Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 25 février 2022

Psychopathes géopolitiques

6_123.jpg

Psychopathes géopolitiques

par Georges FELTIN-TRACOL

Non content de tripoter les petites filles, Joe Biden tripote les faits et les renseignements que lui fournissent chaque matin les agences spécialisées. Le fameux contentieux entre l’Ukraine et la Russie démontre une fois de plus la malfaisance de la Maison Blanche et sa propension inégalée à alarmer inutilement l’opinion publique.

Selon les experts extra-lucides du Département d’État, le 16 février 2022 signifiait le commencement de l’offensive russe en Ukraine. Les Ukrainiens attendent toujours l’arrivée des blindés de Vladimir Poutine (l'actualité vient de démentir cette phrase...). Les Anglo-Saxons (Étatsuniens et Britanniques) élèvent au rang d’art appliqué la désinformation ainsi que les manipulations de masse. L’exagération des menaces agace un gouvernement ukrainien qui n’apprécie pas les conseils donnés aux ressortissants occidentaux de quitter le pays et le transfert à l’Ouest de l’Ukraine des ambassades. Les journalistes européens sur place confirment par leurs prises d’antenne et leurs reportages que Boris Johnson et Joe Biden détournent la réalité dans le seul but de provoquer une guerre déstabilisatrice pour l’aire eurasiatique.

Organisation belliciste, l’OTAN concentre de nombreuses troupes aux frontières de la Russie, du Bélarus et de l’Ukraine. Les Polonais et les Lituaniens favorisent ces mouvements militaires et livrent des armes aux Ukrainiens par russophobie et par ressentiments historiques non dépassés. Certes, des cénacles nationaux-soviétiques et néo-eurasistes en Russie rêvent de reprendre l’Ukraine. Mais Varsovie et Vilnius convoitent aussi les mêmes terres au nom d’un héritage historique commun. La Turquie et Israël ne sont pas non plus insensibles au devenir du chétif État ukrainien.

zkaimoofvj151.png

Huit longues années de conflit au Donbass ont développé et fortifié le sentiment national ukrainien. Nombreux sont les Ukrainiens de tout âge et des deux sexes qui s’exercent au maniement des armes et s’entraînent au combat sur leur temps libre. Il faut saluer ce magnifique esprit patriotique bien qu’on reste par ailleurs perplexe quand ils souhaitent adhérer à l’Alliance Atlantique et à l’Union dite européenne, deux asiles psychiatriques planétaires réputés ! Ukrainiens et Russes n’ont encore pas fait leur révolution intérieure anti-matérialiste !

Les propos sensationnalistes et volontairement délirants de Joe Biden et de son déplorable comparse Boris Johnson servent en priorité à masquer leurs déboires politiques intérieurs. Le clown du 10, Downing Street s’enferre dans le scandale médiatique des fêtes clandestines organisées en plein confinement covidien. La probité douteuse de « BoJo » en prend un sérieux coup et ravit au contraire l’opposition travailliste ainsi que les conservateurs thatchériens qui n’acceptent toujours pas son virage social. 

FPBMFQWTQSEYIAE25AM4VS76FM.jpg

Alexandria-Ocasio-Cortez-la-socialiste-qui-depoussiere-le-parti-democrate.jpg

Quant à Biden, il assiste médusé à la convergence contre toute intervention US à l’Est de l’Europe de l’aile isolationniste des Républicains menée par la représentante de Géorgie Marjorie Taylor Greene, et de l’aile gauchiste des Démocrates conduite par la meneuse du « Squad » (le quateron féministe wokiste) Alexandria Ocasio-Cortez. La forte inflation bloque en outre le plan de relance économique à plusieurs centaines de milliers de milliards de dollars adopté dans la douleur par un Congrès divisé. Dans ce contexte socio-économique difficile s’ajoutent une hausse sans précédent de la criminalité et le blocage des institutions. À l’approche des élections de mi-mandat, le bilan, fort mauvais, de « Sleepy » Joe tient sur un simple timbre-poste. Sa seule chance de ne pas perdre la majorité au Sénat, voire à la Chambre des représentants, serait de se lancer dans une nouvelle aventure militaire étrangère. Or, la Russie de Vladimir Poutine en 2022 n’est pas le Guatemala du président Árbenz de 1954…

Ce calcul de politique extérieure démontre de la part d’un Joe Biden qui veut porter le vêtement trop grand pour lui de commandant en chef, d’un comportement de psychopathe géopolitique. Le moindre prétexte à la frontière russe risque de déclencher des hostilités dont le continent européen deviendrait le principal théâtre d’opération. Maints commentateurs estiment que l’ambiance actuelle entre les principales puissances s’apparente à une véritable avant-guerre. Il est envisageable que ce conflit général commence par une provocation montée par les Polonais ou les Lituaniens qui passeraient pour des soldats russes attaquant une garnison ukrainienne frontalière. Les États-Unis d’Amérique ont une très longue tradition de victimisation qui leur donne ensuite l’avantage moral. Des motifs de l’invasion du Mexique en 1846 – 1848 aux mensonges de Colin Powell au Conseil de sécurité de l’ONU en 2003 en passant par l’explosion accidentelle de l’USS Maine dans le port de La Havane à Cuba le 15 février 1898 et l’attaque japonaise de Pearl Harbor acceptée par Roosevelt, Washington se sert des événements pour lancer des guerres soi-disant défensives alors que l’« État profond » yankee est naturellement agressif.

La présence depuis soixante-dix ans de bases étatsuniennes en Europe et le maintien de l’Alliance Atlantique perturbent les relations internationales. Même si le monde russe n’appartient qu’en partie à la civilisation européenne, la guerre entre Ukrainiens et Russes demeure une affreuse guerre civile que les diplomates allemands, français et italiens devraient arrêter au plus tôt. Hélas ! Leurs initiatives respectives sont bloquées ou vidées de leur sens par les redoutables coteries atlantistes qui infestent la haute-administration des États européens colonisés. La libération de l’Europe commencera d’abord et avant tout par sa « désaméricanisation », ce qui, on le conviendra, n’est pas une mince affaire.

GF-T

PS : Enregistrée et transmise le 17 février dernier pour une diffusion, le 22 suivant, cette chronique minimisait un peu les tensions entre la Russie et l’Ukraine, entre le nationalisme grand-russe et le nationalisme ukrainien dont l’antagonisme ne cesse d’être alimenté par les régimes occidentaux dévoyés. Malgré l’actualité brûlante et nonobstant la brutalité des faits, sa trame reste plus que jamais pertinente.

  • « Vigie d’un monde en ébullition », n° 21, mise en ligne le 22 février 2022 sur Radio Méridien Zéro.

Écrire un commentaire