Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 13 août 2022

Amnesty International prend ses distances avec l'Ukraine: le signe d'une stratégie de "sortie" de l'Occident?

LE-RAP~2.JPG

Amnesty International prend ses distances avec l'Ukraine: le signe d'une stratégie de "sortie" de l'Occident?

Source: https://zuerst.de/2022/08/08/amnesty-international-geht-auf-distanz-zur-ukraine-indiz-fuer-eine-exit-strategie-des-westens/

Berlin . L'image de l'Ukraine en prend un sacré coup - et ce n'est probablement pas une coïncidence: dans un rapport présenté très récemment, l'organisation de défense des droits de l'homme Amnesty International accuse les forces armées ukrainiennes de graves violations du droit international humanitaire. Selon ce rapport, l'armée ukrainienne se retranche régulièrement dans des bâtiments civils, mettant ainsi en danger sa propre population. La Russie porte depuis longtemps de telles accusations contre l'Ukraine, mais elles étaient jusqu'à présent considérées comme relevant de la propagande russe. Cependant, les forces ukrainiennes inférieures en nombre n'ont pas d'autre choix que de se retrancher et d'opérer en embuscade, conformément aux tactiques de la guérilla.

Les soldats ukrainiens "ont mené des opérations répétées depuis des zones résidentielles", a déclaré Janine Uhlmannsiek, spécialiste de l'Europe et de l'Asie centrale chez Amnesty International Allemagne. L'organisation de défense des droits de l'homme a mené sa propre enquête dans la zone de guerre.

Les experts d'Amnesty ont trouvé des preuves que les forces ukrainiennes tiraient depuis des zones résidentielles et avaient installé des postes militaires dans 19 villes et localités, notamment dans des écoles et des hôpitaux abandonnés, dans les régions de Mykolaïv, dans le sud de l'Ukraine, ainsi que près de Kharkiv et dans le Donbass, dans l'est de l'Ukraine, lors de recherches effectuées entre avril et juin.

La secrétaire générale d'Amnesty, Agnès Callamard, a déclaré que l'armée ukrainienne avait mis en place un modèle de mise en danger des civils et de violation des lois de la guerre. Amnesty a cité un habitant qui a déclaré : "Nous n'avons pas le droit d'intervenir dans les décisions de l'armée, mais nous en payons le prix".

Amnesty International a enquêté sur un total de 41 attaques à Kharkiv, au cours desquelles de nombreux civils auraient été tués. Le fait que l'Ukraine se défende contre la guerre d'agression russe ne dispense pas les militaires du pays "de leur devoir de respecter les règles du droit international", a souligné l'organisation.

Selon le rapport d'Amnesty, la plupart des interventions documentées dans des zones résidentielles auraient eu des sites alternatifs possibles, comme des bases militaires ou des zones densément boisées. En outre, les soldats n'auraient pas ordonné l'évacuation de civils, alors que ceux-ci risquaient d'être touchés par des frappes russes de représailles.

Amnesty a déclaré le 29 juillet avoir demandé au ministère ukrainien de la Défense de répondre à ces accusations. Cependant, aucune réponse n'a été donnée avant la publication de l'avis.

Le président ukrainien Volodymyr Zelenskyj a plutôt rejeté avec force les accusations d'Amnesty International. Le groupe de défense des droits de l'homme tente de "transférer la responsabilité de l'agresseur à la victime", a-t-il insinué après la présentation du rapport. Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, M. Kuleba, s'est également dit "indigné" par ces accusations prétendument "injustes".

Les observateurs soulignent qu'Amnesty International n'est pas une organisation indépendante dans les faits, mais qu'elle est financée par des gouvernements occidentaux de manière détournée, tout comme l'organisation de lutte contre la corruption Transparency International et de nombreuses autres ONG. Amnesty elle-même fait preuve d'une opacité extraordinaire quant à l'origine de ses propres ressources financières. Le signal politique envoyé par le rapport critique sur l'Ukraine qui vient d'être publié est dès lors d'autant plus remarquable. Il peut être interprété comme une indication que les gouvernements occidentaux, malgré leur soutien continu à l'Ukraine, préparent déjà une stratégie de "sortie" - sachant qu'au plus tard à l'automne et compte tenu de l'urgence énergétique qui se profile, le cours pro-Ukraine actuel ne pourra plus être maintenu. (mü)

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

Commentaires

EURO SCG s'est signalé comme participant assidu au FORUM YES DE PINCHUK A YALTA donc comme soutien à l'achat de l'Ukraine par l'ouest

Écrit par : comaguer | mercredi, 17 août 2022

Écrire un commentaire