Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 28 juillet 2022

Patrick Poppel évoque la situation dans les régions russophones de l'est de l'Ukraine

Langue-Ukraine.jpg

"La population a choisi de ne pas être ukrainienne"

Patrick Poppel évoque la situation dans les régions russophones de l'est de l'Ukraine

Source : https://zurzeit.at/index.php/die-bevoelkerung-hat-sich-gegen-die-ukraine-entschieden/

J7SsZqgR7oM.jpg

La guerre en Ukraine dure maintenant depuis quatre mois et demi : Poutine a-t-il atteint ses objectifs ?

Patrick Poppel : Je suppose qu'il y a eu un changement de stratégie et que les nouveaux objectifs qui ont été fixés ont été globalement atteints. C'est-à-dire le contrôle des territoires revendiqués par les républiques populaires de Donetsk et de Lougansk, une liaison terrestre entre le Donbass et la Crimée et le contrôle de la mer d'Azov.

Lorsque vous évoquez les républiques populaires de Donetsk et de Lougansk, il y a eu des flambées de violence militaire depuis 2014, malgré les accords de Minsk. Vous y êtes allé et pouvez-vous nous en dire plus ?

Poppel : C'était un conflit latent permanent avec des tirs d'artillerie sur les grandes villes des républiques populaires de la part des Ukrainiens et il y avait régulièrement de petits combats sur la ligne de front, mais pas de grands gains territoriaux d'un côté ou de l'autre. Mais le gros problème était les tirs d'artillerie constants sur des zones civiles et des cibles clairement non militaires à Donetsk et Lougansk. Et c'est l'une des raisons pour lesquelles cette opération militaire russe a été lancée, car la situation n'était pas supportable à long terme pour la population civile locale.

Quel rôle ont joué les associations de volontaires comme le bataillon Azov ?

Poppel : Ce qui est décisif, c'est que ces structures avaient déjà été créées lors du Maïdan, c'est-à-dire en tant que groupes pro-occidentaux, mais qui sont tout de même des groupes très nationalistes sur le plan idéologique et même parfois criminels. Plus tard, ces groupes ont été intégrés dans la Garde nationale ukrainienne et apparemment aussi dans l'armée ukrainienne. Ces groupes ont également contribué à l'éclatement de ce conflit, car il ne faut pas oublier que la majorité des soldats ukrainiens n'étaient pas prêts à mener cette soi-disant opération antiterroriste contre les républiques populaires. Il s'agissait donc de facto d'une guerre civile entre l'Est et l'Ouest du pays.

Peut-on également considérer que ces éléments ont alimenté le séparatisme dans l'est de l'Ukraine ?

Poppel : Bien sûr, car de nombreux crimes ont également été commis, à commencer par l'incendie de la maison des syndicats à Odessa le 2 mai 2014. Des excès de violence ont eu lieu contre la population russophone, contre les syndicalistes, et divers crimes de guerre ont été commis sur le sol des républiques populaires par ces associations de volontaires. Cela a eu pour effet de renforcer la volonté de se défendre à l'Est, car il fallait tout simplement se défendre contre ces groupes. Dans les républiques populaires, lorsque l'on fait des prisonniers de guerre, on distingue très précisément si la personne concernée est un soldat ukrainien régulier qui "fait son travail" ou un membre de ces associations qui prend les armes avec une énergie tout à fait criminelle.

Dans quelle mesure le coup d'État de Maïdan en 2014 a-t-il déclenché un changement d'humeur dans l'est de l'Ukraine ? Le Maïdan a-t-il été l'élément déclencheur des aspirations sécessionnistes ou celles-ci étaient-elles déjà présentes auparavant ?

Poppel : D'après ce que je sais, le coup d'État et les différentes déclarations de divers politiciens, y compris l'interdiction de la langue russe ou la discrimination de certaines minorités, ont fortement contribué à l'émergence de ces soulèvements. Pour être complet, il faut encore mentionner que cela n'a pas seulement concerné Donetsk et Lougansk, mais aussi Odessa, qui se trouve dans le sud-ouest et non dans la partie orientale de l'Ukraine. Des tentatives de sécession ont également eu lieu à Odessa, à Kharkov, à Marioupol, mais ces régions n'ont pas pu se détacher de l'Ukraine parce que ces soulèvements ont été très rapidement réprimés, entre autres, par ces associations radicales. Les soulèvements n'ont réussi qu'à Donetsk et Lougansk, avec une sécession partielle, et bien sûr en Crimée, où cela s'est passé sans effusion de sang. Cela concerne donc environ la moitié de l'Ukraine, où des républiques populaires ont également été proclamées, mais n'ont pas pu s'organiser. Près de la moitié de l'Ukraine s'est donc sentie désavantagée par les changements survenus après le Maïdan, et le tout a été accompagné d'actes de violence. Il y a également eu des attaques contre des partisans anti-Maïdan qui se sont rendus à Kiev pour protester contre le Maïdan. Un convoi de bus qui retournait en Crimée a été attaqué par ces forces radicales - il y avait déjà des conditions de guerre civile peu après le Maïdan et avant que ces scissions n'aient lieu.

Et la nouvelle loi linguistique, qui limite considérablement l'utilisation du russe comme langue officielle, n'a pas non plus été une mesure intelligente de la part du gouvernement de Kiev.

Poppel : Il existe un fort sentiment anti-russe dû à la guerre civile qui dure depuis des années. Mais il faut faire attention: il y a aussi des Ukrainiens qui servent du côté des républiques populaires. Je connais personnellement des gens, surtout à Lougansk, qui se considèrent comme Ukrainiens mais qui ne veulent plus rien avoir à faire avec Kiev. Donc dire que ce sont tous des Russes ou des personnes relevant de la minorité ou du groupe ethnique russe n'est pas vrai. Il ne s'agit pas tant d'être pro-russe, mais avant tout de l'idée de ne pas passer dans le secteur occidental et de faire partie du monde russe comme autrefois en Union soviétique. Il y a des gens qui se considèrent comme Ukrainiens et qui veulent vivre avec la Russie, et il y a d'ailleurs encore aujourd'hui un théâtre ukrainien qui fonctionne à Lougansk. Mais je ne sais pas s'il y a encore aujourd'hui un théâtre russe à Kiev ou à Lviv.

Le président ukrainien Zelenski a déclaré à plusieurs reprises que l'on voulait récupérer, reconquérir les territoires perdus. Est-ce réaliste ou n'est-ce qu'un vœu pieux ?

Poppel : Ces annonces ont été faites (en ce qui concerne la Crimée, ndlr) avant même le début de l'opération militaire russe en février. Tout au long de l'hiver, l'armée ukrainienne s'est préparée, des troupes ont été massivement rassemblées pour envahir la Crimée, mais aussi les républiques populaires. Cela signifie que l'attaque précipitée et partiellement infructueuse des forces armées russes peut être attribuée à une planification très rapide et je soupçonne la Russie de considérer cela plutôt comme une attaque préventive. Il n'est toutefois pas très réaliste que l'Ukraine récupère effectivement les territoires perdus, car la population locale a en grande partie opté pour la Russie, comme le montrent différentes élections. De plus, on peut supposer que la population est prête à se défendre et à s'opposer aux tentatives d'intégration ukrainiennes. C'est le point crucial qui fait qu'un retour de ces territoires à l'Ukraine n'est plus du tout possible, même si Poutine le voulait, parce que la population s'est prononcée contre l'Ukraine.

L'entretien a été réalisé par Bernhard Tomaschitz.

Commentaires

Les responsables de l'opération russe dont l'intention est la protection des populations ukrainiennes pro - Russes sont les pays de l'UE, surtout la France et l'Allemagne qui se laissent dicter leur politique par les USA parce que ces derniers ont fait la sourde oreille aux accords de Minsk que la Russie voulait signer, qui garantissaient la souveraineté du Donbass et de la Crimée en tant que Républiques Indépendantes et pro - Russes. La Russie ne voulait pas de bases de l'OTAN à ses frontières; ce qui se comprend parfaitement. De leur côté les Américains s'étaient opposés à l'installation d'une base russe à Cuba du temps de John Kennedy. Pourquoi ce qui n'est pas accepté d'un côté devrait l'être de l'autre. L'OTAN est une organisation criminelle et devra disparaître dans les mois et proches années.

Écrit par : Christiane Lapôtre | jeudi, 28 juillet 2022

Écrire un commentaire