Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 29 novembre 2021

Vladislav Surkov : chaos politique ou retour des intérêts particuliers ?

Vladislav_Surkov_in_2010.jpeg

Vladislav Surkov: chaos politique ou retour des intérêts particuliers?

par Markku Siira

La menace d'une "instabilité irréversible" grandit en Russie, mais le pays doit veiller à ne pas lancer des "expériences de libéralisme" risquées qui pourraient facilement échouer, avertit Vladislav Surkov, ancien conseiller de Vladimir Poutine.

Dans un article récent, Surkov utilise l'analogie de l'entropie pour décrire comment le chaos se développe dans un système fermé. Il soutient qu'un État fort est nécessaire pour contenir ce qu'il appelle "l'entropie sociale".

Surnommé le "cardinal gris" du Kremlin, l'ancien personnage clé a servi sous Poutine à différents postes depuis 1999, jusqu'en février 2020. M. Surkov a souvent été considéré comme l'un des premiers instigateurs du "poutinisme" et comme un superviseur de la direction de l'organisation de jeunesse politique Nashi, par exemple.

Selon des sources occidentales, il a également été l'architecte de la campagne de propagande anti-Kiev et du mouvement séparatiste pro-russe dans la région du Donbass, dans l'est de l'Ukraine. Dès les premiers jours de la crise ukrainienne, les États-Unis ont également ajouté M. Surkov à leur première liste de sanctions dirigées contre des Russes de premier plan.

Selon M. Surkov, au cours des vingt premières années du 21ème siècle, la Russie a réussi à maintenir la stabilité "après le chaos social des années 1990" et à sortir "un pays traumatisé des ruines de la perestroïka". "On se souviendra certainement un jour de ces années comme d'un âge d'or", réfléchit M. Surkov.

Tôt ou tard, cependant, le pays connaîtra "davantage de chaos", car l'État ne parvient pas à répondre à toutes les aspirations de ses citoyens. Mais M. Surkov estime que le Kremlin ne doit pas tenter de faire face aux troubles en ouvrant le système politique, car cela pourrait conduire à une "explosion incontrôlée" de la colère publique et à une "instabilité irréversible".

Nashilogo.svg.png

Le dernier rappel de Surkov sur la possibilité d'une entropie accrue n'est pas la première fois qu'il prend position contre une réforme politique radicale.

Dans une interview accordée au Financial Times au début de l'année, M. Surkov a affirmé que la société devait être gouvernée de manière à trouver "un bon compromis entre le chaos et l'ordre". Il a comparé Poutine à l'empereur romain Octave Auguste, "qui a combiné les aspirations des républicains qui avaient tué César avec celles des gens du peuple qui voulaient une dictature directe".

"Une overdose de liberté est la mort de l'État", a-t-il déclaré. "Tout ce qui est médicament peut aussi être poison, c'est juste une question de dosage", a expliqué M. Surkov à un journaliste stupéfait, travaillant pour un magazine économique dans un restaurant de Moscou. Mais la deuxième loi de la thermodynamique ne peut être renversée: le chaos et le désordre se cachent toujours derrière le développement et l'ordre.

Mais il est imprudent d'ignorer l'actuelle "absence de problèmes", avertit M. Surkov dans son article. L'idéologie des silencieux est désagréable car elle est "non dite et donc non structurée, sombre et incohérente". Si son heure vient (même si elle est éphémère), elle "s'effondrera dans l'ordre existant des choses, sans objectifs intelligibles".

Lorsque la majorité silencieuse des Russes a été attirée sur la scène politique à la fin des années 1980, personne n'a compris ce qu'elle voulait vraiment : "Comment pouvons-nous vous comprendre si vous ne dites rien ? Lorsque [l'élite politique] a essayé de faire parler les gens, ils ont tellement écouté qu'ils ont été étonnés et finalement complètement désorientés", écrit M. Surkov.

En conséquence, "les dirigeants confus de l'Union soviétique" ont tiré sans discernement et les choses ne se sont pas déroulées comme prévu. En fait, avant le Comité central et le Gosplan, qui était chargé de la planification économique, mûrissait "une société non planifiée, non soviétique, incompréhensible et turbulente, prête à la première occasion à se précipiter follement et impitoyablement dans toutes sortes de problèmes".

Le fait que, en théorie, l'entropie tend à augmenter dans les systèmes fermés semble suggérer une approche simple de résolution des problèmes : ouvrir le système, "laisser sortir la vapeur" et le chaos recule à nouveau pendant un certain temps. Cependant, Surkov trouve cette simplicité trompeuse. Les expériences libérales en politique intérieure sont risquées.

257974-3x2-article620.jpg

La pression exercée sur le système politique russe, "ce réacteur social qui fonctionne bien actuellement", risque d'entraîner "des explosions incontrôlées de troubles civils qui pourraient conduire à une instabilité irréversible, comme l'ont montré les exemples édifiants des années 1980 et 1990".

"Pendant des siècles, l'État russe n'a survécu, avec son cadre et avec sa politique intérieure bien implantée, qu'en se battant sans relâche au-delà de ses propres frontières", déclare l'idéologue du Kremlin. "Pour la Russie, l'expansion constante n'est pas seulement une idée, mais une condition existentielle de notre existence historique."

"Les techniques impériales sont toujours efficaces aujourd'hui, lorsque les empires sont rebaptisés superpuissances. Le consensus de Crimée est un exemple vivant de la consolidation de la société au détriment du chaos dans un pays voisin. Les plaintes de Bruxelles et de Washington concernant l'ingérence de Moscou et l'impossibilité de résoudre les conflits majeurs dans le monde sans l'implication de la Russie montrent que notre État n'a pas perdu son instinct impérial", se vante M. Surkov.

"Cependant, la plus grande cause des diverses perturbations sur les marchés politiques du monde est incarnée par les États-Unis", soupire le cardinal gris. Il admet sarcastiquement que "l'instabilité américaine" a été une "marque rentable" pour laquelle "la demande a été phénoménale".

"L'État compense les déséquilibres sauvages de son budget surréaliste par la circulation absurde du dollar, qui a depuis longtemps cessé d'être tant une monnaie qu'une unité d'entropie économique, un virus du chaos propageant une pandémie de bulles et de déséquilibres économiques à travers la planète", explique M. Surkov.

"L'exportation de révolutions de couleur et de guerres constructives, apparemment au point mort, reprendra immédiatement, dès que les importateurs de démocratie se seront un peu détendus. L'éthique expérimentale des Etats-Unis va soulever une tempête dans l'esprit des Africains, des Asiatiques et de nos Eurasiens et choquer l'esprit des traditionalistes", estime l'ancien conseiller.

Une autre grande puissance, la Chine, reçoit également un commentaire de Surkov, qui a également publié un livre de poésie, dans l'esprit de l'entropie. Selon lui, "la modération de la Chine masque les vastes réserves de chaos accumulées par une nation disciplinée". M. Surkov affirme que "si vous tendiez l'oreille à la Grande Muraille de Chine, vous pourriez entendre ce barattage".

L'idéologue russe, planant dans les sphères impériales, imagine-t-il la Chine, qui voyage déjà dans l'espace, s'effondrer comme l'Union soviétique ? Quoi que l'on pense de la politique interne et du système d'évaluation du crédit social de la superpuissance asiatique, le "communisme capitaliste" chinois sous Xi Jinping semble plus résistant et le système du pays plus stable que le socialisme soviétique ne l'a jamais été.

"Pékin se hisse régulièrement au sommet du monde et la situation géopolitique rappelle à de nombreuses personnes la vie près du volcan Vésuve : tout va bien, mais quand la Chine commencera à entrer en éruption, quel endroit deviendra Pompéi ?" spécule Surkov.

Le courant de conscience de Surkov atteint également l'Europe. L'Union, "dans un état quantique étrange, soit encore en formation, soit déjà désintégrée, pourrait à long terme être à la fois une source de chaos et un moyen de l'atténuer".

Pour M. Surkov, la dernière option - l'éclatement de l'UE - "semble plus probable, du moins à court terme, car la structure de gouvernance eurocratique est molle et complètement dysfonctionnelle". Si cette tendance se poursuit, l'UE deviendra "un dépotoir politique florissant où les vagabonds et les espions de toute la planète entasseront les haines de classe et de race qui s'envenimeront".

Les "émissions d'entropie sociale des systèmes politiques des grands États, telles que les émissions de carbone de leurs économies", peuvent en principe être contrôlées. Mais jusqu'à quel point les différences géopolitiques doivent-elles s'approfondir avant que les grandes puissances puissent s'entendre sur une nouvelle façon de vivre ensemble ?

Les exemples historiques déçoivent Surkov. "Tant les accords de paix de Münster que le congrès de Vienne et la conférence de Yalta n'ont été possibles et réussis qu'après que le chaos eut atteint le niveau de l'enfer."

Pour le Cardinal gris, une "redistribution de l'influence" serait nécessaire. Et "tôt ou tard, officiellement ou officieusement, secrètement ou ouvertement", cela se produira, dit-il, "inévitablement". Ce point de vue ne plaira certainement pas aux zélateurs de la politique de sécurité de l'Ukraine, des États baltes ou, disons, de la Finlande.

"S'il n'y a pas d'accord, les turbulences générées par les superpuissances vont commencer à entrer en collision et créer des tempêtes géopolitiques destructrices. Pour éviter de telles collisions, chaque courant doit être canalisé dans sa propre direction", imagine M. Surkov, comme s'il rédigeait un pacte Molotov-Ribbentrop d'un genre nouveau.

Pendant ce temps, le monde connaît un moment de "multipolarité, un défilé de nationalismes et de souverainetés post-soviétiques". Mais au cours du prochain cycle historique, la "globalisation et l'internationalisation", aujourd'hui oubliées, reviendront et dépasseront cette obscure multipolarité.

Il se peut alors, estime M. Surkov, que "la Russie ait sa part dans le nouvel ordre mondial des pays (ou plutôt des espaces), ce qui renforcera sa position en tant que l'un des rares globalisateurs, comme à l'époque de la Troisième Rome ou de la Troisième Internationale".

Pour M. Surkov, l'expansion de la Russie n'est ni une bonne ni une mauvaise chose, mais plutôt une loi de la physique. La délimitation de "sphères d'influence" entre les grandes puissances est urgente si l'on veut éviter des confrontations à grande échelle dans un monde multipolaire ou sans pôles où la bataille pour la suprématie de l'intelligence artificielle se poursuit.

Source: https://markkusiira.com/2021/11/24/vladislav-surkov-poliittinen-kaaos-vai-etupiirien-paluu/