Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 25 septembre 2023

La réduction de la population, un élément de l'agenda mondialiste

cb2eaa28467e320a6945a85f98cefbbf.jpg

La réduction de la population, un élément de l'agenda mondialiste

Par Alexander Markovics

Cher Iurie, cher Peter, chers organisateurs !

Les mesures hypothétiques visant à éliminer 350.000 personnes par jour, 127,5 millions de personnes par an et 1,28 milliard de personnes par décennie sont proposées par certains partisans radicaux de la dépopulation tels que le célèbre océanographe français Jacques-Yves Cousteau. Pour garantir ce que l'on appelle le "développement durable", la réduction de l'humanité à une population mondiale totale de 500 millions d'êtres humains au maximum sur la planète nécessiterait au moins 50 ans. En novembre 1991, lorsqu'il a donné cette interview, les mesures visant à réduire la population étaient, entre autres, l'avortement et la stérilisation forcée.

Ce qui ressemble à un plan absolument satanique n'est pas quelque chose d'extraordinaire dans l'histoire de l'humanité, mais seulement la conclusion radicale de la biopolitique moderne, le type de politique qui décide de la vie et de la mort. Dans la Grèce antique, le contrôle de la population était une mesure destinée au bien commun, par exemple dans les écrits de Platon, afin de prévenir le manque de main-d'œuvre, mais aussi d'empêcher le déclenchement d'une guerre en cas de surpopulation évidente. Dans la réalité postmoderne du 21ème siècle, le contrôle de la population, et donc la dépopulation par divers moyens, est présenté comme une solution aux apocalypses prétendument causées par l'homme, telles que le changement climatique et la surpopulation. En réalité, il s'agit d'un moyen d'exercer un contrôle plus direct et totalitaire sur les peuples du monde. Les grandes conspirations de notre époque tournent autour de ce sujet - il suffit de penser à la panique suscitée par le COV ID 19 et aux effets négatifs sur la fertilité que le vaccin COVI D a eus sur les populations du monde entier. Bien sûr, cette myriade de crises - changement climatique, pandémies et bien d'autres - n'existe que dans la propagande mondialiste et dans la panique créée par les médias d'État et les ONG. Néanmoins, il s'agit d'une hyperréalité existante, comme le dirait Jean Baudrillard, mise en scène par les médias et dans les discussions publiques, et dont nous devons assumer les conséquences.

World_population_growth,_1700-2100,_2022_revision.png

Avec le début de l'ère moderne, les statistiques, la technocratie et les théories modernistes sur l'eugénisme dans le cadre de l'État libéral, le soi-disant danger de surpopulation est devenu un sujet omniprésent, que la population mondiale soit d'environ 1 milliard au début du 19ème siècle ou de plus de 8 milliards à l'heure actuelle. D'innombrables fois, la limite perçue de la croissance a été atteinte, mais l'effondrement social annoncé ne s'est pas produit comme prévu.

Depuis l'avènement de la modernité, l'idée de réduction/contrôle de la population fait partie de la pensée bourgeoise. En tant qu'élément de la biopolitique, l'idéologie de la réduction de la population proclame, d'un point de vue apparemment humaniste, que nous vivons dans un monde où les ressources alimentaires sont limitées en raison des "limites de la croissance" (proclamées par l'organisation mondialiste du Club de Rome en 1972), alors que la reproduction humaine est tout simplement infinie et menace de nous conduire à un désastre humanitaire. En conséquence, les humains sont toujours divisés entre la meilleure partie de l'humanité (Golden Billion, Master race, etc.) et les "mangeurs inutiles" qui doivent être réduits. Mais quand ce genre de raisonnement a-t-il commencé ?

Article_The limits_0.jpg

7b2ab69c85a0e2e997b2c245622d93e2.jpg

91TtBpVKVNL._AC_UF1000,1000_QL80_.jpg

L'économiste britannique et prêtre anglican Thomas Robert Malthus a proclamé dans son livre An essay on the principle of population en 1798, que la production alimentaire ne peut en aucun cas suivre la reproduction des classes inférieures. Par conséquent, poursuit Malthus, les autorités doivent freiner la croissance démographique des classes pauvres afin de ne pas mettre en péril l'amélioration de l'humanité et d'éviter une catastrophe humanitaire. Ce qui est particulièrement néfaste dans son argumentation, c'est le fait que Malthus réfute la possibilité de politiques sociales ou de solidarité comme solution au problème, car il estime que ces mesures ne feraient qu'accélérer le problème qu'il voit dans la reproduction des classes inférieures. Bien entendu, la motivation derrière le pamphlet de Malthus était d'abolir les premières lois sur la sécurité sociale dans l'Angleterre moderne et d'empêcher la redistribution des fonds de la riche bourgeoisie et de l'aristocratie vers les pauvres. Bien que prêtre anglican, Malthus a rejeté le commandement de Dieu "soyez féconds et multipliez-vous", au lieu de quoi il a prêché un évangile diabolique perclus d'inhumanité. Alors que les pauvres étaient déclarés "mangeurs inutiles" et obstacles au développement de l'humanité, l'élite prétendument bourgeoise était considérée comme apte à la reproduction.

dd785b3c2b80df305d540b0d85fd605d.jpg

C'est pourquoi les travaux de Malthus, bien que scientifiquement et philosophiquement imparfaits - même Karl Marx a pu prouver la fausseté systématique de son argumentation - ont été utilisés par l'élite britannique pour justifier la poursuite de l'exploitation et, par conséquent, le contrôle des classes inférieures. Avec l'avènement du darwinisme social sous la plume d'Herbert Spencer, un racisme biologique a été introduit dans les mesures de contrôle de la population, ce qui a abouti à l'extermination des "races et peuples inférieurs", non seulement dans les politiques coloniales libérales, mais surtout dans les génocides fascistes et nationaux-socialistes. Même des gouvernements prétendument sociaux-démocrates comme celui de la Suède ont appelé à la stérilisation des personnes jugées inaptes à la vie par l'État, comme les handicapés mentaux.

skynews-london-uk_6130198.jpg

Après la Seconde Guerre mondiale, cette idéologie de réduction de la population, aujourd'hui appelée "néo-malthusianisme", a connu un renouveau surprenant à la suite de la crise énergétique et des prétendues "limites de la croissance" déclarées par le groupe de réflexion mondialiste du Club de Rome. Si les prophéties apocalyptiques de ce club mondialiste ne se sont pas réalisées, son idéologie, elle, s'est concrétisée. Sa métamorphose la plus récente, sous la forme de la rébellion "The Last Generation/Extinction Rebellion", appelle à un monde sans enfants pour sauver notre mère la Terre.

sensouniverso.png

L'inspiration de ces mesures remonte au philosophe sud-africain David Benatar. Benatar soutenait, d'un point de vue athée-matérialiste, que les moments agréables de la vie sont inférieurs à l'ensemble des souffrances. Au lieu de considérer la vie humaine comme l'imitation de Jésus-Christ, ce qui comprend la souffrance, la crucifixion et la résurrection, David Benatar a plaidé pour un monde athée qui consiste uniquement en un hédonisme sans responsabilité, ce qui est fondamentalement un culte de la mort.

L'ordre mondial libéral d'aujourd'hui en Occident ressemble de plus en plus à un culte de la mort induisant la peur. Alors que les nouvelles choses brillantes et l'hédonisme démoniaque pour les masses existent toujours, même dans le cadre de la Grande Réinitialisation, les masses occidentales subissent de plus en plus un lavage de cerveau dans ce qu'on appelle le "développement durable", qui tente de stabiliser les sociétés consuméristes occidentales et d'empêcher la poursuite de la croissance économique du Sud global afin de préserver l'hégémonie occidentale. L'eugénisme pour la classe supérieure, quant à lui, est désormais propagé par les idées du transhumanisme. En ne faisant qu'un avec la machine, l'homme veut vivre éternellement. Bien sûr, le transhumanisme n'a pas encore tenu ses promesses et n'a réussi qu'à rendre l'homme plus semblable à une machine, sans lui donner la vie éternelle. On peut donc le considérer comme l'un des miracles noirs de la postmodernité.

Il est intéressant de noter qu'il existe également un plan de dépopulation différent, élaboré par des militants écologistes radicaux tels que Penti Linkola et Theodor Kaczynski. Tous deux veulent détruire la civilisation technologique afin de détruire la société technogène, ce que Heidegger a appelé le Ge-Stell et le processus de mondialisation. Alors que les mondialistes appellent à la préservation des élites occidentales et à la liquidation des masses, en particulier dans le Sud, Evgeny Nechkasov propose de liquider le "milliard d'or" composé des Soros, Musk, Rockefeller, Kurzweil et autres membres de ce troupeau de même acabit. Allant de pair avec la renaissance du traditionalisme et la fin de la société urbaine, cette proposition païenne prévoit la multiplication des traditionalistes, alors qu'elle plaide pour le dépeuplement de la partie mondialiste de l'humanité.

En conclusion, deux approches de la réduction de la population existent dans le discours occidental : la proposition mondialiste, qui veut tuer les "mangeurs inutiles", et l'approche militante, païenne et traditionaliste, qui veut liquider les mondialistes en tant que sous-hommes supposés réels.

Heureusement, toutes les civilisations en dehors de l'Occident commencent à se débarrasser des chaînes du mondialisme et, par conséquent, l'idéologie de la dépopulation perd du terrain chaque jour qui passe. Les révoltes anti-françaises réussies en Afrique et la saignée blanche de l'OTAN en Ukraine rendent le triomphe de l'idéologie de la dépopulation et du néo-malthusianisme en dehors de l'Occident de moins en moins probable chaque jour. Mais bien sûr, le danger est toujours présent, en particulier pour nous qui vivons à l'intérieur de l'Occident, soit dans le noyau impérial, soit dans la semi-périphérie. C'est pourquoi le Grand Réveil des peuples européens et la fin du mondialisme sont les conditions préalables nécessaires pour mettre fin à cette idéologie satanique.

Bien entendu, mettre fin au mondialisme en Europe doit se faire de manière chrétienne. Si nous combattons le mal par le mal, nous devenons nous-mêmes possédés par le diable. C'est pourquoi nous devons entamer une révolution métapolitique qui nous ramène à la tradition chrétienne, renverser le pouvoir mondialiste et traduire les mondialistes en justice. En fin de compte, cela signifie qu'il faut mettre fin à toute idée de dépopulation et suivre la parole de Dieu : Soyez féconds et multipliez-vous.

19:35 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, mondialisme, malthusianisme | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire