Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 23 août 2022

Il y a cent ans, Michael Collins est mort seul sur une route perdue d'Irlande

300180264_506668704792051_8981843918068477738_n.jpg

Il y a cent ans, Michael Collins est mort seul sur une route perdue d'Irlande

Jan Huijbrechts

(Source: Page Facebook de Jan Huijbrechts)

Hier, cela faisait exactement cent ans que Michael Collins est mort solitaire sur une route oubliée près de Béal na mBláth, un trou tout aussi oublié du sud-ouest de l'Irlande. Sa mort tragique a été entourée d'autant de mythes que sa vie courte mais fascinante. Son soleil, qui a brûlé pendant un bref mais éblouissant moment, a été éteint par une balle - peut-être une balle perdue - mais son ombre plane toujours sur l'île verte.  Les souvenirs de lui n'ont jamais sombré dans les sables mouvants de l'histoire. Au contraire, sa vie reste à ce jour une référence dans l'historiographie irlandaise moderne, et ce à juste titre, car peu ont laissé une telle marque sur l'histoire récente de la nation irlandaise que Michael Collins.

Élevé dans une famille hétéroclite aux racines nationalistes irlandaises, il déménage à Londres à l'âge de 15 ans pour tenter sa chance comme employé de la banque d'épargne de la poste britannique.  Son véritable intérêt, cependant, était le sport et la langue et la culture irlandaises. Par le biais d'organisations telles que la Gaelic Athletic Association, il finit par rejoindre, à l'âge de 19 ans, la Fraternité républicaine irlandaise, la même organisation proscrite par le gouvernement dont son père avait été membre, un mouvement qui cherchait à chasser les Britanniques d'Irlande par la force si nécessaire. Lorsque Michael Collins est rentré en Irlande au début du printemps 1916, il n'est donc pas surprenant qu'il ait immédiatement rejoint les rangs des volontaires irlandais para-militaires et qu'il ait pris part au soulèvement de Pâques à Dublin. Il est fait prisonnier par l'armée britannique et jusqu'à sa libération à la fin de l'année 1916, il passe du temps dans le camp d'internement de Frongoch au Pays de Galles, où il travaille intensivement à la construction de l'Armée républicaine irlandaise (IRA). 

MV5BZjE5NGFmMGYtNmU1MC00ZWQxLWIzMzEtZjgzZjljMWNmYjE1XkEyXkFqcGdeQXVyNTYzNDI3MzQ@._V1_FMjpg_UX1000_.jpg

Dans le vide créé par les exécutions des plus importants leaders républicains irlandais, le jeune Collins s'est rapidement imposé comme un leader né. Ses compétences organisationnelles lui ont permis de gravir rapidement les échelons de l'IRA et du Sinn Fein et il a joué un rôle déterminant dans la création du "nouveau" Sinn Fein en 1917. Il a siégé à la direction du parti, a forgé des alliances, s'est fait des amis et des ennemis et a été responsable des défaites comme des succès. Fin 1918, il est nommé "ministre des finances" du premier Dáil, le parlement irlandais déclaré illégal par Londres, et est aux premières loges lorsque ce même Dáil se réunit le 21 janvier 1919 et déclare l'indépendance de la République d'Irlande. Pendant la guerre d'indépendance qui s'ensuit, il est directeur de l'organisation et adjudant général de l'IRA. Un poste qu'il combine avec brio avec celui de directeur des renseignements de l'Armée républicaine irlandaise.

Collins n'était pas un saint, loin de là. Il aimait boire un bon verre, et même deux, et adorait les femmes. Il débordait d'une indomptable joie de vivre mais était avant tout un tacticien calculateur et très intelligent. Ce merveilleux mélange d'arrogance et d'intelligence a fait de lui un commandant qui savait exactement où et quand frapper et qui dissimulait magistralement la faiblesse de ses propres troupes et armement avec une bonne dose de bluff et des opérations très audacieuses et surtout réussies. L'une de ses actions les plus marquantes fut la liquidation de pas moins de 14 agents secrets britanniques le dimanche 21 novembre 1920. À peine quelques heures plus tard, les "Black & Tans", les redoutables troupes auxiliaires britanniques, ont riposté en ouvrant le feu avec des mitrailleuses sur les joueurs et les spectateurs d'un match de football gaélique au stade de Croke Park. Cette action a fait 14 morts et 68 blessés......

Après le cessez-le-feu de juillet 1921, Collins était l'un des cinq plénipotentiaires envoyés à Londres par le cabinet du Dáil dirigé par Éamon de Valera pour négocier les conditions de paix. Cela a abouti au traité anglo-irlandais, signé en décembre 1921. Il a jeté les bases de l'État libre d'Irlande, mais a en même temps exigé un serment d'allégeance à la Couronne. Les délégués irlandais - et surtout Collins - acceptent le traité à contrecœur. Ils espéraient qu'il s'agirait d'un premier pas vers une République irlandaise pleinement autonome. Beaucoup à Dublin ont réagi négativement. Collins a convaincu - avec 64 voix contre 57 - une majorité au Dáil de ratifier le traité. Après le vote parlementaire, le président irlandais Eamon de Valera démissionne et prend désormais la tête des républicains, également appelés Irréguliers, qui continuent de s'opposer au traité. Au début de 1922, un gouvernement provisoire est formé sous la présidence de Collins, mais il se retrouve rapidement en eaux troubles en raison de la sanglante guerre civile irlandaise, qui va s'éterniser pendant dix mois et au cours de laquelle Collins devient commandant en chef de la toute nouvelle armée irlandaise.

En août 1922, il semble que le gouvernement irlandais ait repris le contrôle de la majeure partie du pays et Collins fait des voyages réguliers pour inspecter les zones qui sont récemment retombées entre leurs mains. Le 20 août, il part pour sa région natale avec une petite escorte. Un voyage considéré comme extrêmement dangereux et fortement déconseillé par plusieurs de ses associés les plus fiables. Deux jours plus tard, il est tombé dans l'embuscade de Béal na mBláth et a trouvé la mort. 

M6BERPLVTNW5MEBH4YEQOHTM7A.jpg

À ce jour, il existe une controverse sur l'identité du meurtrier de Collins. Il n'y a pas eu d'enquête immédiatement après sa mort et le rapport d'autopsie a été perdu. La plupart des historiens supposent aujourd'hui que c'est l'un des Irréguliers qui a tiré la balle fatale, mais il y a désaccord sur l'identité du tireur et sur la question de savoir si le tir était dû au hasard ou si c'était un ricochet. Une autre version dit que les propres camarades de Collins dans le convoi ont tiré le coup de feu fatal, peut-être parce que certains avaient bu, ou dans le cadre d'une conspiration de personnalités du gouvernement pour éliminer un rival. Une autre théorie encore suggère que les services secrets britanniques ont orchestré l'assassinat pour empêcher Collins de déstabiliser l'Irlande du Nord, qui est restée sous domination britannique. La controverse porte également sur la question de savoir si Eamon de Valera - qui se trouvait dans la région à l'époque - était au courant de l'embuscade. Dans le film biographique de Neil Jordan de 1996, "Michael Collins", il est présenté comme un complice, mais on ne pourra jamais prouver que c'était réellement le cas.

21:31 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, michael collins, irlande, sinn fein, ira | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire