Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 22 avril 2022

Japon: face à la guerre en Ukraine, dans le style de l'Occident collectif

adobestock_179367648.jpg

Japon: face à la guerre en Ukraine, dans le style de l'Occident collectif

par Ekaterina Kiiko

Source: https://www.ideeazione.com/nello-stile-dellovest-collettivo/

Le Japon s'est également joint à la condamnation de l'opération militaire spéciale de la Russie. Les grandes menaces du Japon, telles que la Chine et la Corée du Nord, passent à l'arrière-plan. Bien que la RPDC ait lancé deux projectiles vers la mer du Japon le 17 avril, les principaux titres des médias d'État du pays portent sur l'Ukraine. Cette distorsion peut être due à la forte influence du principal partenaire économique du Japon, les États-Unis.

Le 21 juin 2000, l'Association japonaise des éditeurs et rédacteurs de journaux a adopté un code du journalisme qui stipule un reportage impartial et véridique. Lorsqu'elles décrivent les événements en Ukraine, les publications centristes et libérales japonaises ignorent le côté russe et condamnent son intervention militaire dans ce qu'elles considèrent comme un "État souverain".

Le centre-gauche ne se soucie que des victimes

La publication de centre-gauche Mainichi se concentre sur les sanctions qui pèsent désormais sur la Russie et le Japon. "Mainichi a publié le 17 avril un sondage réalisé par l'agence indépendante japonaise Kyodo Tsushin, qui révèle que sept Japonais sur dix sont favorables à des sanctions économiques contre la Russie. La contradiction est que les Japonais, dans le même sondage de deux jours, parlent d'une forte augmentation des prix des denrées alimentaires. Néanmoins, les personnes interrogées insistent toujours sur le maintien des sanctions. Le centre-gauche cite des sources d'information ukrainiennes dans ses articles sans proposer d'alternative. Dans ce cas, le Mainichi et d'autres publications bien connues au Japon renient l'un des points principaux de leur code : l'impartialité.

Les rapports des journaux sont liés à "l'agression russe" à Mariupol et à Kiev. Les articles expliquent cela en disant que soi-disant "le commandement militaire russe, furieux du naufrage du croiseur Moskva et des provocations ukrainiennes sur son territoire, a accéléré son offensive à l'est". En réalité, le navire amiral de la flotte de la mer Noire, le Moskva, a coulé alors qu'il était remorqué pendant une tempête, et l'agression ukrainienne sur le territoire russe n'a fait qu'accélérer les bonnes décisions militaires.

Les conservateurs pensent à tout en même temps

Le journal conservateur Yomiuri Shimbun se concentre davantage sur les relations commerciales entre la Russie et le Japon. Le journal évoque notamment les négociations en ligne sur les quotas de pêche, qui ont débuté le 12 avril. Les deux parties imposent "des limites de capture pour les navires japonais opérant dans les eaux situées à moins de deux cents milles nautiques du Japon et des taxes correspondantes à payer à la Russie". Il s'avère que les truites et les saumons pêchés au large des côtes d'Hokkaido, qui sont si populaires au Japon, arrivent là par des rivières russes. Le secrétaire du Cabinet, Hirokazu Matsuno, a déclaré lors d'une conférence de presse la veille que "Nous (le Japon) ferons de notre mieux pour préserver et protéger les droits et les intérêts de la pêche".

yomiuri_logo_better.png

Une autre preuve que la publication n'est pas très intéressée par la discussion d'une action militaire en Ukraine est la nouvelle du changement de la prononciation du mot "Kiev". Le 1er avril, le ministère japonais des Affaires étrangères a annoncé que "le gouvernement désignera la capitale ukrainienne par le terme 'kiiu', basé sur le mot ukrainien pour Kiev, au lieu de 'kifu' basé sur le nom russe". Le gouvernement japonais aura beau modifier la prononciation du nom de la ville, il ne changera pas l'histoire de son origine. Kiev est dérivé du nom de Kiy, le fondateur légendaire de la ville, dont deux chroniques ont survécu. De plus, ce nom commence à être mentionné dans les chroniques russes à partir de 860.

Le journal accorde également beaucoup d'attention aux élections présidentielles françaises. Par exemple, la publication publie des articles de l'Associated Press, qui cite la politicienne Marine Le Pen comme ayant déclaré qu'elle cesserait d'envoyer des armes à l'Ukraine. Les nouvelles, également tirées d'une telle source, peuvent sembler neutres. Toutefois, à la fin de l'article, il est fait référence à Dominique Sopo, de l'organisation antiraciste, qui qualifie Le Pen d'admirateur du "régime de Poutine". Il n'y a aucune logique à cela, car l'altermondialiste n'approuvait pas le comportement de la partie russe, mais suggérait simplement que l'on devrait comprendre les positions des deux parties au conflit avant de condamner et de tirer des conclusions.

Condamnation par les libéraux

La publication japonaise progressiste-libérale Tokyo Shimbun condamne l'opération militaire spéciale en Ukraine. Le journal ne se contente pas de publier des informations provenant de sources occidentales collectives, mais tente également de faire quelque chose de son cru. Ils écrivent des articles dans lesquels ils examinent en détail les actions de l'armée russe et celles de Vladimir Poutine. En particulier, le 25 février, le Tokyo Shimbun a publié un article très critique à l'égard du président russe, expliquant en termes peu flatteurs pourquoi sa guerre contre l'Occident et ses vues "impériales" pourraient être le début de la fin pour la Russie. L'analyse porte également sur l'évolution de l'ordre mondial, qui aura des répercussions négatives sur tous les pays. En effet, l'ordre mondial dirigé par les États-Unis a été établi après la fin de la guerre froide, et la Russie ne contribue aujourd'hui à un monde multipolaire que par ses actions.

"Le Tokyo Shimbun a également publié un article le 9 avril sur les projets du Parti libéral-démocrate du Japon d'augmenter les dépenses de la défense en relation avec le conflit Russie-Ukraine. Le raisonnement était que "si une situation d'urgence survenait à Taiwan en Chine dans quelques années et que le Japon était en danger, rien ne pourrait être fait sans les préparatifs nécessaires". Tous les membres du Parti libéral démocrate ont voté en faveur de l'augmentation du budget de la défense, mais si un tel projet est approuvé, le Japon pourrait devenir une menace pour d'autres États, y compris son allié, les États-Unis.

Le journal libéral national Asahi publie des articles principalement liés aux sanctions mutuelles de la Russie et de l'Ukraine. Il publie également fréquemment des articles analytiques sur la crise ukrainienne. Le journal a également cité le Premier ministre Fumio Kishida, qui aurait déclaré que le Japon cesserait d'importer du charbon et du pétrole russes et interdirait les investissements en Russie. Selon l'homme politique, ce durcissement est lié à de "graves violations du droit international" par la Russie. Le Japon a imposé de nouvelles sanctions après l'Europe et les États-Unis. Cependant, le gouvernement hésite depuis longtemps à le faire, car le pays a déjà connu des augmentations des prix de l'essence et de l'électricité. Le Japon, pour ne pas être un mouton noir, a soutenu l'expulsion des diplomates le 8 avril dans un climat de folie générale. En réponse, la ministre russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a déclaré que le pays obtiendrait une réponse ferme "bénéfique pour Moscou".

image_l.jpeg

1003x-1.jpg

Le Japon est un pays dépendant du charbon russe. Kishida a également mentionné que les industries et les services publics souffriraient de l'abandon de la ressource. Le Premier ministre a déclaré : "Nous devrons d'abord évaluer l'impact des sanctions et prendre des mesures pour interdire le charbon russe en proposant des alternatives.

La Russie avait déjà cessé les négociations sur un traité de paix avec Tokyo. Le document accorde une attention particulière aux îles Kouriles. La publication libérale écrit que la Russie aurait "pris (les îles) en otage". Les Japonais mentionnent aussi fréquemment l'Union soviétique, qui, selon la rhétorique du journal, a arraché les îles au petit Japon après la Seconde Guerre mondiale. Selon le libéral Asahi, "d'ici la fin du mois d'avril, le gouvernement élaborera des mesures globales et d'urgence contre la hausse des prix du pétrole et d'autres produits de base afin de minimiser l'impact sur la vie des civils".

quoi-ressemblent-les-iles-kouriles-que-se-disputent-la-russie-et-le-japon_0.jpg

Si l'on étudie les articles précédents du journal, il est clair que le renforcement des sanctions par le Japon a toujours été lié à la "violation du droit international" par la Russie. Le fait est que la publication invoque toujours les mots "souveraineté" et "violation des frontières". Cependant, même le journal libéral condamne l'approche molle des politiciens japonais dans le traitement des questions importantes concernant les îles Kouriles. Ils sont également appelés "occupés" dans les journaux.

L'Asahi présente également la position du Japon sur la participation de la Russie à la réunion du G20. L'article du journal du 15 avril cite le ministre des finances Shunichi Shizuki, qui ne pouvait pas dire avec certitude si la Russie participerait, mais n'a pas dit que le Japon s'opposerait à sa participation. Selon le journal, le sommet discutera des devises, le yen ayant atteint le 13 avril son plus bas niveau depuis 20 ans par rapport au dollar.

Concernant l'opération militaire spéciale en Ukraine, Asahi, comme tous les médias libéraux japonais, condamne les actions de la Russie et se réfère aux déclarations de la partie ukrainienne. Le journal cite le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy et le conseiller du chef du bureau présidentiel Oleksiy Arestovych qui suggèrent comment la situation dans l'est de l'Ukraine, en particulier à Mariupol, va évoluer. Ce qui est également intéressant, c'est que les journaux japonais ne publient pas de résumés des pertes des deux États, mais font des déclarations uniquement sur la base des données ukrainiennes.

Dualité d'opinion parmi les communistes japonais

Le magazine du parti communiste japonais, le Chosu Shimbun, propose une analyse des dégâts des sanctions mutuelles entre les deux pays. Il examine en particulier les problèmes liés au rejet des ressources russes et ce à quoi ce rejet pourrait conduire. Les communistes japonais, contrairement aux libéraux, sont prudents dans leurs accusations contre la Russie et écrivent avec précaution sur l'"effet boomerang" des sanctions mutuelles. En outre, le document suggère que l'abandon du pétrole russe pourrait dévaster le marché mondial des matières premières.

sakhalin-oil-and-gas1.png

jpn-sakhalinmap.JPG

Le Chosu Shimbun mentionne pour la première fois le projet pétrolier et gazier Sakhalin-1. Il s'avère que de nombreuses entreprises japonaises ont été impliquées dans le projet et ont importé "environ 4 % de pétrole brut et 10 % de GNL (gaz naturel liquéfié)". Cependant, après l'Europe et les États-Unis, le Japon sera désormais contraint d'abandonner Sakhalin-1, ce qui, selon les communistes japonais, pourrait avoir un impact négatif sur l'économie du pays et la vie des Japonais. Il est également intéressant que les communistes mentionnent séparément la position des pays du Moyen-Orient qui n'ont pas soutenu les sanctions anti-russes et ont refusé de coopérer avec les États-Unis et l'Europe.

La publication de gauche publie également des articles spéculant sur la manière dont le Japon devrait gérer la crise ukrainienne. Une interview de Kenji Isezaki, professeur à l'Université des langues étrangères de Tokyo, a notamment été publiée à ce sujet. Le professeur affirme qu'après la reconnaissance de la DNR et de la LNR par la Russie, les résidents des territoires indépendants ont demandé au président de les protéger, ce qui est conforme au droit de défense collective inscrit dans la Charte des Nations unies.

En outre, l'article mentionne qu'en 2014, les États-Unis étaient également à l'origine des troubles en Ukraine. Ils étaient auparavant intervenus dans les affaires politiques d'autres États, par exemple à Cuba.

L'interview elle-même est contradictoire, car d'une part elle condamne l'opération militaire spéciale russe et d'autre part elle se méfie des déclarations sévères des autorités japonaises sur le conflit. De plus, dans le document, il y a la notion d'un "État tampon", ce que l'orateur appelle le Japon. Selon Isezaki, cela signifie que le pays n'a pas de volonté propre et qu'il dépend des décisions d'un autre État.

Un autre journal de gauche, qui appartient au Parti communiste du Japon, condamne l'opération militaire spéciale de la Russie et publie principalement les déclarations du président du parti. Le 24 février, Kazuo Shii a également déclaré que "l'agression de la Russie viole la souveraineté des territoires de l'Ukraine et viole la Charte des Nations Unies".

Presque tous les journaux de droite et de gauche au Japon condamnent désormais les actions de la Russie en Ukraine, ce qui était, en principe, à prévoir. Cependant, seuls les journaux libéraux ont complètement copié les positions des médias occidentaux. Les conservateurs et les communistes essaient d'analyser davantage la situation et d'aller à l'encontre de l'agenda mondialiste.

Écrire un commentaire