Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 07 avril 2022

Les 5 principales tendances géostratégiques du nouvel ordre mondial selon Biden

_115278516_biden_world_reacts_976.png

Les 5 principales tendances géostratégiques du nouvel ordre mondial selon Biden

Andrew Korybko 

Source: https://novaresistencia.org/2022/04/06/as-5-principais-tendencias-geoestrategicas-da-nova-ordem-mundial-de-biden/?amp=1#.Yk5vPxViPhU.twitter

Quiconque pense que les États-Unis ont tout simplement été vaincus dans le scénario actuel et qu'ils se retireront en Amérique du Nord se trompe. L'élite américaine est déjà en train de calculer ses pertes et de se réorganiser pour prendre la direction du monde post-Ukraine et post-pandémie.

Le président américain Joe Biden a déclaré lundi : "Il va y avoir un nouvel ordre mondial, et nous devons le diriger, et nous devons unir le reste du monde libre pour le faire". Jusqu'à ce moment-là, l'expression même de "Nouvel Ordre Mondial" (NOM) était traitée comme une supposée "théorie du complot" et impitoyablement supprimée dans le discours médiatique hégémonique, bien que l'ancien président américain George H.W. Bush soit responsable de l'introduction du concept vers la fin de l'ancienne guerre froide. Cependant, maintenant que Biden a publiquement prononcé cette phrase, il n'est plus "politiquement incorrect" d'en parler. En effet, elle pourrait même faire partie du récit officiel dans un avenir proche. L'objectif de cet article est d'identifier les cinq principales tendances géostratégiques du Nouvel Ordre Mondial de Biden et de prédire sa trajectoire future.

Le bloc occidental dirigé par les États-Unis s'est consolidé

La réaction sans précédent et planifiée à l'avance de l'Occident dirigé par les États-Unis à l'opération militaire spéciale de la Russie en Ukraine a servi à consolider ce bloc sous l'hégémonie américaine. L'UE a sacrifié sa souveraineté stratégique à son mécène transatlantique sous le prétexte de "se défendre contre la menace russe", bien que cela entraîne d'énormes conséquences économiques, lesquelles sont auto-infligées. Ce résultat sera exploité par l'Axe anglo-américain pour chasser les concurrents de leurs entreprises, racheter certaines de celles qui restent et endommager définitivement la compétitivité globale du bloc dans un avenir prévisible. Le modèle hégémonique activement mis en œuvre par les États-Unis ces jours-ci pourrait également être utilisé pour réduire et finalement rompre les relations entre la Chine et l'UE.

La Russie accélérera sa réorientation stratégique majeure

La grande puissance eurasienne a réorienté son principal axe stratégique vers le Sud depuis le début des sanctions occidentales orchestrées par les États-Unis en 2014, mais elle va accélérer cette tendance car elle n'a littéralement plus le choix. À son crédit, cependant, la Russie a fait des progrès impressionnants dans la région non-occidentale au cours des huit dernières années. En bref, elle se coordonne avec la Chine en tant que moteurs jumeaux de l'ordre mondial multipolaire (OMM) émergent ; elle s'appuie sur la combinaison de son Pivot Oumma avec des pays à majorité musulmane comme le Pakistan et de son partenariat stratégique réaffirmé avec l'Inde, co-leader du Neo-NAM, pour éviter de manière préventive une dépendance disproportionnée vis-à-vis de la République populaire ; elle est devenue un faiseur de roi en Asie occidentale en raison de son rôle irremplaçable en Syrie ; et elle étend rapidement son influence en Afrique et en Amérique latine également.

La neutralité renaît

Le fait que la grande majorité de la communauté internationale ait refusé de sanctionner la Russie, malgré l'immense pression américaine en ce sens, témoigne de sa volonté de rester neutre sur le théâtre de la nouvelle guerre froide en Eurasie occidentale entre la Russie et les États-Unis. De grands pays comme la Chine, l'Inde, l'Iran et le Pakistan n'ont pas non plus voté contre la Russie à l'Assemblée générale des Nations Unies, tout comme certains pays africains. Le renouveau de la neutralité de principe dans les relations internationales, qui sera également pratiqué de manière prévisible lorsque le théâtre eurasien oriental de la nouvelle guerre froide entre l'Amérique et la Chine s'échauffera inévitablement sur le modèle eurasien occidental avec la Russie, prouve que les États-Unis ne sont plus en mesure d'exercer unilatéralement leur volonté sur tous les autres comme dans les années 1990 et au début des années 2000.

Les alternatives non occidentales seront privilégiées

L'armement des plates-formes et systèmes occidentaux contre la Russie dans le cadre de la guerre hybride à spectre complet menée par les États-Unis contre ce pays encouragera le reste du monde qui se trouve encore en dehors de la "sphère d'influence" américaine nouvellement formalisée (c'est-à-dire les pays non occidentaux) à donner la priorité au développement rapide d'alternatives non occidentales. En effet, ils craignent, à juste titre, de finir par devenir "la prochaine Russie" s'ils continuent à affirmer de manière indépendante leurs intérêts nationaux et à rester stratégiquement autonomes. L'effet à long terme de cette tendance est que la domination des États-Unis sur les plates-formes, les systèmes et les normes disparaîtra inévitablement, ce qui pourrait les inciter à initier la "balkanisation" du système international jusqu'ici largement mondialisé avant que cela ne se produise, dans une tentative désespérée d'instrumentaliser le chaos.

Les dimensions idéologiques et systémiques de la nouvelle guerre froide

La dernière tendance qui se dégage des quatre précédentes est la division incontestée du monde entre l'Occident du "milliard d'or", dirigé par les États-Unis, et le Sud global non occidental, qui s'efforce de réaffirmer l'hégémonie unipolaire déclinante de l'Amérique sur les relations internationales ou de mettre enfin en œuvre le Nouvel ordre mondial qui était inscrit dans la Charte des Nations unies mais n'a jamais eu la chance de se concrétiser en raison de l'ancienne guerre froide, puis du bref "moment unipolaire". Actuellement, l'ordre mondial transitoire peut être décrit comme bi-multipolaire selon le modèle introduit par Sanjaya Baru, qui place les superpuissances américaine et chinoise au sommet du système, suivies des grandes puissances comparativement plus petites de l'époque, mais on ne sait pas quelle sera sa forme future.

***

Les cinq tendances géostratégiques majeures identifiées dans cette analyse se manifestent également de manière importante dans le cadre de la "Grande Réinitialisation"/"Quatrième Révolution Industrielle" (GR/4IR) en cours, dont les processus de changement de paradigme à large spectre ont été accélérés par les efforts non coordonnés de la communauté internationale pour contenir la COVID-19 ("Guerre mondiale C"), que même la Russie a embrassée dans une certaine mesure conformément à ses propres intérêts tels que ses dirigeants les comprennent. Les observateurs ne doivent pas oublier ce contexte socio-économique, même si les questions géopolitiques et militaires priment aujourd'hui dans la conscience publique. Pris ensemble, ces facteurs vont tout remodeler et constitueront donc sans aucun doute le noyau du Nouvel Ordre Mondial dont Biden a parlé en début de semaine.

Source : Revue Orientale

Écrire un commentaire