Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 01 avril 2021

Le secrétaire d'État Blinken ne parviendra pas à rompre les liens entre la Chine et l'UE

HM74LQ2R2BKOV2I2LNGSBTWJKI.jpg

Le secrétaire d'État Blinken ne parviendra pas à rompre les liens entre la Chine et l'UE

Par Andrew Korybko

Ex : http://oneworld.press/

L'amélioration continue des relations entre la Chine et l'UE est irréversible car elle incarne la force motrice de l'histoire, notamment en ce qui concerne l'intégration inévitable du supercontinent eurasiatique, résultat de l'ordre mondial multipolaire émergent.

La Chine et l'UE sont des partenaires économiquement complémentaires et des civilisations d’une égale richesse qui étendent tout naturellement leur coopération jusqu’ici inédite grâce à l'accord global sur l'investissement (CAI) conclu en décembre dernier. Cet accord leur permet de relier plus étroitement leurs économies et de rechercher des résultats mutuellement bénéfiques grâce à leur philosophie commune, celle du ‘’gagnant-gagnant’’. Néanmoins, l'Amérique a tenté de briser agressivement leurs liens bilatéraux par jalousie hégémonique, furieuse de voir se réaliser le scénario pour lequel ses partenaires transatlantiques avant opté, évoluant ainsi du statut d'États vassaux à celui d’acteurs indépendants dans les relations internationales.

En témoigne le voyage du secrétaire d'État américain Blinken dans les pays du bloc atlantique la semaine dernière, où il a cherché à monter les 27 États membres de l’UE contre la République populaire de Chine. La relance de ce dialogue inter-atlantique, précédemment gelé sous l'ancienne administration Trump, n'a d'autre but que de faire avancer les efforts américains pour semer la division entre l'UE et la Chine. Cette relance a été précédée par l'imposition par Bruxelles de premières sanctions contre Pékin depuis plus de 30 ans, suite aux pressions exercées par Washington pour que l’UE suive la ligne imposée par la propagande américaines, pour l’instant principalement axée sur les allégations (démenties) de violations des droits de l'homme au Xinjiang.

La République populaire a rapidement répondu d'une manière symétrique, tout à fait conforme à ses droits en vertu du droit international, et a ainsi procédé à un ‘’échange de tirs’’ destiné à montrer qu'aucune provocation ne restera jamais sans réponse, mais que Pékin n'a pas non plus l'intention d'envenimer les choses avec Bruxelles. Ces deux gestes sont pour la plupart symboliques, mais ils montrent de manière inquiétante que Washington tente de regagner toute son influence hégémonique sur l'UE. Les 27 membres de l'Union européenne doivent donc se méfier de leur partenaire transatlantique historique, qui n'a pas du tout leurs intérêts en tête.

L'amélioration continue des relations entre la Chine et l'UE est irréversible car elle est portée par la force motrice de l'histoire, notamment en ce qui concerne l'intégration inévitable du supercontinent eurasien, résultat de l'ordre mondial multipolaire émergent. Les relations internationales sont en train de passer d'une perspective à somme nulle à une nouvelle perspective d'engagement gagnant-gagnant, sous l'impulsion des efforts actifs de la Chine pour populariser cette philosophie dans le monde entier. De nombreux progrès ont déjà été accomplis et, bien que les ingérences extérieures puissent entraîner quelques difficultés en cours de route, la voie à suivre reste claire et souhaitée par les deux parties.

La prochaine étape pour renforcer les liens entre la Chine et l'UE face à la résistance des États-Unis est d'étendre leur coopération existante à d'autres sphères stratégiques telles que l'endiguement conjoint de la pandémie du COVID-19, la lutte contre le changement climatique et la collaboration sur les solutions technologiques 5G pour faciliter la quatrième révolution industrielle. Certains États membres de l'UE subissent une forte pression américaine pour choisir entre leur partenaire transatlantique traditionnel et leur nouveau partenaire est-asiatique dans ces domaines, mais ce choix à somme nulle est faux et ne leur est imposé que pour des raisons hégémoniques. En réalité, ils peuvent et doivent coopérer avec les deux pays.

Contrairement aux États-Unis, la Chine ne fait pas pression sur ses partenaires, qu'il s'agisse de n'importe quel aspect de leurs liens bilatéraux ou surtout pas de leurs relations avec une tierce partie. Tout ce que Pékin demande, c'est que leur coopération pragmatique reste libre de toute influence extérieure et se concentre uniquement sur la recherche de résultats bénéfiques pour tous. Cela montre à quel point la Chine chérit les principes de la multipolarité tels qu'ils sont énoncés dans la Charte des Nations unies, ce qui contraste avec l'approche américaine consistant à exploiter les éléments stratégiques de ses relations avec certains États dans le but d'obtenir des résultats à somme nulle vis-à-vis de ceux qu'elle considère comme ses rivaux, tels que la Chine.

Le monde est au beau milieu d'un processus de changement de paradigme à large spectre qui ouvrira un avenir passionnant pour tous. Chacun a tout à gagner à ce que les relations internationales deviennent de plus en plus multipolaires, ce qui ouvrira de nouvelles possibilités de développement qui, à leur tour, amélioreront le niveau de vie des populations. L'UE doit résister aux pressions américaines visant à revenir au modèle discrédité de la pensée à somme nulle et adopter fièrement la philosophie ‘’gagnant-gagnant’’ qui définit le nouveau modèle des relations internationales. C'est le seul moyen pour l'UE de renforcer son indépendance stratégique et de rester véritablement un acteur important dans les affaires mondiales.

Écrire un commentaire