Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 01 décembre 2022

L'UE tire la sonnette d'alarme contre la concurrence déloyale des États-Unis. Mais ils sont sourds à Rome

cover-r4x3w1200-621df77c2a5ce-000-1lh1o0.jpg

L'UE tire la sonnette d'alarme contre la concurrence déloyale des États-Unis. Mais ils sont sourds à Rome

Augusto Grandi

Source: https://electomagazine.it/lallarme-ue-contro-la-concorrenza-sleale-statunitense-ma-a-roma-sono-sordi/

Un peu moins de 400 milliards de dollars de subventions pour soutenir les industries vertes américaines dans le cadre de la loi sur la réduction de l'inflation. Et même à Bruxelles, ils se réveillent de leur léthargie servile envers Washington. A Bruxelles, mais pas à Rome. Un atlantisme toujours présent, aveugle et absolu. "Les États-Unis", a expliqué Tonino Pikula, député européen et chef de la commission des relations transatlantiques, "poursuivent un programme national protectionniste et discriminatoire envers leurs alliés".

Dans la pratique, l'UE prend conscience que Washington utilise les sanctions imposées par les pays européens à la Russie pour détruire l'ensemble du système industriel du Vieux Continent. Utiliser l'énergie bon marché des États-Unis comme un avantage concurrentiel par rapport aux entreprises européennes.

Mais pour être sûrs d'anéantir la concurrence européenne une fois pour toutes, les États-Unis ont également fait appel à Jens Stoltenberg, secrétaire général de l'OTAN. Qui, comme l'a rapporté Agcnews, a d'abord offert une pichenette aux Européens, admettant que soutenir la guerre de Biden et Zelensky est particulièrement coûteux pour les atlantistes. Ensuite, il a toutefois averti que l'Europe devait encore faire quelques petits sacrifices. Abandonner le marché chinois après avoir perdu le marché russe. Et, par conséquent, se résigner à un rôle subalterne vis-à-vis de l'économie américaine. Sans oublier la servilité politique.

Curieusement, personne en Italie ne semble remarquer les craintes de l'Union européenne. Pourtant, tout le monde prétend être pro-européen. Mais les marchands d'armes peuvent ignorer la crise dans tous les autres secteurs économiques. Le problème est que le gouvernement italien répond aux marchands d'armes et ignore les difficultés des familles et des entreprises obligées de traiter avec ceux qui, aux États-Unis, jouent avec des cartes truquées.

 

 

Écrire un commentaire