Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 30 juillet 2022

Sur les visions changeantes de l'ennemi en Occident

white-chess-horse-near-his-king-black-pieces-enemy-dramatic-chess-game-white-black-chessboard-cells-170758536.jpg

Sur les visions changeantes de l'ennemi en Occident

Jürgen Todenhöfer

Source: https://www.nachdenkseiten.de/?p=86365

La haine du emainstream nvers la Russie facilite la vie de l'Occident. Lorsque la Russie est le mal, il est beaucoup plus facile de présenter ses propres guerres comme une lutte courageuse pour les droits de l'homme et la démocratie. Nous sommes alors toujours les bons, qui doivent parfois être sévères envers les méchants.

Ainsi, après la Seconde Guerre mondiale, l'Union soviétique communiste était l'ennemie préférée de l'Occident, ce qui a grandement facilité les guerres barbares menées simultanément par les États-Unis en Corée et au Vietnam. Nous, les bons, luttions contre un mal inexcusable, qui nous faisait toujours la faveur de ne pas reculer non plus devant la brutalité.

Lorsque l'Union soviétique s'est effondrée au début des années 1990, l'Islam est devenu le nouvel ennemi. Le prétexte invoqué était alors l'attaque terroriste, diaboliquement géniale, contre le World Trade Center le 11 septembre 2001. Le nombre de victimes du terrorisme "islamiste" en Occident est toujours inférieur à 5.000 - y compris les morts du 9/11 - alors que les guerres antiterroristes occidentales ont tué des centaines de milliers de civils musulmans. L'Islam - et pas seulement la terreur islamiste - a été un ennemi extrêmement efficace. Plus d'une demi-douzaine de guerres sanglantes ont été justifiées par lui.

Comme les guerres antiterroristes se terminaient toutes de manière assez chaotique et souvent par une défaite, elles commençaient à ennuyer l'électorat américain. Il fallait donc trouver une autre image de l'ennemi.

Le choix s'est porté sur la Russie, qui, comme tous les "ennemis" précédents, a finalement fourni aux États-Unis un prétexte parfait. Provoquée pendant des années par les États-Unis à coup de sanctions et de promesses non tenues, elle a envahi l'Ukraine en février 2022.

Pour les États-Unis, cette guerre est arrivée à point nommé. Ils n'ont toujours pas de stratégie convaincante face à leur principal rival, la Chine. L'élimination de la Russie, le principal allié potentiel de la Chine, affaiblirait également cette dernière, ce qui serait en tout cas un objectif intermédiaire souhaitable dans la lutte pour défendre l'hégémonisme mondial des Etats-Unis.

R54DNWS5ZII6LBSSDHL5DIRVQ4.jpg

En exerçant une pression douce, les États-Unis ont réussi à convaincre les Européens de livrer des armes à l'Ukraine. Mais leur coup de génie a été d'inciter les Européens à prendre des sanctions qui leur faisaient plus de mal qu'à la Russie. Cela n'a pas seulement affaibli le rival russe, mais aussi les alliés européens, dont les succès économiques n'ont pas toujours fait le bonheur des États-Unis.

Les États-Unis et l'OTAN, qu'ils dominent, ont également réussi à faire passer la Russie, puissance moyenne, pour un géant militaire, ce qui est un coup de génie. Bien que le budget militaire de l'OTAN soit 17,9 fois plus élevé que le budget d'armement de la Russie, qui a désarmé ces dernières années pour des raisons économiques (1180 milliards contre 65,9 milliards de dollars).

Il aurait été du devoir des médias occidentaux de montrer les véritables rapports de force. Mais la plupart des médias occidentaux, comme les médias russes par exemple, se considèrent comme faisant partie du système et non comme le contrôlant. Ainsi, selon nos médias, ce sont toujours les soldats russes qui tuent, violent et torturent, jamais les Ukrainiens.

Sans le soutien des médias dominants, l'invention d'images de l'ennemi et la multiplication des guerres dans le monde ne seraient pas possibles.

Il n'est pas difficile de deviner qui sera le prochain ennemi. La Chine a de bonnes chances de jouer ce rôle dangereux dans les relations internationales. On trouvera bien un prétexte au bon moment. Comme lors des légendaires guerres de l'opium de 1840 et 1842, lorsque la Grande-Bretagne et la France ont envahi la Chine parce que l'empereur chinois refusait d'importer des quantités croissantes d'opium britannique.

Les NachDenkSeiten sont importantes pour la formation d'une opinion critique, nous sommes très, très nombreux à le dire - mais elles coûtent aussi de l'argent et c'est pourquoi nous vous demandons, chers lecteurs, de les soutenir: https://www.nachdenkseiten.de/ .

Merci de tout cœur !

Écrire un commentaire