Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 22 septembre 2021

Le meurtre géopolitique d'Alfred Herrhausen

3,c=0,h=720.bild.jpg

Le meurtre géopolitique d'Alfred Herrhausen

par Giacomo Gabellini

Source : Giacomo Gabellini & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/l-omicidio-geopolitico-di-alfred-herrhausen

Avant d'embrasser une carrière de banquier et de s'attirer les bonnes grâces du chancelier Helmut Kohl, Alfred Herrhausen avait géré avec une grande intelligence la restructuration de Daimler-Benz, à qui il avait imposé un processus de diversification aboutissant à la transformation de l'entreprise en un groupe technologique intégré, doté du savoir-faire nécessaire pour opérer dans les secteurs stratégiques de l'aérospatiale, de la défense, de l'électronique et de la technologie ferroviaire. Dans le cadre du plan de Herrhausen, la division Mercedes a été progressivement rejointe par les trois autres divisions principales, Dasa, axée sur l'aérospatiale et la défense, Aeg, axée sur l'électronique, et Debis, axée sur les finances.

alfred-herrhausen-8de84132-4650-4f90-800d-ce89184de9d-resize-750.jpeg

En bon industriel "prêté" au monde de la finance, Herrhausen avait prévu de se débarrasser des coûts de la réunification en mettant les hautes compétences des anciens ingénieurs et ouvriers est-allemands au service d'un projet visant à la relance économique de toute l'Europe de l'Est. D'ici dix ans", déclare Herrhausen, "l'Allemagne de l'Est deviendra le complexe le plus avancé technologiquement en Europe et le tremplin économique vers l'Est, de sorte que la Pologne, la Hongrie, la Tchécoslovaquie et même la Bulgarie joueront un rôle essentiel dans le développement européen" (1).

Dans un article publié dans le journal économique allemand Handelsblatt, Herrhausen a dénoncé le fait que la politique d'endettement adoptée par les banques, en particulier les banques américaines, à l'égard des pays en difficulté financière visait à aggraver leurs conditions, et a indiqué que les mesures à adopter pour parvenir à une reprise économique vigoureuse dans les pays en développement étaient une forte réduction du fardeau de la dette (jusqu'à 70 %) des pays pauvres, une réduction des taux d'intérêt à cinq ans et un allongement de la durée des prêts. Une telle recette permettrait en effet "à ces nations de réaffecter à la relance économique les ressources jusqu'alors allouées au service de la dette". (2). 

81Fhp25OkEL.jpg

Le concept de Herrhausen s'inspire de l'accord de Londres sur la dette de 1953, grâce auquel l'Allemagne de l'Ouest a pu opérer un puissant redressement industriel. Le banquier a estimé que les déséquilibres de la dette constituaient un "risque systémique" et a donc proposé de les atténuer en créant à Varsovie un organisme inspiré de la Kfw, qui avait géré avec succès la relance de l'économie allemande après la Seconde Guerre mondiale. Un organisme alternatif à la Banque mondiale et au FMI, chargé d'accorder des prêts dans le cadre d'un "nouveau plan Marshall" visant à la relance des pays d'Europe de l'Est, et non à leur conversion immédiate au système néolibéral. Dans le droit fil de cette "nouvelle Ostpolitik", le banquier allemand a fait pression pour l'abolition de la dette "intra-entreprise", un chiffre comptable qui accablait les anciennes industries communistes (en 1994, il atteignait 200 milliards de marks) et grâce auquel la Banque mondiale et le FMI tenaient les pays d'Europe de l'Est entre leurs mains.

Le président de la Deutsche Bank est même allé jusqu'à souligner que la renaissance économique de l'ancienne zone soviétique et son intégration dans la structure productive de l'Europe occidentale étaient dans l'intérêt de l'Allemagne qui, pour y parvenir, devrait allouer des ressources à la construction de lignes ferroviaires rapides capables d'assurer le transport rapide des matières premières de la Russie vers les centres industriels allemands. Il s'agissait précisément du type de projet auquel la Grande-Bretagne, puis les États-Unis, avaient opposé une résistance acharnée au cours des décennies précédentes, comme Kissinger l'a lui-même candidement admis: "Si les deux puissances [l'Allemagne et la Russie] devaient s'intégrer économiquement et forger des liens plus étroits, leur hégémonie serait menacée" (3).

Dans la vision profondément novatrice de Herrhausen, l'Allemagne devait être transformée en un pont entre l'Est et l'Ouest et en un moteur pour la reconversion industrielle de l'Europe de l'Est - en particulier de la Pologne, qui était considérée comme la nation clé de la région. Alors qu'il s'efforçait de mettre en pratique ses plans, qui consistaient à libérer l'ensemble du "vieux continent" de la "tutelle" économique américaine par la Banque mondiale et le FMI, Herrhausen a révélé qu'il s'était heurté à des "critiques massives", en particulier de la part du président de la Citibank, Walter Reed, notamment après qu'il eut publiquement plaidé en faveur d'un moratoire sur la dette de l'Europe de l'Est pendant quelques années. 

Malgré la forte résistance à laquelle il est confronté, Herrhausen parvient néanmoins à étendre le champ d'action de la Deutsche Bank en absorbant la Bank of America and Italy, les banques d'affaires Mdm (portugaise), Albert de Bary (espagnole) et Morgan Grenfell (une prestigieuse banque d'investissement londonienne). Le renforcement de ce qui était déjà la plus grande institution de crédit allemande était nécessaire pour constituer un pôle économique valable et puissant pour faire contrepoids aux grands groupes financiers anglo-américains, qui menaient une vaste campagne d'expansion monétaire en accordant des prêts à fort taux d'intérêt aux pays pauvres. Du point de vue de Washington, le projet de Herrhausen représentait une menace particulièrement insidieuse car il remettait en cause l'emprise des États-Unis sur les pays en développement (le président mexicain Miguel de la Madrid, impressionné par les idées de Herrahusen, l'a invité à Mexico en 1987 pour analyser ses propositions) dont dépendait le maintien de l'ordre économique établi pendant l'ère Reagan. "Les marchés financiers et monétaires mondialisés sont désormais une question de sécurité nationale pour les États-Unis" (4), a déclaré sans ambages le directeur de la CIA William Colby, faisant écho à son collègue de la CIA William Webster, qui a déclaré qu'avec la chute du mur de Berlin, "les alliés politiques et militaires de l'Amérique sont désormais [devenus] ses rivaux économiques" (5).

Attentat-Alfred-Herrhausen.jpg

Le 1er décembre 1989, un engin explosif à déclenchement laser placé devant le domicile de Herrhausen à Bad Homburg (banlieue cossue de Francfort) fait exploser la voiture blindée dans laquelle le banquier venait de monter. La responsabilité a été attribuée au groupe terroriste d'inspiration communiste Rote Armee Fraktion (Raf), bien que la sophistication de l'attaque ait suggéré un spectre plus large d'investigations. Ce n'est pas une coïncidence si les trois membres de la "nouvelle génération" de l'ancienne bande Baader-Meinhof, qui ont été arrêtés au cours des enquêtes initiales, se sont avérés par la suite ne pas être impliqués dans l'attentat. À ce jour, la justice allemande n'a pas été en mesure d'identifier les coupables.

81lciW2-fjL.jpg

Le colonel Fletcher Prouty, un vétéran de la CIA qui avait déjà décrit au procureur Jim Garrison le contexte politique dans lequel l'assassinat de John F. Kennedy avait eu lieu, a révélé que l'assassinat de Herrhausen avait eu lieu "quatre jours avant que [le banquier] ne vienne aux États-Unis pour faire un discours qui pourrait changer le destin du monde". Le mur de Berlin était tombé et Herrhausen voulait expliquer aux Américains les nouveaux horizons de l'Europe [...]. Herrhausen a parlé d'une grande Europe unie, sans l'interférence de la Banque mondiale. Il a parlé d'un projet d'intégration entre l'Europe de l'Est et de l'Ouest. Une opération qui aurait changé les relations internationales et qui a été étouffée dans l'œuf". (6). C'est pourquoi, selon Prouty, l'assassinat du président de la Deutsche Bank s'inscrit dans le même cadre général que celui dans lequel se sont déroulés les meurtres d'Enrico Mattei et d'Aldo Moro.

Notes:

1) Voir Engdahl, William, What went wrong with East's Germany economy, "Executive Intelligence Review", 2 octobre 1992.
2) Herrhausen, Alfred, Die Zeit ist reif. Schuldenkrise am Wendepunkt, 'Handelsblatt', 30 juin 1989.
3) Cf. Kissinger : "Der Western muß sich an das neue Selbstbewußtsein der Deutschen gewöhnen", "Welt am Sonntag", 3 mai 1992.
4) Cf. Taino, Danilo, Belzébuth sur le yacht, "Corriere della Sera", 10 mars 1993.
5) Voir le directeur de la CIA, Webster, qui cible les alliés américains, "Executive Intelligence Review", 13 octobre 1989.
6) Voir Cipriani, Antonio, Colonel Prouty : "Je vous explique qui gouverne le monde", "L'Unità", 19 mars 1992.