Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 11 juillet 2021

Afghanistan: les États-Unis partent, la Turquie arrive?

turkish-troops-afghanistan.jpg

Afghanistan: les États-Unis partent, la Turquie arrive?

Ex: https://katehon.com/ru/node/78007

On ne sait pas encore si Ankara sera en mesure de conclure un accord avec les talibans et de poursuivre la mission de l'OTAN.

Récemment, plusieurs médias ont diffusé des informations selon lesquelles, après le retrait définitif de l'armée américaine d'Afghanistan, l'armée turque pourrait prendre sa place. Au moins, pour assurer la sécurité de l'aéroport international de Kaboul, car il existe un risque élevé que les Talibans (organisation interdite en Russie) - pour des raisons objectives et des particularités de leur politique - puissent plonger la capitale du pays dans le chaos.

Ces déclarations ont donné lieu à plusieurs interprétations principales :

1) La Turquie remplacera les États-Unis parce qu'elle est membre de l'OTAN. L'accord aurait en fait été conclu lors du dernier sommet de l'Alliance de l'Atlantique Nord - et Joe Biden aurait trouvé un terrain d'entente avec Recep Tayyip Erdogan. Ainsi, Washington confie la sécurité (probablement partielle) de l'Afghanistan à la Turquie, tandis qu'Ankara obtient ses dividendes, y compris la possibilité de promouvoir une stratégie de pan-turquisme dans la région.

2) La Turquie a pris sa propre décision et a négocié avec les Talibans sur cette question. En outre, le Pakistan, qui est le partenaire stratégique de la Turquie et qui a une certaine influence sur les talibans, aidera Ankara de toutes les manières possibles. Tout cela se fait contre la volonté des États-Unis, et la Turquie se considère comme un nouveau centre géopolitique suffisamment fort en Eurasie pour mener sa propre politique.

3) L'explosion de nouvelles était délibérée afin de sonder les attitudes à l'intérieur et à l'extérieur de la Turquie, de faire des évaluations appropriées, d'identifier les faiblesses de cette approche, et d'identifier les forces qui ont activement critiqué ou soutenu le concept.

Cependant, il est difficile de dire avec quel sérieux ces forces particulières en Turquie s'attendaient à entrer en Afghanistan - et comment elles représentaient exactement leur présence. Il est possible que l'expérience de l'utilisation des Frères musulmans en Libye ait incité la Turquie à appliquer la même méthodologie de force par procuration (sous la direction directe des supérieurs turcs) en Afghanistan également. Mais le développement de cette histoire a montré certaines inadéquations entre le désir et la capacité.

two-states-flags-turkey-afghanistan-high-quality-business-background-d-illustration-flags-turkey-afghanistan-179328518.jpg

Mohammad Naeem, président du Politburo des Talibans, a accordé une interview à la chaîne de télévision kurde Rudav le 3 juillet 2021. A la question "Que pensez-vous de la nouvelle selon laquelle la Turquie aurait hérité des bases américaines et d'un aéroport en Afghanistan ? Comme vous le savez, il y a des pourparlers entre les États-Unis et la Turquie sur cette question", il a répondu comme suit :

"La question des troupes étrangères et de leur retrait a déjà été finalisée. Selon notre traité, toutes les forces doivent être retirées, sauf les missions diplomatiques. Cette question a été finalisée. Tous ceux qui veulent rester dans notre pays, nous les considérerons définitivement comme des envahisseurs. Ils ne devraient pas rester ici avec la force militaire. Cependant, nous aurons de bonnes relations avec chacun d'entre eux... Nous attendons un soutien international des pays voisins et régionaux. Nos relations avec les autres pays seront bonnes, mais la présence de forces étrangères est totalement rejetée."

Le porte-parole des talibans a donné une réponse évasive. D'une part, il a rejeté la présence militaire de quiconque, mais d'autre part, il n'a ni confirmé ni nié l'éventuelle participation future de la Turquie à la sécurisation de divers sites en Afghanistan. La présence militaire peut être différente de la mise en œuvre de mesures de sécurité, y compris celles dans lesquelles les talibans eux-mêmes ont un intérêt. Puisque, théoriquement, les Talibans peuvent faire appel à des forces extérieures pour n'importe quelle tâche.

Mais la position américaine sur le retrait et la poursuite de la coopération avec les autorités afghanes officielles donne une image plus claire.

Lors d'une conférence de presse du 2 juillet 2021, le porte-parole du Pentagone, John Kirby, a déclaré :

"Dans le cadre de notre processus de retrait en cours, le secrétaire à la défense a approuvé un plan visant à transférer le commandement de notre mission en Afghanistan du général Scott Miller au général Frank McKenzie. Ce transfert devrait prendre effet à la fin de ce mois.

Le général McKenzie conservera toute son autorité en tant que commandant des forces américaines en Afghanistan. Il continuera d'exercer son autorité pour mener toute opération antiterroriste nécessaire à la protection du territoire national contre les menaces émanant de l'Afghanistan.

Servicemen_of_the_Turkish_Special_Forces_Command,_led_by_the_Captain_Harun_Ergin_3.jpg

Et il dirigera les efforts des États-Unis pour développer des options de soutien logistique, financier et technique pour les forces afghanes une fois que notre retrait sera terminé. Dans le cadre de ce nouvel accord, le secrétaire d'État a également approuvé la création de la force avancée américaine en Afghanistan, qui sera dirigée par le contre-amiral de la marine Peter Waisley. Le commandement du contre-amiral Waisley sera basé à Kaboul et sera soutenu par le brigadier général Curtis Buzzard, qui dirigera la Direction de la sécurité de la défense en Afghanistan.

Ce bureau sera basé au Qatar et fournira un soutien financier aux forces de défense et de sécurité nationales afghanes, y compris, à terme, un soutien pour la maintenance des avions. Ce changement de structure et de direction et le transfert aujourd'hui de la base aérienne de Bagram aux forces de défense et de sécurité nationales afghanes sont des étapes clés de notre processus de retrait, qui reflètent une présence militaire américaine plus réduite en Afghanistan.

Cette présence continuera à se concentrer sur quatre points au cours de la période à venir. Premièrement, protéger notre présence diplomatique dans le pays. Deuxièmement, le soutien aux exigences de sécurité à l'aéroport international Hamid Karzai. Troisièmement, des conseils et une assistance permanente aux forces de défense et de sécurité nationales afghanes, selon les besoins. Et quatrièmement, le soutien à nos efforts de lutte contre le terrorisme."

La décision de créer ce commandement supplémentaire a été prise par le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, le même jour, le 2 juillet. Il convient de noter que la semaine dernière, le chef du Pentagone s'est rendu au Tadjikistan et en Ouzbékistan, où il a discuté des questions de sécurité régionale et de la coopération avec l'armée américaine.

Nous constatons donc que le contingent américain limité restera en Afghanistan après tout. On ignore si cela s'inscrit dans le cadre des accords conclus avec les talibans (par exemple, autoriser la présence de missions diplomatiques pourrait automatiquement signifier disposer de personnel spécialisé pour assurer la sécurité de ces missions).

L'équipe du contre-amiral Weasley serait au moins à Kaboul, comme indiqué officiellement. Il est possible que les États-Unis et les autorités officielles qu'ils soutiennent tentent de créer une ceinture de sécurité stable autour de Kaboul et des zones spéciales supplémentaires à l'intérieur de la capitale, comme cela a été fait lors de l'occupation de Bagdad en Irak.

La chef de la Mission d'assistance des Nations unies en Afghanistan (MANUA), Deborah Lyons, a rencontré l'équipe de négociation des Talibans à Doha le 6 juillet. Les deux parties ont convenu que les pourparlers de paix devaient être la seule solution pour un règlement politique en Afghanistan. Cependant, la veille, les Talibans avaient pris le contrôle de la frontière nord du pays en combattant, montrant ainsi exactement le type de politique qu'ils poursuivaient. La situation reste tendue, et si la violence s'intensifie, des milliers de nouveaux réfugiés sont prêts à se déverser dans les pays voisins, à savoir l'Iran, le Pakistan, le Tadjikistan, le Turkménistan et l'Ouzbékistan.

Écrire un commentaire