Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 26 septembre 2023

Les sanctions et le déclin du pétrodollar

petrodollars.jpg

Les sanctions et le déclin du pétrodollar

par Domenico Moro

Source: https://www.sinistrainrete.info/articoli-brevi/26351-domenico-moro-le-sanzioni-e-il-declino-del-petrodollaro.html

L'hégémonie géopolitique des États-Unis repose en partie sur le fait que leur monnaie, le dollar, est une monnaie de réserve internationale. Les banques centrales du monde entier, en particulier celles de l'Extrême-Orient et des pétromonarchies arabes, détiennent une grande quantité de dollars comme réserves à utiliser en cas de besoin. Les dollars sont notamment achetés sous forme d'obligations d'État américaines, ce qui permet aux États-Unis d'emprunter à volonté. L'un des piliers de l'hégémonie du dollar est le lien avec le pétrole, la plus importante des matières premières, qui est vendu en dollars, d'où le terme de "pétrodollar". Ce lien a toutefois été récemment mis à mal par les sanctions que les États-Unis ont mises en place, en particulier contre la Russie, en raison de la guerre en Ukraine.

Mais remontons dans le temps et voyons l'origine du pétrodollar. En 1971, le président américain Nixon avait découplé le dollar de l'or : les pays exportant vers les États-Unis ne seraient plus payés en or, convertissant les dollars en ce précieux minéral.

50147998956_57940d4b59_z.jpg

En 1973, Nixon a de nouveau conclu un accord avec le roi d'Arabie saoudite, Faisal bin Abdulaziz Al Saud, pour soutenir le dollar, alors découplé de l'or, avec du pétrole. L'Arabie saoudite s'engageait à vendre son pétrole en dollars, en échange de quoi les États-Unis s'engageaient à défendre la sécurité du royaume, en lui fournissant des armes et en lui garantissant un soutien militaire en cas de besoin.

Cinquante ans plus tard, cet accord semble avoir été mis à mal par l'avènement d'un nouveau multipolarisme. Les sanctions ont joué un rôle important, car le dollar est une monnaie fiduciaire, c'est-à-dire basée sur la confiance, en l'occurrence la confiance que d'autres pays et leurs banques centrales accordent au gouvernement américain. C'est précisément cette confiance qui a été récemment ébranlée. En effet, les États-Unis ont exclu la Russie du système de paiement international Swift et, surtout, ont bloqué la moitié (environ 300 milliards de dollars) des réserves internationales de la banque centrale russe en Europe et aux États-Unis. Cela a mis en garde toutes les banques centrales des pays ayant des réserves en dollars en Europe et aux États-Unis, car les sanctions américaines montrent que ces réserves sont loin d'être sûres et qu'elles sont soumises aux humeurs politiques du gouvernement américain.

Ainsi, de nombreux pays ne s'intéressent plus guère au dollar en tant que monnaie d'échange internationale. Par conséquent, le dollar ne domine plus le commerce international du pétrole, qui s'effectue de plus en plus dans des monnaies autres que le dollar. Selon JP Morgan, un cinquième des transactions pétrolières mondiales se fait déjà dans d'autres monnaies. Cette part devrait augmenter avec l'entrée de trois grands producteurs de pétrole, l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et l'Iran, dans le cercle des Brics, le club des économies émergentes qui réunit le Brésil, la Russie, l'Inde, la Chine et l'Afrique du Sud.

Ces trois pays rejoindront les Brics, ainsi que l'Argentine, l'Égypte et l'Éthiopie, à partir du 1er janvier 2024. Les Brics rassembleront alors une partie importante des plus grands exportateurs et importateurs de pétrole du monde, qui sont unis par la volonté, pour diverses raisons, de déclasser le rôle du dollar et des institutions économiques internationales qui soutiennent son rôle de monnaie hégémonique. Les Brics disposent également d'une banque, la New Development Bank, présidée par Dilma Rousseff, ancienne présidente du Brésil, qui vise à soutenir les économies émergentes par des aides dans des monnaies autres que le dollar. De cette manière, de nombreux pays périphériques sont soustraits à l'influence d'institutions telles que la Banque mondiale et le Fonds monétaire international, qui sont contrôlées par les États-Unis et les pays du G7, l'autre club international qui, outre les États-Unis, regroupe le Japon, l'Allemagne, le Royaume-Uni, la France, l'Italie et le Canada, et qui est en concurrence avec les Brics.

Dans le même temps, le rôle du dollar se dégrade également sur les marchés financiers liés au pétrole. L'influence du dollar sur l'évolution du prix du baril de pétrole s'estompe. En particulier, la corrélation inverse entre la hausse du dollar et la baisse du prix du pétrole disparaît. De plus en plus, il arrive que le prix du pétrole augmente alors que le dollar s'apprécie par rapport à d'autres devises, ce qui pénalise doublement les pays importateurs de pétrole comme l'Italie. Selon JP Morgan, entre 2005 et 2013, une hausse de 1 % du dollar a entraîné une baisse de 3 % du prix international du pétrole. En revanche, entre 2014 et 2022, elle n'a entraîné qu'une baisse de 0,2 %. La raison de ce changement, toujours selon JP Morgan, réside dans les premières sanctions américaines levées contre la Russie en 2014, au moment de l'annexion de la Crimée, qui ont provoqué une augmentation des achats de pétrole russe dans des monnaies autres que le dollar.

China-Petroyuan-1280x720.jpg

Le divorce entre le dollar et le pétrole a des effets secondaires sur la dette publique américaine, car les pétrodollars ont souvent été recyclés en obligations d'État américaines, contribuant à renforcer le statut de monnaie de réserve internationale du dollar. Les pays pétroliers ont réduit leurs achats d'obligations d'État américaines, même en période de hausse des prix du pétrole. En particulier, l'Arabie saoudite a perçu l'année dernière un montant record de 326 milliards de dollars provenant des ventes de pétrole, mais a en même temps vendu des obligations d'État américaines, réduisant la valeur de son portefeuille à son niveau le plus bas depuis six ans (108,1 milliards de dollars en juin). Les propos tenus au forum de Davos par le ministre saoudien des finances Mohammed Al-Jadaan, selon lesquels l'Arabie saoudite "n'a aucun problème à discuter de la manière de régler les accords commerciaux, que ce soit en dollars américains, en euros ou en riyals saoudiens" [i], sont particulièrement significatifs. Ces paroles du ministre saoudien équivalent à placer une pierre tombale sur le pétrodollar. Entre-temps, les relations de l'Arabie saoudite avec la Chine et, en partie, avec la Russie se sont rapprochées. Le rôle de médiateur joué par la Chine dans le récent rapprochement diplomatique entre l'Arabie saoudite et l'Iran, longtemps rivaux dans la région du golfe Persique et désormais tous deux membres des Brics, en est la preuve.

Parmi les pays qui s'efforcent d'atténuer l'isolement économique de la Russie figurent également les Émirats arabes unis et l'Inde, qui est devenue l'un des plus grands importateurs de pétrole russe, également payé en roupies et en dirhams émiratis. L'Irak, autre important producteur de pétrole, a annoncé qu'il accepterait les paiements en yuans renminbi de la part de la Chine. Cette dernière, quant à elle, a effectué en mars, pour la première fois de son histoire, plus de transactions commerciales internationales avec sa propre monnaie qu'avec le dollar. Toujours en mars, la Chine a acheté pour la première fois du gaz liquéfié en yuans à une société française, TotalEnergies, par l'intermédiaire de la Bourse du pétrole et du gaz de Shanghai, où sont notamment négociés des contrats à terme sur le pétrole libellés en monnaie chinoise. C'est précisément la bourse de Shanghai qui est l'un des instruments utilisés par la Chine pour saper la domination du dollar sur les marchés financiers et promouvoir l'essor du yuan en tant que monnaie internationale.

3001783.jpg

Pour l'instant, le dollar reste une monnaie de réserve inégalée, même si sa part dans les réserves des banques centrales est passée de 71 % en 1999 à 59 % en 2022, selon le Fonds monétaire international. Cependant, la tendance à la dédollarisation n'a jamais été aussi forte qu'aujourd'hui. Preuve en est également l'accumulation de réserves d'or par les banques centrales à des taux jamais atteints depuis 1950. Si le pétrodollar poursuit son déclin, comme le montre l'analyse du marché pétrolier, la dédollarisation se poursuivra et avec elle le déclin du dollar en tant que monnaie de réserve mondiale, avec des conséquences désastreuses pour les Etats-Unis. Surtout pour la gestion de leur double dette, la dette publique et la dette commerciale, qui leur permet en fait de vivre au-dessus de leurs moyens aux dépens du reste du monde.

Notes

[i] Sissi Bellomo, " La lente disparition du pétrodollar affaibli par les sanctions et le pétrole de schiste ", Il Sole 24 ore, 5 septembre 2023.

18:21 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dollar, pétrodollar, brics, actualité | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire