En fait, les premiers signes sont déjà là : après avoir limité autant que possible les importations d'énergie en provenance de Russie et afin de compenser l'écart créé, certains pays ont annoncé leur intention de rouvrir la production d'énergie non verte. Par exemple, la plus grande économie d'Europe, l'Allemagne, après avoir fermé ses derniers réacteurs nucléaires et après le début du conflit en Ukraine, a annoncé qu'elle pourrait ne pas éliminer progressivement ses centrales électriques au charbon comme prévu initialement. Le pays fortement dépendant des importations de gaz en provenance de Russie a annoncé en mars 2022 qu'il créait des réserves stratégiques de charbon qui permettraient aux centrales électriques de fonctionner sans importations pendant 30 jours d'hiver [1].

Immagine1.png

Tableau 1; Source : https://ec.europa.eu/energy

Le Green Deal qui envisage une économie écologiquement neutre en Europe d'ici 2050 nécessite d'importants investissements dans les nouvelles technologies et la restructuration énergétique, qui, en période de conflits militaires, d'inflation élevée et de crise économique à venir, pourraient ne plus être disponibles. De nombreux pays de l'UE soutiennent l'Ukraine en lui fournissant une aide militaire et humanitaire. Les pays frontaliers tels que la Pologne, la Roumanie, la Bulgarie et la Slovaquie acceptent également un grand nombre de migrants ukrainiens, et les fonds destinés à la transition énergétique et aux innovations dans le secteur de l'énergie pourraient ne plus être disponibles, du moins dans un avenir proche. Plus encore en période de hausse des prix mondiaux des denrées alimentaires et des matières premières, une transition stricte vers l'émission zéro en Europe rendra les économies de l'UE non compétitives à l'échelle mondiale, car le coût de l'énergie pour la production en Europe deviendra encore plus élevé que dans le reste du monde. Enfin, quel serait l'impact écologique mondial si l'Europe devenait zéro émission mais que les régions environnantes comme le Moyen-Orient, la Russie, la Turquie et l'Afrique du Nord ne le faisaient pas ?

Le principal problème est que l'Europe, bien qu'augmentant sa part d'énergie renouvelable, reste très dépendante des importations d'énergie, notamment de la Russie. Les données de la Commission européenne [2] montrent que 40% des importations de gaz naturel de l'UE proviennent de Russie, 18% de Norvège, 11% d'Algérie et seulement 4,6% du Qatar. Mais l'Europe est également très dépendante de la Russie pour l'importation de combustibles fossiles et de pétrole (environ 30 % des importations totales proviennent de là). C'est une dépendance qui pourrait être surmontée et remplacée à long terme, mais pas à court terme, sinon l'UE elle-même risque une catastrophe économique. En bref, l'Europe pourrait remplacer les approvisionnements énergétiques en provenance de la Russie, mais pas immédiatement et on ne sait pas encore quel prix social les Européens devront payer pour cela.

carte6.png

Tableau 2 ; Source : Eurostat, mai 2020

En réalité, malgré toutes les intentions et stratégies de transition énergétique pour la période de 1990 à 2020, l'UE en général a maintenu les mêmes niveaux d'importations d'énergie malgré la forte augmentation de la part des énergies renouvelables. Cela est dû au fait que, dans l'intention de devenir plus verts, de nombreux pays ont fermé leurs secteurs énergétiques à forte intensité de carbone, mais comme ils ne pouvaient pas compenser immédiatement cette fermeture par des énergies renouvelables, ils l'ont compensée par des importations, paradoxalement principalement en provenance de Russie. Le tableau 2 du "Statistical pocketbook for 2020" de la Commission européenne montre les importations des principaux carburants en Europe pour la longue période de 1990 à 2018.

En outre, la dépendance de l'UE à l'égard des importations de gaz naturel a considérablement augmenté entre 1990 et 2018, tandis que les importations de combustibles fossiles et de pétrole sont restées pratiquement inchangées. Et même si la part des importations de ressources énergétiques a diminué pour certains pays en raison de l'augmentation de la production d'énergies renouvelables, la dépendance moyenne pour l'ensemble de l'UE reste considérable. Certains pays comme l'Italie ont diminué leur dépendance aux importations d'énergie, d'autres comme l'Allemagne sont devenus plus dépendants de ces importations.

Les données du tableau 3 [3], établies à partir des statistiques d'Eurostat, confirment unanimement ce qui a été dit précédemment, à savoir que l'Europe a largement remplacé sa production d'énergie par des importations au cours des deux dernières décennies. La transition vers les énergies renouvelables est importante mais encore loin d'être suffisante pour assurer le fonctionnement de l'économie européenne et, en période de crise économique, la mise en œuvre des innovations et des nouvelles technologies peut finir par être ralentie en raison d'un manque de ressources financières.

carte5.png

Tableau 3; Source : Eurostat

Selon les données d'Eurostat [4], en 2020, l'Union européenne a produit 42 % de son énergie (contre 40 % en 2019) et le reste a été importé. La baisse des importations est due à la crise de Covid et au ralentissement des économies européennes. Le bouquet énergétique de l'ensemble de l'UE est composé de cinq grands types de combustibles : les produits pétroliers, dont le pétrole brut qui représente 35 % du total (près de 30 % est importé de Russie), le gaz naturel représente 24 % du bouquet énergétique total (près de 40 % est importé de Russie), les énergies renouvelables 17 % du bouquet énergétique européen total, l'énergie nucléaire environ 13 % et les combustibles fossiles solides 12 %.

Comme mentionné plus haut, un point important qui empêche Bruxelles de parler d'une seule voix est que les sources d'énergie dans les mix énergétiques varient largement entre les pays, de sorte que chaque pays sera affecté différemment par la situation actuelle et les sanctions contre Moscou. Par exemple, l'Allemagne, malgré l'augmentation des énergies renouvelables, reste fortement dépendante des combustibles fossiles et du gaz naturel (importé à 97%) ; des pays comme Chypre et Malte sont dépendants du pétrole brut, l'Italie et les Pays-Bas sont fortement dépendants du gaz naturel (40% et 38% respectivement) ; le mix énergétique de la France est composé à 41% d'énergie nucléaire ; la Suède et la Lettonie ont la plus grande part d'énergies renouvelables 49% et 40% et la Pologne et l'Estonie sont toujours dépendantes des combustibles fossiles. Il est évident que les pays qui ont une part considérable de gaz naturel, de pétrole et de combustibles fossiles dans leur mix énergétique seront les plus touchés. Même s'ils n'importent pas de Russie, les restrictions russes à l'importation et la demande accrue de ces produits sur le marché international entraîneront une augmentation significative des prix qui aura des conséquences économiques et sociales.

Prenons à nouveau l'exemple de l'Allemagne, qui a été l'un des moteurs du "green deal" européen et dans ce rôle, elle a prévu d'éliminer les combustibles fossiles de son mix énergétique d'ici 2045 ; le gaz naturel était donc considéré comme un pont dans cette transition. Maintenant, avec l'incertitude sur le sort des approvisionnements en provenance de la Russie, Berlin discute des options pour construire des terminaux GNL afin de livrer du gaz provenant de différents fournisseurs, car d'autres pays voisins comme la France, les Pays-Bas et la Belgique possèdent déjà de tels terminaux. Selon les informations de la Commission européenne, les importations de GNL représentaient 20 % des importations totales de gaz de l'UE en 2021, dont la demande est d'environ 400 milliards de m3 par an, ce qui fait de l'Europe le plus grand importateur de gaz au monde. La capacité totale d'importation de GNL de l'UE est d'environ 157 bcm par an et les plus grands importateurs de GNL en Europe sont l'Espagne (21,3 bcm), la France (18,3 bcm), l'Italie (9,3 bcm), les Pays-Bas (8,7 bcm) et la Belgique (6,5 bcm).

Toutefois, le GNL a une empreinte écologique plus importante que le gazoduc ; les processus de refroidissement, de transport et de liquéfaction nécessitent également beaucoup d'énergie. Une autre préoccupation qui déplaît aux organisations environnementales est le fait que le GNL en provenance des États-Unis est basé sur la technologie de fracturation, considérée comme écologiquement hostile et donc interdite dans de nombreux pays européens. Un point positif de l'infrastructure GNL est qu'elle pourrait être utilisée pour la production d'hydrogène lorsque cette technologie sera développée et mise en œuvre pour une utilisation de masse. Cependant, il ne faut pas sous-estimer le coût de la mise en œuvre des futures technologies de l'hydrogène et le coût de la construction des terminaux GNL à l'heure actuelle. En outre, certaines régions du continent européen telles que le Sud-Est, l'Europe centrale et orientale et la Baltique ne disposent pas encore d'une infrastructure développée pour le GNL, ce qui nécessitera des investissements supplémentaires. La principale préoccupation des utilisateurs finaux de gaz et des gouvernements est que le GNL peut être sensiblement plus cher pour le consommateur final. C'est notamment un problème pour les pays d'Europe de l'Est où la pauvreté énergétique (les consommateurs qui, pour des raisons financières, ne peuvent pas se permettre de payer leurs factures ou ne peuvent pas chauffer leur maison à une température adéquate) est assez répandue. Cependant, malgré ses inconvénients et ses coûts, compte tenu de la situation énergétique actuelle en Europe, la construction de terminaux GNL est une option à planifier et à développer, bien qu'à un prix plus élevé.

Le secteur des énergies renouvelables présente lui-même certaines spécificités qui doivent être analysées plus en profondeur afin que ce secteur ne reste pas bloqué dans cette période difficile. Quand on parle d'énergie renouvelable produite à partir du soleil, du vent ou de l'eau, il faut considérer que chaque pays a des spécificités géographiques qui le rendent moins ou plus apte à développer tel ou tel type d'énergie renouvelable. Par exemple, certains pays ont plus de soleil, d'autres plus de vent ou de ressources en eau et d'autres encore n'en ont pas. Les technologies telles que l'hydrogène pour la production d'énergie doivent encore être développées pour se généraliser en Europe à un prix acceptable. Un autre défi considérable pour le secteur des énergies renouvelables dans l'UE, s'il doit compenser partiellement l'approvisionnement en énergie russe, est le fait que les technologies de stockage de l'énergie doivent être développées et mises en œuvre rapidement, sinon les énergies renouvelables ne sont pas compétitives. Le plus grand inconvénient est que sa production n'est pas stable au cours de la journée et au fil des saisons et qu'il faut donc développer des installations de stockage pour équilibrer, ce qui n'est pas le cas pour l'instant. Le manque d'infrastructures pour le transport et la disponibilité de l'énergie provenant de sources renouvelables est également un problème considérable pour la plupart des pays.

Un autre défi considérable est que la plupart des matériaux utilisés pour la production des technologies d'énergie renouvelable, comme les panneaux solaires, les batteries de stockage, les voitures électriques, sont fabriqués à partir de métaux rares et coûteux que l'Europe importe. Cela signifie, encore une fois d'une manière ou d'une autre, en fonction de facteurs externes. Parmi les métaux clés pour les économies à faible émission de carbone figurent le lithium, le nickel, le cobalt, le manganèse et le cuivre. Ainsi, au lieu d'être à forte intensité de carbone, l'économie européenne peut devenir à forte intensité de métaux, ce qui permet de contenir le risque que le monde connaisse des pénuries de certains d'entre eux dans un avenir proche.

Les graphiques de certains des métaux les plus demandés pour les technologies des énergies renouvelables (ces graphiques ne représentent pas tous les métaux utilisés et nécessaires dans les nouvelles technologies) montrent que les tendances ne sont pas en faveur de l'Europe car elle ne possède pas de réserves substantielles de ces ressources.

Les tableaux suivants montrent où se trouvent les plus grandes réserves de matières premières nécessaires à la production de technologies d'énergie renouvelable[5].

Les pays possédant les plus grandes réserves de cobalt, de lithium et de métaux de terres rares sont indiqués sur les cartes.

carte4.png

Tableau 4; Source : www.carbonbrief.org

carte3.png

Tableau 5; Source : www.carbonbrief.org

carte2.png

Tableau 6; Source : www.carbonbrief.org

Les graphiques sont loin d'être détaillés et n'incluent pas tous les métaux utilisés dans les technologies renouvelables, mais ils montrent clairement le risque potentiel que l'UE échange une dépendance contre une autre. Par exemple, elle pourrait réduire sa dépendance énergétique vis-à-vis de la Russie et augmenter sa dépendance vis-à-vis des importations de métaux en provenance de pays tels que la République démocratique du Congo ou la Chine. Cela reviendrait à répéter la situation qui s'est produite au cours des deux dernières décennies : de nombreux pays européens ont fermé leurs secteurs énergétiques à forte intensité de carbone mais ont augmenté leur dépendance à l'égard des importations d'énergie en provenance de Russie. Si elle n'est pas étudiée en détail, l'histoire risque de se répéter également avec les énergies renouvelables. Il faut également tenir compte du fait que la Russie détient une part très importante des métaux rares utilisés dans les technologies des énergies renouvelables.

Le dernier, mais non le moindre, des défis auxquels sont confrontées les énergies renouvelables est que le recyclage des métaux usagés n'est pas encore bien étudié et développé. Certains métaux peuvent être recyclés alors que d'autres, comme les métaux rares, ne le sont pas encore. Par conséquent, le recyclage ou le stockage des batteries au lithium, des panneaux solaires et d'autres technologies doit encore être amélioré, ce qui signifie davantage de coûts et d'investissements dans cette direction.

La transition d'une économie à forte intensité de carbone vers une économie à forte intensité de métaux recèle sans aucun doute de nombreux risques, vulnérabilités et empreintes écologiques à côté des avantages que nous connaissons déjà. Et l'Europe doit évaluer à l'avance les vulnérabilités et les dépendances auxquelles elle serait exposée sur la voie du Green Deal.

Carte1.png

Tableau 7; Source : www.world-nuclear.org

L'énergie nucléaire, et en particulier le développement de réacteurs nucléaires de petite et moyenne taille, pourrait être une option acceptable pour de nombreux pays de l'UE, notamment ceux qui possèdent déjà des centrales nucléaires, car ils disposent du savoir-faire et de la capacité technologique pour la mettre en œuvre plus rapidement. L'énergie nucléaire, contrairement aux énergies renouvelables, est très stable à tout moment de l'année et de la journée et, en ce sens, pourrait équilibrer l'énergie provenant de sources renouvelables qui dépend de nombreux facteurs externes tels que le climat. De nombreux pays du Moyen-Orient, dont les plus grands producteurs mondiaux de pétrole et de gaz, ont commencé à construire des centrales nucléaires pour équilibrer leur mix énergétique. Dans l'UE, selon les statistiques d'Eurostat, les centrales nucléaires ont généré environ 24 % de l'électricité totale en 2020, bien que, en raison des problèmes de sécurité et dans le contexte de la transition vers le Green Deal, la tendance soit à la diminution de ce type d'énergie. Actuellement, 13 pays de l'UE ont des centrales nucléaires en activité et pour ceux qui en ont, et pour l'Europe dans son ensemble, les centrales nucléaires pourraient être une solution permettant d'atténuer partiellement la crise de l'approvisionnement énergétique. Les normes de sécurité en Europe sont parmi les plus élevées au monde, et en s'y conformant, l'énergie nucléaire pourrait aider l'Europe dans la situation extrême dans laquelle elle se trouve actuellement.

Le secteur européen de l'énergie avait de nombreux défis à relever dans le cadre de la transition vers le Green Deal et en a deux fois plus aujourd'hui avec le conflit en cours avec la Russie et la montée en flèche des prix des ressources énergétiques dans le monde. On ne sait toujours pas comment se dérouleront les livraisons d'énergie en provenance de Russie, notamment pendant la prochaine saison hivernale. La stabilité sociale et économique du vieux continent est mise en danger en cas de pénurie d'énergie.

Dans cette situation extrême, l'Europe doit rechercher toutes les solutions alternatives pour devenir plus indépendante des importations d'énergie et maintenir la compétitivité de son économie. La transition vers le Green Deal ne doit pas se faire maintenant à n'importe quel prix, mais seulement après une évaluation claire du prix économique et social que les Européens doivent payer pour cela. Dans le contexte des nouveaux équilibres géopolitiques, il est plus important que jamais que l'Europe reste unie, ce n'est qu'à cette condition qu'elle pourra maintenir son importance géopolitique sur la scène mondiale. Mais pour préserver l'Union, Bruxelles doit tenir compte des nouvelles réalités. Les États membres de l'UE sont différents, leur potentiel économique est différent, leurs secteurs énergétiques sont différents, et les intérêts de tous les pays doivent être pris en compte. L'imposition unilatérale du pouvoir par Bruxelles ou la centralisation imposant la volonté des eurobureaucrates de Bruxelles ne fera qu'accroître le scepticisme européen parmi les gouvernements et les citoyens européens.

Plus que jamais, il est important que l'UE élabore son concept d'existence dans le nouveau monde sur la base des intérêts des citoyens européens. Plus que jamais, Bruxelles doit donner la priorité au bien-être économique et social de ses citoyens.  Pour la définition du nouveau rôle et des piliers conceptuels de l'Union, l'Europe a besoin d'une nouvelle philosophie existentielle.  Aujourd'hui plus que jamais, la voix des groupes de réflexion analytiques nationaux, des enseignants universitaires et des scientifiques doit être entendue par les politiciens, tant au niveau national qu'à Bruxelles. En ces temps de turbulences, il convient d'écouter et d'analyser attentivement les différentes opinions en Europe et à Bruxelles, sans oublier que l'anglais n'est plus qu'une langue de convenance dans l'Union.

NOTES:

[1] Euractiv.com, Germany reactivates coal power plants amid Russian gas supply threats, Nikolaus J. Kurmayer, 9 mars 2022, https://www.euractiv.com.

[2] Commission européenne, Direction générale de l'énergie, L'énergie dans l'UE en chiffres : le pocketbook statistique 2020, Office des publications, 2020, https://data.europa.eu/doi/10.2833/29877.

[3] Commission européenne, Direction générale de l'énergie, L'énergie dans l'UE en chiffres : le pocketbook statistique 2020, Office des publications, 2020, https://data.europa.eu/doi/10.2833/29877.

[4] Commission européenne, https://ec.europa.eu/eurostat/cache/infographs/energy/bloc-2a.html?msclkid=da2575f2cf6111ec9aa87e67219bcc8d

[5] https://www.carbonbrief.org/explainer-these-six-metals-ar...

lundi, 23 mai 2022

Mythes et réalités de l'économie verte

3d247374f3_50173013_e-nergie-verte-e-oliennes.jpg

Mythes et réalités de l'économie verte

Leonid Savin

Source: https://katehon.com/en/article/myths-and-realities-green-...

Pourquoi les sources d'énergie "écologiques" ne sont pas écologiques, et autres aspects de la décarbonisation

L'UE et les États-Unis, ainsi que de nombreux autres pays, promeuvent depuis longtemps le thème de l'énergie écologique, qui est générée par des systèmes modernes allant des générateurs éoliens et solaires aux turbines sous-marines qui exploitent les marées. Cette approche se fonde sur l'Accord de Paris, selon lequel il est nécessaire de réduire les émissions de dioxyde de carbone. Et récemment, l'énergie verte a été stimulée par la dépendance aux vecteurs énergétiques russes - pétrole et gaz.

Le 14 juillet 2021, la Commission européenne a lancé son prochain paquet, qui comprend un large éventail de propositions législatives visant à obtenir une réduction nette des émissions de gaz à effet de serre dans l'UE d'au moins 55 % par rapport aux niveaux de 1990 d'ici 2030.

La révision de la directive sur les énergies renouvelables fait partie de cet ensemble de propositions interdépendantes. Il est prévu que l'ensemble du paquet soit adopté et entre en vigueur d'ici 2023, ce qui ne laisse que sept ans pour sa mise en œuvre.

Récemment, le Conseil européen s'est également engagé à abandonner la dépendance de l'UE vis-à-vis des importations de gaz, de pétrole et de charbon russes dès que possible, et maintenant la Commission européenne a été chargée d'élaborer un plan de mise en œuvre détaillé d'ici la fin mai 2022. La tâche est double : prendre des mesures immédiates pour l'hiver prochain et pour les 2 ou 3 prochaines années (économies d'énergie, diversification des approvisionnements en gaz, etc.) et prendre des mesures structurelles en révisant la stratégie pour la période allant jusqu'à 2030, en accordant une attention particulière à la réduction de la consommation d'énergie et à l'investissement dans des alternatives à faible émission de carbone, y compris les sources d'énergie renouvelables.

Mais selon une étude réalisée par l'Institut français des relations internationales, il existe des écarts importants entre la théorie de l'énergie verte et les praticiens. Il y a un risque de conflit entre les impératifs environnementaux et climatiques (i), et il faut le résoudre correctement par la cohérence des politiques, car sinon, il continuera à s'éterniser et à entraîner des désaccords.

Pour mettre en œuvre la directive, il est nécessaire de simplifier les processus administratifs excessivement complexes et de surmonter la lenteur de la délivrance des permis pour la mise en service des systèmes qui génèrent de l'énergie verte. D'autres moyens sont l'unification des lieux de travail et des délais, ainsi que l'augmentation du nombre de personnes dans les institutions publiques concernées. La prévision des besoins de raccordement aux réseaux d'énergie renouvelable contribuera également à accélérer le développement du réseau.

Augmenter l'ampleur des sources d'énergie renouvelables à au moins 40 % sans actualiser et numériser l'ensemble du système coûtera très cher aux citoyens. Une approche unifiée du système doit également être inscrite dans les plans de développement du système aux niveaux européen et national, et cette approche unifiée du système doit être appliquée à l'ensemble du paquet.

En outre, les décideurs et les régulateurs doivent être conscients des coûts des retards et des avantages de la rapidité dans un sens plus large, non seulement lorsqu'il s'agit de construire des infrastructures et de nouveaux réseaux, mais aussi lorsqu'il s'agit d'utiliser plus efficacement les réseaux existants. Il faut une approche assortie d'un ensemble d'outils qui tienne compte de l'interaction des technologies d'assistance, y compris le stockage, tant centralisé que décentralisé.

En effet, il existe dans l'UE un certain nombre d'obstacles bureaucratiques à l'introduction rapide de l'énergie verte. Par exemple, l'obtention de permis pour la construction d'éoliennes terrestres en Italie prend en moyenne cinq ans, et non six mois, comme l'exige la loi. Ces retards ont réduit le taux de déploiement à environ 200 MW par an.

Et c'est loin des niveaux requis pour atteindre l'objectif de l'Italie de 70 GW de capacité d'énergie renouvelable d'ici 2030. L'impact sur les investissements est assez évident : le récent appel d'offres de l'Italie pour les sources d'énergie renouvelables a échoué, avec pour résultat que seuls 975 MW ont été alloués à des projets à l'échelle des services publics sur un total de 3300 MW proposés.

Mais aux États-Unis, les objectifs de production d'électricité sans carbone d'ici 2035 sont également menacés en raison de problèmes liés à l'octroi de permis, alors que les projets d'énergie éolienne doivent passer une longue liste d'inspections et de permis. Au niveau fédéral, il s'agit d'inspections ou d'approbations en vertu d'un certain nombre de lois. Les agences fédérales prennent en moyenne 4,5 ans pour rédiger les rapports d'impact environnemental conformément à la loi sur la politique environnementale nationale. Et ce n'est que la première contradiction, qui repose sur des procédures bureaucratiques.

couleurs-hydrogene.jpg

Hydrogène vert et éco-hybrides

Le rapport du Conseil mondial de l'énergie éolienne définit le rôle de l'hydrogène écologique et des applications Power-to-X pour une décarbonisation profonde des secteurs industriels et pour assurer le stockage à long terme. Il convient de noter que selon un scénario, d'ici 2050, un quart de la production mondiale d'électricité sera orienté vers la production d'hydrogène écologique, ce qui nécessitera environ 10 000 GW d'énergie éolienne et solaire.

Au cours de l'année écoulée, l'intérêt mondial pour l'hydrogène a encore augmenté, et de plus en plus de pays ont annoncé des feuilles de route ou des stratégies nationales dans le domaine de l'hydrogène. En 2021, plus de 30 pays ont commencé à élaborer ou à publier une stratégie en matière d'hydrogène.

À titre d'exemple, la Chine a publié une feuille de route sur l'hydrogène pour le secteur des transports en 2016 et a désigné l'énergie de l'hydrogène comme l'une des plus importantes industries futures dans son plan quinquennal actuel (2021-2025), avec le développement de l'information quantique et de l'industrie aérospatiale. [ii]

L'Inde a lancé sa mission nationale sur l'hydrogène en 2021, visant à étendre la production nationale d'hydrogène respectueux de l'environnement et les mandats potentiels pour les raffineries et les entreprises d'engrais pour introduire de l'hydrogène et de l'ammoniac respectueux de l'environnement dans les processus industriels.

L'UE a inclus "l'hydrogène vert" dans son accord vert européen, qui a été annoncé en 2020, notant que les réseaux d'hydrogène sont essentiels pour une "économie propre et circulaire". [iii]

L'énergie éolienne coopère actuellement directement avec un certain nombre de secteurs industriels afin d'assurer la décarbonisation en utilisant de l'hydrogène écologique comme carburant. Par exemple, Vattenfall a collaboré avec le fabricant d'acier suédois SSAB et la société minière LKAB sur une usine pilote pour la production d'éponge de fer utilisant de l'hydrogène vert. [iv]

Cette interaction conduit à l'émergence de projets hybrides. En général, toutes les énergies vertes gravitent vers les hybrides. Par exemple, les panneaux solaires sont combinés à des aérogénérateurs (car l'absence de lumière solaire ou de vent séparément entraînera inévitablement des temps d'arrêt des équipements, ce qui affectera l'approvisionnement en énergie). Mais l'énergie traditionnelle est aussi en partie liée aux démarches environnementales. Et c'est là la deuxième contradiction.

terrddddes-rares.jpg

Connexion de l'éco-énergie avec les métaux de terres rares

L'ancien secrétaire d'État adjoint américain aux affaires mondiales, Aaron Ringel, note qu'à mesure que les technologies d'énergie renouvelable, notamment les véhicules électriques, les panneaux solaires et les batteries lithium-ion, occupent le devant de la scène, la demande de métaux des terres rares augmente. Mais les États-Unis dépendent presque entièrement des importations de terres rares.

Jusque dans les années 1980, les États-Unis étaient en fait les leaders mondiaux de l'extraction des éléments de terres rares. Mais un virage à courte vue vers les importations a conduit à l'assèchement de la capacité d'extraction nationale de l'Amérique. Le résultat est le contrôle actuel de Pékin sur l'approvisionnement de ces ressources importantes.

La Chine fournit plus de 85 % des réserves mondiales d'éléments de terres rares et abrite environ deux tiers de l'offre mondiale de métaux et minéraux rares tels que l'antimoine et la barytine. [v]

En 2021, un communiqué de presse de l'Office of Fossil Energy du ministère américain de l'énergie indiquait que les États-Unis importent actuellement 80 % de leurs éléments de terres rares directement de Chine, le reste provenant indirectement de Chine par le biais d'autres pays. Les États-Unis sont totalement dépendants des importations de 14 des 35 minéraux les plus importants. Plus récemment, il a été rapporté que des entreprises chinoises sont déjà activement engagées dans l'exploitation minière de l'Afghanistan. La Chine nie toute intention d'utiliser l'exportation d'éléments de terres rares comme une arme - à moins que des intérêts de sécurité nationale ne soient en jeu. [vi]

Le Congrès et l'administration ont récemment pris un certain nombre de mesures pour remédier à cette vulnérabilité. Par exemple, le ministère de l'Énergie explore de nouvelles méthodes de traitement des éléments de terres rares. Et le Congrès cherche à développer la fabrication nationale de haute technologie avec un paquet législatif basé sur la loi sur la concurrence en Amérique.

Il est intéressant de noter que, malgré l'accent mis sur un environnement sûr, l'Amérique continue de dépendre de l'exploitation minière chinoise, décidément peu écologique. Des lacs et des décharges toxiques apparaissent en Chine en même temps que l'exploitation rapide et rentable des gisements de terres rares.

Cette approche est doublement préjudiciable aux intérêts des entreprises qui adhèrent à des mesures strictes de protection de l'environnement dans le monde. Par exemple, la société The Metals Company (TMC), cotée à la bourse du NASDAQ, a démontré la possibilité d'exploiter en profondeur d'importants minéraux. La société a exploré le plus grand gisement connu de métaux adaptés à la fabrication de batteries sur la planète - la zone de Clarion Clipperton dans l'océan Pacifique. Elle réussit maintenant à traiter les métaux clés des batteries, y compris le nickel et le cuivre, à partir des nodules des grands fonds marins, de telle sorte que peu de déchets sont générés pendant le traitement.

Cependant, l'extraction des minéraux et des terres rares n'est que la première étape. Pour obtenir un avantage concurrentiel, il est nécessaire de couvrir l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement, y compris le recyclage et l'élimination.

Bien qu'aux États-Unis, certains pensent qu'ils peuvent rétablir leur leadership dans la production de haute technologie - et le faire tout en protégeant l'environnement. Pour ce faire, le président Biden est censé utiliser la loi sur la production de défense afin de lancer l'extraction nationale sécurisée des minéraux les plus importants et des métaux des terres rares. [vii]

Quoi qu'il en soit, l'extraction actuelle des métaux des terres rares pour leur utilisation dans l'énergie verte consiste à créer des mines et des carrières, ce qui ne s'inscrit clairement pas dans les approches environnementales. C'est la troisième contradiction. Et la quatrième est le problème du recyclage des mêmes éoliennes ou panneaux solaires. Il n'existe pas encore de technologie verte pour cela.

213-1024x576.jpg

Les contradictions dans l'UE

Mais même avec l'intensification de la construction de nouveaux parcs éoliens et parcs solaires, d'autres contradictions apparaissent. C'est l'une des questions les plus gênantes de notre époque, car la réponse inclut nécessairement des références aux prix du cuivre, de l'acier, du polysilicium et de presque tous les métaux et produits minéraux. En outre, la construction de ces installations prend du temps, plus de temps que, par exemple, le passage au GNL (si vous disposez de terminaux d'importation) ou au charbon.

Et dans le plan récemment publié pour réduire la consommation de gaz russe - ainsi que de pétrole et de charbon - la Commission européenne a fait un gros pari non pas sur l'énergie éolienne et solaire, mais sur davantage de gaz et de charbon.

Il s'agit de la même Europe qui prévoyait de fermer toutes ses centrales électriques au charbon d'ici 2030 afin d'atteindre les objectifs de réduction des émissions de l'Accord de Paris. Cette même Europe mise également sur le remplacement du gaz naturel par du fioul pour remplacer 10 milliards de mètres cubes supplémentaires de gaz russe.

Au total, la Commission européenne semble prévoir de remplacer plus de la moitié de sa consommation de gaz russe par d'autres combustibles fossiles. À titre de comparaison, la part de l'énergie éolienne et solaire dans le remplacement du gaz russe devrait être d'environ 22,5 milliards de mètres cubes, tandis que 10 milliards de mètres cubes proviendront de l'énergie éolienne et 12,5 milliards de mètres cubes de l'énergie solaire. Mais c'est peu pour une région qui aspire à devenir la plus verte de la planète dans les plus brefs délais.

Ainsi, il semble que la réalité de l'approvisionnement et de la consommation d'énergie se réaffirme, alors que l'UE se retrouve dans une crise du gaz. Si son plan implique une consommation beaucoup plus importante de combustibles fossiles, alors ces derniers devraient être plus faciles - et plus rapides - à extraire et peut-être moins chers que l'éolien et le solaire. Sinon, pourquoi les choisir au lieu de sources d'énergie renouvelables ? [viii] C'est la cinquième contradiction complexe.

Des projets prometteurs

Avec le développement des énergies alternatives, la question de leur redistribution se pose naturellement. On suppose que les câbles électriques sous-marins pourraient être utilisés plus souvent à mesure que les gouvernements orientent leurs stratégies énergétiques vers les sources d'énergie renouvelables. Lorsque les pays développeront leur énergie éolienne et solaire, il y aura davantage d'incitations à la construction de câbles sous-marins qui pourront faciliter la distribution de l'électricité entre les régions.

f349e2234dc45354687f7ae548b813e8_XL.jpg

New-Project-20-1.jpg

Il est déjà prévu de poser le premier de nombreux nouveaux câbles majeurs entre le Royaume-Uni et l'Allemagne, pour un coût estimé à 1,95 milliard de dollars. Le projet NeuConnect permettra de transmettre 1,4 GW d'électricité vers et depuis les deux pays via des câbles sous-marins couvrant une distance de plus de 450 miles. Le projet a été appelé "l'autoroute invisible de l'énergie" qui permet la distribution d'électricité entre le Royaume-Uni et l'Allemagne. [ix]

Des contrats clés d'un montant total de plus de 1,5 milliard de livres sterling (1,95 milliard de dollars) ont été attribués pour un important projet d'interconnexion qui reliera l'Allemagne et le Royaume-Uni, alors que les pays du monde entier tentent de renforcer leur approvisionnement en énergie dans le contexte de la crise actuelle en Ukraine.

Le projet NeuConnect est centré sur des câbles sous-marins qui permettront la transmission de 1,4 gigawatts d'électricité dans les deux sens entre le Royaume-Uni et l'Allemagne - les deux plus grandes économies d'Europe. La longueur de l'interconnexion est de 725 kilomètres, soit un peu plus de 450 miles.

Le câble ira de l'île de Grain dans le Kent en Angleterre à la région allemande de Wilhelmshaven, en traversant les eaux britanniques, néerlandaises et allemandes. Après sa construction, il pourra fournir de l'électricité à 1,5 million de foyers.

Les contrats approuvés comprennent des travaux de pose de câbles et de stations de conversion, Siemens et Prysmian ayant tous deux remporté des contrats pour travailler sur le projet. Siemens fournira un système de transmission à courant continu haute tension (CCHT), tandis que le fabricant de câbles italien, Prysmian Group, dirigera la conception, la fabrication, l'installation, les essais et la mise en service de l'interconnexion NeuConnect.

La construction devrait commencer cette année, ce qui permettra au Royaume-Uni de "puiser dans la vaste infrastructure énergétique de l'Allemagne, y compris ses importantes sources d'énergie renouvelable." En outre, "la nouvelle liaison avec le Royaume-Uni contribuera à éliminer les goulets d'étranglement actuels où les éoliennes sont souvent arrêtées en raison de l'excès d'énergie renouvelable produite."

Le consortium NeuConnect, dirigé par Meridiam, Kansai Electric Power et Allianz Capital Partners, discute de ce développement depuis un certain temps, mais les sanctions contre la Russie ont obligé les gouvernements européens à chercher des sources d'énergie alternatives beaucoup plus rapidement. En plus de trouver des sources alternatives d'approvisionnement en pétrole et en gaz, plusieurs gouvernements élaborent des stratégies pour accélérer leurs projets d'énergie renouvelable et discutent même de l'augmentation de la capacité nucléaire pour la première fois depuis de nombreuses années.

Cependant, ce n'est pas le premier câble sous-marin approuvé en Europe, puisque les travaux ont commencé l'année dernière sur un câble sous-marin géant qui devrait relier le Royaume-Uni à la Norvège. Le North Sea Link (NSL), long de 450 miles et d'une valeur de 1,86 milliard de dollars, est une coentreprise entre British National Grid et Norwegian Statnett.

Les deux pays veulent partager les ressources hydroélectriques de la Norvège et les ressources en énergie éolienne du Royaume-Uni, ce qui permettra à chacun d'entre eux d'optimiser sa production pour répondre à la demande. Le National Grid explique : "Lorsque la demande au Royaume-Uni est élevée et que la production éolienne est faible, l'hydroélectricité peut être importée de Norvège."

DWO-WI-Nordlink-js-Aufm-jpg.jpg

Le Royaume-Uni et la Norvège sont tous deux des acteurs majeurs. Mais la Norvège affirme que 98 % de son électricité est produite à partir de sources d'énergie renouvelables, principalement l'hydroélectricité. Pendant ce temps, au Royaume-Uni, le Premier ministre Boris Johnson a annoncé l'objectif de fournir 100 % de l'électricité du pays à partir de sources renouvelables d'ici 2035.

Et les projets de pose de câbles sous-marins se développent non seulement en Europe, mais s'étendent également à différents continents. L'année dernière, la Grèce et l'Égypte ont annoncé qu'elles négociaient un potentiel connecteur sous-marin de 2 GW traversant la mer Méditerranée pour connecter les systèmes électriques des pays. [x]

Il s'agira du premier projet de ce type reliant l'Europe à l'Afrique, ce qui démontre un énorme potentiel d'expansion des liens interrégionaux. La Grèce envisage également de créer un interconnecteur euro-asiatique qui irait d'Israël au continent grec en passant par Chypre.

Une fois achevé, le câble sera long de 1 500 km et transmettra de 1 à 2 GW d'électricité entre les régions, reliant les réseaux électriques d'Israël, de Chypre et de la Grèce. Alors que les premières projections laissaient entendre que le câble serait terminé en 2022, de nouvelles estimations suggèrent qu'il sera achevé en 2024 et qu'il coûtera près de 823 millions de dollars. Le financement proviendra en partie de l'UE et contribuera à mettre fin à l'isolement énergétique de Chypre. [xi]

Mais là encore, la question des risques politiques et technologiques se pose lors de la pose de tels câbles et interconnexions.

La géopolitique de l'électricité

Tout ceci indique que l'importance géopolitique de l'électricité a traditionnellement été sous-estimée, mais avec la transition mondiale vers une énergie plus respectueuse de l'environnement et l'expansion de l'utilisation des sources d'énergie renouvelables ("transition énergétique"), les réseaux électriques deviennent de plus en plus importants et prennent de l'ampleur.

Pékin, en particulier, promeut le système mondial d'approvisionnement en électricité par le biais de son initiative "One Belt, One Road". L'Institut allemand pour les affaires internationales et la sécurité note qu'aujourd'hui, l'impact de l'unification des réseaux électriques sur les relations internationales et la géopolitique mérite d'être étudié de près [xii].

L'étude indique que la zone continentale Europe-Asie (c'est-à-dire l'Eurasie) fait preuve d'une dynamique particulière. De nouvelles configurations de l'infrastructure électrique - sous la forme d'interconnecteurs (c'est-à-dire de lignes de transmission transfrontalières reliant les réseaux) et de réseaux électriques intégrés - reconstruisent l'espace, redéfinissant la relation entre le centre et la périphérie.

Outre les anciens centres d'attraction - la Russie et l'UE - de nouveaux centres émergent. Ceux-ci comprennent non seulement la Chine, mais aussi la Turquie, l'Iran et l'Inde. Leurs réseaux ne sont pas encore aussi étroitement interconnectés qu'en Europe et dans certaines parties de l'ancienne Union soviétique, mais ils prévoient néanmoins de les connecter. Par conséquent, des régions autrefois considérées comme périphériques, telles que la Méditerranée orientale, les régions de la mer Noire et de la mer Caspienne, ainsi que l'Asie centrale, deviennent rapidement des objets de concurrence.

China-Crisis-1280x720.jpg

L'électricité est connectée au réseau. L'électricité se déplace presque à la vitesse de la lumière et relie des points éloignés et couvre de vastes espaces dans un réseau interconnecté. Les réseaux électriques ("infrastructures") façonnent les régions sur le long terme, créant leur propre topographie qui reflète l'organisation de la vie économique et sociale au sein d'une zone géographique. Le système d'alimentation électrique est la base de toute économie, et les réseaux électriques représentent l'infrastructure la plus importante.

L'interaction de trois facteurs - le réseau électrique, l'espace et le pouvoir géopolitique - mérite une attention particulière. Les réseaux d'infrastructure créent des sphères d'influence techno-politiques et techno-économiques. Puisque les espaces énergétiques s'étendent au-delà des frontières des États et des juridictions légales, ils assurent la propagation du pouvoir géopolitique. La vulnérabilité des États à la projection de force et à l'influence extérieure dépend également de la fiabilité et de la stabilité des réseaux électriques.

Et la Communauté européenne et l'Union européenne n'ont jamais été identiques au concept plus général d'"Europe électrifiée". L'extension et la synchronisation du réseau y dépendent encore principalement des conditions économiques et géographiques. Malgré le cadre politique et juridique général, l'intégration technique et commerciale au sein de l'UE s'est déroulée de manière très inégale et avec un certain retard.

Avec la création du marché intérieur, l'UE a également recherché l'intégration et l'harmonisation aux niveaux politique, technique et économique. Mais les nœuds physiques correspondants et les centres de contrôle du pouvoir technique, opérationnel, économique et politique ne se chevauchent ni dans leur localisation ni dans leur structure organisationnelle.

En utilisant l'exemple des métaux de terres rares, on constate que la politique de Pékin montre la perméabilité des espaces et des sphères d'influence, ainsi que le degré auquel le pouvoir politique peut être projeté par le biais de "liens de connexion". La projection du pouvoir, réalisée par l'expansion des lignes électriques et le développement des réseaux, conduit à la réorganisation des grands espaces économiques. Et ils sont certainement caractérisés par des ambitions géopolitiques. Dans un cadre réglementaire aussi volatile, le décalage entre les niveaux d'interconnexion et les approches réglementaires soulève un certain nombre de questions géopolitiques.

Les connexions et réseaux électriques peuvent servir les intérêts géopolitiques de trois manières principales. Les acteurs politiques peuvent les utiliser pour établir une dépendance asymétrique ; ils peuvent les utiliser pour établir une domination du marché, une domination réglementaire et une domination technique et économique ; et, enfin, ils peuvent les utiliser pour atteindre des objectifs mercantiles.

Dans de telles situations, un exemple classique est l'ouvrage de Carl Schmitt de 1939 Völkerrechtliche Großraumordnung (L'ordre des grands espaces en droit international), à savoir qu'il existe un lien au niveau du développement technique et organisationnel entre les grands territoires, les relations économiques et les réseaux énergétiques et électriques.

Cela vaut également pour la mesure de l'énergie verte. Malgré les objectifs déclarés, l'Occident ne dispose pas de suffisamment d'atouts et de ressources pour mettre en œuvre ce projet global sans la participation d'acteurs énergétiques majeurs tels que la Russie, l'Iran et la Chine, où chacun a ses propres atouts. Le même gaz naturel et l'énergie nucléaire peuvent également être considérés comme faisant partie de l'économie verte, la question est de savoir à partir de quelle position considérer ces industries.

_____

Notes:

[I] https://www.ifri.org/sites/default/files/atoms/files/nies_eu_plan_renewables_2022.pdf

[ii] https://cset.georgetown.edu/wp-content/uploads/t0284_14th_Five_Year_Plan_EN.pdf

[iii] https://www.fch.europa.eu/news/european-green-deal-hydrogen-priority-area-clean-and-circular-economy

[iv] https://group.vattenfall.com/uk/what-we-do/roadmap-to-fossil-freedom/industry-decarbonisation/hybrit

[v] https://www.scmp.com/news/china/diplomacy/article/3130990/chinas-dominance-rare-earths-supply-growing-concern-west

[vi] https://www.fpri.org/article/2022/03/rare-earths-scarce-metals-and-the-struggle-for-supply-chain-security/

[vii] https://www.realclearenergy.org/articles/2022/04/05/end_us_dependence_on_mining_in_china_825505.html

[viii] https://oilprice.com/Energy/Energy-General/Why-Renewables-Cant-Solve-Europes-Energy-Crisis.html

[ix] https://www.cnbc.com/2022/04/12/huge-undersea-cables-to-give-uk-germany-first-ever-energy-link.html

[x] https://balkangreenenergynews.com/several-undersea-power-cables-about-to-connect-europe-with-africa/

[xi] https://oilprice.com/Energy/Energy-General/Invisible-Energy-Highways-Could-Usher-In-A-New-Era-Of-Shared-Power.html

[xii] https://www.swp-berlin.org/en/publication/geopolitics-of-...

jeudi, 31 mars 2022

Capitalisme et écologisme: le cas de l'éco-bouddhisme en Thaïlande

b9056e971f89b18bf4c8a956a3004e6a--asian-elephant-elephant-love.jpg

Capitalisme et écologisme: le cas de l'éco-bouddhisme en Thaïlande

Giovanni Sessa

Source: https://www.paginefilosofali.it/capitalismo-ed-ecologismo-il-caso-delleco-buddhismo-in-thailandia-giovanni-sessa/

L'orientation écologique est certainement un trait qui connote de l'intérieur la théorie et la pratique du capitalisme cognitif actuel. Le prométhéisme radical atteint par l'industrialisme moderne semble s'être estompé au cours des dernières décennies face à la possible catastrophe environnementale annoncée par les données scientifiques. C'est ainsi qu'est né un "écologisme" systémique, visant à défendre les intérêts de la Forme-Capital et hétéro-dirigé par les potentats communicants dans les sociétés opulentes. Un exemple frappant en est le "gretisme" (avec Greta Thunberg), un phénomène médiatique qui a réussi à coaguler les instances de l'écologie réformiste au sein du système actuel. Un livre récent de l'anthropologue Amalia Rossi, maître de conférences à la Nouvelle Académie des Beaux-Arts de Milan, montre comment l'écologisme, produit de la parthénogenèse du capitalisme, progresse également dans les pays en développement, comme la Thaïlande. Nous nous référons à son livre Eco-Buddhismo. Monaci della foresta e paesaggi contesi in Thailandia,  publié par Meltemi (pour les commandes : redazione@meltemieditore.it, 02/22471892, pp. 320, euro 20.00). Le volume s'ouvre par une préface d'Andrea Staid.

COVER-biblioteca-antropologia-rossi-eco-buddhismo-500x750.jpg

Il s'agit d'une étude analytique, résultat du séjour et des recherches de l'auteur dans la province thaïlandaise de Nam, à la frontière nord du Laos. Ce territoire, dans la complexité des événements politiques thaïlandais des dernières décennies, avec une succession de gouvernements réformistes et des phases de dictature militaire ouverte, a été le foyer d'une insurrection maoïste. La méthode de Rossi est interdisciplinaire et son attitude d'investigation est explicitement définie comme "non neutre": l'auteur prend position sur les changements qui se produisent en Orient à la lumière de sa propre histoire et de son milieu culturel: "en fait, j'étais à la fois "avec" et "contre" tous les "indigènes" [...] en essayant de me placer au-dessus des parties, mais seulement après avoir imaginé porter les masques de mes informateurs et agir et penser comme eux" (p. 32). Premièrement, le lecteur, pour entrer dans le vif du sujet, comme le souligne la préface, doit se débarrasser des préjugés liés à la vision occidentale du monde, pour laquelle il faudrait aujourd'hui "préserver la nature", un impératif issu du dualisme nature/culture, tel qu'il était pensé en Europe. Deuxièmement, il ne faut pas oublier que, même en Thaïlande, la récente reconfiguration du paysage par la création de réserves et de parcs naturels n'a pas tenu compte des besoins et de la culture des habitants de la région de Nam. Ces "gardiens" de la terre ont pratiqué pendant des siècles une agriculture semi-nomade, aujourd'hui considérée comme non rentable et non esthétique. C'est pourquoi ils ont été retirés de leur habitat.

Rossi examine la situation dans l'ancien royaume de Siam en utilisant le concept de paysage-théâtre, développé par le géographe Eugenio Turri, et l'idée debordienne du paysage comme "spectacle" conçu par le pouvoir. De ce point de vue, l'auteur identifie les différentes scènes paysagères créées au fil du temps en Thaïlande. Tout d'abord, celle conçue par l'État, qui a donné lieu à la cartographie du territoire, en y distinguant les fonctions économiques à attribuer aux différentes zones. Il faut également considérer l'élaboration du paysage souhaitée par les entreprises et les multinationales, qui : "face à une sensibilité accrue aux questions écologiques [...] ont jugé utile de construire stratégiquement leur image [...] en s'enveloppant d'une aura morale et d'une esthétique écologiques" (p. 40). Cela a conduit à l'énorme développement de l'industrie de l'écotourisme. Les ONG, quant à elles, sont devenues les porteuses d'une imagerie qui remonte aux valeurs de l'Occident progressiste, mettant l'accent sur les droits des indigènes, la décentralisation administrative et la démocratisation des ressources naturelles. L'éco-bouddhisme joue par ailleurs un rôle important : "Le Sangha (clergé bouddhiste) et les souverains de la dynastie Chakri [...] ont commencé à proposer des visions inédites, anti- ou alter- développementistes [...] visions qui sont spécifiquement liées à l'identité nationale thaïlandaise" (p. 43). Certains moines de l'ordre Theravadin ont renoué avec la tradition des moines de la forêt, en prenant leurs distances avec le projet de développement pro-occidental.

Bhumibol-adulyadej-e1477039473515-1.jpg

Les scénarios imaginés par l'éco-bouddhisme ont été avalisés par la famille royale: "vers la fin des années 1990 [...] cela s'est fait par la propagation de l'idéologie populiste de l'Économie de la modération [...] conçue par le roi Bhumibol Adulyadej, très aimé et qui a vécu longtemps" (p. 44-45). Cette vision économique vise à soustraire les populations du pays oriental au marché mondial en se concentrant sur la conduite productive de l'autosubsistance agricole des villages. L'éco-bouddhisme a trouvé une audience auprès des populations locales, en fonction également de la récupération de la cérémonie de "consécration des forêts" due, notamment, à Phra Manat. Ce dernier avait compris comment "la consécration symbolique des arbres pouvait être une arme efficace pour sensibiliser les populations locales à la nécessité de préserver l'environnement" (p. 168).

thailande-arbres-ordonnes-moines-3.jpg

monk-forest-SadahamYathra-1520x1000.jpg

Rossi note que l'éco-bouddhisme, du moins au début, est né d'un mélange de démocratie et de socialisme avec des éléments religieux. Plus tard, le fondateur du mouvement lui-même, Buddhadasa, fait explicitement l'éloge de la monarchie et qualifie ses thèses économiques de "conservatisme radical". Pour cette raison, l'anthropologue considère que l'éco-bouddhisme est fonctionnel au modèle de développement capitaliste, une fausse alternative. De plus, elle ajoute : "la monarchie thaïlandaise [...] participe avec son immense capital au même système qu'elle voudrait critiquer et changer par la diffusion de la nouvelle philosophie économique éco-bouddhiste, et cette contradiction en Thaïlande est ostensible" (p. 174).

Au contraire, nous pensons que le discours sur l'éco-bouddhisme, au-delà du lien contingent de certains de ses représentants avec la monarchie thaïlandaise contemporaine, redécouvrant la dimension sacrée de la nature, le trait identitaire de l'appartenance de l'homme à un espace donné, est un point de référence important pour ceux qui croient qu'il est essentiel de revenir regarder la physis. Pour sortir de l'impasse actuelle, du désastre possible, il est nécessaire de jumeler Orphée et Prométhée, comme cela s'est produit dans les civilisations traditionnelles. La tradition est la voie à suivre.

Giovanni Sessa.

samedi, 19 mars 2022

Pourquoi l'Europe perd la guerre de l'énergie. Ce qu'il faut faire pour renverser la vapeur.

energie.jpg

Pourquoi l'Europe perd la guerre de l'énergie. Ce qu'il faut faire pour renverser la vapeur.

Gian Piero Joime

SOURCE : https://www.ilprimatonazionale.it/economia/perche-europa-sta-perdendo-guerra-energia-cosa-serve-ribaltare-partita-226798/

L'Europe de la prochaine génération - en raison de la grande pandémie, de la guerre en Ukraine et de la myopie stratégique de sa propre classe dirigeante - risque de se retrouver en rade, avec ses réservoirs d'énergie à moitié vides. L'Union européenne a toujours été très dépendante des importations d'énergie, notamment de pétrole et de gaz, en provenance de quelques pays, parmi lesquels la Russie domine : en effet, plus d'un tiers (35 %) de tout le pétrole brut et 32 % de tout le gaz importé sur le vieux continent proviennent de Moscou.

Au cours des prochaines années, les changements en cours dans le système énergétique mondial réduiront sensiblement le poids stratégique de la demande européenne, notamment en ce qui concerne les combustibles fossiles, où les flux commerciaux seront de plus en plus déterminés par la croissance de la demande et la dynamique des grands consommateurs asiatiques. Cette théorie est renforcée par l'échec induit du gazoduc North Stream 2, qui aurait garanti à l'Allemagne - et à l'Europe - des milliards de m3 de gaz russe. Et l'alliance énergétique entre la Russie et la Chine, qui a conduit en 2019 à la construction du premier gazoduc - Power of Siberia - capable d'acheminer 61 milliards de m3 de gaz par an de la Iakoutie, en Sibérie orientale, vers la Chine.

La guerre de l'énergie 

En outre, il suffit de penser à la toute récente "guerre du pétrole", c'est-à-dire à la concurrence féroce sur le prix du pétrole brut pendant la pandémie, qui a vu l'Europe être témoin de la bataille économique entre les principaux pays producteurs. Et aussi les positions agressives de la Russie et de la Turquie dans la zone méditerranéenne, notamment pour le contrôle des gisements en Libye et sur la côte égyptienne. Et bien sûr, l'actuelle guerre du gaz, qui est aussi la conséquence du conflit en Ukraine, et qui a des effets dévastateurs et profonds sur la société européenne. L'Europe perd donc le contrôle de l'énergie à la fois en tant que producteur et en tant que client.

35947_large.jpg

Et le choix européen, avec le Green Deal, pour le développement des énergies renouvelables et de l'efficacité énergétique apparaît comme une simple stratégie défensive basée sur le leadership culturel de l'énergie sans carbone. Une sorte de niche culturelle basée sur le principe de la durabilité et des technologies d'énergie renouvelable. Mais si l'Union européenne est fortement dépendante des importations de combustibles fossiles - comme le sont toutes les nations de l'UE à l'exception de la France, qui a construit une base solide pour son indépendance énergétique grâce à l'énergie nucléaire - dans le même temps, elle ne dispose pas des matières premières et des technologies dominantes des sources d'énergie renouvelables, qui sont largement sous le contrôle stratégique et industriel de l'Asie.

Transition énergétique ou transition des dépendances ?

La stratégie Green Deal - qui relève plus d'un choix culturel et réglementaire que d'un choix industriel - conduit au développement d'un système réglementaire puissant, avec des normes environnementales parmi les plus strictes au monde et des programmes d'action qui couvrent tous les secteurs. Cet engagement en faveur d'une Europe toujours plus verte est appréciable, mais il ne peut ignorer le fait que pendant de nombreuses décennies encore, les combustibles fossiles joueront un rôle décisif dans la fourniture de l'énergie nécessaire à la modernisation et au développement du continent européen, et que le remplacement complet des combustibles fossiles par des énergies renouvelables semble plus idéologique que réaliste : pour l'éolien et le photovoltaïque, les fondements énergétiques du Green Deal, malgré l'énorme croissance technologique des systèmes de stockage, nous sommes encore loin d'un système idéal, dans lequel les batteries seront capables d'absorber toute la production excédentaire à un moment donné et de la fournir en cas de besoin, d'où la nécessité d'un énorme surdimensionnement de la capacité installée par rapport aux besoins, avec le risque d'une augmentation des coûts, de coupures de la production excédentaire et de difficultés accrues pour atteindre les objectifs environnementaux, également en raison de l'épuisement des zones dites appropriées. D'autre part, il est tout aussi important de souligner que si la transition énergétique doit être réalisée avec des innovations, des systèmes et des composants chinois, japonais ou américains, alors il ne s'agira que d'une transition de dépendance du pétrole au lithium.

istock-186998682.jpg

Dans le scénario actuel de la "guerre énergétique", l'Union européenne part donc d'une situation de dépendance marquée, et donc d'insécurité énergétique. Alors que les concurrents internationaux avancent à un rythme rapide pour conquérir des technologies et des matières premières, l'Europe produit des plans pluriannuels diligents, avec beaucoup de bureaucratie continentale et nationale, et de nombreuses salles de contrôle pour la composition des intérêts publics et privés, qui sont souvent divergents. Ce qui en ressort est une super-structure bureaucratique, fiscale et financière qui risque d'alourdir les processus décisionnels et opérationnels des États membres et des entreprises, et de creuser l'écart avec les concurrents mondiaux. Ce fossé est déjà évident simplement en regardant l'origine des produits et des composants technologiques de la chaîne des énergies numériques, fossiles et renouvelables, qui sont en grande majorité d'origine chinoise et américaine.

Pourquoi l'Europe fait du surplace

Pendant que l'Union européenne rédige le Green Deal et met en place sa puissante structure bureaucratique, la Chine avance très vite, tant dans la conquête des mines de matières premières africaines que dans la production de technologies et de composants des différents secteurs de l'énergie et de la mobilité électrique, ainsi que dans l'introduction de tarifs douaniers pour protéger son industrie nationale, sans pour autant réduire son engagement dans le nucléaire.

Pendant ce temps, les États-Unis continuent d'investir pour gagner des mines de terres rares et de cobalt dans le monde entier, en remaniant leur chaîne d'approvisionnement nationale et en produisant constamment des éco-innovations, tout en renforçant leurs industries du gaz, du pétrole et du nucléaire. Et la Russie, tout en continuant à jouir de sa domination en matière de gaz et de pétrole, se tourne de plus en plus vers l'Est. Ainsi, à force d'ébaucher des plans et de prévoir des salles de contrôle, tout le continent européen risque de se positionner comme un vieux géant, à la bureaucratie puissante et aux couleurs arc-en-ciel rassurantes, plein d'éco-innovations et de produits de la grande transition numérique-écologique, made in China et aux États-Unis, mais aux réserves énergétiques incertaines.

Construire l'indépendance énergétique

La nouvelle Europe devrait précisément partir d'une force énergétique renouvelée, avec une stratégie qui ne vise plus seulement à mettre en place un cadre réglementaire vert mais qui est surtout déterminée à construire l'indépendance et la sécurité énergétiques, en encourageant le développement d'un secteur industriel à l'échelle du continent capable de produire de manière indépendante des systèmes et des composants pour l'ensemble de la chaîne de valeur énergétique. L'objectif doit être de maîtriser toutes les sources d'énergie : diversifier les approvisionnements en gaz et en pétrole, développer les usines de regazéification, rechercher le leadership dans la production de technologies et de composants dans le secteur des énergies renouvelables et intensifier la production d'énergie nucléaire.

L'inclusion par la Commission européenne du gaz et de l'énergie nucléaire dans la taxonomie dite verte, c'est-à-dire les investissements considérés comme durables, semble déjà être un bon signe, tout comme l'annonce par les Pays-Bas de leur engagement à construire deux nouveaux réacteurs dans les prochaines années, et par la France, qui continuera à prolonger la durée d'exploitation de sa génération actuelle de réacteurs, et qui, en plus des six nouveaux EPR, a défini un plan à long terme pour huit EPR2 supplémentaires, soit un total de 22,4 GW.

1175424-2c0c63b044_25762_34719-centrales-nucleaires-france-ide-01.jpg

L'Europe doit jouer un rôle de premier plan dans le système énergétique mondial : une indépendance énergétique croissante, une culture de l'innovation, une attention à la protection de l'environnement et un développement industriel basé sur les nouvelles technologies sont les objectifs à atteindre sans plus attendre. Le grand risque, peut-être fatal, est celui d'être réduit à jouer un rôle de plus en plus périphérique et, en fin de compte, subordonné.

Gian Piero Joime

vendredi, 14 janvier 2022

Comment la décarbonisation sans stratégie pourrait marquer le destin énergétique de l'UE

La-décarbonisation-une-nouvelle-contrainte.jpg

Comment la décarbonisation sans stratégie pourrait marquer le destin énergétique de l'UE

Andrea Muratore

Source: https://it.insideover.com/energia/cosi-la-decarbonizzazione-senza-strategia-puo-segnare-il-destino-energetico-dellue.html

Le risque d'un utopisme excessif dans la planification des futures stratégies énergétiques et environnementales européennes conditionne-t-il l'ordre du jour des pays de l'UE ? La définition d'un plan (Fit for 55) ancré dans un principe de réalité et le tsunami des prix fin 2021 qui menace de submerger toute perspective de reprise sur le Vieux Continent semblent avoir sécurisé la transition énergétique contre l'assaut des utopistes écologistes, mais cela ne signifie pas qu'il faille baisser la garde.

Sur Inside Over, nous avons souligné à plusieurs reprises qu'une autre question à surveiller attentivement sera celle liée aux répercussions géopolitiques de la transition. Pour un continent à forte intensité énergétique et aussi pauvre en sources primaires naturelles que l'Europe, ces répercussions peuvent évoluer dans le sillage du passage de la dépendance aux sources primaires (telles que le gaz naturel et le pétrole), qui voit aujourd'hui le Vieux Continent soumis à la Russie, à la dépendance aux matières premières stratégiques et aux technologies fondamentales pour permettre le saut en termes d'innovation et d'infrastructures qu'imposera l'ère des énergies renouvelables. Dans ce cas, le pays bénéficiant de cette dynamique pourrait être la Chine, premier producteur mondial de technologies de transition.

220px-Massimiliano_Salini_2.JPGPrenez le cas emblématique de l'ère de la transition verte, celui de la voiture électrique. Les changements en termes de chaîne de valeur risquent de rendre l'Europe, où se trouvent certains des constructeurs automobiles les plus avancés au monde et leurs chaînes de sous-traitance (opérant principalement en Allemagne, en France, en Italie, en Espagne et en Suède, avec des chaînes s'étendant à l'Est dans les pays post-communistes), dépendante des fournitures de composants en provenance de la République populaire. "Une stratégie européenne de l'industrie et des transports est nécessaire pour ne pas passer d'une dépendance partielle de l'UE au gaz russe à une dépendance presque totale aux batteries chinoises", a noté l'eurodéputé de Forza Italia Massimiliano Salini (photo) dans un communiqué. "L'interdiction des moteurs à combustion interne à partir de 2035 revient à tout miser sur les voitures électriques, condamnant de fait l'industrie automobile européenne à la dépendance vis-à-vis de la Chine, qui produit 80 % des batteries mondiales", a ajouté M. Salini, reprenant les propos qu'il a tenus lors d'un débat à la Commission Tran sur le projet Fit-for-55 en présence du vice-président de la Commission Frans Timmermans, délégué d'Ursula von der Leyen pour la transition énergétique.

Malgré l'engagement de l'Occident, une tendance similaire est attendue dans les années à venir : un analyste expert en la matière, Daniel Clarke, a déclaré à Forbes qu'en 2026, Pékin gardera une part élevée sur ce chapitre, estimée entre 60 et 65%, "malgré tous les efforts des États-Unis et de l'Union européenne". Salini a souligné dans son discours que "même en soutenant au maximum les projets des nouvelles gigafactories européennes, selon les estimations de la Commission, en 2035, nous arriverions à couvrir seuls seulement 7 % des besoins de l'UE en batteries."

4349_W750.jpg

Et ce ne sont pas seulement les batteries qui sont au centre de la domination chinoise d'un contexte industriel dans lequel Pékin est en mesure d'exploiter les investissements importants et massifs et les avantages d'échelle industrielle liés à ses politiques. Au sujet de la transition industrielle liée à la relance de la décarbonisation des transports, de la consommation, de l'industrie et des services, il faut rappeler que l'hybridation particulière des nouvelles technologies et des nouveaux modes d'approvisionnement énergétique peut créer une synergie unique. Favorisant ceux qui planifient l'avenir depuis des années sur la base de besoins plus importants en matière de progrès numérique et environnemental, ce n'est pas un hasard si le leadership de la Chine en matière de transition énergétique va de pair avec la course de Pékin pour devenir la première puissance technologique mondiale.

Au cours des siècles passés, le charbon a été à l'origine de la révolution industrielle et de l'essor de la puissance impériale britannique, le pétrole a sanctionné l'hégémonie des États-Unis au XXe siècle et, à l'ère des énergies renouvelables, la Chine est un leader du secteur et s'apprête, grâce à ses ramifications géopolitiques sur les marchés de production des cruciales terres rares et des matières premières stratégiques, à consolider son poids à l'échelle internationale. Pour donner un autre exemple concret, rappelons que le marché des panneaux photovoltaïques à bas coût dépend du polysilicium produit au Xinjiang, que six des sept plus grandes entreprises mondiales de panneaux sont chinoises, et que du lithium au cobalt en passant par le nickel, toutes les chaînes de valeur des principales matières premières liées aux technologies de transition sont entre les mains de la République populaire.

Cela a des implications géopolitiques considérables et peut, à long terme, affaiblir la course à la transition européenne et l'efficacité de mesures telles que le Carbon Border Adjustment Mechanism (Cbam), les tarifs verts proposés par l'Union européenne pour frapper les productions polluantes hors du Vieux Continent. Pour Salini, une des solutions pourrait être de redéfinir les paramètres du Vieux Continent en matière de mix énergétique afin d'adapter les sacro-saints objectifs de transition et de protection de l'environnement au réalisme à court et moyen terme. Une nouvelle évolution de ce qui a déjà été fait en incluant le gaz naturel et l'énergie nucléaire, avec les distinctions qui s'imposent, parmi les sources considérées comme utiles pour la transition dans la plus récente taxonomie de l'UE.

Salini propose une nouvelle révision des objectifs liés à l'objectif de 2035 pour la fin de la circulation et de la vente des véhicules à moteur à combustion interne: "Nous demandons l'adoption d'une approche "cycle de vie", qui prend en compte les émissions de CO2 de l'ensemble du cycle de vie du véhicule, la réalisation d'une étude d'impact intermédiaire en 2028 afin de décider du mix énergétique le plus adapté et de revoir le calendrier et les modalités de l'arrêt éventuel des moteurs à combustion interne". Un tournant qui, comme les précédents, permettra d'examiner de plus près les dynamiques de production, d'industrie et de développement. Il ne peut y avoir de durabilité dans un contexte où la transition économique et énergétique affaiblit la sécurité d'un continent entier. Le développement économique ne serait pas non plus possible dans ce cas en abdiquant le rôle principal dans les nouvelles chaînes de valeur au profit de la Chine. La transition ne sera pas, moins que jamais après les derniers développements, un dîner de gala : et l'Europe doit le comprendre.

jeudi, 02 décembre 2021

Du dogmatisme climatique à l'effondrement énergétique

csm_Consommation_d_energie_des_francais_et_le_rechauffement_climatique-Direct_Energie_6eb1a9f304.jpg

Du dogmatisme climatique à l'effondrement énergétique

Par Luis I. Gómez Fernández

Ex: https://disidentia.com/del-dogmatismo-climatico-al-colapso-energetico/

Les prix de l'énergie montent en flèche, qu'il s'agisse du gaz naturel, du pétrole, du charbon ou de l'électricité, et les consommateurs doivent puiser de plus en plus dans leurs économies. Malgré l'expansion considérable des énergies renouvelables, nous sommes toujours dépendants des combustibles fossiles et cela ne devrait pas changer de sitôt. L'évolution des prix au cours des derniers mois aurait dû être un signal d'alarme pour les responsables politiques présents à la conférence des Nations unies sur le changement climatique à Glasgow. Au lieu de cela, les politiciens continuent d'être guidés plus par des vœux pieux que par la logique lorsqu'il s'agit de la transition énergétique. La crise énergétique met inexorablement en évidence les objectifs contradictoires de la "transformation énergétique".

La crise énergétique rappelle des souvenirs des années 1970. À l'époque, pendant la crise pétrolière, il y avait de longues files d'attente devant les stations-service. Aujourd'hui, il y a également des pénuries de carburant aux pompes britanniques et les stations-service allemandes sont à court d'AdBlue. Les premières conséquences de la transition énergétique deviennent visibles.

Les responsables politiques doivent tirer les bonnes leçons de la crise énergétique actuelle et se concentrer désormais sur l'essentiel de la politique énergétique et climatique. Mais pour cela, il faut d'abord se débarrasser du ballast dogmatique.

Si la politique veut sortir avec succès - si nous voulons tous sortir avec succès - de cette crise énergétique, elle doit se débarrasser du lest dogmatique. Le "greenwashing" du gaz naturel montre les objectifs contradictoires de la transition énergétique. Le message de Bruxelles est déroutant: alors qu'il y a peu de temps encore, on nous disait que brûler des combustibles fossiles n'était rien d'autre qu'un péché, on nous dit maintenant que brûler du gaz naturel ne l'est pas. Ou que c'est un péché véniel.

Les conséquences de l'explosion des prix du gaz naturel dans le monde sont peu visibles. Les premières entreprises ont déjà arrêté ou réduit considérablement leur production. Parmi eux figurent les fabricants d'engrais en Grande-Bretagne, par exemple, ou les producteurs d'AdBlue en Italie. En Chine, il y a déjà eu des coupures de courant à grande échelle parce qu'il n'y avait pas assez de charbon disponible.

Les caprices incontrôlables de la météo - certains jours il y a du vent ou du soleil, d'autres non - font que la demande de combustibles fossiles augmente plus vite que le marché ne peut réagir. Ce manque d'agilité de la part des fournisseurs a beaucoup à voir avec les messages que les politiciens reçoivent depuis plus de cinq ans maintenant: l'extraction et la combustion des combustibles fossiles sont non seulement un péché, mais elles seront sévèrement taxées. Personne n'investit dans de telles conditions ! Il s'avère maintenant que le gouvernement américain a demandé aux pays producteurs de pétrole d'augmenter leur production et que l'Europe a demandé à la Russie de fournir davantage de gaz naturel. Dans le même temps, l'Agence internationale de l'énergie prévient que nous devons cesser d'investir dans de nouveaux gisements de pétrole, de gaz et de charbon si nous voulons atteindre les objectifs de protection du climat fixés pour 2050. C'est difficile à comprendre.

Au début de l'année, un long hiver en Europe et en Asie a entraîné une augmentation de la demande d'énergie. Cette période a été suivie d'un été très nuageux et sans vent, ce qui a entraîné une baisse significative de la production d'électricité à partir d'énergies renouvelables en Europe. Davantage de centrales électriques au charbon et au gaz ont dû intervenir pour répondre à la demande d'électricité. Cela a créé une demande imprévue de charbon et de gaz, qui a dû être satisfaite à court terme sur les marchés. À cela s'ajoute l'augmentation de la taxe sur le CO2 appliquée aux combustibles fossiles. L'effet souhaité par les politiciens s'est donc produit : les combustibles fossiles sont devenus beaucoup plus chers.

La crise énergétique est commentée différemment par les différents partis. Les sceptiques de la transition énergétique mettent en avant le manque de fiabilité des technologies vertes. Les éco-champions considèrent qu'il est nécessaire de développer encore plus rapidement les énergies renouvelables afin de devenir indépendant des combustibles fossiles.

Cependant, si l'on examine les faits sans parti pris idéologique, il apparaît rapidement que les objectifs contradictoires de la transition énergétique entre la sécurité d'approvisionnement, la compatibilité environnementale et le caractère abordable ont été exposés et visibles pour tous.

Des prix plus élevés conduisent généralement à davantage d'investissements. Or, ce n'est pas le cas actuellement pour les producteurs de biens d'énergie fossile. D'une part, ils aimeraient bien sûr récolter les fruits de la hausse des prix ; d'autre part, les politiciens et les ONG exercent une pression massive pour qu'ils cessent d'investir dans l'extraction/commercialisation des combustibles fossiles. Le résultat est que de plus en plus d'entreprises énergétiques n'investissent que dans des programmes "verts". Personne ne semble remarquer le vrai problème : que se passe-t-il si l'offre n'est pas disponible ?

La transition énergétique est inévitablement associée à une électrification accrue. Cependant, les énergies renouvelables ont le problème de ne pas pouvoir produire de l'électricité à la demande en raison des conditions météorologiques. Cela rend problématique un approvisionnement énergétique stable et entraîne des coûts extrêmement élevés. À l'heure actuelle, il n'existe pas de solution technique abordable pour stocker l'électricité excédentaire en quantité suffisante afin de pouvoir y avoir recours en cas de besoin. De telles installations de stockage ne seront pas disponibles pendant longtemps. C'est pourquoi nous avons besoin de centrales électriques de secours qui peuvent intervenir lorsque le vent et le soleil ne peuvent pas le faire.

De plus en plus de pays se tournent vers l'énergie nucléaire. Sinon, les combustibles fossiles, comme le gaz naturel ou le charbon, sont inévitables. Les centrales au gaz émettent légèrement moins de CO2 que les centrales au charbon, c'est pourquoi elles sont considérées comme une technologie de transition dans les pays qui rejettent l'énergie nucléaire. Mais n'oubliez pas que les prix élevés du gaz entraînent également une augmentation significative des prix de l'électricité.

Les objectifs contradictoires de la politique énergétique ne peuvent être résolus que si l'on abandonne les positions idéologiques et que l'on autorise un large mix énergétique avec les capacités de réserve correspondantes. Classer le gaz naturel comme une technologie "verte" et l'assimiler ainsi à l'énergie nucléaire n'est rien d'autre qu'un effort pour cacher l'argumentation idéologique, car le gaz naturel n'est pas exempt de CO2. Le véritable potentiel de réduction des gaz à effet de serre doit être à la mesure du système énergétique utilisé et non d'une technologie occultée par l'idéologie.

L'idéologie... Les centrales de secours coûtent cher, mais elles sont indispensables pour assurer la sécurité de l'approvisionnement en électricité. Les coûts supplémentaires ralentiront la croissance économique pendant la transition, car l'augmentation des coûts de l'électricité entraîne inévitablement une hausse des coûts de tous les biens et services, ce qui alimente l'inflation.

Les responsables politiques doivent tirer les bonnes leçons de la crise énergétique actuelle et se concentrer dès maintenant sur l'essentiel de la politique énergétique et climatique. Mais pour cela, il faut d'abord se débarrasser du ballast dogmatique. Si cela n'est pas fait rapidement, ce n'est qu'une question de temps avant que l'offre ne s'effondre.

samedi, 23 octobre 2021

Folies apocalyptiques - Ne confondons pas protection de l'environnement et terrorisme climatique

climate migration (1).png

Folies apocalyptiques - Ne confondons pas protection de l'environnement et terrorisme climatique

par Umberto Masoero

Ex: https://www.destra.it/home/follie-apocalittiche-non-confondiamo-la-difesa-dellambiente-con-il-terrorismo-climatico/

Si le problème de la natalité en Italie est déjà préoccupant - l'équivalent de la population d'une ville de taille moyenne disparaît chaque année - le terrorisme climatique promet maintenant de nous pousser encore plus vers l'abîme avant de nous "sauver", comme l'espèrent les militants. S'il s'agissait d'opinions isolées de quelques têtes brûlées anonymes qui font de la désinformation pour le bénéfice de leurs guerres saintes du dimanche, nous pourrions nous en tirer avec un haussement d'épaules, mais si nous incluons également des personnalités importantes du show-business et de la politique, et que les victimes potentielles sont jeunes et très jeunes, il est immédiatement évident que la situation est vraiment grave.

5518196-miley-cyrus-defile-pour-marc-jacobs-col-950x0-3.jpgMiley Cyrus (ci-contre) a déclaré il y a quelques jours à peine qu'elle avait "juré de ne pas avoir de bébé sur cette planète de merde". Nous parlons d'une pop star avec plus de 147 millions de followers sur Instagram, principalement des enfants. Je vous laisse imaginer l'effet toxique que de telles déclarations peuvent avoir sur ceux qui sont encore en train de se forger leur propre vision du monde. Mais ce n'est pas suffisant. Alexandra Ocasio-Cortez, une éminente représentante des démocrates d'Amérique, dans une récente story Instagram, a demandé à son large public "s'il est encore éthique d'avoir des enfants dans le monde dans lequel nous vivons". Il n'est donc pas surprenant que Morgan Stanley ait indiqué dans une note aux investisseurs, il y a deux mois, que "le mouvement en faveur du choix de ne pas avoir d'enfants par crainte du changement climatique se développe et a un impact sur la fécondité plus rapide que toute autre tendance antérieure dans un contexte de baisse de la fécondité". Cette tendance a également été quantifiée par des enquêtes récentes, dont un article paru dans The Atlantic le 20 septembre: au moins un tiers de la population américaine de moins de 45 ans choisit désormais de ne pas avoir d'enfants ou d'en avoir moins en raison des préoccupations liées au changement climatique.

Même si l'on accepte le scénario le plus catastrophique comme absolument réel - même s'il est principalement le résultat de la désinformation causée par le fameux "cherry picking" typique des divers magazines qui spéculent sur le terrorisme climatique - la conclusion logique serait de tout miser sur les nouvelles générations. Ce sont eux qui pourront faire avancer le développement technologique qui nous permettra, dans plusieurs décennies, d'avoir un impact beaucoup plus important que celui que nous pouvons avoir aujourd'hui sur la durabilité des modes d'obtention de l'énergie et, en général, de ce dont nous avons besoin pour vivre de l'écosystème dont nous faisons partie.

5a136866-0ff9-4497-b372-398860456473.jpg

Nous n'avons pas besoin d'une génération de dépressifs chroniques, bien nourris mais à l'esprit obscurci par des idéaux pessimistes, voire anti-humains. Au contraire, nous avons désespérément besoin de jeunes gens courageux qui veulent s'engager et qui sont prêts à tout miser sur l'avenir. À l'heure où nous avons l'espérance de vie la plus élevée depuis le début de l'histoire et les niveaux de prospérité les plus élevés jamais atteints, le choix de renoncer à la relation potentiellement la plus intense et la plus significative avec un être humain - celle avec son propre enfant - est exactement ce qu'il semble être : un acte inhumain, lâche et irrationnel, et une grave insulte à la mémoire des hommes et des femmes qui, avant nous, n'ont pas eu peur d'essayer de donner à leurs enfants un avenir meilleur, en les mettant au monde même pendant les guerres et les pestes.

Avant de nous lever de nos confortables fauteuils et d'aller cracher notre fureur sur des générations entières sur les médias sociaux, il serait peut-être bon de nous rappeler que nous sommes également assis sur le dur labeur, la souffrance et surtout l'espoir des générations qui nous ont précédés, auxquelles nous devrions peut-être accorder un peu plus de respect, et dont nous devrions certainement prendre exemple pour affronter les défis de notre présent la tête haute et le dos droit.

 

 

12:19 Publié dans Actualité, Ecologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, écologie, terrorisme climatique | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

mardi, 05 octobre 2021

Climatisme: idéologie de l'assujettissement et de la pauvreté

81RxHgynh6L.jpg

Climatisme: idéologie de l'assujettissement et de la pauvreté

par Roberto Pecchioli

SOURCE : http://www.ilpensieroforte.it/dibattiti/5268-il-climatismo-ideologia-di-sottomissione-e-povertà

Dans le climat de changement rapide de ces années frénétiques, un rôle central est joué par un récit répété jusqu'à l'épuisement, cru par le bombardement médiatique : l'idéologie du changement climatique. Comme l'enseignait Carl Schmitt, les idéologies sont des concepts théologiques sécularisés, et dans le cas du "climatisme" (le terme a été inventé en 2015 par Mario Giaccio), cela est tout à fait clair. Il s'agit d'une authentique foi religieuse, avec ses rituels (les conférences internationales périodiques), ses croyants et ses disciples, ses prêtres - scientifiques et militants -, une grande prêtresse, Greta Thunberg, au langage apocalyptique, au visage renfrogné et au ton inquiet. La divinité à vénérer, féminine selon les temps, est Gaea, la terre, un organisme sensible dont l'ennemi est l'homo sapiens.

61XPI+n20GL._SX353_BO1,204,203,200_.jpg

Les hérauts ne sont pas des prophètes ou des apôtres désarmés, mais les échelons supérieurs du pouvoir économique, financier et scientifique, qui a imposé la nouvelle idéologie dans le cadre de plans de domination à long terme (Great Reset, Agenda 2030) cachés derrière le double rideau du changement climatique et de la transition énergétique, qui a déjà rendu les factures d'électricité et de gaz si chères.

Par rapport au passé, il y a un changement majeur : avant, on parlait de réchauffement climatique, aujourd'hui les maîtres des mots se sont rabattus sur le changement climatique, plus générique. En tout cas, on ne peut échapper à une idéologie dont le principal court-circuit concerne le rôle de l'espèce humaine. Le dogme incontesté, en effet, est l'origine anthropique du changement climatique de la planète. C'est l'homme, avec sa volonté de puissance, qui est le prédateur responsable du déséquilibre naturel. Jusqu'à présent, rien à redire : des thèses proclamées par beaucoup sans succès.

La contradiction est claire : si le climat change, la raison n'est pas dans les cycles de la nature, mais dans le travail exclusif de l'homme. C'est un péché d'hybris, la démesure que les Grecs n'aimaient pas. Gaea fait-elle une crise de colère ou suit-elle simplement son propre chemin d'époque ? Non, l'homme est responsable. Avec une arrogance et une volonté de puissance égales et opposées, la religion climatique propose la solution : laisser l'homme modifier Gaea, interrompre et inverser le changement, par la déclinaison écologique et "durable" de la technologie. La technologie et la science humaines restent les Démiurges, les instruments d'un Dieu moindre mais pas trop grand, Homo sapiens reconfiguré en allié de Gaea.

Le climatisme est une volonté de puissance masquée par la bonté proclamée de ses objectifs. C'est l'Homme qui changera le cours du climat de la Terre par des modèles de comportement, de conduite et de développement qui apaiseront la colère de Gaea. Sur le plan symbolique, il s'agit d'une captatio benevolentiae, d'une tentative d'amitié avec une puissance supérieure, avec laquelle nous dialoguons d'égal à égal. Toujours Prométhée, toujours Titan au pouvoir, à la différence que maintenant il ne défie plus la colère des dieux, mais devient leur allié.

phpg4xgUf.jpg

Le premier défaut de l'idéologie climatique est l'impossibilité de vérifier sa véracité - à l'heure des vérités scientifiques -. Il est en effet impossible d'affirmer ou de nier que la planète se réchauffe ou se refroidit sur le long terme. Le GIEC (Groupe international d'experts sur le changement climatique), un forum mondial créé en 1998, commence à l'admettre. Bien que la thèse de base reste celle du changement climatique, étayée par des décennies d'observations et de mesures, le GIEC a conclu que "dans la recherche et la création de modèles climatiques, nous devons reconnaître que nous avons affaire à un système chaotique et que, par conséquent, la prédiction à long terme des états climatiques futurs n'est pas possible". La raison scientifique est que les modèles mathématiques complexes utilisés sont incapables de calculer les variables infinies du système. Même le comportement des températures futures en fonction des émissions de CO2 ne peut être prédit qu'approximativement. Les prévisions météorologiques restent fiables dans une quinzaine de jours. Pour le reste, la règle de nos grands-parents s'applique : sous nos cieux, il fera chaud en été, froid en hiver et pluvieux en automne.

La méthodologie des prévisions climatiques souffre d'un défaut irrémédiable qu'Edward Lorenz a démontré il y a soixante ans : le nombre infini de petites variations dans les conditions initiales qui rendent le résultat final peu fiable. L'atmosphère - a-t-il découvert - est un système déterministe chaotique, initiant ainsi la théorie du chaos. Le calcul aboutit à une étrange courbe en forme de papillon, d'une longueur infinie, appelée l'attracteur de Lorenz. De toutes les solutions mathématiques finales, une seule est vraie, mais inconnue. Il s'agit de la simplification populaire connue sous le nom d'effet papillon, tiré du célèbre article de Lorenz intitulé Predictivity : Can the flapping of a butterfly's wings in Brazil determine a tornado in Texas ? La plupart des scientifiques sérieux parlent de probabilités, pas de certitudes. Les croyances comme le changement climatique, cependant, ne connaissent pas de nuances. Le changement climatique, pour ses adeptes, est certain, il va dans le sens d'un réchauffement de la planète et est dû non pas à des facteurs naturels inconnus, mais à l'action de l'homme.

USConnect_LOHAS_2.jpg

Il y a quelques années, l'acronyme LOHAS (Lifestyle of Health and Sustainability), un mode de vie sain et durable, est devenu populaire. Aujourd'hui, le phénomène est devenu un phénomène de masse, soutenu par un grand nombre d'universitaires, d'acteurs, de politiciens, de journalistes et de gestionnaires.  Le style LOHAS représente les classes sociales les plus élevées, domine les médias et le débat politique. Il incarne l'esprit de l'époque et s'incline vers la gauche. Il est loin le temps où les partis de gauche voulaient donner de meilleurs revenus et de meilleures opportunités aux plus pauvres. Aujourd'hui, seule l'élite progressiste peut se permettre des voyages coûteux, tout en faisant des affaires lucratives avec le lobby du climat. Pour eux, le changement climatique génère un double avantage. Ils peuvent s'élever au-dessus des masses moralement et matériellement : la foule prolétarienne se déplace en métro, à vélo ou dans des trains de proximité bondés, l'élite, elle, se déplace dans des voitures électriques élégantes subventionnées par les impôts de tous. Telle est la nouvelle moralité, sans tenir compte du fait que les batteries au lithium de la nouvelle mobilité sont le résultat d'activités minières ayant un énorme impact environnemental et des coûts humains dramatiques (exploitation, santé, conditions de travail). 

Le deuxième pilier sur lequel repose la politique climatique, après le dogme de la culpabilité humaine, est le chantage de l'absence d'alternatives, qui aboutit à la proclamation de l'urgence. L'état d'exception - comme on le voit avec la dictature sanitaire épidémique - exige la soumission, qu'il obtient en combinant la peur de la catastrophe avec la crainte d'être expulsé si l'on n'est pas " fidèle à la ligne " et la punition pour ceux qui ne se déclarent pas adhérents à la nouvelle foi. Cela fonctionne : il crée une victimisation, un conformisme et une indignation contre un " mauvais " pouvoir, finalement démasqué par les " bons ", manipulés par les marionnettistes avec un cynisme consommé.

194_shell_old.jpg

Annoncer la catastrophe ne suffit pas : le message doit être incessant, chargé d'urgence et de craintes toujours relancées. Chaque doute doit être combattu en permanence sur un large front. Elle fonctionne parce qu'un appareil de milliers de fonctionnaires à plein temps chargés du "climat" a été créé dans les ONG, les fondations, les agences, les instituts de recherche, les autorités publiques, les entreprises, les églises et, bien sûr, les salles de presse.

Les lobbyistes verts, généreusement financés par les gouvernements et les fondations privées, tous contrôlés par les riches, qui sont les premiers responsables des malheurs environnementaux, ont la mainmise sur tout ce qui se passe. C'est le pouvoir des Vendredis pour l'avenir, des Amis de la Terre, de Greenpeace, du WWF, etc. Nous sommes frappés par une information permanente à sens unique dans les médias publics et privés. Les sceptiques - appelés de manière désobligeante négationnistes comme tous ceux qui ne sont pas d'accord avec les récits imposés - n'ont pratiquement aucun soutien financier et deviennent invisibles. L'esprit du temps vert est sacro-saint et omniprésent.

Personne n'est prêt à s'engager dans un débat sur les incertitudes de la recherche sur le climat et de ses impacts, sur les nombreuses façons de faire face au changement climatique ou sur l'équilibre des coûts et des avantages. Personne ne reconnaît publiquement que l'objectif de "neutralité climatique" en 2045 ou 2050 est une fixation arbitraire. Nous voulons ce que nous voulons, et pas plus.

Un journal libéral, le Frankfurter Allgemeine Zeitung, a écrit : "Les budgets des États sont importants car les dépasser revient à dépasser la température de la terre, ce qui provoque des dommages irréversibles, c'est-à-dire que cela change le climat pour toujours."  Le budget en question concerne une autre croyance "par la foi" dans le récit vert, la quantité de CO2. L'absurdité est que l'Allemagne, pour parvenir à des émissions nulles et limiter le réchauffement de la planète à 1,75 degré, peut émettre un total de 6,7 gigatonnes jusqu'en 2029, soit la moitié de la quantité annuelle de la Chine !

Pour le physicien Matthew Crawford, "l'une des caractéristiques les plus frappantes est que nous sommes gouvernés par des tactiques d'intimidation inventées pour obtenir l'adhésion du public. Les défis politiques lancés par les critiques, présentés avec des faits et des arguments, ne reçoivent pas de réponse amicale, mais une dénonciation. D'où les menaces épistémiques pour résoudre l'autorité dans un conflit moral entre les "bons" et les "méchants". Cela ne s'applique pas seulement au climat, mais aussi à la dictature de la santé et à tous les autres points de l'agenda oligarchique. C'est le mécanisme qui permet au récit de la "catastrophe climatique à éviter de toute urgence" de devenir la base permanente de politiques très éloignées de la réalité.

En fait, après près de 30 ans de politique de protection du climat, l'énergie éolienne et solaire fournit environ 6,5 % de l'énergie en Europe. Personne ne croit que nous atteindrons 100 % d'énergies renouvelables dans 25 ans. D'autre part, nous dépenserons d'énormes sommes d'argent pour faire croire que nous le ferons. La facture, le spectacle des factures d'énergie, est sur nous. Quelque 84 % de l'énergie mondiale provient toujours des combustibles fossiles. Il y a vingt-cinq ans, il était de 86 %. Selon les prévisions, il pourrait tomber à 73 d'ici 2040, loin de zéro.

groene_energie.jpg

Les émissions allemandes ont diminué de 200 millions de tonnes au cours des dix dernières années. Dans la même période, la Chine a augmenté la sienne de 3 milliards de tonnes. La pollution est transférée d'une zone de Gaea à une autre, la seule planète disponible, au gré des bonnes âmes.

Cinq pour cent de l'humanité a un niveau de richesse pour lequel un sacrifice en échange du sentiment agréable de sauver la planète semble une bonne affaire. Les quatre-vingt-quinze autres ne sont pas convaincus que l'énergie, le logement, les voyages, la nourriture sont trop bon marché et doivent devenir de plus en plus chers. Nous sommes confrontés à une hégémonie culturelle de l'alarmisme climatique, sans alternative. Les jeunes sont sensibilisés à la menace d'une catastrophe imminente. Si un homme politique disait que le changement climatique est un défi, mais que le monde a des problèmes plus urgents, nous penserions qu'il est fou. La recherche sur le climat, qui produit chaque jour de nouvelles découvertes et crée un paysage de plus en plus diversifié, est largement ignorée. Il ne reste qu'une seule politique : celle de la peur.

La science implique d'évaluer les données, de rechercher de nouvelles données et d'être prêt à examiner les hypothèses et les preuves avec un scepticisme sain. Les preuves empiriques peuvent être manipulées ou utilisées pour masquer une idéologie et créer un consensus en faveur de thèses et d'hypothèses chères aux pouvoirs en place, ces mêmes pouvoirs qui financent la recherche et choisissent et paient ceux qui la mènent. Scientifiques s'ils soutiennent la volonté des puissants, charlatans, négateurs et ignorants s'ils s'y opposent ou demandent des précisions.

La tendance au réchauffement de la planète et sa nature sont remises en question. Il n'y a pas si longtemps, il y avait un consensus sur une tendance au refroidissement à long terme des zones terrestres en Amérique du Nord. Les déclarations de consensus scientifique sur le réchauffement anthropique ne sont pas sans controverse, mais à l'ère des interdictions et des vérités d'État, il n'est plus surprenant que la version officielle soit imposée en sanctionnant les opinions dissidentes par le biais des tribunaux.

Pourtant, la méthode scientifique prescrit l'observation, la formulation d'hypothèses, la prédiction, le test, l'analyse et la révision. La confirmation expérimentale ne peut pas établir des vérités absolues, car des tests futurs peuvent invalider la théorie. En tant que telles, toutes les théories sont provisoires et sujettes à révision si des preuves meilleures ou contraires apparaissent. Plutôt que d'applaudir la version officielle, nous devrions célébrer l'incertitude et l'ouverture au cœur de la science. L'idéologie fidéiste du climatisme veut que les sceptiques soient réduits au silence, poursuivis pour des crimes nouvellement insérés dans les codes pénaux. Parallèlement, l'insistance sur un "consensus scientifique" concernant la nature et les causes des problèmes oriente les financements et les propositions de recherche vers ceux qui défendent l'opinion dominante.

La règle est de "suivre l'argent". Les fonds versés aux chercheurs sur le changement climatique ont dépassé les 13 milliards de dollars en 2017, rien qu'aux États-Unis. Les dépenses totales consacrées aux études climatiques entre 1989 et 2009 ont atteint 32 milliards de dollars, auxquels s'ajoutent 79 milliards de dollars pour la recherche technologique et les allégements fiscaux en faveur des énergies vertes. La perte de subventions et de positions de pouvoir serait énorme si le réchauffement de la planète ou le changement climatique étaient remis en question, peut-être pour les raisons invoquées concernant la complexité et les variables infinies.

Si la complexité du climat rend difficile l'évaluation précise des tendances, il semble exister des mécanismes internes qui tendent à stabiliser les températures et les variations climatiques dans certaines limites. Par exemple, les nuages et la vapeur d'eau jouent un rôle dominant dans la détermination des températures moyennes mondiales. Mais on n'a pas d'idée précise sur la réaction des nuages au réchauffement attribué à l'augmentation progressive du dioxyde de carbone dans l'atmosphère.

Les arguments scientifiques sur le changement climatique sont au cœur des politiques d'"action climatique" imminentes dans le cadre de la grande réinitialisation, le besoin autoproclamé de perturber l'économie mondiale. Les restrictions à la liberté et à l'activité privée imposées par les gouvernements au sujet de la pandémie de Covid-19 sont susceptibles de servir d'appât à l'expansion du contrôle politique et technologique pour faire face au changement climatique.

L'IPPC a annoncé un "code rouge" en 1990 sur la base de divers facteurs, dont l'élévation "irréversible" du niveau de la mer. Il existe des preuves de l'élévation du niveau de la mer, mais d'autres interprétations suggèrent que l'effet pourrait être de 10 cm en un siècle, ce qui laisse suffisamment de temps pour prendre des contre-mesures. Le débat a cependant tendance à privilégier le ton alarmiste, la science devenant la servante du pouvoir. Le résultat est un néo-féodalisme dans lequel la domination devient absolue, la majorité étant réduite à des serfs appauvris pour de "bonnes causes", des récits qui sont pris pour argent comptant : le changement climatique, l'assainissement de la vie, les ennemis de la liberté et de la prospérité. Lisons nos factures et cela deviendra clair : pas de concept abstrait ou lointain, mais la vie quotidienne - et l'arnaque.

Roberto Pecchioli

15:15 Publié dans Actualité, Ecologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : climatisme, actualité, écologie, écologisme | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

lundi, 04 octobre 2021

Le caractère unique et la signification du cosmisme slave en tant que contribution à la Nouvelle Renaissance

kosmizm-russkij-idei-russkogo-kosmizma_3.jpg

Barbara Krygier

Le caractère unique et la signification du cosmisme slave en tant que contribution à la Nouvelle Renaissance

Ex: https://ateney.ru/old/pol/pol006.htm

Aujourd'hui, nous sommes conscients de l'existence d'une multitude de grandes cultures qui ne se réduisent pas à la culture européenne. En son temps, la culture européenne avait un caractère missionnaire, elle s'est largement répandue sur les autres continents et la conviction de son rôle primordial et spécial, de sa valeur extraordinaire et de son caractère incontestable s'est longtemps établie. Aujourd'hui, elle connaît une crise profonde car ses axiomes fondamentaux sont remis en cause, surtout les soi-disant grands piliers de la science. Comme nous le savons, au cours des deux cents dernières années, cette culture a été fondée précisément sur la science, sur le scientisme, sur le rationalisme.

Par exemple, des paradigmes tels que le matérialisme, le mécanisme, l'objectivisme et autres sont aujourd'hui mis à mal. En retour, l'expérience culturelle nous vient d'autres régions. De la science, ou plus largement de la culture orientale - un intérêt pour la dimension spirituelle. Bien sûr, il ne faut pas dire que cet intérêt n'existait pas dans l'espace européen, mais à un moment donné, il est passé au second plan, précisément à cause de la domination du rationalisme et du matérialisme. Dans les cultures orientales, de nombreuses formes de spiritualité ont survécu parce qu'elles n'ont pas été éradiquées par la science.

Par exemple, l'église chrétienne catholique s'est révélée plus rationalisée et formalisée que l'église chrétienne orthodoxe, où des couches plus profondes subsistent, impliquant un contact personnel avec Dieu et un rôle légèrement différent pour le clergé. L'influence de la spiritualité tibétaine est très importante aujourd'hui. À la suite de l'occupation du Tibet par la Chine et de la dispersion des moines des monastères tibétains dans le monde, des enseignements tels que le Dzogchen ou la voie Shambhala ont été assimilés à la culture occidentale par le biais de l'enseignement des écritures tibétaines. Cette tradition s'est retrouvée sur le bon terrain parce qu'elle répondait à un besoin existant, extrêmement fort, "évincé" du champ de la conscience par le matérialisme.

640px-'Song_of_Shambhala'.jpg

Nous pouvons dire qu'il y a eu un phénomène d'anthropo-réductionnisme dans la culture occidentale, c'est-à-dire une incapacité à prendre en compte la multidimensionnalité de l'homme dans sa structure, et encore moins dans son développement. C'est surtout l'admiration pour le rationalisme qui triomphe. La simple possession de la raison par l'homme était considérée comme une si grande valeur et prérogative qu'on en oubliait que l'homme est une structure dynamique extrêmement complexe et que son chemin dans la vie doit être basé sur le développement constant de la conscience. En même temps, le niveau de développement de la conscience disponible change parce que les conditions dans le monde, les conditions dans la biosphère, les conditions de développement de la noosphère changent. En d'autres termes, le stade actuel de développement de la biosphère conduit par conséquent au développement de la noosphère.

Pendant ce temps, la conscience de notre culture est toujours dominée par des schémas de pensée dépassés. Il semble donc totalement injustifié de s'accrocher à de vieux concepts européens métrifiés. Ils sont non seulement conservateurs mais aussi régressifs. Lors du Congrès européen sur l'universalisme, qui s'est tenu à Varsovie en août 2003, certains participants sud-américains ont attiré l'attention sur l'eurocentrisme persistant et le manque de compréhension des problèmes humains et mondiaux à l'échelle planétaire. Alors, qu'est-ce qui pourrait nous aider à élargir nos horizons ?

La référence pour le mythe du futur pourrait être le cosmisme slave, contenant l'idée de l'homme comme porteur de la conscience cosmique et co-créateur responsable de l'évolution du Cosmos.

Le cosmisme - c'est l'idée pour le 21e siècle, seulement il faut l'extraire des traditions cosmologiques déjà développées et souvent oubliées. Il s'agit de le décrire d'une manière nouvelle, de le rendre compréhensible et passionnant. Mais en fait, elle existe, elle est contenue dans le cosmisme slavo-ruthénien. Elle est là chez Nikolai Roerich, chez Konstanty Tsiolkovsky, chez Vladimir Vernadsky, et au-delà du slavisme, chez Teillard de Chardin, qui parle en fait de l'époque de la planétarisation, et non de la mondialisation.

unnamedtsed.jpg

верн.jpg

Tsiolkovsky et Vernadsky

La mondialisation, comme on peut le voir, est une idéologie basée avant tout sur l'économisme et l'accumulation du capital. La planétarisation, en revanche, est censée nous faire prendre conscience de notre œcuménisme, de notre maison, qui est la Terre et, plus largement, le Cosmos. Dans une telle perspective, nous accueillerons tous les problèmes de l'environnement, les problèmes de l'écologie, ainsi que notre mission humaine. Alors, il deviendra clair pour tout le monde que nous sommes ensemble une espèce humaine, que nous formons un tout, que nous sommes le même phénomène, un sens de la mission commune avec les autres nations, avec les autres États, deviendra apparent. La coopération gagnera en importance, sans domination ni lutte désespérée et impitoyable, sans cette course à la meilleure place, à l'accès aux matières premières, à la domination, à l'utilisation du travail des autres, etc. Bien sûr, il est compréhensible que l'on doive être le meilleur, mais pas au prix de l'anéantissement du concurrent, mais en s'améliorant soi-même et en acquérant des compétences organisationnelles et de l'influence.

Montrer de nouvelles perspectives - c'est notre rôle. Nous en revenons à la question de savoir comment montrer cette idée, qui la diffusera ? Qui la formulera correctement ? Parce que l'idée est déjà mûre, elle a juste besoin d'être montrée, présentée. Nous devons la rendre légitime, compréhensible et convaincante. Il faut en faire une réponse aux questions fondamentales de l'homme contemporain. Je crois qu'elle sera en mesure de mettre de l'ordre dans toutes les controverses, dans toutes les tensions destructrices actuelles, et de les rendre plus raisonnables. Il est compréhensible qu'il puisse y avoir des tensions, de la compétitivité aussi, une certaine lutte ou même de la concurrence. C'est naturel, car cela crée un climat spécifique d'aspiration, d'action, de tension créatrice, qui est souhaitable et nécessaire, mais qui ne doit pas conduire à l'anéantissement, à la destruction mutuelle. Il faudrait au moins le dire clairement, c'est-à-dire porter une appréciation morale claire sur ce qui se passe actuellement, à savoir la destruction des nations au nom de l'établissement d'un ordre fondé sur l'économisme, sur la domination, sur une idée dérivée d'un mécanisme désormais obsolète. D'autant plus que ce mécanisme a déjà été mis à mal car injustifié. C'est une construction de la pensée qui a été discréditée, et cela aurait déjà dû être porté à la connaissance du public.

quadri di una esposizione.jpg

Le cosmisme, en revanche, nous fait prendre conscience de la dimension planétaire, et plus encore, de la dimension cosmique, qui, dans notre vision du monde, doit être combinée, ou plutôt harmonisée, avec le microcosme, c'est-à-dire avec la dimension humaine.

En fait, ils se rencontrent de manière naturelle, car la dimension humaine et la dimension cosmique sont une seule et même chose, seule l'option est différente, le point de vue est différent, le chemin d'investigation est différent. Mais le sens est le même, car, comme nous le montre la psychologie intégrale et transpersonnelle, si nous explorons notre moi intérieur, si nous allons au fond de notre être, nous nous retrouvons dans le cosmos, car à travers nos sentiments profonds et notre perception multidimensionnelle, nous trouvons un lien personnel avec le cosmos, notre appartenance, notre participation, notre plénitude. Il devient alors évident que nous faisons partie de ce grand tout et que nous fonctionnons comme son reflet, son réflexe.

Le développement de la conscience nous conduit à la connaissance de notre propre nature et nous nous rapprochons maintenant de sa compréhension. Toutes les découvertes modernes concernant la nature de la vie : biochimique, électromagnétique, lumineuse nous amènent à comprendre le lien avec le cosmos. Toutes les formes, comme si nous voulions dire tangibles, connues de nous, assimilables, sont des formes précisément manifestées, elles ont certaines formes. À travers ces formes, nous ne pouvons souvent pas voir la nature des choses, mais notre connaissance s'accroît précisément de telle sorte que nous la comprenons de mieux en mieux. Dans cette compréhension, des formulations adéquates et précises peuvent nous aider. Actuellement, nous sommes à un stade où nous nous concentrons pour créer l'interprétation conceptuelle nécessaire. Une circonstance favorable est que nous avons des outils dans notre culture, dans la culture slave, dans la culture russe, dans le cosmisme russo-slave.

Il faut souligner que l'idée de cosmisme ne peut en aucun cas être une extension linéaire de la ligne civilisationnelle classique, car il est nécessaire de transformer complètement les façons de penser et de voir la réalité.

Le paradigme mécaniste, qui a été imposé jusqu'à présent comme un "parapluie" même à divers concepts nouveaux et naissants, entrave fondamentalement leur développement et les réduit à leur propre opposé. En attendant, ce qui est en jeu ici, c'est un changement profond, consistant à prendre conscience de la nécessité de changer la vision du monde, et avant tout, de changer la perception et la compréhension de son propre rôle, c'est-à-dire celui de l'homme, en tant qu'espèce et des possibilités qu'il possède déjà. Et je ne parle pas ici de capacités technologiques, mais avant tout de capacités perceptives et créatives.

Par conséquent, les concepts sociaux, qui sont basés sur le type d'humanisme classique, doivent également être transformés et complétés, car ils ne prennent pas en compte le nouveau type d'homme. L'homme nouveau ne signifie pas un homme armé uniquement de la technologie. Il s'agit d'un homme qui a différentes possibilités d'observer et de comprendre le monde, ainsi que de penser de manière créative et de s'organiser. En même temps, il ne s'agit pas de structures rigides, mais de structures dynamiques qui tiennent compte d'une connaissance plus approfondie des processus qui se déroulent dans la nature et dans la société, et qui tiennent compte en fait de la coordination mutuelle d'un nouveau type de mentalité "holistique" avec le niveau technologique déjà atteint. Ce nouveau type de mentalité ne doit en aucun cas viser des simplifications réductrices. Pour l'instant, nous observons encore des tentatives de réduire la structure spatiale et complexe de la réalité en imposant des séquences interprétatives linéaires "scientifiques" et des schémas plats et rigidifiants. Cela entraîne non seulement la confusion, la souffrance et des pertes colossales dans notre vie sociale, mais est également inefficace en termes de civilisation.

La nouvelle qualité des solutions civilisationnelles est créée sur la base de l'harmonisation de toutes les potentialités, c'est-à-dire les capacités d'un être humain holistique qui fonctionne de manière multidimensionnelle avec la capacité de coordonner ses propres capacités. Pour l'instant, nous ne disposons pas de suffisamment de solutions culturelles, tant dans la sphère du développement individuel que dans celle du développement social. De telles méthodes émergent sous nos yeux, mais le processus est le plus souvent spontané, ce qui est bien sûr bon et naturel, mais pas suffisant. Ces processus spontanés requièrent d'urgence une plus grande part de notre activité intellectuelle et émotionnelle, interagissant dans le processus créatif précisément avec la spontanéité naturelle.

DJbDljVWsAANi6N.jpg

De nombreuses personnes en prennent conscience, d'où, entre autres, le développement imparable et plutôt chaotique des voies les plus variées du travail sur soi et de la thérapie individuelle. Diverses communautés se forment, qui inventent et mettent en œuvre de nouvelles méthodes d'organisation, qui ne reposent pas sur des structures hiérarchiques verticales au sens simple du terme. Ils comprennent de plus en plus le principe de la globalité systémique, ou holarchie. En même temps, l'holarchie est une chose naturelle qui tente maintenant d'être décrite de manière moderne, afin de la distinguer de la hiérarchie de domination qui est traditionnelle dans notre culture et caractéristique des systèmes de pouvoir classiques. En revanche, la nouvelle structure de pouvoir est censée être avant tout une structure d'harmonisation. Superficiellement, il y a beaucoup de similitudes entre les deux, mais en fait, il s'agit précisément d'atteindre toutes les dimensions (niveaux) d'harmonisation. Ainsi, l'harmonisation de la dimension matérielle avec la dimension spirituelle, à tous les niveaux de perception et de développement de la conscience individuelle et sociale. Ainsi, aux niveaux de développement de l'ontogenèse personnelle, c'est-à-dire dans l'éducation et la thérapie, et plus loin jusqu'aux plus hautes structures créatives et civilisationnelles.

Dans l'expression de ces propositions civilisationnelles, il est nécessaire de se référer aux semences culturelles qui ont traversé toute l'histoire de notre espèce, et de mettre l'accent sur celles qui, comme la graine, portaient déjà en elles dynamisme, créativité, intégralité et plénitude. Au contraire, il est nécessaire de se défaire de toutes les traditions et orientations qui ont pétrifié les structures rigides de domination et de clarifier le sens d'une nouvelle approche. Par-dessus tout, la nécessité de son propre développement individuel comme un impératif de survie et un bond en avant dans la civilisation, comme un impératif prométhéen, romantique, fournissant une motivation intérieure pour l'effort créatif. Toutefois, il convient d'aborder cette question de manière à la fois intellectuelle et émotionnelle. Les arguments intellectuels ont la propriété d'aplatir l'image d'une réalité complexe par, entre autres, leur descriptivité linéaire, sans toucher les couches émotionnelles les plus profondes qui donnent naissance à une énorme énergie d'action et d'intégration. Si cette énergie n'est pas dirigée, elle se manifeste comme une énergie de destruction, de désespoir, de dispersion et de solitude. En attendant, ce qu'il faut plus que jamais, c'est l'intégration, qui consiste en une harmonisation.

Il est donc impossible de poursuivre le développement du système technologique généré par l'espèce humaine, sans l'intégration émotionnelle et spirituelle de cette espèce, car cela est la cause d'immenses souffrances, de confusion et de destruction. Nous devons maintenant incorporer tous les sentiments, les connaissances et les énergies possibles que nous savons contrôler, tant dans la couche de travail organique dans tous les domaines de l'activité humaine que dans la construction de la philosophie de cette civilisation, et dans la construction du cadre intellectuel et du langage des concepts. Ceux-ci nous aideront à leur tour à comprendre de mieux en mieux les processus qui se déroulent, tant dans nos perceptions individuelles, dans nos parcours d'expérience individuels que dans la situation évolutive de notre espèce, au sein de l'évolution du Cosmos.

On peut dire que, dans le domaine des idées, nous n'avons pas le choix à l'époque moderne entre le libéralisme et le conservatisme, le capitalisme et le socialisme, ou l'Est et l'Ouest. Au contraire, nous pouvons choisir entre les mythes du passé et les mythes de l'avenir, entre l'attachement à une époque révolue et une vision prométhéenne de l'avenir. En fait, c'est un choix entre le développement et la stagnation - entre la vie et la mort.

Cracovie 29-31 octobre 2004

 

jeudi, 29 juillet 2021

Fit for 55. Le Green Deal européen et l’effondrement industriel de l’Europe

MicrosoftTeams-image.png

Fit for 55. Le Green Deal européen et l’effondrement industriel de l’Europe

Par William Engdahl

Source New Eastern Outlook

L’une des rares déclarations honnêtes de Bill Gates a été sa remarque, faite début 2021, disant que si vous pensez que les mesures dues à la Covid sont mauvaises, attendez de voir les mesures prises contre le réchauffement climatique. L’Union européenne est en train d’imposer, du haut vers le bas, les mesures les plus draconiennes à ce jour, qui détruiront effectivement l’industrie moderne dans les 27 États de l’Union européenne. Sous de jolis noms tels que « Fit for 55 » et European Green Deal, des technocrates non élus finalisent à Bruxelles des mesures qui provoqueront le pire chômage industriel et le pire effondrement économique depuis la crise des années 30. Des industries telles que l’automobile ou le transport, la production d’électricité et l’acier sont sur la sellette, tout cela pour une hypothèse non prouvée appelée réchauffement climatique d’origine humaine.

-1x-1.jpg

Alors que la plupart des citoyens de l’UE étaient distraits par les restrictions sans fin mises en place à cause d’une pandémie de type grippal appelée covid19, les technocrates de la Commission européenne à Bruxelles préparaient un programme de désintégration planifiée de l’économie industrielle de l’UE. L’aspect pratique d’un groupe supranational non élu, planqué à Bruxelles ou Strasbourg, est qu’il n’a pas de comptes à rendre à de véritables électeurs. Ils y a même un nom pour cela : Le déficit démocratique. Si les mesures sur le point d’être finalisées par la Commission européenne, sous la direction de la présidente allemande Ursula von der Leyen et du vice-président chargé du réchauffement climatique, le technocrate néerlandais Frans Timmermans, sont adoptées, voici un aperçu de ce qui se passera.

« Fit for 55 »

Le 14 juillet, la Commission européenne a présenté son programme écologique nommé « Fit for 55 ». Bien que le titre ressemble à une publicité pour une salle de sport réservée aux cinquantenaires, il s’agit du programme de désindustrialisation le plus draconien et le plus destructeur jamais imposé en dehors d’une guerre.

Fit for 55 est le cadre central des nouvelles lois et règles établies par Bruxelles pour réduire considérablement les émissions de CO2, en utilisant des systèmes tels que les taxes sur le carbone, les plafonds d’émission et les systèmes de plafonnement et d’échange.

En avril 2021, la Commission européenne annonçait un nouvel objectif européen en matière de climat : D’ici 2030 les émissions doivent être réduites de 55 % par rapport à 1990, contre 40 % précédemment. D’où le joli nom de « Fit for 55 ». Mais l’industrie et la main-d’œuvre des États membres de l’UE seront tout sauf en forme si ce plan est mis en œuvre. En clair, il s’agit d’un fascisme technocratique imposé sans débat public à quelque 455 millions de citoyens européens.

C’est la première fois au monde qu’un groupe de pays, l’UE, impose officiellement un programme visant à imposer un absurde « zéro » CO2 d’ici 2050 et une réduction de 55 % du CO2 d’ici 2030. Le tsar du Green Deal de l’UE, le commissaire Frans Timmermans, a déclaré en mai : « Nous allons renforcer le système d’échange de quotas d’émission de l’UE, actualiser la directive sur la taxation de l’énergie et proposer de nouvelles normes de CO2 pour les voitures, de nouvelles normes d’efficacité énergétique pour les bâtiments, de nouveaux objectifs pour les énergies renouvelables et de nouvelles façons de soutenir les carburants propres et les infrastructures pour des transports propres. » En réalité, cela va détruire l’industrie des transports, de l’acier, du ciment ainsi que de la production d’électricité à partir de charbon et de gaz.

Voici les principaux secteurs concernés par de ce sinistre Fit For 55.

CO20.jpg

Voitures et camions

L’un des principaux objectifs du « Green Deal » de l’UE sera de mettre en place des mesures qui obligeront les véhicules à moteur à combustion interne – voitures et camions à essence ou diesel – à respecter des limites d’émissions de CO2 tellement punitives qu’ils seront contraints de ne plus rouler d’ici 2030, si ce n’est plus tôt. Le plan modifiera l’objectif actuel d’une réduction de 37,5 % des émissions de CO2 des véhicules d’ici à 2030 pour le remplacer par un objectif de zéro émission d’ici à 2035, selon la rumeur.

Le 7 juillet, une coalition de syndicats, d’entreprises du secteur des transports et de fournisseurs, dont la Confédération européenne des syndicats et l’Association des constructeurs européens d’automobiles, a adressé un appel urgent au tsar de l’écologie, Frans Timmermans. Ils y déclarent : « …nous voulons voir la transformation industrielle et l’innovation en Europe, plutôt que la désindustrialisation et les perturbations sociales. » La lettre souligne que l’UE n’a aucun plan pour une soi-disant « transition juste » pour l’industrie automobile européenne, y compris aucune nouvelle formation de compétences pour les travailleurs débauchés : « Actuellement, il n’existe pas de cadre de ce type pour les 16 millions de travailleurs de notre écosystème de mobilité, et notamment le secteur automobile européen qui est un moteur de l’emploi industriel. »

Il ne s’agit pas d’un problème mineur, car la transition des voitures et camions à moteur à combustion interne vers les véhicules électriques va entraîner une perturbation sans précédent des chaînes de fournisseurs automobiles actuelles. La lettre souligne qu’à l’échelle de l’UE, le secteur automobile compte 8,5 % de tous les emplois manufacturiers européens et a produit en 2019 près de 10 % du PIB rien que pour l’Allemagne, ainsi que 40 % des dépenses de recherche et développement du pays. L’UE représente aujourd’hui plus de 50 % des exportations mondiales de produits automobiles. Ils soulignent que la transition vers les véhicules zéro CO2 entraînera la perte d’au moins 2,4 millions d’emplois qualifiés et bien rémunérés dans l’UE. Des régions entières seront déprimées. La lettre souligne que Bruxelles n’a même pas encore dressé la carte des conséquences du Green Deal pour le secteur automobile.

En avril, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, indiquait que le projet « Fit for 55 » pourrait étendre le système draconien d’échange de quotas d’émission de carbone (QEC) au-delà des centrales électriques ou de l’industrie pour couvrir le transport routier et le bâtiment dans le cadre d’un ajout « pollueur-payeur ». Le lien avec le QEC imposera automatiquement des pénalités financières aux conducteurs ou aux propriétaires, au-delà des taxes actuelles sur le carbone, malgré un impact très limité de quelque 3 % sur les émissions. Cette mesure, qui s’ajoute au renforcement des normes d’émission des voitures, portera un coup fatal aux consommateurs et à l’industrie. Lorsque le gouvernement français a imposé une telle taxe carbone en 2018, cela a déclenché les manifestations nationales des Gilets jaunes et a obligé Paris à la retirer.

000294292_896x598_c.jpg

Acier

Le plan drastique de l’UE contient de nouvelles dispositions qui entraîneront des changements radicaux pour les industries européennes de l’acier et du ciment, grandes consommatrices d’énergie. L’acier est la deuxième plus grande industrie au monde après le pétrole et le gaz. Actuellement, l’UE est le deuxième plus grand producteur d’acier au monde après la Chine. Sa production s’élève à plus de 177 millions de tonnes d’acier par an, soit 11 % de la production mondiale. Le plan Timmermans introduira de nouvelles mesures qui pénaliseront ostensiblement les importations d’acier en provenance de producteurs « sales », mais qui, aussi, rendront l’acier européen moins compétitif au niveau mondial. Des fuites du plan de l’UE indiquent qu’il prévoit de supprimer les permis de polluer actuellement gratuits du QEC pour les industries à forte intensité énergétique telles que l’acier ou le ciment. Cela portera un coup dévastateur à ces deux industries essentielles. Ils l’appellent le mécanisme d’ajustement carbone. Comme le souligne le Center for European Policy Network, les exportateurs d’acier de l’UE « ne recevront aucune compensation pour la suppression de l’allocation gratuite. En conséquence, ils subiront des désavantages concurrentiels considérables par rapport à leurs concurrents des pays tiers. »

Taxes carbone pour le charbon

Le nouvel objectif écologique de 55 % de l’UE pour 2030 implique une élimination quasi-complète du charbon d’ici à 2030 dans l’ensemble de l’UE. L’Allemagne, qui est de loin le plus gros consommateur d’électricité au charbon de l’UE, sera touchée. Le gouvernement allemand, dont l’électricité est déjà la plus chère au monde en raison de la transition, par Merkel, vers une énergie solaire et éolienne peu fiable et la fermeture de la dernière centrale nucléaire en 2022, vient d’abandonner son projet d’élimination progressive du charbon d’ici 2038. Elle abandonnera le charbon bien plus tôt, mais pour des raisons politiques évidentes en cette année électorale, elle n’a pas révélé sa nouvelle date « zéro charbon ».

charbon.jpg

L’absurdité de croire que l’UE, en particulier l’Allemagne, sera capable d’atteindre le zéro charbon d’ici 2030, en ne remplaçant même pas par du gaz naturel, mais plutôt par du solaire et de l’éolien peu fiables, est déjà évidente. Le 1er janvier 2021, dans le cadre du mandat du gouvernement sur la réduction de l’énergie charbon, 11 centrales électriques au charbon d’une capacité totale de 4,7 GW ont été fermées. Cet arrêt n’a duré que huit jours, car plusieurs des centrales au charbon ont dû être reconnectées au réseau pour éviter les pannes dues à une période prolongée de vents faibles. Les centrales au charbon fermées ont reçu l’ordre de fonctionner en mode réserve, aux frais des consommateurs. La commission gouvernementale de Berlin qui a rédigé le plan d’élimination progressive du charbon ne comprenait aucun représentant de l’industrie de l’électricité ni aucun expert en réseaux électriques.

Avec ce nouveau plan destructeur Fit for 55 de la Commission européenne, le cœur de l’industrie européenne, l’Allemagne, est préprogrammé non seulement pour un chômage industriel sévère dans les secteurs de l’acier, du ciment et de l’automobile. Elle est également préprogrammée pour des pannes d’électricité comme celle qui a dévasté le Texas au début de l’année 2021 lorsque les éoliennes ont gelé. En 2022, en Allemagne, comme nous l’avons indiqué, la dernière centrale nucléaire ainsi que d’autres centrales au charbon seront fermées, ce qui entraînera la perte d’encore 3 % de l’électricité. En outre, 6 000 éoliennes seront également arrêtées en raison de leur âge, soit une réduction totale de 7 %. Pourtant, l’ajout prévu de nouvelles éoliennes et de nouveaux panneaux solaires est loin de remplacer cette baisse, de sorte que d’ici 2022, l’Allemagne pourrait connaître un déficit de capacité de production de 10 à 15 %.

Grand Reset et Green Deal de l’UE

Ce qui est difficile à comprendre pour les citoyens ordinaires et sains d’esprit, c’est qu’il s’agit d’un plan technocratique délibéré pour entraîner la désintégration de l’économie, sous l’excuse frauduleuse d’un risque de réchauffement climatique non prouvé qui prétend – sur la base de modèles informatiques douteux qui ignorent l’influence de notre soleil sur les cycles climatiques de la Terre – que nous verrons une catastrophe d’ici 2030 si le monde ne réduit pas les émissions de CO2, pourtant inoffensives et essentielles à la vie.

6ogFoHJ5j9GzmHnlw92AyK7XihUPkooEE3FSLJyW4K0.png

Le Forum économique mondial de Davos, toujours actif, joue également un rôle important dans l’élaboration de ce « Green Deal » élaboré par la Commission européenne, dans le cadre de son Grand Reset. En janvier 2020, le Forum économique mondial, lors de sa réunion annuelle à Davos, réunissait des dirigeants de l’industrie et du monde des affaires avec le vice-président exécutif, Frans Timmermans, pour étudier comment catalyser le Green Deal européen. Ce qui a été annoncé le 14 juillet par Bruxelles en est le résultat. Le Forum Economique Mondial soutient le Groupe d’Action des PDG pour le Green Deal Européen afin que les grandes entreprises soutiennent le plan dystopique de Bruxelles.

William Engdahl

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone

mardi, 27 juillet 2021

L'écologie comme arme du mondialisme

greenpeace.jpg

L'écologie comme arme du mondialisme

Leonid Savin

Les membres du G7 tentent régulièrement d'imposer leurs règles et normes aux autres pays, règles et normes qui limitent la souveraineté et empiètent sur les intérêts nationaux. Les sociétés transnationales sont également impliquées dans ce jeu géopolitique. Les milliardaires, de Bill Gates à George Soros, utilisent l'environnement à leur profit, en développant des stratégies à long terme aux niveaux national, régional et mondial.

Un certain nombre d'organisations internationales qui prétendent avoir de hautes aspirations morales sont en réalité mêlées à des scandales sordides liés aux milieux politiques et économiques occidentaux.

Le 19 septembre 2013, par exemple, Greenpeace a mis en scène un incident contre la Russie lorsque des militants ont tenté d'attaquer délibérément la plateforme pétrolière russe Prirazlomnaya, propriété de Gazprom, à l'aide du navire Arctic Sunrise. Plusieurs personnes ont tenté de grimper sur la plate-forme, dont deux sont tombées à l'eau et ont été secourues par un bateau de patrouille frontalière avant d'être arrêtées par les gardes-frontières russes.

long-de-50-m-l-arctic-sunrise-peut-accueillir-30_5270393.jpg

Il est évident que cette action avait un objectif géopolitique clair lié aux intérêts de la Russie dans l'Arctique et à la création d'une image négative de la Russie dans la société occidentale.

L'Arctic Sunrise battait pavillon néerlandais et la BBC, citant Greenpeace, a indiqué que des ressortissants de 18 pays se trouvaient à bord : Argentine, Australie, Brésil, Canada, Danemark, États-Unis, Royaume-Uni, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande, Ukraine, Russie, France, Italie, Turquie, Finlande, Suisse, Pologne et Suède. L'intention des organisateurs de créer un scandale international est donc évidente.

L'incident lui-même a eu lieu à l'approche du sommet de l'Arctique à Salekhard, si bien que le président russe Vladimir Poutine a dû s'exprimer à ce sujet.

Greenpeace-scaled.jpg

Le Rainbow Warrior III, le plus récent navire de l'organisation de protection de l'environnement Greenpeace, est accompagné par des militants de Greenpeave dans des canots pneumatiques lors de son arrivée au port le 20 octobre 2011 à Hambourg, en Allemagne. Le Rainbow Warrior III, long de 53 mètres, conçu par Greenpeace et construit en Pologne et en Allemagne, est un projet de 23 millions d'euros achevé la semaine dernière.

Il est bien connu que certaines sociétés transnationales utilisent Greenpeace comme un outil pour atteindre certains objectifs politiques. Il a été noté plus d'une fois que de nombreuses actions de l'organisation ont, pour une raison ou une autre, été dirigées contre certaines entreprises, tandis que leurs concurrents ont tranquillement récolté les bénéfices. Cela est dû aux dons généreux des parties intéressées: elles paient pour que leurs concurrents soient éliminés sous un prétexte "environnemental". Dans le même temps, de nombreuses catastrophes humanitaires, comme l'utilisation par l'OTAN de munitions à l'uranium appauvri lors du bombardement de la Serbie en 1999, ont tout simplement été ignorées par Greenpeace. Pourtant, Greenpeace tente traditionnellement de s'attaquer aux problèmes mondiaux. L'air pur de la planète, les sources d'eau et d'autres problèmes sont toujours à l'ordre du jour des écologistes politiques, car ils justifient l'ingérence dans les affaires intérieures d'autres États.

Dans cette optique, il ne peut être question d'une quelconque morale ou valeur prétendument défendue par l'organisation. L'éthique de travail de Greenpeace se caractérise par un principe de base: la fin justifie les moyens. Greenpeace a souvent été prise et poursuivie pour avoir fabriqué des preuves alléguant des dommages environnementaux. Les épisodes suivants en sont de bons exemples :

- torturer délibérément des phoques devant une caméra en 1979 ;

- payer des pêcheurs d'Afrique de l'Ouest pour qu'ils attrapent du poisson contaminé ;

- l'embauche d'adolescents pour arracher le fœtus d'un kangourou en gestation pour le film Goodbye, Joy de 1986 de Greenpeace ;

- la représentation d'un sable propre contaminé par la radioactivité en 1996 ; et

- payer 5 dollars chacun à des adolescents de Seattle pour qu'ils protestent devant les caméras contre la vente de poisson islandais en 1999.

7ee826f613edeea40eeacd3d3c4ec47a.jpg

Le cofondateur de Greenpeace, David McTaggart, a également été impliqué dans une fraude immobilière. Il a participé à la création de l'organisation elle-même, qui est née d'un petit groupe de militants dévoués. Greenpeace prend soin de cacher des faits comme ceux-là, bien sûr. Mais de nombreux politiciens et militants libéraux du monde entier les aident à prêcher leurs nobles idéaux.

Le financement par George Soros de la militante écologiste Greta Thunberg est une preuve supplémentaire que des intérêts idéologiques et politiques se cachent derrière des "héros" artificiellement cultivés et adaptés aux goûts d'une époque.

159969-full.png

Début 2020, George Soros a annoncé qu'il allait faire don d'un milliard de dollars pour la création d'une université mondiale destinée à lutter contre les gouvernements autoritaires et le changement climatique. Il n'a pas eu à attendre longtemps. La même année, une organisation internationale appelée Open Society University Network a été lancée. Ce réseau mondial comprend environ 40 établissements d'enseignement et universités du monde entier, non seulement des États-Unis et d'Europe occidentale, mais aussi du Kirghizstan, de la Serbie, du Kenya, de Taïwan, du Myanmar, du Bangladesh, de la Colombie et du Liban. On peut probablement supposer que Soros tentera d'étendre ce réseau et, dans le même temps, d'exercer une influence sur divers gouvernements par le biais de ses affiliés existants. L'Open Society University Network forme des jeunes, mène des projets de recherche (huit au total) et s'engage dans des programmes de recherche. Il existe également des diplômes de doctorat spécialisés et des places par le biais de la Chatham House Academy du Royaume-Uni.

hp-meta-image1.jpg

L'un des domaines d'intervention de l'Open Society University Network est l'"engagement civique", qui se subdivise à son tour en trois composantes : l'engagement des étudiants, l'apprentissage engagé et l'engagement institutionnel, qui implique l'approfondissement des connexions internationales. Cette initiative stratégique vise clairement la création d'un "État" fantôme mondial - un réseau international d'activistes mondialistes disposant de sa propre armée de jeunes manifestants de rue et de couches d'universitaires et de praticiens de la politique.

Autre fait à noter : Mikhaïl Gorbatchev, le fossoyeur de l'URSS, est le fondateur et le président de Green Cross International, créée en 1993 et qui, comme son nom l'indique, s'occupe de questions environnementales. Son siège est situé à Genève. Depuis 2019, Diane Meyer Simon, une Américaine qui était auparavant à la tête de Global Green USA, assure la présidence de l'organisation. Outre l'accès à l'eau et d'autres questions purement environnementales, l'organisation s'occupe du désarmement, de la non-prolifération des armes et du contrôle des matières nucléaires et chimiques. Le département d'État américain n'y est pas étranger et, sous diverses formes, il tente d'établir des monopoles dans les technologies à double usage et la production d'armes.

green-cross-international-gorbatchev.jpg

Les activités coordonnées d'organisations comme celles-ci et de l'élite mondialiste pourraient conduire à un nouveau modèle de révolutions de couleur. Alors que la couleur des coups d'État organisés était autrefois choisie en fonction du symbolisme politique des partis qui prenaient le pouvoir en travaillant pour les États-Unis, la zombification "environnementale" par le biais de programmes d'éducation, de subventions et de manipulation des médias pourrait bientôt créer un certain narratif "vert".

Source : https://katehon.com/en/article/ecology-weapon-globalism

mardi, 01 juin 2021

A propos de l’écologie nationale...

limousin-3014837_960_720.jpg

A propos de l’écologie nationale...

par Hervé Juvin

Ex: http://metapoinfos.hautetfort.com

Sur son site de campagne, Hervé Juvin, tête de liste aux élections régionales dans les Pays-de-la-Loire, répond à ses détracteurs et rappelle ce que doit être une écologie humaine et enracinée.

Économiste de formation et député européen, Hervé Juvin est notamment l'auteur de deux essais essentiels, Le renversement du monde (Gallimard, 2010) et La grande séparation - Pour une écologie des civilisations (Gallimard, 2013). Candidat aux élections européennes sur la liste du Rassemblement national, il a publié récemment un manifeste intitulé France, le moment politique (Rocher, 2018).

A propos de l’écologie nationale

Plusieurs articles et quelques déclarations me concernent en tant qu’élu engagé sur les sujets environnementaux. Il me semble utile d’y apporter quelques compléments d’information, et quelques réponses.

L’extrême gauche continue de décerner des brevets d’écologie !

Et d’abord, qui sont ces rentiers de l’écologie qui prétendent décerner des brevets d’écologie, délivrent des autorisations à traiter des sujets écologiques, et prononcent des interdits ? L’écologie est l’affaire de tous. L’écologie n’appartient à personne, surtout pas à une ultragauche qui s’en est emparée au prix d’un évident paradoxe — rien n’est plus anti-écologique que l’ouverture des frontières et le multiculturalisme ! — surtout pas aux divers affairistes qui sous couvert d’écologie ont surfé sur une vague profitable ; voir le scandale des renouvelables, etc.

Et elle n’appartient pas même à celles et ceux qui ont contribué à en faire le sujet de tous. Avec tout le respect que j’ai pour Corinne Lepage, pour Brice Lalonde ou pour Antoine Waechter, rien ne leur permet de décerner des brevets d’écologisme. Je n’aurai pas l’indécence de rappeler que les grands fondateurs et concepteurs de l’écologie, d’Alexander von Humboldt à l’inventeur du mot, Ernst Haeckel, de John Muir à Konrad Lorenz ou de Jacques Ellul à Ernst Schumacher, ou que les grands porteurs de l’écologie, de Théodore Roosevelt aux États-Unis, créateur du Yellowstone, à Georges Pompidou, créateur du premier « Ministère de l’Environnement » en France, n’avaient rien de gauchiste ! Que la droite nationale retrouve la priorité écologique, celle du cadre de vie, de la transmission et de la tenue du territoire n’a rien que de naturel. J’espère y contribuer pour ma part.

L’idéologie mondialiste de l’écologie

Je ne suis pas aveugle et je vois bien ce qui gêne. Dictée par les organisations internationales au service des entreprises géantes qui les paient, d’IKEA à Tesla, et de l’idéologie mondialiste qui assure leurs profits, la religion de la transition énergétique se veut globale et entend imposer des solutions globales au changement climatique. Le changement climatique est une réalité. Prétendre le combattre de manière autoritaire et uniforme est une supercherie ; le plus bel exemple étant ces réglementations européennes sur le climat qui s’appliquent également à la Finlande et à la Sicile ! Ni l’isolation thermique des logements ni l’économie de l’eau n’y ont rien à voir ; mais le vrai propos de l’Union européenne est d’en finir avec ces spécialités locales que sont les constructions en pierre de lave de Pantelleria, comme avec les maisons en bois de l’Estonie, les unes et les autres fruit d’une adaptation remarquable aux ressources locales et au climat ; quand tout sera préfabriqué et industrialisé, l’Union prospérera sur les ruines des adaptations millénaires des hommes à leur milieu !

870x489_gettyimages-1027537374.jpg

En finir avec ces PME, ces artisans, ces indépendants qui font vivre les territoires, voilà le but de la captation réglementaire à laquelle ont procédé avec succès les multinationales du bâtiment. En finir avec la diversité des communautés, des sociétés, des Nations ; voilà le vrai objectif d’une écologie destructrice de la diversité, apôtre de cette écologie hors sol qui en finit avec toute culture, singularité et qui, vraiment, peut devenir la pire menace contre toute existence humaine décente.

Écologie et progressisme

Voilà le moment d’en arriver à l’essentiel. Écologie et écriture inclusive, écologie et GPA, écologie et théorie du genre, écologie et multiculturalisme, écologie et nomadisme obligé, voilà autant d’incompatibilités qui crient vers le ciel l’inconsistance tragique des écologistes proclamés ! L’homme est un être de culture. C’est entendu, les déterminants de l’existence humaine ne se réduisent ni à « la race », ni au sexe, à l’âge, au climat, etc. Qu’ils ne s’y réduisent pas ne signifient pas qu’ils n’ont aucune importance. La culture est l’expression que la liberté donne à des siècles ou des millénaires d’adaptation réciproque de l’homme à son milieu, et de ce milieu à l’homme. L’igloo, ou le refroidissement par courant d’eau des palais hindous sont des exemples remarquables d’adaptation de l’homme à son milieu ; les cultures en terrasses, ou l’assolement triennal sont les mêmes exemples de l’adaptation de son milieu à l’homme.

Toutes les cultures sont issues de ces interactions. Elles forgent ces identités qui unissent ceux qui ont en commun le même habiter et vivre dans un milieu donné. L’occupation sédentaire des territoires et la transmission familiale en sont les conditions. De génération en génération se construit l’appareil de mythes, de légendes, de gestes, de pratiques, qui exprime cette adaptation réciproque, qui la perpétue, et qui dépend de la constance de l’occupation humaine d’un ou de territoires — les nomades Peuhls ou Touaregs étant de magnifiques exemples de ces adaptations de l’homme au milieu sahélien.

Voilà ce que le double mensonge de « tous les hommes sont les mêmes » et «  chaque individu a un droit illimité à migrer » vient ruiner. Inutile d’en appeler à Joseph de Maistre ou à Pascal. Chacun de ceux qui ont vu le monde sait bien que le plus cher désir de la majorité des résidents de cette planète est de vivre sur leur terre, dans leur Nation et parmi les leurs. Et chacun sait pour que la majorité des migrants comme des populations dites « d’accueil », les migrations sont un drame imposé, quand elles ne sont pas la forme moderne de l’esclavage.

ay_entre_vallee_de_la_marne_et_coteaux_viticoles-bd5a9.jpg

L’écologie hors-sol est une négation de la culture, qui n’est que si elle est plurielle, et la pire menace qui pèse sur la diversité humaine, donc notre survie. Car nous survivrons parce que les hommes ne sont pas les mêmes et que leurs modèles de vie, leur idéal de la bonne vie, ne sont pas les mêmes. Et nous survivrons parce que nous aurons abandonné l’idée suicidaire selon laquelle la technique va nous permettre d’en finir avec la nature — ce qui signifie ni plus ni moins, en finir avec ce qui en l’homme fait l’homme.

Le point est décisif. Ce que dit l’obligation de se développer, à quoi se réduit le « droit au développement », est la destruction de cette diversité des modes de vie et des choix de vie qui est notre trésor inconnu. Nous ne développerons pas ce point ici, mais l’erreur est celle qui passe de l’obligation morale «  ne fais pas autrui ce que tu ne veux pas qu’on te fasse » à son contraire ; «  fais à autrui ce que tu voudrais qu’on te fasse », qui est simplement la négation de la liberté, comme de la dignité humaine ; je ne demande à personne de faire mon bien, je m’en charge ! Que les écologistes prétendent faire le bien des hommes sans eux, voire contre eux, comme l’écologie punitive en donne chaque jour l’exemple, est une perversion morale qui tôt ou tard se paiera — et se paie déjà de la désaffection croissante pour une écologie à la triste figure, l’inverse de l’écologie de la joie de vivre qui seule peut fonder un projet politique.   

La critique se fait plus acérée, et les confusions plus gênantes, quand j’affirme que le nomadisme généralisé, l’individu de droit, la destruction des frontières et le dépassement des limites sont les pires ennemis de l’écologie. «  Le monde est à nous ! » est une insulte à l’écologie. « Nous sommes tous des nomades comme les autres ! » est la négation des conditions écologiques de notre survie. Je touche là au peu qui reste de sacré aux yeux d’une gauche qui a tout trahi, sauf l’idée d’un internationalisme qui lui vaut les faveurs des les multinationales — et la perte de tout ce qui reste des peuples conscients d’eux-mêmes. La réalité est qu’un écosystème ne survit que parce qu’il est séparé des autres — par l’éloignement, par ses défenses naturelles, par sa capacité à éliminer les espèces invasives (ceux qui restent tentés par la « reductio ad hitlerum » feraient bien de réviser leur histoire ; l’utopie écologique de l’harmonie entre un peuple et sa terre natale est présente à la création d’Israël, et le mouvement sioniste du début du XXe siècle est aussi un engagement écologique à la réconciliation d’un peuple avec son milieu d’origine, avec la « terre où coulent le lait et le miel » de la Bible). La réalité est aussi que les frontières sont moins ce qui sépare que ce qui permet à une société humaine de se recueillir dans son être et de s’affirmer dans sa plénitude — rien à voir avec l’affadissement du « multiculturalisme », ou de la consommation en masse des « signes culturels ».

yTf8d9Cf.jpg

La réalité est que seul le sacré tient le marché — parce qu’il y a des raisons de tuer ou de mourir qui ne sont pas d’argent ; parce qu’il y a des choses pour lesquelles tuer ou mourir qui ne s’achètent ni ne se vendent — l’Occident devrait entendre ce qui lui dit l’Islam à ce sujet, et qui n’est pas rien. Mais qu’entendent les écologistes patentés des cris du monde et de la vie ? Dans nos sociétés de marché, sorties de la religion et de l’espoir révolutionnaire, tout ce qui demeure de sacré, ce à partir de quoi tout peut repartir, ce sont les identités particulières, ce sont les communautés et c’est la citoyenneté, surtout quand elles procurent ce sentiment de la nature propre à chaque civilisation, à chaque culture, voire à chaque territoire.

Et tout écologiste soucieux de la diversité des espèces animales ou végétales, de la préservation des biotopes spécifiques et de la stabilité des écosystèmes, devrait mesurer à quel point il se trahit s’il n’applique pas aux sociétés humaines les mêmes principes de séparation vitale, de discrimination nécessaire et de préférence pour soi. Chacun chez soi n’est ni fermeture, ni mépris ; c’est au contraire la condition pour que l’Autre demeure, que la diversité demeure, et que la liberté survive, cette liberté politique des sociétés unies devant leur destin.

En quelques mots ; oui, pas d’écologie sans respect des identités et défense de la diversité des sociétés humaines. Pas d’écologie sans frontières, sans limites et sans ce sentiment du sacré qui est incompatible avec le libre mouvement des biens, des services, des capitaux et des hommes. Et surtout, pas d’écologie sans bienveillance pour les mille et une manières de vivre et de trouver le bonheur que les hommes ont trouvé, et sans indulgence pour leurs pauvres efforts de se concilier le ciel.

Hervé Juvin (Juvin 2021, 24 mai 2021)

10:11 Publié dans Actualité, Ecologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, écologie, hervé juvin | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

lundi, 24 mai 2021

L'homme et la planète: le "virus de l'anthropocène"

anthropocene-era.jpg

L'homme et la planète: le "virus de l'anthropocène"

Par Natella Speranskaya

Ex : https://vk.com/id41891375

Une santé planétaire perturbée

Depuis la révolution industrielle, l'impact de l'homme sur la planète est devenu si actif qu'il a aujourd'hui de graves conséquences, et de nombreux scientifiques parlent ouvertement de l'avènement d'une nouvelle ère géologique, l'ère de l'Anthropocène. Peu à peu, l'homme est passé du statut d'habitant intelligent de la planète à celui de cause de changements géophysiques et biologiques à l'échelle mondiale. L'attitude consommatrice à l'égard de la Terre, le refus d'assumer la responsabilité des processus destructeurs, dont les causes sont des facteurs anthropiques, ont conduit à la "dégradation" de l'écosystème planétaire, dont chacun de nous fait partie.

La "pensée faustienne" dont parlait Oswald Spengler au siècle dernier a abouti à l'absence de toute mesure, et l'homme a commencé à graviter vers la surabondance, la surconsommation, la croissance illimitée, le gaspillage impensable des ressources naturelles. Devenu l'otage de l'Hubris (du grec ὕβρις - "impudence", "absence de retenue", "manque de retenue"), il s'est transformé en un exploiteur avide, croyant que la planète est conçue pour satisfaire ses appétits et ses caprices.

La pollution de l'air et de l'océan mondial, la destruction des forêts tropicales, l'extinction de nombreuses espèces d'êtres vivants sur la planète, l'épuisement des ressources naturelles, les changements dans la composition chimique de l'atmosphère, la surpopulation - voilà des défis mondiaux que nous devons relever. Ces défis sont le résultat d'un manque de conscience environnementale d'une part, et d'une course à la croissance économique d'autre part. L'homme regarde sa planète avec les yeux du propriétaire et du consommateur, sans se rendre compte qu'il devient de plus en plus un pilleur et un parasite. Quelque 83 % des terres émergées de la planète sont aujourd'hui sous l'influence de l'homme. De plus, le pourcentage d'organismes qui font de la photosynthèse chez l'homme est effroyablement élevé, plus de 90 %. Nous avons fait disparaître de notre conscience une attitude responsable envers la planète, et le résultat ne s'est pas fait attendre.

airpoll.jpg

Le protocole de Kyoto ne résout pas le problème du réchauffement de la planète. Nous continuons à parler du changement climatique, mais nous ne prenons pas de mesures efficaces. Nous parlons d'énergie, mais nous ne passons pas aux sources d'énergie alternatives. Nous parlons de la pollution de l'eau et continuons à déverser 400 milliards de tonnes de déchets dans l'hydrosphère chaque année. Nous reconnaissons que 80 % des citadins respirent un air contaminé à un niveau dénoncé par l'OMS, mais nous continuons à prétendre que le risque environnemental pour notre santé n'est pas si important que nous devrions enfin tirer la sonnette d'alarme. Dans la poursuite du profit, nous abattons les forêts, récupérant ces zones forestières pour un autre développement. En une seule minute, on estime que 20 hectares de forêts de notre planète sont détruits. L'homme est à l'origine de la disparition d'espèces animales et végétales rares, de l'appauvrissement de la couche d'ozone, de l'émission de substances toxiques dans l'eau et l'air et de l'émergence de nouveaux virus à potentiel pandémique. La planète est malade du "virus de l'anthropocène". De la parole nietzschéenne "Dieu est mort !" au "Déclin de l'Occident" de Spengler, l'humanité a entendu de nombreux verdicts. Aujourd'hui, les scientifiques émettent de nouveaux verdicts: réchauffement climatique, sixième extinction de masse. Nous réagissons lentement et trop tard, et pire encore, nous refusons de croire à la possibilité de développements catastrophiques. Des scientifiques confirmés s'accordent unanimement à dire que le réchauffement climatique constitue une menace pour notre avenir qui ne peut être comparée qu'à une guerre nucléaire, mais nous restons sourds. Nous attendons probablement que la température moyenne de la Terre augmente de 2 ou 3 degrés et alors nous n'aurons nulle part où aller.

Les dirigeants d'organisations telles que l'OMS, le WWF (Fonds mondial pour la nature) et l'ONU ont été contraints de reconnaître que la pandémie du coronavirus (ainsi que d'autres maladies infectieuses ces dernières années) est due à l'influence de l'homme sur la nature. En 1993, le médecin norvégien Per Fugelli a écrit : "La patiente ‘Terre’ est malade. Les perturbations environnementales mondiales peuvent avoir de graves conséquences sur la santé humaine. Il est temps pour les médecins de diagnostiquer le monde et de faire des recommandations de traitement." À l'époque, peu de gens prenaient ces mots au sérieux et assimilaient la "santé planétaire" à la "santé humaine".

A-t-il jamais été différent ? Avions-nous un plus grand respect et une plus grande responsabilité envers la Terre?

De l'égocentrisme à l'écocentrisme

Dans les cultures anciennes, la Terre n'était pas seulement déifiée, mais avait aussi un nom. Nous appelons notre planète Terre, mais nous avons depuis longtemps cessé de la considérer comme notre foyer, de lui accorder du respect. Les Grecs anciens, qui ont profondément marqué le développement de l'humanité et influencé la culture mondiale, appelaient la Terre Gaïa (grec Γαῖα). Comme nous le savons, toutes les planètes ont été nommées d'après des dieux grecs et romains. Seule la Terre est encore sans nom. Elle a seulement un nom. Mais un nom qui n'est pas un nom. Nous donnons des noms non seulement à nos enfants, mais aussi aux animaux ; il n'est pas rare que nous donnions même des noms à nos voitures et les traitions ainsi comme des êtres vivants, et les enfants donnent des noms à leurs jouets en signe de réelle préoccupation. Alors pourquoi ne pouvons-nous pas faire de même pour notre planète? Qu'est-ce qui nous empêche de la traiter comme un être vivant ? Qu'est-il arrivé à notre conscience qui a affecté notre pensée au point que nous nous sommes accrochés au corps de la planète comme des vampires, aspirant ses dernières ressources? Et surtout, que faisons-nous maintenant?

Ceux qui peuvent changer fondamentalement la situation existante - dirigeants politiques, représentants des organisations internationales, responsables des banques centrales - choisissent l'inaction ou les demi-mesures. Les défis environnementaux mondiaux doivent être discutés lors d'événements tels que le sommet du G20. Et pas seulement discuté, car il ne suffit pas d'énoncer le problème - ce qui compte, ce sont les solutions qui peuvent influencer le cours de l'histoire, et ce qui compte, ce sont les résultats qui empêchent la crise.

L'absence quasi-totale d'acteurs désireux de prendre la responsabilité de résoudre les problèmes environnementaux mondiaux montre que l'on ignore l'ampleur du problème. En outre, les problèmes environnementaux ne peuvent être résolus sans un nouveau concept d'économie. Et il ne s'agit pas d'un autre projet de refonte du système économique actuel. Les réparations cosmétiques sont inutiles lorsque l'ensemble du bâtiment doit être démoli.

Nous sommes donc confrontés à deux problèmes mondiaux, l'un écologique et l'autre économique, mais la racine de ces deux problèmes se trouve dans notre façon de penser et dans le système de valeurs qui influe sur tous les aspects de notre existence.

51KiQ6M356L.jpg

Aujourd'hui, les voix du mouvement de la "décroissance" - Serge Latouche, Giorgos Kallis, Alexandria Ocasio-Cortez et d'autres - se font de plus en plus entendre. Il y a des conférences internationales (la première a eu lieu en 2008 et comprenait environ 140 participants), des événements culturels (en 2019, une triennale d'architecture s'est tenue à Oslo, consacrée à l'idée d'un monde libéré de la croissance économique). En septembre 2018, une lettre ouverte à l'Union européenne a été publiée. 238 politiciens et scientifiques ont présenté une proposition visant à abandonner la croissance économique et à se concentrer sur le bien-être humain et environnemental.

En 1972, des chercheurs du MIT ont publié un rapport intitulé "Les limites de la croissance", qui mettait en garde contre les conséquences désastreuses qui attendent l'humanité si nous n'arrêtons pas la croissance économique. C'est dans ce rapport que la croissance, normalement considérée comme un phénomène extrêmement positif, est vue comme destructrice. La conscience du consommateur qui ne reconnaît plus aucune limite, associée à la recherche du profit, peut nous conduire à un désastre civilisationnel. Aujourd'hui, les militants du mouvement anti-croissance suggèrent les mesures suivantes pour sauver la planète de l'épuisement: réduire la production, réduire les émissions dangereuses, soutenir le développement des énergies renouvelables, éliminer la publicité commerciale, contrôler l'instinct de consommation irréfléchi de l'homme, limiter le temps de travail (et ainsi donner aux gens plus de possibilités de créativité); certains partisans de cette idée parlent de la nécessité d'introduire un revenu de base inconditionnel.

L'écologiste politique et auteur de Degrowth Giorgos Kallis note: "Étant donné que notre économie repose depuis trop longtemps sur le concept de croissance, un simple coup d'arrêt ne suffira pas. Pour ralentir l'économie et ne pas faire de ravages, nous devons repenser notre façon de concevoir l'ensemble du système économique". C'est un point de vue juste. Nous devons souligner que le noble élan des partisans du mouvement anti-développement mérite beaucoup de respect, mais il n'y a pas de système économique holistique derrière lui, capable de devenir non seulement une alternative au modèle capitaliste existant, mais aussi un antidote au système des fausses valeurs profondément ancrées. Ce qu'ils proposent, ce sont des solutions au sein du même modèle économique. Ce résultat n'est possible qu'avec la création d'un nouveau paradigme économique, et donc une transition vers un nouveau système financier. Dans le même temps, il faut comprendre que les problèmes environnementaux et économiques, tels que mentionnés ci-dessus, ont une seule et même source - notre état d'esprit. Tant que nous resterons des consommateurs, obsédés par l'appât du gain, nous continuerons à épuiser les ressources de la planète. Si nous ne développons pas une conscience écologique, nous ne verrons pas notre planète comme un être vivant, mais comme un immense supermarché capable de répondre à tous nos besoins. Pas à pas, il conduira la planète vers une catastrophe inévitable jusqu'à ce que le prochain virus mortel mette fin à sa vanité parasitaire.

Malgré l'émergence d'un grand nombre d'initiatives environnementales et économiques destinées à changer les choses, toutes sont à nouveau développées dans le cadre des anciens paradigmes. Et c'est là leur défaut essentiel.

Hares_photo.jpg

Hares Youssef.

Lorsque le philosophe et philanthrope Hares Youssef a décidé de fonder l'organisation à but non lucratif Gaiia Foundation, il s'est fixé de grands objectifs: créer des projets mondiaux qui répondent aux défis du monde numérique d'aujourd'hui, visant à protéger les humains d'un avenir robotique imprévisible, et qui ont pour but de protéger l'environnement et de réformer le système financier mondial. Il s'agit d'une série d'initiatives :

1. liées l'environnement :

Prendre l'initiative de nommer notre planète Gaia et de la reconnaître comme un être vivant (et donc de lui accorder un statut juridique).

2 : économiques :

Créer une "nouvelle économie" fondée sur le principe de la transparence financière et jeter ainsi les bases d'un nouveau paradigme économique. Initier des recherches dans le domaine interdisciplinaire de la "psychonomie".

3 : technologiques :

Créer la plateforme de communication Gaiia, une plateforme de communication qui forme du capital à partir de données. GPP sera le premier réseau social au monde, où toute action réalisée dans une transparence absolue deviendra une transaction économique.

4 : relatives à l’intelligence :

Créer Gaiia Think Factory, un groupe de réflexion qui comprendra d'éminents économistes, penseurs, scientifiques, etc., dont la tâche sera de résoudre les problèmes mondiaux auxquels l'humanité est confrontée.

5 : relatives à l’éducation :

Mener des recherches interdisciplinaires dans le domaine de l'éducation et de l'instruction des enfants afin d'établir un fonds de pension pour les enfants et de créer un "paradis des enfants" (Paeideum) où l'enfant aura la possibilité de réaliser son potentiel intérieur.

1 ggYmdeo47mxz40xEWYv8cg.jpeg

Ce ne sont là que quelques-unes des initiatives. Chaque projet développé par la Fondation Gaiia implique la création d'un paradigme complètement nouveau. Ni les problèmes environnementaux, ni les problèmes économiques, ni les problèmes sociaux ne pourront être résolus si nous ne faisons pas la transition vers un nouveau type de pensée et si nous ne reconnaissons pas notre planète comme un être vivant ayant un nom. Il serait plus juste de dire non pas à un "nouveau type de pensée" mais à un original bien oublié, car nos lointains prédécesseurs connaissaient une relation sacrée avec leur Terre. Et ce n'est qu'en assumant la responsabilité environnementale, c'est-à-dire en remplaçant l'égocentrisme par l'écocentrisme, que nous guérirons la planète des effets néfastes du "virus de l'anthropocène".

Le droit à l'air pur

Bien sûr, il y aura ceux qui trouveront l'idée de donner un nom à notre planète très utopique et inefficace, mais même si nous prenons des mesures sérieuses pour protéger l'écosystème planétaire et pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, si nous passons progressivement aux sources d'énergie renouvelables, etc. mais que nous ne changeons pas notre état d'esprit, tous nos efforts seront vains. Le temps passera et nous nous retrouverons à nouveau au bord du même abîme. C'est pourquoi Hares Youssef attache tant d'importance à l'initiative de nommer la planète et de la reconnaître comme un être vivant. Il ne s'agit pas seulement d'un acte symbolique, mais d'une tentative d'éveiller la conscience écologique de l'humanité.

Un-air-plus-pur.jpg

Notre pensée devient la source de l'émergence de projets sociaux, économiques, politiques et autres. Tout ce que nous avons aujourd'hui, calculer les dommages et essayer de prévoir tous les risques, est un produit de notre mentalité. Si nous ne changeons pas notre mentalité, nous sommes condamnés à continuer à faire les mêmes erreurs.

Malheureusement, l'homme est construit de telle manière qu'il ne commence à se rendre compte de la valeur d'une chose que lorsqu'il la perd. Nous pouvons tout sacrifier pour un verre d'eau si l'eau disparaît soudainement. Mais nous pouvons survivre environ 10 à 14 jours sans eau, et combien de temps pouvons-nous vivre sans air ?

Hares Youssef est convaincu que l'air pur est de la plus haute valeur et que chaque être vivant a le droit de respirer un air pur dès la naissance. Mais aujourd'hui, nous avons perdu ce droit, et nous semblons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour arriver à un avenir où nous devrons passer nos journées sous des coupoles de verre. Outre la pollution atmosphérique naturelle, telle que les inondations, les tornades, les incendies de forêt et d'autres phénomènes naturels, les facteurs anthropiques jouent un rôle énorme: industrie chimique, production de pétrole, transports motorisés, industrie des métaux non ferreux et ferreux, industrie des matériaux de construction, centrales électriques.

750.000 Chinois meurent chaque année à cause du smog toxique. L'Inde, où des niveaux élevés d'insalubrité ont entraîné une dégradation des sols, émet 2.480 millions de tonnes de CO2 par an. Le Pakistan, troisième pays le plus pollué, est connu pour une augmentation des maladies respiratoires et des cancers. On estime que 40.000 enfants meurent chaque année avant leur cinquième anniversaire à cause des particules provenant de la combustion de combustibles fossiles. La course à la croissance économique nous coûte trop cher, et si nous ne nous arrêtons pas, selon Hares Youssef, nous finirons inévitablement sous des dômes de verre, obligés de nous extraire de l'air pur pour survivre. Le droit à un air pur devrait être inclus dans la Déclaration universelle des droits de l'homme, et c'est une mesure nécessaire.

Hares Youssef déclare: "Tout au long de l'histoire, les poètes et les philosophes ont traité notre planète comme une Mère. Ne sommes-nous pas, en tant qu'organismes vivants, la chair de ce super-organisme? Nous sommes faits des mêmes éléments que notre Mère, nous respirons le même air, nous buvons la même eau. Et même si nous ne considérons plus la planète comme notre mère, nous resterons toujours ses chers enfants. Nous sommes comme des poissons dans l'océan qui respirent son amour.

Nous ne devons pas oublier que nous vivons dans un organisme vivant à énergie intégrée, faisant partie de l'écosystème général. Nous ne réalisons pas que nos influences négatives sur cet écosystème se reflètent directement sur notre âme. Un peu plus et les conséquences peuvent être irréversibles.

Que faire et par où commencer? La création d'une conscience écologique qui changera complètement notre relation à la planète doit commencer par le nom de Gaia, en référence à la déesse de la terre de la Grèce antique, Gaia, créatrice de toute vie. Gaia est l'âme de notre planète. En donnant à la Terre un nom qui deviendra un symbole de la Mère, nous passerons à une nouvelle étape de notre développement. En tant qu'espèce humaine, nous nous élèverons d'un cran par rapport à nous-mêmes.

avatars-uSyqjFKAiSB1zF1o-I8z3Gg-t500x500.jpg

Le sol sur lequel vous marchez est la peau de Gaia, et votre activité est, en quelque sorte, un massage. Vous devez comprendre que votre bien-être et votre santé sont un miroir de la santé de Gaia. Gaia est comme les feuilles des arbres qui réagissent à la qualité de l'air, les coraux qui mesurent sa température. Gaia boit de l'eau avec son sol respirable, elle absorbe la pluie sale des tuyaux d'exploitation minière, des raffineries, des aciéries et des usines dont la frénésie vient d'une avidité folle. N'avez-vous pas encore compris que vos maladies sont des symptômes de l'affliction de Gaia? N'avez-vous pas encore réussi à relier la cause de vos maladies inconnues au résultat de votre économie débridée? Le coronavirus ne vous a-t-il pas montré la nature de Gaïa?’’.

mercredi, 05 mai 2021

L’environnement comme prétexte politique

environnement_actu_1.jpg

L’environnement comme prétexte politique

Par Franck BULEUX

Ex: https://metainfos.com/2021/05/04/

L’inscription de la protection de l’environnement dans la Constitution, sanctionnée par un référendum, est actuellement en discussion au Parlement, l’Assemblée nationale d’abord, le Sénat, ensuite. D’après la proposition du président de la République, il s’agirait de compléter l’article premier de la Constitution par cette pétition de principe : « La République garantit la préservation de l’environnement et la diversité biologique et lutte contre le dérèglement climatique ». Ce n’est pas un simple additif qui s’inscrit dans l’air du temps et, si l’actuelle crise virale n’absorbait pas toute l’attention des médias et n’oblitérait la réflexion de l’opinion publique, on assisterait à un vrai débat et à un véritable affrontement entre les tenants de la primauté du politique et celle du judiciaire

Le pouvoir judiciaire comme garant de la protection de l’environnement

En l’occurrence, le texte proposé donne en toutes circonstances le dernier mot au pouvoir judiciaire. En effet, qui déterminera qu’un projet quelconque enfreint, ou non, la préservation de l’environnement ? Qui reconnaîtra le maintien de la diversité biologique ? Qui décidera qu’une autorité ou qu’une collectivité territoriale agit pour lutter contre le réchauffement climatique ? Les juges ! Les juges, saisis par les associations inscrites comme défenseurs de l’environnement… Les juges qui s’appuieront sur les avis des « experts ». Un expert, c’est un scientifique, tout à fait compétent dans la partie qui est la sienne, mais l’est-il pour la complexité d’une société ? On peut être pointu en matière de biologie, de météorologie, de toutes les sciences proches de l’écologie et ne rien comprendre aux exigences des rapports économiques et sociaux… Le politique, l’homme politique, quant à lui, doit tenir compte de tout, y compris des engouements soudains d’une population plus ou moins manipulée par les médias et une starlette suédoise qui entreprend le tour du monde à l’assaut des pouvoirs politiques, pourtant représentatifs des peuples.

Un référendum comme prétexte

Et c’est là que réside le danger. En constitutionnalisant la pétition de principe du projet soumis à référendum, on donne aux juges la faculté de censurer a posteriori n’importe quelle politique suivie par l’État ou une collectivité et cela veut dire que l’on paralysera tout dirigeant. Et cette possibilité découlera d’un référendum qui sera adopté probablement largement car quel citoyen-électeur oserait s’opposer à la protection de la terre, de l’air, de la vie ? Il ne pourrait s’agir que d’un référendum-plébiscite qui ne conduirait, avant les élections présidentielles de 2022, au président Macron qu’à utiliser politiquement un score flamboyant de « oui » (avec probablement un nombre important d’abstentionnistes, mais la démocratie française en a pris l’habitude). Ce référendum sera-t-il compatible avec les conséquences de la crise sanitaire ? S’agira-t-il d’un « ballon d’essai » de vote à distance ? (sous le prétexte fallacieux d’intégrer la population jeune à la vie démocratique). Il est probable qu’il sera plus simple de mettre en place ce type d’élection que d’organiser les élections des représentants des collectivités territoriales, régions et départements. La modification de la Constitution ne semble donc être qu’une formalité politique, dont le bénéfice sera exclusivement destiné à la réélection d’Emmanuel Macron.

L’élargissement du principe de précaution

Bien évidemment, la défense de notre planète est essentielle. Il est nécessaire de rechercher le développement durable et le respect de la nature, mais faut-il pour autant ne rien faire, ne rien entreprendre de crainte que les juges ne viennent sanctionner les initiatives politiques ?

1024x634_protection-de-lenvironnement.jpg

Prenons l’exemple des éoliennes : en apparence, l’éolien coche toutes les cases de la bien-pensance écologique, mais ce qui est vérifié pour les modestes installations individuelles devient contestable avec les aérogénérateurs géants et, surtout, leur multiplication à l’excès, destructrice des paysages. Outre l’inconvénient de l’intermittence et le corollaire d’un obligatoire recours aux autres modes de production d’électricité, il y a dans l’éolien à la fois un engouement écologique certain, mais contestable, et une absurdité qui devra être sanctionnée par les juges quand la pratique en sera devenue exorbitante.

Le caractère mécanique et obligatoire du futur article premier de la Constitution interdit tout progrès fondé sur l’expérimentation. Il responsabilise à l’excès n’importe quel dirigeant, chercheur, entrepreneur.

Nous avons vu que le principe de précaution mal appliqué entraînait des ratés ou des retards désastreux : l’affaire toute récente du vaccin AstraZenica en est la preuve. La question n’a pas été de savoir s’il était dangereux, mais uniquement d’ouvrir le parapluie (jurisprudence dite du « sang contaminé » dans les années 1990) dans le cas où… On a arrêté son emploi, pour quelques jours seulement. Supposons que ce vaccin anglo-suédois se révèle à l’usage dangereux, faudra-t-il, au nom du principe de précaution, traduire en justice ceux qui auront pris la décision de l’utiliser ?

Transposons ce principe : la perspective d’utiliser l’hydrogène dans le transport nous paraît souhaitable et écologiquement recommandable, mais peut-être que son usage pour les véhicules routiers peut présenter des dangers. Ce qui ne serait pas le cas pour les navires et le ferroviaire… Au nom du principe de précaution va-t-on hésiter à promouvoir l’hydrogène ? En vertu du futur complément de l’article 1 de la Constitution, va-t-on menacer de poursuites ceux qui auront pris la décision de se lancer dans cette nouvelle technologie dans le cas où elle se révélerait dangereuse sur route ou pour l’environnement ?

Le risque comme mesure de la vie

La vraie question à se poser est de savoir si la Constitution permet le risque. Plutôt que de multiplier les contraintes et les contestations potentielles de toutes les activités humaines, ne vaudrait-il pas mieux développer la gestion des risques ? Le nucléaire, par exemple, est dangereux (mais incontournable), mais on sait gérer les risques du nucléaire : il faut s’en donner les moyens ! Le transport aérien ne pardonne aucune négligence, mais des accidents peuvent arriver : faut-il supprimer l’avion ? Cet avion, il est sans doute pollueur, mais n’est-il pas indispensable pour les liaisons intercontinentales commerciales comme touristiques ? Doit-on le bannir à la demande de quelques « Verts » dogmatiques qui exciperont de l’article premier de la Constitution ? L’élevage, en général, est producteur de gaz à effet de serre : faudra-t-il le contingenter, avant de le supprimer… pour, soi-disant, sauver la planète ?

Toutes ces considérations valent-elles la mise en place d’un plébiscite présidentiel ?

09:24 Publié dans Actualité, Ecologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, écologie | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

mardi, 06 avril 2021

La dérive des Verts

10489717.jpg

La dérive des Verts

par Franck BULEUX

On peut considérer Les Verts – ou plus exactement depuis 2010, Europe-Ecologie – Les Verts (EELV) – sous plusieurs aspects.

En France, la réelle poussée de ce mouvement politique date des municipales de 1977 avec des scores dépassant les 10 % dans de nombreuses grandes villes, leur permettant assez souvent, grâce à un massif report de voix à gauche, socialiste ou communiste, de battre des maires sortants proches alors de la majorité giscardienne. Brice Lalonde, à Paris, et Antoine Waechter, à Mulhouse, se présentaient comme des candidats neufs, issus de la candidature de René Dumont, aux présidentielles de 1974, qui capitalisa 1,3 % des suffrages exprimés.

antoine_waechter_sipa.jpg

Ce ballon d’essai de 1977 mettra du temps à se pérenniser dans les urnes, malgré une certaine sympathie du public. Il faudra attendre 1989 pour qu’une liste « verte » dépasse les 5 % aux européennes avec les 11 % d’Antoine Waechter, qui, avec près de 2 millions des suffrages, talonne la liste de Jean-Marie Le Pen, déjà ancré dans la vie politique, avec 12 %.

Antoine Waechter n’hésitait pas, d’ailleurs, à cette époque, à participer à des conventions organisées par le GRECE (Groupement de recherches et d’études pour la civilisation européenne), principal mouvement de ce que l’on appelle la « Nouvelle Droite ». D’ailleurs, Waechter quitta le mouvement vert, devenu rose et rouge, pour fonder, plus tard, le Mouvement écologiste indépendant (MEI) qu’il dirige toujours, sans visibilité électorale.

indexMEI.jpg

Les années 1990 virent une concurrence politique entre « réalistes » et « fondamentalistes », selon l’expression allemande consacrée au sein des « Grünen », mettant en scène le toujours sémillant Lalonde, roue de secours de la gauche et Noël Mamère, avec Génération écologie (GE) face à Dominique Voynet, pour Les Verts, qui deviendra ministre. Les enquêtes d’opinion nous montrèrent assez rapidement et clairement qu’il y avait une porosité certaine entre les électorats socialiste et écologiste. La chute du PS à partir de 1992 (avec les affaires financières et celle du « sang contaminé » et l’usure du président Mitterrand) faisait gonfler le vote écologiste, même fractionné, plafonnant à 15 % aux régionales de 1992.

Et puis, la suite se passe à gauche toute : une ministre écologiste en 1997 dans le gouvernement Jospin (le temps de la « gauche plurielle » cinq ans avant la « gauche plus rien »), le retour du « révolutionnaire des crèches » (voir son livre Le Grand bazar) Daniel Cohn-Bendit tête de liste aux européennes de 1999… Depuis cette fin de siècle, Les Verts, qui deviendront, en symbole de leur totale soumission à l’Union européenne, EELV, ce mouvement n’est qu’un pseudopode du PS. La preuve la plus récente : pour éviter que les socialistes ne tombent en dessous des 5 % aux présidentielles, Les Verts ne présentèrent pas de candidat (une première depuis 1974) pour soutenir le candidat résiduel, l’élu islamo-compatible de Trappes, Benoît Hamon qui, en culminant avec 6 % des suffrages, évita la déroute totale, puisque Defferre avait fait moins bien que lui, en candidat socialiste, en 1969, avec 5 %. Hamon mieux que Defferre ! On a les victoires que l’on mérite, merci les écologistes !

Et pourtant, il y eut des « tendances » plus marquées à droite, le combat environnementaliste n’est-il pas celui d’une droite conservatrice ancrée dans le respect de l’ordre naturel ? La biodiversité, si chère aux écologistes, ne devrait-elle pas, aussi, s’appliquer aux populations humaines en tous points du globe ? Plus haut, j’ai indiqué la présence de Waechter auprès d’Alain de Benoist, le « pape » de la « Nouvelle Droite ». Il fut même un temps, que tout le monde a oublié, que je rappelle dans un de mes essais consacré à l’Europe des régions, où, à Strasbourg, le groupe des Verts incluait la Ligue du Nord italienne, mouvement dont est issu l’ancien ministre Matteo Salvini, en compagnie, d’ailleurs, des nationalistes flamands [NDLR Europe Maxima : de la Volksunie et non du Vlaams Blok].

indexmriv.jpg

À une certaine époque, le mouvement Vert permettait des débats sur certains sujets de société, comme celui des vaccins. La députée européenne (depuis 2009), Michèle Rivasi, qui se proclame « vaccin critique » n’hésitait pas à dire : « Aujourd’hui, les vaccins créent plus de problèmes qu’ils n’en résolvent, il est temps de changer de paradigme sur la prévention. ». Et aujourd’hui, cette ancienne députée de la Drôme (1997 – 2002) n’a plus accès à la parole publique.

Le très convenable Yannick Jadot, avec ses 13 % aux européennes (à comparer avec les 11 % de Waechter dès 1989 ou les 10 % de Cohn-Bendit en 1999, voire les 15 % aux régionales de 1992…) se voit en « faiseur de roi », ou roi lui-même, sur un malentendu électoral, en 2022.

Les prises de position de Jadot sont celles du PS, parfois plus audibles pour cause d’une absence de charisme du secrétaire national socialiste actuel, un certain Olivier Faure. Certes, on peut penser que la très parisienne Hidalgo fera oublier aux électeurs Bobos (qui sont nombreux à voter EELV : plus de chanvre et moins d’automobiles, plus de tofu et moins de viande…) l’existence même de Jadot.

yannick-jadot-2_5729973.jpg

Le vote écologiste, sous son double aspect environnementaliste et animaliste (même si les 2 % du Parti animaliste en 2019 permettent de distinguer un électorat proche de la conception « anti-spéciste » des espèces), est un électorat qui est compatible avec une droite fondée sur les respects des valeurs traditionnelles. La porosité, pour légère qu’elle soit, existe entre la droite nationale et les écologistes, les mouvements politiques concernés commencent à s’en rendre compte avec le développement du thème du « localisme ». En revanche, le « vote Bobo » qui s’exprime parfois au PS, parfois chez EELV, est probablement l’électorat le plus servile du système, celui qui, faisant fi du localisme, préférera toujours le lointain à son prochain.

Le « râteau » Jadot, sorti pour mobiliser l’électorat jeune en 2019, risque de servir, encore une fois, en 2022. Il est donc temps, sans démagogie électorale, de séparer le bon grain de l’ivraie, la préservation d’un ordre naturel versus le Village global, si cher à nos « pastèques » (verts à l’extérieur mais rouges à l’intérieur).

Franck Buleux

• D’abord mis en ligne sur Meta Infos, le 29 mars 2021.

mercredi, 17 mars 2021

Pour un environnementalisme harmonieux: ni Greta ni Trump, une troisième position

planete-energie.jpg

Pour un environnementalisme harmonieux: ni Greta ni Trump, une troisième position

Dans cette phase de chaos politique général, dans laquelle il manque une vision forte de l'avenir européen, il est toutefois possible de promouvoir une industrie européenne écologique innovante, qui exploite les ressources dans une perspective d'économie circulaire, et où l'Italie serait un leader.

Les activités de recyclage, de production de biométhane à partir de déchets organiques, d'éco-conception, de rénovation urbaine peuvent générer de nouveaux emplois (jusqu'à 800.000 en un an) et augmenter le PIB, bien plus que les manœuvres financières réalisées par des gouvernements improvisés.

par Sergio Bisaccia,

Responsable environnement

Ex : https://www.centrostudipolaris.eu/

Il est difficile de ne pas se sentir nauséeux si l'on suit les débats actuels sur le "green new deal", le "plastic free", l'économie verte, etc. : d’une part, il y a ceux qui exploitent l'écologie de manière opportuniste pour récupérer d'anciennes positions politiques gagnantes, et, d’autre part, ceux qui veulent sauver des entreprises et des portefeuilles amis en niant le problème écologique, et en jetant (dans le pétrole et le gaz) le bébé avec toute l'eau du bain.

Écologistes mondialisés contre souverainistes fossilisés: les deux camps s'affrontent, et le cracheur de feu est à la caisse...

Notre nausée continue de croître quand on voit la gamine Greta Thunberg aller devant les tribunaux des puissants pour leur dire qu'ils lui volent son avenir, tandis qu'ils s'écorchent les mains pour l'applaudir, l'inviter, en parler à leurs petits-enfants, sans rien faire ; et la nausée ne s'estompe pas quand on entend un Trump nous dire que le changement climatique est "un mensonge inventé par les Chinois pour lutter contre la croissance économique des États-Unis d'Amérique".

Tout d'abord, il serait bon de nous apercevoir que nous sommes au cœur d'une guerre géopolitico-économique mondiale autour de l'énergie, et que le souci de la Planète et les thèses environnementalistes sacrées ne sont qu'une toile de fond sur laquelle se joue une immense bataille d'intérêts. Les écologistes et les fossilistes sont des chevaux de Troie qui agissent, souvent à leur insu, en faveur de l'une ou l'autre armée présente sur le terrain.

arton13262-1.jpg

Deux armées transversales

L'une de ces armées est celle des énergies fossiles : le pétrole (dont dépendent encore 95% des transports dans le monde), le charbon (première source de production d'électricité dans le monde) et le gaz, et c'est une armée que nous connaissons : nous savons très bien et depuis des décennies entre quelles mains elle se trouve. Ceux qui peuvent alors se permettre l'énergie nucléaire pour des raisons militaires la conservent. Plus évanescente à identifier, mais déjà très puissante, est au contraire l'autre armée, celle des terres et minéraux rares (nécessaires aux batteries des voitures électriques et aux accumulateurs d'énergie), des éoliennes, des panneaux solaires, de la capture du carbone, du biogaz et, surtout, de la 5G et de l'intelligence artificielle, les nouveaux moteurs de l'"économie verte".

La nouveauté est que ces armées sont transversales et agissent au sein des mêmes États. Elles réagissent ensuite à des logiques (et des ordres) qui ne sont pas automatiquement identifiables pour les intérêts nationaux : par exemple, les États-Unis soutiennent les combustibles fossiles, mais la Californie et de nombreuses entreprises de la Silicon Valley jouent depuis longtemps dans l'autre camp ; la Chine a les pieds fermement ancrés dans les deux armées ; les Arabes sont parmi les leaders de la coalition fossile, mais en réalité ils préparent leur prochain saut dans l'autre camp. La Russie est le seul État qui semble lié à une seule armée, mais nous ne pouvons pas en être sûrs pour les prochaines décennies.

Et qu'en est-il de l'Europe ? Perdue dans sa crise d'identité et assottée par son masochisme anti-historique, l'Europe n'a même pas de véritable politique énergétique commune, et se contente de mener une bataille en coulisse, dans les deux armées, en prenant parti pour l'une ou l'autre faction, mais jamais pour elle-même.

imageénergierenouv.jpg

Un environnementalisme européen futuriste ?

Dans ce contexte, peut-on identifier une troisième position potentielle et efficace, plus proche d'une forme de bon sens et peut-être plus connaturelle au génie italien et européen ? Une nouvelle position, fondée sur une vision à moyen et long terme, qui puisse assurer la stabilité énergétique et économique des générations futures, en la libérant de l'héritage des lobbies passés et en alliant tradition et innovation ? Un environnementalisme futuriste européen, qui récupère l'esprit des années vingt du siècle dernier et l'applique concrètement aux années vingt de ce siècle ? C'est possible. A condition de suivre quelques principes fondamentaux et de renverser certaines conceptions qui, dans le passé, ont dérouté même les tenants de la droite radicale.

Voici quelques idées :

1) L'autonomie énergétique de l'Europe et de l'Italie doit passer par le soleil, le vent, l'eau et la biomasse. Il n'y a aucun doute là-dessus. Ce que le pétrole et le nucléaire représentaient en 1920 (c'est-à-dire la possibilité d'un développement innovant et d'une intelligence créative entre nos mains), les énergies renouvelables l'offrent aujourd'hui. Il n'y a pas de source d'énergie plus "souveraine" que celle, libre et naturelle, que l'Italie et l'Europe possèdent en abondance et qu'elles peuvent fournir en permanence sans dépendre de pays lointains. Un Mussolini, aujourd'hui, viserait une autarcie énergétique et régénératrice basée sur nos énergies renouvelables, qui, entre autres, redonnerait à la Méditerranée un rôle central et briserait toute subordination énergétique, plutôt que de faire dépendre notre avenir du prix du baril ou du caprice de Poutine ou d'un émir. Pourtant, les souverainistes obtus préfèrent les énergies fossiles et snobent les énergies renouvelables... menant à leur insu un combat masochiste, allez savoir pourquoi. ENEL l'a compris, ENI non.

energies-renouvelables-4_6234444.jpg

2) Dans cette phase de chaos politique général, où une vision forte de l'avenir européen fait défaut, il est au contraire possible de promouvoir une industrie européenne écologique innovante, qui exploite les ressources dans le cadre d'une économie circulaire, et qui considère l'Italie comme un leader. Les activités de recyclage, de production de biométhane à partir de déchets organiques, d'éco-conception, de rénovation urbaine peuvent générer de nouveaux emplois (jusqu'à 800.000 en un an) et augmenter le PIB, bien plus que les manœuvres financières faites à tâtons par des gouvernements improvisés. Aujourd'hui déjà, l'Italie (certainement pas grâce aux gouvernements) est la première économie "verte" parmi les cinq grands pays européens : ce sont des données que nous ignorons souvent et que nous n'utilisons pas. Nos entreprises excellent dans le monde et la Chine offre des passerelles de collaboration. Nous devrions nous concentrer encore davantage sur cette nouvelle forme d'économie et en exporter les fruits, plutôt que de la critiquer et de l'écraser.

3) L'économie circulaire, si à la mode, n'est rien d'autre qu'une évolution du concept d'autosuffisance régénératrice, qui s'applique aussi et surtout à l'agriculture, mais qui est applicable à presque tous les processus de production.

4) Étant donné qu'aujourd'hui, même l'Allemagne (par commodité et par nécessité) soutient que la contrainte budgétaire européenne de 3 % ne doit plus être appliquée, en particulier aux investissements verts nationaux, nous qui sommes les premiers dans l'économie verte, ne nous préoccupons pas des vieilles badernes et des vieux chnoques et investissons, même en plongeant le budget dans le rouge, pour donner de l'énergie et de la force aux entreprises italiennes qui misent sur l'environnementalisme du futur.

energies-renouvelables-0.jpg

5) Grâce à de nouvelles formes de taxation au niveau européen (ne les appelons pas des droits), par exemple un mélange de taxe sur le carbone et de taxe aux frontières, renforçons la primauté écologique européenne en limitant l'importation de biens et de services asiatiques et américains à faible coût et ayant des effets négatifs sur l'environnement, et en favorisant, également sur une base écologique, les produits italiens et européens.

Jetons par-dessus bord la vieille croyance erronée selon laquelle l'environnement est de gauche et créons un nouvel environnementalisme futuriste européen. Le moment est propice.

Tiré de "Polaris - le magazine n.23 – ‘’POUR UN ENVIRONNEMENTALISME FUTURISTE".

samedi, 06 mars 2021

Les terres rares, le cobalt et l'empire mondial de la finance. Ce qui se passe réellement derrière la haute technologie et l'« économie verte »

terres-rares.jpg

Les terres rares, le cobalt et l'empire mondial de la finance. Ce qui se passe réellement derrière la haute technologie et l'« économie verte »

Par Cristiano Puglisi

Ex : https://blog.ilgiornale.it/puglisi/

Derrière la nouvelle guerre froide silencieuse entre l'Occident américain et l'Eurasie tournée vers Pékin, se détache, menaçante, l'ombre de l'empire mondial qui franchit les frontières des différents acteurs étatiques impliqués. Il s'agit de l'empire mondial de la techno-finance, résultat de la soudure stratégique entre les géants de la haute technologie et ceux de l'argent, le tout avec des racines fermement implantées aux États-Unis d'Amérique, le cœur du capitalisme mondial et mondialiste. Mais cela se déroule avec une vision de base qui, contrairement à celle proposée par Donald Trump et son entourage, n'a pas besoin  -bien qu'elle en ait probablement encore fait usage, sur le plan tactique-  de l'hostilité antichinoise des trumpistes ni d'affirmer la suprématie américaine en termes d'État ou de nation. Car l'empire technologico-bancaire, en réalité, sait bien que sa domination sur tout le spectre est basée sur autre chose.

Et, pour comprendre la complexité de la situation et l'extension véritablement planétaire de cette domination totalitaire, il n'y a peut-être pas de meilleur thème que celui des "terres rares", un sujet vraiment peu connu en dehors des cercles d'études stratégiques. Ce terme, connu sous l'acronyme REE (Rare Earth Elements) dérive de la découverte, faite à la fin du 18ème siècle, du chimiste et militaire suédois Carl Axel Arrhenius. Il a découvert dans une carrière un minéral, la gadolinite, à partir duquel un oxyde peu commun (d'où l'adjectif "rare") pouvait être synthétisé : le gadolinium. C'était la première des "terres rares". Les 16 autres « terres rares » ont été découvertes au fil du temps et sont allés remplir les cases vides du tableau périodique. Il s'agit de tous les métaux lanthanides : lutécium, scandium, ytterbium, lanthane, cérium, holmium, praséodyme, néodyme, prométhium, samarium, dysprosium, europium, terbium, erbium, thulium et yttrium.

bc1c79f73c_101500_reserves-mondiales-terres-rares.jpg

ech21144028-1.jpg

terres_rares_auto.jpg

Pourquoi ces minéraux sont-ils si importants ? La réponse est simple. Sans les "terres rares", l'industrie prédominante d'aujourd'hui, la technologie, ne pourrait pas exister. En fait, ces 17 éléments sont utilisés pour produire les objets qui font désormais partie de la vie quotidienne des êtres humains et sans lesquels, peut-être, l'économie mondiale telle que nous la connaissons aujourd'hui s'arrêterait : des smartphones aux tablettes, des ordinateurs aux écrans, en passant par les cartes mères, les imprimantes, les télévisions, les aimants, les catalyseurs, les lasers et les fibres optiques. Mais les "terres rares" sont également essentielles dans la perspective de la "révolution verte" que le capital mondial soutient par tous les moyens en vue de réaliser à terme ce que le Forum économique mondial de Davos a récemment appelé la "grande remise à plat mondiale" : les éoliennes, les panneaux photovoltaïques et les batteries pour véhicules électriques seraient impossibles à produire sans ces minéraux. Enfin, la technologie militaire : même les missiles de croisière sont fabriqués grâce aux "terres rares".

Production et extraction des « terres rares » et du cobalt : l’avantage semble clairement aux mains des Chinois…

Eh bien, on s’apercevra très vite, et clairement, que quiconque possède de grandes réserves de ces matériaux a, pour l'essentiel, le destin de l'humanité entre ses mains. Ce que l'on dit souvent, dans les rares occasions où le sujet est abordé, même dans les médias dits "généralistes", c'est que la République populaire de Chine possède cet avantage concurrentiel (pour utiliser un euphémisme). Ce qui, en principe, est tout à fait exact.

La Chine possède des réserves de terres rares de 44 millions de tonnes, les plus importantes du monde si l'on pense que le Brésil et le Vietnam (en deuxième position à égalité de mérite dans ce classement particulier) n'en détiennent que la moitié, soit 22 millions. Ils sont suivis par la Russie, avec 12 millions, l'Inde avec six, l'Australie avec trois et les États-Unis d'Amérique avec "seulement" 1,4 million de tonnes. Cependant, les réserves sont une chose, la capacité de production en est une autre. Mais là aussi, la Chine domine le marché, avec une production de 120.000 tonnes par an. Ils sont suivis, dans ce classement supplémentaire, par l'Australie avec 20.000 tonnes, les États-Unis avec 15.000 tonnes et la Birmanie avec 5.000.

bambini-coltan-nigrizia-720x486.jpeg

schermafbeelding_2018-11-15_om_10.58.54.png

Compte tenu de cette situation, actuellement, environ 80% des métaux de ce type utilisés par les Etats-Unis sont importés de Chine. Ces données, ainsi que les explications supplémentaires sur la nature des guerres commerciales qui, ces dernières années, ont vu Pékin et Washington s'opposer, donnent l'idée que le jeu a déjà été largement gagné par les Chinois plutôt que par les Américains. Pour être plus clair, citant l'agence de presse européenne Euronews, "selon les données du gouvernement américain, la Chine abrite environ 36,7% des réserves mondiales de terres rares et est redevable de 70,6% de la production mondiale totale de ces métaux". Et, dans la même situation que les États-Unis, il y a d'autres réalités géopolitiques, comme l'Europe et le Japon.

Cobalt-Demand-by-Industry.png

Ajoutons à ces considérations que, outre les "terres rares" pour soutenir la production des objets électroniques mentionnés ci-dessus, d'autres matériaux sont nécessaires. Parmi tous, l'un des plus importants est le cobalt. Eh bien, ce minéral se trouve entassé en grande quantité en Afrique, pour être précis surtout en République démocratique du Congo, fournisseur, en 2017 de près de 70% de la demande mondiale totale. Un chiffre stupéfiant, encore appelé à augmenter. Il rapporte un article d'investigation, daté de 2018, de Saverio Pipitone selon lequel le prix du cobalt "de janvier 2016 à juillet 2018 a triplé, passant de 10 à 32 dollars la livre, avec des gains énormes au Congo qui profitent aux dirigeants ou aux chefs de guerre, qui sont de mèche avec les sociétés étrangères et au détriment d'au moins 100.000 travailleurs, dont 40.000 enfants – selon les données de l'UNICEF de 2014 - qui l'extraient à la main ou avec des outils rudimentaires pendant 12 heures par jour au misérable salaire de 2 dollars". Cependant, même dans cette nouvelle "ruée vers l'or" pour le cobalt africain et, en l'occurrence, congolais, la Chine semble exceller : à travers des entreprises comme le géant China Molybdenum, qui a récemment acquis la mine de Tenke, au Congo, pour la somme de 2,6 milliards de dollars, ou Zhejiang Huayou Cobalt, elle vise résolument l'hégémonie sur le marché.

maxresdefaultgreeneco.jpg

Mais dans les coulisses, la finance américaine habituelle se déplace, poussant à l’émergence d’une « économie verte »

Il y a cependant un grand "mais" à apporter à ce qui vient d'être écrit. Car, même dans les coulisses de ces géants chinois, les ficelles des marionnettistes de la finance internationale se meuvent. C'est-à-dire, une finance occidentale. C'est-à-dire, américaine. Oui, car toutes les principales entreprises chinoises (et pas seulement) impliquées dans l'activité d'extraction ont en commun la présence massive, dans leur capital social, de grands fonds d'investissement. Nous parlons de réalités telles que le Vanguard Group, en fait, le plus grand groupe mondial d'épargne gérée, avec un montant total de 5.000 milliards de dollars, basé en Pennsylvanie, mais aussi BlackRock, un fonds de capital-investissement qui, aujourd'hui, gère des investissements pour 6.000 milliards de dollars, soit trois fois le montant de la dette publique d'une nation comme la Grande-Bretagne. Mais, dans le jeu, il y a d'autres réalités, telles que les investissements fiduciaires. Des groupes, tous américains, qui ont misé sur l'économie verte. Ces groupes, après avoir été lourdement accusés d'investir dans les activités les plus anti-écologiques (comme l'exploitation minière), semblent très préoccupés par la durabilité environnementale de leurs investissements. À tel point que le fondateur et PDG de BlackRock, Larry Fink, a lui-même expliqué les raisons pour lesquelles son entreprise figurait parmi celles qui ont créé la Task Force on Climate-related Financial Disclosures (TCFD) : "Pour l'évaluation et la communication des risques liés au climat, ainsi que pour les questions de gouvernance qui sont essentielles pour les gérer, la TCFD fournit un cadre précieux".

Le nœud gordien des arbitres de la durabilité

L'analyste William F.Engdahl explique à cet égard que le TCFD "a été créé en 2015 par la Banque des règlements internationaux, présidée par Mark Carney, membre du conseil d'administration de Davos et chef de la Banque d'Angleterre. En 2016, le TCFD, la City of London Corporation et le gouvernement britannique ont créé l'Initiative de financement vert, dans le but de canaliser des billions de dollars vers des investissements "verts". Les banquiers centraux du Conseil de stabilité financière ont nommé 31 personnes pour former le TCFD. Présidé par le milliardaire Michael Bloomberg, il comprend, outre BlackRock, JP Morgan Chase ; la Barclays Bank ; HSBC ; Swiss Re, la deuxième plus grande agence de réassurance au monde ; ICBC Bank ; Tata Steel, ENI, Dow Chemical, le géant minier BHP et David Blood de Al Gore's Generation Investment LLC".

cryptocurrency-makes-world-economic-forum-davos-agenda.jpg

Il existe également un autre organisme qui évalue les actions des multinationales par rapport à la durabilité environnementale. Il s'agit du Sustainability Accounting Standards Board (SASB), une organisation à but non lucratif qui fournit des normes comptables pour le développement durable. "Cela semble rassurant, poursuit M. Engdahl, tant que nous n'aurons pas vu qui sont les membres du SASB qui donneront l'imprimatur au respect du climat. Les membres comprennent, outre BlackRock bien sûr, Vanguard Funds, Fidelity Investments, Goldman Sachs, State Street Global, Carlyle Group, Rockefeller Capital Management et plusieurs grandes banques telles que Bank of America-ML et UBS. Que fait ce groupe-cadre ? Selon leur site web, "Depuis 2011, nous travaillons à un objectif ambitieux de développement et de maintien de normes de comptabilité durable pour 77 secteurs". Ainsi, les mêmes groupes financiers qui, depuis des décennies, dirigent les flux de capitaux mondiaux vers les grands projets de charbon, de pétrole et d'exploitation minière deviendront désormais les arbitres de la durabilité.

L'avenir de l'économie mondiale, de ce qui est défini comme la "Grande Restitution Globale", en bref, semble, à la lumière de ce qui a été dit ci-dessus, être fermement entre les mains des géants de la finance occidentale. Il n'est donc pas excessif d'affirmer que ces mêmes géants, en détenant des investissements dans des activités industrielles telles que l'extraction de minéraux qui servent à produire tout ce qui, de nos jours, est devenu indispensable, détiennent, en fait, un pouvoir presque absolu sur l'humanité. Une situation qu'il est impossible de ne pas considérer comme terrifiante et dystopique. Mais, après tout, c'est de cela qu'il s'agit.

vendredi, 19 février 2021

Guillaume Travers, « Il y a un double besoin de réenracinement »

unnamedenracin.jpg

Un besoin de réenracinement...

Entretien avec Guillaume Travers

Ex: http://metapoinfos.hautetfort.com

Nous reproduisons ci-dessous un  entretien donné par l'économiste Guillaume Travers au laboratoire d'idées Droite de demain à l'occasion de la publication de ses essais Capitalisme moderne et société de marché : l’Europe sous le règne de la quantité et Économie médiévale et société féodale : un temps de renouveau pour l’Europe aux éditions de La Nouvelle Librairie.

Guillaume Travers, « Il y a un double besoin de réenracinement »

Votre ouvrage traite notamment de l’apparition du capitalisme que vous opposez au féodalisme de l’époque médiévale, quels sont les rouages du système économique féodal?

Dans une large mesure, le système féodal est un contre-modèle par rapport au capitalisme libéral que nous connaissons aujourd’hui. Ses caractéristiques principales, que je mets en évidence dans un précédent livre (Économie médiévale et société féodale), sont les suivantes. C’est d’abord un monde de communautés, et non un monde d’individus. Les échanges économiques et les relations sociales sont donc toujours mises au service d’une vision du bien commun ; à l’inverse, notre époque veut laisser libre cours à tous les désirs individuels. Le monde féodal est en outre profondément terrestre, enraciné, et très largement rural. Le grand commerce demeure totalement périphérique ; les multiples communautés locales vivent dans une autarcie relative. Enfin, c’est un monde où la richesse est toujours mise au service de fins jugées plus hautes : le courage militaire, la sagesse religieuse. Les deux figures tutélaires du monde médiéval sont le saint et le chevalier, pas le financier qui accumule de grandes richesses.

Est-ce que ce n’est pas aussi la montée de l’individualisme qui rend totalement impossible un retour vers une économie du bien commun ?

Historiquement, le délitement de ce monde féodal est indubitablement lié à la montée de l’individualisme. Entendons-nous sur les mots : par individualisme, je n’entends pas seulement un trait psychologique qui pousse à l’égoïsme, mais une révolution dans la manière de penser l’homme. L’époque moderne est la seule qui en soit venue à considérer que l’individu précède toute communauté, que les appartenances et les enracinements ne sont que secondaires. Est-ce à dire que le retour vers une économie du bien commun soit impossible ? Je ne le crois pas. Il y a certes beaucoup de chemin à parcourir. Mais je crois qu’une série de crises pousseront les individus à recréer des communautés : crise sécuritaire, crise identitaire, crise écologique, etc. 

7c238bb78951df71569cb5bf8fc8ca8c.jpg

Le délitement de la nationalité, du patriotisme, la déconstruction des communautés humaines, ne sont-elles pas aussi responsables des comportements individualistes ?

C’est le problème de l’œuf et de la poule. Historiquement, les attaches communautaires ont été fortes partout, et d’une grande diversité : communautés de métiers, communautés villageoises et urbaines, confréries religieuses, etc. L’individualisme s’est affirmé contre ces communautés, proclamant qu’elles étaient illégitimes, qu’elles entravaient la « liberté » de l’individu. Mais l’inverse est aussi vrai : au fur et à mesure que ces communautés s’affaiblissent, qu’elles jouent de moins en moins leur rôle organique dans la vie des hommes, alors les individus sont portés à s’en détacher. Mais il me semble que ce processus touche aujourd’hui ses limites : la crise identitaire qui traverse toute l’Europe témoigne d’un besoin d’appartenance, de réaffiliation. Quand nombre de nos contemporains sombrent dans la consommation de masse, et croient s’affirmer en portant un vêtement de telle ou telle marque, ils ne font que témoigner d’un besoin latent d’appartenances plus structurantes. 

Peut-on réellement retrouver un esprit de vivre selon ses besoins à l’opposée de l’accumulation de richesse ? Au-fond n’est-ce pas tout simplement dans l’ADN de l’Homme de vouloir accumuler, posséder ?

L’idée selon laquelle l’homme aurait de tout temps été un pur égoïste entravé par les contraintes de la société est le postulat central de la philosophie libérale. La liberté individuelle serait un état originaire, et tout le reste (institutions, traditions, coutumes, etc.) serait purement artificiel : c’est ainsi que l’époque moderne prétend « libérer » l’individu en déconstruisant tous ces héritages. Tout cela est ridicule, dès lors que l’on se tourne vers l’histoire. Pendant la plus grande partie de leur histoire, les hommes ne se sont jamais représentés comme des individus tournés vers leurs seuls intérêts matériels. Cette idée de l’homme préoccupé uniquement par ses intérêts est une création finalement très récente dans l’histoire longue des idées et des mentalités. 

9-JW-tree-of-peace-millennium-tree-Fantasy.jpg

Le retour vers le localisme est-il le symptôme d’une prise de conscience des dérives d’un néolibéralisme incontrôlable ?

Je crois que cela témoigne d’un double besoin de réenracinement. On connaît la phrase célèbre de Christopher Lasch, que je crois très juste : « le déracinement déracine tout, sauf le besoin de racines ». Dans un monde où tous les repères ont été déconstruits, délégitimés, il y a un besoin de retrouver du sens. S’enraciner dans une ville, dans un village, prendre part à une communauté, est un moyen de redonner du sens à son quotidien. Acheter en grande surface des légumes importés, ou se les procurer auprès d’un voisin paysan, ce n’est pas la même chose. Derrière le localisme, il y a aussi la prise de conscience des déséquilibres écologiques, qui menacent jusqu’à notre vie. Je ne parle pas tant du réchauffement climatique que de la pollution des sols et des eaux, de la contamination de l’alimentation, des perturbateurs endocriniens, etc. 

Vous êtes critiques envers le libéralisme dans vos ouvrages, mais n’est-ce pas le système économique le plus égalitaire dans l’accession aux ressources ? Surtout, ne doit-on pas différencier le libéralisme classique du néolibéralisme mondialisé ?

Sur les différents types de libéralisme, je suis très sceptique. L’un mène nécessairement à l’autre. Une fois que l’on proclame que l’individu est supérieur au collectif, il lui est supérieur en tout. Si on dit que le monde n’est composé que d’individus, alors il est naturel que tout ce qui reste de distinctions soit progressivement balayé : il n’y a plus lieu de faire de différence entre Africains et Européens, car tous ne sont que des individus ; il n’y a plus lieu de faire de différence entre hommes et femmes, car tous ne sont que des individus abstraits, etc. En d’autres termes, la pente du libéral-conservatisme est glissante, et souvent pétrie de contradictions. Ceci dit, être anti-libéral ne veut pas dire que l’on nie tout concept de liberté, bien au contraire. Je pense par exemple que, à l’heure actuelle, tout ce qui relève du petit commerce et de l’artisanat est étouffé par des contraintes qu’il serait bon d’alléger. Mais cela ne fait pas de moi un libéral, en tout cas pas au sens philosophique. 

71Ui-ekdHaL._AC_SX522_.jpg

Quelles sont les valeurs du féodalisme qui peuvent, selon-vous, inspirer la droite de demain ?

Un écueil serait de vouloir simplement revenir en arrière, au Moyen-Âge ou à quelque autre époque. La volonté de restaurer le passé, quand bien même elle peut être touchante, est fondamentalement impolitique : cela n’arrivera pas, et s’accrocher à ce rêve est vain. En revanche, les valeurs héritées du passé, les structures mentales, les manières de penser l’homme et la société qui ont été propres au monde féodal peuvent nous inspirer. Je crois qu’il nous faut réapprendre à placer nos intérêts en tant que communautés avant nos intérêts individuels. Cela touche à tous les aspects du quotidien : soutenir les producteurs enracinés contre la grande distribution ou Amazon, etc. Cela signifie aussi renouer avec les valeurs traditionnelles – le courage, etc. – plutôt que de valoriser le seul confort que donne le bien-être matériel. S’il y a une droite de demain, elle ne doit pas être comme une bonne part de la droite actuelle : bien trop souvent une droite bourgeoise, qui préfère le confort au courage, ses intérêts matériels à ce qui n’a pas de prix.

Guillaume Travers, propos recueillis par Paul Gallard (La Droite de demain, 15 février 2021)

samedi, 19 décembre 2020

Jean Giono : pour un retour positif à la nature

Jean-Giono-par-Denise-Bellon,-Manosque-1941.jpg

Jean Giono : pour un retour positif à la nature

Emilio Del Bel Belluz

Ex : https://www.ilprimatonazionale.it

41JtW4y4DeL.jpgL'homme qui plantait des arbres est un livre de Jean Giono dans lequel l’auteur se rend compte, comme en ces temps-ci, qu'il n’a que deux alliés qui ne le trahissent pas et qui lui sont toujours fidèles : Dieu et la nature.

La nature s'offre à l’homme dans toute sa beauté originelle, un homme qui ne pense cependant qu'à la dévier de son cours spontané. En fait, aujourd'hui, la terre est exploitée au maximum. Les fossés qui marquaient les limites entre les différentes propriétés et dans lesquels poussaient de nombreuses variétés d'arbres, abritant de nombreux oiseaux, ont disparu. Il est devenu presque impossible de voir, entre une parcelle et une autre, un espace dédié à la culture des arbres, celui des petits bois. Les agriculteurs d'autrefois plantaient des vignes, mais il y avait toujours de la place pour différents types d'arbres, y compris des arbres fruitiers qui étaient une source de richesse pour le ménage. Des arbres étaient également plantés autour de la ferme pour se reposer à l'ombre du feuillage épais. Le vert était omniprésent tout autour de la ferme, c'était de la vraie poésie.

La fuite hors des champs (l’exode rural) et l'industrialisation ont privé l'homme de cette poésie. Les maisons abandonnées sont le résultat d'une ample réduction quantitative du monde paysan. Notre monde rural, primordial, disparaît à jamais, peu de gens se rebellent contre cet arasement et il semble que tout se dirige vers la profanation généralisée de la nature. Les personnes âgées étaient assises devant leur maison et regardaient les vieux arbres qu'elles avaient elles-mêmes plantés et qui vieillissaient maintenant avec elles.

Souvent, on naissait, on vivait et on mourait dans la même maison et on respirait pleinement les souvenirs de la vie. Il était une fois des gens qui mouraient devant un crucifix, à côté du lit, il y avait le prêtre qui donnait les derniers sacrements. Aujourd'hui, avec cette pandémie qui nous affectedepuis le printemps 2020, nous nous sommes privés du naturel de mourir avec le réconfort d'un prêtre ou du moins en observant un crucifix. La pratique de la plantation d'arbres était enseignée aux enfants comme un geste et un rituel initiatique et avait une haute valeur symbolique liée au fait de savoir vivre en harmonie avec la nature.

9782070662081.jpgL'homme qui plantait des arbres, un berger provençal, personnage principal du livre, a travaillé humblement pendant 37 ans, en se penchant sur le sol pour planter des glands, même s'il savait que seuls 20 % d'entre eux deviendraient des chênes. Il a ainsi transformé des collines stériles en forêts de chênes et de hêtres. Il avait décidé d'atteindre ce but premier dans la vie sans se poser trop de questions sur sa réussite ou non. Mais la persévérance d'un homme simple, faite d'amour et de dévouement, durant toutes ces années, va conduire à révolutionner un lieu désert et abandonné en le transformant en un village orné de forêts et de ruisseaux.

De même qu'il arrive que la nature, et l'âme humaine elle-même, soient noyées et dévastées face à l'avancée imprudente de l'industrialisation et de la technologie déshumanisante. Mais le contraire peut aussi se produire grâce à une inversion de tendance, singulière, provoquée par les choix et les actions d'un homme seul, apparemment relégué dans sa petite coquille vitale, mais dont l'exemple et les œuvres laisseront des traces indélébiles. L’auteur du livre, Jean Giono, a écrit : "Pour que la personnalité d'un homme révèle des qualités vraiment exceptionnelles, il faut avoir la chance de pouvoir observer ses actions pendant de nombreuses années. Si cette action est dépourvue de tout égoïsme, si l'idée qui la dirige est d'une générosité sans pareille, si avec une certitude absolue il n'a jamais cherché de récompense, et d'ailleurs a laissé des traces visibles sur le monde, nous nous trouvons alors, sans risque d'erreur, en présence d'une personnalité inoubliable".

Emilio Del Bel Belluz.

lundi, 19 octobre 2020

Christian Westbrook: Food Wars…the Engineered Destruction of Our Food Supply

Christian-Westbrook-square.jpg

Christian Westbrook: Food Wars…the Engineered Destruction of Our Food Supply

Posted by in Podcast

Christian “The Ice Age Farmer” Westbrook discusses the engineered and deliberate destruction of our food supply. Pretexts cited to shut down farms and cull livestock include the spread of “coronavirus” between humans on farms, transmission from animals to humans, as well as outright sabotage of food storehouses. He describes the move to tax and eliminate meat and replace it with fake, synthetic, lab-grown foodstuffs. Power elites seeks to track and trace all food through artificial intelligence and the blockchain. He suggests everyone begin to grow their own food.

*Support/Donate to Geopolitics & Empire:

Patreon https://www.patreon.com/empiregeopolitics
SubscribeStar https://www.subscribestar.com/geopolitics
PayPal https://www.paypal.me/geopolitics
Bitcoin http://geopoliticsandempire.com/bitcoin-donate

Show Notes

Perfect storm hits Kazakhstan egg industry https://www.poultryworld.net/Eggs/Articles/2020/8/Perfect...

43% of small businesses say they’ll be forced to close permanently https://www.marketwatch.com/story/43-of-small-businesses-...

Lord Birkenhead’s 1929 Predictions for 2029 https://www.scribd.com/document/36111515/Save-This-for-Yo...

Fauci Warns That Earth Has Entered a “Pandemic Era” https://futurism.com/neoscope/fauci-warns-earth-entered-p...

Food Chain Reaction crisis simulation ends with global carbon tax https://www.cargill.com/story/food-chain-reaction-simulat...

Websites

Ice Age Farmer http://www.iceagefarmer.com

About Christian “Ice Age Farmer” Westbrook

Christian produces videos, interviews, tools (Growing Degree DaysCrop Loss MapWiki and Maps) in order to shed light on the myriad risks to our food system and how they must inspire us to grow our own food.

*Podcast intro music is from the song “The Queens Jig” by “Musicke & Mirth” from their album “Music for Two Lyra Viols”: http://musicke-mirth.de/en/recordings.html (available on iTunes or Amazon)