Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 13 mai 2022

Le bâton américain est resté sans carotte

teddy4.jpg

Le bâton américain est resté sans carotte

Leonid Savin

Source: https://katehon.com/en/article/american-stick-was-left-without-carrot

Les États-Unis exercent des pressions sur d'autres pays dans le cadre des relations avec la Russie, limitant de fait leur souveraineté!

Les États-Unis ont la capacité d'appliquer de vastes mesures pour exercer des pressions sur d'autres pays, non seulement dans le cadre de relations bilatérales, mais aussi par le biais d'organisations internationales contrôlées telles que le FMI et la Banque mondiale. Bien que ces mesures violent le droit international, elles sont devenues monnaie courante pour les praticiens de la diplomatie préventive, c'est-à-dire des menaces de sanctions ultérieures qui peuvent avoir un effet économique et politique à long terme.

En particulier, il a été noté précédemment que les pays qui votaient contre la position des Etats-Unis à l'ONU, étaient ensuite confrontés à des restrictions dans l'obtention de prêts ou de crédits auprès de ces organisations financières. Ce fut le cas lors du vote pendant l'opération Tempête du désert contre l'Irak. Les États-Unis ont appliqué une option similaire à la Russie. Cela explique la participation d'un si grand nombre de pays en développement à la liste des États qui ont voté contre la Russie à l'ONU.

Dans le même temps, afin d'éviter le coup de bâton américain, la Serbie amie a même voté contre Moscou ! Le président Aleksandr Vucic s'est défendu plus tard en disant que la décision a été prise sous la pression des pays occidentaux, mais la Serbie ne va pas imposer de sanctions contre la Russie. Compte tenu de l'occupation du Kosovo, la Serbie ne dispose pas de sa pleine souveraineté, même en théorie, et elle est donc obligée de trouver un équilibre entre le collectif occidental, au milieu duquel elle est encerclée, et la Russie.

Cependant, elle comprend que la restauration de sa souveraineté ne peut se faire que grâce à l'aide de la Russie, et non aux actions de l'Occident. Le temps le plus proche nous dira comment cette orientation se développera, surtout si l'on considère la récente fourniture d'armes par la Grande-Bretagne aux Kosovars, que Belgrade a considéré comme une action inamicale [i].

Le cas le plus évident d'ingérence américaine récente dans les affaires intérieures d'un autre pays en raison d'une position indépendante est le changement de gouvernement au Pakistan. Le Premier ministre était à Moscou lors du début de l'opération spéciale en Ukraine et a rencontré les dirigeants de notre pays [ii].

Le Pakistan n'a pas voté contre la Russie à l'ONU et a également refusé de condamner Moscou après un appel collectif des ambassadeurs de l'UE. De Washington, par l'intermédiaire de l'ambassadeur pakistanais aux États-Unis, on lui a dit qu'il devait démissionner, sinon ce serait pire pour le Pakistan. Imran Khan n'a pas eu peur de le dire ouvertement lors d'un rassemblement public, où il a déclaré qu'une ingérence évidente de l'extérieur avait eu lieu.

1903_TR_Intervenes_In_Panama-Scar.jpg

Mais le coup d'État parlementaire a quand même eu lieu, bien qu'il y ait eu des tentatives pour empêcher un vote de défiance. Il y a maintenant un gouvernement pro-américain au Pakistan, qui a commencé à changer les principaux ministres. Et le "Mouvement pour la solidarité" fait descendre des milliers de ses partisans dans les rues de différentes villes du pays. Des manifestations de masse sont prévues à Islamabad même, à la fin du mois sacré du Ramadan.

Aujourd'hui encore, le Pakistan connaît un niveau record de sentiment anti-américain. Imran Khan a juré de combattre à la fois l'ingérence américaine et le "gouvernement importé", par lequel il entend la coalition actuelle à l'Assemblée nationale de la Ligue musulmane-N et du Parti du peuple pakistanais.

Étant donné la situation fragile du Pakistan, ce "coup d'État" frappera en premier lieu le peuple pakistanais lui-même, qui souffre de turbulences à long terme et d'un manque de stabilité politique.

En Inde voisine, Washington a également tenté d'influencer les décisions relatives à l'interaction entre New Delhi et Moscou.

Lors du sommet 2+2 entre l'Inde et les États-Unis, qui s'est tenu le 12 avril dans la capitale indienne, les questions du conflit en Ukraine et d'éventuelles restrictions commerciales et économiques ont été abordées. Au cours de la conférence ministérielle conjointe, il y a eu une condamnation sans équivoque des morts civils et des appels à un cessez-le-feu immédiat, mais il n'a pas été possible d'obtenir que l'Inde cesse d'acheter des ressources énergétiques russes et même des armes aux États-Unis.

Bien que Blinken et le chef du Pentagone, Lloyd Austin, tentent d'attirer l'Inde dans leur orbite, New Delhi ne croit pas aux promesses et se montre pragmatique quant à l'élargissement de la coopération indo-américaine dans le domaine militaro-technique. La méthode du bâton n'est pas appliquée à l'Inde, même si les États-Unis n'ont pas vraiment de carotte.

Roosevelt_monroe_Doctrine_cartoon.jpg

Mais la Turquie a clairement succombé à la pression américaine. La veille, Ankara a annoncé la fermeture du ciel turc aux avions russes se rendant en Syrie. Comme l'a expliqué le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Çavuşoğlu, l'autorisation de vol des avions russes a été délivrée pour trois mois et a été prolongée à plusieurs reprises, et maintenant elle a pris fin. Les Turcs en ont informé Moscou à l'avance. Cela s'applique aussi bien aux avions civils que militaires.

Tout cela ne va évidemment pas sans l'intervention des États-Unis, qui tentent d'exercer une pression maximale sur la Turquie, puisqu'elle ne s'est pas jointe aux sanctions contre la Russie (ce qui affecterait grandement les intérêts de la Turquie elle-même).

En Amérique latine, la Maison Blanche tente également, sinon de mettre sur pied une coalition anti-russe, du moins de forcer certains pays à imposer des sanctions anti-russes. À cet égard, les États-Unis ont obtenu le plus grand succès en Colombie, où de nouvelles élections présidentielles pointent le bout de leur nez et où, dans un contexte d'instabilité sociale aiguë, des accusations se font de plus en plus entendre en direction du Venezuela, où se trouveraient des militaires russes susceptibles de causer quelques dégâts en Colombie.

En outre, le président colombien Ivan Duque a tenu des propos sévères à l'encontre de la Russie, soulignant que les militants des FARC pourraient avoir certains liens avec la Russie. Et en relation avec sa rhétorique, une déclaration spéciale a été faite par la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Mariya Zakharova, notant la nécessité de préserver les relations amicales russo-colombiennes, malgré un tel ton ignorant du chef de la Colombie [iii].

Nous pouvons supposer que l'activité actuelle du département d'État américain, d'une manière ou d'une autre, est liée à la politique anti-russe. Si ce n'est pas directement, c'est au moins indirectement.

Vers le 20 avril, le secrétaire d'État américain Antony Blinken, accompagné du secrétaire à la sécurité intérieure Alejandro Mayorkas, s'est rendu au Panama pour discuter des questions de migration et des sanctions contre la Russie. Officiellement, Blinken a remercié les dirigeants panaméens pour leur position pro-américaine [iv].

Étant donné que pour le Panama, les États-Unis sont le principal partenaire économique et le principal investisseur direct (y compris l'exploitation du canal, où plus de 70 % des marchandises qui y transitent sont destinées aux États-Unis ou en proviennent), il est évident qu'ils suivront les instructions de Washington [v].

En outre, plus tôt, l'Ukraine, par l'intermédiaire de son ambassadeur dans ce pays, a essayé d'obtenir du Panama qu'il ferme le canal pour le passage des navires russes. Cependant, les autorités panaméennes ont refusé d'imposer de telles restrictions, invoquant le statut neutre du canal par rapport aux affaires internationales [vi].

Il est significatif qu'auparavant, l'affaire du dossier Panama contenant des données sur les comptes de divers oligarques ait été utilisée par les États-Unis contre la Russie pour imposer des sanctions supplémentaires [vi]. Il est probable qu'à l'avenir, le Panama imposera des restrictions sur l'utilisation de son pays pour les investissements russes ou un certain type de transactions financières. Mais les principaux acteurs d'Amérique latine résistent encore aux exigences anti-russes de Washington.

Le Mexique a refusé de se conformer aux sanctions contre la Russie, comme il l'a fait précédemment avec Cuba. Il ne faut pas oublier que le président Lopez Obrador est critique à l'égard des États-Unis, même s'il comprend la forte dépendance de son pays vis-à-vis de son voisin du nord [vii] - [viii].

Jusqu'à présent, l'Argentine fait face à cette pression avec succès - le ministre des affaires étrangères de ce pays, Santiago Cafiero, a déclaré que l'Argentine ne prendra pas de telles mesures [ix].

Roosevelt-Corollary-to-Publish.jpg

Le Brésil a généralement condamné les sanctions occidentales contre la Russie car elles exacerbent les conséquences économiques du conflit et nuisent aux peuples qui dépendent des ressources de base.

"[Ces sanctions] peuvent exacerber les conséquences économiques du conflit et affecter la principale chaîne d'approvisionnement", a déclaré début avril le ministre brésilien des Affaires étrangères, Carlos França, en référence à l'embargo imposé par l'Occident, dirigé par les États-Unis, contre la Russie.

Lors d'une audition devant la commission des relations étrangères du Sénat, le ministre brésilien des affaires étrangères a clairement indiqué que de telles mesures visent à réaliser les intérêts d'un petit groupe de gouvernements, tout en nuisant aux autres qui dépendent des ressources de base [x]. Il est nécessaire de prendre en compte la forte dépendance de ces deux pays à l'égard de la fourniture d'engrais russes, dont dépend le secteur agricole du Brésil et de l'Argentine.

Il existe encore de nombreux pays d'Afrique et d'Asie qui ont condamné extérieurement les actions de la Russie à l'ONU, mais qui continuent officiellement à coopérer. Tôt ou tard, Washington leur demandera de se joindre aux sanctions imposées ou d'établir des restrictions spéciales.

Évidemment, cela affectera leur propre souveraineté, et dans ce choix difficile, beaucoup dépend de la volonté politique des dirigeants. Toutefois, la diplomatie russe ne devrait pas attendre les nouvelles machinations du Département d'État, mais plutôt poursuivre activement sa politique étrangère et maximiser la coopération avec les États amis et neutres.

Notes:

[i] https://ria.ru/20220417/serbiya-1783965016.html

[ii] https://www.geopolitika.ru/article/chto-budet-s-pakistanom

[iii] https://mundo.sputniknews.com/20220421/rusia-lamenta-la-retorica-negativa-del-presidente-colombiano-en-su-contra-1124653073.html

[iv] https://www.state.gov/secretary-antony-j-blinken-and-homeland-security-secretary-alejandro-mayorkas-panamanian-foreign-minister-erika-mouynes-and-panamanian-public-security-minister-juan-manuel-pino-forero-at-a-joint-pr/

[v] https://www.state.gov/secretary-blinkens-trip-to-panama-commitments-to-a-regional-approach-to-hemispheric-migration-and-to-anti-corruption-efforts/

[vi] https://mundo.sputniknews.com/20220420/el-canal-de-panama-el-arma-que-occidente-no-podra-usar-contra-rusia-1124605364.html

[vii] https://www.telesurtv.net/news/EE.UU.-usara-Panama-Papers-para-imponer-mas-sanciones-a-Rusia-20160407-0026.html

[viii] https://www.business-standard.com/article/international/mexico-declines-to-join-russia-sanctions-seeks-to-stay-on-peaceful-terms-122030200448_1.html

[ix] https://ria.ru/20220423/sanktsii-1785124287.html

[x] https://www.hispantv.com/noticias/brasil/540594/sanciones-rusia-conflicto-ucrania

Écrire un commentaire