Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 16 janvier 2022

Hu Xijin : la Chine et la Russie ne permettront pas aux États-Unis et à l'Occident de pousser le Kazakhstan dans l'abîme des troubles à long terme

190816170901-global-times-hu-xijin-exlarge-169.jpg

Hu Xijin : la Chine et la Russie ne permettront pas aux États-Unis et à l'Occident de pousser le Kazakhstan dans l'abîme des troubles à long terme

Un point de vue chinois sur l'affaire du Kazakhstan

par Hu Xijin

Source : Hu Xijin & https://news.ifeng.com/c/8CZINfEL3y7?fbclid=IwAR3KY83bpLL-TpnK79vMEP-jft2P7PsVVy1DkhW0Mfyoo40-4rvf81Csd9M

Le Kazakhstan a connu les pires émeutes de ses 30 années d'indépendance, déclenchées par une hausse du prix du gaz de pétrole liquéfié, mais rapidement suivies de revendications politiques visant à "punir la corruption" et à cibler le père du pays, Nazarbayev. Le président Tokaev a accepté la démission du premier ministre, l'état d'urgence a été imposé dans la capitale, Nursultan, et dans la première ville, Almaty, le prix du GPL a été ramené à des niveaux plus abordables, et Tokaev a annoncé le 5 janvier qu'il deviendrait président du Conseil national de sécurité (un poste précédemment occupé par Nazarbayev). Mais la suite de l'évolution de la situation est encore incertaine. Une vidéo montre des personnes dans une ville en train de renverser une statue de Nazarbayev. Par ailleurs, huit officiers de police sont morts.

La Russie a déjà déclaré qu'elle souhaitait que le Kazakhstan normalise la situation dès que possible par la voie du dialogue. La Russie a également affirmé que le gouvernement kazakh résoudrait ses propres problèmes internes et qu'une intervention extérieure était inacceptable. M. Laohu estime que la Chine soutiendra également avec force les efforts du Kazakhstan pour stabiliser la situation par ses propres moyens.

Lu-Astana-image-2.jpg

Le Kazakhstan, ancienne république soviétique, est le plus grand et le plus riche pays d'Asie centrale, riche en pétrole et en gaz. Nazarbayev a été le premier secrétaire du parti communiste de la république avant l'indépendance du pays, puis a été président jusqu'en 2019. Il a contribué à l'indépendance et au développement du Kazakhstan. Sa fin n'était pas non plus un cas isolé. M. Akaïev, ancien président du Kirghizstan, voisin de notre province du Xinjiang, a été renversé par une révolution de couleur en 2005 et s'est exilé en Russie, où il a ensuite travaillé comme professeur à l'université d'État de Moscou. Nazarbayev et Akaïev ont toujours entre eux des liens familiaux. Certaines sources non officielles affirment que Nazarbayev s'est rendu en Russie.

Le Kazakhstan est un voisin de la Russie et de la Chine, et sa stabilité est d'un intérêt majeur pour la Chine et la Russie. Les États-Unis se sont efforcés d'infiltrer le Kazakhstan, et certaines ONG sont devenues des avant-postes de cette infiltration. Nazarbayev a eu une attitude positive à l'égard du développement des relations avec les États-Unis, dans l'intention de contrebalancer la double influence russe et chinoise. Mais en même temps, il a toujours gardé un œil sur les États-Unis. En conséquence, une révolution de couleur est finalement née au Kazakhstan.

Le Kazakhstan a le revenu par habitant le plus élevé d'Asie centrale, mais ces deux dernières années, la stabilité politique du pays a été gravement ébranlée par une épidémie qui fait rage et par la récession économique. M. Nazarbayev est au pouvoir depuis longtemps et le pays a accumulé, comme on pouvait s'y attendre, des classes d'intérêt bien établies et un mécontentement public croissant, mais c'est le retournement de l'économie et des moyens de subsistance de la population qui a été le déclencheur de la rupture. C'est le prétexte que les puissances occidentales exploitent au Kazakhstan. Il est évident qu'ils veulent mettre la pagaille dans le pays, et leur objectif est de déstabiliser la stratégie de bon voisinage de la Chine et de la Russie en créant un fossé au Kazakhstan.

Kazakhstan.jpg

Pourtant, ni la Russie ni la Chine ne permettront aux États-Unis et à l'Occident de pousser le Kazakhstan dans un abîme de turbulences à long terme. Les Russes représentent à ce jour environ 20 % de la population du Kazakhstan, la Chine est le principal acheteur d'énergie du pays et l'Organisation de coopération de Shanghai apporte son soutien à la stabilité de ses États membres. Il suffit de dire qu'il existe encore de nombreuses conditions internes et externes pour que le Kazakhstan retrouve sa stabilité passée après une telle période de chaos.

[Editeur responsable : Ye Zhiqiu PN302]

Écrire un commentaire