Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 27 juin 2022

Nous sommes le Tiers-Monde - Un continent entre hédonisme et changement, entre anarchie et autoritarisme

flammende-wut-nach-den-unruhen.jpg

Nous sommes le Tiers-Monde

Un continent entre hédonisme et changement, entre anarchie et autoritarisme

par Andreas Mölzer

Source: https://andreasmoelzer.wordpress.com/2022/06/23/wir-sind-...

Le projet d'une Europe unie était sans aucun doute la conséquence des conclusions auxquelles les peuples européens et leurs élites étaient parvenus après deux guerres mondiales désastreuses. Et la promesse de l'intégration européenne visait donc la paix, la liberté et la prospérité. Et en effet, sur une longue période et dans de nombreuses régions du continent, ce projet européen a effectivement réussi à instaurer la paix, à garantir la liberté et à développer la prospérité. D'abord dans la partie occidentale de l'Europe, puis, après l'effondrement du communisme soviétique, dans une grande partie de l'Europe de l'Est. Après des décennies de totalitarisme qui, sous la forme du nazisme et du fascisme, avait opprimé une grande partie de l'Europe centrale, méridionale et occidentale, et après le socialisme réel du système soviétique qui avait asservi les peuples d'Europe de l'Est, les prémisses démocratiques qui étaient et sont nécessaires à l'adhésion à l'UE ont effectivement apporté la liberté.

Après la fin de la confrontation entre les superpuissances, c'est vraiment la paix qui a été instaurée par le projet d'unification européenne. Quant à la prospérité, elle existait déjà dans la partie occidentale de l'Europe depuis les années du miracle économique, c'est-à-dire depuis l'après-guerre, et elle est devenue une perspective bien réelle pour la partie orientale de l'Europe. Les milliards versés et les transferts effectués via Bruxelles ont au moins partiellement tenu cette promesse.

Cependant, des divergences de vues fondamentales sur l'objectif de l'intégration ont également créé des différences massives au cours de cette phase de la réussite européenne. Les uns voulaient les "États-Unis d'Europe", ce que le centralisme bruxellois avait pour objectif d'embellir, les autres rêvaient d'une "Europe des patries" dans laquelle ils pourraient développer librement leur identité nationale et la souveraineté de leurs États.

Les nations de l'Europe de l'Est, en particulier, qui avaient souffert pendant des décennies sous le joug du communisme, pensaient désormais pouvoir vivre dans le cadre de l'Europe unie leur souveraineté et leur culture nationale sans être influencées de l'extérieur. Mais cela n'était guère compatible avec le centralisme bruxellois, raison pour laquelle les pays dits de Visegrád ont rapidement été discrédités au siège de l'UE. Les procédures du traité de l'UE contre la Pologne et la Hongrie le montrent clairement. Seule la guerre d'agression menée actuellement par la Russie contre l'Ukraine et, par conséquent, le danger supposé que courent les pays de l'Est de l'UE qui faisaient autrefois partie du Pacte de Varsovie, occultent actuellement cet antagonisme entre les membres de l'Est de l'UE et le siège central de Bruxelles.

47380288_7.png

En ce qui concerne la promesse de liberté au sein de l'Union européenne, les années de la pandémie du coronavirus ont montré à quel point les droits des citoyens pouvaient être rapidement restreints et ce, de manière absolument fondamentale. Et les mesures envisagées pour la protection du climat, hissées depuis longtemps au rang d'une religion civile, laissent entrevoir le risque de restrictions encore bien plus importantes pour les libertés civiles. Cela signifie ni plus ni moins que la grande promesse de liberté de l'Union européenne est devenue plutôt creuse. Au fond, la participation démocratique, tant au siège de Bruxelles que dans de nombreux États membres de l'Union, n'est pas mieux lotie que dans certains États du tiers monde dirigés de manière autocratique. Quant à la promesse de paix de l'intégration européenne, la guerre actuelle en Ukraine n'est pas la seule à nous montrer à quel point elle peut s'évaporer rapidement.

Mais la paix intérieure au sein de l'Union et de la plupart des États membres est également fortement menacée depuis longtemps. C'est en premier lieu l'immigration massive et incontrôlée de réfugiés pauvres du tiers monde qui a transformé depuis longtemps les systèmes sociaux des États de l'UE en une société où s'additionnent les conflits et se multiplient les ghettos. Cette évolution, autrefois définie par euphémisme comme une société multiculturelle, pourrait, dans des cas extrêmes, dégénérer en situations de guerre civile. Les récents événements du lac de Garde en Italie et la situation dans les banlieues des grandes villes européennes comme Paris et Londres en sont la preuve. Les valeurs civilisationnelles qui étaient courantes en Europe ne comptent plus guère ici. D'une part, la charia islamique règne, d'autre part, c'est l'anarchie totale. Il n'est plus guère question d'intégration pour la masse des migrants, c'est plutôt la population autochtone qui doit s'adapter aux migrants dans les diverses sociétés parallèles.

A cela s'ajoute désormais l'ère de la paupérisation à grande échelle au sein de la société européenne, qui s'annonce depuis des années. Dans les classes de revenus inférieurs, qui dépendent des transferts publics, l'inflation qui s'abat désormais sur tous les pays de l'UE conduit effectivement à la misère. Les mesures gouvernementales telles que le plafonnement des prix et les aides financières risquent de s'avérer plus ou moins inefficaces pour lutter contre la pauvreté. Le chômage et la réticence à travailler, qui ont été renforcés par les comportements nouveaux nés lors de la période Corona, contribuent en réalité à cet appauvrissement de larges couches de la population. Mais outre les classes à bas revenus, c'est aussi la classe moyenne qui est menacée par cet appauvrissement. Les économies sont largement détruites par l'inflation, les professions libérales et les petits entrepreneurs sont mis à mal. Et les perspectives pour les jeunes générations de se constituer leur propre patrimoine sont proches de zéro.

L'Europe risque donc de passer du statut de continent prospère à celui de perdant de la prospérité au 21e siècle. Les promesses de l'"European way of life" ne valent donc plus grand-chose. Elles suffisent tout juste à ce que l'Europe demeure la destination des migrations de masse venues du monde entier. Certes, d'autres régions de la planète seraient depuis longtemps plus attrayantes, comme les États-Unis d'Amérique ou certains États d'Asie de l'Est, mais ceux-ci ont des lois migratoires bien plus dures que l'Union européenne et sont donc largement exclues de cette migration de masse. Insidieusement, mais de manière indéniable, de nombreux États membres de l'UE, mais aussi leurs systèmes économiques et les différents systèmes sociaux, prennent la forme de pays du tiers-monde. Si l'immigration se poursuit, les systèmes sociaux ne pourront plus être financés, les systèmes de santé s'effondreront ou seront au moins modifiés dans le sens d'une médecine à plusieurs vitesses. Les établissements d'enseignement risquent d'être endommagés par un nivellement qualitatif croissant, et les capacités d'innovation technologique s'affaibliront.

Enfin, l'appauvrissement ne concernera pas seulement la situation matérielle et économique de la population, mais aussi la vie intellectuelle et la culture. La haute culture des différents peuples européens a déjà souffert dans le passé de la mondialisation et du centralisme européen. Elle est désormais complètement détruite par la culture quotidienne triviale de la société générée par le bobo électronique et par notre société du tout-jetable. En fin de compte, l'Europe risque de devenir un "failed state", un État défaillant, absolument insignifiant sur le plan de la politique étrangère et ne jouant aucun rôle dans les questions de pouvoir au niveau mondial, et d'autre part marqué à l'intérieur par le déclin socio-économique, l'insignifiance culturelle et l'anarchie. Une telle Europe ferait partie intégrante du tiers-monde et ne répondrait plus du tout à la promesse initiale de liberté et de prospérité de l'intégration européenne. Les apologistes de la légendaire "culture de l'accueil" et du politiquement correct pourraient alors affirmer à juste titre: nous sommes l'Afrique.

Écrire un commentaire