Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 03 décembre 2021

Alfred Herrhausen: assassiné par les ennemis de l'Europe?

alheerr.jpg

Alfred Herrhausen: assassiné par les ennemis de l'Europe?

Le banquier allemand, directeur de la Deutsche Bank, a été tué le 30 novembre 1989.

Un "crime géopolitique" pour empêcher la révolution européenne ?

par Salvatore Recupero

Ex: https://www.centrostudipolaris.eu/2021/11/30/alfred-herrahausen-fermato-dai-nemici-delleuropa/

Le matin du 30 novembre 1989, une forte explosion a secoué Bad Homburg, une banlieue aisée de Francfort. Une bombe télécommandée explose au passage de la voiture d'Alfred Herrhausen, banquier allemand et directeur de la Deutsche Bank, le tuant sur le coup. Pourquoi est-il si important de se souvenir de cet homme ? Tout simplement, il a essayé de révolutionner l'Europe, mais quelqu'un l'a empêché de le faire. Ce n'est pas une mince affaire.

Qui était Herrhausen?

Alfred Herrhausen est né à Essen en 1930. À l'âge de 26 ans, il a rejoint la VEW (l'une des principales entreprises allemandes dans le domaine de l'électricité et de l'énergie). Il avait déjà obtenu un doctorat en finance de l'université de Cologne l'année précédente, alors qu'il travaillait chez Ruhrgas. À l'âge de 40 ans, il rejoint la Deutsche Bank en tant que membre adjoint du conseil d'administration. Mais avant de devenir banquier, il a démontré ses talents de gestionnaire. Comme le rappelle Giacomo Gabellini (1), il a géré "la restructuration de Daimler-Benz, à laquelle il avait imposé un processus de diversification aboutissant à la transformation de l'entreprise en un groupe technologique intégré, doté du savoir-faire nécessaire pour opérer dans les secteurs stratégiques de l'aérospatiale, de la défense, de l'électronique et de la technologie ferroviaire". Ainsi, "la division Mercedes a été progressivement rejointe par les trois autres divisions fondamentales, à savoir DASA, axée sur l'aérospatiale et la défense, AEG, axée sur l'électronique, et DEBIS, axée sur le secteur financier". Il s'est également fait remarquer à la Deutsche Bank, en devenant le conseiller économique du chancelier Kohl.

301030-3x2-article620.png

Remettre en question le bloc anglo-américain

Comme le rappelle Salvatore Santangelo dans son essai "Gerussia", Herrhausen était "un banquier, mais avec une formation de gestionnaire industriel, il avait une vision ouverte et innovante des relations internationales, et surtout poursuivait une stratégie financière visant à redessiner le rôle d'une Allemagne réunifiée, en lui donnant une nouvelle centralité" (2). C'est dans ce contexte qu'il faut replacer l'absorption (par la DB) de la Banca d'America e d'Italia, des banques d'affaires MDM (portugaise), Albert de Bary (espagnole) et Morgan Grenfell (une prestigieuse banque d'investissement londonienne).

416cBsd7IbL._SX354_BO1,204,203,200_.jpgC'est à ce moment-là qu'apparaît la stratégie de Herrhausen, qui cherche à créer un contrepoids économique et financier aux géants anglo-américains. Cela n'est pas passé inaperçu. Pour la CIA, "les marchés financiers et monétaires mondialisés sont une question de sécurité nationale pour les États-Unis". Le banquier allemand commençait à être agaçant. Bien que le mur ne soit pas encore tombé, le chef de la DB avait déjà un plan pour relancer l'Europe de l'Est. Quelque chose de révolutionnaire, comme mentionné au début.

Le plan de Herrhausen

Herrhausen avait un plan très clair en tête, qu'il a expliqué dans une interview accordée au Wall Street Journal : "En dix ans, l'Allemagne de l'Est doit devenir le complexe technologique le plus avancé d'Europe et le tremplin économique vers l'Est. Dans ce cadre, la Pologne, la Hongrie, la Tchécoslovaquie et même la Bulgarie joueront un rôle essentiel dans le développement européen". 

Il s'est également élevé (dans les colonnes du journal économique allemand Handelsblatt) (3) contre la politique d'endettement des banques américaines envers les nations en difficulté. Il est nécessaire de réduire la dette des pays les plus pauvres jusqu'à 70 % et d'allonger en même temps le délai de remboursement. C'était le seul moyen de "permettre à ces nations de réaffecter à la relance économique les ressources qui avaient été jusqu'ici allouées au service de la dette".

Mais n'est-ce pas les Allemands qui ont toujours fait une fixation sur la dette ? De toute évidence, il s'agit au moins d'un exemple. Retour au banquier d'Essen.

Herrhausen souhaite créer une banque qui, à l'instar de la KFW allemande, financerait "la reconstruction et l'intégration de l'Europe de l'Est au reste de l'Europe". L'Europe de l'Est a besoin d'investissements et doit se libérer de l'étau de la dette "intra-entreprise", un chiffre comptable qui pèse sur les anciennes industries communistes (estimé à 200 milliards de marks). Comme le rappelle Santangelo, cette dette était "considérée comme un atout par les institutions financières internationales, qui s'opposaient catégoriquement à la réorganisation du secteur industriel hérité par l'Allemagne après la réunification, préférant une privatisation massive". 

 Le 4 décembre 1989, Herrhausen aurait dû être à New York pour défendre son projet auprès de l'establishment financier anglo-saxon. Mais ce jour n'est jamais venu pour lui. C'est une dose d'explosifs qui lui a barré la route.  

Coupable comme accusé

Les auteurs de ce crime sont restés impunis. Sur le banc des accusés se trouvait la Rote Armee Fraktion (le plus important groupe terroriste de l'extrême gauche allemande). Mais l'enquête a abouti à une impasse. À vrai dire, peu de gens ont pris cette piste au sérieux, car la plupart des membres de cette association étaient soit en prison, soit morts. Le groupe terroriste allemand se désintégrait depuis des années. Comment une telle attaque a-t-elle pu être menée ? Difficile à croire. Pourtant, le RAF est accusé du meurtre d'un homme clé de la politique allemande: l'économiste Detlev Karsten Rohwedder (photo, ci-dessous). Il était à la tête de la Treuhandanstalt, la holding qui contrôlait les fonds, les industries et les sociétés commerciales de l'ancienne Allemagne de l'Est. Ce dernier était une sorte d'IRI de la RDA.

Rohwedder1-DW-Kultur-Darmstadt-jpg.jpg

Rohwedder - comme Herrhausen - n'était pas aligné sur la pensée dominante et avait été clair: "le libéralisme de marché doctrinaire ne fonctionne pas, nous devons privilégier une politique de réorganisation plutôt que de privatisation". En pratique, tout ce qu'il voulait, c'était soustraire les industries de l'ancienne RDA à la spéculation. Ces derniers devaient rester entre les mains du secteur public jusqu'à ce qu'ils soient "réhabilités" au point de pouvoir voler de leurs propres ailes. De cette façon, "la population est-allemande pourrait surmonter son infériorité matérielle le plus rapidement possible". Mais là encore, la "RAF" s'en mêle: Rohwedder meurt à la fenêtre de son bureau, dans sa maison à Düsseldorf, abattu de trois balles. Un coup de maître. Un crime parfait.

Un "crime géopolitique" ?

Pour en revenir à Herrhausen, son objectif ne se limite pas au moratoire sur la dette. D'un point de vue géo-économique mais aussi géopolitique, il souhaitait renforcer l'axe Berlin-Moscou et plus généralement la relation entre l'Europe et la Russie. Cependant, cela aurait créé un bloc géopolitique qui aurait érodé le pouvoir de l'OTAN sur le Vieux Continent. Comme l'a dit Kissinger : "si les deux puissances (l'Allemagne et la Russie) devaient s'intégrer économiquement, en nouant des relations plus étroites, le danger de leur hégémonie serait créé" (4) . Malheureusement, l'attaque de la RAF est arrivée. C'est étrange (pour ceux qui ne connaissent pas l'histoire), mais les terroristes communistes et les États-Unis ont souvent la même cible. Quelqu'un, en Italie, se souvient-il d'Aldo Moro ?

Notes:

    1. Le meurtre géopolitique d'Alfred Herrhausen par Giacomo Gabellini Arianna Editrice 19 septembre 2021

(version française sur ce site: http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2021/09/21/le-meurtre-geopolitique-d-alfred-herrhausen-6338973.html 

    2. "Die Zeit ist reif. Schuldenkrise am Wendepunkt", par Alfred Herrhausen Handelsblatt, 30 juin 1989

    3. Alfred Herrhausen, Un altro Rathenau ? La Gérusse. L'orizzonte infranto della geopolitica europea di Salvatore Santangelo, Editrice Castelvecchi, Roma, 2016

    4. Voir Kissinger : "Der western muß sich an das neue Selbstbewußtsein der Deutschen gewöhnen", Welt am Sonntag, 3 mai 1992.

 

Écrire un commentaire