Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 29 juin 2022

Et maintenant, les atlantistes copient la route de la soie chinoise. Aux frais des contribuables

shutterstock_1533765962-838x558-1.jpg

Et maintenant, les atlantistes copient la route de la soie chinoise. Aux frais des contribuables

Adele Piazza

Source: https://electomagazine.it/e-ora-gli-atlantisti-copiano-la...

D'ici à 2027, les pays du G7 investiront 600 milliards dans plusieurs "projets révolutionnaires visant à combler le manque d'infrastructures dans les pays en développement, à renforcer l'économie et les chaînes d'approvisionnement mondiales et à promouvoir la sécurité nationale des États-Unis", a annoncé M. Biden, soulignant que les États-Unis contribueront à hauteur de 200 milliards au "Partenariat pour les infrastructures et les investissements mondiaux". Les États-Unis ont déjà révélé certains projets : une centrale photovoltaïque en Angola, une usine de production de vaccins au Sénégal et un câble de télécommunications sous-marin de 1000 miles qui reliera Singapour à la France via l'Égypte et la Corne de l'Afrique. Ensuite, il y a un projet intéressant de fermeture des centrales électriques au charbon en Afrique du Sud, sur lequel l'Allemagne semble miser.

L'opération américaine visant à défier Pékin, qui est également coupable de continuer à soutenir la Russie dans sa guerre contre l'Ukraine en achetant son pétrole, ne s'arrête pas à l'Allemagne. Dans le plan stratégique qui sera lancé à l'issue du sommet de l'OTAN à Madrid fin juin, la Chine et ses défis seront pour la première fois mentionnés comme une source de préoccupation. L'initiative "Belt & Road", en effet, envisage l'intégration logistique des pays du Moyen-Orient et de l'Asie occidentale, avec des investissements destinés à la croissance économique et sociale des pays situés le long des routes commerciales, créant ainsi une synergie qui profiterait à beaucoup. L'évolution des sanctions contre la Russie permettra de comprendre où se concentrera la demande énergétique européenne, dont les besoins étaient jusqu'à présent strictement dépendants des importations en provenance de Moscou. Il s'agit d'une situation dangereuse, qui voit la Chine se rapprocher de plus en plus de la Russie et s'éloigner de plus en plus du bloc atlantique, tandis que l'Europe doit trouver d'urgence de nouveaux partenaires commerciaux. Biden invite les pays européens à revoir leurs échanges avec Moscou, mais ne les force pas à y renoncer, sachant pertinemment que le chemin vers l'autosuffisance énergétique européenne est - contrairement à celui des États-Unis - encore long et plein d'embûches.

L'initiative "Belt and Road", ou les "nouvelles routes de la soie", est la grande aspiration de la Chine pour relier Pékin à l'Europe, à la Russie, au Moyen-Orient, en passant par l'Asie centrale et l'Asie du Sud-Est. Un réseau de routes, de liaisons terrestres et maritimes qui permettra à la grande puissance commerciale asiatique de renforcer les échanges avec ses voisins et avec de nouveaux et anciens partenaires économiques.

À la méfiance qui existait déjà à l'égard de Pékin de la part des États-Unis, s'ajoutent les craintes croissantes d'une éventuelle entente avec la Russie concernant la guerre en Europe, et l'occupation de Taïwan en mer de Chine méridionale. Avec un Occident en difficulté, aux prises avec une guerre aux portes, des prix des matières premières qui montent en flèche, et des coronavirus pas encore définitivement vaincus, la situation n'est pas des meilleures.

Même les pays hostiles à l'expansionnisme chinois, comme l'Inde, l'Australie, le Vietnam, la Corée du Sud, les Philippines et, surtout, Taïwan - de plus en plus inquiets des incursions chinoises continues dans leur espace aérien - ne voient pas d'un bon œil un tel expansionnisme commercial, tout en sachant qu'il leur apporterait à eux aussi des avantages économiques considérables.

Les Chinois seront gênés dans leurs relations avec la Russie, "des relations qui ne peuvent pas revenir à ce qu'elles étaient avant la guerre en Ukraine", a déclaré le chancelier allemand Olaf Scholz aux journalistes lors du G7 à Elmau. Scholz, a confirmé que ce qui s'est passé en Ukraine représente un "point de rupture dans les relations internationales", et a accusé le gouvernement russe de rompre tous les accords de coopération internationale.

Écrire un commentaire