Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 27 septembre 2022

La non-pensée occidentale

63443465-homme-penser-assis-sur-une-chaise-avec-un-grand-vide-bulle-nuage-vector-illustration-dépeint-la-pens.jpg

La non-pensée occidentale

par Daniele Perra

Source : Daniele Perra & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/l-antipensiero-occidentale

Il y a certains faits que de nombreux "analystes", journalistes (ou supposés tels) oublient (en raison de limitations cognitives évidentes ou de mauvaise foi) lorsqu'ils observent la réalité à laquelle nous sommes confrontés aujourd'hui : 1) l'histoire ne se réduit pas aux événements des deux derniers mois ; 2) la géographie ne se combat pas avec des sanctions économiques.

La guerre de Crimée (1853-1855), par exemple, a été particulièrement traumatisante pour la confiance en soi du peuple russe. Ces derniers, en particulier, n'appréciaient pas le fait que l'Europe (stimulée par la puissance de la thalassocratie britannique) formait un front uni en faveur de l'Empire ottoman désormais en déclin pour des raisons purement géopolitiques (dans le but de contenir la projection et l'influence russes sur la mer Noire, les Balkans et les détroits) après que la Russie elle-même ait contribué de manière décisive à la défaite de Napoléon. Dostoïevski a écrit des vers enflammés dans ce contexte : "Honte à vous, apostats de la croix, qui éteignez la lumière divine".

Il convient de répéter que la projection sud-ouest était celle à laquelle la politique étrangère de l'empire tsariste était historiquement la plus intéressée, pour des raisons d'affinité culturelle-historique liées à l'hypothèse d'un héritage direct de Byzance et à la communion ethnique avec les peuples slaves (d'ailleurs, le panslavisme n'est rien d'autre que la diffusion des sentiments et des idées du romantisme européen, en particulier du romantisme allemand, dans la sphère russe). Même à la fin du 19ème siècle, Vladimir Solov'ev écrivait, à travers les mots du personnage du général dans ses "Dialogues", que la Russie devait aller au-delà de Constantinople jusqu'à Jérusalem (un centre sacré rapporté dans les carnets de voyage d'Igumen Danil de l'époque de la Rus' de Kiev).

bs-02-40-DW-Kultur-Berlin-jpg.jpg

En fait, la guerre de Crimée n'était qu'un épisode du "Grand Jeu" (ou du "Tournoi des Ombres") entre l'Empire des Tsars et l'impérialisme britannique le long de la "ligne" allant de Constantinople à l'Asie centrale.

À la fin, cependant, les cercles conservateurs russes ont suggéré que les intérêts nationaux de l'empire devraient être orientés vers l'est, "laissant l'Europe tranquille en attendant des circonstances meilleures" (selon l'idéologue de l'époque, Mikhaïl Pogodine), comme c'est encore le cas aujourd'hui (pensez à la doctrine Trenin, qui envisage une réorientation de la politique étrangère russe vers l'Asie). Pour sa part, le général Pavel Grabbe a écrit : "Si nous sommes destinés à devenir un royaume de l'Est, c'est là que se trouve le véritable champ d'action de la puissance russe. Nous avons été cloué en Europe pendant longtemps sans rien obtenir. L'Europe nous est hostile et nous lui avons pris très peu de choses".

Il va sans dire que la Russie, à l'époque comme aujourd'hui, était considérée par le "progressisme" européen, idéologie dominante et rampante, comme un bastion de la préservation des valeurs traditionnelles, du conservatisme, donc un empire despotique et "obsolète" exerçant une influence pernicieuse sur le reste du continent et devant être repoussé vers ses homologues orientaux.

Alors qu'une partie de l'intelligentsia russe voyait la conquête de l'Est comme une mission civilisatrice dans le style du "fardeau de l'homme blanc" (bien que dans certains cas édulcorée par l'idée de redécouvrir la "patrie originelle" des peuples indo-européens, ce qui est très similaire à la mythologie du touranisme contemporain), les élites européennes (en particulier les Britanniques) l'interprétaient comme une expansion orientale d'un peuple déjà oriental.

Entre 1859 et 1897 (avec l'intermède de la vente de l'Alaska aux États-Unis et la fondation de Vladivostok, la "Dame de l'Orient"), la Russie pousse jusqu'à Port Arthur, jetant les bases de la résistance à l'expansionnisme naissant du Japon et au désastre guerrier qui s'ensuivit en 1905.

Caucasian_War_and_Abkhazia.jpg

Si la conquête de la Sibérie a été essentiellement pacifique, on ne peut pas en dire autant de la conquête du Caucase (qui a même commencé sous Pierre le Grand, qui voulait contrôler les flux du commerce vers l'Europe) et de l'Asie centrale. La figure de Pierre le Grand, en particulier, a été fondamentale en ce sens, car le processus d'absorption de la culture européenne-occidentale qui a débuté sous son règne s'est également avéré décisif pour l'assimilation de la vision géographico-idéologique fondée sur l'opposition entre l'Est et l'Ouest (caractéristique de la modernité et exaspérée ultérieurement par les pouvoirs thalassocratiques britannique et nord-américain). L'historien Aldo Ferrari écrit : "À la lumière de cette redéfinition idéologique, la double nature européenne et asiatique du pays était également considérée comme similaire à celle des empires coloniaux européens émergents, avec une mère patrie européenne et un territoire colonial non européen. La principale différence était que les territoires impériaux russes ne se situaient pas dans un espace étranger (comme le Raj britannique en Inde), mais étaient géographiquement liés au centre impérial, ce qui rendait indéfinissable une distinction claire entre les deux.

Pour cette raison, toute comparaison entre l'impérialisme européen (et plus tard nord-américain) typique et l'empire russe (et même soviétique) est décidément imparfaite. Ferrari poursuit : "La Russie n'avait pas d'empire, mais c'était un empire. Un empire continental plutôt que maritime, procédant sur la base d'aspirations expansionnistes coloniales traditionnelles plutôt que modernes. L'histoire de la pénétration russe en Asie diffère de celle des autres puissances européennes précisément parce qu'il s'agit d'une histoire qui mûrit lentement au fil des siècles, et dans laquelle les relations pacifiques ou guerrières entre pays voisins se répètent. Une conscience coloniale semblable à celle qui a poussé les peuples d'Europe occidentale à s'expatrier - les Portugais en Inde, les Hollandais en Indonésie, les Français en Louisiane, les Espagnols au Mexique, les Britanniques en Amérique du Nord - ne s'est pas formée spontanément chez les Russes, mais seulement plus tard, également en tant que résultat tardif d'une violente occidentalisation. Dans la steppe, on ne sait pas exactement où et quand les frontières de la patrie sont franchies, et la volonté d'expansion russe, que ce soit dans les forêts sibériennes, dans les zones civilisées de l'Asie centrale musulmane ou dans le Caucase, ressemble à l'expansionnisme des grandes puissances européennes de l'ère pré-nationale, plutôt qu'à la colonisation occidentale : guerres de domination, création de relations de vassalité plus ou moins féodales, jamais création d'un sentiment de véritable supériorité ethnique".

Les raisons profondes de la haine "occidentale" de la Russie y sont expliquées en quelques lignes. On ne peut pardonner à la Russie d'avoir adopté une attitude entièrement "pré-moderne" envers l'Est. L'Est n'a jamais été un "tout autre" pour la Russie. Outre la marque notoire d'être profondément influencée par le monde turco-mongol (dans ce contexte, il convient de rappeler qu'au Moyen Âge européen, il y avait des gens qui louaient les Mongols pour avoir détruit le califat), elle est coupable de ne pas traiter les peuples orientaux assimilés à son empire de la manière raciste et exclusiviste typique du colonialisme européen moderne. Au contraire, elle s'inspire de la tradition romaine, exprimée dans la divinité typiquement italienne de Janus à deux visages, et s'adresse à la fois à l'Orient et à l'Occident, au passé et au futur. En ce sens, elle est la "troisième Rome".  

B002751.jpg

En même temps, il faut garder à l'esprit que l'expansion vers l'Est n'a jamais rencontré le même intérêt de la part du public russe que les affaires occidentales de l'Empire (une tendance qui est encore fortement présente aujourd'hui). Au contraire, il y a eu pendant longtemps une grande peur des peuples orientaux (même si la Russie elle-même a accompagné la Chine dans sa parabole impériale descendante de manière presque paternaliste). Solov'ev, que nous venons de citer, a écrit dans son poème Panmongolisme, où il a prophétisé l'effondrement de l'autocratie tsariste : "Lorsque dans la Byzance corrompue / l'autel du Seigneur s'est figé / et a renié le Messie / princes et prêtres, peuple et empereur, / une nation étrangère inconnue / s'est levée de l'Est / et sous le lourd instrument du destin / la seconde Rome a plié dans la poussière. / Nous ne voulons pas apprendre / du sort de Byzance déchue / et continuer à répéter les flatteurs de la Russie : / Tu es la troisième Rome, tu es la troisième Rome ! / Ainsi soit-il ! Le châtiment divin / a d'autres instruments en réserve'.

La peur de l'Orient est une caractéristique essentielle de la culture européenne moderne. Un Orient qui inclut toutefois la Russie, bien que Catherine II considère déjà son empire comme une "puissance européenne" à part entière. Les perceptions européennes de la Russie restent toutefois façonnées par les siècles au cours desquels la noblesse polonaise a tenté (avec un succès mitigé) de se présenter comme l' antémurale (= la muraille avancée) catholique-occidentale contre l'expansionnisme russe-orthodoxe (une autre tendance récurrente dans le présent, alimentée par les pouvoirs thalassocratiques, bien que sous la forme d'une opposition à une forme plus fumeuse de néo-bolchevisme).

Une puissance européenne oui, mais avec une énorme ramification orientale! À l'occasion d'une victoire sur les Ottomans, le poète Gavrila Derzavin a dédié ces vers à Catherine : "Son trône se dresse / sur quarante-deux piliers / sur les montagnes de Scandinavie et du Kamtchatka, sur les collines dorées / des terres de Timur au Kouban".

Une ramification dont la propagation a été facilitée par l'absence de véritables barrières physiques. Cela montre que l'idée d'une frontière européenne dans les montagnes de l'Oural est géographiquement non pertinente. Comme l'a noté Nikolaï Danilevsky, l'Europe n'est en fait rien de plus qu'une péninsule du continent horizontal, bien plus vaste, qui s'étend du Pacifique à l'Atlantique.

Dans cet espace, la civilisation russe, du moins pour le dernier millénaire, a joué le rôle de pont entre les deux extrémités.

L'idée que la Rus' de Kiev était un monde à part (un éden indo-européen sans influences ni contacts avec les peuples turcs environnants) est un fantasme créé par la déformation de l'histoire par les penseurs du nationalisme ukrainien qui se considèrent comme ses héritiers ethniques directs. Il suffit de dire que le métropolite de Kiev désignait le Grand Prince Vladimir par le terme turc "Kagan".

En même temps, l'idée que la géographie peut être combattue en construisant des murs de sanctions est une fois de plus un fantasme qui envahit cycliquement la pensée (ou plutôt l'anti-pensée) occidentale, pour se briser ensuite contre la réalité des processus historiques.

20:02 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : russie, occident, actualité, histoire | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

A DIFFUSER:

Vidéo d'un suisse (pointure, services de renseignement, Otan, Afghanistan, ONU, Ukraine) sur la vérité du pourquoi de la guerre en Ukraine, Cercle Aristote (aussi sur Sud Radio il me semble)

https://www.youtube.com/watch?v=m4nFePuFPkA

Écrit par : le sith rouge | mardi, 27 septembre 2022

Écrire un commentaire