Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 01 juillet 2018

Liberté pour les Cosaques du Don ! En 1918, le premier Etat moderne des Cosaques est créé !

krasnov.png

Liberté pour les Cosaques du Don !

En 1918, le premier Etat moderne des Cosaques est créé !

Par Thomas W. Wyrwoll

Les Cosaques du Don, traditionnellement, sont considérés comme la tribu cosaque la plus importante. Leurs racines remontent au 15ième siècle, lorsque des paysans russes s’installent sur la frontière qui sépare théoriquement le Khanat de Crimée des territoires contrôlés par la Horde de Nogaï. Cette population majoritairement slave comptait en son sein des éléments allemands et autres : ces éléments fusionnent et donnent la nouvelle communauté ethnique des Cosaques. Se rangeant aux côtés des Princes de Moscovie, ils partent en campagne contre les Tatars. Ils seront aussi les maîtres d’œuvre de la conquête du Khanat de Kazan et de la ville d’Astrakhan. Plus tard, les Cosaques du Don, sous la direction de Yermak, conquièrent la Sibérie, lançant la Russie sur la voie de devenir une puissance mondiale. En 1570, ce peuple est placé sous la suzeraineté de la Moscovie mais jouit d’une large autonomie. Il forme le noyau dur des armées russes.

Cossacks.jpg

Pendant la première guerre mondiale, un ataman des Cosaques du Don se distingue tout particulièrement, Piotr Krasnov. Cet officier a épousé une célèbre chanteuse d’opéra issue d’une famille allemande. Quand il avait trente ans, Krasnov avait entrepris une expédition militaire et scientifique, le conduisant de l’Extrême-Orient russe à l’Inde. Au début de la guerre civile russe, après avoir échoué dans une tentative de reconquête de Saint-Pétersbourg , il décida de libérer les territoires de son peuple d’une Moscovie en train de se bolcheviser. Sur le territoire des Cosaques du Don s’était d’abord constituée « une république soviétique du Don », fin mars 1918. Dès sa constitution, les dirigeants bolcheviques de cette république nouvelle avaient dû affronter une révolte populaire de grande ampleur. Le 5 mai 1918, les troupes allemandes entrent dans la région du Don et repoussent les Bolcheviques. Cette victoire des armées du Kaiser permet aux Cosaques de réorganiser leur pays. Le 16 mai, Krasnov est élu Ataman de tous les Cosaques, posant la nouvelle entité libre des Cosaques comme une « troisième force » entre les Rouges et les Blancs. Le 18 mai 1918, la « République de la Grande Armée du Don » est proclamée, donnant aux Cosaques de la région un premier Etat indépendant depuis leur inféodation aux Tsars.

La première action officielle de l’Ataman Krasnov fut d’envoyer un télégramme au Kaiser Guillaume II pour demander l’aide militaire allemande. Le Reich répondit généreusement. Les Cosaques avaient fait alliance avec l’Armée blanche de Dénikine. A la mi-août, ils avaient libéré entièrement leurs territoires de la présence des Bolcheviques. L’énergie cosaque s’est mise à l’œuvre pour créer une structure étatique solide et pour remettre l’économie en marche. Mais les Bolcheviques ne désarment pas et attaquent la République cosaque. Les alliés occidentaux interdisent à l’Allemagne de porter aide à Krasnov. Les guerriers courageux du Don sont écrasés en février 1919. Krasnov reçoit l’ordre de Dénikine de se retirer et opte pour l’émigration. Sous ses successeurs, la République des Cosaques connait une fin inexorable.

Cossacks-top.jpg

La vengeance des Soviétiques contre les inflexibles du Don a été terrifiante : l’ordre est rapidement donné de « dé-cosaquiser » la région, d’exterminer totalement ce peuple jadis libre en procédant à des massacres de masse et à des internements en camps de la mort. La terreur stalinienne fit le reste et les famines délibérément provoquées ont coûté la vie à plus de la moitié de la population cosaque. On ne s’étonnera pas, dès lors, qu’une grande part des survivants se sont rangés du côté allemand pendant la seconde guerre mondiale, afin de libérer leur pays du joug soviétique. En 1945, Krasnov et d’autres chefs cosaques se rendent aux Britanniques en Autriche. Les Anglais les livrent aux Soviétiques, en dépit des promesses faites. Krasnov sera exécuté à Moscou en 1947. Cinquante ans plus tard, un décret présidentiel russe permet la reconstitution de l’espace culturel et politique cosaque en Russie. Aujourd’hui, quelque 50.000 personnes se déclarent « Cosaques du Don ». Avant la première guerre mondiale, il y en avait 1,5 million.

Thomas W. Wyrwoll.

(article paru dans « zur Zeit », Vienne, n°22/2018, http://www.zurzeit.at ).

13:33 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : russie, histoire, cosaques, cosaques du don | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire